( 28 mars, 2017 )

La Fontaine avait « prédit » Macron dans sa fable de la Chauve-souris et des deux belettes

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

 

1903076588.10.jpg« Je suis oiseau : voyez mes ailes !… Je suis souris : vivent les rats ! »

 

Macron se moque du monde, avec ses ralliements en cascade, qui montrent bien son « parti clic » (il suffit de cliquer sur un clavier pour faire partie de son mouvement) pour ce qu’il est vraiment : un vrai grand magasin, genre Samaritaine, où « on trouve de tout » ; et il a raison puisque, pour un moment au moins, ça marche (c’est le cas de le dire, d’ailleurs, pour un parti qui s’appelle « En Marche » !).

Jean-Yves Le Driant, socialiste bon teint – et, nous l’avons dit, bon serviteur du Pays, comme ministre de la Défense – se rallie-t-il ? Ah, oui, mais je ne suis pas de gauche pour autant, voyez Bayrou, qui me soutient ! répond celui qui réussit le tour de force d’être le chouchou des Banques et le vrai continuateur du plus que calamiteux François Hollande, dont il inspira le programme tant qu’il resta à Bercy.

Madelin, et Perben – donc, en gros, des gens réputés « à droite » – me soutiennent-ils ? Ah, oui, mais je ne suis pas de droite pour autant ! Voyez Robert Hue ou Daniel Cohn-Bendit autour de moi !

Ainsi la chauve-souris de La Fontaine sauva-t-elle par deux fois sa peau : « Je suis oiseau : voyez mes ailes » dit-elle d’abord, puis « Je suis souris : vivent les rats ».

Quel jeu, autre que celui de la chauve-souris, nous joue donc notre Macron, la madone des Banquiers, le fils chéri du « capitaine de pédalo » (dit aussi « Flanby », ou « Fraise des bois », selon qu’on est chez Mélenchon ou Montebourg) ? Aucun ! Macron dit à chacun ce qu’il veut entendre, et il ajoute qu’il nous aime passionnément, et il peut parler sept minutes d’affilée (ouf !) sans que l’on puisse résumer ce qu’il a dit, comme le faisait justement remarquer Marine Le Pen, lors du premier débat télévisé de la bande des cinq, sur TF1…

Le problème est qu’en réalité, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, on ne vote pas pour élire le président de la République. Du moins, pas seulement. On vote pour élire le président de la République, oui, mais un président qui devra être suivi, et emmener, une majorité à l’Assemblée, afin de gouverner normalement pendant cinq ans. Et c’est là que le bât blesse, pour notre illusionniste national, notre grand équilibriste permanent, notre Janus aux largement plus que deux visages…

Quelle majorité ferait-il élire, si par malheur il était élu ? Les journaleux se gaussent des « Etats Désunis d’Amérique », après l’élection de Donald Trump – qui leur est insupportable et qu’ils n’ont toujours pas digérée. Mais, Macron élu, la majorité qu’il essaierait de faire entrer à l’Assemblée ne serait rien d’autre qu’un agrégat inconstitué de personnalités tellement disparates et hétéroclites qu’elles n’auraient qu’un seul lien entre elles : celui d’être…. désunies !

Et Macron prétendrait gouverner avec « ça » ?

C’est de l’escroquerie pure et simple…

Allez, un peu d’air pur, de culture et de vent frais avec notre bon vieux La Fontaine !

( 25 mars, 2017 )

Journée STOFFLET à Bathelémont le 1er Avril

VOSGES ROYALES

LA LORRAINE ROYALISTE

L’association HISTOIRE et CULTURE

 

 

SAMEDI 1ER AVRIL

 

 

 

JOURNEE JEAN-NICOLAS STOFFLET

- Un lorrain devenu général de l’Armée Catholique et Royale -

COMMEMORATION – DEJEUNER-DEBAT CONFERENCE -DEDICACES

STAND LIBRAIRIE

à Bathelémont

 

Bathelémont est un petit village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Lunéville dans lequel naquit Nicolas Stofflet.

 

10 h 30 – Messe pour le repos de l’âme de Jean-Nicolas Stofflet et des victimes des guerres de Vendée.

11 h 15 – Fleurissement des plaques commémoratives du souvenir vendéen (éventuellement du  monument à l’emplacement du moulin natal)

12 h 00 – Ouverture de la librairie – visite du village et ses sites.

12 h15 – Déjeuner débat avec Reynald Secher, historien et écrivain sur le thème : la répression des guerres de Vendée

14 h 30 – Séance de dédicace

15 h 00 – Conférence de Serge Husson : Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine – Enfance jeunesse

15 h 30 – Conférence de Dominique Lambert de la Douasnerie : Jean-Nicolas Stofflet, Chef de paroisse et général vendéen.

16 h 45 – Conférence de Reynald Secher : Le génocide vendéen, Présentation des apports juridiques du récent ouvrage de Jacques Villemain.

18 h 00 – Librairie, dédicaces.

Compte tenu du nombre de places limitées aux conférences ; il est vivement recommandé de réserver rapidement en adressant un courriel à : lesvosgesroyales@gmail.com  Ou par téléphone au  03 29 30 18 46

 

 

Pour le déjeuner-débat (prix 22,50€) Réservation obligatoire. Nombre de places limité.

( 25 mars, 2017 )

Reynald SECHER à Nancy le 31 Mars

L’Association HISTOIRE ET CULTURE

 

Vous invite   à  une

Conférence-débat  Avec

 

Reynald SECHER

Historien – écrivain – éditeur

 

 

Sur le thème

 

Vendée : Guerre civile ou génocide ?

Vendredi 31 Mars 2017

Brasserie « LES DEUX PALMIERS »

64 rue Stanislas à Nancy

19 h : accueil

 

19 h 30 : conférence

 

21 h 00 : débat avec le conférencier autour d’un buffet froid.

 

Une participation aux frais sera demandée

( 25 mars, 2017 )

Le Prince Jean de France poursuit son engagement en faveur des chrétiens d’Orient

lu sur le blog « la Couronne »

 

Le Prince Jean de France poursuit son engagement en faveur des chrétiens d’Orient dans Princes le-prince-jean-de-france

Parmi les engagements publics chers au prince Jean figure la défense des chrétiens persécutés en Orient, notamment en Syrie où il s’est rendu en avril 2016. Ce voyage était organisé à l’invitation de l’évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey, qui a rassemblé autour de lui plusieurs personnalités : parlementaires, journalistes et intellectuels désireux de découvrir la situation des chrétiens syriens et de leur témoigner leur soutien.

 

Ce soutien continue à se manifester en France par de nombreuses initiatives. Ainsi, le 2 mars dernier s’est déroulé une soirée artistique en présence du Prince Jean à Paris. Cette soirée était présentée par la grande actrice Marie-Christine Barrault et elle a vu s’enchaîner diverses présentations musicales et poétiques. Du gospel dynamique avec le groupe Family One qui a fait danser toute l’assistance, des jeunes prodiges du Hip hop, du chant lyrique, un duo piano et violoncelle lauréat du conservatoire de Paris et l’immense Michael Lonsdale qui est une connaissance  du Prince. En effet, l’interprète du frère Luc dans Des hommes et des dieux était venu lire des textes poétiques à la Chapelle Royale sur le domaine de Dreux il y a quelques mois.

 

Michael Lonsdale, entouré de jeunes comédiens a rendu sensible la maxime de Dostoïevski « La beauté sauvera le monde ». Il n’est pas vain de se rassembler dans un moment artistique pour célébrer notre communion de coeur avec les chrétiens persécutés et spécialement ceux qui vivent à Alep. Le nom de chaque participant a été attaché à un large rosaire qui sera remis au mois d’avril par Mgr Rey à l’archevêque de Homs, Mgr Jean-Abdo Arbach.

 

En 1535, le roi François Ier s’engageait au nom de la France à protéger les Chrétiens d’Orient et cette responsabilité nous incombe à tous aujourd’hui. Le prince Jean, héritier de cette promesse, souhaite aujourd’hui exprimer par ses voyages auprès des responsables civils et religieux au Liban et en Syrie l’attachement du peuple français à la présence chrétienne sur les terres des premières églises. Il s’associe à l’évêque de Toulon pour appeler tous les français à soutenir matériellement les associations qui œuvrent en Irak, au Liban et en Syrie.

( 19 mars, 2017 )

29 JANVIER A NANCY

 

La journée commença par la messe pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI en l’église – comble – de l’Immaculée Conception. Ce jour-là, c’était la messe de la Saint Sigisbert, roi d’Austrasie et patron de la ville de Nancy.

Ensuite, quelques dizaines de royalistes Lorrains se retrouvèrent à l’auberge de Maître Marcel pour la traditionnelle fête des Rois. Cette année, plusieurs élus nous firent l’amitié de nous rejoindre afin de nous rencontrer : Dominique Bilde, députée française au parlement européen, conseillère régionale. Thierry Gourlot, conseiller régional, conseiller municipal de Metz, président de l’Observatoire des patriotes lorrains, Jean-Michel Rossion, conseiller municipal de Metz.

Notre Directeur, Philippe SCHNEIDER, pris la parole en faisant remarquer que la nouvelle année se termine par « 17 », ce qui n’est pas très bon car il convient de se souvenir de 1517, la réforme luthérienne, 1717, naissance de la Franc maçonnerie, 1917, révolution bolchevique en Russie. Trois grandes catastrophes marquant les progrès de la révolution ! 2017 sera-t-elle dans cette funeste lignée ou au contraire marquera-t-elle le début d’une saine réaction, du renouveau de la France ? Nous devons y travailler. Un des moyens est de diffuser la presse royaliste : La Lorraine Royaliste, bien sûr, mais aussi Politique Magazine, La Nouvelle Revue Universelle, l’Action Française 2000.

Le professeur Jean-François Gicquel pris ensuite la parole pour évoquer l’état lamentable de notre patrimoine essentiellement royal et catholique. Il proposa plusieurs solutions pour y remédier. Vous trouverez le texte de son intervention dans notre prochain numéro. Puis ce fut notre ami Jean-Marie Cuny qui  nous parla du calendrier avec son humour habituel.

Vous trouverez le texte de son allocution ci-dessous.

Réforme du calendrier officiel

 

Tous les ans, notre estimé président-directeur-général de la Lorraine Royaliste me demande de tenir un discours lors de notre traditionnel repas de janvier. Cela me gêne un peu car je trouve que la formule s’apparente aux banquets républicains du style IIIe République… D’accord, on ne va quand même pas jusqu’à bouffer du curé et manger du boudin le vendredi-saint … La tradition du banquet perdure depuis un certain nombre d’années pour « choucrouter » en communion d’idéal pas très républicain. Il faut le dire !

Pardonnez-moi, mais cette année, je n’ai pas trouvé de sujets passionnants à vous présenter.

Vous êtes tous bien informés de la politique et des désordres du monde actuel. Vous connaissez l’histoire de notre pays, c’est-à-dire celle qui n’est pas enseignée à l’école laïcarde et républicaine, il est donc bien difficile d’évoquer ici un sujet original. J’ai alors décidé de vous parler simplement de la pluie et du beau temps ou plutôt, du temps qui passe au rythme des jours ponctués par le traditionnel calendrier desPTT (qui signifie : Poste-Télégraphe-Téléphone) …

A une époque pas très ancienne, au café proche de la grande poste de Nancy, on chahutait volontiers les facteurs, accoudés nombreux au comptoir de la brasserie « La Gauloise », entre la rue Saint Julien et la rue des Dominicains. Le lieu était nommé « l’annexe » de la grande poste par les postiers eux même. Bref, il y avait toujours un petit malin pour narguer nos préposés au courrier : PTT, disait l’intervenant au comptoir, ça veut dire : Petit Travail Tranquille !.. Pas du tout répondaient les postiers, ça veut dire : « Paye Ta Tournée »…

Bref, je vous dis ces gaudrioles manière d’entrer en matières, car mon sujet du jour, c’est le sérieux calendrier des PTT… Il parait que ce n’est plus les PTT, (on a supprimé le télégraphe depuis un certain temps). Aujourd’hui, c’est des PéTé qu’il s’agit, c’est moins élégant et peut prêter à des interprétations grotesques que je tiens à éviter ici, en notre bonne société réunie.

J’arrive à mon sujet du jour…

Je tiens donc à vous faire savoir que je suis fâché avec le calendrier, non pas parce qu’il m’a couté un billet de 10 euros donné à mon facteur, mais parce qu’il ne correspond pas à mes connaissances, mes idées et mes souhaits…

D’abord, je conteste le changement de millésime à la date du 1er janvier qui commence l’année en plein hiver, sans aucune base historique ou même zodiacale. Au temps des Romains, l’année nouvelle commençait en mars.

Sous le grand empereur Charlemagne, la nouvelle année débutait à Noël. On célébrait en même temps la naissance du p’tiotJésus et l’an nouveau.

Sous nos ducs de Lorraine, l’année démarrait de façon toute naturelle avec l’arrivée du printemps, précisément le 25 mars, jour de la fête de l’Annonciation, donc dans l’ordre ordinaire des saisons : printemps, été, automne, hiver…

Si je fais signer une pétition ici, parmi vous, ou même surinternénet comme c’est de mode, je pense qu’il me sera très difficile de faire changer la date actuelle choisie il y a déjà un certain nombre d’années. Quand même, je m’agace, je proteste, je râmine d’une saint Sylvestre à l’autre. Les dates des fêtes et des anniversaires républicains de mon calendrier des postes n’ont pas ma faveur et les fêtes proposées ne sont pas les miennes. De votre côté, bons citoyens que vous êtes, vous l’acceptez peut-être, puisque c’est officiel. Moi, rebelle par nature, j’ai rayé rageusement les dates commémoratives qui n’avaient pas ma faveur.

Sachez ici que j’ai établi un calendrier autrement plus sérieux, avec les dates anniversaires qui nous concernent. Déjà, nous avons récemment célébré l’anniversaire du 5 janvier, officiellement occulté qui changea pourtant la carte de l’Europe en 1477.

Aujourd’hui, nous évoquons la mort ignominieuse du bon roi Louis XVI, conduit à l’échafaud par la canaille révolutionnaire. Je voudrais que l’on commémore également tous les ans, le martyre et la mort honteuse de la reine Marie-Antoinette épouse du roi à la date du 16 octobre…

Bref, j’ai osé réformer l’éphéméride actuelle en établissant un calendrier des dates évocatrices pour nous au cours de l’année. Par exemple, après-demain, nous fêtons Saint Sigisbert, roi mérovingien d’Austrasie, patron de la ville de Nancy. Il n’est pourtant pas indiqué sur le calendrier des P & T. C’est un manque fâcheux.

Bref, tout cela pour vous dire que mon calendrier perpétuel réformé est en vente ici à notre table de presse. Il coûte dix euros qui seront entièrement versés à une œuvre identitaire utile (Mémoire des Lorrains et Pèlerins de Lorraine).

Merci de votre écoute patiente et attentive.

 

Jean-Marie Cuny

( 19 mars, 2017 )

Charles BEIGBEDER à NANCY le 20 Mars

 

Communiqué de « NANCY Ville humaine » :

 

Nous poursuivons notre cycle de conférences pour nous préparer à un choix éclairé lors des prochaines présidentielles.

 

Après le Général Tauzin, Jean-Frédéric Poisson, Charles Millon, Hilaire de Crémiers, nous recevrons

 

Charles Beigbeder

le 20 mars prochain à 19h00

 

dans l’auditorium MJC Pichon (7, Bd du recteur Senn). Cette conférence est co-organisée avec l’Avant-Garde et l’Association Libérale et Humaniste. L’adresse de la page FaceBook couvrant l’évènement est : https://www.facebook.com/events/225480067894251/

 

La soirée sera articulée en 3 temps :

 

Une présentation de l’homme à la fois chrétien, chef d’entreprise accompli, et maintenant engagé en politique : « Comment un entrepreneur à succès en vient à se préoccuper du bien commun ? » 

 

Le développement des lignes principales de sa pensée. Il abordera entre autres des thèmes chers à l’Avant Garde et les idées qu’il défend dans son dernier livre : Charnellement de France

 

Un échange avec la salle et dédicace de son livre

( 12 mars, 2017 )

La famille de France au Salon de l’Agriculture

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Vendredi 03 mars, Leurs Altesses Royales le duc et la duchesse de Vendôme se sont rendues avec les jeunes princes au salon international de l’agriculture à Paris. Suite à la visite qu’ils en ont faite, voici les réflexions du prince Jean publiées sur son site internet. On verra comment de cette visite et de l’expérience familiale,  le Prince tire une idée générale et des orientations d’actualité pour la France.

 

« Adieu, veau, vache, cochon, couvée ? Dans l’atmosphère d’une campagne électorale peu amène et plus que délétère, dont on ne sait ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, rien de mieux qu’un petit tour en famille au salon de l’agriculture pour un vrai retour à la terre et au réel.

Veaux, vaches, cochons, couvées … Il y en a pour tous les goûts, petits et grands. Comme notre filière bois, notre filière agricole se porte difficilement, mais nos agriculteurs restent des passionnés de leurs animaux et de leur terroir. C’est ce qui fait mon admiration. C’est aussi notre esprit français auquel il est bon de rester attaché et qu’il faut soutenir, dynamiser développer.

Petit, pendant les quatre années où nous avons habité la Haute-Savoie, un petit village près d’Annemasse, notre maison jouxtait une exploitation laitière. Nous y passions tout notre temps. Des années plus tard, je suis retourné travailler l’été dans une ferme modèle près de Morestel. Depuis que nous sommes à Dreux nous nous intéressons aux poules (Orpington, Bantam de Pekin, Araucana, Flaverolles, …). En fin de semaine dernière, après une vingtaine de jours en couveuse, nous avons vu éclore, dans l’excitation générale, une dizaine de poussins.

Et oui, il est bon, me semble-t-il, quand tout part à vau-l’eau de revoir ses fondamentaux. Dans cet esprit, il n’y a rien de mieux que le retour à la terre. »

Porte de Versailles le 3 mars 2017

( 11 mars, 2017 )

L’ Europe la tête sous l’eau

 

Lu sur « le Réveil Français »

 

Reconduction scandaleuse de Donald Tusk à la  »présidence de Bruxelles »

 

1)Le Conseil  »européen » détruit toute sa crédibilité (s’il lui en restait)
Le Parlement européen -chacun a pu le voir depuis longtemps- est dispendieusement inutile; ou très dogmatiquement orientée contre la liberté, la dignité, l’identité des nations qui constituent l’Europe.
La Commission européenne a défrayé la chronique des corruptions personnelles et des conflits d’intérêt de nombre de ses membres ou présidents
Voici qu’en ce fatal 9 mars 2017, le Conseil européen (organe politique émanant des États) vient de prendre une décision qui apparaîtra sans doute dans l’histoire comme le début de la fin de l’Europe post-Maastricht. En effet, juste avant de commencer les travaux sur la mise en œuvre de la sortie du Royaume Uni de l’UE (ce vendredi 10), le Conseil européen a reconduit Donald Tusk dans ses fonctions à la Présidence du Conseil. Par 27 voix contre une.
M.Tusk, qui est Polonais, a été élu alors, non seulement qu’il n’était pas (contrairement aux usages et aux règles) présenté par son pays, mais encore qu’il était récusé par sa nation. La Pologne a fustigé à juste titre un « dangereux précédent ».
En effet, c’est la première fois :
– que l’UE impose un Président du Conseil auquel son pays s’oppose,
– qu’un Président s’était immiscé depuis sa fonction européenne dans le jeu électoral de son pays en s’en prenant violemment au parti qui allait être finalement élu.
M. Hollande, toujours aussi servile à l’égard de l’Allemagne, a voté cette inconcevable et stupidissime humiliation d’un pays membre. Un pays ami et allié historique qui a si lourdement payé à l’histoire l’impôt du sang pour conserver son identité et sa liberté.
La Pologne a d’ores et déjà décidé jeudi de « ne pas accepter les conclusions du sommet », a indiqué la chef du gouvernement polonais, Mme Beata Szydlo. « Nous savons maintenant que c’est une UE sous le diktat de Berlin », a aussi réagi le ministre des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski, interrogé par le site internet wpolityce.pl.
En Allemagne les interrogations sur les aptitudes d’Angela Merkel (déjà soulevées dans la presse lors de l’affaire des migrants) ont été à nouveau évoquées lorsqu’elle a déclaré : « Nous avons atteint un bon résultat ce jour(sic), même si nous n’avons pas l’unanimité (re-sic). Mais nous avons prolongé (le mandat) du président du conseil. Avec ça, nous sommes capables de travailler », s’est avancée la chancelière.
C’est donc le début de l’effondrement de l’Europe de Maastricht auquel nous assistons.
Quel que soit le résultat des élections aux Pays-Bas la semaine prochaine, après le Brexit et dans l’attente d’ événements économiques tragiques ici où là, le compte à rebours a commencé. Il appartiendra à la France de juin 2017 de reconstruire une autre Europe sur ce champ de ruines.
2) Les 60 ans du Traité de Rome
Le Conseil européen est philosophiquement mort
Le Conseil consacrera la matinée de ce vendredi 10 mars à la préparation de la « Déclaration de Rome », qu’ils publieront pour les 60 ans du Traité fondateur de la Communauté -devenue Union- européenne- qui seront célébrés à Rome ce 25 mars.
Ce texte solennel sera censé montrer que l’UE restera unie après le Brexit. Et maintenant voici le cas polonais, et sans doute néerlandais…Sur fond de changement radical de la politique américaine sur le commerce international dont le Conseil, sidéré par le Brexit, semble incapable de comprendre la portée.
LIl y a l’  »idée » d’une Europe à « plusieurs vitesses » soutenue par M.Hollande (à quelques jours de sa disparition politique) et par l’Allemagne, désireuse notamment de pouvoir renforcer la défense européenne sans être bloquées par des États récalcitrants. Mais d’autres pays s’inquiètent cependant de devenir des membres de deuxième zone de l’Union, comme ceux du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie), qui se sont manifestés ces derniers mois par leur vive opposition à la politique migratoire de l’UE.
En outre les 27 ont évoqué la politique commerciale de l’UE, ébranlée par l’opposition populaire croissante à l’égard des traités de libre-échange, en particulier celui conclu avec le Canada (CETA) ou négocié secrètement avec les États-Unis (TTIP/TAFTA).
Or Donald Tusk s’est targué de vouloir défendre « l’unité de l’Europe »…!
Il est temps à présent d’écouter la parole des patriotes européens et français, pour libérer l’Europe de son carcan bruxellois. En rendant aux peuples d’Europe leur liberté de décider de leurs destins on leur redonnera leur dignité, la maîtrise de leurs intérêts, leur prospérité. Car l’Europe sera libre, démocratique, sûre, et prospère si ses les nations, qui la composent et s’y associent, sont d’abord libres, démocratique et prospères. Affaiblir les nations a affaibli l’Europe.

Henri Temple

( 10 mars, 2017 )

Editorial du n+ 333 de LA LORRAINE ROYALISTE

 

 

Quel spectacle lamentable que cette élection présidentielle ! Il s’agit essentiellement de s’envoyer des « boules puantes » pour « disqualifier » l’adversaire. Il est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de différences dans les projets des Fillon (1), Macron et même Hamon : ils font tous preuve de vassalité envers l’Union Européenne, l’Allemagne, les Etats-Unis… En somme, ils sont tous « mondialistes ». Il y a seulement une différence de style, de présentation et de vitesse à laquelle ils veulent faire disparaître la France. Seuls, Marine Le Pen, Nicolas Dupont Aignan et quelques autres plus « petits » ayant peu de chances d’arriver au premier tour disent vouloir une France indépendante et forte. Surtout, seuls ils mettent en avant le mal qui nous paralyse : l’Union Européenne et d’abord l’Euro. Mais, même élus, iront-ils au bout de leur démarche, paralysé qu’ils sont par le régime, la funeste république ?

Emmanuel Macron est le pire : soutenu à la fois par des grands financiers, des milliardaires propriétaires de groupe de presse comme Patrick Drahi (2) Pierre Bergé, Jean-Michel Baylet, Bernard Mourad…et des gauchistes libertaires de la pire espèce, comme le déjà nommé Pierre Bergé, Daniel Cohn Bendit… C’est sans doute ce qui explique le grand courant « de la presse dite libre » qui essaye de le porter vers le pouvoir. En fait, tous ceux qui veulent détruire le plus vite possible la France et réduire les Français en « esclavage » le soutiennent. Alliance sommes toute « traditionnelle » le la haute finance et des révolutionnaires gauchistes : Ils ont tous intérêt, pour les manipuler plus facilement, d’avoir des Français complètement déracinés, individualisés, ignorants de leur passé, de leur culture, incultes. Macron est finalement le plus « franc », car il ne se cache pas de cette volonté même s’il ne le dit pas ouvertement sauf quelques fois comme en Algérie où il crût bon de « cracher » sur la France sans doute pour gagner des soutiens et quelques voix, ce qui n’est même pas certain ! Mais nous ne pouvons que remarquer qu’il veut ainsi continuer la politique poursuivie depuis plus de 50 ans par nos politiciens – de « droite » comme de « gauche » – avec un accentuation certaine sous Sarkozy et Hollande.

Après les « présidentielles », nous aurons les « législatives » avec une incertitude beaucoup plus grande qu’en 2007 ou 2012 : y aura-t-il une « majorité présidentielle » ? Il est en effet fort probable qu’aucun parti ou groupe de partis plus ou moins alliés n’ait la majorité. Vous me direz que c’est relativement sans grande conséquence car tout ce qui est important se décide maintenant hors de France. C’est vrai mais cela peut entraîner une plus grande instabilité, ce qui n’est jamais bon.

Les députés sont, si l’on en croit nos élus, les représentants de la population. Dans les faits, ils sont plutôt les représentants des partis politiques. Rares sont en effet les personnes qui se présentent indépendamment des partis et qui ont des chances d’être élus. Pourtant les « représentants » devraient réellement, dans un monde politique équilibré, représenter la population et non des partis auprès d’un pouvoir qui devrait être aussi indépendant des factions ! Mais ceci n’est pas « républicain » ! Aussi, nous saluons les candidats courageux qui se lancent « hors des partis » comme, par exemple, Laurent Garcia, homme de terrain, maire de Laxou, cadre d’entreprise,  dans la deuxième circonscription de Meurthe et Moselle.

En attendant ces élections, le pouvoir semble vouloir à tout prix affaiblir la France. Ainsi, nous avons eu le vote en faveur du funeste traité dit « CETA » avec le Canada, le soutien aux « manifestants/casseurs » au plus haut niveau de l’Etat, l’immigration sauvage encouragée, des mesures visant à affaiblir encore l’enseignement en France…

Tant que nous n’aurons pas un véritable pouvoir indépendant à la tête de l’Etat Français, indépendant aussi bien de l’étranger que des groupes financiers et/ou économiques, des partis, il n’y aura pas de possibilités de redressement de notre pays. Nous devons y travailler.

Que faire en attendant ? Voter, bien sûr, car l’abstention n’est pas une attitude « politique ». Mais nous ne pouvons voter que pour un « moindre mal », pour éviter le pire et peut-être avoir une petite amélioration, même s’il elle est provisoire. La seule « amélioration » que nous pouvons espérer, c’est de retrouver au moins en partie notre indépendance nationale ce qui peut permettre une amélioration de la vie de nos concitoyens. Or, il n’y a pas 36 candidats proposant au moins cette amélioration : il y en a deux : Marine Le Pen et Nicolas Dupont Aignan, ce dernier n’ayant que peu de chances d’arriver au second tour. Certains ont peur de quitter l’Euro et l’Union Européenne. Pourtant, cela se fera tôt ou tard si nous voulons survivre et plus nous tarderons, plus ce sera dur et le redressement difficile ensuite. Il faut le faire très vite.

Cependant, même si nous allons dans ce sens, l’avenir est sombre : incertitudes électorales, internationales, économiques, financières, terrorisme sans compter l’immigration sauvage…

Et puis nous savons que, dès les élections terminées, nos politiciens vont préparer les suivantes…

Philippe SCHNEIDER

(1)       Il serait intéressant de savoir qui et pourquoi quelqu’un ( ?) a donné les documents permettant d’attaquer Fillon au « Canard enchaîné ». Il faut croire qu’il gênait réellement cette personne ou son commanditaire. Voilà qui serait réellement le travail d’un « journaliste d’investigation ». Peut-être était-il soupçonné de vouloir appliquer la meilleure partie de son programme ? Mais sera-t-il encore candidat quand vous lirez ces lignes ?

(2)            Il serait d’ailleurs intéressant, s’il y avait réellement des » journalistes d’investigation », de savoir si l’accord d’Emmanuel Macron permettant à Patrick Drahi d’acheter SFR (alors que le précédent ministre de l’économie s’y opposait) n’est pas pour quelque chose dans son soutien actif. D’où vient aussi le financement de sa campagne ?…

( 10 mars, 2017 )

Adepte de la « discrimination positive » : Macron, raciste assumé

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Mur-bleu gds.jpgCertes, ce n’est pas lui qui a inventé le concept, ni le mot. Déjà, Anne Lauvergeon, nullissime chef d’entreprise qui a mis notre fleuron Areva et toute notre filière atomique en sérieuse difficulté, proclamait en son temps que, « à compétence égale, elle embaucherait un immigré plutôt qu’un Français, c’était clair ».

Macron n’a donc pas inventé cette nouvelle forme de racisme (car, le racisme inversé, c’est toujours du racisme) ; il n’empêche, en visite électorale en Seine-Saint-Denis, celui qui prétend faire du neuf avec des vieux a bien pris soin de proclamer qu’il faisait sienne la « discrimination positive » : aux Mureaux, il a même proposé de verser une prime à l’entreprise qui recrute en CDI un habitant des « quartiers prioritaires » !…

Mais, considérer des gens comme « prioritaires » par rapport à d’autres, parce que ils sont d’une certaine origine, parce que ils appartiennent à une certaine ethnie, parce que ils sont pratiquants d’une certaine religion etc.… : n’est-ce pas cela le racisme ? N’était-ce pas cela qui était à la base de l’apartheid en Afrique du Sud ? Mépriser et déclasser quelqu’un parce que il est noir, maghrébin ou musulman, oui, c’est du racisme. Le favoriser et le promouvoir pour la même raison, c’est évidemment, aussi, du racisme. Inversé, mais du racisme quand même.

Que dirait Emmanuel Macron si un chef d’entreprise passait une annonce, du genre « Recherche homme blanc, salaire plus élevé si français de souche » ? Il faut croire que lui, le Canard enchaîné et toute la gauche moralisatrice des sépulcres blanchis hurleraient à la mort. Et pourtant, c’est cela, la « discrimination positive » : on vous engagera si vous êtes noir ou maghrébin. Et si vous êtes musulman de surcroît, alors, là, ce sera le gros lot !

Macron est raciste. Il n’est pas le seul, surtout à gauche.

Gageons que Le canard de mercredi prochain va nous faire des « révélations » là-dessus !…

12345...119
« Page Précédente  Page Suivante »
|