( 24 février, 2014 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER du numéro 305 de LA LORRAINE ROYALISTE

2014 est une nouvelle année, elle démarre en fanfare : le mois de janvier est un mois de protestations, de manifestations contre le gouvernement socialiste. Entre la marche pour la vie, la journée de colère, celle de la « manif pour tous », voici trois dimanches qui virent des centaines de milliers de Français se déplacer pour dire leur opposition totale à la volonté des socialo-écolo-marxistes de détruire la famille, assassiner les enfants et les malades ou supposés tels. Contrairement à ce qu’espérait le pouvoir, la saine réaction des Français ne faiblit pas, au contraire, elle s’installe dans la vie politique et, hors des catholiques, spécialement les jeunes très mobilisés, il y a de plus en plus de musulmans et, ça, cela fait peur à la clique qui nous gouverne car ce sont leurs électeurs qui se lèvent de plus en plus nombreux contre eux. C’est toute la politique, la stratégie mis au point par le « think tang » « Terra nova », le laboratoire d’idées ( !) socialiste qui est remise en cause. On sait que ce groupe, qui dirige littéralement toute la stratégie du parti socialiste depuis de nombreuses années a constaté que la population « ouvrière » a quitté ce parti et la gauche en général. Il a considéré qu’elle était perdue et donc que le « parti » devait trouver un autre électorat. Ce devait être, pour lui, d’un côté ce qu’il est convenu d’appeler les « bobos »  pour « Bourgeois-Bohème », c’est-à-dire tous les riches – très riches souvent – généralement instruits (dans le sens où ils ont suivi beaucoup d’études style ENA, Sciences-po, ingénieurs….) mais pas éduqués (ils ne connaissent généralement rien à la vie, à l’histoire, aux rapports humains…), menant une vie dite « moderne », c’est-à-dire dépravée, sans famille, considérant les enfants comme un objet parmi d’autres… D’un autre côté, les électeurs devaient venir des immigrés naturalisés, spécialement les musulmans. Or, l’amalgame entre les deux, qui réussit en 2012, ne peut pas tenir et nous le voyons aujourd’hui : les musulmans, dans leur immense majorité, ne veulent pas des réformes « sociétales » imposées par les « bobos », ils refusent le « mariage pour tous », les réformes sur la famille, la PMA ; la théorie du « genre » et autres absurdités que veulent nous imposer le pouvoir. Dans ce combat, qu’ils veulent mener avec vigueur, ils se rapprochent, instinctivement, des Catholiques et plus spécialement des « tradits » comme le disent plusieurs de leurs chefs de file, se méfiant de ceux qui peuvent être tentés de « négocier » comme cela a été fait pour l’école…

Cette théorie « du genre » qui « n’existe pas » selon Vincent Peillon ou Najat Vallaud-Belkacem qui devraient mieux se relire et regarder les circulaires qu’ils ont signées avant de dire n’importe quoi ! Le gouvernement n’a pas encore réussi à imposer la suppression des écrits qu’ils voudraient voir disparaître, comme « Big Brother ». Le pire est que la plus grande part des « journalistes » va dans le même sens parlant des « inventions » des « intégristes », comme s’ils voulaient à tout prix cacher la vérité. Pourtant, il serait simple à Peillon de couper court à cette crise, en supprimant les quelques 500 expérimentations en cour dans des écoles primaires, interdisant dans les écoles les livres tels que l’ABCD de l’égalité, papa porte une robe, chausser les lunettes du genre… et interdire l’intervention dans les écoles des mouvements LGBT ou de planning familial. La « rumeur » propagée entre autres par la courageuse Farida Belghoul s’arrêterait d’elle-même. Mais il ne s’agit pas d’une « rumeur » mais de faits réels propagés par ceux-là même qui la nie : les ministres de l’éducation et de la propagande (pardon, « porte parole du gouvernement ») en premier. Pour qu’ils se renient ainsi pour cacher leur sale besogne, il faut vraiment que les centaines de milliers de Français qui ont encore manifesté en ce mois de Janvier leur aient fait peur ! malgré la féroce répression et les provocations de Manuel Valls, dit « Manuel Gaz » et que leurs partisans s’essoufflent (Une centaine d’organisation de gauche a bien tenté une contre manifestation le 12 janvier mais elle a réuni moins de 200 personnes !).

Ce dernier, voyant la situation lui échapper, tente de créer un « écran de fumée » en mettant en avant « l’humoriste » Dieudonné. Les provocations de ce dernier vont dans le même sens et nous pouvons légitimement nous demander si les deux n’agissent pas en plein accord : l’un faisant de la publicité au deuxième qui, par ses actions, volontairement ou par bêtise, tente de discréditer une juste révolte du peuple français. C’est une méthode qui fut souvent utilisée par les gouvernements républicains !

L’échec de plus en plus flagrant du gouvernement également sur le plan économique n’arrange pas les choses. Comme tout lui échappe, il semble vouloir absolument détruire ce qui reste de la France le plus rapidement possible, en tout cas tant qu’il garde le pouvoir. Et il ne faut pas compter sur l’opposition « officielle » pour s’opposer réellement à cette chute et ceci dans tous les domaines : n’oublions pas que l’UMP et ses alliés veulent rester dans l’Euro et l’Union Européenne, condamnant donc notre économie à la faillite et qu’ils sont les premiers à avoir fait diffuser la « théorie du genre » dans les écoles, avec Luc Chatel, ministre de « l’Education » de Sarkozy, il est vrai seulement au lycée, mais c’était un début. Par ailleurs, le « parlement » européen a délibéré pour l’approuver sur cette théorie « qui n’existe pas » ! Constatant cela, certains voudraient se présenter et être élus, cela ne conduirait qu’à encore plus de divisions et le combat électoral n’a jamais réussi en France.

Et c’est là notre mission, la seule qui importe : faire comprendre aux Français qu’ils ne peuvent pas s’en sortir avec un système qui par définition est fait pour détruire notre pays, et ceci depuis la révolution dite française. Retrouver de saines bases, se remettre à travailler pour nos familles, notre pays, nos provinces, ce ne sera possible qu’avec notre famille royale à la tête de toutes nos familles de France avec leurs diversités, leurs problèmes, mais aussi leurs espoirs.

 

Allons, tous, en cette nouvelle année, venez travailler avec nous pour propager la solution du salut national qui ne peut se faire qu’avec la restauration de notre monarchie royale traditionnelle représentée par Monseigneur le Comte de Paris, duc de France et, après lui, par le Duc de Vendôme, le Prince Jean.

( 24 février, 2014 )

HARANGUE DU 5 JANVIER 2014

 

 

Nous voici à nouveau sur cette place publique pour marquer l’anniversaire du 5 janvier 1477, date de la bataille de Nancy qui vit la fin du Téméraire et celle de ses ambitions.

Cette date pourtant essentielle de l’histoire de Lorraine et de l’histoire de France est certes bien oubliée. Mais, tant qu’il restera des Lorrains (d’origine ou d’adoption)  fiers de leur histoire, le souvenir sera maintenu.

On sait que le 5 janvier a été, durant très longtemps, la « fête nationale des Lorrains ». Cette commémoration  fut un temps interdite par les Français ayant alors annexé la Lorraine au Royaume des lys, mais la mémoire des hommes reste vivante. La preuve est dans votre présence sur cette place.

La France nous gouverne depuis 1.766 et la révolution a accentué son jacobinisme centralisateur. Désormais, avec  l’Europe, le mondialisme qui détruit les identités est en marche. Il y a une volonté politique totalitaire plus ou moins sournoise de changer la société traditionnelle et de nous couper de nos racines. Ainsi, par exemple (il y en a d’autres) l’histoire n’est plus enseignée. Elle a été progressivement effacée des programmes scolaires et, l’essentielle chronologie avait déjà totalement disparu depuis des années.

Désormais nos contemporains vivent dans un éternel présent, celui de l’actualité éphémère et de la désinformation continuelle. Il est pourtant nécessaire de se pencher sur notre histoire. Le descendant des ducs de Lorraine, l’archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine nous disait : « Celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement pour l’avenir. »

Cette phrase a été relevée sur le « blog  internet » du Salon Beigne, certainement par un lecteur de notre Revue Lorraine ! Elle est reprise régulièrement en tête de l’éphéméride créée par ce bulletin d’informations.

Démarrée  par  la  « manif pour tous », 2013 a été l’année de la

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

protestation des habituels silencieux. On a alors assisté, au fil des mois, à une vive opposition des familles françaises contre les lois iniques et les mesures détestables imposées par les faiseurs de lois anti-naturelles. Leurs protestations étant méprisées, les familles françaises seront encore dans la rue en 2014.Bien sûr, ici, notre rassemblement de ce soir n’entre pas dans le cadre de ces manifestations. Notre « manif » annuelle est tout bonnement Lorraine. Identitairement  Lorraine !

Il paraît qu’en face de nous, il y a des gens qui manifestent contre le « racisme ». Fort bien ! En effet, je savais qu’il y avait un racisme anti-français très virulent. On entend régulièrement toute une litanie haineuse et agressive qu’il faudrait condamner : « nique ta race », « sale blanc », « souchien » (sous chien !), « francaoui de merde », etc.

A propos d’une récente histoire de quenelle, il y a actuellement toute une affaire d’état concernant le sujet. Un humoriste, pas tout « blanc », et son pote le « fouteux » Anelka (qui va droit au but) ont remplacé le démodé « bras d’honneur » par une « quenelle ».

Personnellement, je juge la quenelle plutôt mollassonne et je ne suis pas du tout un « quenelleur ». Je constate simplement que, s’il n’émane pas du très vulgaire « Charlie hebdo », un certain humour est censuré.

Bref, avec la présence des braillards opposés à notre simple manifestation amicale, il ne peut s’agir que d’un racisme anti-lorrain, primaire, secondaire et viscéral. Je ne vois pas les raisons de protester contre notre rassemblement bon enfant qui a lieu sur cette place depuis 1977. Nous continuerons à revendiquer notre identité en commémorant  la victoire du 5 janvier 1477/

Notre manifestation rassemble quelques fidèles. Elle n’a pas l’ampleur des récentes fêtes de la Saint Nicolas, patron de la Lorraine et des Lorrains. Mais, peut-être que, grâce à notre obstination, le 5 janvier sera dans l’avenir une fête officiellement reconnue !

Vive La Lorraine

Jean-Marie CUNY

( 24 février, 2014 )

Message du père Abbé de Fontgombault

Message de Dom Pateau suite à la radiation listes électorales de 10 moines :

P« Depuis quelques semaines, notre village a perdu quelque peu de son calme habituel. Vous-même avez peut-être été contacté par quelques « indignés » afin de signer une pétition ou encore avez-vous rencontré des journalistes de la presse écrite ou de la télévision ?

Les moines en quête de la paix avec Dieu ne sont pas indifférents à la paix entre les hommes. Jusqu’à maintenant ils n’ont pratiquement pas réagi publiquement.

Récemment cependant, dix moines de l’abbaye envoyés à l’abbaye Saint-Paul de Wisques dans le Pas-de-Calais ont été radiés des listes électorales à la demande de neuf indignés et par décision du tribunal de Châteauroux.

A ce sujet, je crois devoir vous fournir quelques précisions.

La décision d’aider le monastère de Wisques a été prise au cours d’un vote à bulletins secrets du chapitre de l’abbaye au cours de l’année 2013. La majorité des 2/3 des voix ayant été largement obtenue, le projet de reprendre Wisques a été adopté sans pour autant que le nom des moines envoyés et leur nombre aient été arrêtés. Ces éléments peuvent donc évoluer tant que la situation de chacun des moines envoyés n’est pas solidement établie.

Ces moines ont généreusement accepté de quitter Fontgombault à ma demande.

L’envoi d’un moine dépend en effet de la décision du supérieur monastique, qui peut d’ailleurs tout autant le rappeler à son monastère d’origine comme dans le cas d’un moine qui ne pourrait s’adapter à sa nouvelle résidence, ou si une nécessité quelconque survenait dans le monastère d’origine.

En revanche la décision définitive de se stabiliser dans un nouveau lieu monastique dépend uniquement du moine. Une fois décidé, le moine fait une demande à la nouvelle communauté qui dans un vote secret, accepte ou refuse. Cette demande ne peut avoir lieu qu’au bout d’une période d’un an.

Aucun des moines radiés actuellement partis pour Wisques n’a fait de demande en vue de se stabiliser à Wisques. Tous demeurent donc moines de Fontgombault et jouissent des droits qui sont attachés à cette appartenance.

Soulignons ici le fait que parmi ces moines, deux habitent à Fontgombault depuis 42 ans, un depuis 39 ans, deux depuis environ 33 ans, deux depuis environ 22 ans, deux depuis 16 ans et enfin un depuis 10 ans.

Est-il donc légitime et prudent après seulement deux mois et demi d’absence de leur monastère de chasser des listes électorales de la commune ceux qui y résidaient effectivement depuis au minimum plus de dix ans, sous prétexte de se battre contre des « citoyens qui n’ont pas à voter dans une commune qu’ils n’habitent pas. » ? C’est ce que les « indignés » et le tribunal ont décidé en leur nom et sans même les consulter au préalable ! L’Église est plus prudente, continuant à leur garder une place tant qu’ils n’ont pas fait un choix libre et définitif sur leur lieu de résidence.

Je ne suis d’ailleurs pas certain que tous les indignés votant à Fontgombault habitent effectivement notre commune ou encore peuvent prétendre à 42 ans de présence en ce lieu comme les plus anciens du groupe des moines radiés. La véritable raison de la radiation serait peut-être à chercher ailleurs…

Les moines radiés ne sont pas indifférents à cette décision et s’indignant à leur tour d’avoir été traités de la sorte ont déjà fait perdre aux «indignés» de Fontgombault le monopole de l’indignation !

Michel Navion, avocat des « indignés », résumant le jugement du tribunal disait : « cette affaire interroge sur le point de savoir, s’agissant de communautés religieuses, sectes et groupements divers, quel crédit accorder aux certificats de présence délivrés [...] par un supérieur, gourou ou autre autorité en vue d’inscrire sur les listes électorales les membres de sa communauté.»

A ceci, nous devons répondre que, s’inscrire dans telle ou telle commune ne dépend pas du supérieur de la communauté mais du moine. L’Église en l’occurrence respecte davantage la liberté individuelle de chacun ainsi que la réalité de sa situation. Les gourous ne sont pas nécessairement où l’on croit…

Deux moines actuellement à Wisques ont été inscrits sur les listes électorales de cette commune. L’un d’entre eux est le supérieur de la communauté de Wisques et fait juridiquement partie de la communauté de Wisques en raison de sa charge. Il semblait cohérent qu’il prenne également place de suite au sein de la commune. Le second, ayant fait des séjours prolongés à Wisques depuis plus d’un an, a été sollicité par le maire sortant afin de devenir membre du futur conseil municipal, s’il est élu.

Nous avons été sensibles en lisant la presse à l’affirmation de certains indignés qui se défendent d’avoir voulu se battre contre l’abbaye : « On ne s’est pas battus contre l’abbaye ou l’Église » Pourtant, les faits sont là : acharnement de la presse autour du monastère, accusation devant la justice, amalgame avec les sectes, les gourous, pour reprendre les termes de leur avocat… La laÏcité a le dos large.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les moines ne sont pas opposés à une saine laïcité. Une saine laïcité contribue à la paix de la société. Elle évite de déchaîner les passions qui entraînent haine, vengeance, délation… Peut-on croire qu’un pays pourrait vivre dans la paix avec de tels excès ? »

( 17 février, 2014 )

Monseigneur le Comte de Paris lance un appel aux dons

Souscription

 Mes Amis,

J’ai été surpris par le piratage de mon site internet, alors que je suis momentanément démuni. Nous sommes probablement nombreux à connaître ce genre de situation. Si ceux qui m’ont accompagné jusqu’à présent peuvent m’envoyer une aide, fut-elle faible, cela me permettrait de poursuivre nos échanges qui me rendent heureux. C’est un lien fort qui nous relie. Mon site est le seul moyen d’expression pour moi vis-à-vis de vous tous.

Pour tous ceux qui ont la possibilité de m’aider en cette circonstance, qu’ils mettent dans l’enveloppe leur nom et adresse. L’Institut de la Maison Royale de France (I.M.R.F.) n’est pas riche. Je tiens à les remercier et je leur rendrai personnellement cette avance, aussitôt que je le pourrai.

Merci à tous, chaleureusement.

signature-du-comte-de-paris.jpgHenri Comte de Paris, Duc de France.

( 17 février, 2014 )

Nouvelle menace sur la France : les arracheurs d’arbres de la laïcité !

 Lu sur le célèbre site « BOULEVARD VOLTAIRE » – A consulter régulièrement
 
 

arbre-de-la-laicite

Le 16 février 2014

De dangereux chouans attardés feraient trembler, par des attentats d’une extrême violence, l’un des piliers de la République en danger.

 

Après Dieudonné, Libération nous indique une nouvelle menace qui plane sur la France : les arracheurs d’arbres de la laïcité. De dangereux chouans attardés qui feraient trembler, par des attentats d’une extrême violence, l’un des piliers de la République en danger. Sauf que… ces arbres n’ont rien à voir avec la laïcité, et tout à voir avec son contraire : une religion d’État où la République n’est plus un régime politique avec des principes politiques, mais un objet de culte religieux.

Cette vision est exprimée par Vincent Peillon dans son livre de 2008, La Révolution française n’est pas terminée :

La révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français.

1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau.

La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. (…) Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi.

Cette vision hallucinée est celle portée par les « amicales laïques » et le Grand Orient, dont Libé mentionne, comme en passant, qu’ils sont à l’initiative de ces « arbres de la laïcité ». Or, la prétention de l’État à régenter l’esprit des hommes, alors qu’il encadre déjà leurs actions matérielles, est proprement totalitaire et a toujours abouti à l’oppression des consciences, que ce soit pendant la Terreur révolutionnaire ou, en moins violent, au début du siècle dernier, quand les gouvernements successifs ont piétiné ces mêmes droits de l’homme dont ils prétendaient faire leur nouveau catéchisme. Droit de propriété (avec les Inventaires), liberté de conscience (avec l’affaire des Fiches), liberté d’enseignement un peu partout : rien ne devait empêcher de pourchasser la seule institution qui résiste encore et toujours, de par le monde, à l’invasion du pouvoir politique dans les consciences des hommes – à commencer par celle des enfants.

Ainsi, l’arbre de la laïcité est une usurpation absolue du terme par ceux qui, comme notre ministre, considèrent qu’il faut « inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine, qui doit accompagner la révolution matérielle, mais qui est la révolution spirituelle, c’est la laïcité. » L’on touche ici au comble du non-sens, et souhaitons seulement à M. Peillon de ne pas connaître le même sort que Robespierre peu après qu’il eut présidé la Fête du culte de l’Être suprême.

Est laïc ce qui n’est pas religieux ; donc la laïcité suppose le religieux, mais pas n’importe lequel : une religion qui ne confonde pas le spirituel et le temporel, mais « rende à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». La laïcité est donc une notion proprement chrétienne, que cela plaise ou non ; et si la France perd sa culture chrétienne, elle perdra sa laïcité avec : soit l’État envahira le champ des consciences – c’est le projet de « religion républicaine » maquillé en laïcité ; soit la religion engloutira l’État – c’est le projet de « république islamique », où la laïcité n’existe pas non plus puisque le souverain-calife y est à la fois prince et « commandeur des croyants » Sic transit gloria mundi laici…

( 15 février, 2014 )

Votre majesté, refusez de signer la loi pour l’euthanasie des mineurs »

PÉTITION EN DIRECTION DU ROI DES BELGES

Votre Majesté,

Vous êtes le roi des belges et à ce titre, devez prendre soin de votre peuple. Vous êtes habitué à signer toutes les lois qui sont adoptées par un organe démocratiquement élu, même si vous n’êtes pas d’accord avec elles.

Cependant, il y a des lois qui affecteront non seulement la Belgique, mais également l’Europe, à long terme. Tel est le cas du terrible projet de loi pour l’euthanasie des mineurs, qui lance un signal à l’Europe toute entière.

Veuillez entendre les nombreuses voix, chez vous et à l’étranger, qui ont lancé un cri d’alarme concernant la présente loi – votre conférence épiscopale et les membres des parlements de l’Europe qui se sont exprimés clairement contre cette loi.

En tant que citoyens européens concernés, nous vous écrivons pour vous inviter à ne pas signer ce projet de loi. Ce sera un défi pour vous de défendre cette décision. Nous vous prions de ne pas accepter cette loi sur l’euthanasie, la plus effrayante qui soit dans le monde entier.

Ecoutez votre conscience et soutenez votre rôle de monarque avec des principes éthiques. Montrez-vous digne du défi pour lequel vous avez été préparé tout au long de votre vie.

LA PÉTITION : SIGNEZ ICI

( 14 février, 2014 )

POLITIQUE MAGAZINE de Février 2014

Opinion, élection, consommation : comment ils nous manipulent, en »Une » du n° de février de Politique magazine

2014 FEVRIER.jpg

Au sommaire : 2014 FEVRIER SOMMAIRE.jpg (cliquez une première fois pour faire apparaître l’image, puis une deuxième fois pour l’agrandir)

 

Voici l’Editorial de Jean-Baptiste d’Albaret, L’art de la diversion :


L’art de la diversion 

C’est un scoop : François Hollande n’est plus socialiste. « En économie, c’est l’offre qui crée la demande », a-t-il expliqué lors de ses vœux, devant un parterre de journalistes qui a salué la performance. Rien n’est donc plus urgent que d’aider les entreprises en diminuant le coût du travail. à cet effet, sont prévus 10 milliards d’allègements supplémentaires d’ici 2017, à ajouter aux 20 milliards d’euros du Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE). Et notre président de promettre 50 milliards de réduction de dépenses publiques jusqu’à la fin du quinquennat ! Avec ses manières ondoyantes, remplaçant des promesses de dépenses par des promesses d’économie, éludant les questions sur sa vie privée, François Hollande a, une nouvelle fois, gagné du temps. Il a aussi, sans doute, rassuré les créanciers. 

Chapeau l’artiste ! Mais comment faire accepter ce « tournant social-libéral » ou « social-démocrate » à l’aile gauche de sa majorité qui, par la voix de certains de ses députés, ont dénoncé un « cadeau fait au Medef » ? En lui donnant des gages sur les questions dites « sociétales »… Le « mariage pour tous » avait déjà rempli cette fonction, permettant de resserrer les rangs d’une gauche que les premiers mois d’exercice de son mandat avaient quelque peu clairsemés.  

Pour l’heure, il s’agit donc de rassembler une majorité et un électorat divisés sur la politique économique du gouvernement. C’est l’objectif poursuivi par la modification de la loi Veil sur l’IVG inscrite dans le projet de loi « pour l’égalité femmes-hommes » porté par le ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. Adopté par le Sénat en septembre dernier, il a été voté à l’Assemblée nationale. 

Outre un « délit d’entrave », qui justifierait de sanctionner de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende « le fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher de pratiquer ou de s’informer sur une interruption volontaire de grossesse ou les actes préalables », le texte prévoit qu’une femme puisse demander une IVG si elle « ne veut pas poursuivre une grossesse » et non plus parce que « son état la place dans une situation de détresse ». Le changement de sémantique n’est pas neutre. Dans un pays où, chaque année, plus de 200 000 avortements sont pratiqués, il s’agit de transformer « l’exception à l’avortement », dépénalisé en 1975, en véritable « droit à l’avortement », garantissant la liberté dont disposerait toute femme de mettre fin à sa grossesse. à rebours de la nouvelle politique en train de s’ébaucher en Europe, où plusieurs pays ont discuté, voire adopté, de nouvelles lois améliorant la protection de la vie humaine, c’est un pas supplémentaire vers la banalisation de l’IVG que met en place le gouvernement socialiste. Le but ? « Cliver » la société à deux mois des municipales afin de remobiliser son électorat. Est-ce un hasard du calendrier si le projet de loi a été voté à l’Assemblée au moment même où la « marche pour la vie » rassemblait plusieurs dizaines de milliers de personnes à Paris ? 

Certains, à droite, ont compris le piège. Sur son blog, François Fillon a ainsi accusé le gouvernement de commettre une « faute morale, car il risque de banaliser l’avortement qui, selon les termes de Simone Veil, devait rester l’exception, et une faute politique, car il prend le risque de diviser, une fois encore, les Français. »  

Aujourd’hui l’avortement, demain la loi Leonetti sur l’euthanasie, pourtant adoptée à l’unanimité en 2005, la stratégie du pouvoir est limpide : faire diversion en divisant sur les questions sociétales. Combien de temps dureront ces manœuvres ? 

 
( 11 février, 2014 )

« Collaborations » sur France 3 : un morceau de désinformation-récupération sans vergogne.

 
 
 Tiré du
 

 blog de Bernard Antony

11 février 2014

 
Le documentaire de ce 10 février sur France 3 titré « Collaborations » a constitué un nouveau morceau de choix de la désinformation historique à laquelle se livrent sans cesse, et sans grand contrepoids, les propagandistes de la gauche « culturelle » au pouvoir.
 
Beau travail indubitablement avec une belle harmonie du dosage de vérité, juste ce qu’il faut, nécessaire pour accréditer un mensonge historique principalement matraqué ou distillé par toutes les ficelles d’un occultationnisme « réviso-négationniste » sans vergogne notamment sur les points suivants :
 
- Eloge sans nuance du parti communiste pourtant dissous le 26 septembre 1939 par le gouvernement Daladier après son approbation de l‘alliance soviéto-nazie avec le pacte Staline-Ribbentrop. Rien sur ses appels à la collaboration avec les occupants. Rien sur ses négociations avec Otto Abetz…
 
- Occultation totale du fait que la Résistance en France a été créée par des hommes de droite ou qualifiés d’extrême-droite. Citons ici, par exemple, le colonel Rémy, Honoré d’Estienne d’Orves, Maurice Duclos (le cagoulard, pas le coco !), Henri Frenay, Henri d’Astier de la Vigerie, Jacques Renouvin, Jacques Perret, Georges Valois, Alain Griotteray, Jacques Arthuys et, si souvent parmi nous jusqu’à la fin de leur vie, nos fidèles amis Jean-Baptiste Biaggi, Albert Chambon et nos amis encore, combattants légendaires, Jean-Jacques Plat et Michel de Camaret.
 
C’est par centaines que des hommes de droite ont été les premiers cadres et héros de la Résistance. Et l’on pourrait évoquer aussi le rôle de celui que l’on appelait l’aumônier de la Résistance : le R. P. Léopold Bruckberger, immense écrivain catholique…
 
- Glissade rapide sur le fait que les grands partis de la collaboration (PPF-RNP) sont non seulement fondés par Jacques Doriot, grand dirigeant communiste, et Marcel Déat, grand dirigeant socialiste, mais que leurs cadres et l’essentiel de leurs troupes sont issus de même de ces partis du Front Populaire.
 
- Pas un mot sur le rôle de Marcel Peyrouton, le ministre de l’Intérieur de Vichy, ancien grand dirigeant du Grand Orient et chargé de l’application du « statut des juifs » juridiquement « pensé » par le socialiste Maurice Duverger.
 
- Rien sur les grands francs-maçons passés à Vichy autour de Laval et de Déat… Rien sur Jean-André Faucher…
 
 
- Occultation sur le véritable personnage de René Bousquet, le chef de la police de Vichy, devenu après la guerre un très grand ami de François Mitterrand, administrateur de la Dépêche du Midi et le « compagnon «  de madame Evelyne Baylet.
 
Occultation totale de la désinformation toujours perpétrée par le parti communiste sur son rôle une fois entré en guerre : « le parti des 75000 fusillés » ! Enorme contre-vérité puisque chiffre désormais ramenée sans contestation possible à moins de 4000 (voir journal Le Monde).
 
En conclusion, il faut que l’on sache que ce « documentaire » « Collaborations » n’a été essentiellement qu’un morceau de désinformation à des fins de réécriture occultationniste de l’histoire de Vichy et de récupération manichéenne par la gauche et l’extrême-gauche médiatique de l’histoire complexe de la Résistance et de la collaboration.
 
( 11 février, 2014 )

LE NEO NAZISME AUJOURD’HUI

Mises à mort de personnes souffrant de maladie psychiatrique

(tiré du site LE SALON BEIGE)

Posted:

Voilà qui nous rappelle les heures les plus sombres (c’est l’Allemagne nazie qui exterminait les malades mentaux) :

« 42 personnes souffrant de maladies psychiatriques ont été euthanasiées l’an dernier aux Pays-Bas, selon un chiffre officiel révélé aujourd’hui par le ministre de la Santé néerlandais, Edith Schippers, en réponse à une question écrite du parlementaire travailliste Khadija Arib.

Sur les 42 signalements d’euthanasie en cause, 31 ont déjà été passés au crible par les commissions régionales d’évaluation de l’euthanasie : ils ont tous été jugés conformes aux critères de la loi.

C’est un chiffre en très nette augmentation puisqu’en 2011, 13 patients psychiatriques ont été euthanasiées, en en 2012, 14. Si le chiffre a ainsi triplé d’une année sur l’autre, c’est sans doute, selon le ministre, que les médecins sont davantage disposés à pratiquer l’euthanasie dans ce contexte d’absence de maladie mais de souffrances jugées « insurmontables ». Elle ajoute penser que l’approbation des 27 cas signalés en 2011 et 2012 par les commissions d’évaluation est connue des médecins ce qui a permis à leurs opinions à propos des normes légales à propos de l’euthanasie ont pu évoluer. [...]« 

( 10 février, 2014 )

Lettre à Monsieur COPE

Très belle lettre à Monsieur COPE qui a été reproduite dans le SALON BEIGE

 

« Monsieur Copé,

Ce n’est pas la détermination des élus de votre parti qui a fait reculer le gouvernement, c’est plutôt le calendrier électoral et la détermination des Français de tous bords qui sont descendus dans la rue trois dimanches d’affilée avec la « marche pour la vie », le « jour de colère » et la « manif pour tous ». Trois manifs où vous avez brillé par votre absence !!! Et vous avez osé jouer les « vierges effarouchées » en concert avec les médias « aux ordres » qui ont traité de « fascistes » les Français qui étaient comme moi à la manif du « jour de colère ». [...] Mais vous vous êtes déjà renié après le 24 mars 2013, ce n’est qu’une question d’entrainement !
 
Nous avons d’ailleurs pu admirer une nouvelle fois votre courage lors du vote de la nouvelle mouture de la loi Veil qui supprime la notion de « détresse » pour la femme qui veut avorter et qui en fait un « droit » (comme si tuer un enfant pouvait être un droit !) [...] Où donc aussi sont votre courage et votre détermination pour vous lever contre cet enseignement pervers promu dans nos écoles pour déstructurer nos enfants ? Vous avez, là encore, les mains liées car c’est votre compagnon de route et de parti, ou peut-être de loge, Monsieur Luc Chatel, qui a introduit cette saleté de « théorie du genre » dans les programmes ! Vous collaborez, Monsieur Copé !
 
[...] Votre détermination n’existe que pour tenter de calmer la soif d’absolu de la France, en qualifiant ceux qui ne pensent pas comme vous d’extrêmistes ! Alors, oui, Monsieur Copé, je suis un extrêmiste, un extrêmiste de la France éternelle, j’ai encore la gorge serrée à 57 ans quand je chante la Marseillaise en pensant à tous mes ancêtres qui sont morts pour Elle sans rien attendre en retour, même si certains sont morts en portant la cocarde blanche ! Je pleure sur mon pays que vous bradez depuis tant d’années, vous et vos pareils en toute impunité au nom de « votre » démocratie pour satisfaire en fait votre goût du pouvoir et de l’argent, vous collaborez tous ensemble, Monsieur Copé.
 
Mais vous commencez tous à trembler devant ce réveil des consciences que vous ne pouvez pas contrôler. La France gronde et elle vous fait peur, elle vous fait peur parce que vous « n’avez plus la main » et parce qu’elle vous rappelle depuis quelques mois que la Politique c’est « servir » et non pas « se servir ». Dans vos derniers sursauts, vous vous réfugiez à l’unisson de ceux qui nous gouvernent derrière vos « valeurs de la république » et vos « partis républicains », mais votre république n’est pas la France, ce n’est qu’un pitoyable régime politique éculé, trahi et bafoué par ceux là même qui s’en réclament.
 
[...] Alors, Monsieur Copé, avec tous les petits, les sans-grades, les laissés pour compte, avec ceux qui se lèvent tôt, qui triment, qui sont écrasés d’impôts, avec ceux qui souffrent, qui se battent, qui désespèrent, je suis entré en Résistance !!! Nous sommes entrés en Résistance parce que nous aimons trop la France, « notre France ». »

Louise Tudy

1...164165166167168...194
« Page Précédente  Page Suivante »
|