• Accueil
  • > Recherche : nouvelle revue universelle
( 6 juin, 2018 )

7 Juin : Hilaire de Crémiers à Nancy

 

 

L’Association HISTOIRE ET CULTURE

LA LORRAINE ROYALISTE

Vous invitent à  une

Conférence-débat

Avec

Hilaire de CREMIERS

Directeur de Politique Magazine et de la Nouvelle Revue Universelle

Délégué Général de la Restauration Nationle

50 ans après Mai 68,

Charles Maurras,

en son mystère et son actualité.

JEUDI 7 Juin 2018

Brasserie « LES DEUX PALMIERS »

64 rue Stanislas à Nancy

19 h : accueil

19 h 45 : conférence

21 h 00 : débat avec le conférencier autour d’un buffet froid

Une participation libre aux frais sera demandée

( 20 mai, 2018 )

Histoire & Actualité • Hilaire de Crémiers : « Mai 68, c’est l’irrespect, dans tous les domaines. »

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Entretien avec Hilaire de Crémiers directeur de Politique magazine et de La nouvelle Revue Universelle. Propos recueillis Par Philippe Ménard

Hilaire de Crémiers, vous avez participé aux événements de Mai 68 dans une position bien spécifique : étudiant royaliste. Quelles étaient vos fonctions à l’époque ?

Je m’occupais des cercles d’étude, des camps d’été… J’étais secrétaire général des étudiants d’Action française – ou quelque chose d’équivalent. C’était une époque de renouveau : nous avions des groupes structurés, avec des gens brillants, dans toutes les grandes villes universitaires, comme Lille, dont Jean-Pierre Dickès était l’animateur, Toulouse, Nantes, Aix et Marseille, Nanterre, avec Bernard Lugan, qui était auparavant responsable du lycée de Saint-Cloud. Il était membre de la Restauration nationale étudiante. Nous tenions des congrès et des conférences d’étudiants royalistes qui regroupaient des centaines de jeunes. Nous avions nos propres publications, comme Amitiés Françaises universitaires, que nous appelions AFU, et nous essayions de créer des dossiers d’Action française, des DAF ! Sur tous les sujets, Monarchie, Décentralisation, Enseignement et universités…

Mai 68 va arriver, vous sentez monter la tension… Comment les royalistes considèrent-ils alors cette effervescence ?

Aujourd’hui, on parle moins des royalistes que des gens d’Occident, qui se contentaient souvent d’un fascisme sans rigueur intellectuelle ; ils nous accusaient justement de maintenir les normes d’une sagesse politique dans notre réflexion, en raison de ce qu’ils appelaient notre « maurrassisme ». Ces groupuscules vivaient dans l’agitation. Ils se battaient, certes, mais nous aussi, et presque toutes les semaines, contre les étudiants communistes, les trotskystes, les maoïstes. Nous nous battions à la Sorbonne, à l’Odéon, à Saint-Lazare, bien avant les barricades – et souvent à un contre cinquante, car les communistes n’attaquaient qu’avec la certitude du nombre. Nous nous battions avec les Krivine, les Goldman. Cela pouvait se terminer à l’hôpital comme au poste de police. Les étudiants communistes ou déjà « gauchistes », sous la banderole de l’UNEF, tenaient les universités, la Sorbonne notamment. Ils avaient obtenu des espaces où ils pouvaient se réunir. L’administration apeurée leur était bienveillante. Il m’arrivait d’aller vers eux, fleur de lys à la boutonnière, pour leur proposer de discuter plutôt que de se battre. J’ai eu des discussions invraisemblables avec des trotskistes et des althussériens, à Normale Sup’, où nous avions un petit groupe. Spinoza, Kant, Hegel, Marx, Lénine… Nous connaissions leurs auteurs ; je lisais du Marcuse à la bibliothèque de la rue Croix-des-Petits-Champs, mais eux ne lisaient pas « nos » auteurs. C’est toujours la même chose. Les mêmes récitent le même catéchisme indéfiniment ! Il semblerait qu’aujourd’hui il y ait une jeunesse qui serait prête à s’ouvrir l’esprit. Tant mieux !

L’agitation précédait donc largement Mai 68. Quand cela a-t-il commencé ?

C’est 1961-1962 qui est le vrai départ des événements de Mai 68, pas 1965-1967, comme il est dit aujourd’hui. J’ai bien vécu cette période, ayant fait de la détention administrative en 1962, puis ayant été assigné à résidence. Je faisais en même temps mes études de droit et de lettres. C’est à ce moment que la gauche s’est littéralement emparée des lycées et des facultés et que le gaullisme a laissé la porte ouverte à la gauche, car la gauche l’avait soutenu dans l’abandon de l’Algérie. Nous, les royalistes d’Action française, étions alors en métropole les seuls opposants à un tel abandon, les seuls qui avions protesté non seulement contre l’abandon de la communauté française en Algérie, mais encore plus contre l’abandon des musulmans fidèles à la France. Il y avait une solution à trouver autre que le bradage honteux et qui n’a fait que repousser le problème ! Tout le monde en paie le prix aujourd’hui. Il y avait aussi la Cité catholique qui partageait la même manière de voir. J’ai assisté de l’intérieur au délitement des universités, de l’enseignement même et de la culture d’une manière générale parce que le gaullisme a systématiquement laissé la place à une gauche culturelle avant la lettre qui, en même temps, de marxiste-léniniste est devenue maoïste, spontanéiste – on parlait de « mao-spontex » –, lambertiste ou anarchiste, conséquence de l’abandon de toutes les idées de nation, d’ordre, de tradition, d’honneur, de beauté. Les professeurs étaient encore des gens remarquables, mais ils avaient déjà, en partie, abandonné leurs toges et leur autorité. Avant les cours magistraux, en Sorbonne, pendant un quart d’heure, une bande de zigotos prenaient la parole et faisaient passer leurs idées et leurs consignes. Ils tenaient l’Université. C’étaient des « professionnels de l’agitation », comme dit Macron : Krivine n’étudiait pas, il passait d’amphi en amphi pour semer l’agitation ; et l’agitation montait. J’avais écrit, alors, des articles, plusieurs mois avant Mai 68, pour signaler cette montée que nous percevions, que nous vivions, et qui allait déboucher sur un phénomène de masse. Cohn-Bendit et sa bande se sont aperçus qu’ils pouvaient faire n’importe quoi sans que jamais l’autorité leur réponde de façon cohérente : il n’y avait plus de respect. L’événement originel de Nanterre est caractéristique. Le mouvement du 22 mars est dans la logique du temps. Mai 68, c’est l’irrespect, dans tous les domaines. La libération sexuelle n’était que le refus de respecter la féminité : concrètement, dans les campus, ce n’était que la liberté de coucher. La pilule était libératrice d’abord pour le mâle ! La voyoucratie bourgeoise a pris le pouvoir dans les facultés avant d’essayer de le prendre dans la société. Et dans cette prise de pouvoir, dans cette dégradation de l’autorité, l’affaire de l’Algérie et l’évolution de l’Église, après Vatican Il, ont eu leur importance. Le christianisme de gauche a incontestablement joué un rôle déterminant dans l’évolution de la société, après la guerre, et tout spécialement après 1962. Les jeunes chrétiens gauchardisés par leurs aumôniers sont devenus les militants de la Révolution avant de devenir les cadres du parti socialiste !

Mai 68 arrive, encouragé par un pouvoir qui a accepté d’être fragile dans les facultés, alors qu’il avait su montrer ailleurs sa dureté. À ce moment-là, les royalistes se sont-ils dit que la République pouvait vaciller, qu’il y aurait quelque bénéfice à retirer de cette agitation marxiste ?

C’est une réflexion qui s’est faite au cours des événements. Ce sont les royalistes qui ont eu l’idée des contre-manifestations. Après la manifestation des gauchards qui étaient allés à l’Arc de Triomphe chanter l’Internationale et pisser sur la tombe du Soldat inconnu, nous avons pris la décision, en discutant avec les responsables du mouvement d’Action française de l’époque, Bernard Mallet, président des comités directeurs, et Pierre Juhel, secrétaire général de la Restauration Nationale, d’organiser des contre-manifestations. Et ça a tout de suite pris de l’ampleur : nous avons défilé tous les jours pendant huit jours, passant de 800 à 40 000 personnes sans difficulté. Mais les gens du SAC essayaient alors de prendre en main la manifestation – ils voulaient la récupérer –, ce qui n’était pas du tout dans nos objectifs ! Le SAC tentait d’entraîner la contre-manifestation sur la rive gauche pour créer des heurts frontaux. Mais je répondais aux policiers qui venaient, en quelque sorte, s’informer, et même plus que s’informer, car il n’y avait plus rien, que nous n’étions pas de la chair à canon, que nous n’allions pas jouer le jeu des barricades. L’idée est alors venue, vers la mi-mai, d’aller faire le tour systématique des lycées et des facultés, y compris les plus rouges, pour aller porter la contradiction dans un climat surréaliste de grève générale, de barricades et d’Odéon occupé ! J’ai, personnellement, fait le tour de la périphérie communiste de Paris, et de quelques lycées parisiens les plus rouges. Devant des salles de classe bondées, il était amusant d’expliquer que le totalitarisme universitaire contre lequel les émeutiers prétendaient lutter, avait été inventé par la République !

Les étudiants manifestent avant l'intervention de la police au carrefour du boulevard Saint-Michel et du boulevard Saint-Germain, à Cluny, avec pour leader Alain Krivine des Jeunesses Communistes Révolutionnaires. On remarquera le caractère très bourgeois de ces manifestants. Politique magazine

Les étudiants manifestent avant l’intervention de la police au carrefour du boulevard Saint-Michel et du boulevard Saint-Germain, à Cluny, avec pour leader Alain Krivine des Jeunesses Communistes Révolutionnaires. On remarquera le caractère très bourgeois de ces manifestants.

Nous manifestions contre le désordre et en même temps nous commencions à apporter une réponse au questionnement légitime d’une partie du public. Et nous avons installé nos propres présentoirs, avec notre presse, à côté de Clarté, le journal de l’Union des étudiants communistes, et de L’Humanité. À partir du moment où nous nous sommes installés, tout le monde a accouru, gaullistes, giscardiens en tête ! Nous avions ouvert la voie ; il avait fallu se battre un peu. Nous étions assez nombreux pour nous imposer, à Paris comme en province. Nous avions une imprimerie en banlieue où nous allions la nuit, tous feux éteints, faire tirer nos journaux, Aspects de la France et AFU. Nous étions toute une bande ; il y avait Gérard Leclerc, Jean-Pierre Dickès et bien d’autres. Nous écrivions le journal, le portions à l’imprimerie, le tirions à des milliers d’exemplaires et le rapportions en passant les chicanes de la CGT. Comme il n’y avait plus de presse et que, seules, deux radios fonctionnaient, les ventes à l’Opéra, à Saint-Lazare, explosaient ! Au lieu de vendre difficilement en faisant le coup de poing, un numéro partait à la seconde ! Je descendais en voiture à Lyon, les gens de Marseille montaient, on faisait la même chose à l’Ouest, Poitiers – Bordeaux – Toulouse, et le journal était distribué dans toute la France. Aspects de la France est le seul journal qui a paru pendant trois semaines, en alternance avec AFU. Mais tout était flou… Les gaullistes achetaient les révolutionnaires, Chirac se promenait avec un revolver et des valises de billets, De Gaulle allait consulter à Baden-Baden, nous faisions le tour des lycées et des facultés, nous chahutions Duverger et les profs bourgeois qui jouaient les émeutiers, on s’amusait beaucoup. C’était formidable, mais où menions-nous ces étudiants qui nous suivaient ? … Nous ne le savions pas. Et c’était une pensée lancinante et terrible. Tout le monde agité ne pensait en fait qu’au pouvoir à prendre et ils se sont arrangés pour s’y faire leur place, presque tous ! Devenus eux-mêmes ce qu’ils étaient censés renverser ! Et je peux vous dire que beaucoup d’argent a circulé. Jamais pour nous évidemment, toujours pour les gauchards et les sbires du gouvernement.

Vous existez : du coup ceux qui avaient peur de réagir s’enhardissent et vous confisquent la réaction. Comment vivez-vous ce moment où tout s’échappe ?

Douloureusement. Le milieu royaliste était en train de se fracturer entre partisans de l’ordre et partisans du chambardement. J’imposais à mon niveau une direction mais c’était fragile. Je devinais ce qu’il fallait faire mais nous n’en avions pas les moyens. Pompidou s’en est tiré après les accords de Grenelle ; De Gaulle est revenu, mais il avait, malgré les apparences, perdu la partie : un an plus tard, il sera contraint de partir, et pourtant sur une de ses meilleures propositions de réformes. La gauche a misérablement tenté de reprendre le pouvoir au stade Charlety. Le Parti communiste et la CGT ne voulaient pas aller au-delà de ce que Moscou souhaitait – et l’URSS voulait maintenir De Gaulle, personnalité « de droite » qui avait une politique internationale dite « de gauche », mais nous ne savions pas jusqu’à quel point. Nous avons eu le sentiment, d’une certaine manière, d’avoir été manipulés puisque notre contre-révolution avait servi le pouvoir républicain qui s’était ressaisi. Nous avons fait un camp, à l’été 68, très suivi. Mais la société avait changé. Les événements relevaient à la fois d’une mascarade bourgeoise et d’un bouleversement en profondeur, et nous n’avions pas la capacité de mener à son terme la dynamique que nous avions lancée. À la Mutualité, 2000 étudiants criaient « Vive le Roi », mais à quoi bon, si l’État, l’Église, la société se reconstituaient sur un pacte de consolidation républicaine où le désordre sert finalement l’ordre établi et où l’ordre établi ne cesse d’alimenter le désordre. La loi Edgar Faure en fut l’expression la plus évidente.

Mgr Marty avait déclaré dans un mandement que Dieu n’était pas « conservateur » ! La formule aurait pu être comprise intelligemment. Ce ne fut pas le cas. Etait-ce possible ? On ne peut imaginer la sottise de l’époque. Nous avions établi, avec quelques étudiants, une sorte de PC à l’Institut catholique, mais de l’autre côté de la cloison, nous entendions de jeunes séminaristes qui allaient sur les barricades… C’était assez désespérant ! Je pense, aujourd’hui, qu’il y avait là un vrai combat. Mais ce qui est sûr, c’est que, pour réussir, il faut préparer les forces suffisamment à l’avance de façon que les réactions nationales ne soient pas que des coups de chaud ! Indéfiniment récupérés par les aventuriers de la politique.  ■

Hilaire de Crémiers

( 12 mai, 2018 )

PRESSE ET LIBRAIRIE du n° 344 de la Lorraine Royaliste

 

VALEURS ACTUELLES – Hors série  n° 14 – le numéro : 9,90 €,

 

Ce numéro est titré « La vraie histoire des colonies », des pionniers du Nouveau Monde aux larmes de l’Algérie française… quatre siècles d’épopée coloniale dont la France n’a pas à se repentir. Le ton est donné : la France n’a pas à rougir de son passé coloniale, elle peut même en être fière.

Dans cette revue, il est fait le tour de toutes nos anciennes possessions, en Amérique, en Afrique, en Asie. Il est retracé l’histoire des conquêtes, il est montré ce que nous avons fait avec toujours l’idée de civiliser et d’instruire. Contrairement à d’autres colonisateurs, en particulier anglo-saxons,  pas ou peu de « racisme », pas de volonté de supprimer des populations. Au contraire, il s’agissait de les gagner pour en faire des partenaires, des amis. Les auteurs des différents articles le montrent bien.

Il s’agit d’un bon résumé de l’action coloniale de la France à lire et surtout à faire lire à un maximum de personnes, surtout en cette période où la désinformation règne.

 

LA NOUVELLE REVUE UNIVERSELLE – Revue trimestrielle – n° 51 – Le numéro : 18 € abonnement (4 numéros) : 70 € – 1 rue de Courcelles, 75008, Paris

 

Encore un très beau et bon numéro de la Nouvelle Revue Universelle. Vous y trouverez des études économiques de François Reloujac, politiques d’Antoine de Crémiers, Pierre de Meuse, d’histoire avec Hervé Catala, Yves Meaudre, Pierre Gourinard, Alain Peloux,  de réflexion avec Yves Morel, le père Michel Viot, Jean-Yves Jaffré, et j’en passe… Tous articles de grande qualité qui nous font réfléchir sur nous et notre pays.

Tous nos lecteurs devraient être abonnés à cette revue !

 

 

REGARDS SUR MAURRAS– 280 pages, Editions APOPSIX – 20  €

 

Les éditions Apopsix ont eu la bonne idée, à l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Charles Maurras, de demander à plusieurs personnages d’écrire sur ce « prince de la république des lettres ». Nous lisons en quatrième de couverture ces quelques mots définissant le livre : « Le 150ème anniversaire de sa naissance est l’occasion d’évoquer sans parti pris l’apport de sa pensée qui peut toujours féconder la réflexion de nos contemporains. L’œuvre du maître de Martigues, malgré une certaine éclipse due au temps mauvais, pourrait bien être la lueur capable de guider nos pas vers le « chemin du Paradis ». C’est tout le pari de ce livre. »

Ceux qui ont participé à la réalisation de ce livre sont : Anne Brassié, Frère Thierry, Axel Tisserand, Henri Philipp, Philippe Prévost, Michel Fromentoux, Philippe Champion, Christian Vanneste, Hilaire de Crémiers, Paul-Marie Couteaux, Maxence Hecquard, Jean-Bernard Cahours d’Aspry.

Autant dire que ce livre doit figurer dans votre bibliothèque.

 

Jean NEDISCHER

 

( 7 avril, 2018 )

Paris 10 avril, Hilaire de Crémiers parlera de Charles Maurras aux Mardis de Politique magazine, une soirée à ne pas rater !

CHARLES MAURRAS
En son mystère et son actualité
par
Hilaire de CREMIERS
Directeur de Politique Magazine et de La Nouvelle Revue Universelle

Rendez-vous à partir de 19 h 00 - Conférence à 19 h 30 précises
Participation aux frais : 10 euros -  Etudiants et chômeurs : 5 euros

Salle Messiaen, 3 rue de la Trinité  Paris 9° - Métro La Trinité, Saint-Lazare

sans-titre pm.png

Renseignements : Politique magazine, 1 rue de Courcelles Paris 8° – T. 01 42 57 43 22

( 1 février, 2018 )

2018, sous le signe de Maurras

 

Communiqué de presse

 

Forte de son succès (+18 % d’adhérents en 2017, +53 % d’adhérents en 5 ans), l’Action française se tourne résolument vers l’avenir en ce cent cinquantième anniversaire de la naissance du Maître de Martigues.

De manière à promouvoir notre école de pensée, les Éditions de Flore viennent d’être fondées. Cette maison d’édition a pour vocation d’être le porte-voix des idées royalistes et nationalistes en France. Nous pouvons d’ores et déjà annoncer la mise sous presse du premier ouvrage, Maurras et la pensée d’AF par Maurice Torrelli.

La PRIEP, société éditrice de L’Action française, ayant rencontré quelques soucis financiers, arrête ses activités après 27 ans de loyaux services. L’AF2000 ne sera plus distribuée dans les prochaines semaines. Mais l’AF ne compte pas rester sans organe de presse. Nous allons développer nos moyens de communication et de presse au travers d’une participation accrue à La Nouvelle Revue Universelle et en fondant dès la rentrée universitaire prochaine un nouvel organe de presse royaliste d’Action française. Nos équipes travaillent déjà dessus.

Nous nous tournons résolument vers l’avenir pour entreprendre de nouvelles aventures au service du Bien Commun.

Notre mouvement continue à se déployer. La France a plus que jamais besoin de l’instauration d’une monarchie.

François Bel-Ker, secrétaire-général

( 8 décembre, 2017 )

Le libéralisme est-il un totalitarisme ?

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Par Elie Collin

Cette intéressante réflexion est parue sur le site de l’excellente revue Limite -  revue de combat culturel et politique, d’inspiration chrétienne – que nous ne voudrions pas manquer de signaler aux lecteurs de Lafautearousseau. Cette revue nous paraît contribuer utilement au combat politique et culturel en cours parmi les intellectuels français, dans une direction qui est, au sens noble, celle de la Tradition. En outre la revue indique qu’« en sa qualité de lycéen, Elie est le cadet de [ses] contributeurs… mais n’en est pas moins talentueux. » On le lira avec d’autant plus d’empathie.  LFAR

Le libéralisme qui avait promis de libérer l’individu semble, en fait, ne rien faire d’autre que de le soumettre toujours davantage à la logique du marché. Cette promesse mensongère tout comme son ambition de créer un homme nouveau, adapté à ses exigences, soulignent sa proximité avec la logique totalitaire.

Probablement y a-t-il plusieurs types de libéralisme. Par exemple, Jean-Claude Michéa, philosophe et historien des idées, établit un développement de la pensée libérale en trois étapes, trois « vagues », correspondant à trois expériences historiques douloureuses sur lesquelles se sont interrogés les philosophes libéraux : les guerres de religion pour les premiers libéraux, la Révolution française pour Constant et Tocqueville, les totalitarismes nazi et communiste pour Hayek et Friedman. Il est alors intéressant de constater que ce développement historique est surtout un déploiement idéologique : les penseurs successifs tirent progressivement les conclusions des axiomes des précédents et approfondissent la logique de départ. Étudier le libéralisme tel qu’il est aujourd’hui, c’est donc essentiellement se reporter aux derniers développements de cette logique, en l’occurrence ceux du philosophe autrichien Friedrich Hayek (1899-1992). Le libéralisme tel que l’a conçu Hayek, non ex nihilo mais en héritant d’une longue tradition, n’est sans doute pas le seul possible, mais il est celui qui a le plus influencé notre époque.

L’exemple le plus significatif de cette influence est l’étude de sa pensée qu’a menée Michel Foucault à partir de la fin des années 1970, alors que le libéralisme économique connaissait un regain d’intérêt intellectuel. Foucault pense une rupture entre le libéralisme classique et le néolibéralisme, rupture qui semble en réalité plus un déploiement logique et une radicalisation du libéralisme classique qu’une refondation théorique complète. Le plus petit dénominateur commun des deux libéralismes est la volonté de réduire l’État. Mais, alors que le libéralisme d’un Locke combattait l’État, institué, au nom d’un ordre antépolitique et naturel et d’une loi divine, le libéralisme de Hayek oppose à l’État l’ordre du marché et la loi économique. Le néolibéralisme pose que le marché est la seule instance régulatrice de la société ou que, dit avec les termes de Hayek dans Droit, législation et liberté, « c’est l’ordre du marché qui rend possible la conciliation pacifique des projets divergents ». Ainsi le néolibéralisme prétend-t-il résoudre le problème politique… par sa dilution.

Foucault remarque que l’ennemi principal du néolibéralisme est la philosophie politique traditionnelle en tant qu’elle cherche le commun. Mais les néolibéraux refusent justement la recherche de commun et se refusent à ce qui leur paraît « limiter la multiplicité des modes d’existence pour produire de l’ordre, de l’unité, du collectif », ainsi que l’écrit le philosophe foulcadien, Geoffroy de Lagasnerie dans La dernière leçon de Michel Foucault. Ce dernier met en évidence une opposition centrale dans la pensée hayekienne, celle entre conservatisme et néolibéralisme : le premier se caractérise par une « prédilection pour l’autorité » et une « hantise du spontané », quand le second prône le désordre, l’immanence, le pluralisme et l’hétérogénéité. « Le néolibéralisme impose l’image d’un monde par essence désorganisé, d’un monde sans centre, sans unité, sans cohérence, sans sens », affirme Lagasnerie dans son explicitation de la pensée de Foucault. Radicalisant le slogan plaintif des libéraux « On gouverne toujours trop », Foucault demande malicieusement : « Pourquoi gouverner ? ». Il n’est dès lors pas étonnant qu’il voit dans le néolibéralisme de Hayek l’instrument d’une critique, en tant qu’il est « l’art de n’être pas tellement gouverné ». L’intérêt de Foucault pour ce système de pensée nouveau doit se comprendre dans la rupture qu’il induit avec la philosophie politique, en ce sens qu’il crée « des instruments critiques extrêmement puissants, permettant de disqualifier le modèle du droit, de la Loi, du Contrat, de la Volonté générale ». Foucault étudie ensuite les théories de l’homo oeconomicus, « être ingouvernable », en remplacement du sujet de droit, de l’homo juridicus, lequel est « un homme qui accepte la négativité, la transcendance, la limitation, l’obéissance ». En somme, Foucault trouve dans le néolibéralisme, qu’il comprend comme une théorie de la pluralité, un outil redoutable contre le politique.

Il apparaît que le néolibéralisme peut en fin de compte être assimilé à un anarchisme, si on entend par ce terme un refus – et un combat – de tout pouvoir politique. Mais il n’est pas un refus de toute norme, une littérale an-archie, en ce qu’il est soumission au marché. On peut même aller jusqu’à affirmer, avec le philosophe contemporain Jean Vioulac, que le libéralisme est un totalitarisme.

Il est vrai qu’historiquement, comme nous le soulignons en début d’article, le libéralisme hayekien est apparu comme alternative aux totalitarisme nazi, fasciste et communiste. Le fascisme italien revendiqua même ce terme de totalitarisme et le théoricien fasciste Giovani Gentile pouvait souligner l’écart entre libéralisme et totalitarisme : « Le libéralisme met l’État au service de l’individu ; le fascisme réaffirme l’État comme la véritable réalité de l’individu. […] Dans ce sens, le fascisme est totalitaire. » Mais une telle acception de la notion de totalitarisme semble trop étriquée et ne permet pas de rendre compte de la diversité de ses formes. Tâchons avec Jean Vioulac, auteur de La Logique totalitaire, de penser l’essence du totalitarisme.

Philosophiquement, le concept de totalitarisme désigne « le pouvoir de la Totalité ». « Il y a totalitarisme quand une Idée à prétention universelle dispose d’une puissance totale lui permettant de se produire elle-même par l’intégration en elle de toute particularité », écrit le philosophe. Le libéralisme est-il une idéologie totalisante capable de s’auto-réaliser ? Pour Hayek, le marché est un ordre certes non-naturel, mais auto-généré, autonome, dit « spontané », « résultat de l’action d’hommes nombreux mais pas le résultat d’un dessein humain ». Même s’il n’est pas élaboré par la raison, le marché est rationnel, mais d’une rationalité immanente, résultat d’une évolution, d’une sélection des pratiques efficientes et rationnelles, c’est-à-dire de la concurrence. Vioulac peut écrire : « la doctrine du marché procède d’une conception de l’évolution humaine comme avènement du marché universel, par le biais d’un processus inconscient et involontaire de la part des individus ». Alors que la philosophie de l’Histoire hégélienne se basait sur une théorie de la ruse de la raison historique, celle de Hayek pense l’Histoire comme avènement du marché, fondé sur une « ruse de la raison économique ». Mais alors, il n’y a plus de liberté individuelle, mais seulement une apparence de liberté. L’individu se croit libre mais n’est qu’indépendant des autres, parce déterminé et soumis aux mécanismes du marché. Le libéralisme est une idéologie de la soumission, non de la liberté. D’ailleurs, Hayek note effectivement dans La Route de la servitude : « C’est la soumission de l’homme aux forces impersonnelles du marché qui, dans le passé, a rendu possible le développement d’une civilisation qui sans cela n’aurait pu se développer ; c’est par cette soumission quotidienne que nous contribuons à construire quelque chose qui est plus grand que nous pouvons le comprendre. » Ce système est « un totalitarisme volontaire, un totalitarisme autogéré, où chacun se soumet à la Totalité avec d’autant plus d’enthousiasme qu’il est persuadé de ne servir que ses propres intérêts ».

Il est logique que le néolibéralisme s’attaque au pouvoir politique, lequel ne peut qu’entraver les mécanismes marchands. Mais il n’est pas un laissez-faire passif pour autant : il est d’abord un transfert de souveraineté de l’État au marché, en cours de réalisation sous la forme des politiques de privatisation et de libéralisation. Plus profondément et dès 1938, Walter Lippmann écrit que le libéralisme est « une logique de réajustement social rendue nécessaire par la révolution industrielle ». Le but ultime de l’action néolibérale est ici explicite : créer un homme nouveau, un homo œconomicus, parfaitement adapté au marché. Pour ce faire, et Vioulac l’expose méthodiquement, les instruments sont nombreux, de la publicité au « pouvoir de la Norme » (Michel Foucault) en passant par la libération des pulsions sexuelles, savamment étudiée par Dany-Robert Dufour dans La Cité perverse. Le néolibéralisme « soumet chaque individu à la discipline managériale qui lui impose l’entreprise comme modèle de réalisation d’un soi préalablement défini comme producteur-consommateur », continue Vioulac. « Il contribue ainsi à l’institution du marché comme Totalité et s’emploie à détruire tout ce qui viendrait entraver sa puissance de totalisation ».

On finira sur un fragment posthume de 1880 de Nietzsche que Vioulac met en exergue au début de son chapitre sur le totalitarisme capitaliste qui résume ce nouveau type d’aliénation, dénoncé sans relâche, dans des styles différents, par des Pasolini ou des Michéa : « La grande tâche de l’esprit mercantile est d’enraciner chez les gens incapables d’élévation une passion qui leur offre de vastes buts et un emploi rationnel de leur journée, mais qui les épuise en même temps, si bien qu’elle nivelle toutes les différences individuelles et protège de l’esprit comme d’un dérèglement. Il façonne une nouvelle espèce d’hommes qui ont la même signification que les esclaves de l’Antiquité. »

( 8 octobre, 2017 )

Mardis de Politique magazine, une conférence à ne pas rater …

 

 

 

Les mardis de Politique magazine

Conférence mardi 10 octobre 2017

Actualité

Tour d’horizon

par Hilaire de Crémiers
Directeur de Politique magazine et de La Nouvelle Revue Universelle

Rendez-vous à partir de 19 h 00 - Conférence à 19 h 30 précises
Participation aux frais : 10 euros -  Etudiants et chômeurs : 5 euros

Salle Messiaen, 3 rue de la Trinité  Paris 9° - Métro La Trinité, Saint-Lazare

Renseignements : Politique magazine, 1, rue de Courcelles, Paris 8° – T. 01 42 57 43 22

( 20 juillet, 2017 )

DEUX REVUES A LIRE, FAIRE LIRE et DIFFUSER

 

-          LA NOUVELLE REVUE UNIVERSELLE, n° 48, 18 €, 206 pages, 1 rue de Courcelles, 75008, Paris, courriel : associationregalia@gmail.com

 

Un numéro de grande qualité avec les participations de Christian Franchet d’Espérey, Gilles Varange, François Reloujac, Jacques Bichot, Antoine de Crémiers, Olivier Pichon, Gabriel Privat, Philippe Lallement, Séphane Bern, Patrick de Beaucaron, Marc Couturie, Péroncel-Hugoz, Lars Klawonn, Louis de Montalte, Michel Mourlet.

 

-          L’ACTION FRANCAISE hors série : L’ACTION FRANCAISE, UNE ECOLE DE PENSEE – MAURRAS PAS MORT ! 5 €, 10 rue Croix des Petits Champs, 75001, Paris. www.librairie-de-flore.fr

 

Ce hors série est remarquable avec les participations de François Marcilhac, Charles Horace, Pierre Chaumeil, Fernand Dartois, Reynald Secher, Jean-Philippe Chauvin, Christophe Boutin, Stéphanne Blanchonnet, Charles Saint-Prot, Pierre Lafarge, Eric Letty Grégoire Dubost, Xavier Cheneseau et un entretien avec Le Prince Jean de France.

( 19 mars, 2017 )

29 JANVIER A NANCY

 

La journée commença par la messe pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI en l’église – comble – de l’Immaculée Conception. Ce jour-là, c’était la messe de la Saint Sigisbert, roi d’Austrasie et patron de la ville de Nancy.

Ensuite, quelques dizaines de royalistes Lorrains se retrouvèrent à l’auberge de Maître Marcel pour la traditionnelle fête des Rois. Cette année, plusieurs élus nous firent l’amitié de nous rejoindre afin de nous rencontrer : Dominique Bilde, députée française au parlement européen, conseillère régionale. Thierry Gourlot, conseiller régional, conseiller municipal de Metz, président de l’Observatoire des patriotes lorrains, Jean-Michel Rossion, conseiller municipal de Metz.

Notre Directeur, Philippe SCHNEIDER, pris la parole en faisant remarquer que la nouvelle année se termine par « 17 », ce qui n’est pas très bon car il convient de se souvenir de 1517, la réforme luthérienne, 1717, naissance de la Franc maçonnerie, 1917, révolution bolchevique en Russie. Trois grandes catastrophes marquant les progrès de la révolution ! 2017 sera-t-elle dans cette funeste lignée ou au contraire marquera-t-elle le début d’une saine réaction, du renouveau de la France ? Nous devons y travailler. Un des moyens est de diffuser la presse royaliste : La Lorraine Royaliste, bien sûr, mais aussi Politique Magazine, La Nouvelle Revue Universelle, l’Action Française 2000.

Le professeur Jean-François Gicquel pris ensuite la parole pour évoquer l’état lamentable de notre patrimoine essentiellement royal et catholique. Il proposa plusieurs solutions pour y remédier. Vous trouverez le texte de son intervention dans notre prochain numéro. Puis ce fut notre ami Jean-Marie Cuny qui  nous parla du calendrier avec son humour habituel.

Vous trouverez le texte de son allocution ci-dessous.

Réforme du calendrier officiel

 

Tous les ans, notre estimé président-directeur-général de la Lorraine Royaliste me demande de tenir un discours lors de notre traditionnel repas de janvier. Cela me gêne un peu car je trouve que la formule s’apparente aux banquets républicains du style IIIe République… D’accord, on ne va quand même pas jusqu’à bouffer du curé et manger du boudin le vendredi-saint … La tradition du banquet perdure depuis un certain nombre d’années pour « choucrouter » en communion d’idéal pas très républicain. Il faut le dire !

Pardonnez-moi, mais cette année, je n’ai pas trouvé de sujets passionnants à vous présenter.

Vous êtes tous bien informés de la politique et des désordres du monde actuel. Vous connaissez l’histoire de notre pays, c’est-à-dire celle qui n’est pas enseignée à l’école laïcarde et républicaine, il est donc bien difficile d’évoquer ici un sujet original. J’ai alors décidé de vous parler simplement de la pluie et du beau temps ou plutôt, du temps qui passe au rythme des jours ponctués par le traditionnel calendrier desPTT (qui signifie : Poste-Télégraphe-Téléphone) …

A une époque pas très ancienne, au café proche de la grande poste de Nancy, on chahutait volontiers les facteurs, accoudés nombreux au comptoir de la brasserie « La Gauloise », entre la rue Saint Julien et la rue des Dominicains. Le lieu était nommé « l’annexe » de la grande poste par les postiers eux même. Bref, il y avait toujours un petit malin pour narguer nos préposés au courrier : PTT, disait l’intervenant au comptoir, ça veut dire : Petit Travail Tranquille !.. Pas du tout répondaient les postiers, ça veut dire : « Paye Ta Tournée »…

Bref, je vous dis ces gaudrioles manière d’entrer en matières, car mon sujet du jour, c’est le sérieux calendrier des PTT… Il parait que ce n’est plus les PTT, (on a supprimé le télégraphe depuis un certain temps). Aujourd’hui, c’est des PéTé qu’il s’agit, c’est moins élégant et peut prêter à des interprétations grotesques que je tiens à éviter ici, en notre bonne société réunie.

J’arrive à mon sujet du jour…

Je tiens donc à vous faire savoir que je suis fâché avec le calendrier, non pas parce qu’il m’a couté un billet de 10 euros donné à mon facteur, mais parce qu’il ne correspond pas à mes connaissances, mes idées et mes souhaits…

D’abord, je conteste le changement de millésime à la date du 1er janvier qui commence l’année en plein hiver, sans aucune base historique ou même zodiacale. Au temps des Romains, l’année nouvelle commençait en mars.

Sous le grand empereur Charlemagne, la nouvelle année débutait à Noël. On célébrait en même temps la naissance du p’tiotJésus et l’an nouveau.

Sous nos ducs de Lorraine, l’année démarrait de façon toute naturelle avec l’arrivée du printemps, précisément le 25 mars, jour de la fête de l’Annonciation, donc dans l’ordre ordinaire des saisons : printemps, été, automne, hiver…

Si je fais signer une pétition ici, parmi vous, ou même surinternénet comme c’est de mode, je pense qu’il me sera très difficile de faire changer la date actuelle choisie il y a déjà un certain nombre d’années. Quand même, je m’agace, je proteste, je râmine d’une saint Sylvestre à l’autre. Les dates des fêtes et des anniversaires républicains de mon calendrier des postes n’ont pas ma faveur et les fêtes proposées ne sont pas les miennes. De votre côté, bons citoyens que vous êtes, vous l’acceptez peut-être, puisque c’est officiel. Moi, rebelle par nature, j’ai rayé rageusement les dates commémoratives qui n’avaient pas ma faveur.

Sachez ici que j’ai établi un calendrier autrement plus sérieux, avec les dates anniversaires qui nous concernent. Déjà, nous avons récemment célébré l’anniversaire du 5 janvier, officiellement occulté qui changea pourtant la carte de l’Europe en 1477.

Aujourd’hui, nous évoquons la mort ignominieuse du bon roi Louis XVI, conduit à l’échafaud par la canaille révolutionnaire. Je voudrais que l’on commémore également tous les ans, le martyre et la mort honteuse de la reine Marie-Antoinette épouse du roi à la date du 16 octobre…

Bref, j’ai osé réformer l’éphéméride actuelle en établissant un calendrier des dates évocatrices pour nous au cours de l’année. Par exemple, après-demain, nous fêtons Saint Sigisbert, roi mérovingien d’Austrasie, patron de la ville de Nancy. Il n’est pourtant pas indiqué sur le calendrier des P & T. C’est un manque fâcheux.

Bref, tout cela pour vous dire que mon calendrier perpétuel réformé est en vente ici à notre table de presse. Il coûte dix euros qui seront entièrement versés à une œuvre identitaire utile (Mémoire des Lorrains et Pèlerins de Lorraine).

Merci de votre écoute patiente et attentive.

 

Jean-Marie Cuny

( 23 février, 2017 )

INVITATION [Provence] – ON S’INSCRIT SANS TARDER !

 

 

COLLOQUE D’ACTION FRANÇAISE

ELECTION PRESIDENTIELLE : LA DEFAITE DU PEUPLE ?

PROGRAMME / SAMEDI 4 MARS – 15 h 

Première table-ronde : Un contexte politique défavorable
animée par Charles de Meyer, assistant parlementaire de J. Bompard

LA DÉMOCRATIE AU DÉFI DES NOUVELLES INITIATIVES CITOYENNES
par Elie Davy, étudiant en journalisme et communication

LA GAUCHE CONTRE LE PEUPLE
par David L’Épée, rédacteur à Éléments

LA DROITE CONTRE LE PEUPLE
par Antoine de Crémiers, conférencier,

conseiller éditorial de La Nouvelle Revue Universelle

Deuxième table-ronde : Des fondements institutionnels viciés
animée par Philippe Mesnard,

rédacteur en chef de L’Action Française 2000

LES LIMITES DE LA Vème RÉPUBLIQUE
par Jean-Baptiste Collomb

Doctorant en droit constitutionnel et Chargé d’enseignement

LA SOUVERAINETÉ EN QUESTION
par Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine

et de de La Nouvelle Revue Universelle

RESTAURER LE POLITIQUE

FACE AUX IDEOLOGIES DE LA DECONSTRUCTION

par Rémi Soulié, essayiste et critique littéraire

Suivi d’un buffet dînatoire

SAMEDI 4 MARS, 15 H

NOTRE-DAME DU LIBAN,

5 avenue du Parc Borely, 13008 Marseille [Parking]

PAF • COLLOQUE & BUFFET DÎNATOIRE 20 €

10 € POUR LES ETUDIANTS

Inscriptions & renseignements : colloqueafprovence@gmail.com

Téléphone [renseignements] : 06 08 31 54 97

1234
Page Suivante »
|