( 29 novembre, 2021 )

29 novembre 2021 Le duc d’Anjou en visite chez le comte de Paris

 

 

 

Le prince Charles-Philippe d’Orléans, duc d’Anjou, a rendu visite récemment à ses cousins le comte et la comtesse de Paris qui résident désormais dans l’Aude. Une occasion aussi  pour le prince Charles-Philippe de visiter le pays  Cathare en compagnie du prince Jean et de participer à une réunion dans le cadre de Gens de France, association que préside la comtesse de Paris.

( 5 novembre, 2021 )

Le Comte de Paris assiste à la messe des défunts à la chapelle de Dreux

 

Publié par

 

Le 2 novembre dernier, le comte de Paris a assisté à la traditionnelle messe des défunts célébrée en la chapelle Royale Saint Louis de Dreux. Le prince, la princesse Philomena et leurs cinq enfants Gaston, Antoinette, Louise-Marguerite, Joseph et Jacinthe ont passé quelques jours de vacances à Dreux en compagnie de la duchesse de Montpensier, heureuse de retrouver les siens le temps des vacances de Toussaint.

A l’issue de la cérémonie religieuse, le comte de Paris, sa famille et les Drouais présents à la messe se sont recueillis devant les tombeaux des défunts de la Maison d’Orléans.

( 25 octobre, 2021 )

Mgr le Comte de Paris : « La France doit retrouver son autorité »

 

 Publié par | 24 Oct 2021

 

 

Dans le Pacifique (l’affaire des sous-marins avec l’Australie), en Afrique (d’abord la Libye, ensuite la Centrafrique et le Mali, maintenant l’Algérie), en Europe (les dernières nouvelles de l’ESA), notre autorité, principe même de notre souveraineté, est remise en cause.

La souveraineté c’est l’autorité suprême, d’un souverain, d’une nation ; c’est aussi le caractère d’un État qui n’est soumis à aucun autre.

Nos politiques qui se portent candidats à l’autorité suprême de notre pays devraient y réfléchir à deux fois. Ont-ils ce qu’il faut pour redonner à notre pays son autorité et par conséquent sa souveraineté pour le faire avancer dans un monde si complexe ?

Depuis les années 80, l’État a renoncé aux moyens de sa souveraineté, qu’ils soient politiques, économiques et financiers ou sociaux. Ces moyens de notre souveraineté ont été abandonnés à l’Union Européenne et à de nombreuses structures administratives externes comme la BCE, ou internes comme le Conseil Scientifique.

Le résultat de ce changement de paradigme c’est que l’État ne mène plus de politique pour résoudre les difficultés françaises (la réforme des fonctionnaires, les 35 heures, les retraites, la crise des hôpitaux, etc.). Avec le système du quinquennat et sans vraie décentralisation, le chef de l’État, ne cherchant plus à mettre en scène le destin national, masque son impuissance par une communication plus ou moins adaptée.

Les Français, eux, comprennent de moins en moins leurs hommes politiques et se détournent des urnes. Voyant leur avenir compromis, que ce soit sur les questions éducatives, sur le travail, sur leur couverture sociale et leur retraite, sur leur environnement de vie, ils réagissent vivement, et parfois de façon désespérée, comme lors de la crise des gilets jaunes ou des manifestations d’opposition à la politique sanitaire. De son coté, l’État se replie sur des processus de décisions descendants et parfois brutaux qui excluent les instances intermédiaires ou locales.

Il est urgent de remettre les choses à l’endroit, dans le cadre d’une Europe des pays souverains favorisant une vraie collaboration.

Souverains, c’est à dire alliant trois pouvoirs équilibrés : celui d’un seul (le prince), celui de plusieurs (le parlement) et celui de tous (l’expression directe de la population à travers des mécanismes comme le référendum). La formule consacrée en est la meilleure expression : « le prince en ses conseils et le peuple en ses états ».

Notre pays doit retrouver les moyens de sa politique, pour remettre en musique son destin dans une collaboration européenne où il garde sa souveraineté. La Pologne et sa Cour constitutionnelle, comme d’ailleurs l’Allemagne et la Cour suprême de Karlsruhe ne s’y sont pas trompés dans leurs décisions récentes. Ces moyens doivent pouvoir être appliqués dans le respect des libertés publiques et individuelles, qui ces derniers temps ont été trop oubliées.

A cela doit s’ajouter des vues à long-terme avec une dichotomie institutionnelle entre le Président de la République et le Chef de gouvernement issu du parlement, avec une décentralisation souple (plus politique qu’administrative) pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui.

Il est aussi important que les instances de conseil qui se multiplient à l’horizon restent à leur place de bonnes conseillères, subordonnées à des politiques qui prennent et assument leurs décisions, dans le respect d’un juste milieu de parole et d’action.

Mgr le Comte de Paris :

( 5 octobre, 2021 )

le prince Charles-Philippe d’Orléans, duc d’Anjou, au mariage du grand-duc George et de la princesse Victoria Romanovna de Russie à Saint-Pétersbourg.

 

 

Lu sur « Le Courrier Royal »

 

 

Le prince Charles-Philippe d’Orléans au mariage du grand-duc George et de la princesse Victoria Romanovna de Russie à Saint-Pétersbourg

Le prince était à ce mariage le représentant officiel de Monseigneur le Comte de Paris et y portait ses décorations de l’ordre de Saint Lazare de Jérusalem.

 

( 23 septembre, 2021 )

Comte de Paris/Fondation Saint Louis : « Faire la paix », le beau message de Paul de LA PANOUSE

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

La Fondation Saint Louis n’aurait-elle plus d’autre fonction à l’égard de la famille fondatrice que de recevoir les corps des descendants du Roi Louis Philippe pour leur seul repos éternel ?
Avec l’expérience acquise au château et au parc animalier de Thoiry, qui ont reçu 26 millions de visiteurs en 53 ans, le fait que la famille fondatrice et animatrice historique habite le lieu de mémoire, peut être un supplément d’âme culturel attractif pour le public. 

Cette présence génère pour le lieu de mémoire bien géré, un surcroit de visiteurs et donc de la viabilité économique du site touristique. 
J’ai le plaisir et l’honneur d’être le parrain du prince Robert d’Orléans.
Je serais heureux si mon avis et mon expérience pouvaient aider à concilier les objectifs des gestionnaires d’un site touristique voisin de celui de Thoiry et à valoriser la mémoire historique d’une famille qui a façonné notre pays pendant plus de 1.000 ans. 
J’espère que l’actuel  chef de famille, le comte de Paris, et la Fondation Saint Louis sauront établir une collaboration qui favorisera l’attractivité culturelle de la Chapelle Royale de Dreux. 
Faire la paix, c’est construire un objectif commun qui transcende et répare les conséquences destructrices et douloureuses d’un conflit rendu inopérant par la fuite du temps et surtout par la nécessité vitale d’adapter l’ADN du site aux aspirations culturelles de nouvelles générations.
Paul de LA PANOUSE

( 15 septembre, 2021 )

SAR Charles-Emmanuel, Prince de Bourbon, Prince de Parme rend hommage à Dominique Paoli.

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Je prie pour Dominique qui a rejoint son arrière grand oncle Charles Maurras auprès du Père, de notre seigneur Jésus Christ et de notre mère et reine Sainte Marie. Je présente à sa famille et ses proches toute ma sympathie dans ces moments difficiles. J’ai une pensée triste et solidaire pour tous ceux qui l’ont accompagné pendant sa présidence à Radio Courtoise.

Elle a su maintenir avec bienveillance, intelligence et sagesse, cette spécificité qui est encore l’apanage singulier de quelques rares médias et leur fait honneur et grandeur : La liberté de parole. J’aime « le libre journal » sous toutes ses formes, le bulletin de ré-information et tant d’autres émissions. Madame Paoli vous suscitiez l’admiration, bravo pour votre implication. J’ai eu le plaisir d’être invité dans plusieurs des émissions de Radio courtoisie, un des médias qui me reçoit et je vous en remercie du fond du cœur.

Source : https://www.facebook.com/SAR-Charles-Emmanuel-Prince-de-Bourbon-Prince-de-Parme-500924797095309

( 6 septembre, 2021 )

Réflexions sur le métier de Roi

 

Publié par | 4 Sep 2021

 

« Rien n’est si dangereux que la faiblesse, de quelque nature qu’elle soit. Pour commander aux autres, il faut s’élever au-dessus d’eux ; et après avoir entendu ce qui vient de tous les endroits, on se doit déterminer par le jugement qu’on doit faire sans préoccupation et pensant toujours à ne rien ordonner ni exécuter qui soit indigne de soi, du caractère qu’on porte, ni de la grandeur de l’État.

Les princes qui ont de bonnes intentions et quelque connaissance de leurs affaires, soit par expérience, soit par étude, et une grande application à se rendre capables, trouvent tant de différentes choses par lesquelles ils se peuvent faire connaître, qu’ils doivent avoir un soin particulier et une application universelle à tout. Il faut se garder contre soi-même, prendre garde à son inclination et être toujours en garde contre son naturel. Le métier de roi est grand, noble et délicieux, quand on se sent digne de bien s’acquitter de toutes choses auxquelles il engage ; mais il n’est pas exempt de peines, de fatigues, d’inquiétudes. L’incertitude désespère quelquefois ; et quand on a passé un temps raisonnable à examiner une affaire, il faut se déterminer à prendre le parti qu’on croit le meilleur.

Quand on a l’État en vue, on travaille pour soi. Le bien de l’un fait la gloire de l’autre. Quand le premier est heureux, élevé et puissant, celui qui en est cause en est glorieux, et par conséquent doit plus goûter que ses sujets, par rapport à lui et à eux, tout ce qu’il y a de plus agréable dans la vie. Quand on s’est mépris, il faut réparer la faute le plus tôt qu’il est possible, et que nulle considération en empêche, pas même la bonté. »

Réflexions sur le métier de Roi dans Princes signature-louis-xiv

Extrait des Mémoires de Louis XIV

( 3 septembre, 2021 )

Le Comte et la Comtesse de Paris souhaitent une agréable rentrée à tous les enfants de France

 

 

Publié par

 

Alors que 12 millions de petits Français reprennent, ce jeudi, le chemin de l’école, le chef de la Maison royale de France, Monseigneur le Comte de Paris a souhaité via Facebook, une agréable rentrée scolaire à tous les enfants de France. Le Prince a accompagné son message d’une photo de ses filles, les princesses Antoinette et Louis-Marguerite de France.

Le Comte et la Comtesse de Paris souhaitent une agréable rentrée à tous les enfants de France dans Princes twitter

« Le Comte et la Comtesse de Paris souhaitent une agréable rentrée scolaire à tous les enfants de France. »

les-princesses-de-france dans Princes

 


blason-du-prince-cdpSuivez Monseigneur le Comte de Paris sur Twitter et faites connaitre sa pensée autour de vous : https://twitter.com/PJComtedeParis


 

( 21 août, 2021 )

Madame la Comtesse de Paris prend la parole dans le Point de Vue de cette semaine

 

Publié par

 

Dans son édition de ce mercredi 18 août 2021, le magazine “Point de Vue”, publie un entretien de 4 pages avec Madame la Comtesse de Paris. En juillet dernier, le tribunal de Dreux a statué en référé, en défaveur de la famille d’Orléans, dans le litige  qui l’oppose à la Fondation Saint-Louis concernant ; entre autres ; l’accès au domaine royal de Dreux. Dans l’attente de l’audience  sur le fond, prévue le 7 septembre, Madame la Comtesse de Paris a accepté de livrer au magazine Point de Vue sa version des faits.

« J’ai décidé de me battre pour mes droits, mais aussi pour ceux de ma belle-mère et de ma belle-sœur »

 

Dans ce même numéro, “Point de Vue” consacre également un autre article de 4 pages dédié à une autre princesse d’Orléans, S.A.R. la Duchesse d’Anjou et de Cadaval, au sujet de ses nombreux projets entre Evora et Comporta.

Un numéro de Point de Vue à lire absolument  et à retrouver dans vos kiosques jusqu’au 25 août.

( 18 août, 2021 )

Madame la Comtesse de Paris prend la parole dans le Point de Vue de cette semaine

 

 

 

 

Publié par

 

Madame la Comtesse de Paris prend la parole dans le Point de Vue de cette semaine dans Princes madame-la-comtesse-de-paris-dans-point-de-vue

Dans son édition de ce mercredi 18 août 2021, le magazine “Point de Vue”, publie un entretien de 4 pages avec Madame la Comtesse de Paris. En juillet dernier, le tribunal de Dreux a statué en référé, en défaveur de la famille d’Orléans, dans le litige  qui l’oppose à la Fondation Saint-Louis concernant ; entre autres ; l’accès au domaine royal de Dreux. Dans l’attente de l’audience  sur le fond, prévue le 7 septembre, Madame la Comtesse de Paris a accepté de livrer au magazine Point de Vue sa version des faits.

« J’ai décidé de me battre pour mes droits, mais aussi pour ceux de ma belle-mère et de ma belle-sœur »

 

Dans ce même numéro, “Point de Vue” consacre également un autre article de 4 pages dédié à une autre princesse d’Orléans, S.A.R. la Duchesse d’Anjou et de Cadaval, au sujet de ses nombreux projets entre Evora et Comporta.

Un numéro de Point de Vue à lire absolument  et à retrouver dans vos kiosques jusqu’au 25 août.


12345...30
Page Suivante »
|