• Accueil
  • > Recherche : nouvelle revue universelle
( 8 mai, 2020 )

L’Action Française face à la question sociale. Partie 1 : La condamnation du libéralisme.

 

Lu sur le blog de Jean-Philippe Chauvin

 

L’histoire du royalisme, souvent ignorée par les monarchistes eux-mêmes alors qu’ils devraient être hommes de mémoire, est pleine de malentendus, de bruits et de fureurs, mais elle est aussi passionnante et beaucoup plus riche qu’on pourrait le croire au regard des manuels d’histoire ou des articles de presse, souvent ricaneurs ou polémiques, qui lui consacrent quelques pages. Depuis quelques années, de nombreux colloques ont étudié l’Action française, accompagnés de publications universitaires ou érudites fort intéressantes, mais il reste encore de nombreux chantiers historiques à explorer sur cette école de pensée qui fut aussi (et surtout ?) une presse et un mouvement inscrits dans leur temps, avec toutes les pesanteurs de celui-ci et les risques d’incompréhension. Ces études, d’ailleurs, liées sans doute à l’esprit et aux inquiétudes de notre époque, pourraient être utilement complétées par celles sur les stratégies des princes de la Famille de France et sur les « royalismes provinciaux », parfois moins doctrinaires sans en être moins intéressants. A quand de grandes thèses sur les parlementaires royalistes d’avant 1940 ou sur la presse royaliste « hors-AF », comme La Gazette de France, dans laquelle écrivirent Maurras et Daudet, ou Le Soleil, fort peu maurrassienne ? La revue Lys Rouge, publiée il y a quelques années par la Nouvelle Action Royaliste, a ouvert quelques pistes de recherche qui mériteraient de ne pas être refermées avant d’avoir été complètement explorées…

 

J’ai été amené il y a peu à m’intéresser à nouveau au sujet de l’Action française et la question sociale, fort bien traité par Bertrand Renouvin pour l’AF d’avant 1944 et abordé par Zeev Sternhell mais aussi par François Huguenin en quelques pages lumineuses, qu’il faudrait toutes citer. C’est un sujet passionnant, et qui aborde un pan de l’histoire politique et sociale de notre pays trop souvent négligé ou phagocyté par une certaine Gauche persuadée d’être la seule légitime à parler des ouvriers ou des salariés, à tel point que nombre de penseurs ou d’électeurs de Droite considèrent toute évocation du « social » comme une revendication gauchiste ou communiste…

 

Contrairement à une idée reçue, l’Action Française n’a pas méconnu la question sociale, mais elle l’inscrit dans sa critique globale du libéralisme, et Maurras se réfère à Frédéric Le Play et, plus encore peut-être, au marquis de La Tour du Pin, véritable théoricien du corporatisme et de la décentralisation, en déclarant « Ce n’est pas La Tour du Pin qui est d’Action française mais l’Action française qui est de La Tour du Pin ». Au cours de l’histoire du mouvement royaliste, d’autres apports, au-delà des trois précédents cités, viendront enrichir la doctrine sociale de l’AF et, non pas seulement l’actualiser, mais bien plutôt la préciser et la contextualiser, comme le fera un temps Georges Valois, mais aussi Nel Ariès ou Firmin Bacconnier après lui, et Pierre Debray plus près de nous. Mais, pour l’AF, la question sociale n’est pas dissociable de la question politique, encore plus que du domaine économique.

 

La question sociale ne naît pas exactement au XIXe siècle mais bien plutôt dès les années de la Révolution française, voire même dès le milieu du XVIIIe siècle quand Louis XV accepte (avant de se raviser quelques années plus tard) la libéralisation du commerce des grains (lois de mai 1763 et de juillet 1764), véritable coup d’envoi du libéralisme économique en France dont Turgot sera le représentant le plus emblématique à la suite de Montesquieu. Les lois d’Allarde et Le Chapelier, votées par l’Assemblée constituante en mars et juin 1791, défont le modèle social corporatif français (par la suppression des corporations, l’interdiction de s’associer et de faire grève, etc.), laissant l’ouvrier démuni face au pouvoir patronal et financier. A partir de ce moment-là, les travailleurs se retrouvent, au nom de la « liberté du travail » (qui n’est que celle de celui qui a les moyens d’en donner et de le financer, et non celle du travailleur même), soumis à la loi d’airain du capitalisme et de sa loi de l’offre et de la demande dans laquelle il n’apparaît plus que comme une variable d’ajustement. Comme l’explique l’historien maurrassien Pierre Gaxotte, la réaction est légitime face à ce libéralisme inique, et « tout le syndicalisme contemporain est une insurrection contre la loi Le Chapelier » : effectivement, le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle constitueront une sorte de « rattrapage » social pour les salariés pour retrouver, d’une part une dignité déniée par l’exploitation des ouvriers par les puissances d’argent, et d’autre part des conditions de travail plus favorables à la bonne santé des salariés d’usine ou de mine. L’Action française condamne ce libéralisme esclavagiste et Maurras y consacrera quelques fortes pages lors des fusillades de Draveil et de Villeneuve-Saint-Georges ou lors de certaines grèves des années 1900, du temps de Clemenceau, prenant le parti des ouvriers et dénonçant la République antisociale : « La Révolution a supprimé les organisations ouvrières et confisqué leur patrimoine, c’est depuis lors que l’ouvrier souffre et se révolte. » Les ouvriers privés de reconnaissance, empêchés d’être propriétaires de leur métier et dépendants du bon-vouloir des patrons forment le prolétariat, pire encore que le précariat contemporain : « Situation sans analogie dans l’histoire. Le serf avait sa glèbe et l’esclave son maître. Le prolétaire ne possède pas sa personne, n’étant pas assuré du moyen de l’alimenter. Il est sans titre, sans état. Il est sauvage, il est nomade. » C’est cette « expropriation sociale », cette désaffiliation née des lois libérales de 1791, qui empêche les prolétaires de sortir de leur condition misérable et qui les pousse parfois à se révolter contre la société toute entière quand il leur faudrait concentrer leurs efforts et leurs attaques contre le système qui a favorisé cette situation indigne.

 

Logopicsou_1

 

Dans un article paru dans La Revue universelle en 1937, l’essayiste Thierry Maulnier synthétisera en quelques paragraphes la pensée d’AF sur la question sociale, s’appuyant sur les textes écrits et revendiqués hautement par le théoricien de l’Action française : « Ceux qui connaissent tant soit peu l’histoire de la pensée maurrassienne savent qu’elle fut orientée dès ses débuts contre ce qu’elle considérait comme le principal adversaire (…) : le libéralisme. Or, le libéralisme a deux faces, l’une politique, l’autre économique. Ces deux faces, l’analyse maurrassienne ne pouvait les séparer. (…) Si le libre jeu des volontés individuelles ne produit pas naturellement, en politique, le bien de la cité, il n’y a aucune raison pour que le libre jeu des volontés individuelles produise davantage, en économie, le bien de la cité.

« Non seulement la critique maurrassienne de l’individualisme devait conduire son auteur à dénoncer les ravages de l’économie sociale individualiste ; mais encore elle devait le rapprocher dans une certaine mesure des critiques socialistes, par une haine commune de l’individualisme régnant. S’il est deux idées qui dominent la philosophie maurrassienne, c’est bien, d’une part, l’idée du bien public, conçu comme différent de la somme des intérêts particuliers, supérieur à ces intérêts qui doivent plier devant lui ; c’est bien, d’autre part, l’idée qu’une société où les individus sont livrés à eux-mêmes est une société barbare, qui tend naturellement à l’anarchie et à la tyrannie des plus forts. » En rappelant ces vérités simples, Maurras, dans la ligne des catholiques sociaux et des contre-révolutionnaires du XIXe siècle, réfute la doctrine de l’éclatement individualiste qui sera synthétisée par Mme Thatcher sous la formule terrible « La société n’existe pas »… La démocratie française, fondée sur les individus plutôt que sur les personnes intégrées et enracinées, forme en fait ce que Marcel de Corte baptisera du nom de « dissociété ».

Jean-Philippe CHAUVIN

 

 

(à suivre)

( 28 avril, 2020 )

Pays réel / pays légal Postface après 50 ans [1]

 

Lu sur « Je Suis Français »

 

Ces remarquables analyses – et très utiles – seront publiées en 3 fois, ce jour et les deux suivants. Avec l’aimable accord de la Nouvelle Revue Universelle où elles sont parues précédemment – dernière livraison.  Pays réel / pays légal Postface après 50 ans [1] dans Articles de fond Logo-Je-Suis-Français-Copie-Copie-1

Michel-MICHEL-300x225 dans Articles de fond

Après un demi-siècle, je n’ai rien à retrancher de ce que j’ai écrit en 1971 sur Pays réel / pays légal.*

Mais j’ai quelques remarques à formuler…

1. Une distinction valable pour tous les régimes, mais devenue, depuis la Révolution, un divorce conflictuel

Pays réel / pays légal : la distinction recoupe l’informel et le formel. Du côté de l’informel, on a les coutumes et les mœurs de la société réelle étudiée par le sociologue ; du côté du formel, on a les lois et règlements étudiés par les juristes. Or les deux visions sont loin de se confondre. L’une est normative, l’autre pas : il n’y a de lois que parce qu’il y a transgression des lois. Les lois s’imposent (plus ou moins), alors que les mœurs se constatent (et s’imposent aussi mais par assimilation par les consciences).

En France — pays où la Sorbonne a, pendant des siècles, défini les critères de vérité pour toute la Chrétienté — le droit doit être fondé sur des principes théoriques abstraits. Bien plus que dans les pays anglo-saxons, par exemple. Bien entendu, la distinction entre pays réel et pays légal reste pertinente pour tous les régimes. Tant que ces principes relevaient d’une philosophie réaliste telle que le thomisme, cette double conception ne portait pas à conséquence (sinon par la présence d’une couche sociale de clercs, jurisconsultes, prud’hommes et parlementaires qui ont toujours instrumentalisé le droit pour défendre leur intérêts catégoriels).

Mais quand, à partir de la Révolution, le droit a dû se fonder sur les utopies des « grands principes républicains », le divorce s’est accentué, et ce, d’autant plus que les corps intermédiaires (provinces, corporations guildes, jurandes et paroisses) qui adaptaient les principes à la diversité du réel, ont été supprimés. Avec la Révolution, seul ce qui est en accord avec l’utopie de l’individu libre et égal a désormais droit de cité. Une institution sociale comme le bizutage, qui durait et se renouvelait depuis des siècles, et dont la fonction initiatique et intégratrice est évidente, devait nécessairement être interdite par le droit. Cette interdiction
contribua à transformer les communautés universitaires en mornes
usines à apprendre : le social ne peut sans dommages être réduit au fonctionnel.

Le génie de l’Action Française a été d’allier les tenants des vrais principes traditionnels avec les empiristes (« l’empirisme organisateur » contre ce qu’Auguste Comte appelait avec dédain la « métaphysique de l’âge révolutionnaire » et que Maurras appelait « les nuées ».

Mais là où la division s’aggrave, c’est que la République va se servir de la loi (au même titre que des médias) comme d’une arme pour changer le pays réel et le contraindre à entrer dans son moule idéologique. Pensons par exemple aux lois mémorielles qui répriment les plaisanteries interethniques, intersexuelles, interâges, etc. Pour le sociologue, ces plaisanteries ont pour fonction d’« apprivoiser » ces relations (comme « la parenté à plaisanterie » des ethnologues) : les modes de régulation sociale des sociétés traditionnelles s’avèrent plus efficaces que les règles issues d’une pseudo-rationalité fonctionnelle fondée sur une anthropologie rabougrie.

La meilleure société, disait Gustave Thibon, est celle qui a le maximum de mœurs et le minimum de lois. Or la société se judiciarise de façon exponentielle : lois, règlements, protocoles, « process » se multiplient aux dépens des mœurs (mis à mal par le « multiculturalisme »), de la conscience, du sens clinique ou du savoir-faire de l’artisan. [À suivre demain mercredi]

Michel MICHEL

( 10 mars, 2020 )

Aux origines de la question sociale en France. Partie 2 : l’idéologie libérale des Lumières.

 

Lu sur le blog de Jean-Philippe CHAUVIN

 

Après un rapide tableau de la situation économique de la France royale avant la fin du XVIIIe siècle et l’évocation des corporations et de l’ordre socio-professionnel de cette époque, il n’est pas inutile d’évoquer succinctement l’état d’esprit dominant sous les Lumières, véritable révolution dans la pensée du service et du temps (entre autres), à rebours de la conception royale de la justice : le règne de l’Argent et de la classe qui en vit et qui en fera système s’annonce…

L’organisation corporative de la société et de la production françaises a longtemps convenablement fonctionné et la puissance avérée et significative de l’économie nationale sous la royauté fondatrice et fédérative est indéniable. Mais cela signifie-t-il, pour autant, que la Monarchie d’Ancien Régime ne connaissait pas de problèmes sociaux ou qu’elle était un système parfait et intangible, insensible aux temps et à leurs contraintes, leurs évolutions ? Bien sûr que non !

Nous connaissons tous les révoltes paysannes mais aussi urbaines qui émaillent les temps les plus difficiles du Moyen âge, en particulier après le XIIIe siècle. Elles traversent aussi l’époque dite moderne, et peuvent nous laisser une image plus que contrastée des temps anciens. Nous savons également que ce qui nous semble simple et naturel aujourd’hui (comme la disponibilité – payante, généralement – des produits de consommation alimentaire ou technique), ne l’était pas forcément hier : mais ne confondons pas les progrès techniques, souvent utiles et même salvateurs quand ils sont maîtrisés (1), avec les questions sociales, sans pour autant négliger les rapports et les tensions que les uns et les autres, dans toute société humaine, peuvent entretenir.

Or, ce qui est marquant dans l’exercice et la justification de la Monarchie, c’est son souci politique de la justice, symbolisé par la main de justice remise au roi lors du sacre de Reims et par l’histoire exemplaire (et présentée comme telle par les historiens de la dynastie) du roi Louis IX, devenu saint peu de décennies après sa mort devant Tunis. (2) C’est aussi le souci de garantir « le plus grand bien » aux peuples du royaume, ceux-ci étant indissociables de l’essence même de la Monarchie, ce que symbolisait l’alliance remise au roi, toujours lors de la cérémonie du sacre. Sans oublier sa fonction thaumaturgique qui voit le roi toucher les écrouelles (3) et laver, à l’imitation du Christ, les pieds de quelques miséreux à Pâques…

Or, l’idéologie des Lumières va remettre tout cela en cause, et c’est ainsi que la justice sociale va en être, au niveau des principes en attendant que cela soit au niveau des pratiques, la grande victime expiatoire, tout comme l’équilibre des sociétés et les classes populaires que les Lumières se chargeront, bientôt, d’invisibiliser.

 

Dans un récent article passionnant de La Nouvelle Revue Universelle (4), Antoine de Crémiers décrit le processus idéologique qui se met en place au XVIIIe siècle, sous un titre de paragraphe particulièrement évocateur, « La liberté du travail, « valeur » suprême de l’oligarchie » : « Comme l’a si bien démontré Karl Polianyi, qu’il s’agisse du mercantilisme ou des formes antérieures de régulation du travail, la valeur du travail – comme l’économie en général, d’ailleurs – est toujours subordonnée à d’autres exigences – religieuses, morales, politiques – qui en forment le cadre et viennent « l’encastrer » dans le social. C’est le libéralisme qui, peu à peu, va dégager l’économie de ces encastrements pour la rendre autonome et indépendante de tout lien avec la religion, la morale et la politique. Et c’est au nom de la liberté du travail que ce processus de dégagement va s’accomplir. C’est une fantastique et redoutable révolution.

Hannah Arendt résume très clairement les étapes de cette conception nouvelle : « L’ascension soudaine, spectaculaire du travail passant du dernier rang à la place d’honneur et devenant la mieux considérée des activités humaines, commença lorsque Locke découvrit dans le travail la source de toute propriété. Elle se poursuivit avec Adam Smith qui affirma que le travail est la source de toute richesse ; elle trouva un point culminant dans le système du travail de Marx où il devint la source de toute productivité et l’expression même de l’homme. » Adam Smith élabore une idée promise à un grand avenir et qui triomphe aujourd’hui, celle d’un marché « libre » permettant la libre circulation des marchandises et l’accumulation sans aucune limite des richesses. Pour que ce marché puisse se constituer, il faut que les produits du travail puissent s’y échanger en fonction de leur coût et cela ne peut se faire que si le marché du travail est également « libre » et indépendant de toute considération d’ordre moral, religieux et social susceptible d’en perturber le fonctionnement. Le travail est désormais une marchandise vendue comme tous les autres produits au prix strictement déterminé par la sacro-sainte loi de l’offre et de la demande.

Ainsi, la véritable découverte que promeut le XVIIIe siècle n’est pas celle de la nécessité du travail – on la connaissait depuis toujours -, mais celle de la nécessité de la liberté du travail et, pour y parvenir, la destruction, la disparition des modes d’organisation du travail qui venaient la limiter et la contraindre. » C’est aussi ce que promeut Turgot à travers ses écrits et ses actes lorsqu’il sera lui-même aux commandes de l’économie française, avant que le roi ne mette fin à cette « expérience libérale » (sur le plan économique) qui avait entraîné la première dissolution des corporations, en 1776, ensuite rétablies avant que la Révolution, éminemment libérale, ne les interdisent purement et simplement par les lois de 1791 : « Dans un article de L’Encyclopédie, Turgot résume fort bien la philosophie politique du libéralisme : « Ce que l’Etat doit à chacun de ses membres, c’est la destruction des obstacles qui les gêneraient dans leur industrie ou qui les troubleraient dans la jouissance des produits qui en sont la récompense. » Pour Turgot comme pour Adam Smith, l’intérêt est le véritable régulateur économique et c’est l’économie qui fait société. » Ainsi, les libéraux légitiment ce que l’on pourrait nommer l’égoïsme économique contre les solidarités professionnelles incarnées par les corporations.

Autre révolution issue des Lumières, celle du temps, ou plutôt de sa conception et de sa compréhension, synthétisée et symbolisée par le raisonnement d’un Benjamin Franklin qui va « financiariser », « marchandiser » le temps, le ramener à une simple dimension utilitaire et matérielle : « Le temps, c’est de l’argent », traduction un peu maladroite mais explicite de son « Time is money » (5). Une formule terrible qui va légitimer la destruction de tout ce qui n’apparaît pas « utile » ou rentable aux yeux des possédants ou des actionnaires, et va permettre, en toute « bonne conscience » et dans le cadre de la Loi, l’imposition de rythmes inhumains, mécaniques et réglementés aux travailleurs d’usines comme de la terre…

Jean-Philippe CHAUVIN

 

(à suivre : les grandes dates de la naissance de la question sociale en France)

 

Benjamin franklin

 

 

Notes : (1) : la Technique est-elle toujours un « progrès » ? S’il s’agit de la meilleure connaissance (et de sa pratique) des savoirs et des moyens de les maîtriser sans en devenir totalement dépendant, la réponse sera positive ; mais s’il s’agit d’une Technique qui s’imposerait aux hommes et serait aux mains de ceux qui la possèdent sans les garde-fous du « Bien commun » et de la nécessité du « partage du meilleur », il est évident que notre réponse sera négative ! C’est ce que le républicain Michelet évoque en partie dans son ouvrage peu connu intitulé « Le peuple », dans lequel il dénonce le machinisme, idéologie « patronale » de la Machine… C’est aussi ce que dénonce le royaliste Bernanos dans la série d’articles de « La France contre les robots », véritable charge contre le règne des Machines étendu aux sociétés modernes toutes entières.

(2) : Louis IX est ainsi représenté comme celui qui rend la justice sous le chêne de Vincennes, et qui conseillait à son fils d’être d’abord du côté des plus pauvres quand un procès les opposait à de plus riches, et cela pour permettre, non d’influer sur le verdict, mais d’assurer l’équité du procès lui-même et éviter que la puissance des uns ne favorise ceux-ci au détriment de la justice elle-même. Aujourd’hui, saint Louis passerait, près de certains, comme un odieux gauchiste…

(3) : les écrouelles se marquent par des fistules purulentes, localisées principalement dans le cou, et que les rois de France, sans doute depuis les carolingiens, étaient censées guérir en les touchant : le seul roi Louis XIV en touchera plus de 200.000 durant son règne… Mais, en fait, ce n’était pas le roi lui-même qui était guérisseur, mais son intercession entre Dieu et les malades qui devait permettre à Dieu de décider qui devait guérir…

(4) : Nouvelle Revue Universelle, 1er trimestre 2019, numéro 55.

(5) : quand Benjamin Franklin écrit cette phrase, il ne pense alors qu’au temps du travail et à sa productivité. La société de consommation, qui est la deuxième grande phase de développement et d’imposition de cette conception utilitariste du temps, va étendre la formule au temps libre, faisant de celui-ci une des plus importantes sources de revenus contemporaines, des parcs d’attraction aux films d’Hollywood, des jeux électroniques au tourisme international…

 

( 28 novembre, 2019 )

Le 17 Décembre à Nancy. Retenez dès maintenant votre soirée

 

 

L’Association HISTOIRE ET CULTURE

LA LORRAINE ROYALISTE

L’Union des Sections Royalistes Lorraines

Vous invitent à  une

Conférence-débat

Avec

Hilaire de CREMIERS

Conseiller éditorial de POLITIQUE MAGAZINE,

Directeur de la publication de LA NOUVELLE REVUE UNIVERSELLE

Président d’honneur de la RESTAURATION NATIONALE

De la lutte intestine à la guerre civile…

Vous avez dit la République ?

Mardi 17 Décembre 2019

Brasserie « LES DEUX PALMIERS »

64 rue Stanislas à Nancy

19 h 30 : accueil

20 h : conférence

21 h 30 : débat avec le conférencier autour d’un buffet froid.

Une libre participation aux frais sera demandée

( 20 février, 2019 )

intervention de Philippe SCHNEIDER le 27 janvier 2019

 

J’avais prévu un discours sur l’actualité politique (gilets jaunes, élections européennes – avec une liste Macron bis dite Gilets Jaunes – soumission de la France à l’Allemagne, pacte de Marakech…) Mais l’actualité fait que nous allons parler d’autre chose, d’un évènement qui nous a tous frappé : ce 21 janvier, jour du 226ème anniversaire de l’assassinat de Louis XVI, notre prince a été rappelé à Dieu.

Il est mort subitement, tranquillement, laissons parler sa belle fille, la princesse Philomèna :

Henri de France, rappelé à Dieu au matin du 21 janvier 2019 : « Il a eu une très belle mort, une mort très digne. Il était habillé pour aller à la messe en mémoire du roi Louis XVI. Il s’est senti faible, a envoyé un SMS d’excuses aux organisateurs de la cérémonie. Il s’est allongé, il est parti. » Princesse Philomena d’Orléans.

Beaucoup d’entre vous le connaissaient, il est venu souvent nous rendre visite en Meurthe et Moselle (au moins 5 fois), en Moselle, dans les Vosges (plusieurs fois). Il y a rencontré de nombreuses personnalités politiques ou économiques, la population, toujours très proche des personnes, attentif à leurs problèmes…. Il a toujours voulu travailler pour la France et les Français, en tant que Prince puis Chef de la Maison de France. Encore tout dernièrement, il était intervenu dans la crise que subit la France aujourd’hui bien qu’il ait confié à son fils le soin de faire un communiqué officiel. N’oublions pas non plus qu’il était un grand artiste.

Ajoutons qu’il faut noter que la dernière décision qu’il prit en tant que Chef de la Maison de France fut d’ajouter sur les armes de Frances le Sacré Cœur de Jésus.

Un souvenir : vous savez qu’il avait écrit une prière qu’il avait dite la première fois le 21 janvier 1988 à la Chapelle Expiatoire à Paris.

Il l’avait ensuite dite à Nancy, lors de la messe pour Louis XVI qui se tenait alors à la chapelle des Cordeliers, là même où vint la future reine Marie-Antoinette quand, venant de Vienne, elle allait à Versailles pour épouser le futur Louis XVI.

La voici :

Prions

 Pour Louis XVI, par la grâce de Dieu Roi de France et de Navarre, qui accomplit jusqu’à la mort son devoir d’oint du Seigneur, qui, victime innocente, offrit le sacrifice de sa vie au Roi du Ciel afin que le peuple français trouve la paix.

Pour la reine Marie-Antoinette, fidèle à sa foi, qui accompagna jusqu’au martyre le Roi Très Chrétien, son époux.

Pour la Maison royale de France élue par Dieu en la personne de Clovis, de ses successeurs et des Saints du sang de France pour conduire les destinées de la Fille aînée de l’Eglise, afin qu’assistée de la force du Saint Esprit Paraclet, elle demeure fidèle à la foi de sainte Clotilde, féconde en œuvres de justice et établie dans la paix du Cœur de Jésus.

Pour Louis-Philippe-Joseph, duc d’Orléans, qui fut l’un des instruments par lesquels le martyre s’accomplit, nous vous demandons grâce, Seigneur, et moi Henri, Fils de France, je vous supplie, Dieu de Miséricorde, de me donner d’être l’instrument de votre volonté.

Et pour la France, notre pays, qui, plus que jamais, a besoin de toutes ses forces vives pour retrouver et conserver sa grandeur dans la justice et l’unité.

Par l’intercession de Notre-Dame, Reine de France, de saint Michel Archange et de saint Louis Roi de France. Amen

Qu’il repose lui-même en paix !

Nous reportons immédiatement nos espoirs sur le Prince Jean, maintenant Jean IV, nouveau Chef de la Maison de France qui est venu, lui aussi, déjà visiter notre province et dont la très belle devise est : « Je pense en prince chrétien, j’agis en prince français ».

Nous avons pu voir à cette occasion que la famille de France est populaire en France. Un sondage ( !) dit même que 33 % des Français ne serait pas contre une monarchie.

A nous de les convaincre et, une bonne nouvelle : enfin les deux mouvements royalistes d’Action Française se sont réunifiés. Le nom du nouveau mouvement (on a rien inventé !) est La Restauration Nationale, Centre Royaliste d’Action Française. Le Président d’honneur en est Hilaire de Cremiers, le président Henri Bec  et le secrétaire général François Bel Ker. C’est acté depuis le 17 novembre lors d’une réunion mémorable à Paris et actif depuis le 1er janvier.

D’ors et déjà, je peux vous assurer que la structure du mouvement se met très rapidement en place. Il y a du travail

Je vous invite à remplir le bulletin d’adhésion à ce mouvement. J’en ai à votre disposition.

En Lorraine, nous avons, outre Nancy, des correspondants officiels en Moselle (Julien), en Meuse (Yves Perrin) et dans les Vosges (Didier Bruno).

La presse royaliste (outre La Lorraine Royaliste….) est maintenant constituée du Bien Commun, de la Nouvelle Revue Universelle et le Politique Magazine dirigé maintenant par Jean Viansson Ponté.

Abonnez-vous !

Par ailleurs, La Librairie Le Flore assure la diffusion le livres, brochures, objets à fleurs de lys, etc. et commence à éditer des livres.

( 8 janvier, 2019 )

La paix refusée

 

 

Le 11 du 11e mois à 11h, jour de la Saint Martin 1918, le clairon sonnait l’armistice qui annonçait la fin des combats et la paix enfin retrouvée.

Je ne veux pas évoquer ici les quatre années de guerre et de durs combats. Cela a été largement fait ces dernières années.  J’ai choisi un thème oublié des commémorations nombreuses de ces quatre années du centenaire de la Grande Guerre.

1917, l’Europe déchirée

En 1917, l’Europe est à feu et à sang. L’enfer est à Verdun, l’offensive du Chemin des Dames est un désastre pour l’armée française. L’armée Belge est encerclée, partout, les combats sont acharnés, la Révolution Bolchevick fait rage en Russie, la guerre sous-marine s’étend sur nos côtes… Comment cette guerre civile européenne, selon l’expression de Lyautey, a-t-elle pu prendre une telle ampleur ?

Je ne veux pas rappeler ici l’enchaînement des alliances et la mobilisation pour la guerre. Cela a été dit et commenté en ces années du centenaire 1914-1918. Il importe quand même de dire, et cela n’a pas été fait, qu’à la veille du conflit, le peuple Alsacien-Lorrain rejetait fermement une guerre qui ne pouvait qu’être désastreuse pour lui.Elle l’a été, surtout chez nous, au long de la vallée de la Seille qui marquait la frontière.

La France, il est vrai, cherchait à justifier son désir de revanche militaire de l’humiliationde 1870… La propagande nationale, relayée par les écrivains, les journalistes et les conférenciers avides de popularité, disaient, écrivaient, répétaient que l’Alsace-Lorraine gémissait sous la botte prussienne. L’image était mensongère, mais il fallait justifier la revanche à venir.

A cette époque, le ReichslandElsass-Lothringen aspirait à accéder à devenir un Etat-frontière indépendant tout comme la Suisse ou le Luxembourg… Un trait d’union entre France et Empire Germanique. D’ailleurs, le 9 mars 1913 à Mulhouse se déroulait un important congrès à ce sujet. Il fut suivit d’une proclamation du peuple Alsacien-Lorrain qui préconisait une entente cordiale, franche et honnête, entre la France et l’Allemagne avec la création de cet Etat tampon entre les deux pays. Le projet fut vivement critiqué et vigoureusement rejeté en France.

Mais notre sujet concerne ici les tentatives de paix, notamment en 1917. Ce thème important a pourtant été oublié lors des diverses commémorations et de l’abondante littérature publiée ces dernières années.

 

Le 2 novembre 1916, l’empereur d’Autriche et roi de Hongrie, François-Joseph, décédait. L’héritier direct ayant été assassiné à Sarajevo, (entre parenthèses, notons ici que les membres du commando de La Main Noire, qui avaient perpétré l’assassinat, avaient été entraînés en France, près de Bordeaux). C’estdonc Charles de Habsbourg-Lorraine qui devenait à son tour empereur d’Autriche et roi de Hongrie. Il avait alors 29 ans et son épouse Zita de Bourbon-Parme 24 ans.

Officier au 7e Dragons de Lorraine, son régiment, Charles était sur le front dès les premiers jours de la guerre tentant d’améliorer le sort de ses soldats, des blessés et des prisonniers.

Dès son investiture d’empereur et roi, il s’emploiera aussitôt à rétablir la paix, mais cela n’était pas compris de son entourage. Malgré la vaillance des troupes austro-hongroises qu’il avait pu observer sur les différents fronts, il se rendait compte, que malgré l’orgueil prussien, les puissances centrales ne pouvaient sortir victorieuses de ce conflit. Mais surtout, Charles voulait mettre fin aux carnages. Il devait déclarer : « Mon unique but est de mettre fin le plus tôt possible à cette tuerie. Je veux, je dois faire tout ce qui dépend de moi pour conclure la paix ».

Malgré la situation où chacun des belligérants avait l’espoir d’améliorer ses positions, Charles avait de son côté amorcé une démarche de négociations par l’intermédiaire de ses beaux-frères Xavier et Sixte de Bourbon-Parme qui servaient alors dans l’armée Belge.

Le 23 mars 1917, les princes Sixte et Xavier se rendent à Vienne avec l’accord de Raymond Poincaré, mis au courant des projets de négociation, en vue d’une paix souhaitée. Après une nouvelle entrevue le 8 mai, les deux princes reviennent à Paris avec les propositions de l’empereur qui devaient conduire à la paix. Dans ses propositions Charles se déclare disposé à soutenir la France dans ses revendications concernant l’Alsace, la partie Lorraine annexée et souhaite le rétablissement de l’intégrité de la Belgique. Seulement les vues de Charles vont totalement à l’encontre des conceptions du Kaiser Guillaume II.

 

L’entente » dédaigne l’offre de Paix

 

Le 1er aout 1917, le pape Benoît XV intervient en faveur de la paix. Il adresse un message aux puissances en conflit en les invitant à terminer la guerre. La note pontificale reprenait les positions de l’empereur Charles, mais l’initiative papale devait être défavorablement accueillie par les deux camps et rejeté par tous les chefs d’état ou de gouvernement à l’exception de Charles 1er.

Officiellement, la France est hostile au message du pape. L’Allemagne qui avait alors l’avantage sur presque tous les fronts est également opposée à un arrangement en faveur de la paix. Cependant, la France et la Grande-Bretagne négocient secrètement avec les représentants de l’empereur Charles.

Poincaré, Briand et Painlevé cherchent la paix de compromis…      Malheureusement, Clémenceau et Jules Cambon sont particulièrement hostiles aux Habsbourg et n’entendent pas négocier. Pourtant les terribles combats ont lieu sur le sol Français entre nos soldats et les armées Allemandes. Mais, dans les milieux politiques et intellectuels règne une opposition farouche aux Habsbourg dont on souhaite la destruction de leur empire afin de créer un Etat Tchécoslovaque. Mazarick, fondateur de cet Etat a, de son côté, beaucoup intrigué en intervenant auprès des Américains contre l’Empire des Habsbourg en vue de l’installation d’un gouvernement démocratique qui sera alors reconnu des puissances alliées.

Ce projet est particulièrement soutenu par le Grand Orient de France qui avait pris position lors d’un important convent international pour le démantèlement du trop catholique empire Austro-Hongrois. Les activistes Tchèques Masaryk et Benes, font alors pression sur le gouvernement français avec le soutien actif de l’anticlérical Clémenceau, vigoureusement hostile aux Habsbourg, considérés par lui comme les suppôts du pape.

En août 1917, les négociations franco-autrichiennes semblaient en bonne voie. L’échec est venu des oppositions formulées par le franc-maçon Wilson et les maçons Français, britanniques, italiens et notamment à l’hostilité du sectaire Sonnino, représentant du gouvernement italien qui déclarait que « la paix ne peut sortir que de la victoire des armes ». A l’heure de cette déclaration martiale, les cadavres Français et Allemands s’entassaient sur les pentes disputées du Chemin des Dames. De son côté, le comte Czernin, arrogant ministre des affaires étrangères, en désaccord avec son empereur, sabota la politique impériale. Ajoutons à cela que les idées démocratiques émancipatrices des Etats-Unis s’accordaient fort mal avec le maintien de l’Empire.

Rare furent les Français qui eurent conscience de ces volontés obstinées de guerre à outrance. Dans l’incompréhension générale, les contemporains étaient uniquement attentifs au choc des armes. Aristide Briand contestait pourtant les menées autoritaires de Clémenceau. De même, Raymond Poincaré note dans son journal : « … Aucune nouvelle de Clémenceau, qui décide seul du sort de la France, en dehors des chambres, en dehors du gouvernement, en dehors de moi ! »

Anatole France écrivait alors : « L’empereur Charles a offert la paix ; c’est le seul honnête homme qui ait paru au cours de la guerre, on ne l’a pas écouté. L’empereur Charles veut sincèrement la paix, tout le monde le déteste ! »

La paix étant refusée au printemps 1917, la rallonge de la guerre de 15 mois faisait alors300.OOO morts supplémentaires, 400.000 disparus et 1.360.000 mutilés.

Le nouveau gouvernement Clémenceau exige alors l’application d’une politique intérieure de guerre. Il annonce: « Nous nous présentons devant vous dans l’unique souci d’une guerre intégrale… » Son programme, selon sa déclaration est : « Faire la guerre jusqu’au bout, couper court aux négociations, briser le défaitisme. »  Clémenceau surnommé « Le Tigre » a obstinément refusé les offres de paix, celles de Charles Habsbourg-Lorraine et la paix demandée par le pape Benoît XVqui était déjà intervenu en faveur d’une paix négociée. Les Français avaient massivement rejeté sa demande, estimant alors que le souverain pontife soutenait l’Allemagne Impériale. A sa nouvelle demande en août 1917, Clémenceau refuse alors les propositions de celui qu’il nommait « le pape Boche »

Le redoublement de fureur sanguinaire a marqué la troisième année de guerre qui accumula les deuils, ruines et désastres.

 

La guerre terminée conduira au démantèlement de l’empire des Habsbourg, allié naturel de la France depuis Louis XV.  La monarchie Austro-Hongroise s’est effondrée surtout parce qu’elle avait été condamnée à mort par les alliés. Les sectaires de la laïcité ont voulu le démantèlement total de cet état catholique par simple fanatisme idéologique. Ils ont refusé la paix pour instaurer dans le sang de nos soldats le régime de leurs vœux. Il fallait à tout prix républicaniser l’Europe.

 

On n’a plus voulu des Habsbourg, nous avons eu Hitler et Staline à la place ainsi que les récents conflits en Europe centrale, notamment en Bosnie-Herzégovine.

 

La destruction de l’Autriche-Hongrie aura été un crime contre la civilisation européenne. On s’est acharné à démanteler l’empire Austro-Hongrois, sans diviser l’Allemagne prussienne pourtant jugée responsable de la guerre.Car, c’est bien l’Allemagne qui nous avait déclaré la guerre le 3 août 1914.

C’estla Prusse dominante qu’il fallait vaincre et réduire à l’impuissance. Les démocraties en ont décidé autrement. Une nouvelle histoire de l’Europe débutait. Fallait-il s’en réjouir ? A chacun d’en tirer des conclusions…

 

Jean-Marie Cuny

 

Bibliographie

-           Les Cahiers de l’Histoire. Année 1917. Décembre 1967, p. 45 à 80.

-           Michel Dugast Rouillé : Charles de Habsbourg, le dernier empereur.

-           Henry Bodgan : Histoire des Habsbourg (Ed. Perrin).

-           FrançoisFejtö : Requiem pour un Empire défunt. Histoire de la destruction de l’Autriche-Hongrie (Ed. Lieux communs1988).

-           Ch. Zorghibe : Histoire des relations internationales 1871-1918 (Ed. Hachette).

-           Jean Sévilla : Zita, impératrice courage (Ed. Perrin).

-           Patrick Germain : Charles et Zita (Ed. France-Europe.

-           PierriZind : Alsace-Lorraine, une nation interdite, 1870-1940 (Ed. Copernic)

-           Le XXe siècle, de 1914 à nos jours (Ed. Point-Seuil, Paris).

-           Philippe Pasteau : 1914-1918, Des Combattants Tourangeaux.

-           Cyrille Debris : De choses et d’autres (Presses de la Délivrance. 2018)

-           Dossier Politique Magazine n°24.

-           Monde et vie : L’Europe retrouvée. N°945.

-           La Revue Lorraine Populaire n°197, L’Europe déchirée.

-           La Nouvelle Revue Lorraine n°47, La Paix méprisée.

-           La Nouvelle Revue Universelle n°47, Le Laïcisme contre la Patrie.

-           L’offre séparée de l’Autriche par le Prince Sixte de Bourbon, docteur en droit.                           5 décembre 1916-12 octobre 1917. (Librairie Plon. Paris 1920.

( 31 décembre, 2018 )

LA VÉRITÉ DES GILETS JAUNES • UN PEUPLE EXSANGUE

 

lu sur « lafautearousseau »

 

Il n’est pas besoin de supputer des calculs politiques ni de chercher des complots ni de faire des rapprochements avec les années 30 pour expliquer le mouvement des Gilets jaunes.

Les Gilets jaunes sont ce qui reste des Français après qu’ils ont perdu toute foi en leur pays, la société, leurs institutions, leurs gouvernants, leurs syndicats, en les autres, en eux-mêmes, en l’avenir. C’est ce qui reste des Français quand ils ne parviennent même pas à vivre à peu près décemment, et qu’ils n’ont plus que la colère et la révolte pures. En présence de ce mouvement, toutes les logiques idéologiques, politiques et morales se cassent le nez.

Une réalité disparate, insaisissable, déconcertante.

Le seul point commun des Gilets jaunes, qui cimente leur union, est leurs difficultés matérielles, la baisse continue de leur pouvoir d’achat, et leur situation de laissés-pour-compte du « nouveau monde » macronien, d’une politique qui les relègue au rang de rebuts, et d’une société qui sourit exclusivement aux nantis, aux forts, aux malins et aux chanceux. Aussi trouve-t-on de tout, parmi eux ; et, suivant leur personnalité, leurs préoccupations particulières, leurs intérêts catégoriels et leur sensibilité, ils sont susceptibles des réactions les plus contradictoires. Dans l’adversité, ils peuvent se révéler xénophobes, sexistes, racistes, sans que l’on puisse distinguer ce qui relève du « propos qui dépasse la pensée » de ce qui exprime au contraire une mentalité profonde, ordinairement bridée par les exigences de la bienséance ou du politiquement correct.

Certains vivent véritablement « la galère » : retraités à pension mensuelle inférieure à mille euros nets, travailleurs enchaînant les petits emplois ingrats et alternant les périodes de travail et de chômage, les uns et les autres habitant des HLM insalubres, décrépites ou minées par les nuisances, les incivilités et l’insécurité.

D’autres connaissent un sort un peu plus enviable : ouvriers qualifiés et employés, commerciaux, VRP, infirmiers et infirmières libéraux, les uns et les autres à peu près sûrs de conserver leur emploi, certains ayant pu accéder (non sans peine) à la propriété, mais contraints de se contenter du strict nécessaire pour vivre, et toujours au bord du découvert bancaire. Seule l’exaspération les a fait agir. Tous étaient dénués de passé militant et de sympathies politiques précises, et aucun (ou presque) ne se signalait par quelque conviction idéologique ou éthique affirmée. Leur vote tenait à leurs intérêts et à leur état d’esprit vis-à-vis de la politique menée par les divers gouvernements.

Naturellement portés sur la gauche, mais déçus par celle-ci, ils ont pu être tentés, pour nombre d’entre eux, par les promesses d’un Sarkozy, avant d’être définitivement dégoûtés de tous les partis et de s’inclure dans les 57% d’électeurs inscrits qui se sont abstenus lors de la dernière présidentielle. Mais certains ont pu compter parmi les électeurs de Marine Le Pen, cependant que d’autres ont pu succomber aux sirènes macroniennes, dans l’espoir de voir enfin la réalisation d’un avenir meilleur. Aujourd’hui, ils éprouvent le sentiment de ne devoir compter que sur eux-mêmes, et se méfient de tous les partis, y compris les partis protestataires comme La France insoumise ou le Rassemblement national. Et les centrales syndicales ne sont pas logées à meilleure enseigne. Ce sont des Français seuls et tout nus qui se rassemblent et se révoltent.

De faux ascendants

Ce phénomène, l’a-t-on assez dit, est sans précédent. Or, ce qui est sans précédent, ce qui bouscule les codes et les classements reconnus, irrite. On ne le supporte pas, et on essaie de le ranger dans les catégories et les rubriques habituelles. Ainsi, expliquent certains, les Gilets jaunes relèvent d’une manière de néo-poujadisme ; et d’aucuns, comme le récurrent Bernard-Henri Lévy, voient en eux une résurgence des ligues qui, le 6 février 1934, marchèrent sur le Palais-Bourbon.

La comparaison ne vaut pas. Les poujadistes des années 1950 appartenaient à seulement deux catégories professionnelles, celles des commerçants et des artisans, le plus souvent assez aisées, nonobstant leurs problèmes fiscaux et les risques que laissaient planer sur elles la modernisation de l’économie et l’évolution de la société. Pas de pauvres, de chômeurs ou de travailleurs précaires parmi elles. Quant aux manifestants du 6 Février, ils relevaient le plus souvent des classes moyennes, et dénonçaient la corruption de la caste politique et l’incurie des institutions plus que leur situation sociale. Les Gilets jaunes, eux, recrutent dans les classes moyennes comme dans les plus modestes, voire les pauvres, et dans toutes les professions ; ils se battent pour la défense de leur niveau de vie ; et s’ils dénoncent une politique qui les sacrifie et « clive » la société en winners et loosers, et se défient de la classe politique, ils ne taxent pas cette dernière de corruption et ne vouent pas les institutions aux gémonies. Et, contrairement aux précurseurs qu’on veut leur donner, ils ne subissent nullement l’influence de quelque idéologie fascisante ou socialisante, n’aspirent ni à un sauveur de type bonapartiste, ni à la conquête du pouvoir par le peuple insurgé. Un phénomène inédit, donc, et qui ne ressortit pas aux explications habituelles.

Le rôle ambigu et l’influence incertaine des médias

On a beaucoup insisté sur le rôle des moyens informatiques de communication, qui ont permis aux Gilets jaunes de se concerter et de décider de leur action en court-circuitant les syndicats et en se passant de chefs et de structures de coordination. On a également mis en relief le rôle de la presse télévisuelle (BFMTV, les JT des grandes chaînes) dans la promotion de l’événement, et leur influence sur la destinée encore incertaine du mouvement : celui-ci, selon divers observateurs, commencera à piquer du nez le jour où, pour des raisons d’audimat, les journalistes cesseront d’en parler ou de lui accorder la primauté, et pointeront les dérives inhérentes à des démonstrations protestataires non étayées sur des revendications précises et une assise politique ou morale tant soit peu cohérente. Et il s’affaissera d’autant plus vite qu’il est inorganisé. Il s’évanouira comme un ectoplasme et sombrera dans la déconsidération puis l’oubli. D’aucuns vont jusqu’à affirmer que la médiatisation de sa récusation des organisations syndicales aura, en définitive, servi la politique de Macron, fort désireux de mettre sur la touche ces organisations et tous les corps intermédiaires susceptibles de contrer son action. Peut-être, mais ce n’est pas certain. Et nul ne peut anticiper sur des résurgences que les conditions sociales du moment rendent non seulement possibles mais plus que probables.

Un peuple réduit à sa plus simple expression

IMG.jpg

En définitive, les Gilets jaunes ne sont ni un mode de lutte nouveau, ni une résurgence du poujadisme, du boulangisme, des ligues des années 1930, ni une manifestation quelque peu spectaculaire du populisme. Ils sont l’image d’un peuple qui souffre, se sent sacrifié et méprisé, et ne parle que pour exprimer son désarroi, sans même formuler de revendications claires et sans souscrire en rien à quelque projet de société. Un peuple au pied du mur, au bout du rouleau, réduit à sa plus simple expression.

Notre sémillant président pouvait-il le comprendre ? Son discours du 27 novembre montrait qu’il l’a fort mal discerné. Il s’est, en effet, efforcé de raccrocher à son écologisme militant la résolution des problèmes de nos compatriotes en montrant la solidarité des questions environnementales et des difficultés sociales, et les méfaits d’une société productiviste insoucieuse de la préservation de la nature et du cadre de vie des hommes. De là, il a conclu à la nécessité de lier étroitement le social et l’écologique et de s’engager sur la voie de l’édification d’un nouveau modèle économique respectueux de l’environnement et des conditions de vie, justifiant sa politique de taxation des carburants et de renoncement graduel aux énergies fossiles, et annonçant la création d’un Haut-conseil pour le climat. Sa seule concession est la subordination de l’augmentation des taxes sur les carburants aux fluctuations du cours de ces derniers.

Les réactions des Gilets jaunes à ce long discours, toutes négatives, montrent qu’il ne les a pas convaincus. D’aucuns affirment que les Français auront toutes les peines du monde à se convertir au nécessaire modèle socio-économique à dominante écologique, défendu par Macron, et voient là l’origine de la révolte des Gilets jaunes. Et, sans doute, convient-il de beaucoup critiquer la société productiviste, rentabiliste, massificatrice et consommatrice de la seconde moitié du XXe siècle, source de détresse matérielle et morale. Mais ce que voient nos compatriotes, c’est qu’après les avoir sacrifiés à la société du profit, on les sacrifie à la reconversion écologique de cette dernière, et, qui plus est, au moment où ils n’ont plus rien pour vivre, pas même l’espérance. Et le tout pour un discours convenu de politiques qui refusent de les comprendre.

Que Macron prenne garde : de cette nouvelle exigence risque de sortir quelque chose de terrible. Le peuple de France ne peut disparaître dans un trou noir.

Docteur ès-lettres, écrivain, spécialiste de l’histoire de l’enseignement en France, collaborateur de la Nouvelle Revue universelle 
( 21 novembre, 2018 )

Une Victoire de 1918 au goût amer pour les royalistes ?

 

Lu sur le blog de Jean-Philippe Chauvin

 

Pleuvait-il il y a cent ans comme il pleut aujourd’hui sur la région parisienne ? Je n’en sais rien mais cette grisaille extérieure incite à la lecture plus qu’à la promenade, et mon livre du jour, usé d’avoir été trop lu et relu, commémore, à sa façon, la fin de la guerre : c’est le recueil des notices nécrologiques que Charles Maurras avait écrites au fil des tristes nouvelles venues du front, et qui constitue, sous le titre explicite de « Tombeaux », une sorte de « cimetière » des royalistes d’Action Française et, sans doute, du « jeune royalisme » né dans les années 1890 autour d’Eugène Godefroy et de la « Jeunesse Royaliste », et poursuivi, d’une certaine manière, plus « intellectuelle et violente », par les Camelots du Roi de Maxime Real del Sarte et les étudiants monarchistes d’Henri Lagrange. Je ne suis pas certain que l’AF se soit jamais remise de ce choc de 14-18, si son histoire et sa « nécessité » peuvent, elles, se poursuivre au-delà de la guerre : les situations et conditions des lendemains de la guerre n’ont plus grand-chose à voir avec le monde d’avant-1914, et la Victoire de 1918 apparaît, malgré le sacrifice de dizaines de milliers de monarchistes, comme le triomphe sanglant de la République, comme le souligne la plupart des livres et articles parus à l’occasion du centenaire du 11 novembre 1918. A lire les dernières lignes de « Tombeaux », j’ai la certitude que Maurras lui-même a saisi cette dimension particulière de la Victoire, et qu’il cache son amertume derrière une colère qui, elle, n’est pas feinte.

Ces pages ultimes de l’ouvrage évoquent l’inhumation définitive dans l’hiver 1921 du jeune Pierre Villard dont l’important héritage financier permettra la naissance et la publication durant un quart de siècle de La Revue Universelle fondée et dirigée par Jacques Bainville. Elles forment une sorte de déambulation entre paysages des territoires de la guerre et souvenirs des espérances des débuts de l’Action Française, quand Maurras parcourt en train la distance qui sépare Paris de Verdun. Il y a une mélancolie certaine de Maurras, teintée d’une amertume qui se transforme en colère, cette sorte de « furia francese » dont Maurras, jadis polémiste de conquête, deviendra coutumier, non sans certaines raisons, et que le général de Gaulle, « ce maurrassien pressé d’agir » comme le nommera un rédacteur de la revue étudiante Insurrection en 1993, résumera par une formule bien trouvée : « Il a eu tellement raison qu’il en ait devenu fou ! ».

C’est la remémoration qui semble accaparer une grande part du papier sur lequel court la plume de Maurras, et une leçon d’histoire nationale éminemment politique, mais qui sonne aussi comme un regret, ou comme une nostalgie, selon les lignes, mais sûrement pas comme un abandon : « Des esprits irréfléchis avaient beau jeu à accuser la légèreté française et à se tourner contre le génie et l’âme de la patrie. Mais la critique la plus aiguë d’un Pierre Villard n’avait pas à se charger de cette impiété. La France est exonérée dès que l’étude du régime a su faire apparaître les lacunes, les contradictions, les misères du gouvernement des partis. On gère mal l’État quand on change plus de soixante fois de ministère en moins de cinquante ans. On ne prépare ni la paix ni la guerre quand l’autorité et l’unité manquent à la direction politique. Un gouvernement de valeur moyenne et qui dure vaut mieux que trente-six gouvernements tapageurs dont les contradictions successives font tomber leur ensemble au-dessous de zéro.

« (…) Comment ces vérités indispensables à l’avenir étaient-elles cantonnées dans un monde relativement limité ? Comment toute l’élite morale et sociale ne mettait-elle pas en commun ses ressources en vue de la restauration de la Monarchie ? C’était le scandale de la jeunesse de Pierre Villard. Ainsi et ainsi seulement, pensait-il avec raison, l’on pourrait aboutir. » Mais la guerre a brisé l’élan monarchiste et la boue des tranchées a enterré plus sûrement la contestation royaliste que tous les arguments, défaits par les faits, de la République… Est-ce vraiment un hasard si, sur les quinze secrétaires généraux des étudiants d’Action Française d’avant-1914, treize trouveront la mort dans cette Grande Guerre, privant le mouvement royaliste des énergies les plus vives et les moins stériles ?

 

Une Victoire de 1918 au goût amer pour les royalistes ? dans histoire achille-patrocle-fuseli

Maurras doit désormais se contenter d’établir un bilan et de rappeler l’histoire sans les moyens humains de la faire, ou de l’orienter différemment de la République : « Nos rois n’aimaient pas la guerre, mais ils savaient la préparer, la conduire, la terminer, l’utiliser : nous l’avons vu depuis la mort de Pierre Villard, notre paix démocratique, cette prétendue paix des peuples dictée par un consortium de banquiers à nos armes victorieuses, ne vaut pas non plus la paix de nos rois. » Effectivement, la suite lui donnera raison, malheureusement (et Maurras sera le premier à le regretter pour l’avoir tant annoncé et dénoncé) et douloureusement, et la guerre, la défaite, l’occupation, l’infamie même, seront au bout de cette paix des banquiers !

La colère de Maurras va croissante au fur et à mesure de l’article, comme si la main se crispait un peu plus à chaque phrase et à chaque minute, devant ce temps présent de 1921 qui prouvait un peu plus la malfaisance de cette République-là, pourtant dirigée alors par les conservateurs du « Bloc national » de la « Chambre bleu-horizon » et animée par les éclats de voix de son ami Léon Daudet, député royaliste d’Action Française depuis les élections de 1919. Une colère qui devient bientôt fureur quand il rapporte sa visite sur les bords de la Meuse, à Verdun : « Autour de nous, à perte de vue, s’étendait un paysage de pans de murs fauchés à hauteur d’homme, de maisons décoiffées ou bien rasées de haut en bas. Seule, neuve, presque riante, refaite de pied en cap, ailes et toiture, une grande boîte de brique, de pierre et d’ardoise carrait et étalait l’orgueil d’une renaissance égoïste qui, jusque dans cette demi-ombre, offensait.

« Je demandais qui était cette Nouvelle Riche.

Le guide répondit : – La Banque. »

Et Maurras d’exploser : « Ce n’était pas pour établir la sale royauté de l’or ou du papier que sont tombés tant de héros pleins d’intelligence et de vie. Devant la dictature financière que prépare la République, le souvenir des morts, royalistes ou non, ordonne d’en finir au plus tôt avec ce régime. »

 

main ensanglante dans histoire

Il est dommage que, au soir d’un « centenaire » si médiatisé, personne n’ait pensé à reprendre cette réflexion de Maurras, ce « nationaliste intégral » si amoureux de la vie, inconsolable et furieux de « la mort des meilleurs » : sa condamnation de la « sale royauté de l’or », qu’il fait au nom de la Royauté historique et nationale qu’il appelle de ses vœux, et qui termine ce « Tombeaux » oublié des historiens, n’est pas, elle, passéiste mais bien actuelle, au-delà de son année d’écriture et elle mérite répétition, diffusion et, surtout, exécution !

Jean-Philippe CHAUVIN

( 16 novembre, 2018 )

17 NOVEMBRE A PARIS

Samedi 17 novembre 2018

Journée d’Action Française 

12h – Messe aux intentions de Charles Maurras et de tous les morts d’Action Française, en la chapelle du Calvaire de l’église Saint Roch, 24 rue Saint Roch, 75001 Paris.

 

15h – Mot d’accueil et inauguration du siège rénové de l’Action Française par François Bel-Ker, secrétaire-général de l’AF.

 

15h30 – Colloque en hommage à Charles Maurras dont nous commémorons les 150 ans de la naissance.

         - « Maurras philosophe » par Axel Tisserand, philosophe et écrivain.

         - « Maurras religieux » par Gérard Leclerc, journaliste et écrivain.

         - « Maurras mystérieux » par Hilaire de Crémiers, directeur de La nouvelle Revue Universelle.

 

18h – Le Centre Royaliste d’Action Française et La Restauration Nationale annonceront officiellement la fusion des deux mouvements d’Action Française.

 

Cette journée d’Action Française sera clôturée par un coktail dînatoire. 

 

 

PAF :

Colloque + cocktail dînatoire : 10€ / 5€ (étudiants, chômeurs) / 20 € (soutien)

 

Lieu : 10 rue Croix-des-Petits-Champs, 75001 Paris

digicode : 7501

Escalier A, 2ème étage

 

Nous vous attendons nombreux pour cette belle journée !

 

Inscriptions obligatoires : https://www.billetweb.fr/journee-daction-francaise

 

( 31 octobre, 2018 )

TOUS A PARIS LE 17 NOVEMBRE

 

 

Samedi 17 novembre 2018
Journée d’Action Française 
12h – Messe aux intentions de Charles Maurras et de tous les morts d’Action Française, en la chapelle du Calvaire de l’église Saint Roch, 24 rue Saint Roch, 75001 Paris.
15h – Mot d’accueil et inauguration du siège rénové de l’Action Française par François Bel-Ker, secrétaire-général de l’AF.
15h30 – Colloque en hommage à Charles Maurras dont nous commémorons les 150 ans de la naissance.
         - « Maurras philosophe » par Axel Tisserand, philosophe et écrivain.
         - « Maurras religieux » par Gérard Leclerc, journaliste et écrivain.
         - « Maurras mystérieux » par Hilaire de Crémiers, directeur de La nouvelle Revue Universelle.
18h – Le Centre Royaliste d’Action Française et La Restauration Nationale annonceront officiellement la fusion des deux mouvements d’Action Française.
Cette journée d’Action Française sera clôturée par un coktail dînatoire.
PAF :
Colloque + cocktail dînatoire : 10€ / 5€ (étudiants, chômeurs) / 20 € (soutien)
Lieu : 10 rue Croix-des-Petits-Champs, 75001 Paris
digicode : 7501
Escalier A, 2ème étage
Nous vous attendons nombreux pour cette belle journée !

Inscriptions obligatoires : https://www.billetweb.fr/journee-daction-francaise

12345
Page Suivante »
|