( 8 novembre, 2015 )

LIVRES • L’intelligence de Pierre Manent

tiré du site « lafautearousseau »

 

par Anne Bernet

 

anne bernet.pngLes événements de janvier 2015 auront été un terrible révélateur de la crise fondamentale à laquelle notre pays et nos institutions se trouvent confrontés. Ils ont souligné, avec la présence sur notre sol d’un ennemi de l’intérieur prêt à frapper partout et à n’importe quel moment, l’incapacité absolue de nos dirigeants à trouver une réponse à un problème qui conduira, à moyen terme, si l’on n’y remédie pas très vite, non à la fin du « vivre ensemble » dont on nous rebat les oreilles, mais à l’éclatement pur et simple de notre société.

Entre nos compatriotes juifs envisageant de quitter une nation à laquelle ils n’ont plus le sentiment d’appartenir et où ils se sentent en danger, une communauté musulmane politiquement ectoplasmique, sauf pour revendiquer plus de privilèges, indifférente au djihadisme, incapable d’envisager une adaptation de l’Islam aux nécessités françaises, et des Français exaspérés qui n’acceptent pas de disparaître, la rupture sera tôt ou tard consommée et irréparable. Comment en sommes-nous arrivés là ? Reste-t-il un moyen d’échapper au pire ?

Pierre Manent prévient d’emblée que les solutions qu’il préconise fâcheront tout le monde. Elles méritent pourtant d’être lues, pesées, réfléchies attentivement car, si elles ne sont pas fatalement applicables, elles contiennent cependant d’excellentes pistes de réflexion. Surtout, cet essai met en évidence l’inadéquation des idéologies à bout de souffle de nos politiciens avec les enjeux de l’heure et l’urgence de rompre avec une pensée unique qui conduit, c’était d’ailleurs son but, à la mort des nations en général et de la nôtre en particulier. Un livre intelligent, ô combien, alors que l’intelligence semble faire si cruellement défaut à nos dirigeants. 

412DbWHr-3L__SX349_BO1,204,203,200_.jpg

Situation de la France, de Pierre Manent, Desclée de Brouwer, 175 p., 15,90 euros.

( 5 novembre, 2015 )

POLITIQUE MAGAZINE DE NOVEMBRE est paru

clip_image008

http://www.politiquemagazine.fr/

Présentation du dossier

 SPÉCIAL RUSSIE

POLITIQUE magazine    Novembre 2015

En intervenant militairement en Syrie ce mois d’octobre,  la Fédération de Russie tient les engagements pris en 2013.  A l’époque, en obtenant de Bachar el-Assad qu’il détruise ses armes chimiques, elle avait enrayé les projets d’attaque américaine contre le régime alaouite. « Vladimir Poutine est en train de résoudre un problème et de nous sortir d’une situation inextricable ». a confié Mgr Jean-Clément Jeanbar, l’archevêque d’Alep, qui salue une intervention redonnant espoir aux chrétiens persécutés. Vingt six ans après leur retrait d’Afghanistan, les Russes reviennent donc en force sur l’échiquier mondial. Il faudra désormais compter avec eux.

Quel contraste avec notre pauvre diplomatie enfermée jusqu’à la caricature dans ses blocages idéologiques et son humanitarisme de pacotille. N’a-t-on pas entendu le ministre des Affaires étrangères français insinuer que les chasseurs russes visaient sciemment des civils ?  Quant à l’opposition syrienne dite « modérée », son existence même est sujette à caution. Il y a fort à parier que les armes que la France lui destinait sont aujourd’hui aux mains des terroristes d’Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaida.

Il n’y a plus d’autre solution que le soutien au pouvoir légal. La Russie l’a bien compris qui coopère étroitement avec l’armée gouvernementale syrienne dans la lutte contre Daech.  Sans complexe. « Face à des terroristes normaux, nous utilisons des bombes normales, et face à des terroristes modérés, nous avons recours seulement à des bombes modérées », ironisait récemment le porte-parole du Kremlin.

On le lira dans ce dossier : la Russie., et Poutine n’y est pas pour rien, n’a pas fini de nous étonner !

MATHIEU ÉPINAY

( 30 septembre, 2015 )

Numéro d’octobre de Politique magazine : « Dossier spécial migrants »

Numéro d'octobre de Politique magazine : « Dossier spécial migrants » dans presse 3745126966.2
 

Découvrez le numéro d’octobre !

L’impérieuse madame Merkel

Dossier spécial migrants

Confrontée à une crise migratoire sans précédent, l’Union européenne se délite. Jamais elle n’a semblé aussi désunie. Qui sont ces migrants ? D’où viennent-ils ? Faut-il les accueillir au risque de créer un appel d’air incontrôlable ? L’Allemagne, qui veut imposer ses vues de gré ou de force, se heurte à la résistance de pays dont les capacités d’absorption sont limitées.

Pourtant des solutions existent. Mais elles supposent que les Etats concernés recouvrent une souveraineté que prétend leur dénier l’Europe. Politique magazine consacre son dossier d’octobre à cette crise majeure, dont l’issue ne saura être que politique.

> Grand entretien avec Goeffroy Lejeune, auteur du livre choc Une élection ordinaire : « Si ce livre peut pousser Zemmour à devenir président… »

Sommaire

Une144Site.jpg

Commander ce numéro

ou s’abonner à Politique magazine

( 24 juillet, 2015 )

Le site de Politique magazine … ! A lire ! A consulter régulièrement, à faire connaître …

Nous rappelons la mise en ligne il y a environ un an du site renové de Politique magazine.

Ce site – qui correspond parfaitement à ce que doit être la présence sur le Net d’un mensuel de la qualité de Politique magazine – vit, se développe et se renouvelle rapidement. Il s’agit là de toute évidence,  de la réalisation d’une véritable équipe, large, jeune, intelligente et dynamique qui donne à réfléchir sur la politique, l’économie, les idées, l’art et la culture, les faits de civilisation. Bref, il en résulte un site que l’on trouve plaisir et intérêt à consulter régulièrement. Nous lui empruntons souvent ses articles qui nous ont le plus retenus.

 

 www.politiquemagazine.fr

Découvrez le site de Politique magazine, mensuel de référence de l’actualité politique depuis plus de 10 ans.

Fier du succès de son site actuel, Politique magazine entend donner un élan plus puissant à la diffusion de ses idées. Son objectif est clair : faire entendre une voix discordante dans le paysage médiatique monocorde d’aujourd’hui. Au cœur de sa réflexion, la question de la légitimité républicaine. Elle se pose, gravement, face à la succession des échecs des différents gouvernements.

Pensé pour la commodité et l’agrément de ses lecteurs, vous retrouverez sur ce nouveau site :

Une information régulièrement mise à jour, autour de trois axes principaux :

« Le meilleur des mondes », où figurent des articles sans concession centrés sur l’actualité politique, sociale et économique ;

« Idées » où sont rassemblés les textes les plus représentatifs de Politique magazine, qui pense que la politique, au sens vrai du terme, fait la sagesse des gouvernements ;

« Civilisation » où se retrouvent des critiques et commentaires de l’actualité culturelle.

L’ensemble des articles publiés dans Politique magazine, accessibles gratuitement pour tous les abonnés grâce à un identifiant et un mot de passe personnel.

- La liberté d’organiser votre lecture. En cliquant sur les « tags » (thèmes sur fond rouge sous chaque titre d’article), vous obtenez en un instant tous les articles autour d’un même sujet !

- La possibilité de vous exprimer en laissant des commentaires sous chaque article.

- La possibilité de passer des annonces et des publicités sur les pages du site.

Pour tout renseignement sur les nouvelles possibilités du site de Politique magazine, écrivez à cette adresse contact@politiquemagazine.fr ou appelez au 01 42 57 43 22.  u

( 24 juillet, 2015 )

Le sursaut … Par Jean-Baptiste d’Albaret

 

626951329.jpgL’encyclique pontificale, Laudato si’, fait de la préservation de notre planète un impératif. Contre la finance irresponsable qui gouverne le monde quel qu’en soit le coût à supporter pour l’homme et l’environnement, elle invite à des réformes radicales de nos modes de production et de consommation. C’est ce que François appelle la « conversion écologique » et qui lui vaut d’être chaudement félicité par le monde politico-médiatique. Mais elle fait aussi – elle fait surtout – la part belle à ce qu’il est convenu d’appeler « l’écologie intégrale » ou « l’écologie humaine ».

« L’écologie humaine, expliquait l’évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey dans le journal La Croix, désigne, d’une part, les interactions de l’homme avec son environnement naturel et social et, d’autre part, une approche de la personne vue comme un écosystème à protéger ». Projet global de société, elle développe une vision « intégrale » de l’homme. Vision intégrale ? Autrement dit, une anthropologie où la préservation de la nature est nécessairement liée à la sauvegarde des « conditions morales » sans lesquelles l’homme lui-même court à sa destruction.

On comprend alors l’urgence d’une « conversion écologique ».

Car nos contemporains, nous dit le pape, se sont laissés asservir par la technologie dont les ressources sans fins rendent possible la destruction de la nature, une nature que l’humanité est censée transmettre intacte aux générations futures. Par individualisme exacerbé, ils se sont laissés dévoyer par un consumérisme débridé. Cet individualisme, étroitement lié à l’idée prométhéenne d’un « progrès » infini, les a coupés des réalités concrètes de la création. Dans sa volonté de tout maîtriser, notre folle modernité prétend même dépasser les limites imposées par la finitude humaine !

L’apport le plus original de cette encyclique, la première publiée par ce pape inclassable, se situe dans cette mise en perspective éclairante : la crise écologique, explique-t-il en substance, est l’expression la plus visible d’une profonde crise éthique et spirituelle. Au fond, elle est une crise de civilisation.

On le lira dans le vaste dossier de ce numéro d’été de Politique magazine : dénonçant une crise de civilisation, dont il donne à voir les causes, le pape ne fait que décrire une réalité brutale. Après les attentats en Isère, Manuel Valls, lui-même, a évoqué une « guerre de civilisation ». Mais de quelle civilisation parle le Premier ministre ? Celle qui autorise les femmes à louer leurs ventres comme les ouvriers louent leurs bras ? Celle qui produit des enfants aux filiations impossibles ? Au nihilisme on n’oppose pas le nihilisme, semble lui répondre François.

La France accueillera la prochaine conférence sur le climat, fin 2015. Chacun a conscience qu’il nous faut désormais préserver nos écosystèmes mis à mal par des dizaine d’années de productivisme incontrôlé. Puissions-nous tirer du constat de ce saccage environnemental, les conclusions éthiques, et donc politiques, qui s’imposent. 

  -  Politique magazine

( 12 juillet, 2015 )

Politique Magazine – N° d’été – « Le pape François, intégralement politique »

PM142-une.jpg

A l’occasion de la sortie de l’encyclique Laudato Si’, Politique magazine explore la notion d’écologie intégrale. Une vision de l’homme et de la nature qui dépasse les idéologies promues par nos sociétés occidentales où l’homme a fini par se prendre pour un dieu.

Plus de 20 pages de dossier !

« C’est de toute référence transcendante que l’homme moderne souhaite se détacher…»,
Rémi Brague, philosophe

« Les événements du XXe siècle et les prémices du XXIe siècle amènent à reconsidérer les notions même de progrès, de science et d’intelligence », Gérard Leclerc, essayiste et éditorialiste

« Au fond, l’idéologie progressiste du métissage, qui détruit les cultures du monde, est anti-écologique »,
Gaultier Bès, initiateur du mouvement des Veilleurs

« La technologie ne connaît que l’individualisme le plus sauvage que le pape dénonce comme le mal absolu »,
Hilaire de crémiers, directeur de Politique magazine

« Au-delà du climat, de l’environnement, la question de fond est bien en effet une question d’ordre éthique »,
Pierre Chalvidan, professeur honoraire de droit public

« Placé au sommet de la Création, l’homme n’en est pas moins une créature », François Reloujac, analyste

« Contre le nihilisme contemporain, ce que la pape nous enseigne est une écologie proprement politique »,
Christian Tarente, éditorialiste

Dans ce numéro… 54 pages d’actualité et de culture !

> Commandez ce numéro : cet été prenez « une cure d’altitude mentale »

ou abonnez-vous à Politique magazine ! Vous ne le regretterez pas.

( 6 juillet, 2015 )

Dernière livraison de La nouvelle REVUE UNIVERSELLE : Printemps 2015 …

 

Prenez connaissance du sommaire  détaillé de cette nouvelle et excellente livraison de la Revue universelle. A lire absolument, à ne pas manquer.

Commentaire relevé dans le blog :

« Dans ce rayonnement d’intelligence qu’est le Revue Universelle, où l’on peut picorer au hasard, une mention spéciale à la contribution d’Antoine de Crémiers qui rend limpide une matière aussi hermétique et aride, que le finance internationale, et surtout la composition du tonneau de poudre sur lequel le monde est assis. Avec la même inconscience des dirigeants de la planète, que lorsqu’une banque comme UBS dut rayer 34 milliards USD de ses actifs en une semaine, en 2008. La mère de famille ne peut pas se permettre une telle erreur dans son budget. Ici les administrateurs de la banque avaient inscrit au fil des ans des actifs qui n’existaient pas … Un détail quoi … »

Jean Louis FAURE, mercredi, 15 octobre 2014

 

Abonnements : La nouvelle revue universelle, 1 rue de Courcelles, 75008 PARIS – 4 numéros par an – Tarif :  m Normal, 1 an, 70 €  m Soutien, 1 an 100 €  m Normal, 2 ans, 130 € m Réduit, 1 an (étudiants, chômeurs) 40 €. Étranger et DOM-TOM : 77 €

S’abonner !

( 5 juin, 2015 )

POLITIQUE MAGAZINE de Juin est paru

Voir la version en ligne

« En politique ce qui est inutile est souvent nuisible. » Jacques Bainville


Découvrez le numéro de juin (141) !

Dossier : Sécurité ou liberté ?

Le projet de loi sur le renseignement fait l’objet de nombreuses polémiques. C’est que, dans le contexte actuel, la sécurité est devenue une priorité nationale. Mais une sécurité qui ne détruirait pas nos libertés fondamentales au nom du terrorisme…

> Découvrir le sommaire

> Commandez ce numéro pour 8€ = 5€ seulement !

POLITIQUE MAGAZINE de Juin est paru dans presse li

Politique magazine, mensuel dissident non subventionné

Profitez de l’offre spéciale découverte : abonnez-vous 3 mois pour 15€ !

( 19 mai, 2015 )

Attentats albanais, manifestations de rue… que se passe-t-il vraiment en Macédoine ?

Voici une tribune parue sur le site « boulevard Voltaire » qui mérite attention : va-t-on assister à une nouveau coup d’état provoqué par l’OTAN comme en Ukraine ?
Attentats albanais, manifestations de rue… que se passe-t-il vraiment en Macédoine ? dans presse macedoine
Plusieurs milliers d’Albanais, de Turcs et de Macédoniens ont manifesté ce 17 mai contre le gouvernement et, comme à Kiev en Ukraine, ils campent devant le Parlement.


 dans presse

Le 9 mai dernier, un commando d’Albanais armés envahit la ville de Koumanovo dans l’ex-République yougoslave de Macédoine et sème la terreur. Le bilan est sanglant : 22 morts, 30 arrestations et un quartier complètement dévasté par les combats. Le terrorisme albanais sévit dans le sud de la Serbie, au Kosovo et en Métochie, depuis la fin des années 90, et a provoqué même une guerre civile en Macédoine en 2001. Depuis, il faisait moins de bruit mais, à la petite semaine, poursuivait son œuvre dévastatrice de purification ethnique sur les terres qu’il réclame au nom de la Grande Albanie.

Il est primordial de se rappeler que ce sont des pays de l’OTAN qui ont financé, formé et soutenu ces terroristes afin de faire exploser la Serbie, qui avait eu le mauvais goût de ne pas vouloir intégrer le giron atlantiste. Si certains terroristes ont troqué, depuis, leurs treillis pour des costumes de politiciens, d’autres poursuivent le combat à l’ombre et tous reçoivent leurs ordres des mêmes mécènes occidentaux.

Cependant, l’attaque de Koumanovo doit être analysée dans un contexte plus global où des pressions importantes s’exercent en ce moment sur le gouvernement de Macédoine.

Dès son élection à la présidence en 2009, Gjorge Ivanov s’était rué à Bruxelles pour précipiter l’intégration de son pays à l’Union européenne et l’OTAN. Las de voir que ses candidatures n’avançaient pas au bout de 6 ans, Ivanov se tourne de plus en plus vers la Russie. Crime suprême pour les atlantistes. Alors que le régime de Skopje est éclaboussé de scandales depuis le début, ce n’est que depuis qu’il se rapproche de Moscou que l’opposition descend massivement dans la rue pour réclamer sa démission.

Plusieurs milliers d’Albanais, de Turcs et de Macédoniens ont manifesté ce 17 mai contre le gouvernement et, comme à Kiev en Ukraine, ils campent devant le Parlement. Va-t-on assister aux mêmes scènes d’horreur organisées par de mystérieux agents provocateurs comme à Maïdan ? Les prochains jours nous le diront. En attendant, ce qui est certain c’est que la Macédoine est clairement victime d’une révolution de couleur, comme le coup d’État à Kiev, doublée d’une menace terroriste comme en Syrie, dont on a du mal à imaginer qu’elles soient indépendantes du rapprochement d’Ivanov avec le grand frère russe. Du reste, Ivanov avait bravé la fatwa occidentale et participé à Moscou au 70e anniversaire de la défaite du nazisme en Europe, au moment même où les terroristes albanais attaquaient son pays.

Comme souvent, de nos jours, il faut vraisemblablement regarder du côté des ressources énergétiques pour comprendre les enjeux géostratégiques qui pèsent sur les épaules de la petite Macédoine. Suite à la victoire de l’Union européenne et des États-Unis qui ont empêché le projet South Stream qui aurait vu l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe via la Bulgarie et les Balkans, les Russes ont ourdi un autre projet de gazoduc via la Turquie et la Grèce qui pourrait remplacer le projet initial et apporter le gaz dont le sud-est de l’Europe a tant besoin. Afin que ce gaz arrive à Belgrade puis Budapest, il doit traverser le sud des Balkans. L’Albanie, alliée des États-Unis, refusera. Le sud de la Serbie est occupé (Kosovo). Il reste un pays : la Macédoine.

Ce projet contrarie les États-Unis, qui veulent empêcher la Russie de devenir une puissance européenne et qui veulent nous imposer leurs propres projets énergétiques avec les principautés islamiques du Golfe ou de l’Azerbaïdjan. En attendant, les jours prochains vont être chauds en Macédoine et rien ne dit que le brasier ne s’étendra pas ailleurs dans les Balkans.

( 5 mai, 2015 )

PRESSE ET LIBRAIRIE n° 316 de la L.R.

L’ACTION FRANCAISE 2000 – 10 rue Croix de Petits Champs, 75001 Paris.

Dans le numéro 2905, j’ai relevé entre autres l’article de Flavien Bertrand de Balanda intitulé « le carnaval approche » écrit avant les dernières élections. Il termine ainsi : « chacun de nous se doit de garder à l’esprit que tous les partis républicains, et du seul fait qu’ils le sont, n’ont en commun que de brader notre héritage, nos valeurs, notre identité. Quels que puissent être les choix personnels et ponctuels, cette vérité, qui fait notre force, ne doit jamais quitter notre esprit : de tradition, de cœur, de raison, les trois souvent, nous savons que la seule espérance qui brille comme un rayon de soleil dans le ciel lourd de nos années de plomb ne peut être que monarchique. Laissons donc à la mafia du pays illégal les chimères de « droite », de « gauche », « d’extrêmes », toutes ces catégories vulgaires qui finiront dans les poubelles du régime qui les a engendrées comme des enfants monstrueux. Les républiques passent, la France reste… Et elle attend ».

Rien à rajouter…

 

COTIGNAC et la mission divine de la France – de Elise HUMBERT – Editions de Chiré,  B.P. 70001, 86190, Chiré en Montreuil, www.chire.fr – 160 pages – 18 €

Cotignac, petit village de Provence, fut favorisé par des apparitions de la Très Sainte Vierge Marie et de Saint Joseph et joua un rôle important dans l’histoire de France, de notre dynastie royale, Louis XIII et Louis XIV ayant des rapports particuliers avec les événements de Cotignac.

Dans ce très beau livre est relaté cette relation et l’histoire du frère Fiacre.

Lisez ce livre et vous y apprendrez « l’importance de Cotignac pour notre pays, et en tirerez des leçons d’espérance pour l’avenir… »

 

MEXIQUE – de l’Indépendance aux Cristeros – de Alain SANDERS– Editions Atelier Fol’fer –BP 20047 – 28260 ANET – 103 pages – 12 €

L’histoire du Mexique nous est peu connue, à peine se souvient-on de « l’aventure mexicaine » de Napoléon III, et encore vu l’état de l’enseignement de l’histoire en France. De loin, nous le voyons comme un pays d’Amérique centrale profondément chrétien mais soumis aux Etats Unis. Le peuple est chrétien, en effet, et en lien profond avec le pouvoir tant que celui-ci fut celui du Roi d’Espagne. Mais la révolution vint et le peuple ne cessa d’être opprimé par une minorité violemment anti-chrétienne. On connaît la lutte des Cristeros sur lesquels un film magnifique fut récemment réalisé. On sait moins qu’ils eurent des prédécesseurs, en particulier les Religionarios « qui se soulevèrent en 1874 au cri de Vive la religion ! Mort au mauvais gouvernement ! ». Non seulement, les divers gouvernements mexicains opprimèrent le peuple (et encore maintenant !) mais ils ont conduits le pays à la ruine.

C’est cette lutte séculaire du peuple catholique mexicain pour ses libertés d’ne manière claire et précise que raconte ici Alain SANDERS

Un livre à lire et à diffuser

Jean NEDISCHER

1...34567
« Page Précédente  Page Suivante »
|