( 28 octobre, 2013 )

Droit du sol, droit du sang ? par Louis-Joseph Delanglade

 article tiré du très bon site à regarder tous les jours : La Faute à Rousseau

 droit du sol.JPG

Il a peut-être la fibre littéraire mais historique pas du tout : ce samedi 26, dans sa revue de presse de 8h30 sur France Inter, M. Levaï oppose au droit du sang « notre bon vieux droit du sol révolutionnaire et républicain ». Faux, bien entendu. Qu’on le date de 1515 (arrêt du Parlement de Paris) ou même de 1315 (édit de Louis X le Hutin), le jus soli existe en droit français, sous l’Ancien Régime – même si la notion de nationalité est postérieure. Le Code civil l’abolit au profit du jus sanguinis en 1804 et il faudra attendre 1889 pour que se manifeste la prétendue « générosité » d’une République surtout soucieuse de se pourvoir en soldats. Cela dit, le droit du sol est effectivement aujourd’hui un des grands marqueurs de la gauche idéologique, qui y voit le meilleur moyen de subvertir à terme la nation française. 

Ne pas confondre droit du sol et naturalisation. M. Ory, historien et universitaire, choisit de proposer à notre admiration et à notre reconnaissance, dans son « Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France », 1112 figures, toutes remarquables. Il précise « que nous sommes depuis deux siècles une vieille terre d’immigration et que toute cette immigration a réellement enrichi la France ». On peut contester la première proposition : la France, au sens que donne M. Ory à ce mot, est une terre d’immigration depuis toujours et nombre d’étrangers de qualité sont venus l’enrichir au cours des siècles précédant la Révolution. Quant à la seconde proposition, on peut se demander si ces étrangers, devenus français par choix, n’ont pas au fond restitué à leur nouvelle « patrie », en devenant ce qu’ils sont devenus, ce qu’ils avaient d’abord reçu d’elle. 

On comprend bien que les 1112 de M. Ory n’ont rien à voir avec ces centaines de milliers, ces millions de « nouveaux » Français ou en attente de l’être. Quand l’immigration devient invasion, le problème est d’abord quantitatif : à (faire) croire coûte que coûte qu’un pays de cinquante millions d’habitants peut digérer un apport de quinze millions de personnes en trente ans, c’est le pays lui-même que l’on met en danger de mort. D’autant que ces « étrangers » sont, dans leur majorité, inintégrables et inassimilables, en raison de leur appartenance à une (des) communautés ethno-culturelle(s) bien trop éloignées de nous, appartenance que trop peu remettent en cause, les moyens modernes de communication leur permettant de conserver le contact avec leurs pays d’origine, lesquels, du coup, restent leurs vrais pays et celui de leurs enfants nés en France et bénéficiant du droit du sol. Immigration, naturalisation, droit du sol : la boucle est bouclée. 

Sans doute est-il encore possible de contrer le « grand remplacement » dénoncé par M. Camus. S’impose évidemment le réaménagement des modalités d’application du droit du sol (pour tous, pas seulement pour les enfants de clandestins, comme le réclame le très politicien M. Copé). Mais cela ne suffirait pas. Il faudra aussi viser le tarissement, à titre conservatoire, de toute immigration de masse, régulière ou clandestine. Il faudra, enfin, procéder à un examen critique des apports démographiques « extérieurs » de la période post-coloniale.

 
( 24 octobre, 2013 )

« N’oubliez pas vos frères d’Orient qu’on assassine sur le parvis de leur église »

Nous avons lu sur l’excellent site « Le Salon Beige », ce texte de Monseigneur PODVIN, porte-parole de la conférence des évêques de France, qui ose dire la vérité sur la situation des Chrétiens en Syrie et dans le reste du Moyen-Orient qui est catastrophique. Nous le repreduisons ci-dessous :

« Vous qui venez de vivre une sympathique rentrée paroissiale, sous un été indien, n’oubliez pas vos frères d’Orient qu’on assassine sur le parvis de leur église.

Vous qui participez à des colloques sur les droits de l’homme, n’oubliez pas vos frères d’Orient qui n’ont guère le luxe de vivre ces « nuances » envers les dictateurs en place.

Vous qui chantez les béatitudes, apprenez que c’est un combat effroyable de résister aux corruptions d’une guerre civile. Vous qui aimez voyager, n’oubliez pas que vos frères chrétiens sont « chez eux » en Orient. Ils sont orientaux et disciples de Jésus, habitant le berceau historique de la même foi qui nous anime en Occident.

Vous que l’interculturalité passionne, n’attendez pas que la minorité chrétienne ait totalement disparu du Proche Orient, pour déplorer la régression de cette région.

Vous qui prônez le dialogue interreligieux, n’oubliez pas que rien de crédible ne se construit sans réciprocité. Vous qui êtes pleins d’assurance quant aux solutions diplomatiques et militaires concernant cette poudrière, consultez donc vos frères d’Orient. Ils vous diront ce qu’ils pensent, par exemple, de ce qui est advenu en Irak.

Vous qui pensez que les réseaux sociaux suffisent à construire un « printemps » politique, écoutez donc la sagesse de ces chrétiens « du parchemin », fils des Pères du désert.

 

Vous qui vous regardez fréquemment dans la glace, afin de savoir si vous êtes encore chrétien, savez-vous que c’est à Antioche, en cette région meurtrie, que vos aînés ont reçu pour la première fois le nom de chrétiens ?

Vous qui idéalisez la diaspora, croyez-vous sincèrement que vos frères dans la foi n’ont d’autre issue que l’exil ?

Vous qui avez quelque influence sur l’économie du monde, nous direz-vous à quel prix vous consentez perdre votre âme ? Vous qui voulez aider les chrétiens d’Orient, ne les transformez pas en « occidentaux » au risque de les exposer davantage.

Vous qui voyez l’Orient de loin, chaussez des lunettes, appréciant l’irremplaçable contribution des chrétiens à la société, à l’économie et la culture de leur peuple.

Vous qui regardez les images récentes de réfugiés syriens, n’oubliez jamais que nombre d’irakiens, kurdes, palestiniens, et tant d’autres, ne sont jamais rentrés chez eux, et sont des « réfugiés permanents ».

Vous qui projetez un séjour en Jordanie, savez-vous ce que subissent comme pression ces pays, derniers havres de la région ?

Vous qui, à juste titre, n’avez pas de mots assez forts pour dénoncer les exactions chimiques, entendez-vous les chrétiens d’Orient vous dire que la mort ajoutée à la mort ne donnerait pas la vie ?

Vous qui déplorez votre inculture religieuse, instruisez-vous très vite de ce que représente la mosaïque des appartenances religieuses en cette région. D’ici peu, ces familles prendront l’avion, dans le meilleur des cas. Elles prendront, hélas, la route bombardée dans le cas le plus prévisible.

Vous qui défendez les chrétiens d’Orient et d’Asie, ayez en très haute estime les musulmans qui sont à leurs côtés pour faire une chaîne humaine contre le terrorisme aveugle.

Vous qui détestez à juste titre qu’on violente un être humain au nom de Dieu, ne demandez pas à l’épicier de votre quartier de porter sur ses épaules tout l’intégrisme du monde.

Vous qui regardez dans le rétroviseur des siècles, le christianisme antique qui fut prospère, entendez-vous le Christ vous dire aujourd’hui « de ne pas craindre, petit troupeau » ?

Ne baissons pas les bras. Luttons contre l’amnésie qui ronge nos cœurs d’occidentaux résignés. L’étau dans lequel se trouvent nos frères d’Orient est étroit. Un oriental est quelqu’un qui se répète souvent dans sa poésie ou sa mélopée. Ne nous lassons pas de crier, sur toute agora, que l’avenir des chrétiens d’Orient est question de vie ! »

Le devoir de la France serait de soutenir ces Chrétiens comme elle l’a fait depuis Saint Louis. Hélas, la France n’est plus LA FRANCE et elle trahit ses amis avec un pouvoir désastreux et lamentable.

( 24 octobre, 2013 )

Le Téléthon soulève de graves problèmes

 Voici un texte important de Monseigneur Marc Aillet, que nous avons trouvé sur le blog « Riposte Catholique », que nous approuvons entièrement :

A l’approche de la 27ème édition du Téléthon, qui aura lieu le week-end des 6 et 7 décembre 2013, Mgr Marc Aillet donne la position de l’Eglise et met en garde les diocésains :

« Je tiens avant toute chose à saluer le dévouement des bénévoles engagés dans la préparation du téléthon et bien entendu, la grande générosité des Français qui par solidarité vis-à-vis des personnes atteintes de myopathie et leurs familles, participent chaque année à cette formidable campagne médiatique de collecte de fonds au profit de la recherche médicale et de la lutte contre les maladies génétiques.

Au cours des dernières années, l’Eglise catholique n’a cependant pas manqué d’exprimer, par la voix de plusieurs évêques ou de ses responsables, ses réserves et ses inquiétudes à propos du téléthon. C’est ainsi que le cardinal Ricard, alors président de la conférence des évêques de France, considérait dès le mois de décembre 2006, qu’il était « légitime qu’à l’occasion du téléthon, beaucoup de catholiques s’interrogent sur l’affectation de leurs dons », ou que le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, estimait il y a quelques années, qu’on ne saurait « signer des chèques en blanc » en faveur du téléthon. De même, un communiqué de presse du 2 décembre 2011 disponible sur le site du diocèse de Paris souligne qu’il est nécessaire de « s’engager résolument pour des recherches qui respectent pleinement la vie humaine ».

Nul ne peut en effet ignorer que les orientations et les choix de l’Association Française contre les Myopathies (AFM), qui est à l’origine du téléthon et qui l’organise chaque année, ne font pas l’unanimité et soulèvent de graves problèmes d’ordre éthique.

Première difficulté : certaines recherches financées par le Téléthon concernent l’utilisation de cellules souches embryonnaires qui se traduit nécessairement par la destruction d’embryons humains (1).

D’un point de vue strictement médical, l’utilisation de cellules souches embryonnaires est d’autant plus discutable que leur efficacité thérapeutique n’a jamais été démontrée, contrairement aux espoirs que font naître l’utilisation de cellules souches issues du sang de cordon ombilical, ou depuis deux ans, le recours aux cellules pluripotentes induites (dites cellules iPS) issues de la reprogrammation de cellules souches adultes (2).

Mais quoi qu’il en soit, la destruction d’embryons humains est éthiquement inacceptable. Certes, la loi française autorise aujourd’hui l’expérimentation sur les embryons humains, mais faut-il rappeler que le « légal » n’est pas nécessairement « moral » ? Pour sa part, l’Eglise catholique défend, comme elle l’a toujours fait, le respect de la vie humaine de la conception jusqu’à la mort naturelle, en insistant particulièrement sur le fait que l’embryon humain doit être considéré comme une personne humaine.

Seconde difficulté : le Téléthon revendique la mise en œuvre de pratiques d’inspiration eugéniste :

Le diagnostic prénatal est utilisé pour repérer les fœtus atteints de myopathie qu’une « interruption médicale de grossesse » permet ensuite d’éliminer. Dans le même esprit, la technique du « diagnostic pré-implantatoire » consiste à sélectionner puis à supprimer tous les embryons conçus in vitro porteurs de la myopathie. Ainsi, et comme le soulignait dès 2006 le spécialiste en éthique médicale qu’est Mgr Michel Aupetit, aujourd’hui évêque auxiliaire de Paris, dans une note publiée sur le site internet du diocèse de Paris, « les « bébéthons » qui sont présentés comme un grand succès thérapeutique ne sont pas le fruit d’une guérison due à la recherche sur le génome, comme on aurait pu l’espérer, mais le fruit d’une sélection embryonnaire. On pratique une fécondation in vitro de plusieurs embryons et on sélectionne l’embryon sain en éliminant les autres. Ce n’est donc pas un bébé « guéri » mais un bébé « survivant » ».

Troisième et dernière difficulté : les responsables du téléthon refusent obstinément la mise en place d’un système de fléchage des dons qui permettrait à de nombreux donateurs d’affecter leurs dons aux recherches de leur choix, en évitant de contribuer au financement de programmes impliquant l’utilisation et la destruction d’embryons.

Ce fléchage des dons et la transparence financière qui en découlerait sont pourtant réclamés depuis plusieurs années par un certain nombre de personnalités et d’associations ainsi que par plusieurs diocèses. Telles sont les considérations qu’après avoir consulté l’Académie diocésaine pour la Vie et les experts qui travaillent en lien avec elle, je souhaite porter à la connaissance des fidèles du diocèse.

Si l’Eglise est pleinement dans son rôle lorsqu’elle s’efforce d’éclairer ou d’alerter les consciences vis-à-vis de certaines dérives contraires au respect de la vie et de la dignité de la personne humaine, je ne peux pour ma part qu’inviter les personnes qui s’interrogent sur l’opportunité de soutenir ou non le téléthon, à faire preuve, en la matière, d’une grande prudence et d’un authentique discernement moral et spirituel.

+ Marc Aillet le 23 octobre 2013

1) L’AFM souligne que le financement de recherches entrainant la destruction d’embryons ne dépasse pas un ou deux millions d’euros par an (soit moins de 2% du total des fonds collectés par le téléthon) ; ces programmes n’en sont pas pour autant plus légitimes…

2) C’est pour cette découverte d’un intérêt scientifique considérable que le japonais Yamanaka a reçu, en 2012, le prix Nobel de médecine.

( 21 octobre, 2013 )

Communiqué du Centre Royaliste d’Action française

Action française

Lettre d’information du Centre royaliste d’Action française – 18 octobre 2013

[Communiqué] Conseil constitutionnel et clause de conscience : une décision sans surprise

 

C’est avec regret mais sans aucun étonnement que l’Action française a appris la décision du Conseil constitutionnel de ne pas accorder aux maires et à leurs adjoints une clause de conscience leur permettant de refuser de célébrer des parodies de mariage entre personnes de même sexe, arguant de leur fonctions d’officier d’état-civil.

Instance strictement politicienne dont la composition reflète le monopole du parti socialiste et de l’UMP sur le pays légal, le Conseil constitutionnel ne saurait évidemment se poser comme le gardien d’une loi fondamentale dont la république est dépourvue puisqu’elle ne reconnaît aucune loi transcendante ou naturelle s’imposant à la prétendue Volonté générale.

Si l’Action française comprend que, pour des raisons tactiques, le collectif des Maires pour l’enfance, à l’origine de la procédure, ait annoncé sa décision de se tourner désormais vers la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg pour tenter d’obtenir satisfaction, la France ayant progressivement abandonné sa souveraineté politique et juridique au Leviathan européen, elle n’en regrette pas moins une démarche qui, quelle que soit son issue, ne fait que légitimer davantage encore aux yeux des Français cette instance supranationale qui n’ a de cesse de nous imposer des dispositions contraires à notre identité.

C’est pourquoi l’Action française ne saurait clamer trop fort que c’est uniquement dans le cadre d’un retour à notre souveraineté pleine et entière que, notamment, le renversement anthropologique actuel trouvera sa solution. Elle invite donc tous les Français à l’accompagner dans la remise en cause d’un régime politique dont l’idéologie menace l’existence même de notre société et de la nation. Politique d’abord !

Le Centre Royaliste d’Action Française

La Lorraine Royaliste et l’Union des Sections Royalistes Lorraines approuvent totalement les termes de ce communiqué.

 

( 21 octobre, 2013 )

LA VIREE DE GALERNE par Reynald SECHER

Bonjour,

Pour le 220 e anniversaire de la traversée de la Loire par les Vendéens, Reynald Secher a réalisé un documentaire exceptionnel.

Faute de distributeur vous ne pouvez vous le procurer qu’aux éditions Reynald Secher :

Bonjour,

Pour le 220 e anniversaire de la traversée de la Loire par les Vendéens, Reynald Secher a réalisé un documentaire exceptionnel.

Faute de distributeur vous ne pouvez vous le procurer qu’aux éditions Reynald Secher :

LA VIREE DE GALERNE par Reynald SECHER dans Annonces dvd-viree-galerne

DVD Virée de Galerne

Un récit historique… La plus vivante des mémoires… La plus complète des découvertes.
Qu’est-ce que la Virée de Galerne ?
Pourquoi les Vendéens traversent-ils la Loire le 18 octobre 1793 ?
Comment vivent-ils cette errance de 70 jours et de 1 000 kilomètres ?
Pourquoi et comment le Comité de salut public et la Convention décident de les exterminer « jusqu’à ce qu’enfin cette race impure soit anéantie » ?
La Virée de Galerne est génocide mais aussi mémoricide : sans doute est-ce pour cette raison qu’elle reste méconnue des historiens et du grand public.

http://www.reynald-secher-editions.com

 

( 21 octobre, 2013 )

LA LYBIE aujourd’hui

 

 

Deux ans après le lynchage du colonel Kadhafi, la Libye n’existe plus.

 

lundi 21 octobre 2013 , par Garde Suisse

 

Deux ans après le lynchage du colonel Kadhafi (20 octobre 2011), la presse découvre que la Libye est en plein chaos. Il lui aura donc fallu 24 mois pour s’en apercevoir à travers une sanglante succession de massacres, d’attentats et de désordres divers…

 

 

 

Longtemps, journalistes, observateurs et « experts » ont voulu faire croire que, « libéré » du dictateur, le pays était sur la voie de la normalisation, que l’économie redémarrait avec la reprise des exportations de pétrole et de gaz et que des institutions démocratiques avaient été mises en place à la suite des élections législatives du 7 juillet 2012. Aveugles et sourds, ils s’enthousiasmèrent quand la « maturité » du corps électoral libyen permit la défaite des fondamentalistes islamistes et la victoire de l’Alliance des forces nationales (AFN) insolitement baptisée « libérale ». La Libye allait donc à son tour connaître la félicité démocratique… Ils n’avaient oublié qu’une chose : le pays n’existe plus…

Le colonel Kadhafi avait réussi, certes au prix d’une dictature, à imposer la stabilité intérieure à un ensemble naturellement éclaté. Lui parti, la Libye s’est fragmentée en cinq zones. Ce sont donc cinq stratégies différentes que nos impératifs sécuritaires nous imposent désormais de suivre car la conséquence de l’erreur historique, politique et stratégique que fut l’intervention militaire française en Libye a eu pour résultat la création d’un foyer de déstabilisation majeur en Méditerranée et dans toute la zone sahélo saharienne.

Pour recevoir par courriel l’intégralité de cette analyse, vous devez être abonné à l’Afrique Réelle.

Pour vous abonner : cliquer ici

 

 

 

( 21 octobre, 2013 )

Noël en Syrie

La Lorraine Royaliste vous prie de prendre connaissance de cette intitiative intéressante

Je suis heureux de vous annoncer la naissance du projet Noël en Syrie. Il aura pour objet de passer les fêtes de Noël auprès des communautés chrétiennes en Syrie. Nous savons peu en France que la Syrie compte 1 700 000 chrétiens, autant d’individus pris en étau entre la barbarie des milices islamistes et les souffrances de la guerre. Face au chaos des intérêts et des mensonges, nous comptons répondre par la simplicité d’une présence réconfortante et la distribution de jouets, de médicaments et de moyens de communication.

Cette initiative est fondée sur la réflexion, et pour beaucoup la méditation, des vertus du don gratuit et de l’esprit de paix et d’innocence que doit inspirer la naissance du Christ dans une mangeoire. Évitons le misérabilisme dans ce long chemin qui nous mènera dans les villages martyrs mais cherchons plutôt à retourner le scandale en force d’affirmation. C’est par ce triomphe sur la nature blessée du ressentiment et de l’indignation que nous parviendrons à faire de Noël en Syrie un creuset de générosité mais également de conversion.

Noël en Syrie se distinguera des organisations humanitaires classiques. En effet ce projet cherchera à utiliser la sommes des bonnes volontés et des intelligences qui voudront en France participer à des quêtes, tenir des points d’information, monter des actions de sensibilisation afin que nous puissions soutenir la courage de ceux qui partiront. Il va de soi qu’un rôle particulier sera accordé à ceux qui veulent soutenir cette action par la prière.

Les chrétiens syriens, dans leur diversité et dans leur richesse, sont les grands oubliés de notre gouvernement. Nous n’avons pas le droit de laisser la vocation française s’éteindre au nom d’intérêts dont nous savons trop bien qu’ils ne correspondent ni à un avantage stratégique ni à une quelconque charité. Aussi ce mouvement sera-t-il le vôtre : en partageant nos contenus sur les réseaux sociaux, en conversant, en militant dans vos paroisses et vos quartiers, vous pourrez faire de la souffrance des chrétiens d’orient un vrai sujet de préoccupation pour tous les hommes de bonne volonté.

Vous avez besoin d’un clic, d’un moment, d’une bonne action pour devenir les acteurs d’un renouveau au cœur de notre monde, lancez-vous à nos côtés pour que nos frères syriens méditent les splendeurs de la crèche avec des Français pour les épauler.

Suivez-nous sur le site www.noelensyrie.fr sur Facebook et sur Twitter.

( 18 octobre, 2013 )

PRESSE ET LIBRAIRIE

 

L’observatoire de la CHRISTIANOPHOBIE Mensuel – 3 rue de l’arrivée – 75015 – Paris – Le numéro : 4€ ; abonnement : 40 €.

 

Ce mensuel, dirigé par Guillaume de Thieulloy et où l’on retrouve Daniel Hamiche parmi les rédacteurs, dénonce les persécutions des Chrétiens partout dans le monde et « lutte contre la christianophobie quotidienne en France ». Il est particulièrement utile aujourd’hui. Signalons également l’existence du site portant le même nom.

 

MAURRAS, soixante ans après – de Alex TISSERAND  - Editions Pierre Téqui –  20 € . 216  pages.

 

Axel TISSERAND a eu la bonne idée de réunir à la Maison de la chimie en 2012 plusieurs connaisseurs de la pensée de Charles Maurras pour un congrès. Il vient de publier aux éditions Téqui les textes de ce congrès.

Nous y trouvons de nombreux témoignages sur ce grand philosphe et politique que fut notre maître : celui de Frédéric Rouvillois sur l’Avenir de l’Intelligence, l’étude d’Antoine Foncin sur les rapports entre Maurras et Daudet, celle d’Arnaud Teyssier sur Maurras et De Gaulle et celui de Martin Motte sur Louis-Denis Valvérane qui produit de nombreuses gravures sur le Maître de Martigues.

Un livre à lire et à propager bien qu’il me laisse un peu sur ma faim : l’article d’Emile Poulat sur le Saint Siège et l’Action française me paraît un peu « léger », il manque nettement l’avis plus complet de Philippe Prévot. Et puis, surtout, pas d’explication nette des textes dits sacrilèges de Charles Maurras et, là, il manque nettement une explication du grand spécialiste de la question : Hilaire de Crémiers, le seul sans doute à avoir bien compris ce que voulait dire Maurras.

L’ATTENTE – de Louis POZZO DI BORGO – Editions Altaïr – Jean-Pierre Hamblenne, Boîte Postale 19, B-1420 Braine l’Allend, Belgique – 66 pages – 6 €

 

Notre ami nous livre un nouveau recueil de poèmes, toujours aussi profonds et sensibles. On y retrouve l’amour de la France, de son ancienne province hélas perdue (l’Algérie), de l’Eglise. Et puis sa famille, son épouse en particulier.

Louis Pozzo di Borgo est un grand poète. Il faut le lire.

 

LES GUERRES D’AFRIQUE, Des origines à nos jours – de Bernard LUGAN – Editions du Rocher – 403 pages – 32 €

 

Historien, expert auprès du TPIR, conférencier au Centre des Hautes Etudes militaires, à l’Institut des Hautes Etudes de Défense nationale, il dirige un séminaire à l’Ecole de Guerre. Bernard Lugan est le grand spécialiste français de l’Afrique, et il nous livre un nouveau livre sur l’histoire africaine. Ce survol de toutes les guerres étant survenues dans ce continent, leurs causes et leurs conséquences étudiées.

Un livre qu’il faut lire si l’on veut comprendre ce qui se passe aujourd’hui sur ce continent. Le pourquoi de nos échecs, comme en Lybie, ou de nos succès qui risquent d’être très temporaires comme au Mali…

Je profite de cette présentation pour encourager tous ceux qui s’intéresse à l’Afrique à s’abonner au mensuel « internet » de Bernard Lugan : l’Afrique réelle, 35 € par an.

 

Jean NEDISCHER

9

( 18 octobre, 2013 )

UN LORRAIN OTAGE AU QATAR

 

Un Lorrain, Jean-Pierre Marongiu, ingénieur, a créé une société de maintenance au Qatar. Comme il est de norme dans ce pays – ce que je ne critique pas, pensant que j’on devrait faire de même – un étranger ne peut être que minoritaire et donc avoir un associé quatari. La société fonctionne bien et prospère. L’associé autochtone  veut à ce moment là récupérer la totalité de la société, ce qui peut se comprendre mais ne pas indemniser notre Lorrain de sa part et de son travail, ce qui n’est pas normal.

Que se passe-t-il alors ? le gouvernement du Qatar non seulement bloque tous les avoirs de notre Lorrain mais l’emprisonne. Pire, sa femme  et ses enfants, un moment, sont aussi bloqués dans ce coin de désert. Ils sont heureusement rentrés maintenant dans notre Province, mais pas Jean-Pierre, toujours retenu véritablement comme un otage.

Que fait le gouvernement français ? Pratiquement rien, Hollande s’en f…, préférant récolter l’argent de ces « esclavagistes » comme on peut le voir aussi dans les réalisations des stades pour la coupe du monde de « foot », ce qui commence à transparaître dans la presse… un peu…

René BASSON

( 18 octobre, 2013 )

LE MOYEN ORIENT EN FEU

Il y eut des pseudos « Printemps arabes », en Tunisie tout d’abord puis en Egypte. Dans ces deux pays, les « Frères musulmans », fortement aidés par le Qatar, prirent le pouvoir lors d’élections plus ou moins « libres ».

En Tunisie, ils sont en difficulté. En Egypte, le Président (frère musulman) tenta d’imposer un pouvoir islamiste. Devant les manifestations monstres des Egyptiens, il tenta  de prendre tous les pouvoirs par un véritable « coup d’Etat », croyant avoir l’armée, dont il avait changé tous les chefs, avec lui. Mal lui en prit, c’est l’armée qui le chassa, approuvée par l’immense majorité de la population et la plupart des chefs religieux, Chrétiens comme Musulmans (sauf les « Frères »). Les USA, qui ont un jeu très trouble, condamne ce coup de force, comme le Qatar et la Turquie, cependant que l’Arabie Saoudite l’approuve, donnant une aide financière importante au nouveau pouvoir. Espérons, pour les Egyptiens, que cela ne débouchera pas sur une guerre civile mais sur un pouvoir fort – indispensable en Egypte – mais respectueux des habitants. Nous avons besoin d’une Egypte stable et prospère.

En Syrie, le problème est différent et les informations qui nous parviennent de ce pays sont très différentes, voire totalement contradictoires selon les interlocuteurs. Ce qui est certain, c’est que, au départ, les habitants, croyant « surfer » sur le « printemps arabe » ont voulu manifester leur opposition, légitime, contre une des plus dure des dictatures au monde. Mais, justement, contrairement à la Tunisie et à l’Egypte, il s’agissait d’une vraie dictature qui s’est défendue violemment. Certains militaires,  minoritaires, refusant cette répression, créèrent avec des civiles l’armée syrienne libre  arrivant à conquérir quelques positions dans le pays. Rapidement, voulant profiter de l’affaire, les Turcs, le Qatar et l’Arabie Saoudite soutinrent, armèrent et renforcèrent en « volontaires » des groupes islamiques différents (il semble que Turcs et Qataris en aident certains et l’Arabie Saoudite d’autres). Ces derniers groupes se montrent particulièrement violents, procédant à des massacres, spécialement de Chrétiens, si bien qu’il y a maintenant des Syriens, qui ont pourtant soufferts de la dictature, qui se rapprochent du pouvoir d’Assad. Les forces armées du pouvoir et les forces alliées (milices, volontaires…) ont repris beaucoup de terrain ces derniers temps.

Il est certain, à mon avis, qu’ à terme, il faudra que la famille Assad abandonne le pouvoir, sa dictature n’a qu’assez duré mais pour mettre qui à la place ? Il faut à tout prix éviter une prise de pouvoir par les extrémistes islamiques. Un accord est-il possible entre le pouvoir et l’ASL ? Des élections libres me paraissent une parfaite  utopie et il serait bien possible que Bachard el Assad soit élu !

Quant à la France, réduite qu’elle est à son impuissance, elle ne devrait intervenir, comme elle le fait depuis Saint Louis, que pour aider les Chrétiens de Syrie et du Liban aujourd’hui aussi menacés par le conflit. Si nous ne faisions que cela, mais en le faisant bien, nous pourrions au moins apparaître comme un peu moins ridicule qu’aujourd’hui du fait de la stupidité de celui qui nous sert de Président !

Philippe SCHNEIDER

NDLR : Il s’agit là d’une analyse succincte qui mériterait des compléments, en particulier au sujet des interventions étrangères à la Syrie (en plus de celles citées, il y a Israël, USA, Russie, Iran, Hezbollah libanais,…).

 

1...175176177178179...194
« Page Précédente  Page Suivante »
|