( 11 novembre, 2013 )

mise en garde

Certaines publicités apparaissent sur notre blog. N’en tenez pas compte. Nous y sommes pour rien. Nous essayons de remedier à ce problème.

 

Philippe SCHNEIDER

( 11 novembre, 2013 )

Communiqué : Les militants d’AF en garde à vue.

lundi 11 novembre 2013 , par Garde Suisse

11 novembre, dans la matinée le président normal, qui confond d’ordinaire les deux guerres mondiales, s’était rendu place de l’Etoile pour un hommage aux morts de la grande guerre. Si le soldat inconnu est resté muet, les Parisiens présents bien vivants quant à eux ont conspué ce chef d’État qui n’aime pas la France, ni les Français.

 

70 interpellations dont une vingtaine de militants d’AF.

Les forces de l’ordre n’ont pas fait le détail et ont chargé la foule. De jeunes Français parmi lesquels des militants d’Action française, se sont interposés entre les manifestants et la police républicaine. Bilan : soixante dix interpellations dont une vingtaine de notre mouvement.

Nous appelons les patriotes français à réagir dès ce soir à 19 heures devant la plaque des étudiants du 11 novembre 1940 en haut des Champs-Élysées. Comme en 1940, pour le salut de la patrie, entrons en résistance, soyons solidaires de nos camarades.

Olivier Perceval, Secrétaire Général de l’Action française

( 11 novembre, 2013 )

Le duc et la duchesse de Vendôme à Notre-Dame de Paris, pour la Saint Hubert

dimanche, 10 novembre 2013

Quand les descendants de nos rois prennent part à une célébration ou manifestation publique, leur présence est nécessairement chargée de sens.

Ainsi de la cérémonie que nous évoquons ici, organisée dans le cadre du Jubilé des 850 ans de Notre-Dame de Paris et pour célébrer la Saint Hubert, patron des chasseurs depuis plus d’un millénaire. Fidélité à nos racines et modernité de la Tradition !  

610x.jpg

Dans le cadre du Jubilé des 850 ans de la construction de Notre Dame de Paris, la Fondation pour le rayonnement de la Trompe musicale a célèbré la Saint Hubert le dimanche 3 novembre dernier. Le duc et la duchesse de Vendôme ont assisté au premier rang à cette cérémonie, presidée par Mgr André-Joseph Leonard, Archevêque de Maline-Bruxelles et primat de Belgique. On notait aussi la présence de M. Louis Giscard d’Estaing.

A l’occasion de cette fête, les proprietaires de chien se sont pressés nombreux dans l’édifice religieux en compagnie de leurs bêtes. A l’issue de la messe, le doyen de Saint Hubert a procédé à la bénédiction des animaux sur le parvis de la basilique.

( 8 novembre, 2013 )

Avortement : aveuglement. Un débat est-il possible aujourd’hui en France ?

 

Communiqué de la Fondation Lejeune :

« Un rapport sur l’avortement vient d’être rendu public ce matin. Ce document conduit à banaliser cet acte et à négliger des données importantes. En tant qu’institution médicale et scientifique la Fondation Jérôme Lejeune s’interroge sur la présentation de l’avortement dans ce rapport et considère comme un préalable méthodologique nécessaire de rappeler sa nature et ses conséquences. Qu’on le veuille ou non, la réalité de l’avortement consiste à tuer un être humain avant sa naissance. La nature de cet acte emporte des conséquences qui ne peuvent être passées sous silence :

1) Le respect de la vie de l’être humain est une valeur qui est antérieure à la loi. Ce n’est pas parce que l’avortement a été dépénalisé dans certains cas que cet acte peut être érigé en droit. Au nom de quoi le non respect du principe de protection de l’être humain quitterait le régime d’exception ?

2) L’avortement concerne les femmes mais aussi les hommes. Il n’y a aucune raison de ne pas tenir compte de leurs points de vue, de leurs souffrances, de leurs désirs.

3) La question de la culpabilisation est à mettre en rapport avec les deux points précédents. L’avortement met à la charge de la femme seule un acte qui restera un acte lourdement transgressif. En nier les conséquences psychiques et somatiques n’est pas le résultat d’une observation scientifique.

4) L’objection de conscience ne peut pas disparaître pour une raison simple : il ne peut être imposé à un professionnel, dont la mission est orientée vers la sauvegarde de la vie et de la santé, de poser ou de contribuer à un tel acte. L’avortement n’est pas un acte médical. La question est plutôt de savoir s’il faut continuer à imposer au monde médical une pratique qui n’est pas de son ressort.

5) Enfin l’avortement n’est jamais la seule solution pour les femmes qui sont enceintes mais ne souhaitent pas ou envisagent avec difficulté d’élever l’enfant qu’elles attendent.

C’est pourquoi la Fondation Jérôme Lejeune demande aux responsables politiques de rendre possible un débat sur l’avortement. Pour cela elle leur demande de situer l’enjeu sur un terrain où l’échange d’arguments rationnels soit possible et l’approche idéologique abandonnée. L’enjeu le mérite car se jouent là également la recherche du bien commun et le respect de la norme morale élémentaire présente au cœur de chacun (ne pas tuer, ne pas mentir, ne pas voler). »

( 7 novembre, 2013 )

220 000 avortements par an et cela ne leur suffit encore pas !

Communiqué de Choisir la vie :

« L’association CHOISIR LA VIE s’indigne et se scandalise après la remise du rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes sur l’avortement.

Après les attaques incessantes à l’enfant à naître telle que la promotion de l’avortement sur le nouveau site gouvernemental lancé par Najat Vallaud Belkacem il y a quelques semaines, destiné à contrer l’information véritablement juste et exhaustive des sites pro-vie sur la réalité et les conséquences de l’avortement, ce rapport est une déferlante d’atteintes massives à l’enfant à naître.

Ainsi, ce rapport entend :

- supprimer  purement et simplement du Code de la santé publique la mention explicite de la clause de conscience pour les médecins et les professionnels de santé.

- imposer la pratique de l’IVG à tous les établissements disposant d’un service de gynécologie et/ou de chirurgie

- imposer à  tous les établissements la pratique de l’IVG et ce jusqu’à 12 semaines de grossesse »

- élargir la pratique de l’IVG par aspiration sous anesthésie locale aux centres de santé,  centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF), et aux maisons médicales pluridisciplinaires.

Face à la détermination gouvernementale à supprimer toujours davantage de vies naissantes au travers de l’avortement, il est plus que jamais impérieux de montrer notre détermination  à promouvoir le respect de la vie et à exiger l’abrogation des lois sur l’avortement.

La Marche pour la Vie du 19 janvier 2014 à Paris sera l’occasion de dénoncer  ces atteintes incessantes à l’enfant  à naître et de  remettre le respect dû à l’embryon à l’ordre du jour des préoccupations de nos concitoyens.

Soyons nombreux  à faire entendre nos voix : l’IVG , ça suffit ! »

On ne le dira jamais assez : « l’IVG » est un assassinat, assassinat d’un petit enfant qui ne peut pas se défendre. C’est la pire des lâchetés que ce meurtre des innoncents et ceux qui s’en rendent coupable et nous pensons tout particulièrement aux politiques qui l’encouragent et aux médecins plus qu’aux femmes souvent elles aussi victimes, devront en répondre…

( 7 novembre, 2013 )

Au sujet de la « Virée de Galerne »

 

Un lecteur de notre « Blog » nous écrit :

Toujours pour les 220 ans de la Virée de Galerne vient d’être réédité un roman historique, « L’Enragé », de Fortuné du Boisgobey, avec pour cadre l’épisode dramatique de l’attaque de Granville par les Vendéens, le 14 décembre 1793. http://www.pascalgalodeediteurs.com/pge_288_romans-historiques_enrage-tome-1__9782355932694.html

( 7 novembre, 2013 )

L’exigence de vérité sur le racisme réel et le refus de l’idéologie raciste métissolâtrique

Communiqué de Bernard ANTONY, Président de l’AGRIF
 
L'exigence de vérité sur le racisme réel et le refus de l'idéologie raciste métissolâtrique

 

Dans trop de médias et plus particulièrement dans les chroniques du matin de France-Inter, on ne cesse de distiller simultanément la désinformation d’une progression du racisme français en France et de l’inéluctable nécessité d’encourager une société toujours plus métissée.

Pour preuve de la montée du racisme, on y met en exergue, on y répète, on y martèle force indignation sur quelques propos malheureux, souvent déformés, souvent amplifiés, isolés de leur contexte.

Mais, sauf grosses affaires non étouffables, on y occulte quasi totalement les centaines d’actes et délits anti-français ou anti-chrétiens et aussi la réalité d’un racisme anti-blanc hélas de plus en plus développé et indéniable.

De même, toute opposition à l’idéologie politico-religieuse islamique, qui ne relève évidemment pas d’un quelconque racisme mais de la critique ou du refus de l’avancée d’un parfait totalitarisme, est malhonnêtement taxée d’une irrémédiable tare psychiatrique : « l’islamophobie ». Et ce, logiquement, pour imposer une unanimité dans cette « islamophilie » annonciatrice d’un grand élan vers la conversion ou la dhimmitude.

L’AGRIF, qui réunit des Français de toutes origines, et notamment des chrétiens issus des peuples d’Afrique ou d’Asie mais aussi des convertis venus de l’islam, dénonce ces manipulations frauduleuses de l’opinion.

Regroupant donc des Français issus de diverses races, elle dénonce avec autant de fermeté l’idéologie de l’immigrationnisme et du métissage obligatoirement généralisé, étatiquement et totalitairement encouragé.

C’est là le fait d’un authentique racisme à rebours puisque fondé sur une haineuse aversion nihiliste de la belle diversité ethnique et raciale de l‘humanité résultant des cheminements de l’évolution ou de la Providence.

Avec les lois de la culture de mort et de la désintégration sociale, c’est là encore l’expression du déni d’humanité constitutif de l’amplification de ce « racisme anti-humain » observé et dénoncé par la seule organisation de lutte contre le racisme qui ne pratique pas un antiracisme à géométrie variable : l’AGRIF.

 

Bernard Antony

( 7 novembre, 2013 )

LE NUMERO DE NOVEMBRE 2013 « DE POLITIQUE MAGAZINE » EST PARU

LE NUMERO DE NOVEMBRE 2013  

Numéro de novembre (123) - à la Une : L’Etat éducateur  

               dans presse

Chaque année, classements et témoignages confirment la lente dégradation du niveau scolaire, malgré les moyens considérables alloués par la puissance publique. Notre système d’enseignement vit une crise aussi préoccupante que banalement connue : public massif et hétérogène, pédagogie délétère, diplômes dévalués, incurie liée aux intérêts catégoriels, établissements ingérables.

Après plus de quarante ans d’échec, l’Etat doit-il encore s’occuper de l’éducation?

Politique magazine consacre plus de 16 pages à cette question au cœur du grand malaise français. Des rouages grippés de l’institution au succès de l’école libre, des illusions pédagogistes aux contradictions républicaines, de l’analyse d’une idéologie dans l’impasse aux réponses politiques qu’il est urgent d’apporter.

Parce que l’école doit instruire et non pas éduquer les enfants à la place de leurs parents, pour diriger leurs consciences et les mettre sous influence étatique.

> « Entrer en dissidence » : lire l’entretien avec Chantal Delsol, philosophe

> Voir le sommaire

 

> Commander ce numéro au prix spécial de 5€ au lieu de 7€

 

( 5 novembre, 2013 )

L’horloge de la cathédrale génait la prière des islamistes !…

 Tiré du blog « LA FAUTE A ROUSSEAU »

lyon horloge cathedrale.jpgUn lecteur nous rappelle un fait que nous n’avons pas évoqué, ici (nul n’est parfait, ni complet !…) : le samedi 23 mars derneir, vers 18 h 30, muni d’une barre de fer, un jeune iranien de 28 ans a fracassé l’horloge du XIVème siècle de la cathédrale Saint- Jean à Lyon.

Donnant de violents coups dans cette horloge astronomique, il a brisé plusieurs parties de l’œuvre d’art, qui ne fonctionnait plus le dimanche…

La raison ?

L’horloge « empêcherait les croyants musulmans de se concentrer sur leur prière. »
Le délinquant a été placé en garde à vue et, évidemment, remis en liberté.

Ben…voyons…

Imaginons la réaction des autorités politiques Françaises si un chrétien avait commis un acte équivalent dans une Mosquée, une Synagogue, un temple boudhiste ou… au siège d’Act’Up !

Pour quelques infos :  http://rhone-alpes.france3.fr/2013/03/25/lyon-l-horloge-de-la-cathedrale-saint-jean-degradee-222533.html

L’immigration est vraiment une chance pour la France !…

 
( 5 novembre, 2013 )

Hommage à Gérard de Villiers, ami de l’Action française

Hommage à Gérard de Villiers, ami de l’Action française dans actualités arton6605

Article tiré du site de l’Action Française

À travers ses romans, l’auteur des SAS développait des analyses géopolitiques. GÉRARD de Villiers s’est éteint la veille de la Toussaint. Il avait lui-même prévu l’annonce de sa propre mort, comme s’il s’agissait de l’un de ses héros…

 

Provocateur en public, mais d’une très grande courtoisie en privé, doué d’humour et de répartie, il fut plus qu’un romancier : un investigateur, fin analyste des situations et des personnages qu’il rencontrait, révélateur avant-gardiste d’événements géopolitiques. Passionné par les cultures et les civilisations, il sillonnait le globe en quête d’aventures, de conflits et d’intrigues.

Ses romans sont le fruit d’une imagination débordante et de fantasmes érotiques, mais également d’enquêtes qu’il réalisait sur le terrain, où il s’imprégnait des us et des coutumes locaux, de la psychologie des personnes qu’il rencontrait… Il analysait en profondeur les contextes politiques, avec le sens du détail, ce qui lui permettait d’anticiper certains événements. Cela alimentait les rumeurs à son sujet : certains ont fait de lui un agent des services secrets. A-t-il fait partie du SDEC (prédécesseur de la DGSE) ou lui a-t-il fourni des informations  ? Il laissait planer le doute à ce propos.

Mais une chose est sûre, il était une référence pour les experts de géopolitique. « L’élite française prétend ne pas le lire, mais ils le lisent tous  », souligna Hubert Vedrine.

Il y a une décennie, je l’ai rencontré avec un personnage qui a failli inspirer l’un de ses romans : Bob Denard. J’ai écouté leurs longues conversations, passionnantes et passionnées, m’évadant dans leurs aventures et leurs rêves… Plus tard, il m’a révélé sa passion pour le Liban qui aura inspiré une grande partie de ses romans. C’était l’occasion pour moi de comprendre, à travers ses aventures, pourquoi le pays du Cèdre avait été mis en feu. Il y était pendant la guerre, où il s’était rendu sur les champs de bataille auprès des différentes milices. L’ancien président libanais Amine Gemayel, fidèle lecteur de ses romans, avait une grande admiration pour son courage : « il ne craint ni les bombardements, ni la menace d’un enlèvement », me disait-il à son sujet. Son dernier périple en Afghanistan en témoigne.

Un romancier ami de l’Action française

Défenseur des identités nationales, Gérard de Villiers était un grand patriote, admirateur de Charles Maurras et de l’Action française. « De la même manière où je n’imagine pas les Afghans habillés en blue-jeans, buvant de la bière dans leur pays avec des cathédrales dans chaque ville et des églises dans chaque quartier, je n’imagine pas les Françaises voilées de la tête au pied et nos églises transformées en mosquées », m’a-t-il confié. En janvier dernier, il avait accepté notre invitation pour participer à un colloque sur la politique étrangère de la France. Il comptait intervenir au sujet de la Syrie, à laquelel était consacré son dernier roman, Sur le chemin de Damas. Mais, le matin du 19 janvier, Paris était recouvert de neige… Mon téléphone portable avait vibré dans ma poche alors que notre réunion prenait fin. C’était Gérard de Villiers en ligne : «  Je suis navré », me disait- il. « Explique la situation à tes amis. À l’Action française, les gens sont intelligents. Ils comprendront. Tu n’as qu’à organiser une nouvelle manifestation quand il fera beau. » Malheureusement, il ne sera plus parmi nous pour nous confier son message. Reposez en paix, Gérard de Villiers.

Élie Hatem

1...126127128129130...147
« Page Précédente  Page Suivante »
|