( 14 novembre, 2014 )

GRANDE REUNION DU CERCLE VAUBAN

LE CERCLE VAUBAN

avec

POLITIQUEmagazine

&

La nouvelle REVUE UNIVERSELLE

 

Grand colloque politique

Samedi 6 décembre 2014

de 9 heures à 18 heures

avec buffet-déjeuner de 12h30 à 14h15

POUR UN NOUVEAU RÉGIME

avec Pierre Chalvidan, Marie-Pauline Deswarte, Jean-Baptiste Donnier,

Fabrice Hadjadj, François Reloujac, Frédéric Rouvillois, Axel Tisserand,

Jacques Trémolet de Villers… et la participation de Jean Sévillia

Présidé par Hilaire de Crémiers et Claude Wallaert

Salle Rossini

10 rue de l’Annonciation, 75016 Paris

Métro Passy ou RER C Boulainvilliers

Aujourd’hui, la France en lambeaux

 

1. La justice à la dérive

2. L’État décapité, l’indépendance en question

3. La crise financière : crise morale, crise politique

4. Les causes ultimes de la crise

Demain, un nouveau régime

1. Redonner un chef à l’État

2. Refonder la représentation des Français

3. Retrouver l’usage de nos libertés

4. Reconstituer le lien social

La Restauration nationale

Conclusion :

 Ce que nous voulons faire, ce que nous allons faire

En partenariat avec :

Participation, déjeuner-buffet inclus : 20 euros

Pour un couple : 30 euros

Tarifs réduits (étudiants, chômeurs) : 10 euros

Inscription obligatoire

(accompagnée d’un chèque à l’ordre du « Cercle Vauban – Regalia »)

à adresser avant le 30 novembre à :

Cercle Vauban, 1 rue de Courcelles, 75008 Paris.

( 14 novembre, 2014 )

Avorter au 4e trimestre de la grossesse…

Lu dans Présent :

« Aussi épouvantable que cela soit, un nouveau concept est en train de se développer en Amérique. Des étudiants font des pétitions pour que soient autorisés les avortements du quatrième trimestre de la grossesse. Pourtant, la grossesse ne dure que trois trimestres. Formulation plus dulcifiante que « l’avortement post-natal » utilisé en Europe. En clair, il s’agit d’une revendication à l’infanticide durant les trois premiers mois suivant la naissance.

Pire encore, certains d’entre eux affirment que, jusqu’à cinq ans, l’enfant n’a pas conscience de lui-même et qu’il devrait être possible de le tuer. Telles étaient les théories de Voltaire, pour lequel détruire un nouveau-né n’était que « dérober une petite masse de chair aux misères de la vie » (Lettre du 31 décembre 1754). Mais ces théories avaient déjà été développées par les penseurs et les médecins comme Guillotin ou Marat pendant la Révolution française (voir les remarquables écrits du Pr Xavier Martin). C’est surtout un trait de plume sur 2 000 années de christianisme. Dans la Rome antique, le pater familias avait droit de vie et de mort sur ses enfants. »

Jusqu’où ira la culture de mort ?

( 13 novembre, 2014 )

La France ne se relèvera pas sans une relecture de son histoire

Voici une très bonne tribune de Christophe SERVAN parue sur le site « Boulevard Voltaire ». C’est vrai qu’il faut en finir avec la propagande qui dénature l’histoire de France comme a si bien su le faire encore François Hollande le 11 novembre

DUEL_Blum_Petain_Petain_foule
Le 13 novembre 2014

Si le livre de Zemmour a déclenché une telle polémique autour de quelques pages consacrées à Vichy, ce n’est pas un hasard.

Derrière la dénonciation du Grand Remplacement par Renaud Camus, derrière Le Suicide français d’Éric Zemmour, derrière la poussée souverainiste aux élections européennes, derrière les millions de visiteurs sur les sites animés par François Asselineau ou Alain Soral et l’invraisemblable mobilisation autour du mouvement LMPT, il y a un terreau commun : en finir avec ce sentiment morbide qui veut que la France soit une nation vaincue et indigne, en vertu de quoi, pour exister, du moins encore nominalement, elle est désormais condamnée à se dissoudre dans un espace géographique, démographique et culturel qu’elle n’a pas choisi.

Les monuments en l’honneur de nos anciens en témoignent, notre identité nationale s’appuie sur une histoire commune. Effacez-la, falsifiez-la, interdisez d’en débattre et c’est à l’âme du peuple français que vous vous en prendrez.

Si le livre de Zemmour a déclenché une telle polémique autour de quelques pages consacrées à Vichy, ce n’est pas un hasard. L’action personnelle du maréchal Pétain sous l’Occupation telle que les médias la décrivent aujourd’hui est probablement aussi éloignée de la réalité (voir le récit des entretiens entre Winston Churchill et le colonel Groussard du 14 juin 1941) que pourrait l’être celle de François Hollande lorsque les historiens du futur retiendront pour la commenter son célèbre « Mon véritable adversaire, c’est la finance ». Et en cherchant bien, on pourrait faire le même constat sur le rôle de la France dans la colonisation (voir le rocambolesque épisode de la loi du 23 février 2008 art.2 alinéa 4 sur le rôle positif de la présence française, etc.).

Cette interprétation biaisée de l’Histoire répond à un but précis : extirper du cœur des Français le sentiment patriotique et leur donner de la France l’image d’un pays vaincu et même coupable de crimes contre l’humanité (« Les Européens ont eu l’idée folle de la Shoah, la France et l’Allemagne », Nicolas Sarkozy, 8/2/2008 au dîner du CRIF). Imprégnée de ces idées aussi funestes que mensongères, la population française, de souche comme de cœur, n’aura alors pas d’autre choix que d’accepter l’inéluctabilité du métissage (Nicolas Sarkozy, 17 décembre 2006) et l’abandon de la souveraineté nationale au profit du projet européen (traité de Lisbonne.)

Toutes les grandes révolutions – car c’est bien une révolution rampante qui est à l’œuvre en France depuis la signature du traité de Maastricht – ont procédé ainsi, par la falsification de la mémoire collective et la désignation de boucs émissaires, en 1789 en France, en 1917 en Russie et en 1966 en Chine. À supposer qu’un jour la réaction populaire qui s’exprime aujourd’hui à travers le rejet massif des deux derniers présidents de la République et la débâcle électorale historique du Parti socialiste finissent un jour par porter au pouvoir un mouvement politique authentiquement souverainiste, il sera alors difficile de faire l’économie d’un grand débat sur l’histoire de notre pays, quitte à prendre le risque de n’avoir pas d’autre choix que de réhabiliter les deux personnages les plus haïs de la seconde moitié de notre XXe siècle : le vainqueur de Verdun et le fondateur du Front national…

Christophe Servan

( 11 novembre, 2014 )

Grand salon du livre 2014

 

Grand salon du livre 2014

Le dimanche 23 Novembre 2014 de 13h30 à 18h30
 

Salon du livre de l’Amitié Française
et de Solidarité Chrétienne

 

 Forum de Grenelle 
5 Rue de la Croix Nivert
75015 Paris
PAF : 5 euros – Buvette à l’intérieur

Avec : 

Marie-Aude Albert

Bernard Antony

Père Argouar’ch

Abbé Aulagnier

Patrick Bailly

Francine Bay

Stéphanie Bignon

Christophe Bilek

Philippe Bilger

Grégoire Boucher

Thierry Bouclier

Isabelle Brancourt

Anne Brassié

Cyril Brun

Anne Buisse

Judith Cabaud

Arnaud de Cacqueray

Pierre Cassen

Louis Chagnon

Yves Chiron

Gabrielle Cluzel

Jean-Marie Cuny 

Yves Daoudal

Alexandre Del Valle

Patrick Delon

Alain Didier

Charles-Henri d’Elloy

Louis Fontaine

Rémi Fontaine

Marc Froidefont

Christophe Geffroy

André Giovanni

Pierre Godicheau

Daniel Habrekorn

Jean-Louis Harouel

Vivien Hoch

Laurent Lagartempe

Anne Le Pape

Henry de Lesquen

Marc Lucazeau

Brigitte Lundi

Xavier Martin

Jean-Claude Martinez

Paul-André Maur

Philippe Maxence

Jean Monneret

Houchang Nahavandi

Fatima Oujibou

Abbé Pagès

Alain Paucard

Alain de Peretti

Gérard Pince

Steeve Philippe

Louis Pozzo di Borgo

Jean Raspail

Paul Rignac

Jean-Claude Rolinat

Marc Rousset

Alain Sanders

Nicolas Tandler

Abbé de Tanouärn

Guillaume de Thieulloy

Thibaut de la Tocnaye

Alain Toulza

Jacques Tremolet de Villers

Jean du Verdier

Père Michel Viot

Bernard Zeller

 

 
( 8 novembre, 2014 )

Ukraine: massacre du Maidan, première étude exhaustive

 

Information lue sur « LE SALON BEIGE »

Réalisée par un universitaire canadien, et présentée ici.

Extrait de l’introduction.

Nous vous proposons une longue enquête réalisée par Ivan Katchanovski, un chercheur universitaire canadien, qui analyse en détail le massacre de Maïdan du 20 février 2014, à partir de différents éléments d’information disponibles : vidéos des médias, données balistiques tirées de Google Earth, types de munitions et impacts de balles, communications radio des services de sécurité ukrainiens, témoignages sur les mouvements des tireurs embusqués, positions occupées par l’opposition, tirs déclenchés contre des journalistes. Cette enquête a été présentée le 1er octobre au Séminaire des études ukrainiennes de l’université d’Ottawa, au Canada. En l’absence d’un véritable rapport officiel, elle constitue un document historique unique, dont l’historiographie est constituée de tous ces médias qui enregistraient en continu l’Euro Maïdan.

En synchronisant les différents éléments d’information disponibles, l’auteur révèle… un massacre organisé :

  • les victimes sont autant des policiers que des manifestants ;
  • les forces de l’ordre ont tiré et donc tué des manifestants (cette enquête indépendante le souligne), mais la majorité des tirs meurtriers provenaient de tireurs du Secteur droit qui ont méticuleusement visé et abattu non seulement des policiers, mais aussi beaucoup de manifestants désarmés ;
  • les tireurs n’ont jamais été inquiétés, ni recherchés par les responsables pro-Maïdan ;
  • Les responsables pro-Maïdan étaient parfaitement informés de la présence de nombreux tueurs dans leurs rangs, comme en attestent leurs déclarations et leurs prises de paroles.

Ceci est une confirmation car cela avait déjà été diffusé mais… caché. Il est probable que la « presse officielle » cachera également cette étude qui ne va pas dans le sens de la « propagande officielle » !

( 4 novembre, 2014 )

Manipulation médiatique : Dies Irae mis hors de cause

Vu sur « 4 VERITES », ce message important montrant la manipulation dont nous sommes souvent victimes.

 

83124_12978770_460x306

Fabrice Sorlin

L’avis de classement sans suite, dans l’affaire dite des « Infiltrés » nous est parvenu par le biais de notre avocat. Il est signé des mains de la Vice-procureur de la République Madame Isabelle Gentil. Ce petit bout de papier, que nous n’avons jamais douté d’obtenir a l’immense avantage de nous réhabiliter publiquement (puisque les médias, eux, ne le feront pas). Il met donc un terme juridique à 4 années de soucis. Mais ce n’est pas ce passé qui nous intéresse aujourd’hui mais bien l’avenir que nous trace cet avis de classement : adieu faux, flash, torchons et autres cuvées diffamatoires des journalistes ; Rendez-vous est donné dès aujourd’hui devant la XVII° chambre, à tous ces bons vieux pigistes et chroniqueurs qui par souci de ne jamais écrire ce qui touche à la Vérité, ont si souvent déversé mensonges et calomnies à notre égard.

L’enquête, close il y a maintenant plus de trois ans, a su prouver les nombreux mensonges des journalistes, alors que pas un membre ou même un sympathisant de notre mouvement n’a été reconnu coupable de quelque délit que ce soit.

Nonobstant les mises en examen de l’agence CAPA, de Matthieu Maye -de son vrai nom Matthieu Beurier- et de France 2, pour montage et atteinte à la vie privée, l’affaire des « Infiltrés » est donc définitivement terminée.

Je remercie pour cela mes avocats maître Varaut et maître Pichon. Leur pugnacité et leur finesse d’analyse, nous ont permis de nous sortir de ce guêpier. Avant de tourner franchement la page, je tiens à remercier une dernière fois tous les camarades et compagnons de route de l’époque : ensemble traînés dans la boue, salis et malmenés ; ensemble lavés de ces accusations proférées par des menteurs professionnels. Nous avons tenu bon dans la tempête, nous pouvons en être fiers !

Je remercie aussi ces centaines de personnes, qui nous ont soutenus et aidés de quelque manière, et qui nous laisse, de cette histoire certes douloureuse, un souvenir fort de solidarité et d’amitié. Merci !

Enfin un petit clin d’œil s’impose en direction des Caroline Fourest et autres Matthieu Beurier, grands inquisiteurs de la pensée unique, véritables pieds nickelés du journalisme français qui parlent beaucoup des Droits de l’Homme, mais qui n’acceptent guère que l’on puisse penser autrement qu’eux. Nous avons souffert grâce à vous pour nos idées, et nous sommes aujourd’hui encore plus forts et plus nombreux à défendre ce que nous défendions hier. Merci pour votre aide !

L’association Dies Irae a fermé ses portes depuis mars 2012, date à laquelle elle a été dissoute de notre fait, et d’un commun accord avec le bureau. Nous restons bon prince, car l’écrire dans ce communiqué final permettra peut-être à des journalistes comme Vincent Jauvert de l’Obs (mais il y en a tant d’autres) de ne plus se ridiculiser en écrivant le contraire.

Ainsi DI est mort, alors Vive DI !
Vive l’Europe Chrétienne !

Fabrice Sorlin

( 31 octobre, 2014 )

Soutien à l’ALSACE

Le Dimanche 12 Octobre, les Alsaciens sont descendus massivement dans la rue pour refuser la fusion de leur province avec notre Lorraine et la Champagne. Ils veulent avec raison garder le peu d’autonomie qu’ils ont, leurs traditions et leur culture. Nous ne pouvons que les soutenir et regretter que les Lorrains ne fassent pas de même. Ce projet de fusion est stupide, n’apportera rien et risque de coûter très cher.

Avec nos amis Alsaciens, refusons cette uniformisation et exigeons de l’Etat républicain une véritable décentralisation, ce qu’il ne pourra jamais faire et souvenons-nous, comme le disait Charles Maurras, que les libertés ne s’octroyent pas, qu’elles se prennent !

 

Philippe SCHNEIDER

( 31 octobre, 2014 )

SALON DU LIVRE D’AMITIE FRANCAISE ET DE SOLIDARITE CHRETIENNE

Chers amis,

 

Dès 1980, Bernard Antony décrivait le « génocide français » dans ses trois composantes : spirituelle, culturelle et démographique.

 

Ce 23 novembre, l’AGRIF, sous sa présidence, vous convie à rencontrer les écrivains partageant notre idéal de résistance aux racismes antichrétiens et antifrançais pour la réanimation de la France. Ils signeront les ouvrages que vous aurez achetés, aidant ainsi l’AGRIF.

 

En cette occasion, Guillaume de Thieulloy (directeur du Salon Beige et des 4 Vérités) et Bernard Antony prendront la parole pour vous dire les raisons de leur espérance.

Au plaisir de vous y rencontrer !

Vivien Hoch

> Le dimanche 23 novembre 2014, de 13h30 à 18h30

Forum Grenelle, 5 rue de la Croix Nivert, 75015 Paris
(métro Motte-Picquet Grenelle, Cambronne et Ségur)

> PAF : 5 euros - Buvette sur place

> Liste des auteurs présents et informations complémentaires en ligne sur le site de l’AGRIF

 

( 31 octobre, 2014 )

Nos Journaux

 On assiste actuellement à une récession certaine en matière de presse. Tous les journaux nationaux connaissent une forte régression des ventes et obligatoirement de la production, entrainant une baisse des investissements. Bref, la presse est en crise. On le sait, on n’en parle guère, mais tous les journaux sont concernés. Pourquoi ?

Osons dire ici que la grande presse n’est plus du tout au diapason. Déjà, la radio et la télévision avaient fortement diminué l’influence des journaux. Aujourd’hui, internet est le plus important des concurrents de la presse classique imprimée. Avec ce système partout implanté, qui a sa place dans les foyers, la couverture des évènements est assurée très rapidement par ce nouveau moyen de communication. Désormais, aux propos des journalistes s’ajoute des précisions et des commentaires de la part des internautes, dont il faut tenir compte. Aujourd’hui, la presse écrite n’a plus le monopole de l’information, du moins à l’échelon national et international.

Pour parer à la disparition plus ou moins brève des grands quotidiens, les journaux se regroupent. On assiste à cette concentration  notamment dans l’Est de la France où le Crédit Mutuel rachète la plupart des titres. Cette banque gère désormais le Républicain Lorrain, l’Est républicain, Vosges matin, les Dernières Nouvelles d’Alsace et d’autres… Le principal actionnaire du groupe Est républicain tient désormais sous son contrôle tous les journaux de l’Est de la France. L’objectif est la centralisation et la réalisation d’un journal unique, éloigné des préoccupations trop régionales.

La banque qui était jusqu’alors un partenaire financier détient actuellement l’information. Il est vrai que la majorité des organes de presse est aujourd’hui détenue par des industriels et des financiers, le plus souvent en liens étroits avec le pouvoir politique. Actuellement, une mutation complète de la presse se prépare. Le journal est de moins en moins un instrument d’informations nationales et internationales. Internet a prit le relais. Le lecteur est en quête d’un media proche des réalités de terrain. Le journal parisien plus ou moins régionalisé n’a plus sa place.

Jean-Marie Cuny

( 31 octobre, 2014 )

LANEUVELOTTE 1914-1918

 

 

Dernier village de la ligne de front du Grand Couronné sur la route d’invasion de l’armée allemande, Laneuvelotte a été durant tout le temps du conflit toujours menacée et toujours protégée. Les allemands occupaient pourtant une partie du territoire et notamment durant un temps la ferme de la Bouzule. Les combats étaient proches principalement dans les bois de Champenoux et à Fleurfontaine au plateau d’Amance. Certes, le village a connu des bombardements destructeurs, mais il faut noter que c’est le Génie français qui devait détruire le clocher à la dynamite endommageant également une partie de l’édifice.

La population a connu la désolation commune à tous les villages du front, les maisons en partie détruites ont été pillées de la cave au grenier. De tout côté, champs et jardins étaient marqués de trous d’obus (on en a compté huit dans le seul jardin du presbytère au centre du village). Nos habitants ont vécu au milieu des inquiétudes et des alarmes que causait la proximité du front et subissant également la gêne causée par la présence continuelle des troupes.

On eut à déplorer un accident qui tua deux enfants, victimes de leur imprudence. Le 27 mars 1916, les jeunes Maurice Arnould et André Bourcy, âgés de cinq ans et demi, trouvèrent dans un champ au lieu-dit « La Vieille Vigne » une bombe larguée par un avion quelques jours auparavant  mais qui n’avait pas explosée. Les gamins s’amusent alors à la manier. La bombe éclate et les tue.

Proche des batteries ennemies, entourée de tranchées et de réseaux de fil de fer barbelés, les régiments se tenaient en attente des prochains combats. Des barraquements étaient installés dans la propriété du Tremblois et une ambulance était organisée au château de Voirincourt. 65 soldats y moururent des suites de blessures ou de maladie. Un petit cimetière fut créé et le propriétaire de la ferme fit ériger une croix du souvenir à son emplacement, les corps ayant été relevés pour être transférés à Champenoux.

Autour de Laneuvelotte, on apercevait dans la campagne des tertres marqués de bâtons en forme de croix, indiquant des tombes de soldats français tués par l’ennemi sur le terrain même ou ils furent enterrés. Plus d’une centaine de tombes, dont treize du 344e de ligne tués dans la même tranchée par le même obus. Tous ces emplacements étaient entretenus et visités par les habitants avant le transfert au cimetière militaire de Champenoux en juin 1919.

L’église en triste état avait toutefois conservé son curé. Les offices eurent lieu régulièrement avec une impressionnante participation des militaires. Le rapport de l’abbé Vincent après la guerre dit que les chants retentissaient volontiers en latin, français, malgache (la tombe d’un sous-lieutenant de Chasseurs Malgaches est toujours visible dans le cimetière du village). Des chants en Allemand résonnèrent également dans l’église de Laneuvelotte, lorsqu’il se trouva une cinquantaine de captifs dans un camp organisé à proximité. L’abbé nous dit que ce sont ces prisonniers qui annoncèrent la signature du Traité de Versailles à la population. Ils sonnèrent les cloches à en casser les cordes. L’Allemagne était vaincue et la guerre était finie !

 

                                                                                                  Jean-Marie Cuny

1...159160161162163...203
« Page Précédente  Page Suivante »
|