• Accueil
  • > Recherche : olivier perceval
( 29 mai, 2013 )

LES EXACTIONS POLICIERES

 

communiqué du CRAF sur les exactions de la police socialiste

LES EXACTIONS POLICIERES dans communiqués arton5849-18d52

Photos des exactions commises sur l’ordre de Manuel Valls et communiqué de l’Action française

mercredi 29 mai 2013 , par Garde Suisse

Et le lendemain, Hollande célébrait la Résistance aux côtés de Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin… en ordonnant des interpellations arbitraires !

Après la matraque, les rafles.

 

Chaque année l’Action française rend hommage aux étudiants patriotes qui ont bravé l’interdit de l’occupant allemand, le 11 novembre 1940. C’est toujours avec une certaine émotion que nous imaginons ces étudiants et lycéens, mains nues devant l’envahisseur nazi. Bon nombre d’entre eux étaient d’Action française, et nous avons encore des aînés chez nous pour témoigner de ce premier acte historique de résistance à l’occupant.

tir_de_flash_ball_2-2-2 dans communiqués

tir_de_flash_balln_1

hematome Tir de Flashball

Dimanche soir, le 26 mai, c’était aussi et surtout des étudiants et lycéens qui faisaient face aux forces du régime. On est libre de ne pas me croire, mais j’affirme qu’il y a eu plus de blessés le 26 mai 2013 que le 11 novembre 1940.

Valls a lâché les chiens (policiers) sur les Français, comme jadis le gouverneur teuton du « Groß Paris ».

arrestation_de_primeur_le_provencal Arrestation d’un manifestant

L’Action française toujours consciente des risques que faisaient courir aux manifestants les grossières provocations policières, a ciblé (avec quelque succès) dans les échauffourées des Invalides, les policiers en civil qui tantôt faisaient mine d’agresser les CRS et tantôt mettaient prestement leurs brassards en sortant les matraques télescopiques pour exfiltrer avec une rare violence des manifestants un peu isolés.

Bilan : 17 interpellations et mises en garde à vue dans les seuls rangs de l’Action française et plusieurs blessés notamment par « flash ball » dont deux grièvement, poignets cassés et côtes fêlées, encore hospitalisés à l’heure où j’écris.

Cela continue, hier, lundi 27 mai 2013, à Buffon des manifestants qui voulaient pacifiquement interpeller Hollande …venu célébrer la Résistance, un comble !, se sont fait embarquer manu militari par des CRS au seul motif qu’ils portaient sur eux le polo de La Manif Pour Tous. Parmi eux, beaucoup de mères de famille.

Les Kapos de la « Reich-publique » s’affolent, frappent, traquent, raflent.

Le pouvoir rend fou, et, avec leur police, ses détenteurs se croient tout permis. Nos enfants dans les crèches et dans les écoles sont réellement en danger de viol idéologique, demandez à Bertinoti, Vallaud-Belkacem et Peillon, ce qu’ils en disent.

A la violence aveugle d’un pouvoir sectaire aux abois, nous répondrons avec la force tranquille d’un peuple en marche, sûr de la victoire finale.

Olivier Perceval, secrétaire général de l’Action Française

Pour couvrir les frais de justices nombreux, vous pouvez dès à présent envoyer vos réglements au CRAF, 10, rue Croix-des-petits-Champs, 75001 Paris.

( 21 mai, 2013 )

Conseil constitutionnel : communiqué de l’Action française

 

Nous avons perdu une bataille… Du reste il ne pouvait en être autrement. Les obstacles juridiques et administratifs devaient sauter un à un sous la volonté farouche d’un pouvoir illégitime et abusif qui n’est pas aux commandes du pays pour le sortir de la crise, mais pour mettre en application une idéologie prométhéenne, contre nature, comme jadis Lyssenko sous Staline voulait mettre au pas les chromosomes réactionnaires.

Le mariage homosexuel est un nouveau pas vers un totalitarisme qui considère que rien, pas même la nature, est au-dessus de l’État républicain. Ainsi attendons-nous peut-être un jour à voir remise en cause la loi de la gravité universelle ou celle de la poussée d’Archimède. Plus sérieusement, cela devrait nous inquiéter sur les projets en préparation concernant notamment les manipulations génétiques. Un verrou essentiel ayant sauté sur un principe essentiel de la nature humaine, la voie est libre à présent. Nous aurons droit notamment à la Gestation pour autrui et dans notre société mercantile tout le « kit » qui va avec.

Interrogeons nous aussi sur la toute puissance d’un pouvoir extrêmement minoritaire qui sait son temps compté en cette période de crise, (même pas sûr que notre président normal aille jusqu’au bout de son mandat) et qui est conscient, dans sa soumission servile aux oligarchies bruxelloise et mondialistes libérales-libertaires, que de leur donner cet os « sociétal » à ronger, lui obtiendra des délais supplémentaires pour contraindre la France à des restrictions plus draconiennes, pour payer la dette publique.

Nous avons donc perdu une bataille, mais c’est une victoire à la Pyrrhus du gouvernement, dont l’effet pourrait être plus dévastateur pour son propre camp. Le peuple s’est reconnu, est conscient de sa force et a compris qu’en face, ce n’est pas à un adversaire politique qu’il a à faire, mais à un ennemi sans concession. Dès lors les choses deviennent simples, qu’on ne nous parle plus de pseudo débat démocratique, mais de lutte radicale.

Cette prise de conscience par des Français de plus en plus nombreux de la nécessité de remettre en cause un système entier qui tente de nous faire disparaître parce que nous sommes différents et attachés à nos racines et à nos libertés touche de nombreux courants à droite comme à gauche. C’est une bonne nouvelle. Le rapport de force est en train de se renverser, d’un côté la droite des valeurs et la gauche du travail, qu’on appellera le pays réel, de l’autre les médias, le pouvoir politique et de petits lobbys minoritaires, le tout au service de « l’Empire », qu’on appellera le pays légal.

Nous n’avons pas perdu la guerre qui ne fait que commencer. La grande manif du 26 mai pourrait marquer une étape nouvelle pour le printemps français qui réveille chaque jour notre pays trop longtemps assoupi. L’Action française sera toujours aux côtés des Français dans ce combat.

On ne lâche rien…

Olivier Perceval, Secrétaire Général de l’Action française

L’Union des Sections Royalistes Lorraines approuve totalement ce communiqué

( 14 mai, 2013 )

Les premières photos du week-end johannique

mardi 14 mai 2013 , par Garde Suisse
 
Article tiré du site de l’Action Française

Voici les premières photos du week-end johannique organisé par l’Action Française.

Un véritable succès ! Du monde, de la bonne humeur et de la détermination !

Prochain rendez-vous : l’Université d’été !

 

Les premières photos du week-end johannique dans informations royalistes 20130511_meeting_jeanne_01 Antoine Desonay, secrétaire général des étudiants d’Action française, Bernard Pascaud, président de la Restauration Nationale, François Marcilhac, directeur éditorial de L’AF 2000, Olivier Perceval, secrétaire général de l’Action Française, qui fait un tableau de la situation et appelle à une mobilisation accrue, et maître Jacques Trémolet de Villers, écrivain et chroniqueur à Présent.

20130511_meeting_jeanne_02 dans informations royalistes Antoine Desonay, secrétaire général des étudiants d’Action française témoigne de la lutte menée par la jeunesse royaliste contre la destruction de la société. A ses côtés, Bernard Pascaud, président de la Restauration Nationale, François Marcilhac, directeur éditorial de L’AF 2000 et Olivier Perceval, secrétaire général de l’Action Française.

20130511_meeting_jeanne_03 Une vue partielle de la salle

20130511_meeting_jeanne_04_-_copie-2-0f896 Maître Trémolet de Villers, se préparant à intervenir

20130511_meeting_jeanne_05 Le public, entre les deux tables rondes, se presse autour de la table des livres.

20130511_meeting_jeanne_07_-_copie-f989c La seconde table ronde : de gauche à droite, Christian Franchet d’Espèrey, rédacteur en chef de La Nouvelle Revue Universelle, François Marcilhac, Alain Soral, président d’Egalité et Réconciliation et Stéphane Blanchonnet, président du Comité directeur de l’Action française.

20130511_meeting_jeanne_08 Alain Soral, défendant « la gauche du travail et la droite des valeurs » : un même combat contre le mondialisme et le libéralisme.

20130511_meeting_jeanne_10 Une vue du banquet

20130512_cortege_jeanne_01 Du côté des jeunes…

20130512_cortege_jeanne_02 Le cortège : bannières nationale et de l’AF portées fièrement par les jeunes d’AF

20130512_cortege_jeanne_05

20130512_cortege_jeanne_07 Le SO, efficace et discipliné, dans la grande tradition d’AF

20130512_cortege_jeanne_11

jeanne-2013-2-8ffde Jeanne d’Arc pour tous ! : un défilé intergénérationnel, où les familles sont présentes.

20130512_cortege_jeanne_13 La descente de l’Avenue de l’Opéra

copie_de_imgp9389 Un défilé unitaire : de gauche à droite au premier rang : maître Elie Hatem, Marielle Pujo, Stéphane Blanchonnet (Action française), Patrick de Villenoisy (Alliande Royale) et Bernard Pascaud (Restauration nationale)

20130512_cortege_jeanne_17 La statue, place des Pyramides

20130512_cortege_jeanne_18_-_copie-7d10a Bernard Pascaud, démontrant l’actualité de la politique de Jeanne. Les Femen, ces idiotes utiles du régime, n’ont pas encore montré le bout de leur nez… ni développé leur abjecte banderole, contrairement à l’article tendancieux paru sur Metro France .

Le Monde est plus exact, avec une très belle photo de notre banderole… qui dément du reste le chiffre fantaisiste donné par le journal (téléphoné par le préfet de police ?). Ce sont en fait plus de 500 patriotes qui ont suivi le défilé unitaire. Voir également sur le site de France I

( 25 avril, 2013 )

Communiqué de l’Action française sur la légalisation de la parodie du mariage homosexuel

 

 

Quelle égalité ?

Le texte, comme on s’y attendait, est passé.

L’Assemblée vient de donner droit à la revendication d’un lobby puissant, quoique très minoritaire, prouvant par là même que cette institution n’est plus représentative que des « élites » du Marais, très présentes il est vrai dans les médias, comme dans le gratin politique.

Qu’est-ce que l’égalité a à voir dans cette affaire ?

Un homosexuel qui s’assume, sait qu’il est différent d’un hétero. Il le sait tout simplement parce qu’il a choisi cette différence. Ce choix, on dit aujourd’hui cette orientation sexuelle, l’amène à sacrifier un certain nombre de propriétés liées à la nature humaine, parmi lesquelles la fécondité qui ne peut exister qu’entre deux personnes de sexe opposé.

Les faits sont têtus et aucune loi ne peut changer cela.

C’est curieux, cette volonté de certains homosexuels de vouloir à tout prix ressembler aux hétéros. Faut-il y voir là l’expression d’un refoulement qui leur fait refuser en réalité ce particularisme que, par ailleurs, ils portent comme un drapeau ?

En revanche une nouvelle inégalité, et de taille celle-là, sera celle des enfants adoptés (vendus sur catalogues ?) que l’on va priver arbitrairement de toute filiation biologique, par rapport à ceux qui auront un père et une mère.

Le commerce des antidépresseurs a encore de beaux jours devant lui.

Mais cet épisode aura le mérite de montrer le vrai visage d’une république capable d’imposer en pleine crise économique, politique et sociale une loi délirante destinée à ouvrir la voie à l’application du « gender » dans une société qui s’est construite pendant des siècles sur des valeurs de bon sens : les valeurs de la vie.

Le peuple de France, cette France polie, honnie par un régime apatride, autoritaire et asexué, est descendu dans la rue. La fracture entre le pays réel et le pays légal est consommée.

Ne nous y trompons pas, il s’agit bien d’une révolte profonde qui ne pourra pas être matée par des coups de matraque et des gaz lacrymogènes. Ce peuple enraciné à l’ombre des clochers est descendu dans la rue et il y retournera. Les familles qui sont l’avenir et l’espérance de ce pays comprennent de plus en plus qu’il n’y a rien à attendre d’un Etat qui les méprise profondément.

L’Action française sera toujours à leurs côtés jusqu’à ce que ce régime totalitaire et répressif s’effondre. On ne lâchera rien.

Olivier Perceval, secrétaire général de l’Action française

 

LA LORRAINE ROYALISTE et L’UNION DES SECTIONS ROYALISTES LORRAINES approuvent entièrement ce communiqué

( 23 avril, 2013 )

En défense des « nationaux », n’en déplaise à Frigide…

 

 

Il fut un temps, pas si éloigné de cela, pour un combat aussi important que celui qui est mené actuellement, où un certain nombre de citoyens, souvent catholiques, souvent « nationaux » se sentaient un peu seuls. Pas un évêque pour dénoncer le crime de l’avortement, ou alors avec de telles précautions de langage que le message était pour le moins amorti.

En ce temps-là, on nous chassait de devant les églises lorsque l’on distribuait des tracts. Nous n’étions pas fréquentables et les bons chrétiens se pinçaient le nez quand on voulait les sensibiliser à la question. Mais les catholiques militants dans ce combat appréciaient souvent notre engagement à leurs côtés.

Alors, que s’est-il passé avec le mariage gay ? Ce coup-ci, une fois n’est pas coutume, l’Église a froncé les sourcils, il n’en fallait pas plus pour voir descendre dans la rue des centaines de milliers de jeunes.

Nous ne pouvons que nous réjouir d’observer cette jeunesse décomplexée, déferler pacifiquement et fermement dans toutes les grandes agglomérations, malgré le comportement de la police et des médias, qui parlent sans cesse de violence, alors que les images montrent à l’évidence que la violence est surtout policière.

Tout le monde se défie des « extrêmes » : le gouvernement et les médias, bien sûr, qui imposent cette rhétorique pour mieux justifier la répression policière.

Mais la passionaria de la « Manif pour tous » elle-même en surajoute pour demander la mise en prison des provocateurs. Pense-t-elle aux policiers en civil mêlés à la foule en disant ça ?

Non, elle désigne la poignée d’identitaires et de « nationaux » qui participent aux manifs et qui taquinent, il est vrai, les forces de l’ordre, ce qui ressemble plus à des chahuts d’étudiants qu’à la réminiscence des heures les plus sombres de notre histoire. Pas une seule ITT dans les forces de l’ordre à ma connaissance, pas d’armes employées, si ce n’est quelques canettes vides.

Combien « d’extrémistes » ont été victimes des interpellations musclées ? Était-ce ces jeunes filles que l’on a essayé d’humilier à l’abri des regards derrière les murs sombres d’un commissariat ?

Le plus souvent, ce sont des jeunes au comportement « pacifique et transgressif », pour reprendre la formule de Béatrice Bourges.

Que ce combat pour la sauvegarde de la famille soit celui des « nationaux » ne devrait étonner personne, puisqu’ils sont quasiment les seuls à sonner le tocsin dans l’indifférence générale depuis des années, sous les insultes et les quolibets des « bien-pensants ». Que Frigide Barjot sache quand même, plutôt que de demander à Valls de les envoyer en taule, qu’elle est elle-même homophobe et fasciste aux yeux de ceux qui ont le pouvoir ou contrôlent les moyens d’information.

Et ce n’est pas parce qu’elle tapera sur ces résistants de la première heure et qui vont certes plus loin qu’elle dans la dénonciation d’un système mercantiliste, matérialiste et corrompu, qu’elle obtiendra la reconnaissance et l’absolution des lobbies gay. Même pas en rêve…

Olivier Perceval, le 23 avril 2013

Secrétaire général de l’Action Française.

( 22 avril, 2013 )

La stratégie de la tension est à double tranchant

Communiqué de l’Action française :

 

 

Hier soir à 18h30 nous nous sommes retrouvés à quelques uns à saint Germain l’’Auxerrois pour la messe d’’anniversaire de la mort d’’un de nos amis d’’Action française, décédé l’’an dernier.

 

Deux cars de police et quelques policiers en civil se tenaient de chaque côté de la rue pour, « paraît-il », assurer notre sécurité. Cela ne les a pas empêcher de fouiller certains de nos militants à l’’entrée de l’église.

 

Après la messe, certains d’’entre nous, dont des cadres de l’’AF, se sont rendus au restaurant pour évoquer ensemble et dans la bonne humeur le souvenir de notre ami commun.  Après quoi un petit groupe s’’est rendu à l’’esplanade des Invalides accompagné par l’’un des cadres de notre mouvement pour saluer les « veilleurs ». Un déploiement de force sans précédent encerclait les jeunes gens, sans toutefois interdire qu’’on les approche de l’’extérieur.

 

Après avoir serré quelques mains et échangé joyeusement avec les jeunes assis dans la pelouse, vers minuit, le représentant de l’’AF s’’est soudainement vu ceinturé par quatre CRS et emmené de force dans un fourgon de police. Ce père de famille se trouve à l’’heure où j’’écris, encore dans les geôles de la République.  Nous avons reçu de nombreux témoignages sur la violence gratuite, la brutalité et l’’arbitraire de certains policiers.

 

Que visent ces brimades, cet acharnement ? A user notre patience pour provoquer un incident ?  Et ainsi pouvoir dénoncer les « extrémismes » et pourquoi pas les interdire par décret ?  Attention Monsieur Valls, la stratégie de la tension est à double tranchant, l’’exaspération populaire est à son comble et la partie pourrait bien vous échapper.   Qui sème le vent récolte la tempête.

 

Olivier Perceval,

secrétaire général de l’Action française

( 11 avril, 2013 )

Excellentes analyses d’Olivier Perceval ce matin sur France info et hier sur Boulevard Voltaire

(texte tiré du site « la faute à Rousseau »)

Comme il est parfaitement douteux que nos 17 000 visiteurs uniques / mois (chiffre d’ailleurs en croissance constante) sachent qui est Olivier Perceval et comme nous devons nous exprimer de telle façon que tous sachent et puissent comprendre de quoi nous parlons, précisons tout d’abord qu’Olivier Perceval est le Secrétaire Général du CRAF (Centre Royaliste d’Action Française), l’une des composantes du courant d’Action Française et l’une des plus actives et des plus remuantes, à Paris.

Olivier Perceval a donc été appelé à s’exprimer, ce matin, sur France Info,  à une heure de grande écoute, sur la crise qui secoue la République ; et, même si ce fut trop bref et si l’on aimerait que les médias donnent plus souvent et plus longtemps la parole aux hommes qui représentent notre courant politique, les propos d’Olivier Perceval sont allés à l’essentiel qu’il avait, d’ailleurs, déjà exprimé, hier, sur Boulevard Voltaire, sous le titre : Hollande, ça sent la fin de règne. Sur la perte de ce qu’il reste de légitimité à la République, ses réflexions concordent parfaitement avec les nôtres, ici, dans Lafautearousseau.

Son analyse nous paraît suffisamment claire, juste et équilibrée, pour que nous la reproduisions ici. Notre sentiment est, en effet, que nous avons moins besoin d’un royalisme folklorique ou braillard que d’un royalisme intellectuellement solide, même s’il est vrai qu’il y a – et doit y avoir – plusieurs demeures dans la Maison du Père.

Qu’on veuille bien permettre au royaliste que je suis de faire part de son sentiment, en marge de l’affaire Cahuzac, sur la posture de plus en plus instable de la République. 

D’abord, je voudrais préciser que le mensonge d’État, la corruption, les lois ineptes ne sont pas l’apanage exclusif de la gauche libérale socialiste. La droite libérale démocratique (celle que la gauche, entre deux insultes, reconnaît quand même comme républicaine) pratique le même sport à peu près au même rythme. 

Ces deux faces d’une même médaille utilisent la règle du jeu électoral convenue, où comme dans « Qui veut gagner des millions » sort, tous les cinq ans, un heureux gagnant. 

Mensonge, corruption… Mais rappelons-nous : cela a commencé dès la Révolution ! Tandis que Danton s’enrichissait, comme de nombreux « citoyens décideurs » avec la récupération des « fermes générales » et le pillage des biens de l’Église, que 60 départements sur 84, malencontreusement consultés, souhaitaient le maintien de la monarchie, qu’on écrasait dans le sang les révoltes populaires qui éclataient partout en France, on fondait la République une et indivisible, déjà dans le mépris du peuple que l’on séduisait par le mensonge ou soumettait par la terreur. 

Comment se peut-il que, née ainsi, la République produise de bons fruits ? Jusqu’alors, la République tenait sa légitimité de la défense de la Nation, cette mission régalienne qu’elle eut l’intelligence d’hériter de la monarchie capétienne, non sans la déformer et faire du nationalisme une caricature belliciste. 

Mais ses abandons successifs de souveraineté pour dissoudre la patrie dans l’Union européenne, elle-même antichambre du mondialisme anglo-saxon, lui fait perdre son reste de légitimité, la rendant de plus en plus étrangère à la France réelle. La loi Taubira, qui s’inscrit dans ce planning mondialiste et qui vise à transformer nos peuples de France en une foule anonyme de clones asexués, complétant en cela le projet de métissage obligatoire défendu par Sarkozy, devrait achever de nous convaincre que la République, non seulement n’est pas la France, mais encore qu’elle met en danger notre patrie, laquelle, tout compte fait, ne se portait pas si mal sous la monarchie !

 
( 9 avril, 2013 )

UNE AMBIANCE DE FIN DE REGNE (communiqué)

L’affaire Cahuzac plongerait le monde médiatico-politique dans un grand émoi…

Si la réalité n’était pas aussi tragique, on rirait de ces assauts de moralisme outragé, de ces poses vertueuses des « régimistes payés ».

D’abord, précisons que le mensonge d’Etat, la corruption, les lois ineptes, ne sont pas l’apanage exclusif de la gauche libérale socialiste. La droite libérale démocratique (celle que la gauche, entre deux insultes, reconnaît comme républicaine) pratique le même sport a peu près au même rythme.

Ces deux faces d’une même médaille utilisent la règle convenue du jeu électoral qui, comme dans « Qui veut gagner des millions ? », fait tous les cinq ans un heureux gagnant.

Mensonge, corruption… Mais rappelons nous : Cela a commencé dès la révolution ! Tandis que Danton s’enrichissait, comme de nombreux « citoyens décideurs » avec la récupération des « fermes générales » et le pillage des biens de l’Eglise, que soixante départements sur quatre-vingt quatre, malencontreusement consultés, souhaitaient le maintien de la monarchie et qu’on écrasait dans le sang les révoltes populaires qui éclataient partout en France, on fondait la République une et indivisible, déjà dans le mépris du peuple que l’on séduisait par le mensonge ou soumettait par la terreur.

Comment se pourrait-il que née ainsi, la République, produise de bons fruits ?

Les affaires ont émaillé la vie de celle que Maurras appelait la « femme sans tête », du scandale de Panama à l’affaire Stavisky, qui vit descendre les patriotes dans la rue.

Jusqu’alors, la République tenait au moins une relative légitimité de la défense de la Nation dont elle se faisait la championne, mission régalienne qu’elle eut l’intelligence d’hériter de la monarchie capétienne, non sans la déformer et faire malheureusement du nationalisme une caricature belliciste.

Mais, ses abandons successifs de souveraineté tendant à dissoudre la Patrie dans l’Union européenne, elle même antichambre du mondialisme anglo-saxon, est en train de lui retirer toute reconnaissance du peuple, la rendant de plus en plus étrangère à la France réelle. La loi Taubira, qui s’inscrit dans ce planning mondialiste et vise à transformer nos peuples de France en une foule anonyme de clones asexués, complétant le projet de métissage obligatoire défendu par Sarkozy, devrait achever de convaincre les patriotes que non seulement la République n’est pas la France, mais encore qu’elle met en grave danger notre Patrie construite par huit siècles de monarchie capétienne.

Pour sauver la France, il faut abattre d’urgence la République.

Olivier Perceval, Secrétaire Général de l’Action française

 

( 26 mars, 2013 )

l’Action française en première ligne

 

Les militants royalistes d’Action Française lorrains, présents à Paris le 24 Mars,

 s’associent totalement à ce communiqué d’AF-Paris

Philippe SCHNEIDER

L’ACTION FRANÇAISE SE RÉJOUIT DE LA MARÉE HUMAINE QUI, CE DIMANCHE 24 MARS, DÉJOUANT LES PRONOSTICS DES MEDIA SERVILES ET D’UNE PRÉFECTURE DE POLICE QUI A PERDU TOUTE CRÉDIBILITÉ, A ENVAHI L’OUEST DE PARIS : PRÈS DE 1,5 MILLION DE FRANÇAIS POUR RÉCLAMER LE RETRAIT DE L’INFÂME PROJET DE LOI

LE PAYS RÉEL ÉTAIT CET APRÈS-MIDI dans les rues de Paris.

TOUTEFOIS, L’ACTION FRANÇAISE CONDAMNE avec la dernière énergie les exactions commises par les mercenaires du régime, sur l’ordre de Manuel Valls, sur des manifestants pacifiques, principalement sur des femmes et des enfants dont le seul crime était d’être présents ! Quand un régime en arrive à agresser les plus faibles, c’est que ses représentants ont perdu tout repère moral et qu’il S’EST COUPÉ RADICALEMENT ET DÉLIBÉRÉMENT DU PEUPLE. C’est pourquoi, demander des démissions, serait lui faire trop d’honneur en donnant naïvement à penser qu’il peut encore se réformer.

L’ACTION FRANÇAISE REGRETTE ÉGALEMENT le contraste de plus en plus saisissant entre le discours lénifiant de Frigide Barjot et les exigences d’un pays réel qui demande, par-delà le retrait du projet de loi, l’arrêt de toute politique d’agression contre les valeurs fondatrices de notre société.

L’ACTION FRANÇAISE DÉNONCE AUSSI la tentative de récupération par la droite parlementaire de La Manif pour tous. Cet après-midi, le monopole de sa présence sur le podium et de ses interventions est d’autant plus inqualifiable qu’à plusieurs reprises, Jean-François Copé, le président de l’UMP, a fait comprendre, au cours de ses interventions à la radio et à la télévision, que la « droite » française si elle revenait au pouvoir, imitant en cela la lâcheté de la « droite » espagnole, ne reviendrait pas sur le « mariage » homo, si celui-ci était adopté. De plus, comment ne pas dénoncer le double discours de l’UMP alors que ce sont deux sénateurs UMP qui ont permis l’adoption du projet de loi en commission au Sénat ? Cette tentative de récupération ne peut que nuire à la spontanéité et à la sincérité d’un mouvement historique, qui dépasse les clivages politiciens.

L’ACTION FRANÇAISE APPELLE LES CITOYENS FRANÇAIS à ouvrir les yeux sur la véritable nature d’un régime qui non content de vouloir dénaturer le mariage et instaurer une filiation-fiction, gaze des citoyens désarmés, choisissant de préférence les femmes et les enfants. La République a définitivement perdu le socle des valeurs qu’elle avait hérité de la monarchie capétienne et chrétienne. Elle n’a plus aucune légitimité. OUI, CE DIMANCHE SOIR 24 MARS 2013, LE PRINTEMPS FRANÇAIS EST NÉ !

Aussi, L’ACTION FRANÇAISE SALUE-T-ELLE COMME UN SIGNE D’ESPÉRANCE POLITIQUE la présence, ce jour comme le 13 janvier dernier, de Mgr le Dauphin de France parmi les manifestants

Olivier Perceval, secrétaire général de L’Action Française

 

( 23 avril, 2012 )

Défilé en la mémoire de Jeanne d’Arc

LES 12 & 13 MAI 2012 – PARIS

 

à l’appel de l’Action française (CRAF et RN) et de l’association « Avec Jeanne », tous les Français sont appelés

à venir célébrer l’héroïne de la patrie

 

LE 12 MAI 2012

 

A Paris : ESPACE CLERY, 17 rue de Cléry 2° arrondissement.

14h : Ouverture des portes, accueil.

14h30 : table ronde LA POLITIQUE DE JEANNE D’ARC – Avec Guillaume de Tanouärn, Alain Bournazel et Jean-Pierre Maugendre

15h30. PAUSE dédicaces, buvette.

16h : table ronde VERS LA CRISE INSTITUTIONNELLE ! – Avec Hilaire de Crémiers, François Marcilhac, Olivier Tournafond, Frédéric Rouvillois, Yvan Blot

17h. PAUSE dédicaces, buvette.

17h30 : Grand Meeting d’Action Française L’ESPÉRANCE EST NATIONALE ! Avec Antoine Desonay, Eric Letty, Bernard Pascaud, Olivier Perceval, Jacques Tremolet de Villers.

Ont déjà confirmé leur présence pour des rencontres et dédicaces : Alain Bournazel, Xavier Cheneseau, Olivier Dazat, Jacques de Guillebon, Jacques Tremolet de Villers, Henry Le Bal, Dominique Paoli, Albert Salon, Axel Tisserand, Olivier Tournafond, Frédéric Rouvillois, David Mascré, et bien d’autres à venir.

De 14h à 19h. Espace Cléry 17 rue de Cléry – 75002 Paris Entrée 10 euros. 5 euros pour les étudiants, lycéens, chômeurs. Gratuit pour les étudiants de province www.actionfrancaise.net

 

LE 13 MAI 2012, CORTÈGE TRADITIONNEL

600 fleurs de lys

 pour les 600 ans de la naissance de Jeanne

 

Rassemblement à 10 heures Place de l’Opéra

En 1420, du temps de Jeanne d’Arc, le traité de Troyes décidait de faire fusionner la France et l’Angleterre. Cette Europe du XVe siècle abolissait notre souveraineté nationale. Jeanne d’Arc fit échec à ce « honteux traité ». Aujourd’hui, la souveraineté de la France est, une fois encore, insidieusement menacée, principalement par l’abdication nationale de nos oligarchies devant l’euro-atlantisme et le mondialisme. Pour nos libertés, les Français patriotes, par-delà la droite et la gauche, manifesteront dans la rue leur refus du renoncement national. Ce cortège, fondé par l’Action française en 1909 et maintenu depuis lors grâce à elle, est ouvert à toutes les organisations qui pourront défiler et déposer leurs gerbes en toute indépendance.

123
« Page Précédente
|