( 6 mai, 2013 )

Il y a cinquante ans – MORT D’UN HEROS

Il s’appelait Jean-Marie  BASTIEN-THIRY, c’était un Lorrain, un officier ingénieur de l’armement ; Ill était droit, il tenait à l’honneur de la France. Cet honneur bafoué par un homme, chef de l’Etat, qui non content de brader une partie de la patrie, abandonnait lâchement ces centaines de milliers de soldats qui avaient combattu pour la France, voir les livrait à ses ennemis, ce qui fut fait à de nombreuses reprises.

Bastien-Thiry était révolté par cette ignominie. Il a décidé d’agir en tentant d’exécuter le « traitre ». Il a échoué et s’est fait prendre. Courageusement, il a fait face lors de son procès en prononçant contre De Gaulle un réquisitoire implacable et juste. Il fut condamné à mort et assassiné par un pouvoir inique.

Comme l’écrit justement Dominique Venner : « la mort de Jean Bastien-Thiry atteste qu’il existe des valeurs plus hautes que la vie elle-même. »

Philippe SCHNEIDER

( 6 mai, 2013 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER du numéro 299

 

 

 

Non, nous n’étions pas deux millions le 24 Mars dernier, sans doute plus d’un million quatre cent milles personnes, parmi lesquels nous pouvions voir le Prince Jean de France, c’est un minimum (1). Le préfet de police, aux ordres, trouve beaucoup moins mais confisque tous les moyens de vérification, en particulier les photos aériennes. La propagande gouvernementale joue à fond, c’est son rôle. Rôle aussi, plus sombre, mais bien dans la « tradition » républicaine, celui des provocations policières (voir les photos et films pris de policiers en civil provoquant des heurts et remettant ensuite leurs brassards « police ». Le Site « le salon beige », entre autres, a publié ces documents), et d’une répression sanglante et aveugle contre des familles assimilées à des « groupes extrémistes »  qui, à part une vingtaine de « jeunes » décervelés et sans doute manipulés, n’existe que dans l’esprit dérangé de « journalistes » et de « politiciens ».

Ce fut en fait un immense succès que n’avait absolument pas prévu le pouvoir. C’est la révolte spontanée des familles, des Français de toutes catégories qui trouvent que vraiment, là, « trop, c’est trop » et qui ont envie de le dire, de le crier. Ils en ont assez de ces « privilégiés », de ces « bobos » héritiers de mai 68 qui n’en finissent pas de détruire la société, de favoriser de petites minorités dépravées au mépris du souhait de l’immense majorité des Français. Ils en ont assez d’être pris pour un ensemble matériel interchangeable, ils se sentent, avec raison, comme des êtres humains. Mais, là, ils se heurtent non seulement aux gouvernants actuels, mais aussi à beaucoup qui se disent « de droite » pour des raisons électorales mais qui pensent la même chose, mais aussi et surtout aux grands groupes économiques et financiers qui ne veulent plus, comme le montre si bien Yvan Blot dans la « Nouvelle Revue Universelle » de personnes humaines qui réfléchissent, qui soient encrées dans leur nation, leurs traditions. Ils ne veulent que des « machines humaines », ignorantes, parfaitement interchangeables, maléables pour leurs plus grands profits. C’est tous les politiciens qui vont dans ce sens, ces « européistes », ces « mondialistes » qui veulent détruire les provinces, les nations, qui organisent l’enseignement avec la complicité des « profs » de gauche afin que nos enfants ne sachent pas qui ils sont ni d’où ils viennent.

Ils sont tous complices, ou presque et Hollande ne veut que précipiter le mouvement. Il le précipite d’autant plus qu’il s’aperçoit, sans doute à son grand étonnement (il doit déjà être de ceux qui n’ayant rien appris ne savent ni réfléchir, ni examiner une situation) que le peuple français veut tout simplement continuer à vivre libre dans son pays, dans ses provinces, dans ses familles dans le respect du passé et de la Religion.

Cela est incompatible avec la volonté des grands groupes financiers, des grandes entreprises internationales qui ne veulent plus de ces  « particularismes » qui les empêchent de manipuler les personnes pour leur plus grand profit. D’où la fausse « religion » mondialiste, européiste, athée car matérialiste suivit docilement en France dans le passé par Chirac, Sarkozy et aujourd’hui Hollande qui veut encore accentuer le mouvement pour le rendre « irréversible ». Pour donner le change, il parle de progrès là où il y a régression jusqu’à la barbarie la plus ignoble, rayant les progrès de plusieurs millénaires de civilisation. Certes, déjà, il y avait eu des rechutes comme dans l’empire romain : avortements, mariages « gays » et même avec des animaux étaient permis et ce fut la fin de l’empire. Mais notre monde se redressera et les progrès reprirent.

Il faudra bien que notre France se rende à l’évidence : aucun progrès ne peut avoir lieu si l’on ne respecte pas les lois fondamentales, naturelles, que nous enseigne aussi la religion catholique. Comme Sophocle le montrait : il y a des lois éternelles qu’il convient de respecter, ce que défend Antigone, et c’est ainsi qu’un pouvoir est légitime  même si le pouvoir légal, celui de Créon/Hollande est légal tout en en respectant pas les lois éternelles.

De plus, sans respect des lois naturelles, il ne peut même pas y avoir des améliorations matérielles, tout s’en suit. Non, Hollande et ses sbires ne feront pas régresser durablement le chômage qui ne fait que progresser (2), ne feront pas que la France se réindustrialise, ne donneront pas un avenir à notre jeunesse. Avec eux, mais ce n’est que la continuation de la politique précédente, la France est condamnée à disparaître et les Français avec mais pour le plus grand profit de quelques uns.

Que cette contestation juste qui se fait jour, cette révolte des Français, aboutisse. C’est à nous de lui montrer la seule solution possible pour que leurs vœux soient exaucés et les autres aussi : il faut rendre à la France son pouvoir légitime qui est la Monarchie Royale. Il faut en finir avec cette république qui ne fait que détruire notre pays depuis la révolution dite française.

En attendant, à toute élection, nos devons nous souvenir de tous ceux, de tous les partis, qui soutiennent le « mariage pour tous » et en aucun cas ne voter pour eux.

 

(1)                 Quel dommage de voir les jeunes filles déguisées en « Mariannes », ce symbole des meurtres, de la torture, de la terreur révolutionnaire.

(2)                 Une suggestion : Hollande devrait demander au Préfet de Paris de recompter les chômeurs, je suis sûr qu’il n’en trouverait guère plus de 500.000 !

( 6 mai, 2013 )

Tous à Jeanne d’Arc

SAMEDI 11 MAI

midi

 

Dépôt d’une gerbe devant la statue de Sainte Jeanne d’Arc

Rue Lafayette à NANCY

 

 

DOMREMY-VAUCOULEURS

 

Pèlerinage traditionnel

organisé par

Jean-Marie CUNY

 

11 – 12 Mai 2013

 

Samedi 11mai

 

-          19 h : Rendez-vous au bivouac sur le plateau de Notre-Dame de Beauregard au-dessus de Maxey sur Meuse (carte Michelin n° 62, pli 3) – Repas tiré des sacs.

-          20 h 30 : Veillée générale animée par les Guides et Scouts des IIème et IIIème Nancy Europa-Scouts

-          21 h 30 : Complies.

-          22 h : Veillée / commémoration historique.

-          24 h : Extinction des feux.

 

Dimanche 12 mai

 

-          8 h 30 : Rendez-vous devant la maison natale de Jeanne d’Arc

-          9 h 30 : Etape à Notre-Dame de Bermont, puis chemin vers Goussaincourt, Montbras, Taillancourt…

-          12 h : Champougny : Messe selon le rite extraordinaire en l’église paroissiale. Repas tiré des sacs.

-          14 h 30 : Nouveau départ vers Sepvigny-Vieux, Astre, Châlaines, Vaucouleurs.

-          17 h :  Arrivée à Vaucouleurs .

 

 

PARIS, JEANNE D’ARC 2013 !

 

 

Comme l’année dernière, les manifestations en hommage à Jeanne d’Arc sont organisées en commun par la Restauration Nationale et le Centre  Royaliste d’Action française. Elles comprendront:

* le samedi 11 mai 2013 :

de 14h à 18h., à la Maison des Mines, 27, rue Saint-Jacques, 75005 Paris, un colloque sur le thème: « Pour un printemps français : légalité et légitimité, quand la loi détruit la famille, la société, la nation… » ( Métro: RER Port-Royal). Sous la présidence de François Marcilhac, directeur éditorial de « l’Action française 2000″, et autour de Bernard Pascaud, Président de la Restauration Nationale, Stéphane Blanchonnet, président du Comité directeur de l’Action  française, Maitre Trémolet de Villers, avocat et écrivain, Christian Franchet d’Espérey, rédacteur en chef de la nouvelle Revue Universelle, Alain de Benoist, écrivain, Antoine Desonay, secrétaire général des étudiants d’A.F., et d’autres personnalités.

* le même samedi 11 mai :

à 20h. pour ceux qui le désirent, diner amical au Restaurant l’Escarmouche, 40, rue de la Montagne Sainte-Geneviève, 75005 Paris. Inscription préalable obligatoire à la Restauration Nationale, 7, rue Constance, 75018 Paris. Tel : 01.44.92.82.82. Courriel: restauration.nationale@wanadoo.fr (Tarif: 35 euros par personne, 60 euros pour les couples, 16 euros pour les étudiants).

* le dimanche 12 mai 2013 :

Cortège traditionnel en hommage à la Sainte de la Patrie. Rendez-vous à 9h30 devant l’Opéra de Paris. Départ du cortège à 10h. Dépôt de gerbes devant la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides. Allocution de Bernard Pascaud, président de la Restauration Nationale. Venez nombreux et en famille !  

 

 

( 25 avril, 2013 )

Communiqué de l’Action française sur la légalisation de la parodie du mariage homosexuel

 

 

Quelle égalité ?

Le texte, comme on s’y attendait, est passé.

L’Assemblée vient de donner droit à la revendication d’un lobby puissant, quoique très minoritaire, prouvant par là même que cette institution n’est plus représentative que des « élites » du Marais, très présentes il est vrai dans les médias, comme dans le gratin politique.

Qu’est-ce que l’égalité a à voir dans cette affaire ?

Un homosexuel qui s’assume, sait qu’il est différent d’un hétero. Il le sait tout simplement parce qu’il a choisi cette différence. Ce choix, on dit aujourd’hui cette orientation sexuelle, l’amène à sacrifier un certain nombre de propriétés liées à la nature humaine, parmi lesquelles la fécondité qui ne peut exister qu’entre deux personnes de sexe opposé.

Les faits sont têtus et aucune loi ne peut changer cela.

C’est curieux, cette volonté de certains homosexuels de vouloir à tout prix ressembler aux hétéros. Faut-il y voir là l’expression d’un refoulement qui leur fait refuser en réalité ce particularisme que, par ailleurs, ils portent comme un drapeau ?

En revanche une nouvelle inégalité, et de taille celle-là, sera celle des enfants adoptés (vendus sur catalogues ?) que l’on va priver arbitrairement de toute filiation biologique, par rapport à ceux qui auront un père et une mère.

Le commerce des antidépresseurs a encore de beaux jours devant lui.

Mais cet épisode aura le mérite de montrer le vrai visage d’une république capable d’imposer en pleine crise économique, politique et sociale une loi délirante destinée à ouvrir la voie à l’application du « gender » dans une société qui s’est construite pendant des siècles sur des valeurs de bon sens : les valeurs de la vie.

Le peuple de France, cette France polie, honnie par un régime apatride, autoritaire et asexué, est descendu dans la rue. La fracture entre le pays réel et le pays légal est consommée.

Ne nous y trompons pas, il s’agit bien d’une révolte profonde qui ne pourra pas être matée par des coups de matraque et des gaz lacrymogènes. Ce peuple enraciné à l’ombre des clochers est descendu dans la rue et il y retournera. Les familles qui sont l’avenir et l’espérance de ce pays comprennent de plus en plus qu’il n’y a rien à attendre d’un Etat qui les méprise profondément.

L’Action française sera toujours à leurs côtés jusqu’à ce que ce régime totalitaire et répressif s’effondre. On ne lâchera rien.

Olivier Perceval, secrétaire général de l’Action française

 

LA LORRAINE ROYALISTE et L’UNION DES SECTIONS ROYALISTES LORRAINES approuvent entièrement ce communiqué

( 23 avril, 2013 )

LE BILLET DU PRINCE

Sommes nous encore en démocratie et pour combien de temps ?

 

 La violence brutale infligée à une majorité de Français serait-elle  
une provocation? Sinon, avons-nous les moyens d’y répondre? Lesquels ?

Lorsqu’on ose faire voter à main levée, comme sous la terreur, lors  
de la révolution de 1792, des lois d’exceptions pour arracher au  
bulldozer les racines de notre civilisation judéo-chrétienne, il y a  
violence faite à la démocratie mais aussi à l’âme et au coeur des  
Français, à leur culture millénaire. La haine et l’incompréhension  
creusent alors leurs sillons au sein du peuple de France. Une  
gouvernance annoncée comme normale pourrait apparaître, au bout d’un  
an, comme l’antique Moloch, idole carthaginoise: on faisait périr  dans
les flammes de cet idole, constamment entretenues, les  opposants,
permettant alors aux fragiles gouvernances de l’époque de  croire
pouvoir ainsi éteindre par le feu toute angoisse de leur  propre
avenir. Après, il n’y aurait plus que cendres et fumée,  lorsqu’on
refuse d’écouter les justes revendications, comme les  besoins d’un
peuple et que dans le même temps on laisse croître de  façon
incontrôlable la dette, le chômage et donc la misère, il y a  violence
faite à la personne.

Nous ne sommes pas homophobes pour la plupart d’entre nous. Mais  
certains médias , serviteurs zélés du pouvoir, font volontiers  
l’amalgame opposant leurs certitudes artificielles dans un  
politiquement correct, avec nos sources vitales et notre croyance en  
la « royauté de l’homme ». Ils trichent avec eux-même et avec le vrai  de
la réalité de ce qui est. Chacun a le droit de mener sa vie comme  il
l’entend et comme cela s’est fait de puis des temps immémoriaux  
jusqu’à nos jours, sans tambours ni trompettes. Oui, nous respectons  
le choix de vie de nos amis. C’est leur droit et il faut le protéger.  
Mais nous ne souhaitons pas que nos principes soient déviés, qu’ils  
soient totalement et officiellement inversés, condamnés sans
référendum.

La liberté de chacun est un bien trop précieux pour l’abandonner  à  
quelques dictatures que ce soient. Car une liberté axée uniquement  sur
un plaisir personnel, qui n’aurait pas à coeur d’en comprendre  les
tenants et les aboutissants et ce qui pourrait en résulter, aura  
tendance à s’exercer au détriment de la liberté des autres. Le grand  
poète Paul Valéry écrivait : »la liberté de chacun s’achève où  commence
celle de l’autre. » En écrivant cela, nous pensons bien  évidement aux
enfants qui pourraient se trouver doublement orphelins  et privés du
sens de leur vie à venir et à construire. Ne nous  laissons pas
instrumentaliser par ceux qui ne pensent qu’à eux-même  et au plaisir
qu’ils en auraient. Un bébé à faire naître  artificiellement pourrait
il être comparable à un animal de compagnie  que l’on achèterait? Que
chacun puisse trouver sa voie, non pour  paraître mais pour être, notre
courte vie est un chemin initiatique  qu’il nous faut enrichir sans
cesse d’une réflexion, davantage  approfondie.

Lorsqu’en outre l’éducation nationale est confiée, au plus haut  
niveau à des fossoyeurs (peut être de bonne volonté) qui déjà  
envisagent toutes sortes d’expériences sur les embryons, devenus  
cobaye dans le ventre de leur mère, il y a violence faite à l’être  
humain au prétexte de la science et de son expérimentation. « Trop de  
technologie risque d’engendrer des idiots » écrivait Enstein. Je tiens  
à vous assurer que nous ne sommes aucunement passéistes. Un de mes  
ancêtres, le Roi Louis XVI, fut le premier avec toute sa famille à  
expérimenter le premier vaccin de la variole en 1787, pour l’exemple.  
Aujourd’hui nous sommes profondément tristes, nous sommes également  
soumis à l’obligation de nous confronter à certains régimes  
totalitaires qui vont à l’encontre des droits de l’homme, des droits  
de la personne humaine dont on oublie trop souvent sa part de sacré,  
d’âme.

En parallèle de ces sombres tableaux, il existe pourtant dans toute  
la France des jeunes et des moins jeunes, des Français et des  
Françaises de toutes origines, de toutes conditions, de toutes  
confessions, parfois d’aucune confession, de toutes couleurs, qui  
parcourent les rue de nos villes pour crier leur incompréhension de  ce
« Viol » face aux diktats qui tentent de pousser la France vers  l’abîme.
La seule réponse adaptée, mais d’une force incompressible,  qu’ils
aient trouvée est et doit rester la non violence, même si de  stupides
groupuscules irresponsables ou manipulés tentent parfois de  s’immiscer
pour semer le désordre et la violence. J’admire cette  magnifique
jeunesse, dans ce mai 68 remis à l’endroit en mai 2013,  ces veilleurs
non violents qui donnent l’exemple de leur force  tranquille, de leur
abnégation déterminée, de leur respect d’autrui,  celui de la dignité
de chaque être et le rejet de l’exaspération et  de la colère.

Marcher sur le fil tranchant de la non violence n’est en effet pas  
facile dans ce monde plein de violence. Seule la force intérieure et  
l’amour de l’autre peuvent désarmer l’implacabilité retorse et  
glaciale qui vous est opposée. Si on se laisse emporter par la colère  
on prend le risque non assumé de répondre oeil pour oeil. Alors nous  
dit le Mahatma Ghandy   »le monde deviendrait aveugle ». Je vous laisse  
méditer en conclusion sur cette réflexion de Mère Térésa :  » le fruit  
du silence est la prière… le fruit de la prière est la foi… le  
fruit de la foi est l’amour… le fruit de l’amour est le service…  
le fruit du service est la paix ».

Henri Comte de Paris Duc de France 
( 23 avril, 2013 )

En défense des « nationaux », n’en déplaise à Frigide…

 

 

Il fut un temps, pas si éloigné de cela, pour un combat aussi important que celui qui est mené actuellement, où un certain nombre de citoyens, souvent catholiques, souvent « nationaux » se sentaient un peu seuls. Pas un évêque pour dénoncer le crime de l’avortement, ou alors avec de telles précautions de langage que le message était pour le moins amorti.

En ce temps-là, on nous chassait de devant les églises lorsque l’on distribuait des tracts. Nous n’étions pas fréquentables et les bons chrétiens se pinçaient le nez quand on voulait les sensibiliser à la question. Mais les catholiques militants dans ce combat appréciaient souvent notre engagement à leurs côtés.

Alors, que s’est-il passé avec le mariage gay ? Ce coup-ci, une fois n’est pas coutume, l’Église a froncé les sourcils, il n’en fallait pas plus pour voir descendre dans la rue des centaines de milliers de jeunes.

Nous ne pouvons que nous réjouir d’observer cette jeunesse décomplexée, déferler pacifiquement et fermement dans toutes les grandes agglomérations, malgré le comportement de la police et des médias, qui parlent sans cesse de violence, alors que les images montrent à l’évidence que la violence est surtout policière.

Tout le monde se défie des « extrêmes » : le gouvernement et les médias, bien sûr, qui imposent cette rhétorique pour mieux justifier la répression policière.

Mais la passionaria de la « Manif pour tous » elle-même en surajoute pour demander la mise en prison des provocateurs. Pense-t-elle aux policiers en civil mêlés à la foule en disant ça ?

Non, elle désigne la poignée d’identitaires et de « nationaux » qui participent aux manifs et qui taquinent, il est vrai, les forces de l’ordre, ce qui ressemble plus à des chahuts d’étudiants qu’à la réminiscence des heures les plus sombres de notre histoire. Pas une seule ITT dans les forces de l’ordre à ma connaissance, pas d’armes employées, si ce n’est quelques canettes vides.

Combien « d’extrémistes » ont été victimes des interpellations musclées ? Était-ce ces jeunes filles que l’on a essayé d’humilier à l’abri des regards derrière les murs sombres d’un commissariat ?

Le plus souvent, ce sont des jeunes au comportement « pacifique et transgressif », pour reprendre la formule de Béatrice Bourges.

Que ce combat pour la sauvegarde de la famille soit celui des « nationaux » ne devrait étonner personne, puisqu’ils sont quasiment les seuls à sonner le tocsin dans l’indifférence générale depuis des années, sous les insultes et les quolibets des « bien-pensants ». Que Frigide Barjot sache quand même, plutôt que de demander à Valls de les envoyer en taule, qu’elle est elle-même homophobe et fasciste aux yeux de ceux qui ont le pouvoir ou contrôlent les moyens d’information.

Et ce n’est pas parce qu’elle tapera sur ces résistants de la première heure et qui vont certes plus loin qu’elle dans la dénonciation d’un système mercantiliste, matérialiste et corrompu, qu’elle obtiendra la reconnaissance et l’absolution des lobbies gay. Même pas en rêve…

Olivier Perceval, le 23 avril 2013

Secrétaire général de l’Action Française.

( 22 avril, 2013 )

La stratégie de la tension est à double tranchant

Communiqué de l’Action française :

 

 

Hier soir à 18h30 nous nous sommes retrouvés à quelques uns à saint Germain l’’Auxerrois pour la messe d’’anniversaire de la mort d’’un de nos amis d’’Action française, décédé l’’an dernier.

 

Deux cars de police et quelques policiers en civil se tenaient de chaque côté de la rue pour, « paraît-il », assurer notre sécurité. Cela ne les a pas empêcher de fouiller certains de nos militants à l’’entrée de l’église.

 

Après la messe, certains d’’entre nous, dont des cadres de l’’AF, se sont rendus au restaurant pour évoquer ensemble et dans la bonne humeur le souvenir de notre ami commun.  Après quoi un petit groupe s’’est rendu à l’’esplanade des Invalides accompagné par l’’un des cadres de notre mouvement pour saluer les « veilleurs ». Un déploiement de force sans précédent encerclait les jeunes gens, sans toutefois interdire qu’’on les approche de l’’extérieur.

 

Après avoir serré quelques mains et échangé joyeusement avec les jeunes assis dans la pelouse, vers minuit, le représentant de l’’AF s’’est soudainement vu ceinturé par quatre CRS et emmené de force dans un fourgon de police. Ce père de famille se trouve à l’’heure où j’’écris, encore dans les geôles de la République.  Nous avons reçu de nombreux témoignages sur la violence gratuite, la brutalité et l’’arbitraire de certains policiers.

 

Que visent ces brimades, cet acharnement ? A user notre patience pour provoquer un incident ?  Et ainsi pouvoir dénoncer les « extrémismes » et pourquoi pas les interdire par décret ?  Attention Monsieur Valls, la stratégie de la tension est à double tranchant, l’’exaspération populaire est à son comble et la partie pourrait bien vous échapper.   Qui sème le vent récolte la tempête.

 

Olivier Perceval,

secrétaire général de l’Action française

( 16 avril, 2013 )

NANCY – MANIF POUR TOUS

 

MANIF POUR TOUS

 

MERCREDI 17 AVRIL de

17 h à 18 h

 

VENEZ TOUS AVEC LES DRAPEAUX, PANCARTES,

SLOGANS DE LA MANIF POUR TOUS

 

PLACE STANISLAS – ex PLACE ROYALE

 

( 11 avril, 2013 )

Excellentes analyses d’Olivier Perceval ce matin sur France info et hier sur Boulevard Voltaire

(texte tiré du site « la faute à Rousseau »)

Comme il est parfaitement douteux que nos 17 000 visiteurs uniques / mois (chiffre d’ailleurs en croissance constante) sachent qui est Olivier Perceval et comme nous devons nous exprimer de telle façon que tous sachent et puissent comprendre de quoi nous parlons, précisons tout d’abord qu’Olivier Perceval est le Secrétaire Général du CRAF (Centre Royaliste d’Action Française), l’une des composantes du courant d’Action Française et l’une des plus actives et des plus remuantes, à Paris.

Olivier Perceval a donc été appelé à s’exprimer, ce matin, sur France Info,  à une heure de grande écoute, sur la crise qui secoue la République ; et, même si ce fut trop bref et si l’on aimerait que les médias donnent plus souvent et plus longtemps la parole aux hommes qui représentent notre courant politique, les propos d’Olivier Perceval sont allés à l’essentiel qu’il avait, d’ailleurs, déjà exprimé, hier, sur Boulevard Voltaire, sous le titre : Hollande, ça sent la fin de règne. Sur la perte de ce qu’il reste de légitimité à la République, ses réflexions concordent parfaitement avec les nôtres, ici, dans Lafautearousseau.

Son analyse nous paraît suffisamment claire, juste et équilibrée, pour que nous la reproduisions ici. Notre sentiment est, en effet, que nous avons moins besoin d’un royalisme folklorique ou braillard que d’un royalisme intellectuellement solide, même s’il est vrai qu’il y a – et doit y avoir – plusieurs demeures dans la Maison du Père.

Qu’on veuille bien permettre au royaliste que je suis de faire part de son sentiment, en marge de l’affaire Cahuzac, sur la posture de plus en plus instable de la République. 

D’abord, je voudrais préciser que le mensonge d’État, la corruption, les lois ineptes ne sont pas l’apanage exclusif de la gauche libérale socialiste. La droite libérale démocratique (celle que la gauche, entre deux insultes, reconnaît quand même comme républicaine) pratique le même sport à peu près au même rythme. 

Ces deux faces d’une même médaille utilisent la règle du jeu électoral convenue, où comme dans « Qui veut gagner des millions » sort, tous les cinq ans, un heureux gagnant. 

Mensonge, corruption… Mais rappelons-nous : cela a commencé dès la Révolution ! Tandis que Danton s’enrichissait, comme de nombreux « citoyens décideurs » avec la récupération des « fermes générales » et le pillage des biens de l’Église, que 60 départements sur 84, malencontreusement consultés, souhaitaient le maintien de la monarchie, qu’on écrasait dans le sang les révoltes populaires qui éclataient partout en France, on fondait la République une et indivisible, déjà dans le mépris du peuple que l’on séduisait par le mensonge ou soumettait par la terreur. 

Comment se peut-il que, née ainsi, la République produise de bons fruits ? Jusqu’alors, la République tenait sa légitimité de la défense de la Nation, cette mission régalienne qu’elle eut l’intelligence d’hériter de la monarchie capétienne, non sans la déformer et faire du nationalisme une caricature belliciste. 

Mais ses abandons successifs de souveraineté pour dissoudre la patrie dans l’Union européenne, elle-même antichambre du mondialisme anglo-saxon, lui fait perdre son reste de légitimité, la rendant de plus en plus étrangère à la France réelle. La loi Taubira, qui s’inscrit dans ce planning mondialiste et qui vise à transformer nos peuples de France en une foule anonyme de clones asexués, complétant en cela le projet de métissage obligatoire défendu par Sarkozy, devrait achever de nous convaincre que la République, non seulement n’est pas la France, mais encore qu’elle met en danger notre patrie, laquelle, tout compte fait, ne se portait pas si mal sous la monarchie !

 
( 10 avril, 2013 )

Le Billet du Prince : Un Gouvernement minéralisé ?

Un gouvernement muré dans son granit, sourd et muet, ne peut entendre la voix du peuple. Et, si en outre ces statues, la tète plantée sur leurs socles, donnent l’impression de marcher sur la tête, il est 
clair qu’une telle gouvernance ne peut avoir connaissance ni  compréhension de ceux qu’ils sont supposés gouverner, pour accéder à une vie meilleure et plus juste. Les Français effarés, désabusés et certains effondrés, souffrent en silence -mais de moins en moins- et se demandent, en regardant la 
« Comedia del Arte » qui se déroule dans les palais du pouvoir, si les comédiens ne sont pas, pour certains acteurs, dans ce même jeu de rôles? Le mensonge ne serait-il pas le seul discours politique en vogue (dixit Claude Alègre), relayé par quelques complices dans la société civile?
La classe politique navigue, dans sa grande majorité sur l’océan de l’irréalité d’arcs-en-ciel inexistants. Au point que des voyages officiels en France sont parfois rendus déserts par des forces de l’ordre qui font le vide autour de la « Personne » à protéger de quelque possible crachat, insulte ou discourtoisie? On se croirait revenu dans un film ancien qui fait apparaître un sultan enturbané et protégé par sa garde prétorienne, traversant un marché vide de ses sujets. Ne restent que des ânes qui braient et des chameaux qui blatèrent… et s’ils applaudissaient?… que du bonheur!
Il me semble ne pas avoir la même conception de l’écoute que l’on devrait avoir vis à vis des Français. Ainsi durant presque quarante ans, avec mon épouse la Princesse Micaela, nous avons sillonné la France de Dunkerque à Biarritz,, de Strasbourg à Lorient, de Lille à Menton, de Bordeaux à Grenoble. Nous allions au devant des gens quels qu’ils soient, afin de mieux les connaître, les comprendre et d’être, à notre tour, récompensés par eux, en amitié. Tout être quelque soit sa différence, l’être dans sa dignité et le respect qu’on lui doit, a sa place dans la société et tous sont au coeur de notre quête
permanente. Nous sommes toujours, et le demeurerons, disponibles à l’autre et à son écoute autant qu’il est possible. C’est ainsi que ces voyages d’étude nous ont enrichis et fait connaître la France et ses régions rurales si différentes des grandes métropoles où bien des guêpes s’agitent et font monter une mauvaise mayonnaise. Alors que la France rurale vit, souffre, a peur et désespère au quotidien. Certes, je ne détiens pas le Pouvoir et non plus n’y prétend en ces heures de souffrances accumulées, mais en découvrant les musées de province, en visitant les abbayes, en écoutant les ouvriers, les agriculteurs, les pêcheurs et les artisans, en prononçant des toast dans les mairies, en saluant les Préfets, mais surtout en mettant notre âme à l’écoute des plus faibles et en essayant parfois d’aider
lorsque cela était possible, la Princesse et moi prenions part aux drames humains, sociaux, économiques qui ont et continuent de frapper la France. Cette France qui demeure néanmoins une terre qui ne demande qu’à faire prospérer ses richesses.
Certes, je le redis, nous n’avons pas le Pouvoir, mais au delà de cela nous tentons de semer dans les coeurs la graine de l’espérance pour redonner aux gens un sens à leur vie. Il nous est parfois arrivé de nous heurter à des incrédules. Parler ensemble crée cependant des ponts. En effet je mets un point d’honneur et toute la force dont je suis capable pour assumer la tradition et le sens du devoir dont j’ai
hérité historiquement. On me dit tantôt de gauche, tantôt de droite, mais je suis d’ailleurs, car je ne suis pas partisan, cherchant plutôt à aider, à soutenir mes contemporains et leurs espoirs.
Certes on ne saurait infliger un  bonheur politiquement correct à ceux dont l’attente est de pouvoir vivre et s’épanouir normalement.
Tous attendent que l’Etat réduise ses dépenses, avant de ponctionner des citoyens déjà fragilisés, pour rembourser une dette dont ils ne sont pas responsables.
Alors, je souhaite que vive la France!
Tout dépend encore de ceux qui gouvernent.
Et le temps imparti se rétrécit comme peau de chagrin.
Henri Comte de Paris Duc de France

 

1...183184185186187...194
« Page Précédente  Page Suivante »
|