( 8 janvier, 2014 )

ROI LEGITIME

Vient de paraître

ROI LEGITIME BOURBONS OU ORLEANS

boutonsdelivree

Patrick GERMAIN

Peut-on renoncer à la couronne de France ? Le présent ouvrage analyse cette question dont la réponse divise le mouvement royaliste en deux courants depuis la mort du comte de Chambord.
Pour le premier dit “légitimiste”, la renonciation à ses droits dynastiques en France par Philippe V en 1712 pour conserver ses droits à la couronne d’Espagne n’est pas valable car contraire aux lois fondamentales du royaume. Pour le second dit “orléaniste”, cette renonciation solennelle, validée par les autorités de l’époque, pierre angulaire des Traités d’Utrecht, a exclu à jamais la descendance de Philippe V de ses droits en France.
Quelle perception en ont eu les contemporains ? Quels ont été les effets de cette renonciation au cours siècles suivants ? Qu’en pensaient le comte de Chambord, son entourage et les contemporains après l’échec de la restauration monarchique en 1873 ? Quelle fut la situation en 1883, à la mort du dernier Bourbon de la branche aînée ?
Les héritiers dynastiques du comte de Chambord sont-ils les princes de Bourbon d’Espagne, venant aux droits de Philippe V, en leur qualité de descendants de Louis XIV ou les princes d’Orléans,à l’extinction de la branche aînée en France, en leur qualité de descendant de Louis XIII ?
En cas de restauration aujourd’hui, la couronne serait-elle dévolue à Louis de Bourbon ou à Henri
d’Orléans ? Quel roi légitime pour la France ?

(17 cmx 24 cm) – 264 pages
prix: 19,50 € (port : + 3,50 € France / + 7 € Europe)

( 7 janvier, 2014 )

Communiqué des VEILLEURS DE METZ

 
 
Communiqué des VEILLEURS DE METZ dans communiqués visuveilleurs

Bonjour à tous,

Avec la nouvelle année 2014 commence une nouvelle édition des Veilleurs.

De grandes manifestations nationales vont rythmer ce mois de janvier.
Dans tout le pays, le combat pour la défense de nos valeurs ne va aller qu’en s’amplifiant.

Il importe, à Metz même, non seulement de maintenir la flamme entretenue, mais de la nourrir de plus belle.

Il importe de poursuivre et d’amplifier nos rassemblements.

Ils se feront avec ce que chacun de nous y apportera.

Avez-vous des textes à partager ?

Avez-vous une idée d’animation ?
Jouez-vous d’un instrument de musique ?

Je vous propose d’en faire part sur ce groupe facebook :
https://www.facebook.com/groups/veilleurs/

Ou  pour ceux qui n’aiment pas facebook, sur ce blog :
http://veilleursdemetz.blogspot.fr/

Pour l’heure notre prochain rendez-vous est fixé jeudi 30 janvier – 21h – sur la place d’armes de Metz (certains proposent d’autres lieux, comme le parc de la Seille, nous avons encore le temps d’en discuter et de l’envisager).

 
Toute l’équipe des Veilleurs de Metz vous souhaite une excellente année 2014 et vous espère très nombreux pour nos retrouvailles.
 
Moins que jamais, ON NE LÂCHE RIEN !

Florent
( 7 janvier, 2014 )

Action pénale contre le ministre des cultes pour provocation à la discrimination envers les chrétiens.

Communiqué de l’AGRIF

 

Dans sa directive de ce 6 janvier 2014 adressée aux préfets à propos de Monsieur Dieudonné, Monsieur Manuel Valls, ministre de l’Intérieur et des cultes, donne pour instruction de « susciter, proposer ou valoriser des initiatives de sensibilisation et de pédagogie préventives contre les comportements racistes, antisémites, antimusulmans ou intolérants ».

On est proprement stupéfait de constater qu’est exclue explicitement de cette directive la prévention du racisme et des actes anti-chrétiens.

Cette discrimination est aussi significative qu’intolérable en une période où les attaques contre les chrétiens ne cessent de se multiplier, et notamment à Paris où deux profanations abominables ont été récemment perpétrées dans l’église Sainte-Odile et l’église de la Madeleine. Mais manifestement Monsieur Manuel Valls n’a cure de ce que font les Femen ou le dévastateur de Sainte-Odile. Il se rend donc lui-même coupable d’une odieuse discrimination envers les chrétiens et enjoint ses préfets de discriminer de même.

Pour lui, à l’évidence, les chrétiens et leurs lieux de culte ne doivent manifestement pas être protégés à l’instar des autres communautés.

 

L’ AGRIF entend saisir la Cour de Justice de la République et a confié cette procédure à son avocat maître Jérôme Triomphe du barreau de Paris.

( 3 janvier, 2014 )

Les Russes chassent Robespierre de Saint-Pétersbourg

Publié par :  Breizh-info.com, un site à consulter

 

Alors que la République refuse toujours de reconnaître ses crimes originels pendant la Révolution, les Russes mettent fin au culte des personnalités de la Terreur. Ainsi, la commission toponymique de la ville de Saint-Pétersbourg a décidé la fin d’un héritage soviétique : le quai Robespierre, qui longe la Neva en plein centre-ville, ne s’appellera plus ainsi. Il retrouvera son nom d’avant 1923, quai de la Résurrection, du nom d’une église qui s’y trouvait au début du XVIIIe siècle. Une façon d’exorciser un lourd passé qui mine tout particulièrement ce coin du centre-ville saint-pétersbourgeois.
Depuis la fin de l’URSS, de nombreuses rues, des villes entières même, qui se sont vues attribuer le nom de leaders révolutionnaires soviétiques ou étrangers (Danton, Marat et Robespierre principalement en ce qui concerne la France) se sont vu rendre leurs noms historiques. Ainsi, Leningrad s’appelle de nouveau Saint-Pétersbourg, Nijni Novgorod, la 5e ville de Russie, ne se nomme plus Gorki (du nom de l’écrivain soviétique), tout comme Sverdlovsk est redevenu Ekaterinbourg, 4e ville de Russie et chef-lieu de la région de l’Oural.
Dans le même élan, de nombreuses églises ont été et continuent à être relevées et restaurées dans toute la Russie, où rejaillit la Foi orthodoxe après des décennies de persécutions antireligieuses. Aujourd’hui, le gouvernement russe se fait chantre des valeurs morales conservatrices, pour asseoir enfin sur des bases solides ce grand pays fragile, miné par vingt ans de chocs politiques, sociaux,  moraux, boursiers, migratoires quasi-incessants.

monument-répression

Ironie de l’Histoire, le bientôt ci-devant quai Robespierre abrite le monument qui rend hommage aux victimes de toutes les répressions politiques : ses deux sphinx de bronzes coulés en 1995 ont deux visages : face aux immeubles du quai, ceux de jeunes femmes. Ce sont des crânes en revanche qui regardent la sinistre prison des Croix sur l’autre rive – qui tient son nom de ses deux bâtiments cruciformes en briques – où au plus fort des répressions staliniennes, jusqu’à 12.000 personnes s’entassaient à vingt dans des cellules de 8m² avant d’être mises à mort ou envoyées au goulag.
Le nouveau nom du quai sera là encore un clin d’œil de l’Histoire, car il connaîtra une forme de résurrection avec le départ courant 2014 de la prison, qui déménage en banlieue. Ses bâtiments accueilleront d’autres visiteurs, volontaires cette fois : ils devraient être transformés en hôtel, fablab et ateliers d’artistes.

Louis-Benoît Greffe

Photos : Breizh-info.com

( 30 décembre, 2013 )

Les voeux du Prince

 

A notre époque dite moderne, il semble que l’être humain ait perdu  l’une de ses composantes essentielle: l’âme et le désir de  transcendance qui en est le témoignage. Soit parce que nous avons  oublié son existence, soit parce que notre mental l’a occulté.

Il est vrai qu’une dimension intérieure infinie est un espace encombrant  pour les esprits matérialistes. De fait nous évoluons dans un monde binaire, régenté par le grand ordinateur et la virtualité. L’harmonie  ne peut, dans ces conditions, donner libre cours à sa symphonie,  puisqu’elle se trouve face à un électro-encéphalogramme plat…

Confrontés aux terrifiants événements, aux drames humains qui tentent  d’effacer notre société, jusqu’à notre civilisation chrétienne, sans oublier les guerres modernes de religion en Afrique ou au Moyen  Orient et qui en font partie, alors des lumières d’espoir surgissent  et nous permettent de réagir, car aucune espérance ne peut être  définitivement perdue. Il va de notre humanité entière.

Certes il n’est pas question de revenir en arrière, de recréer de  toutes pièces un monde ancien et figé. Mais nous devons prendre  conscience de la nécessité et de l’urgence d’un véritable engagement  dans la construction du présent et de l’avenir.

C’est un appel que je me dois de lancer, afin de partager avec chacun  d’entre vous une nouvelle prise de conscience. Notre tâche sur terre  est de faire vivre les énergies Divines. Elles sont belles, Elles  sont bonnes, Elles sont justes.

Nombreux sont les Français qui l’ont compris et qui le vivent. Ils  veillent telles les sentinelles de notre âme et nous apportent  l’exemple de ce nouveau combat pacifique et non violent qui pourra enfin déplacer les montagnes avec le sourire de l’espoir.

Je souhaite, pour chacun et pour vous tous, que le chemin initiatique du sens et de la signification de la vie puisse sans cesse être  approfondi. Contre vents et marées, je suis et serai avec vous.

Bonne et heureuse année 2014.

Henri Comte de Paris Duc de France

( 27 décembre, 2013 )

LE 19 JANVIER A NANCY

Messe pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI

Dimanche 19 Janvier 2014

10 h 30

Eglise Marie-Immaculée

32 avenue du général Leclerc à Nancy

 

 

Fête des Rois de l’U.S.R.L.

Et de La LORRAINE ROYALISTE

 

 

Dimanche 19 Janvier

A partir de 12 h 15

 

 

Repas suivi de la galette traditionnelle

 

 

Restaurant « Chez Maître Marcel »

(au coin des rues Raymond Poincaré et de l’Armée Patton à Nancy)

 

 

Allocutions de

 

 

Jean-Marie CUNY

Jean-François GICQUEL

Paul LUPORSI

Philippe SCHNEIDER

 

 

Prix comprenant un apéritif, le plat principal, la galette et une boisson :

21 € par personne avec Choucroute comme plat principal (option 1)

22 € par personne avec blanquette de veau à l’ancienne (option 2)

10 € pour les enfants (saucisses, pommes de terre rôties, galette, une boisson)

 

Inscrivez-vous dès maintenant en renvoyant le coupon ci-dessous à La Lorraine Royaliste, 22 rue Victor Hugo, 54000, Nancy ou par courriel à lalorraineroyaliste@yahoo.fr ou téléphonez au 06 19 19 10 69.

Inscription impérativement pour le 13 Janvier au plus tard.

________________________________________________________________________________________________

 

M. Mme Mlle ……………………………………………………………….

Adresse : ……………………………………………………………………

Téléphone : ………………………………….. Courriel : ……………………………..

S’inscrit au repas du 19 Janvier (………. Personnes dont ….. option 1 et …… option 2 et …. Enfants et verse la somme de …….. € (chèque au nom de la L.R.)

(Si aucun choix n’est indiqué, il vous sera servi une choucroute)

 

Ne peut venir mais verse …….. € en don à La Lorraine Royaliste

( 27 décembre, 2013 )

Carrefour Royal – 18 janvier 2014

 

SAMEDI 18 JANVIER 2014

 De 14h à 19h, deux tables-rondes et un meeting d’AF

le samedi 18 janvier 2014, de 14h à 19 h, à la Maison des Mines, 270, rue Saint-Jacques, Paris 5ème (RER : Port Royal)

7 € au tarif normal et 3 € pour les étudiants et lycéens

 A partir de 20h, Banquet d’AF en plein cœur de Paris (25€ au tarif normal et 20€ pour les étudiants et lycéens)

Reservation obligatoire : 06 88 97 00 40

communication@actionfrancaise.net

A l’ordre du CRAF, à adresser au CRAF, 10 rue Croix des Petits Champs, 75001 paris

DIMANCHE 19 JANVIER 2014

 De 14h à 18h, Marche pour la Vie (action surprise dans l’esprit de la manif. !)

 De 18h45 à 20h, Cortège aux flambeaux d’hommage à Louis XVI, de l’église de la Madeleine à la Chapelle Expiatoire.

( 24 décembre, 2013 )

Paranoïa républicaine

 

Tiré du blog à suivre journellement de Jean-Philippe CHAUVIN

 

Quelque part dans l’est de la France, en Moselle, loin de la Bretagne, des employés d’une entreprise internationale, consortium de sociétés et d’actionnaires européens, décident de prendre une photo de groupe pour fêter Noël : coiffés de bonnets rouges jusque là signe de reconnaissance du Père Noël, ils sourient à l’objectif quand des camionnettes de gendarmerie surgissent… Prévenus par un appel courageusement anonyme, la gendarmerie intervient pour disperser ce qui a tout l’air, selon elle, d’un attroupement séditieux : les bonnets rouges, désormais, font peur à une République qui, depuis plusieurs mois, ne sait pas toujours comment réagir à ce mouvement apparemment surgi de nulle part, comme le retour d’une vieille colère qui a longtemps cheminée dans les esprits.

 

Pourtant, ce n’était là, bien loin des terres d’Armorique, qu’une pause festive dans le travail : les employés sont ceux de l’entreprise… Ecomouv’, celle-là même qui est chargée de percevoir cette fameuse écotaxe aujourd’hui suspendue et qui, désormais, attend des jours meilleurs pour poursuivre ses activités ! Ironie du sort…

 

Le plus frappant et, disons-le, le plus inquiétant dans cette affaire mineure (je parle évidemment de la photo de groupe…), c’est la réaction de l’officier de gendarmerie dépêché sur les lieux : « Ils n’ont pas réfléchi », a-t-il déclaré en parlant des salariés de l’entreprise… Et d’ajouter que ces employés auraient dû prévenir les autorités de leur initiative, de cette photo de groupe ! Ainsi, désormais, à suivre le raisonnement de cet officier, tout attroupement de quelques dizaines de personnes peut être assimilé à une manifestation, sans doute forcément factieuse… Le quotidien Ouest-France voyait dans cette anecdote l’équivalent « d’une tirade du Père Ubu, d’une nouvelle d’Alphonse Allais ou d’un sketch radiophonique de Pierre Dac et Francis Blanche » : j’y vois, quant à moi, la preuve d’une forme de paranoïa de l’Etat républicain qui croient voir des bonnets rouges partout, comme dans un mauvais cauchemar populiste… Faudra-t-il, demain, demander une autorisation à la préfecture, à la gendarmerie ou à la mairie, pour chaque photo de groupe, déplacement scolaire ou visite groupée des rues d’une ville ? Va-t-on étendre le principe de précaution à la moindre circulation ou station de plus de trois personnes sur la voie publique ? Certains penseront que j’exagère : j’aimerais aussi le penser, mais je ne suis pas sûr d’exagérer, malheureusement…

« Tant vaut l’Etat, tant vaut sa raison » disait Maurras. Il semble bien que, à défaut de bonnet rouge pour la couvrir (pourtant, le bonnet phrygien y ressemble bien un peu…), la République n’ait plus toute sa tête, comme elle ôtait, jadis, celle de ceux qui la critiquaient…

En tout cas, la paranoïa républicaine n’est pas un très bon signe pour les citoyens, surtout à l’heure des réglementations de plus en plus orwelliennes de l’administration et de la surveillance de la Cité, en particulier par caméras et réseaux électroniques interposés… Nous pourrons néanmoins toujours y répondre par la fameuse citation du même Maurras précédemment évoqué : « Les libertés ne s’octroient pas, elles se prennent »… Et on ne va pas se gêner, bien sûr !

Jean-Philippe CHAUVIN

( 23 décembre, 2013 )

Nouvelle profanation des Femen

 Communiqué de l’AGRIF
 

Nouvelle profanation des Femen

 

 

 À l’approche des fêtes de Noël, l’hystérie anti-chrétienne, qui se développe constamment en France (mais pas seulement), va crescendo. On assiste à une véritable compétition dans l’abjection. Ainsi une discothèque de Bellegarde-en-Forez a-t-elle fait sa promotion par la diffusion d’une vidéo consistant en une abominable parodie de la Nativité frappée de l’inscription « Sodomize me ».

Par ailleurs, le groupe des Femen, qui a été si encouragé par la gauche culturelle et que l’AGRIF poursuit pour ses agressions contre des chrétiens, vient de se livrer encore à la profanation d’une obscénité extrême à l’intérieur de l’église de la Madeleine.

Le curé de cette église porte plainte avec raison. De son côté, l’AGRIF engage une nouvelle plainte contre les Femen pour injures aux chrétiens.

D’autre part, l’AGRIF, dont la pétition exigeant la dissolution des Femen a recueilli plusieurs milliers de signatures, demande à cette fin une audience au Ministre de l’Intérieur.

 

Bernard Antony

( 23 décembre, 2013 )

LE GROS MENSONGE DE MENDELA

Communiqué de « L’AFRIQUE REELLE »

Un communiqué du SACP (South African Communist Party) en date du 6 décembre 2013 nous apprend officiellement ce dont l’on se doutait, mais qui n’avait jamais été réellement établi, à savoir que le « camarade Nelson Mandela » était un haut dirigeant communiste puisqu’il « (…) ne faisait pas seulement partie du SACP, mais également de son Comité central ». 

Pourquoi a-t-il toujours démenti, tant oralement que par écrit, avoir été membre du SACP ? Pourquoi donc a-t-il menti ?

 

Un retour en arrière s’impose. En 1960, quand Nelson Mandela fut nommé-coopté au Comité central du SACP, le monde était en pleine « guerre froide » et les soviétiques avaient décidé de menacer la route du Cap, vitale pour ce qui était alors l’ « Occident », en déstabilisant le pays qui en était le gardien, à savoir l’Afrique du Sud. Pour l’URSS, la lutte contre l’apartheid fut le moyen de populariser cette stratégie en lui donnant un « habillage » moral. La mission que le KGB confia alors à Nelson Mandela, fut de prendre le contrôle de l’ANC au profit du SACP en évinçant la vieille garde réformiste et non-violente qui le contrôlait, afin de lui faire adopter  la lutte armée.

 

Aidé par Yossef Mashel Slovo, dit Joe Slovo, un officier supérieur du KGB, Nelson Mandela s’acquitta parfaitement de ces deux missions. Il réussit ainsi à imposer la création de l’Umkhonto we Sizwe, l’aile militaire et terroriste de l’ANC dont il fut le premier chef. Il transforma également l’ANC en une simple courroie de transmission du SACP. En 1989, sur les 30 membres de son comité directeur, quatre ou cinq revendiquaient ainsi officiellement leur appartenance au SACP cependant que plus d’une vingtaine étaient des membres clandestins du parti ayant reçu l’ordre de cacher leur appartenance afin de ne pas effaroucher les « compagnons de route » et les « idiots utiles ». 

 

Le SACP a donc brisé un secret jusque là bien gardé et cela, au risque d’écorner le mythe Mandela. Pourquoi ?

La réponse est d’une grande simplicité : le SACP est politiquement en perdition car il est perçu par les Noirs comme un parti archaïque « blanc » et « indien ». Or, depuis 1994, la vie politique sud-africaine repose sur un partage du pouvoir, donc des postes et des prébendes, entre l’ANC, le syndicat Cosatu et le SACP. Il s’agit de l’Alliance tripartite. Cette rente de situation est aujourd’hui fortement contestée par de nouvelles forces politiques noires demandant que les « dépouilles opimes » étatiques soient repartagées à la lumière de la véritable représentativité des uns et des autres. Afin de tenter de conserver sa place au sein de l’Alliance tripartite, le SACP à bout de souffle a donc révélé que le « grand homme » était un de ses dirigeants…

Ce misérable calcul boutiquier aura du moins un grand avantage car il permettra peut-être d’ouvrir les yeux à ceux qui pleurent un Nelson Mandela pacificateur-rédempteur alors qu’il était en réalité un agent du KGB, une « taupe communiste » dans le vocabulaire de la « guerre froide »…

Je souhaite donc un  bon réveil après l’hypnose à ceux qui ont cru voir en lui le messie d’une nouvelle religion universelle[1].


Bernard Lugan
21/12/13


[1] Cette question sera développée dans le numéro de janvier 2014 de l’Afrique réelle que les abonnés à jour d’abonnement recevront vers le 5 janvier.  Pour en savoir plus : bernardlugan.blogspot.com  

1...147148149150151...171
« Page Précédente  Page Suivante »
|