( 4 mai, 2018 )

Mettre en échec les maladies de l’intelligence

 

lu sur le site « princejeandefrance »

 

À l’occasion de mon dernier billet j’évoquais l’Institut Lejeune au conseil duquel je siège désormais. Ce paragraphe a suscité quelques réactions. Je voudrais évoquer ici le travail de cet institut scientifique du point de vue factuel pour éviter d’entrer dans des considérations qui nous cantonnent aux lieux communs.

Comme je le disais rapidement la semaine dernière, l’objet de l’Institut est le travail sur la trisomie 21 et les autres déficiences intellectuelles d’origine génétique. Je souligne ici que l’Institut est le premier centre spécialisé de ce type en Europe. Ce travail repose sur trois piliers : la consultation, la recherche et la formation.
La consultation, tout d’abord, pour venir en aide aux familles dont les enfants ont la trisomie 21 et qui souhaitent avoir un suivi médical de leur enfant. Aujourd’hui ce sont plus de 9000 patients qui sont suivis régulièrement par l‘Institut et cette année celui-ci devrait pouvoir prendre quelques 500 patients supplémentaires.
La recherche, ensuite, pour mettre en échec les maladies de l’intelligence avec la mise en place de programmes propres, mais aussi de programmes croisés avec des travaux qui se font sur d’autres maladies comme l’Alzheimer, l’apnée du sommeil ou encore le cancer du sein.
La formation, enfin, avec des modules propres mais aussi des conférences et colloques, pour apporter une base scientifique, tout d’abord à ceux qui se forment pour devenir médecins, mais aussi aux politiques et membres de la société civile.

Mettre en échec les maladies de l’intelligence dans Princes cleardot
Vous savez l’attachement que j’avais pour mon frère François décédé récemment et que j’ai pour ma soeur Blanche, touchés tous les deux dans leur intelligence par le handicap. J’ai estimé que  travailler avec l’Institut Jérôme Lejeune en était une suite logique. Si vous souhaitez en savoir davantage, vous pouvez consulter le site de l’Institut : www.institutlejeune.org
Dreux, le 1er mai 2018
Jean de France Duc de Vendôme
( 23 avril, 2018 )

Plusieurs événements et activités ont occupé notre agenda autour de Pâques

 

Lu sur le site « princejeandefrance »

 

J’ai suis allé rencontrer le 4ème Régiment de Chasseurs, dont je suis le parrain, dans ses quartiers de l’est parisien alors qu’il était déployé pour l’opération Sentinelle. Puis des membres de l’association ANORABC, qui regroupe les anciens officiers de cavalerie passés à Saumur, sont venus nous rendre visite à Dreux à l’occasion de leur sortie annuelle.

Cette visite a été suivie par celle d’une centaine d’élèves du Lycée Paul et Marie Curie de Dreux, dans le cadre du programme « La Nation en Partage » mené par la ville. Ces visites sont le cœur de l’action que nous menons au sein de Gens de France dont l’objet est de faire connaître l’histoire de France par la découverte de hauts lieux de notre patrimoine.

Puis nous sommes partis pour Vienne où nous avons passé les fêtes de Pâques en famille. L’occasion de souffler un peu et de recharger les accus après un hiver difficile. Ce pays nous aide à mieux comprendre l’esprit de l’Europe centrale telle qu’il a été façonné par les Habsbourg et qui est encore manifeste.

Je suis ensuite rentré à Paris pour assister à mon premier conseil d’administration de l’Institut Jérôme Lejeune. Cet institut scientifique travaille sur la trisomie 21 par la recherche, la consultation et la formation. Philomena et les enfants m’ont ensuite rejoint pour les Naturalies qui avaient lieu en fin de semaine dernière. Cette manifestation a de nouveau attiré quelques 15 000 personnes sur deux jours.

L’occasion d’évoquer la présence des frelons asiatiques à Dreux et des moyens à mettre en place pour piéger les reines. Elles survivent à l’hiver et sortent ensuite pour se nourrir à partir de février jusqu’à fin avril. Pour les piéger, il faut couper une bouteille de plastique en deux, retourner la partie haute et l’imbriquer dans la partie basse, y mettre ensuite un mélange de bière brune, de vin blanc (pour repousser les abeilles) et de sirop de cassis.

 

Domaine Royal, le 17 avril 2018
Jean de France, Duc de Vendôme

( 19 avril, 2018 )

Monseigneur le comte de Paris: Nous sommes en guerre. Vous ne pouvez pas l’ignorer

 

 

Monseigneur le comte de Paris: Nous sommes en guerre. Vous ne pouvez pas l’ignorer dans Princes monseigneur

 

Depuis presque quarante ans la France subit une invasion rampante sous couvert de regroupement familial ou de « droit au sol » . Actuellement le mondialisme exige de nos démocraties, devenues par ce fait dictatoriales, que nous acceptions le grand remplacement. Ainsi l’invasion devient une réalité extrêmement dangereuse, mortifère pour la France, mais également pour l’Europe.

 

Pour tenter de comprendre comment nous sommes parvenus à ce stade, il est nécessaire d’avoir une vue stratégique globale des tensions et des appétits  des puissants de ce monde. De même il est intéressant de prendre conscience que l’économie mondiale a construit sa force sur les énergies fossiles: le charbon et le pétrole. Quant à l’énergie atomique elle n’en est, peut-être, qu’à ses débuts.

 

Or l’énergie pétrolière est détenue dans sa grande majorité par le monde Arabe, puis par les USA et la Russie. Il devenait donc impératif pour l’Occident de déstabiliser le Grand Maghreb puis l’Irak et la Syrie et par ricochet la Sainte Russie en inventant d’hypothétiques armes de destruction massives. L’axe du « bien » ne pouvait admettre la dictature chez autrui. En leurs temps les dirigeants occidentaux avaient eu soin de demander caution à l’O.N.U. qui avait réagi conformément à leur vœux, pour passer à l’attaque. Ces jours-ci le « Nabot »  n’a rien demandé au « Machin », et la guerre qui s’est re-déclenchée porte déjà ses dommages collatéraux sur notre sol, émeutes, saccages et manipulations médiatiques de l’opinion publique .

 

Je ne cherche pas à ajouter de la peur à votre peur, mais à vous faire prendre conscience que nous, Françaises et Français, possédons un trésor fabuleux que l’on tente de détruire par tous les moyens. C’est notre terre de France, c’est notre civilisation et notre identité, nos coutumes et nos valeurs ancestrales, tout ce qui faisait de la France une terre bénie des dieux… Cette France a été durant des siècles notre mère nourricière, car les Agriculteurs, les Artisans et les Artistes sont et demeurent un trésor magnifique, ils font vivre le Beau le Bon et le Juste. Je me battrai pour vous, de même que pour ces Ouvriers de France qui ont su créer avec les ingénieurs ces belles entreprises si réelles et nécessaires à notre pays. Ne les vendons pas à l’encan.

 

Si la colère gronde en moi, comme dans vos cœurs, c’est  que nos dirigeants faisant fi des lois de notre pays se prennent pour des Bonaparte de pacotille et outrepassent même le droit international, bombardant sans préavis, illégalement, un pays qui avait gagnée la guerre  contre le terrorisme. C’est aussi criminel que d’avoir déclenché le « Printemps Arabe » semant la chaos en Afrique et au Moyen-Orient… et la haine pour résultat.

 

Pour ceux qui aiment et ont étudié l’Histoire, on sait que la Russie ne permettra jamais que l’on touche à l’Iran et à la Syrie, leurs alliés depuis des  temps, ni qu’on la prive de son berceau historique: Kiev qui reviendra un jour dans leur giron!!!

 

La Princesse Micaela et moi avons toujours été reçus avec grands égards en Iran, Syrie, Irak, Égypte, Tunisie et encore récemment au Maroc. Tous connaissent l’Histoire de France et nos liens d’amitié ancestrale, mieux que les politiciens de France. Nous ne sommes plus au temps d’Obélix et d’Astérix…On ne règle plus les problèmes à coups de baffes, mais autour d’une table pour ajuster diplomatiquement des différents par des compromis.

 

Mais, si la vanité de Monsieur « je sais tout » et « je fais tout » l’emporte sur l’écoute des autres, sur l’honneur ou la fidélité aux valeurs de notre civilisation alors …. « Pleurs au Pays Bien-Aimé »

 

 

blason-de-la-famille-de-france2 dans Princes

Monseigneur le comte de Paris, de jure Henri VII de France

www.leblogducomtedeparis.fr

( 2 avril, 2018 )

Le message Pascal de Monseigneur le prince Jean de France

 

Message du 31 Mars 2018

 

« Les vigiles pascales sont sur le point de commencer… Je souhaite de très belles fêtes de Pâques à tous les français. Croyants ou non, nous pouvons tous nous laisser toucher par l’Espérance promise par le Christ ressuscité !

Je pense à tous ceux qui souffrent de l’oppression en France comme dans le monde. Et en particulier ce soir aux chrétiens de Mossoul qui fêtent Pâques pour la première fois dans leur cathédrale détruite. Ne les oublions pas. »

 

Le message Pascal de Monseigneur le prince Jean de France dans Princes signature-site-PJ

 

Publié dans Princes par
Commentaires fermés
( 28 mars, 2018 )

À contre-courant

 

Lu sur le blog « princejeandefrance »

 

 

J’ai très mal dormi la nuit dernière. La sortie d’un hiver fatiguant, long et difficile, peut être ! De nombreuses images, réflexions me remplissaient la tête :

- Le débat préalable à une loi bioéthique dont l’issue semble prévue d’avance, l’humain étant devenu la dernière marchandise à la mode (cf. la lettre de la Fondation Lejeune de mars 2018) ;
- Une vidéo flippante où Jacques Attali prédit à notre humanité un avenir accaparé par les puissants et aux libertés réduites ;
- Une réflexion de Philippe de Villiers expliquant comment aujourd’hui cette vison ultra libérale rejoint la vision d’un monde totalitaire, les deux trouvant leurs origines dans la philosophie des lumières ;
- Une vision erronée dont s’accommode très bien l’Islam conquérant sous les différentes formes qu’il prend aujourd’hui dans notre pays ;
- L’envahissement de l’une de nos nécropoles avec l’approbation des défenseurs de cette pensée unique révolutionnaire ;
- Des princes qui plutôt que de défendre le faible joignent leur voix à cette fausse modernité et s’éloignent de leur vocation ;
- Des réseaux alternatifs qui, plutôt que de prendre du recul, rajoutent une couche sur toutes nos misères.

Que nous reste-t-il, me direz vous ? J’entends déjà mes adversaires : vos yeux pour pleurer ! Ce n’est pas ma nature. Il faut du courage aujourd’hui pour protéger la veuve et l’orphelin, pour défendre l’être, le beau, le bien, le vrai, la vie, la famille, l’éducation, le travail. Heureusement, il y a ces modèles de courage, comme notre gendarme de Carcassonne. Leurs hauts-faits nous inspirent, à notre échelle, ces petits gestes qui changent la vie et qui rendent notre monde meilleur, car ne s’agit-il pas de cela ? Car il n’est pas seul, notre héros. Sans ces petits gestes que notre monde serait laid ! Ils rehaussent, civilisent, car ne s’agit-il pas de cela ? À contre courant, il est là notre chemin, notre combat. Allons-y tout joyeux.

Domaine Royal de Dreux, les Rameaux
Jean de France, Duc de Vendôme

( 26 mars, 2018 )

Message du prince Jean de France suite à l’attentat de Trèbes

 

 

« Honneur au lieutenant-colonel Beltrame pour son acte de bravoure et à tous ceux qui défendent notre pays ! Aujourd’hui mes prières sont pour les victimes de l’attentat de Trèbes, pour leurs familles et pour la France éprouvée »

Message du prince Jean de France suite à l’attentat de Trèbes dans Princes armes-du-dauphin-de-france

Mgr le prince Jean de France, duc de Vendôme

23 Mars 2018

( 26 mars, 2018 )

Penser global, agir local

 

lu sur le blog « princejeandefrance »

 

 

Affiche

Le Président de la République est rentré de son voyage en Inde. Il avait la volonté affichée de faire de la France « la porte d’entrée » du géant asiatique en Europe ainsi qu’un partenaire stratégique privilégié. Ce voyage s’est conclu par plusieurs contrats pour quelques 13 milliards d’euros, dans de nombreux domaines comme l’environnement (la distribution d’eau potable et la modernisation du réseau dans le sud de l’Inde), l’énergie (l’inauguration d’une centrale solaire et un accord de vente définitive de réacteurs EPR), les transports (la fourniture et la maintenance de moteurs d’avion et l’alimentation électrique des métros ainsi que la fourniture de nouveaux trains) et enfin l’armement.

Penser global, agir local dans Princes Dreux-2-300x225

Un beau bilan, pour autant que cela puisse avoir des répercussions sur le tissu économique de notre pays, ce qui n’est pas forcément dit. Pour preuve, les centres de nos petites et moyennes villes se vident de leurs commerces. À Dreux, par exemple, en dehors de plusieurs axes de passages, notamment la rue piétonne qui va vers le Beffroi ou encore la place du marché couvert. Il suffit de parcourir les rues adjacentes, pour observer de plus en plus de devantures vides, en dehors des coiffeurs, opticiens, assurances, etc… dont le développement semble lié aux périodes difficiles. L’une de ces rues, qui ne fait pas plus de cent mètres, compte jusqu’à dix devantures vides. C’est en partie la faute à Rousseau, mais pas uniquement. Le choix a été fait de développer prioritairement certaines zones à la périphérie des villes. Et puis il y a des erreurs stratégiques de certaines marques qui ont choisi de mauvais emplacements, ou qui proposent de mauvais produits.
Heureusement, le printemps revient. En tout cas, les amandiers sont en fleurs ce qui me semble être un bon présage. Peut être pas pour résoudre la question de fond de notre économie, mais au moins pour nous donner l’énergie d’avancer !
Amandiers-1-300x225 dans Princes

( 21 mars, 2018 )

Mise au vert

 

Lu sur le site « princejeandefrance »

 

Nous rentrons après quelques jours à la montagne pour retrouver notre chère ville de Dreux. Nous étions partis dans les Alpes Bernoises. Un petit coin charmant aux petits villages étalés et aux pentes douces. Un joli endroit et paisible par-dessus tout, très agréable pour une famille avec des enfants en bas âges.

Mise au vert dans Princes 1-Les-Alpes-Bernoises-sous-la-neige-et-le-soleil-c-Gens-de-France-e1520978508323-768x1024

Bien sûr nous avons mis à profit ces quelques jours pour améliorer notre niveau de ski, excepté Joseph. Pour ma part, j’ai eu l’occasion, grâce à de très bons amis de Philomena, de pouvoir suivre un professeur de ski, ce que je n’avais pas fait depuis longtemps, ayant passé une partie de mon enfance à la montagne, lorsque nous habitions près d’Annemasse.

2-Montée-en-alpage-en-famille-300x225 dans Princes

Ce professeur de ski s’avérait être un agriculteur de la région. Il possédait une petite exploitation de vaches à lait spécialisée dans la production de fromages ayant remportés des prix internationaux. Nous avons donc abordé la question agricole, notamment la question des marchés de plus en plus globalisé avec de nombreux concurrents de grandes tailles. La seule solution pour lui passait par la production d’un lait d’une qualité irréprochable, avec une exploitation soumise à une comptabilité stricte et un système sanitaire avec des moyens de contrôle des plus avancé scientifiquement et techniquement. Nous avons aussi abordé la question écologique, notamment la pression sur les troupeaux d’une population de lynx toujours plus nombreuse. Un peu ce que nous commençons à avoir chez nous avec les loups. Une discussion de bon sens faisant plaisir à voir, loin des idéologies avancées par des personnes qui malheureusement, souvent, n’y connaissent rien.

3-LAmérique-de-D.-Trump-c-The-Hill-Getty-Image-300x168

L’autre activité de ces quelques jours a été pour moi la lecture des journaux américains : le Financial Times, le Wall street journal, le Herald Tribune. Deux sujets ont particulièrement retenu mon attention. Le premier intitulé « Government spending discourages work » de E. Lazeard (professeur d’économie à l’Université de Stanford et président de l’Association des Conseillers Economiques de la Présidence Américaine) présentait un tableau qui corrélait la proportion d’impôt dans le PIB et les heures travaillées. Plus la proportion d’impôt dans le PIB était importante, moins il y avait d’heures travaillées. L’autre, plus politique, s’attachait à analyser la présidence de D. Trump. L’auteur, Joseph Epstein, sous le titre « The only good thing about Donald Trump is all his policies » y disait approuver à peu près tout ce qu’il avait fait (la nomination de Neil GORSUCH à la Cour suprême, le transfert de l’ambassade américaine vers Jérusalem, la suppression des lois contraignantes pour le commerce, la réforme fiscale) et désapprouver à peu près tout ce qu’il avait dit.

Je trouve toujours intéressant de regarder ce qui se dit ailleurs. C’est souvent loin de ce qui se dit chez nous. Je pense en tout cas que ça permet de prendre un peu plus de recul.

Domaine Royal, le 13 mars 2018
Jean de France, Duc de Vendôme

( 1 février, 2018 )

Les vœux de Monseigneur le prince Jean de France

 

Monseigneur le Dauphin de France vient de publier sur son site internet ses vœux aux français pour cette année 2018 :

« Permettez moi, avec un peu de retard, de vous adresser tous mes vœux pour une bonne et heureuse Nouvelle Année, pour vous même, vos familles et vos proches. Que 2018 vous apporte d’abord les satisfactions personnelles auxquelles vous aspirez mais aussi dans votre travail qui reste, avec la famille, l’environnement immédiat dans lequel un être humain s’accomplit. Ensuite de façon plus large dans l’espace social où il tisse des relations plus étendues.

Vous l’aurez compris, l’homme n’est pas un individu isolé qui ne cherche qu’à satisfaire ses désirs, fausse expression de la liberté, comme on aime à nous le faire croire aujourd’hui. La liberté c’est voir le bien, le choisir et ensuite le mettre en œuvre. Dans la société ce bien à un nom : le bien commun. Vous savez que je suis attaché à la réflexion sur ce thème.

Je souhaite que notre pays suive cette voie plutôt que celle du replis sur soi égoïste où chacun cherche à satisfaire ses propres lubies, où l’on ne respecte plus rien, ni les enfants, ni les anciens, ni les femmes ni les hommes, ni la nature. Je dirais avec une formule un peu choc : le choix de la civilisation plutôt que celui de la barbarie. En fait, un monde plus humain. »

 

Armes du prince Jean de France

Monseigneur le Dauphin de France

Domaine Royal de Dreux, le 31 janvier 2018
( 24 janvier, 2018 )

Communiqué du Secrétariat de Monseigneur le Comte de Paris

 

Communiqué du Secrétariat de Monseigneur le Comte de Paris dans Princes sw765lnp

Les anciens Ordres de la Royauté française

L’Ordre de la Cosse de Genêt fondé en 1234 par Saint Louis.

L’Ordre de Saint Michel fondé en 1469 par Louis XI.

L’Ordre du Saint Esprit fondé en 1578 par Henri III.

Les chevaliers du Saint Esprit étaient faits chevaliers de l’Ordre de Saint Michel avant leur réception au sein dudit Ordre et prenaient ainsi le titre de chevaliers des Ordres du roi. L’Ordre Royal et Militaire de Saint Louis fondé en 1693 par Louis XIV. Les Ordres royaux ont été abolis par la Révolution en 1793 puis rétablis par le roi Louis XVIII et à nouveau supprimés par le roi Louis-Philippe qui n’a conservé que l’Ordre de la Légion d’Honneur institué par Napoléon Ier.

En 2014, Monseigneur le Comte de Paris Duc de France, en plein accord avec le Général, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, a redonné vie à l’Ancien Ordre de l’Étoile fondé en 1022 par Robert le Pieux puis refondé en 1351 par Jean II le Bon ainsi qu’à celui de Notre Dame du Mont Carmel fondé par Henri IV en 1608, et les a réunis, conformément au droit français, sous la forme juridique d’une association régie par la loi du 1er juillet 1901.

Afin de protéger le statut juridique de ces anciens Ordres de la Royauté française, leurs noms ont été déposés auprès de l’INPI afin que quiconque, même le Chef de la Maison Royale de France, ne puisse se les approprier.

*********

Sur la Couronne de France

Le Secrétariat de Monseigneur le Comte de Paris tient à préciser ce qui suit :

Le Prédicat de Fils et Filles de France : seuls les enfants légitimes nés des Chefs successifs de la Maison Royale de France portent ce Prédicat. L’aîné des fils du Chef de la Maison Royale de France est désigné sous le nom de Dauphin. L’actuel Dauphin est le Prince Jean de France, Duc de Vendôme.

Les enfants du Dauphin, ainsi que ceux du fils aîné du Dauphin, sont Fils et Filles de France et non Petits-Fils et Petites-Filles de France.

Les Petits-Fils et Petites-Filles de France sont uniquement les enfants légitimes d’un Fils de France autres que ceux du Dauphin et du fils aîné de ce dernier, comme il vient d’être rappelé.

Les Filles de France, une fois mariées, portent uniquement le nom de leur mari. Leurs enfants ne peuvent porter le Prédicat de Petit-Fils ou Petite-Fille de France. Elles peuvent porter à nouveau le Prédicat de Filles de France dès leur veuvage.

12345...13
Page Suivante »
|