( 9 mai, 2019 )

NANCY défiguré – suite

 

 

Chers Amis,
A la suite de l’article sur « Nancy défiguré » paru dans le numéro d’Avril de LA LORRAINE ROYALISTE, je vous invite à signer la pétition de l’association Mémoire de la Ville de Charles III
Amicalement
Philippe SCHNEIDER
Il ne se passe guère de temps à Nancy, sans que le patrimoine ne soit l’objet de nouvelles et graves menaces.
Ainsi après l’immeuble Emblème sur la place Veil, l’extension du Musée lorrain, Grand Nancy Thermal, voici que les édiles ont autorisé la construction de deux immeubles de 19 logements dans l’emprise de l’ancienne église du Noviciat des Jésuites.
Cet édifice de 1602, qui offre sa belle façade au passant près de la Porte Saint-Nicolas, est un haut lieu de l’histoire de Nancy et de la Lorraine. A l’arrière, les vestiges subsistants permettraient d’en faire un lieu public significatif accueillant une Maison du secteur sauvegardé et un Centre d’interprétation de l’architecture et du Patrimoine.
L’inculture a préféré le lotir et lui ôter toute figure d’église.
Découvrez ci-dessous la genèse récente de cette nouvelle affaire. Élevez-vous contre la spoliation de Nancy, de son histoire et de sa beauté.
Signez et partagez la pétition.
TROP, C’EST TROP.

Association Mémoire de la Ville de Charles III

https://www.mesopinions.com/petition/autres/derriere-belle-facade-rue-saint-dizier/64199=

( 9 mai, 2019 )

Communiqué de « VOSGES ROYALES »

Chers amis,

 

Les Vosges royales vous invitent à nous réunir nombreux pour rendre

Hommage à Sainte Jeanne d’Arc

devant sa statue à Epinal en la place éponyme

le lundi 20 mai 2019 à 18h00

 

A la suite de ce rassemblement, nous vous convions à nous retrouver

pour une conférence-débat à 19h00 en la salle Barbelouze de Golbey

consacré aux enjeux des élections européenne du 26 mai prochain

et aux propositions de l’Alliance Royale

 

Il va sans dire que cette conférence, comme toutes nos réunions,

est largement ouverte à tous publics, n’hésitez pas à amener vos amis et connaissances

 

Avec nos amitiés royalistes les meilleures

 

Le Bureau

( 8 mai, 2019 )

Mgr le comte de Paris rend hommage à Monsieur Jean Vanier, fondateur de l’Arche

 

Texte tiré du blog « La Couronne »

 

Le chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris, via un communiqué publié hier sur sa page Facebook, a rendu hommage à Monsieur Jean Vanier, décédé ce mardi à l’age de 90 ans. Monsieur Jean Vanier était le fondateur de « L’Arche », une association qui accueille des personnes ayant une déficience intellectuelle dans quelque 150 lieux de vie.

« Jean Vanier s’est éteint au cours de la nuit, j’ai une grande admiration pour sa vie, toute donnée au service des plus faibles. Il a fondé les communautés de l’Arche où tant de personnes handicapées sont accueillies et vivent heureuses. Ma sœur, la princesse Blanche, vit actuellement dans l’un de ces foyers et mon frère, le prince François, était membre d’un foyer à Paris. Notre famille est donc très liée à l’Arche et j’ai rencontré Jean Vanier à de nombreuses reprises. La dernière fois, c’était à Lourdes où j’étais brancardier. Qu’il repose dans la paix du Seigneur. »  Monseigneur le prince Jean de France, comte de Paris

«Affaibli par un cancer depuis plusieurs semaines», Jean Vanier «s’est éteint tranquillement cette nuit, entouré de quelques proches», indique L’Arche dans un communiqué. Jean Vanier, ex-officier de marine né le 10 septembre 1928, avait fondé L’Arche en 1964. Jean Vanier avait également cofondé en 1971 le réseau chrétien Foi et Lumière, qui revendique près de 1.500 «communautés de rencontre» organisant des temps de prière, de pèlerinage et de fête dans quelque 80 pays. «Artisan de paix, il n’a jamais cessé de témoigner de la richesse de la vie partagée et de la fraternité avec les plus fragiles, en voulant contribuer à rendre aux personnes ayant une déficience intellectuelle leur dignité et leur place dans la société», souligne L’Arche, qui rappelle qu’il a donné de nombreuses conférences à travers le monde pendant plus de 40 ans et publié une quarantaine d’ouvrages «affirmant le rôle essentiel des personnes handicapées dans l’édification d’une société plus humaine».

Suivez Monseigneur le comte de Paris sur Facebook et faites connaitre sa pensée autour de vous https://www.facebook.com/comtedeparis/

( 8 mai, 2019 )

mardi 07 mai 2019 L’exigence de la transmission

 

Editorial du numéro 7 du BIEN COMMUN

 

« Le mot catholique n’est pas un gros mot », a dû rappeler Mgr Aupetit, au lendemain du drame national de l’incendie de Notre-Dame de Paris : pas un mot, en effet, en ce lundi saint, d’Emmanuel Macron pour les chrétiens.

Quelques niais avaient fondé je ne sais quel espoir après le discours des Bernardins, dans lequel, pourtant, Macron n’avait rien dit de concret sur un nouveau rapport entre la République et les catholiques. Au contraire, quelques dizaines d’églises profanées ou incendiées plus tard, sans compter les croix des cimetières, dans le même silence étourdissant de nos autorités laïques et républicaines, l’incendie, à l’origine toujours indéterminée, de la cathédrale de Paris vient sonner le glas d’espérances infondées : il est clair que pour nos autorités Notre-Dame n’est qu’un monument historique, qui doit être à tout prix — et comment ? — restauré pour les JO de 2024 !

« C’est un lieu de culte qui doit être rendu au culte, voilà ce que je dis. Notre-Dame n’est pas un musée. L’émotion prouve bien que ce n’est pas un lieu vide. C’est un lieu vivant. Ce sont les chrétiens qui le font vivre, des prêtres polyglottes qui reçoivent les visiteurs, bien plus nombreux qu’au Louvre. »

mgr-michel-aupetit.jpg

Mgr Aupetit, à Libération le 19 avril 2019, a eu raison d’en remettre une couche. Et on est frappé par la concordance des propos de l’archevêque de Paris avec ceux du comte de Paris, dans une tribune au Figaro, le 17 avril : « On ne peut qu’être blessé dans sa chair, en tant que Français et en tant que chrétien. Car Notre-Dame de Paris est bien plus qu’un bâtiment, plus même qu’un symbole, c’est le signe visible et bien réel du génie de la France. […] Il y a dans cet édifice une continuité historique entre d’une part les rois Capétiens bâtisseurs et d’autre part les autres régimes qui leur ont succédé jusqu’à notre Ve République, qui ont su préserver et faire rayonner ce legs, pour faire de la France un sommet de la culture universelle. Notre-Dame, en traversant les siècles, est le témoin vivant de l’unité des Français autour d’un destin commun. Comme Fils de Saint Louis, roi bâtisseur, je me rattache aussi pleinement à cette continuité. »

Pierre Manent crise française.jpg

Comment, en effet, ne pas remarquer l’émotion qui a traversé tout le pays réel ? Elle montre combien, à quelques rares exceptions près, la France, que d’aucuns se complaisent à dire déchristianisée, vibre encore dans sa chair et son âme à ce qui participe de son identité profonde. Nul « catholicisme culturel », en cela, mais les traces, encore vivantes, d’une culture catholique profonde qui ne demande, dans la fidélité à notre génie national, qu’à être revivifiée tant qu’il en est encore temps, c’est-à-dire tant qu’autre chose ne sera pas venu remplir ce « lieu vide » qu’est la laïcité, ces « abstentions » (Pierre Manent, Photo)  que sont les valeurs républicaines. Le comte de Paris a ajouté, dans sa tribune, que « notre génération, qui se drape souvent dans sa supériorité sur tout ce qui nous précède, est celle qui n’a pas transmis. […] Au-delà de la reconstruction, il faut plus que jamais exprimer l’exigence de la transmission. »

nathalie-loiseau.jpg

Cette exigence d’une tradition vivante fondant notre avenir, à l’Action française, nous la portons plus consciemment que tout autre. Car nous connaissons les causes du mal et, sans être des charlatans de la monarchie — contrairement aux progressistes, nous ne promettons aucun paradis terrestre —, nous combattons tous les jours pour convaincre nos concitoyens des solutions permettant de redonner à notre pays les conditions de sa pérennité. Le 26 mai, aux élections européennes, rien ne serait plus catastrophique pour la France qu’une victoire de la liste macronnienne, qui est celle du renoncement national. Nous ne pouvons que regretter que ceux qui préemptent le vote patriotique n’aient pas réussi à s’entendre, même si cela ne saurait nous étonner : la logique des partis l’emporte toujours sur le bien commun. Toutefois, il faut voter, le 26 mai, et voter contre les forces de dissolution du pays. Voter contre Macron. Et pour la France.   

François Marcilhac

lbc-articles.png

Le Bien commun

( 8 mai, 2019 )

ENVIE D’EUROPE ?

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

 

580234331.2.jpg

Deux mots et un constat suffisent à vérifier la futilité et l’inconsistance de la démocratie française : 33 listes ont été enregistrées pour les élections européennes du 26 de ce mois.  

Cependant, les sondages s’accordent à annoncer une participation de 40%. À supposer que ces 40% de votants se répartissent à parts égales sur les 33 listes, cela fait 1,21 voix, si l’on peut dire, par tête de pipe. Ce n’est pas grand-chose.

Certes, ce n’est pas ainsi que les choses se passeront. Il y aura ceux qui auront 20 ou 25% des 40% de votants, ceux qui en auront 13 ou 15, 8 ou 9, etc. Les autres ramasseront les miettes sous la table de ce festin électoral du pauvre. Voire du très pauvre. Car même ceux qui auront les plus hauts scores, n’auront pas grand-chose non plus. Ceux-là crieront victoire. Et les médias retiendront leurs chants, au fond ridicules. L’opinion s’y laissera prendre plus ou moins. Elle oubliera qu’elle n’a pas voté ou bien peu. Et cette comédie s’achèvera avec un semblant de vainqueur et de vaincu.

5ccd3c6a24000033003dba72.jpg

Quelle est la légitimité de ce psychodrame ? Des élus qu’il engendrera ? Elle est nulle. Et les Français le sentent bien, qui ne s’y intéressent guère.

Nous ne disons pas qu’il faut s’en désintéresser. Nous dirons même qu’il serait bon que la politique européenne d’Emmanuel Macron soit sanctionnée comme elle le mérite, pour son irréalisme obstinément contraire aux intérêts vrais de la France et de l’Europe.

Il n’empêche : selon toute apparence, cette campagne pour l’élection du parlement européen n’est pas plus sérieuse que ce parlement lui-même. Jean-Claude Junker lui-même, un jour de sainte colère, l’avait jeté à la figure des parlementaires abasourdis : « je vous le dis, nous sommes ridicules ».

Tant mieux si les partisans d’une Europe des nations et des États y entrent en force. Nous voterons en ce sens. Mais la fracturation de l’Europe de Bruxelles, accélérée par le Brexit, tient à des facteurs objectifs autrement déterminants que les parlotes d’une quelconque assemblée. Le divorce aggravé du couple franco-allemand, la crise financière à venir dont tout le monde pressent l’imminence et sans-doute la gravité, la montée des populismes identitaires qu’ils exercent déjà le pouvoir ou qu’ils ambitionnent de l’exercer avec de bonnes raisons de l’espérer, sont par contre des facteurs objectifs de nature, ceux-là, à opérer la salutaire dislocation des institutions de Bruxelles. Elles ont failli. Elles sont déjà sur la défensive.

Alors, comme nous ne sommes pas du tout des ennemis de l’Europe, il faut souhaiter que nous serons capables de la reconstruire sur des bases nouvelles et saines. Une Europe des peuples, des nations et des États, redevenus souverains mais désireux de s’entendre. Pour une Europe grande de nouveau, car elle l’a été bien avant que Jean Monnet. Robert Schuman et consorts eussent existé. Et leurs émules ont échoué. Europe Great again ? Va pour great again ! Moscovici et Barnier comprendront mieux. C’est triste à dire. ■ 

Gérard POL

( 6 mai, 2019 )

Fausses nouvelles d’Agnès Buzyn sur Vincent Lambert

 

Lu sur « Le Salon Beige »

 

Le Gouvernement français a annoncé qu’il répondrait favorablement à la demande du Comité international des droits des personnes handicapées de l’ONU (CIDPH), qui souhaite un rapport d’observations ainsi que le maintien provisoire des soins de Vincent Lambert, tétraplégique depuis 2008 à Reims.

Toutefois, le ministre de la Santé Agnès Buzyn a déclaré dimanche que la France n’était pas tenue légalement de respecter cette demande.

« Aujourd’hui, juridiquement parlant, tous les recours sont arrivés au bout, et toutes les instances juridictionnelles, qu’elles soient nationales ou européennes, confirment le fait que l’équipe médicale en charge de ce dossier est en droit d’arrêter les soins [sic : il s’agit d’arrêter de l’hydrater et le nourrir]». « Les parents de Vincent Lambert se sont retournés vers ce comité qui s’occupe des personnes handicapées, et non des personnes en état végétatif comme Vincent Lambert [re-sic]»« Nous ne sommes pas tenus par ce comité légalement, mais bien entendu nous prenons en compte ce que dit l’ONU et nous allons leur répondre ».

Or Vincent Lambert n’est pas en état “végétatif”. Il est tétraplégique à la suite d’un grave accident de la route en 2008. Concrètement il est en état pause-relationnel comme 1700 personnes en France.

L’ONU a accordé six mois à l’Etat français pour fournir ses observations au Comité. D’ici là, ce dernier a insisté pour que la France veille à ce que l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert ne soient pas suspendues, en vertu de la convention relative aux droits des personnes handicapées.

( 6 mai, 2019 )

PENSER PRINTEMPS !

 

Editorial du N° de MAI 2019 de POLITIQUE MAGAZINE

 

Penser printemps ! disait Emmanuel Macron à ses fervents, en janvier 2017. Penser printemps pour l’agriculture, répétait-il en janvier 2018. C’est-à-dire être attentif à ce qui lève, à ce qui fermente, à ce qui advient. Penser printemps, c’est semer pour voir germer. Mais quelles moissons Emmanuel Macron s’attend-il à voir lever de Notre-Dame ruinée au début du printemps ? Pour le despote éclairé, tout est signe du destin. Sa marche est voulue par les dieux, et c’est fort de cette conviction qu’il entend trancher de tout avec superbe (et gageons que les courageux qui ont appelé le président à plus de retenue et de modestie vont payer leur rigoureuse honnêteté). Alexandre détruisit le nœud gordien – et on se demande encore la vertu de son geste idiot –, Macron profite de l’incendie pour affirmer que tout est plus beau pourvu que cela advienne par ses soins. Il est le démiurge. Tout est meilleur pourvu que cela soit son œuvre. Notre-Dame sera une start-up cathédrale, au cœur d’une île de la Cité enfin conçue comme un touristland inclusif, citoyen et irrigué de luxueuses boutiques. On verra mieux les tableaux ! Les débris seront choyés ! Tout juste si on ne proposera pas à l’évêque d’adapter le format des cérémonies et le calendrier liturgique en fonction des pics de fréquentation. Et pour arriver à ce beau résultat, une loi d’exception, qui fait toutes choses plus belles, et singulièrement les règles qui s’appliquent à tous mais pas aux désirs du printanier Président.

 

nC’est qu’il en a, des désirs ! Des désirs européens, contrariés en permanence par l’Allemagne, qui a compris, elle, qu’elle était au centre de cette Europe démesurément élargie d’où la France a été repoussée à l’extrême-ouest ; contrariés par la Pologne, qu’il conspue ; par l’Italie, qu’il insulte. Quel pays n’a-t-il pas lassé par son verbe haut ? Tous le lui font sentir, à chaque proposition rejetée, à chaque chantier repoussé, à chaque décision prise contre son avis, la dernière en date étant l’ouverture de négociations commerciales avec les États-Unis. Il ne lui reste plus que la France pour parader et songer à son printemps à lui, à son éclosion, à la métamorphose de ce vieux pays décevant, au peuple rebelle, querelleur, vindicatif (et paresseux, selon lui, qui semble ignorer les statistiques sur la productivité du travail en France – sans tenir compte de la fiscalité qui y est associée) et trop ignare pour avoir peur des fantômes qu’il agite, nationalisme ! populisme ! pas le choix ! moi ! Laissez-moi épanouir la France ! Que mille Macrons fleurissent !

 

nModerniser Notre-Dame, privatiser les routes après ADP – en faisant exprès de sous-investir pour leur rénovation –, désirer comme Cédric O que la France ait ses licornes numériques au lieu de considérer ses entreprises déjà milliardaires, réformer la constitution, tout ne concourt qu’à une rénovation forcée du pays, une régénération à la mode révolutionnaire, où le despote éclairé sait seul ce qu’il faut faire au point que sa volonté est l’ultime raison. Hoc volo, sic jubeo, sit pro rationevoluntas : je le veux, je l’ordonne, que ma volonté serve de raison. On ne frustrera pas Macron de son printemps, et si l’Europe reste enfermée dans son hiver, la France, elle, va se réchauffer, l’incendie de Notre-Dame n’étant que le dernier brasier en date, une manière de catastrophe spectaculaire dont Macron ne veut considérer que le symbole d’un vieil ordre qui s’effondre, comme ces Gilets jaunes qui ne sont que des hoquets du progrès. Son unique préoccupation ? Sa stature. « Je me fiche de la prochaine élection, je veux réussir ce mandat. Furieusement. Passionnément. » Nous voilà donc avec un furieux emporté par ses passions qui considère que ses opposants sont des agents de l’étranger ou, pire, des agents du chaos qui refusent le bien dont il est le printanier messager, Jupiter ayant viré Saturne au moment où, en plein âge d’or, il enseignait aux hommes l’usage de la faucille. Pour le moment, il fauche Notre-Dame, il fauche nos libertés, il fauche notre avenir, et ne sème rien. Curieux printemps. n

Philippe Mesnard

PolMag180Une.png

Sommaire 

S’abonner à Politique magazine

 

 

( 5 mai, 2019 )

Algérie : les dernières cartouches du général Gaïd Salah

 

 

Communiqué de Bernard Lugan

 

Le général Gaïd Salah, désormais cible principale de la contestation, tente de se sauver tout en sauvant ce qui reste du « Système ». Il le fait en livrant à la foule les personnalités honnies de l’ancien régime et ses ennemis personnels.
Après les oligarques, les généraux Tartag et Toufik, tous deux anciens patrons des « Services », ainsi que Saïd Bouteflika, dorment donc en prison. Mais, dans sa pathétique course pour la survie, le général ne peut plus rien offrir en pâture à la rue car, avec ces arrestations, il vient de tirer ses dernières cartouches.
Or, il est en première ligne comme l’a montré la manifestation de vendredi dernier durant laquelle son nom fut conspué à l’égal de celui de Saïd Bouteflika lors des précédentes protestations. Et il peut être inquiet car le peuple n’est pas dupe de l’ultime manœuvre de celui qui est l’incarnation même à la fois du « Système » et du clanisme de l’ancien régime et qui, de plus en plus isolé, s’est lui-même condamné à la fuite en avant.
Mais, dans les casernes, les esprits bouillonnent. Nombreux sont en effet ceux qui n’acceptent pas que, dans le combat pour sa propre survie, le général Gaïd Salah finisse par emporter avec lui la cohésion et le prestige de l’institution militaire.

L’impasse constitutionnelle étant totale et le personnel politique étant plus que discrédité, la question qui se pose désormais est de savoir si ceux des jeunes officiers les moins liés au « Système » oseront trancher le nœud gordien avant de franchir le Rubicon. 

( 5 mai, 2019 )

Médias • France Inter : un humoriste-voyou a chanté Elle a cramé la cathédrale. Le studio a ri bêtement. Pas nous

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

 

blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpg

L’humoriste-voyou se nomme Frédéric Fromet. Il est l’auteur de cette chanson à tous égards minable, comme lui, Boutang aurait dit dégueulasse, Elle a cramé la cathédrale, diffusée sur France Inter le vendredi 19 avril (Vendredi saint). 

Bien-sûr, c’est une insulte à l’émotion unanime des Français à ce moment-précis où Notre-Dame vient de brûler. là. Cela démontre aussi à quel point cette caste grassement payée par nos impôts est coupée des Français, isolée sur elle-même. Ils sont seuls à rire niaisement dans leur studio qui est un camp retranché. Camp retranché de gauchistes militants dont l’esprit est salace et haineux. La France réprouve et paie. Ces gens-là sont des destructeurs. A balayer du paysage dès que possible !  LFAR

( 4 mai, 2019 )

7 Mai à NANCY : une conférence à ne pas manquer

 

 

L’Association HISTOIRE ET CULTURE

Vous invite à  une

Conférence-débat

Avec

Eric PICARD

Agrégé d’histoire

Professeur indépendant

ICES-CRICES

Auteur de nombreux articles (dont l’éditorial)  dans le Hors-série double de l’Homme Nouveau  (automne 2018) consacré à Alexandre Soljénitsyne : la vérité comme exigence.

Soljénitsyne

Alexandre Soljénitsyne  est un écrivain majeur du XXe siècle, dont la vie et l’œuvre se confondent. Il a puissamment contribué à libérer l’est de l’Europe de la domination communiste. Ce combattant nous dit la nécessité du courage, courage d’être libre et de dire la vérité  et nous rappelle que l’homme ne vit pas seulement de pain, communiste ou capitaliste : il est fondamentalement un être spirituel.   

MARDI 7 MAI 2019

Brasserie « LES DEUX PALMIERS »

64 rue Stanislas à Nancy

19 h : accueil

19 h 45 : conférence

21 h 00 : débat avec le conférencier autour d’un buffet froid

Une participation libre aux frais sera demandée

123456...204
« Page Précédente  Page Suivante »
|