( 15 février, 2014 )

Votre majesté, refusez de signer la loi pour l’euthanasie des mineurs »

PÉTITION EN DIRECTION DU ROI DES BELGES

Votre Majesté,

Vous êtes le roi des belges et à ce titre, devez prendre soin de votre peuple. Vous êtes habitué à signer toutes les lois qui sont adoptées par un organe démocratiquement élu, même si vous n’êtes pas d’accord avec elles.

Cependant, il y a des lois qui affecteront non seulement la Belgique, mais également l’Europe, à long terme. Tel est le cas du terrible projet de loi pour l’euthanasie des mineurs, qui lance un signal à l’Europe toute entière.

Veuillez entendre les nombreuses voix, chez vous et à l’étranger, qui ont lancé un cri d’alarme concernant la présente loi – votre conférence épiscopale et les membres des parlements de l’Europe qui se sont exprimés clairement contre cette loi.

En tant que citoyens européens concernés, nous vous écrivons pour vous inviter à ne pas signer ce projet de loi. Ce sera un défi pour vous de défendre cette décision. Nous vous prions de ne pas accepter cette loi sur l’euthanasie, la plus effrayante qui soit dans le monde entier.

Ecoutez votre conscience et soutenez votre rôle de monarque avec des principes éthiques. Montrez-vous digne du défi pour lequel vous avez été préparé tout au long de votre vie.

LA PÉTITION : SIGNEZ ICI

( 14 février, 2014 )

POLITIQUE MAGAZINE de Février 2014

Opinion, élection, consommation : comment ils nous manipulent, en »Une » du n° de février de Politique magazine

2014 FEVRIER.jpg

Au sommaire : 2014 FEVRIER SOMMAIRE.jpg (cliquez une première fois pour faire apparaître l’image, puis une deuxième fois pour l’agrandir)

 

Voici l’Editorial de Jean-Baptiste d’Albaret, L’art de la diversion :


L’art de la diversion 

C’est un scoop : François Hollande n’est plus socialiste. « En économie, c’est l’offre qui crée la demande », a-t-il expliqué lors de ses vœux, devant un parterre de journalistes qui a salué la performance. Rien n’est donc plus urgent que d’aider les entreprises en diminuant le coût du travail. à cet effet, sont prévus 10 milliards d’allègements supplémentaires d’ici 2017, à ajouter aux 20 milliards d’euros du Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE). Et notre président de promettre 50 milliards de réduction de dépenses publiques jusqu’à la fin du quinquennat ! Avec ses manières ondoyantes, remplaçant des promesses de dépenses par des promesses d’économie, éludant les questions sur sa vie privée, François Hollande a, une nouvelle fois, gagné du temps. Il a aussi, sans doute, rassuré les créanciers. 

Chapeau l’artiste ! Mais comment faire accepter ce « tournant social-libéral » ou « social-démocrate » à l’aile gauche de sa majorité qui, par la voix de certains de ses députés, ont dénoncé un « cadeau fait au Medef » ? En lui donnant des gages sur les questions dites « sociétales »… Le « mariage pour tous » avait déjà rempli cette fonction, permettant de resserrer les rangs d’une gauche que les premiers mois d’exercice de son mandat avaient quelque peu clairsemés.  

Pour l’heure, il s’agit donc de rassembler une majorité et un électorat divisés sur la politique économique du gouvernement. C’est l’objectif poursuivi par la modification de la loi Veil sur l’IVG inscrite dans le projet de loi « pour l’égalité femmes-hommes » porté par le ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. Adopté par le Sénat en septembre dernier, il a été voté à l’Assemblée nationale. 

Outre un « délit d’entrave », qui justifierait de sanctionner de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende « le fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher de pratiquer ou de s’informer sur une interruption volontaire de grossesse ou les actes préalables », le texte prévoit qu’une femme puisse demander une IVG si elle « ne veut pas poursuivre une grossesse » et non plus parce que « son état la place dans une situation de détresse ». Le changement de sémantique n’est pas neutre. Dans un pays où, chaque année, plus de 200 000 avortements sont pratiqués, il s’agit de transformer « l’exception à l’avortement », dépénalisé en 1975, en véritable « droit à l’avortement », garantissant la liberté dont disposerait toute femme de mettre fin à sa grossesse. à rebours de la nouvelle politique en train de s’ébaucher en Europe, où plusieurs pays ont discuté, voire adopté, de nouvelles lois améliorant la protection de la vie humaine, c’est un pas supplémentaire vers la banalisation de l’IVG que met en place le gouvernement socialiste. Le but ? « Cliver » la société à deux mois des municipales afin de remobiliser son électorat. Est-ce un hasard du calendrier si le projet de loi a été voté à l’Assemblée au moment même où la « marche pour la vie » rassemblait plusieurs dizaines de milliers de personnes à Paris ? 

Certains, à droite, ont compris le piège. Sur son blog, François Fillon a ainsi accusé le gouvernement de commettre une « faute morale, car il risque de banaliser l’avortement qui, selon les termes de Simone Veil, devait rester l’exception, et une faute politique, car il prend le risque de diviser, une fois encore, les Français. »  

Aujourd’hui l’avortement, demain la loi Leonetti sur l’euthanasie, pourtant adoptée à l’unanimité en 2005, la stratégie du pouvoir est limpide : faire diversion en divisant sur les questions sociétales. Combien de temps dureront ces manœuvres ? 

 
( 11 février, 2014 )

« Collaborations » sur France 3 : un morceau de désinformation-récupération sans vergogne.

 
 
 Tiré du
 

 blog de Bernard Antony

11 février 2014

 
Le documentaire de ce 10 février sur France 3 titré « Collaborations » a constitué un nouveau morceau de choix de la désinformation historique à laquelle se livrent sans cesse, et sans grand contrepoids, les propagandistes de la gauche « culturelle » au pouvoir.
 
Beau travail indubitablement avec une belle harmonie du dosage de vérité, juste ce qu’il faut, nécessaire pour accréditer un mensonge historique principalement matraqué ou distillé par toutes les ficelles d’un occultationnisme « réviso-négationniste » sans vergogne notamment sur les points suivants :
 
- Eloge sans nuance du parti communiste pourtant dissous le 26 septembre 1939 par le gouvernement Daladier après son approbation de l‘alliance soviéto-nazie avec le pacte Staline-Ribbentrop. Rien sur ses appels à la collaboration avec les occupants. Rien sur ses négociations avec Otto Abetz…
 
- Occultation totale du fait que la Résistance en France a été créée par des hommes de droite ou qualifiés d’extrême-droite. Citons ici, par exemple, le colonel Rémy, Honoré d’Estienne d’Orves, Maurice Duclos (le cagoulard, pas le coco !), Henri Frenay, Henri d’Astier de la Vigerie, Jacques Renouvin, Jacques Perret, Georges Valois, Alain Griotteray, Jacques Arthuys et, si souvent parmi nous jusqu’à la fin de leur vie, nos fidèles amis Jean-Baptiste Biaggi, Albert Chambon et nos amis encore, combattants légendaires, Jean-Jacques Plat et Michel de Camaret.
 
C’est par centaines que des hommes de droite ont été les premiers cadres et héros de la Résistance. Et l’on pourrait évoquer aussi le rôle de celui que l’on appelait l’aumônier de la Résistance : le R. P. Léopold Bruckberger, immense écrivain catholique…
 
- Glissade rapide sur le fait que les grands partis de la collaboration (PPF-RNP) sont non seulement fondés par Jacques Doriot, grand dirigeant communiste, et Marcel Déat, grand dirigeant socialiste, mais que leurs cadres et l’essentiel de leurs troupes sont issus de même de ces partis du Front Populaire.
 
- Pas un mot sur le rôle de Marcel Peyrouton, le ministre de l’Intérieur de Vichy, ancien grand dirigeant du Grand Orient et chargé de l’application du « statut des juifs » juridiquement « pensé » par le socialiste Maurice Duverger.
 
- Rien sur les grands francs-maçons passés à Vichy autour de Laval et de Déat… Rien sur Jean-André Faucher…
 
 
- Occultation sur le véritable personnage de René Bousquet, le chef de la police de Vichy, devenu après la guerre un très grand ami de François Mitterrand, administrateur de la Dépêche du Midi et le « compagnon «  de madame Evelyne Baylet.
 
Occultation totale de la désinformation toujours perpétrée par le parti communiste sur son rôle une fois entré en guerre : « le parti des 75000 fusillés » ! Enorme contre-vérité puisque chiffre désormais ramenée sans contestation possible à moins de 4000 (voir journal Le Monde).
 
En conclusion, il faut que l’on sache que ce « documentaire » « Collaborations » n’a été essentiellement qu’un morceau de désinformation à des fins de réécriture occultationniste de l’histoire de Vichy et de récupération manichéenne par la gauche et l’extrême-gauche médiatique de l’histoire complexe de la Résistance et de la collaboration.
 
( 11 février, 2014 )

LE NEO NAZISME AUJOURD’HUI

Mises à mort de personnes souffrant de maladie psychiatrique

(tiré du site LE SALON BEIGE)

Posted:

Voilà qui nous rappelle les heures les plus sombres (c’est l’Allemagne nazie qui exterminait les malades mentaux) :

« 42 personnes souffrant de maladies psychiatriques ont été euthanasiées l’an dernier aux Pays-Bas, selon un chiffre officiel révélé aujourd’hui par le ministre de la Santé néerlandais, Edith Schippers, en réponse à une question écrite du parlementaire travailliste Khadija Arib.

Sur les 42 signalements d’euthanasie en cause, 31 ont déjà été passés au crible par les commissions régionales d’évaluation de l’euthanasie : ils ont tous été jugés conformes aux critères de la loi.

C’est un chiffre en très nette augmentation puisqu’en 2011, 13 patients psychiatriques ont été euthanasiées, en en 2012, 14. Si le chiffre a ainsi triplé d’une année sur l’autre, c’est sans doute, selon le ministre, que les médecins sont davantage disposés à pratiquer l’euthanasie dans ce contexte d’absence de maladie mais de souffrances jugées « insurmontables ». Elle ajoute penser que l’approbation des 27 cas signalés en 2011 et 2012 par les commissions d’évaluation est connue des médecins ce qui a permis à leurs opinions à propos des normes légales à propos de l’euthanasie ont pu évoluer. [...]« 

( 10 février, 2014 )

Lettre à Monsieur COPE

Très belle lettre à Monsieur COPE qui a été reproduite dans le SALON BEIGE

 

« Monsieur Copé,

Ce n’est pas la détermination des élus de votre parti qui a fait reculer le gouvernement, c’est plutôt le calendrier électoral et la détermination des Français de tous bords qui sont descendus dans la rue trois dimanches d’affilée avec la « marche pour la vie », le « jour de colère » et la « manif pour tous ». Trois manifs où vous avez brillé par votre absence !!! Et vous avez osé jouer les « vierges effarouchées » en concert avec les médias « aux ordres » qui ont traité de « fascistes » les Français qui étaient comme moi à la manif du « jour de colère ». [...] Mais vous vous êtes déjà renié après le 24 mars 2013, ce n’est qu’une question d’entrainement !
 
Nous avons d’ailleurs pu admirer une nouvelle fois votre courage lors du vote de la nouvelle mouture de la loi Veil qui supprime la notion de « détresse » pour la femme qui veut avorter et qui en fait un « droit » (comme si tuer un enfant pouvait être un droit !) [...] Où donc aussi sont votre courage et votre détermination pour vous lever contre cet enseignement pervers promu dans nos écoles pour déstructurer nos enfants ? Vous avez, là encore, les mains liées car c’est votre compagnon de route et de parti, ou peut-être de loge, Monsieur Luc Chatel, qui a introduit cette saleté de « théorie du genre » dans les programmes ! Vous collaborez, Monsieur Copé !
 
[...] Votre détermination n’existe que pour tenter de calmer la soif d’absolu de la France, en qualifiant ceux qui ne pensent pas comme vous d’extrêmistes ! Alors, oui, Monsieur Copé, je suis un extrêmiste, un extrêmiste de la France éternelle, j’ai encore la gorge serrée à 57 ans quand je chante la Marseillaise en pensant à tous mes ancêtres qui sont morts pour Elle sans rien attendre en retour, même si certains sont morts en portant la cocarde blanche ! Je pleure sur mon pays que vous bradez depuis tant d’années, vous et vos pareils en toute impunité au nom de « votre » démocratie pour satisfaire en fait votre goût du pouvoir et de l’argent, vous collaborez tous ensemble, Monsieur Copé.
 
Mais vous commencez tous à trembler devant ce réveil des consciences que vous ne pouvez pas contrôler. La France gronde et elle vous fait peur, elle vous fait peur parce que vous « n’avez plus la main » et parce qu’elle vous rappelle depuis quelques mois que la Politique c’est « servir » et non pas « se servir ». Dans vos derniers sursauts, vous vous réfugiez à l’unisson de ceux qui nous gouvernent derrière vos « valeurs de la république » et vos « partis républicains », mais votre république n’est pas la France, ce n’est qu’un pitoyable régime politique éculé, trahi et bafoué par ceux là même qui s’en réclament.
 
[...] Alors, Monsieur Copé, avec tous les petits, les sans-grades, les laissés pour compte, avec ceux qui se lèvent tôt, qui triment, qui sont écrasés d’impôts, avec ceux qui souffrent, qui se battent, qui désespèrent, je suis entré en Résistance !!! Nous sommes entrés en Résistance parce que nous aimons trop la France, « notre France ». »

Louise Tudy

( 10 février, 2014 )

Excellent commentaire sur le site « LA FAUTE A ROUSSEAU » des journalistes aux J.O.

Sotchottes…

Grain de sel avec bordure.jpgA propos des JO de Sotchi, vous aurez certainement remarqué que nos journalistes prennent des précautions de coquettes pour nous expliquer qu’ils parleront de sport, certes, mais qu’ils ne cacheront rien de ce qui entoure ces jeux, notamment les discriminations (comprendre « l’homophobie » des Russes qui, par une loi, viennent d’inciter les homosexuels à se montrer discrets).

Chaque jour, ce sont aussi des commentaires acides et des reportages démonstratifs sur le coût de ces J.O., le sort des pauvres ouvriers caucasiens exploités par le capitalisme russe et les travaux à peine terminés à temps.

Comble de ridicule, Google, sur sa page d’accueil, exhibait fièrement un drapeau « Arc-en-ciel » le jour de l’ouverture des jeux. Mais pourquoi n’avons-nous pas eu droit à ce genre de commentaires précautionneux et désobligeants ou à un drapeau tibétain sur Google lors des J.O. de Pékin ? Sans-doute étaient-ils un modèle de management, de respect des droits de l’homme -et de l’homo- et de liberté d’expression.

Je vous laisse deviner le pourquoi de cette différence d’attitude. En tout cas, si de prochains J.O. se faisaient à Paris, on peut désormais espérer que Google mettra un croix sur sa page d’accueil en solidarité avec les chrétiens de France persécutés par leur gouvernement.

 
( 10 février, 2014 )

Prière pour Vincent LAMBERT

 

On nous demande d’insérer, ce que nous faisons volontier

Demande de prière à l’intention de Vincent Lambert

Pour le Conseil d’Etat qui décidera du sort de Vincent Lambert jeudi 13 février à 9h, la Maman de Vincent Lambert et ses amis demandent des prières.

Des religieux proposent un jour de jeûne, pour ceux qui le peuvent.

( 9 février, 2014 )

COMMUNIQUE DU CRAF

LA GRANDE OFFENSIVE

 

Nous ne reviendrons pas une fois de plus sur la nullité du gouvernement qui n’est que la représentation ultime d’un régime dont la légitimité laisse les Français de plus en plus nombreux dans la perplexité.

Alors, le système aux abois lance une offensive tous azimuts contre ce qu’il voudrait faire passer pour une progression aussi dangereuse qu’inexorable de la « peste brune » Il s’agit d’abord de désigner les ennemis de la République avant de mettre en place une terreur visant tous les opposants qualifiés de contre-révolutionnaires en 1794, et de fascistes antisémites aujourd’hui. Le genre d’accusation qui constitue une quasi exécution sommaire, justifiant dans la conscience des élites « Alpha » qui nous gouvernent de s’affranchir de l’Etat de droit. On l’a vu avec la condamnation de nos militants qui sifflèrent Hollande le 11 novembre, qui ont pris « plus cher » que des agresseurs de vieilles dames. Il est plus grave en République idéologique de penser à rebours du Marais, que de commettre des délits de droit commun.

La manifestation « Jour de colère » a permis de cristalliser cet élan répressif. Toute la presse s’en est donné à cœur joie et certes, on a pu voir, malheureusement, ça et là quelques excès et débordements, plus dans les cris et les paroles du reste que dans les actes.

Et puis, ce qui inquiète ceux qui nous « gouvernent », c’est le côté black-blanc-beur d’une manif bleu-blanc-rouge. Pourtant ils ont tout fait pour ça, depuis la fameuse coupe du monde de foot où, les larmes aux yeux, ils contemplaient la liesse de la nouvelle France cosmopolite. Alors oui, il y a eu des slogans en marge, condamnables. Contrairement à ce que veulent faire croire certains média, à l’AF nous rejetons toutes formes de racisme y compris l’antisémitisme que nous jugeons purement épidermique, malsain et dénué d’intelligence. En revanche, nous dénoncerons toujours avec fermeté, toutes menées et tentatives d’influence qui détourneraient l’Etat du bien commun au profit d’intérêts sectoriels de communautés, lobbies et autres groupes d’intérêts.

Les Français sont à bout ! Il faudrait, si le pouvoir en plus de son inefficacité abyssale n’était pas sectaire, essayer de renouer les fils du dialogue, essayer de comprendre ce qui choque et désespère de nombreux Français, plutôt qu’en plus du chômage et de la pression fiscale, asséner des réformes « sociétales » qui visent à accélérer l’atomisation de la société. Ainsi le peuple cédant la place à une multitude d’individualistes jouisseurs et dépressifs, il n’y aura plus de risques d’insurrection puisqu’il n’y aura plus de peuple.

Gageons que nous n’en sommes pas déjà là.

La colère, qui s’empare de ceux qui ont encore un niveau de conscience, étant mauvaise conseillère, il fuse en effet des cris de haine, d’intifada qui pourraient se changer en plus graves violences. Nous savons que cela est dangereux et le pouvoir imbécile de se pourlécher les babines en trouvant là que le dossier est assez lourd pour saisir une occasion prochaine de broyer cette foule détestée. Car, ne nous faisons pas d’illusion, depuis la Commune, les révoltes populaires ont toujours été écrasées par la République, laquelle sait se donner les moyens avec sa police, ses magistrats voire même son armée, relayés par les média, d’en finir.

On sait que derrière tout ça, Bruxelles est à la manœuvre, les yeux fixés sur l’horizon du mondialisme. Toute l’Europe est en souffrance. Quand on pense qu’en Allemagne on condamne à la prison les parents qui refusent de laisser leurs enfants assister aux cours d’indifférenciation des sexes et qu’en Suisse on impose des « Sexbox » en maternelle. Du reste la nouvelle et surprenante offensive de l’ONU contre le Vatican ne serait-elle pas une réplique à la dénonciation par le Pape de l’actuel ordre économique mondial ?

Si nous voulons combattre cette caste internationale et apatride qui cherche à asservir les peuples, nous devons nous organiser, car nous disposons de forces dans le pays et dans le monde capables de renverser la tendance mortifère qui cherche à s’imposer.

La France aura un rôle primordial à jouer dans cette révolution universelle. Refusons de tomber dans les pièges qui nous sont tendus et organisons la riposte de l’intelligence face à la barbarie institutionnalisée.

L’Action française sera toujours de ce combat là.

Olivier Perceval,

Secrétaire Général de l’Action française

( 7 février, 2014 )

Google exclut les Noirs

Observation très intéressante du « SALON BEIGE »

Voilà la logo présent sur Google depuis ce matin, en l’honneur de l’ouverture des JO de Sochi :

G
Quand on le compare avec le logo des Jeux Olympiques, symbolisant les 5 continents, il semble qu’il y manque le noir :

JEt à la place, on y trouve l’orange et le violet, ce qui correspondt au drapeau LGBT. Un continent est donc discriminé au profit d’un groupuscule de terroristes intellectuels.

Michel Janva

( 7 février, 2014 )

Dans la série « clichés et poncifs trop faciles », je demande… Bruno Frappat, sur « C’était les Daudet »…

 

Texte tiré du site « LA FAUTE A ROUSSEAU »

DAUDET ASSEMBLEE.jpg

Le dimanche 3 février 2013 – dans nos « pages magazines » des samedis/dimanches – nous avons présenté ce qui était alors le récent ouvrage de Stéphane Giocanti, « C’était les Daudet » : Le hasard fait coincider sa parution avec la sortie de notre Album : « C’était les Daudet », de Stéphane Giocanti

Deux mois après, le 9 avril, et toujours dans ces mêmes « pages magazines » des samedis/dimanche, nous avons jugé utile d’apporter une précision sur le très bon article de Sébastien Lapaque dans Le Figaro, qui présentait l’ouvrage de Giocanti : Sur un point précis de l’article de Sébastien Lapaque, présentant le dernier ouvrage de Stéphane Giocanti, « C’était les Daudet »…

La rectification qu’il nous semblait utile – et surtout honnête… – d’apporter concernait, on le voit, le reproche d’antisémitisme, alors que Daudet, effectivement antisémite à ses débuts, et pendant plusieurs années, s’était totalement détaché de l’antisémitisme dès le début des années 30, lorsque Bainville dénonçait Hitler – dans son Journal et dans L’Action française quotidienne – comme « l’énergumène », « le monstre », « le Minotaure »…


Puis il y eut un article de Bruno Frappat, un peu de la même eau, dans La Croix, avec un brin de condescendance pour Daudet, à qui Bruno Frappat daignait reconnaître des talents certains dans certains domaines, mais envers lequel, surtout, il portait une condamnation sans nuance, définitive et sans appel, pour cause… d’antisémitisme.

Répondre sans cesse aux mêmes affirmations fausses est certes lassant, mais nécessaire : on ne peut laisser passer des propos inexacts et, sans entrer dans une polémique avec lui, nous nous bornerons à répondre à Bruno Frappat que sa condamnation de Daudet – qui ne prend pas en compte son changement d’opinion et d’attitude - ne « tient » pas.  

Se déclarer gêné ou horrifié des propos de Daudet avant son changement d’avis, et sans tenir le moindre compte de celui-ci, est trop facile, et surtout, nous l’avons dit, trop « cliché », trop « poncif ».

Prenons un exemple, un seul, là où l’on pourrait en prendre cent : Bruno Frappat se bouche-t-il le nez quand il passe devant les Invalides, et change-t-il de trottoir ? Il faut absolument le savoir car, puisqu’il se pique d’être révulsé par l’antisémitisme, il devrait réfléchir à ceci : aux Invalides, dans un monument d’orgueil choquant, repose un homme qui déclarait, le plus tranquillement du monde :

« …Je fais remarquer de nouveau qu’on ne se plaint point des protestants ni des catholiques comme on se plaint des juifs; c’est que le mal que font les juifs ne vient pas des individus, mais de la constitution même de ce peuple: ce sont des chenilles, des sauterelles qui ravagent la France… » (Séance du Conseil d’Etat du 7 mai 1806). 

Bigre ! Et même, bigre de bigre ! Cet homme, c’est Napoléon, et il repose, bien tranquille, somptueusement offert, dans les ors et les marbres d’un monument aussi indécent qu’imposant, aux crépitements des appareils photos des touristes du monde entier sans que personne – et en en tout cas pas Bruno Frappat, à ce que l’on sache – y trouve à redire ! Bruno Frappat – qui condamne sans appel Léon Daudet pour un antisémitisme que celui-ci a, finalement, rejeté – a-t-il lancé une pétition pour que l’on « éjecte » Napoléon des Invalides ? On attend avec impatience la réponse…

Cela ne s’appellerait-il pas… comment dit-on, déjà ? Ah, oui ! : du « deux poids, deux mesures »…

Soyons sérieux : pour que le lecteur non averti se fasse une idée juste des choses, le mieux, comme toujours, est d’aller aux textes, et de ne pas passer par des intermédiaires : ceux qui veulent savoir qui était Léon Daudet et ce qu’il pensait, et quelles évolutions furent les siennes pourront se repoprter à notre Album Maîtres et témoins (III) : Léon Daudet (287 photos), bâti exclusivement à partir de passages des dix tomes de ses Souvenirs. Et, tout particulièrement – pour cette question de l’antisémitisme – sur les deux photos « Daudet « détaché de l’antisémitisme » « et « Daudet et l’antisémitisme : genèse d’un rejet… »

Il serait en effet peut-être temps d’arrêter de dire n’importe quoi…

 
1...207208209210211...237
« Page Précédente  Page Suivante »
|