( 28 février, 2014 )

ROSAIRE POUR LA FRANCE A METZ

On nous prie d’insérer, ce que nous faisons avec plaisir

 

Le prochain Rosaire pour la France aura lieu samedi 1er mars, en l’église Sainte Ségolène, à Metz, 17h.

(dans la chapelle au fond de l’église à droite)

 

Nous serons très heureux de vous y accueillir.

 

ROSAIRE POUR LA FRANCE A METZ dans communiqués rosaire+france+segolene03

( 28 février, 2014 )

Il y a deux cents ans, jour pour jour, aux Lucs-sur-Boulogne…

Lu sur le site « BOULEVARD VOLTAIRE » en ce triste anniversaire
 
 
massacre-des-lucs-sur-boulogne

Le 27 février 2014

Et si la Révolution française avait été tout simplement le péché originel de la République ?

 

 

Il y a deux cents ans jour pour jour, 564 vieillards, femmes et enfants dont 110 âgés de moins de 7 ans périrent enfermés dans l’église du village des Lucs-sur-Boulogne (Vendée), massacrés à coups de mitraille par les soldats « républicains » envoyés par la Convention.

Les Lucs-sur-Boulogne, contrairement à ce que l’on dit habituellement, n’est pas l’Oradour-sur-Glane de la Vendée, c’est bien Oradour-sur-Glane qui est Les Lucs-sur-Boulogne du Limousin. Malheureuse République qui, dans son obsession de la repentance, préfère encore la copie à l’original ! Car inutile de demander à mes compatriotes s’ils connaissent cet épisode monstrueux de notre histoire, l’immense majorité d’entre eux n’en ont jamais entendu parler, pas plus d’ailleurs que la terrible répression de Fouché et Collot d’Herbois sur la ville de Lyon – 1.876 exécutions du 4 au 27 décembre 1793 à coups de canon chargés à mitraille –, pas plus que les 4.800 noyés à Nantes, dont 2.000 la seule semaine de Noël, pas plus que… etc.

Il est difficile d’établir un bilan des victimes de la « Convention » car beaucoup d’archives de la Révolution ont été détruites par des historiens antimonarchistes. Notez bien que je ne dis pas « la Terreur », terme consacré par l’historiographie républicaine, car j’ai toujours pensé que ce mot vague n’a jamais eu d’autre objet que de dépersonnaliser la terrible répression révolutionnaire afin d’absoudre la République. Certains chiffres ont tout de même été avancés, en ce qui concerne les Vendéens et les Chouans : on parle de 260.000 morts ; quant à l’ensemble du territoire, le demi-million est une estimation raisonnable.

Saviez-vous que le nom de Turreau, boucher de la Vendée, figure au fronton de l’un des côtés de l’arc de triomphe ? « Tous les brigands qui seront trouvés les armes à la main, ou convaincus de les avoir prises pour se révolter contre leur patrie, seront passés au fil de la baïonnette. On agira de même avec les filles, femmes et enfants qui seront dans ce cas. Les personnes, seulement suspectes, ne seront pas plus épargnées… » (Louis Marie Turreau : Instruction relative à l’exécution des ordres [...], donnée le 19 janvier 1794).

Mon scepticisme sur l’épopée révolutionnaire ne date pas d’hier. Lors des commémorations du bicentenaire de la Révolution, voulues grandioses par feu François Mitterrand, je me souviens avoir fui la capitale. Le son de ces grotesques bacchanales m’était insupportable. Je préférai me réfugier quelque part dans un coin paisible du midi de la France, dans la lecture passionnante des mémoires de la comtesse de Boigne. Ces derniers temps, je me suis souvent interrogé sur les origines lointaines de cette accusation absurde d’anti-républicanisme systématiquement portée à l’encontre de la France patriote et/ou catholique, lointaine héritière des volontaires de Valmy. Et si la Révolution française avait été tout simplement le péché originel de la République ?

Invité aux Lucs-sur-Boulogne en 1993, Alexandre Soljenitsyne ne déclarait-il pas : « …Eh bien oui, ces paysans se révoltèrent contre la Révolution. C’est que toute révolution déchaîne, chez les hommes, les instincts de la plus élémentaire barbarie, les forces opaques de l’envie, de la rapacité et de la haine, […] Aucune révolution ne peut enrichir un pays, tout juste quelques débrouillards sans scrupules sont causes de morts innombrables, d’une paupérisation étendue et, dans les cas les plus graves, d’une dégradation durable de la population. »

( 25 février, 2014 )

Un aéroport à la fois coûteux et inutile : le caprice de M. Ayrault…

 Voici une analyse sérieuse et utile de notre ami breton Jean-Philippe CHAUVIN parue sur son « blog »

La manifestation de samedi à Nantes pour protester contre la construction d’un aéroport international sur le site de Notre-Dame-des-Landes suffira-t-elle pour empêcher le début des travaux, annoncés comme imminents par les partisans de ce projet déjà fort ancien, pensé du temps où Concorde faisait rêver la France ? Rien n’est sûr, et il faut craindre, sans doute, une tentative prochaine du gouvernement pour imposer ce qui ressemble de plus en plus à un caprice de notables nantais : M. Ayrault, dans cette affaire comme dans celle du redécoupage régional évoqué en janvier par M. Hollande, raisonne petitement, non en homme d’Etat et de hauteur, mais en féodal départemental.

Cela est d’autant plus regrettable que la nécessité économique de cet aéroport est de plus en plus contestée, à l’heure où le TGV relie Nantes à Paris en un peu plus de 2 heures, mais avec la perspective d’une réduction de ce temps de déplacement de plus d’une demi-heure dans les prochaines années grâce à de nouveaux aménagements ferroviaires. Contestée et contestable aussi, car ce projet s’appuie sur une conception de l’économie désormais de plus en plus remise en cause par les limites mêmes de la mondialisation et de la métropolisation qui, pour s’étendre encore, suscitent néanmoins également des réserves vives d’un nombre croissant de citoyens. Le modèle économique dans lequel s’inscrit le projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes n’est plus adapté aux temps qui viennent, ceux de la nécessaire sobriété et de la transition énergétique, et il faut aussi penser la fluidité et les communications en termes d’aménagement du territoire à la fois local et national (sans oublier, si possible, l’international), et non seulement sous la forme d’égoïsmes départementaux centrés sur eux-mêmes et persuadés que leur « développement » (véritable utopie contemporaine des milieux urbains…) va résoudre tous les problèmes locaux.

 

Un aéroport à la fois coûteux et inutile : le caprice de M. Ayrault... dans actualités blue-blur-high-speed-train-the-long-goodbye-1024x768

Le train n’a pas dit son dernier mot…

Il existe déjà, dans l’ouest de la France, un réseau important d’aéroports de tailles diverses qui, en définitive, rendent inutile un nouvel aéroport international en Bretagne historique, aéroport d’ailleurs considéré comme « trop proche » de la région parisienne pour pouvoir jouer un rôle véritable dans la compétition mondiale : mieux vaut jouer la carte, plus intéressante en définitive et sans doute (avec quelques efforts) moins dispendieuse, de ces quelques aéroports régionaux reliés directement au tissu économique local et aux autres modes de transports que celle d’un grand aéroport qui risquerait de monopoliser tous les moyens financiers et toutes les ardeurs des collectivités de l’Ouest au risque d’accentuer une nouvelle centralisation et un nouveau déséquilibre au profit d’une seule métropole dans le nord-ouest atlantique, Nantes.

Sait-on que, d’ailleurs, que les aménagements routiers et ferroviaires pour relier l’aéroport au reste de l’Ouest coûteraient environ 4 milliards d’euros et que leur seule réalisation ne serait pas chose simple car elle se heurterait à de fortes résistances, là aussi, des populations locales mais aussi qu’ils risqueraient de contrevenir aux recommandations déjà anciennes du Grenelle de l’environnement de 2007 qui évoquaient la limitation, voire un moratoire, de la construction de nouvelles autoroutes ? Pour l’heure, n’est prévue que la liaison entre le centre de Nantes et le site de l’aéroport en projet…

 

un-chemin-du-bocage-de-la-zad dans actualités

un chemin de Notre-Dame-des-Landes…

 Cette affaire montre toute la vanité et, sans doute, l’incompétence d’hommes politiques qui s’enivrent de leurs rêves de grandeur sans en mesurer les conséquences financières et économiques : ce sont les mêmes qui, année après année, ont creusé les déficits de notre pays mais aussi ont endetté chacun d’entre nous et les générations qui suivent de sommes désormais considérables, en oubliant que l’argent qu’ils dépensaient n’était pas le leur, mais celui des contribuables. Que ce soit le même M. Ayrault qui s’avère incapable de redresser les comptes de l’Etat et qui serait prêt à dépenser encore et encore des centaines de millions d’euros (même si l’entreprise Vinci est, officiellement, le principal investisseur) pour « faire son aéroport », en dit long sur la responsabilité d’une République qui utilise de tels hommes et accepte de tels procédés, au détriment de l’intérêt général et du Bien commun ! Il est vrai que la seule sanction que ces personnes risquent, c’est la défaite électorale, et encore ! A voir ceux-ci et cela, la colère apparaît, non seulement logique, mais aussi légitime. Encore faut-il, pour qu’elle ne verse pas dans le nihilisme, qu’elle soit ordonnée et qu’elle se veuille, ou mieux encore, qu’elle soit fondatrice…

 

 

 

 

 

 

( 24 février, 2014 )

HUMEUR – numéro 305 de la L.R.

La théorie du « gender » sera enseignée, n’en doutez pas. Déjà, les hussards noirs sont au garde à vous, recevant les ordres des pédagogues forcenés qui dans un langage abscons, bien à eux, pour qu’on ne puisse pas les contredire, leur bourrent le crâne de leur « science » mortifère. D’ailleurs, vous avez remarqué, les damnés de la sociologie l’ont bien compris : inventez les mots, créez un langage, le plus ésotérique possible triturant un peu de grec ou de latin, noyez tout ça dans un français approximatif, appuyez-vous sur des statistiques frauduleuses et les critiques au crâne épais dégoulineront de louanges fadasses pour ne pas se laisser distancer par plus crétin qu’eux. Ah, Bourdieu! Tu fus grand pour imposer ton néo marxisme à toute cette faune de pissecopies qui gobait les couleuvres de ta prétendue science! Et elle les avale encore jusqu’à L’écoeurement! Oui, la théorie du « gender » sera enseignée. Elle démarre doucement avec « l’ABC de l’égalité homme-femme » et il y a déjà des modules pédagogiques pour cette entreprise de démolition. Et pas possible de se révolter puisque les « professeurs des écoles » ont tout pouvoir avec les articles 12 et 13 de la charte de la laïcité. Ils vous dénonceront à la police de la pensée en attendant le verdict sévère d’une justice aux ordres. Il y a eu l’instruction publique, puis l’éducation nationale qui maintenant formatera nos chères têtes blondes. D’éducateurs ces cuistres deviennent « educastreurs » selon l’expression déjà utilisée mais qui acquiert toute sa vérité morbide aujourd’hui.

 

 

 

Connaissez-vous un certain Oleg Tiagnybok? Ce monsieur dirige le mouvement ukrainien « Svoboda » qui signifie liberté et qui est le fer de lance de la révolte des « pro-européens ». La principale caractéristique de ce mouvement est son antisémitisme foncier et sa haine de la Russie accusée par ses militants d’être une « mafia judéo-russe » qui programme « le génocide des ukrainiens selon les directives du juif Poutine. » C’est ce qu’écrit ce bon Oleg! Ce qui ne l’empêche pas d’être reçu en grande pompe par cette affreuse potiche de Lady Ashton « ministre des affaires étrangères de l’UE. » Même que le ringard John Kerry, responsable de la diplomatie étasunienne, se laisse prendre en photo avec son copain Oleg. Il faut dire que ce Yankee inculte n’en est pas à sa première ineptie. Ses prises de position sur la Syrie que singe l’ineffable Laurent Fabius, sont là pour démontrer la collusion monstrueuse entre les US et les terroristes comme les membres du front Al Nosra, le front islamique ou l’armée des moudjahidins que tente de réunifier l’Arabie. Mais enfin, les américains ont-ils oublié ce fameux 11 septembre ou pire donneraient-ils raison à ceux qui doutent de l’implication des islamistes dans cet attentat? La bêtise alliée du crime, la continuation de la doctrine Busch.

 

 

 

Manif pour tous, ce dimanche 2 février, jour de la présentation au temple de Jésus par son Père et sa Mère. Je ne suis pas sur que cette agitation puisse faire avancer la cause de ceux qui ont sacrifié leur dimanche pour affirmer leur attachement à nos traditions, malgré le repli stratégique d’un gouvernement sans foi ni loi et qui prépare déjà la nouvelle offensive selon l’expression de Lénine, un pas en avant et deux pas en arrière. Mais ce qui m’a surtout frappé, c’est la haine de toute cette gauche pourrie interrogée tout l’après midi sur BFM TV. Deux figures se sont alors imposées, un certain Autin, premier marié gay, qui n’a pas arrêter de vitupérer contre la France rance qui s’exprimait ce jour-là et surtout Assouline qui tremblait de haine crachant sur ces catholiques intégristes qui osaient défier la république, appelant au soulèvement pour mater ces fascistes qui s’expriment dans un jour de colère et, il ose l’amalgame, contre ces pères et mères de famille qui défendaient leurs droits. Les socialistes veulent la guerre, c’est évident! Ne leur donnons pas le plaisir de répondre à leurs insultes, ils n’existent plus, ce pays n’existe plus. Et vous savez pourquoi? La chaîne qui a donné la parole à ces seuls salopards, c’est une bonne chaîne mondialiste, libérale, qui soutient ceux-là même contre lesquels vitupère avec une sainte véhémence le Pape François. La collusion du capital et de la haine sociale : c’est ça la république!

 

 

 

Un livre réjouissant: « les nouveaux bien-pensants » de Michel Maffesoli et Hélène Strohl aux Éditions du Moment. On y trouve des phrases comme celle-ci : « les fameuses valeurs républicaines. On ne sait plus trop ce que ce que c’est sinon que l’on psalmodie, jusqu’à plus soif, sur ce qu’elles sont censées représenter. Elles sont devenues une idéologie : le républicanisme permettant de stigmatiser ce qui ne rentre plus dans son moule quelque peu décati. » Certes il y aurait quelques remarques sur la propension des auteurs à comparer la modernité de l’état républicain qui veut régenter les esprits à une église comme l’Eglise Catholique qui pourtant, et ils le savent, est seule garante de la liberté. Enfin ne boudons pas notre plaisir devant leur constat sans appel. Par ailleurs pourquoi attribuer à Auguste Comte ce qui appartient à Charles Maurras : la distinction entre le pays légal et le pays réel ou l’empirisme organisateur ?

 

 

 

Prenons la conclusion de ce livre comme un espoir : « dans la centralité souterraine de la société officieuse le « temps des lys » est de retour. »

 

 

 

Jean Antoine ROSECCHI

 

( 24 février, 2014 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER du numéro 305 de LA LORRAINE ROYALISTE

2014 est une nouvelle année, elle démarre en fanfare : le mois de janvier est un mois de protestations, de manifestations contre le gouvernement socialiste. Entre la marche pour la vie, la journée de colère, celle de la « manif pour tous », voici trois dimanches qui virent des centaines de milliers de Français se déplacer pour dire leur opposition totale à la volonté des socialo-écolo-marxistes de détruire la famille, assassiner les enfants et les malades ou supposés tels. Contrairement à ce qu’espérait le pouvoir, la saine réaction des Français ne faiblit pas, au contraire, elle s’installe dans la vie politique et, hors des catholiques, spécialement les jeunes très mobilisés, il y a de plus en plus de musulmans et, ça, cela fait peur à la clique qui nous gouverne car ce sont leurs électeurs qui se lèvent de plus en plus nombreux contre eux. C’est toute la politique, la stratégie mis au point par le « think tang » « Terra nova », le laboratoire d’idées ( !) socialiste qui est remise en cause. On sait que ce groupe, qui dirige littéralement toute la stratégie du parti socialiste depuis de nombreuses années a constaté que la population « ouvrière » a quitté ce parti et la gauche en général. Il a considéré qu’elle était perdue et donc que le « parti » devait trouver un autre électorat. Ce devait être, pour lui, d’un côté ce qu’il est convenu d’appeler les « bobos »  pour « Bourgeois-Bohème », c’est-à-dire tous les riches – très riches souvent – généralement instruits (dans le sens où ils ont suivi beaucoup d’études style ENA, Sciences-po, ingénieurs….) mais pas éduqués (ils ne connaissent généralement rien à la vie, à l’histoire, aux rapports humains…), menant une vie dite « moderne », c’est-à-dire dépravée, sans famille, considérant les enfants comme un objet parmi d’autres… D’un autre côté, les électeurs devaient venir des immigrés naturalisés, spécialement les musulmans. Or, l’amalgame entre les deux, qui réussit en 2012, ne peut pas tenir et nous le voyons aujourd’hui : les musulmans, dans leur immense majorité, ne veulent pas des réformes « sociétales » imposées par les « bobos », ils refusent le « mariage pour tous », les réformes sur la famille, la PMA ; la théorie du « genre » et autres absurdités que veulent nous imposer le pouvoir. Dans ce combat, qu’ils veulent mener avec vigueur, ils se rapprochent, instinctivement, des Catholiques et plus spécialement des « tradits » comme le disent plusieurs de leurs chefs de file, se méfiant de ceux qui peuvent être tentés de « négocier » comme cela a été fait pour l’école…

Cette théorie « du genre » qui « n’existe pas » selon Vincent Peillon ou Najat Vallaud-Belkacem qui devraient mieux se relire et regarder les circulaires qu’ils ont signées avant de dire n’importe quoi ! Le gouvernement n’a pas encore réussi à imposer la suppression des écrits qu’ils voudraient voir disparaître, comme « Big Brother ». Le pire est que la plus grande part des « journalistes » va dans le même sens parlant des « inventions » des « intégristes », comme s’ils voulaient à tout prix cacher la vérité. Pourtant, il serait simple à Peillon de couper court à cette crise, en supprimant les quelques 500 expérimentations en cour dans des écoles primaires, interdisant dans les écoles les livres tels que l’ABCD de l’égalité, papa porte une robe, chausser les lunettes du genre… et interdire l’intervention dans les écoles des mouvements LGBT ou de planning familial. La « rumeur » propagée entre autres par la courageuse Farida Belghoul s’arrêterait d’elle-même. Mais il ne s’agit pas d’une « rumeur » mais de faits réels propagés par ceux-là même qui la nie : les ministres de l’éducation et de la propagande (pardon, « porte parole du gouvernement ») en premier. Pour qu’ils se renient ainsi pour cacher leur sale besogne, il faut vraiment que les centaines de milliers de Français qui ont encore manifesté en ce mois de Janvier leur aient fait peur ! malgré la féroce répression et les provocations de Manuel Valls, dit « Manuel Gaz » et que leurs partisans s’essoufflent (Une centaine d’organisation de gauche a bien tenté une contre manifestation le 12 janvier mais elle a réuni moins de 200 personnes !).

Ce dernier, voyant la situation lui échapper, tente de créer un « écran de fumée » en mettant en avant « l’humoriste » Dieudonné. Les provocations de ce dernier vont dans le même sens et nous pouvons légitimement nous demander si les deux n’agissent pas en plein accord : l’un faisant de la publicité au deuxième qui, par ses actions, volontairement ou par bêtise, tente de discréditer une juste révolte du peuple français. C’est une méthode qui fut souvent utilisée par les gouvernements républicains !

L’échec de plus en plus flagrant du gouvernement également sur le plan économique n’arrange pas les choses. Comme tout lui échappe, il semble vouloir absolument détruire ce qui reste de la France le plus rapidement possible, en tout cas tant qu’il garde le pouvoir. Et il ne faut pas compter sur l’opposition « officielle » pour s’opposer réellement à cette chute et ceci dans tous les domaines : n’oublions pas que l’UMP et ses alliés veulent rester dans l’Euro et l’Union Européenne, condamnant donc notre économie à la faillite et qu’ils sont les premiers à avoir fait diffuser la « théorie du genre » dans les écoles, avec Luc Chatel, ministre de « l’Education » de Sarkozy, il est vrai seulement au lycée, mais c’était un début. Par ailleurs, le « parlement » européen a délibéré pour l’approuver sur cette théorie « qui n’existe pas » ! Constatant cela, certains voudraient se présenter et être élus, cela ne conduirait qu’à encore plus de divisions et le combat électoral n’a jamais réussi en France.

Et c’est là notre mission, la seule qui importe : faire comprendre aux Français qu’ils ne peuvent pas s’en sortir avec un système qui par définition est fait pour détruire notre pays, et ceci depuis la révolution dite française. Retrouver de saines bases, se remettre à travailler pour nos familles, notre pays, nos provinces, ce ne sera possible qu’avec notre famille royale à la tête de toutes nos familles de France avec leurs diversités, leurs problèmes, mais aussi leurs espoirs.

 

Allons, tous, en cette nouvelle année, venez travailler avec nous pour propager la solution du salut national qui ne peut se faire qu’avec la restauration de notre monarchie royale traditionnelle représentée par Monseigneur le Comte de Paris, duc de France et, après lui, par le Duc de Vendôme, le Prince Jean.

( 24 février, 2014 )

HARANGUE DU 5 JANVIER 2014

 

 

Nous voici à nouveau sur cette place publique pour marquer l’anniversaire du 5 janvier 1477, date de la bataille de Nancy qui vit la fin du Téméraire et celle de ses ambitions.

Cette date pourtant essentielle de l’histoire de Lorraine et de l’histoire de France est certes bien oubliée. Mais, tant qu’il restera des Lorrains (d’origine ou d’adoption)  fiers de leur histoire, le souvenir sera maintenu.

On sait que le 5 janvier a été, durant très longtemps, la « fête nationale des Lorrains ». Cette commémoration  fut un temps interdite par les Français ayant alors annexé la Lorraine au Royaume des lys, mais la mémoire des hommes reste vivante. La preuve est dans votre présence sur cette place.

La France nous gouverne depuis 1.766 et la révolution a accentué son jacobinisme centralisateur. Désormais, avec  l’Europe, le mondialisme qui détruit les identités est en marche. Il y a une volonté politique totalitaire plus ou moins sournoise de changer la société traditionnelle et de nous couper de nos racines. Ainsi, par exemple (il y en a d’autres) l’histoire n’est plus enseignée. Elle a été progressivement effacée des programmes scolaires et, l’essentielle chronologie avait déjà totalement disparu depuis des années.

Désormais nos contemporains vivent dans un éternel présent, celui de l’actualité éphémère et de la désinformation continuelle. Il est pourtant nécessaire de se pencher sur notre histoire. Le descendant des ducs de Lorraine, l’archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine nous disait : « Celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement pour l’avenir. »

Cette phrase a été relevée sur le « blog  internet » du Salon Beigne, certainement par un lecteur de notre Revue Lorraine ! Elle est reprise régulièrement en tête de l’éphéméride créée par ce bulletin d’informations.

Démarrée  par  la  « manif pour tous », 2013 a été l’année de la

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

protestation des habituels silencieux. On a alors assisté, au fil des mois, à une vive opposition des familles françaises contre les lois iniques et les mesures détestables imposées par les faiseurs de lois anti-naturelles. Leurs protestations étant méprisées, les familles françaises seront encore dans la rue en 2014.Bien sûr, ici, notre rassemblement de ce soir n’entre pas dans le cadre de ces manifestations. Notre « manif » annuelle est tout bonnement Lorraine. Identitairement  Lorraine !

Il paraît qu’en face de nous, il y a des gens qui manifestent contre le « racisme ». Fort bien ! En effet, je savais qu’il y avait un racisme anti-français très virulent. On entend régulièrement toute une litanie haineuse et agressive qu’il faudrait condamner : « nique ta race », « sale blanc », « souchien » (sous chien !), « francaoui de merde », etc.

A propos d’une récente histoire de quenelle, il y a actuellement toute une affaire d’état concernant le sujet. Un humoriste, pas tout « blanc », et son pote le « fouteux » Anelka (qui va droit au but) ont remplacé le démodé « bras d’honneur » par une « quenelle ».

Personnellement, je juge la quenelle plutôt mollassonne et je ne suis pas du tout un « quenelleur ». Je constate simplement que, s’il n’émane pas du très vulgaire « Charlie hebdo », un certain humour est censuré.

Bref, avec la présence des braillards opposés à notre simple manifestation amicale, il ne peut s’agir que d’un racisme anti-lorrain, primaire, secondaire et viscéral. Je ne vois pas les raisons de protester contre notre rassemblement bon enfant qui a lieu sur cette place depuis 1977. Nous continuerons à revendiquer notre identité en commémorant  la victoire du 5 janvier 1477/

Notre manifestation rassemble quelques fidèles. Elle n’a pas l’ampleur des récentes fêtes de la Saint Nicolas, patron de la Lorraine et des Lorrains. Mais, peut-être que, grâce à notre obstination, le 5 janvier sera dans l’avenir une fête officiellement reconnue !

Vive La Lorraine

Jean-Marie CUNY

( 24 février, 2014 )

Message du père Abbé de Fontgombault

Message de Dom Pateau suite à la radiation listes électorales de 10 moines :

P« Depuis quelques semaines, notre village a perdu quelque peu de son calme habituel. Vous-même avez peut-être été contacté par quelques « indignés » afin de signer une pétition ou encore avez-vous rencontré des journalistes de la presse écrite ou de la télévision ?

Les moines en quête de la paix avec Dieu ne sont pas indifférents à la paix entre les hommes. Jusqu’à maintenant ils n’ont pratiquement pas réagi publiquement.

Récemment cependant, dix moines de l’abbaye envoyés à l’abbaye Saint-Paul de Wisques dans le Pas-de-Calais ont été radiés des listes électorales à la demande de neuf indignés et par décision du tribunal de Châteauroux.

A ce sujet, je crois devoir vous fournir quelques précisions.

La décision d’aider le monastère de Wisques a été prise au cours d’un vote à bulletins secrets du chapitre de l’abbaye au cours de l’année 2013. La majorité des 2/3 des voix ayant été largement obtenue, le projet de reprendre Wisques a été adopté sans pour autant que le nom des moines envoyés et leur nombre aient été arrêtés. Ces éléments peuvent donc évoluer tant que la situation de chacun des moines envoyés n’est pas solidement établie.

Ces moines ont généreusement accepté de quitter Fontgombault à ma demande.

L’envoi d’un moine dépend en effet de la décision du supérieur monastique, qui peut d’ailleurs tout autant le rappeler à son monastère d’origine comme dans le cas d’un moine qui ne pourrait s’adapter à sa nouvelle résidence, ou si une nécessité quelconque survenait dans le monastère d’origine.

En revanche la décision définitive de se stabiliser dans un nouveau lieu monastique dépend uniquement du moine. Une fois décidé, le moine fait une demande à la nouvelle communauté qui dans un vote secret, accepte ou refuse. Cette demande ne peut avoir lieu qu’au bout d’une période d’un an.

Aucun des moines radiés actuellement partis pour Wisques n’a fait de demande en vue de se stabiliser à Wisques. Tous demeurent donc moines de Fontgombault et jouissent des droits qui sont attachés à cette appartenance.

Soulignons ici le fait que parmi ces moines, deux habitent à Fontgombault depuis 42 ans, un depuis 39 ans, deux depuis environ 33 ans, deux depuis environ 22 ans, deux depuis 16 ans et enfin un depuis 10 ans.

Est-il donc légitime et prudent après seulement deux mois et demi d’absence de leur monastère de chasser des listes électorales de la commune ceux qui y résidaient effectivement depuis au minimum plus de dix ans, sous prétexte de se battre contre des « citoyens qui n’ont pas à voter dans une commune qu’ils n’habitent pas. » ? C’est ce que les « indignés » et le tribunal ont décidé en leur nom et sans même les consulter au préalable ! L’Église est plus prudente, continuant à leur garder une place tant qu’ils n’ont pas fait un choix libre et définitif sur leur lieu de résidence.

Je ne suis d’ailleurs pas certain que tous les indignés votant à Fontgombault habitent effectivement notre commune ou encore peuvent prétendre à 42 ans de présence en ce lieu comme les plus anciens du groupe des moines radiés. La véritable raison de la radiation serait peut-être à chercher ailleurs…

Les moines radiés ne sont pas indifférents à cette décision et s’indignant à leur tour d’avoir été traités de la sorte ont déjà fait perdre aux «indignés» de Fontgombault le monopole de l’indignation !

Michel Navion, avocat des « indignés », résumant le jugement du tribunal disait : « cette affaire interroge sur le point de savoir, s’agissant de communautés religieuses, sectes et groupements divers, quel crédit accorder aux certificats de présence délivrés [...] par un supérieur, gourou ou autre autorité en vue d’inscrire sur les listes électorales les membres de sa communauté.»

A ceci, nous devons répondre que, s’inscrire dans telle ou telle commune ne dépend pas du supérieur de la communauté mais du moine. L’Église en l’occurrence respecte davantage la liberté individuelle de chacun ainsi que la réalité de sa situation. Les gourous ne sont pas nécessairement où l’on croit…

Deux moines actuellement à Wisques ont été inscrits sur les listes électorales de cette commune. L’un d’entre eux est le supérieur de la communauté de Wisques et fait juridiquement partie de la communauté de Wisques en raison de sa charge. Il semblait cohérent qu’il prenne également place de suite au sein de la commune. Le second, ayant fait des séjours prolongés à Wisques depuis plus d’un an, a été sollicité par le maire sortant afin de devenir membre du futur conseil municipal, s’il est élu.

Nous avons été sensibles en lisant la presse à l’affirmation de certains indignés qui se défendent d’avoir voulu se battre contre l’abbaye : « On ne s’est pas battus contre l’abbaye ou l’Église » Pourtant, les faits sont là : acharnement de la presse autour du monastère, accusation devant la justice, amalgame avec les sectes, les gourous, pour reprendre les termes de leur avocat… La laÏcité a le dos large.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les moines ne sont pas opposés à une saine laïcité. Une saine laïcité contribue à la paix de la société. Elle évite de déchaîner les passions qui entraînent haine, vengeance, délation… Peut-on croire qu’un pays pourrait vivre dans la paix avec de tels excès ? »

( 17 février, 2014 )

Monseigneur le Comte de Paris lance un appel aux dons

Souscription

 Mes Amis,

J’ai été surpris par le piratage de mon site internet, alors que je suis momentanément démuni. Nous sommes probablement nombreux à connaître ce genre de situation. Si ceux qui m’ont accompagné jusqu’à présent peuvent m’envoyer une aide, fut-elle faible, cela me permettrait de poursuivre nos échanges qui me rendent heureux. C’est un lien fort qui nous relie. Mon site est le seul moyen d’expression pour moi vis-à-vis de vous tous.

Pour tous ceux qui ont la possibilité de m’aider en cette circonstance, qu’ils mettent dans l’enveloppe leur nom et adresse. L’Institut de la Maison Royale de France (I.M.R.F.) n’est pas riche. Je tiens à les remercier et je leur rendrai personnellement cette avance, aussitôt que je le pourrai.

Merci à tous, chaleureusement.

signature-du-comte-de-paris.jpgHenri Comte de Paris, Duc de France.

( 17 février, 2014 )

Nouvelle menace sur la France : les arracheurs d’arbres de la laïcité !

 Lu sur le célèbre site « BOULEVARD VOLTAIRE » – A consulter régulièrement
 
 

arbre-de-la-laicite

Le 16 février 2014

De dangereux chouans attardés feraient trembler, par des attentats d’une extrême violence, l’un des piliers de la République en danger.

 

Après Dieudonné, Libération nous indique une nouvelle menace qui plane sur la France : les arracheurs d’arbres de la laïcité. De dangereux chouans attardés qui feraient trembler, par des attentats d’une extrême violence, l’un des piliers de la République en danger. Sauf que… ces arbres n’ont rien à voir avec la laïcité, et tout à voir avec son contraire : une religion d’État où la République n’est plus un régime politique avec des principes politiques, mais un objet de culte religieux.

Cette vision est exprimée par Vincent Peillon dans son livre de 2008, La Révolution française n’est pas terminée :

La révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français.

1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau.

La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. (…) Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi.

Cette vision hallucinée est celle portée par les « amicales laïques » et le Grand Orient, dont Libé mentionne, comme en passant, qu’ils sont à l’initiative de ces « arbres de la laïcité ». Or, la prétention de l’État à régenter l’esprit des hommes, alors qu’il encadre déjà leurs actions matérielles, est proprement totalitaire et a toujours abouti à l’oppression des consciences, que ce soit pendant la Terreur révolutionnaire ou, en moins violent, au début du siècle dernier, quand les gouvernements successifs ont piétiné ces mêmes droits de l’homme dont ils prétendaient faire leur nouveau catéchisme. Droit de propriété (avec les Inventaires), liberté de conscience (avec l’affaire des Fiches), liberté d’enseignement un peu partout : rien ne devait empêcher de pourchasser la seule institution qui résiste encore et toujours, de par le monde, à l’invasion du pouvoir politique dans les consciences des hommes – à commencer par celle des enfants.

Ainsi, l’arbre de la laïcité est une usurpation absolue du terme par ceux qui, comme notre ministre, considèrent qu’il faut « inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine, qui doit accompagner la révolution matérielle, mais qui est la révolution spirituelle, c’est la laïcité. » L’on touche ici au comble du non-sens, et souhaitons seulement à M. Peillon de ne pas connaître le même sort que Robespierre peu après qu’il eut présidé la Fête du culte de l’Être suprême.

Est laïc ce qui n’est pas religieux ; donc la laïcité suppose le religieux, mais pas n’importe lequel : une religion qui ne confonde pas le spirituel et le temporel, mais « rende à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». La laïcité est donc une notion proprement chrétienne, que cela plaise ou non ; et si la France perd sa culture chrétienne, elle perdra sa laïcité avec : soit l’État envahira le champ des consciences – c’est le projet de « religion républicaine » maquillé en laïcité ; soit la religion engloutira l’État – c’est le projet de « république islamique », où la laïcité n’existe pas non plus puisque le souverain-calife y est à la fois prince et « commandeur des croyants » Sic transit gloria mundi laici…

( 15 février, 2014 )

Votre majesté, refusez de signer la loi pour l’euthanasie des mineurs »

PÉTITION EN DIRECTION DU ROI DES BELGES

Votre Majesté,

Vous êtes le roi des belges et à ce titre, devez prendre soin de votre peuple. Vous êtes habitué à signer toutes les lois qui sont adoptées par un organe démocratiquement élu, même si vous n’êtes pas d’accord avec elles.

Cependant, il y a des lois qui affecteront non seulement la Belgique, mais également l’Europe, à long terme. Tel est le cas du terrible projet de loi pour l’euthanasie des mineurs, qui lance un signal à l’Europe toute entière.

Veuillez entendre les nombreuses voix, chez vous et à l’étranger, qui ont lancé un cri d’alarme concernant la présente loi – votre conférence épiscopale et les membres des parlements de l’Europe qui se sont exprimés clairement contre cette loi.

En tant que citoyens européens concernés, nous vous écrivons pour vous inviter à ne pas signer ce projet de loi. Ce sera un défi pour vous de défendre cette décision. Nous vous prions de ne pas accepter cette loi sur l’euthanasie, la plus effrayante qui soit dans le monde entier.

Ecoutez votre conscience et soutenez votre rôle de monarque avec des principes éthiques. Montrez-vous digne du défi pour lequel vous avez été préparé tout au long de votre vie.

LA PÉTITION : SIGNEZ ICI

1...152153154155156...183
« Page Précédente  Page Suivante »
|