( 13 juin, 2019 )

Brigitte Bardot

 

« Je suis d’origine Lorraine. Le berceau des Bardot est à Ligny-en-Barrois » écrivait Brigitte Bardot en 2010 au réalisateur d’une image d’Epinal qui la représentait à divers moments de sa vie. Elle ajoutait : « La vie est une image et Epinal l’immortalise ». Sage comme une image, Brigitte ne l’a pas toujours été.

« Dieu créa la femme » est le titre du film célèbre qui lança cette jeune artiste qui devait devenir très populaire. Elle a été la figure féminine rêvée dans les années 1950/1960. D’abord mannequin particulièrement photogénique, elle a ensuite atteint au cinéma une renommée internationale avec 45 films et plus de 70 chansons. Brigitte dite B.B. n’a certes pas eut une vie exemplaire, elle a surtout été très admirée pour sa féminité, la grâce de ses mouvements, hérités de sa formation à la danse classique durant son adolescence. Ajoutons la douceur nonchalante naturelle des gestes et sa moue boudeuse.

Le père Louis Bardot, Meusien, originaire de Ligny-en-Barrois et sa mère donnèrent à Brigitte une éducation religieuse catholique. Elle a fait ses études à l’institut de la Tour, établissement catholique du XVIe arrondissement de Paris. Brigitte avait une sœur cadette Marie-Jeanne dite Mijanounée en 1938. BB est née en 1934. Malgré sa bonne éducation, elle n’a pas eu une vie forcément exemplaire, elle a surtout été très admirée pour sa féminité. Brigitte habite désormais « la Madrague » à Saint-Tropez acquise en 1958, ou elle s’est retirée depuis 2006 après 21 ans de carrière alors qu’elle était une des artistes françaises des plus célèbres au monde. C’est en 1973 que Brigitte abandonne le succès pour se consacrer à la défense des animaux. Actuellement, elle proteste contre l’égorgement des moutons, en dehors des règles sanitaires notamment lors des fêtes musulmanes. Ce qui lui vaut d’être condamnée par les tribunaux pour haine raciale…

Brigitte Bardot n’a pas sa langue dans sa poche. Elle déclare volontiers : « J’ai été élevée dans l’honneur, le patriotisme, l’amour et le respect de mon pays. Quand je vois ce qu’il est devenu, je suis assez désespérée. Quand je constate ce qu’ils ont fait d’un pays dont la richesse intellectuelle, la qualité du langage, de l’écriture, la primauté en matière d’architecture, de mode, d’élégance, de patrimoine rayonnant dans le monde entier, ça me déprime ! »

Jean-Marie CUNY

( 12 mars, 2019 )

Humeur • Un Roi ? Pourquoi faire ?

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Quelle idée saugrenue, passéiste, extrêmement droitière que de penser restaurer la monarchie !

Que ferait-on d’un Roi ?

Le nôtre, nous l’avons raccourci, jeté lui et sa famille aux orties de l’Histoire, il y a déjà bien longtemps.

LA LIBERTÉ, une de nos plus belles valeurs, était à ce prix ; nous ne voulions plus être des Sujets assujettis !

Les Français veulent être libres et égaux.

L’ÉGALITÉ, voilà notre seconde valeur phare, pivot de notre République. Merveilleux principe qui nous classe comme modèle mondial, et précurseur en la matière. En France, les Français sont égaux et nul ne peut se prétendre supérieur à l’autre.

e70752a4f8a97c4b5345fcfbeae2a2ac.jpg

Et face à ces deux piliers qui soutiennent notre Panthéon national, nous pouvons cultiver la troisième et immense particularité française : « LA FRATERNITÉ. »

Libres, égaux et fraternels : le Monde nous envie, nous cite en exemple. Nous sommes : « Les Lumières du Monde ! »

Nous avons instauré la réalité terrestre des obscurantistes de la Religion : Le Paradis en France.

Avec la Démocratie, de loin le meilleur système de gouvernement, par le Peuple, et pour le Peuple ; Un Homme, une voix ; tout est dit : Egalité, Équité parfaite.

Il n’y a que des attardés, nostalgiques de régimes anciens qui regrettent, imaginent ou souhaitent  une France nationaliste, populiste ou pire encore monarchiste !

La Droite revancharde, la Droite à réaction !

Pas de ça chez nous !

Alors gentes dames et messires royalistes allez rêver :

Au Bon Vieux Temps des lampes à huile et de la marine à voiles dans vos châteaux hantés et poussiéreux.

La France est tout sauf un Royaume en décrépitude, c’est La République Une et Indivisible !

cyrano1.jpg

Et pourtant, « Ailleurs en France », après le troisième rond-point du mimosa, il subsiste quelques vieilles âmes, quelques Belles Dames, quelques Gentilshommes armés de leur seule gentillesse, qui eux, rêveurs de beauté, espèrent voir refleurir des… Marie pleine de grâce, des Clotilde, des Jeanne d’Arc, des Grande Mademoiselle (quand ce titre existait encore), et des Bayard, des d’Artagnan, des Cyrano, des Manants du Roi, des croyants, des animés, qui espèrent tout de la Grâce ; des coeurs ouverts, des fous d’amour sans doute…

Que peuvent-ils peser face au sérieux, à la rigueur de la science des économistes rationnels d’une République En-Marche ?

D’un coté, la Raison et sa Déesse… Et de l’autre :

« La Fantaisie, la Courtoisie, le Panache, l’Honneur…

La Foi, le Roi, la Loi ! »

Notre Chevalerie paraît faible et inadaptée face à ces intelligences artificielles. Nous les Rois de coeur, les Dames de coeur, tous en recherche, les uns du Graal et les autres assoiffés de pouvoir d’achat.

Y aurait-il deux France irréconciliables ?

Bien sûr que non !

Il n’y a qu’une France, elle est diverse, et notre temps semble révolu…Révolution oblige !

gens-de-france.jpgA nous de reprendre notre place et de le claironner :

« Haut et Fort » !

Amis royalistes, l’heure est venue d’afficher nos convictions, de ne pas en avoir honte, d’être persuadés que les Gens de France seraient plus nombreux que nous le pensons à les partager…

Alors, saturons la Toile et partageons à outrance !

Montjoie Saint Denis !

( 11 mars, 2019 )

BEAUCOUP DE BAGOU, PEU DE CERVELLE

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Dans Lucien Leuwen de Stendhal, le père Leuwen donne ce conseil à son fils, Lucien, qui s’apprête à entrer dans la haute fonction publique : « Mon fils, quand vous croiserez un ministre, prenez-le systématiquement pour un imbécile, ces gens-là n’ont pas le temps de penser. »

C’est imparable. On peut d’ailleurs étendre cette considération au delà des ministres, aux députés, sénateurs, même aux hommes politiques de moindre envergure, à la plupart des maires des communes de plus d’un millier d’habitants et parfois même à quelques maires de bleds moins peuplés, qui n’en possèdent pas moins une belle ambition.

Le Champignacien, poursuivant son droit chemin, tourne délibérément ses pas vers l’avenir, car il sait qu’agriculture, commerce et tourisme sont les deux mamelles qui sèment le pain dont il abreuve ses enfants !

Maintenant, ces gens-là, ministres, députés, etc., ont cependant pas mal de qualités. Ils sont capables de serrer beaucoup de mains en un temps court, surtout en période électorale. J’en ai connu un qui, en l’espace d’un petit quart d’heure m’a serré la paluche cinq fois, chaque fois sans me reconnaître. Ils ont du bagou, ils parlent, sans notes, avec une terrible facilité, commettant par-ci par-là quelques fautes de français, mais ils ont une telle facilité et un tel aplomb qu’à moins d’être puriste sourcilleux, on ne les entend pas. Ils ont donc de l’aplomb, de l’assurance et, montons l’éloge encore d’un cran, du culot, ils n’ont peur de rien, ils sortent des platitudes, des balivernes, des phrases creuses, des clichés, des expressions tartignoles et prudhommesques, des bourdes superdimensionnées avec l’air le plus heureux, le plus confiant, le plus convaincu du monde. Quelquefois, ils ont lu deux, trois pages d’un livre épais et réputé sérieux, ils les répètent en les déformant à peine, ils les aboient comme des perroquets, leurs auditeurs en sont estomaqués et ravis. Il leur arrive aussi de jouer aux petits Malraux, ils se lancent alors dans la phrase obscure, ténébreuse, censée consécutivement profonde, qui traite généralement des arts, de la spiritualité ou de l’avenir de la civilisation et de l’univers. Pour ce faire, ils ont un peu baissé la voix pour faire croire qu’ils chuchotent un secret, qu’ils révèlent un mystère, qu’ils frémissent de sensibilité choisie et citoyenne, après quoi ils tonitruent quelques mots définitifs. Ils ne voient avec jubilation que leurs électeurs groupés et en extase et ne s’aperçoivent pas que dans les coins il y a tout de même deux ou trois types qui rigolent sous le couvert de leur main en paravent devant leur bouche. Si l’un, près de la porte, rit plus ouvertement, le regard féroce qu’ils lui lancent en sortant !  

Bernard Leconte
Bernard Leconte vient de publier un guide divertissant de Lille qu’il visite avec le Grand Roi sous le titre amusant : Louis XIV, Martine et moi, aux Éditions Les Lumières de Lille. 90 p, 14,90€
( 2 février, 2019 )

Communiqué du Prince Jean

En ce jour où mon père Monseigneur le Comte de Paris rejoint la nécropole royale de Dreux, je demande aux Français et aux Françaises d’avoir une pensée et de prier pour lui.

 

Comme mon grand-père avant lui, il n’a eu qu’un seul souci, servir la France et les Français.  Appelé à lui succéder comme Chef de la Maison de France, je continuerai à servir mon pays, à l’image des engagements que j’ai toujours eus.

 

Et si les Français le veulent, nous renouerons le pacte historique et nécessaire entre la Nation et la Famille royale. Ensemble, nous nous efforcerons d’assurer l’unité de la France, sa grandeur et sa prospérité, l’ordre intérieur, enfin la paix dans le monde.

 

Que la Providence  m’assiste et que Dieu protège la France.

 

Dreux, le 2 février 2019

 

Jean

Comte de Paris

( 22 décembre, 2018 )

Joyeux Noël

 

 

En ces périodes troublées,

toute l’équipe de

LA LORRAINE ROYALISTE

Vous souhaite de passer

une bonne et heureuse

Fête de la Nativité

( 13 octobre, 2018 )

La Nouvelle Librairie a subi une nouvelle attaque : les médias complices

 

Lu sur « le salon beige ».

Il est probable que si l’attaque avait eu lieu contre une librairie « de gauche », des poursuites  de l’Etat auraient eu lieu contre le journal ayant appelé à l’attaquer et un ministre au moins sinon le premier d’entre eux, voire le président se seraient déplacés pour constater la « scandaleuse » agression ! LR

 

 

Ouverte en septembre dernier, et immédiatement dénoncée par l’Express comme une librairie n’ayant pas sa place au Quartier latin, parce que de droite, la librairie liée à l’excellente revue Eléments, avait subi une première intimidation le 10 septembre lorsqu’un petit groupe de militants d’extrême-gauche avait menacé physiquement le gérant François Bousquet, avant de dégrader la vitrine de la librairie pendant la nuit, comme nous l’avions relaté dans Valeurs actuelles.

A l’occasion de la venue d’Eric Zemmour dans la librairie, invité à signer son livre Un destin français, mercredi 26 septembre, les antifas, via notamment un autoproclamé Comité d’Action Autonome de la Sorbonne, avaient promis de venir perturber l’événement avant de renoncer face au déploiement conséquent des forces de police autour de la librairie, ce qui n’a pas empêché certains médias d’ironiser sur la protection pourtant indispensable dont bénéficiait l’essayiste.

A la fin de la manifestation interprofessionnelle du 9 octobre à Paris, après une dispersion sauvage vers la contrescarpe, les militants d’extrême-gauche sont revenus avec des intentions criminelles affichées. A 19h15, un antifa a pénétré dans la librairie en insultant le libraire, trois clients et une partie de la rédaction de la revue Eléments qui y organisait une réunion, annonçant qu’il allait revenir et faire « cramer » la librairie avec ses copains. Et en effet, quelques minutes plus tard, un groupe de 150 à 200 activistes débarquaient devant la librairie en menaçant d’y mettre le feu, et commençaient à dégrader la vitrine. La police alertée est heureusement arrivée quelques minutes après et des dizaines de fourgons de CRS ont très rapidement quadrillé la rue Médicis.

Barricadés à l’intérieur de la librairie pendant près d’une heure, les clients, le libraire et les rédacteurs d’Eléments ont finalement été exfiltrés par les CRS à 20h30 sous les injures des militants contenus par les forces de l’ordre.

Cette nouvelle attaque, plus grave que la précédente, fait peser une menace de plus en plus lourde sur une librairie parfaitement légale, laquelle est soutenue par une revue parfaitement légale elle aussi, et dont les idées ont droit de cité au même titre que les autres.

Mais le plus révoltant dans cette affaire est le silence coupable de la presse et des médias. Selon nos informations une journaliste de l’AFP se trouvait sur place lors de l’attaque : pas une dépêche n’a pourtant été publiée. […]

 

 

( 15 septembre, 2018 )

La princesse Chantal de France assistera au 303ème anniversaire de la Fondation de l’Hôtel des Invalides

 

Lu sur le blog « La couronne »

 

La princesse Chantal de France assistera au 303ème anniversaire de la Fondation de l’Hôtel des Invalides chantal-de-france

Dimanche 16 septembre, à la demande du Chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris . retenu en province par un lourd agenda . Son Altesse Royale, la princesse Chantal de France, représentera officiellement son frère, lors de la cérémonie célébrant le 303ème anniversaire de la Fondation de l’Hôtel des Invalides par le roi Louis XIV.

 

La princesse assistera ainsi avec son époux le Baron François-Xavier de Sambucy de Sorgue à la messe traditionnelle de la Fondation des Invalides, célébrée cette année encore par Mgr Antoine de Romanet, Évêque aux armées, en la cathédrale Saint Louis des Invalides. La princesse, représentant la Famille de France lors de cette cérémonie y retrouvera également son cousin issu de la Branche capétienne des Bourbons d’Espagne, le prince Louis de Bourbon, venu spécialement en France pour l’occasion.

 

La messe commencera à 11h et sera ouverte au public. Nous appelons donc tous nos lecteurs présents sur Paris ce jour là, à venir nombreux accompagner la princesse Chantal de France lors de cette cérémonie.

( 21 juin, 2018 )

De DOMREMY à VAUCOULEURS

 

 

Comme tous les ans depuis 40 ans, sous la direction de Jean-Marie Cuny, ce 13 Mai nous avons suivi le chemin emprunté par sainte Jeanne d’Arc pour aller de Domrémy à Vaucouleurs. Ainsi avait débuté son épopée.

Parti à 8 h 30 de l’église de Domrémy, nous arrivâmes à Champougny pour la messe après être passé entre autres à l’Hermitage de Bermont où aimait aller la petite Jeanne. La messe fut célébrée par le chanoine Dumain de l’Institut du Christ Roi spécialement venu de Bruxelles. Cela lui rappelait les souvenirs de sa jeunesse lorsqu’il faisait le pèlerinage avec les scouts.

Un pique nique – sous la pluie  – eut lieu ensuite arrosé d’un peu de champagne pour marquer les 40 ans avant de reprendre la route pour Vaucouleurs.

Malgré le temps, voici un  bel hommage rendu à la sainte de la Patrie. Tous reviendront avec des amis l’an prochain.

 

Philippe SCHNEIDER

( 8 juin, 2018 )

Aidez la Fondation Jérôme Lejeune

 

 

Faire de votre impôt un geste qui profitera aux plus fragiles

Aidez la Fondation Jérôme Lejeune

 

Chers amis de la Fondation Jérôme Lejeune,

Il y a quelques semaines je vous écrivais pour vous demander votre aide et vous avez été  nombreux à répondre à cet appel. Je vous remercie de tout cœur !

Comme je vous l’expliquais, la Fondation Jérôme Lejeune vit des moments difficiles. Les ressources d’une Fondation dépendent en grande partie des dispositions fiscales des dons. Ceci est particulièrement vrai pour la Fondation Jérôme Lejeune qui ne bénéficie d’aucune subvention publique et vit exclusivement de la générosité de ses donateurs.

  • Aussi, je souhaite vous rappeler que si vous êtes redevable de l’IFI, vous avez encore une semaine, jusqu’au 15 juin 2018, pour nous adresser votre don. 75% de votre don au bénéfice de la Fondation Jérôme Lejeune est déductible de votre IFI dans la limite de 50 000€ par an. Ainsi, un soutien exceptionnel de 1 000€ vous ouvre droit à une réduction IFI de 750€.
  • Si vous n’êtes pas concerné par l’IFI, je vous rappelle que vous avez la possibilité de déduire 66% de votre don de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Vous apportez un soutien irremplaçable à la recherche pour vaincre les maladies comme la trisomie 21. Au nom de tous nos patients et des personnes vulnérables, je vous exprime toute ma gratitude et ma confiance,

Thierry de La Villejégu
Directeur de la Fondation Jérôme Lejeune

04n
JE FAIS UN DON   
( 12 mars, 2018 )

Bonumvinumlaetificat cor hominis !

 

 

« Le Bon Vin réjouit le cœur de l’homme » est-il dit dans l’Evangile.

Notre religion est en effet celle du partage du pain et du vin. L’étude de l’évangile nous montre que le vin n’est pas d’un usage courant dans l’Ancien Testament.

Bien sûr, on voit que le brave Noé, après le déluge universel, s’est saoulé d’importance. C’est vrai qu’après avoir eu tant d’eau, il a abusé du vin ! Mais, ce n’est pas un exemple pour la jeunesse.

A la différence de Jean-Baptiste qui ne buvait que de l’eau, Notre-Seigneur Jésus ne s’est pas abstenu de vin. Il connaissait l’acidité du vin trop vert et la bonté du vin vieux.

Son premier miracle a été de transformer l’eau en vin. (Il aurait fait le contraire, il n’aurait pas été crédible). Notre-Seigneur a donc fourni aux noces de Cana un vin meilleur en abondance.

Dans son enseignement, Notre-Seigneur se déclare, lui-même, comme étant la vraie vigne dont les croyants seraient les pampres chargés de donner du fruit. Dans l’évangile, Jésus compare également son père au propriétaire d’un vignoble.

Enfin, Jésus a donné son sang et, le vin, fruit de la vigne et du travail des hommes, est devenu une substance sacramentelle.

Nous avons la chance d’être catholique, car par exemple, la religion musulmane interdit le vin… Et dire qu’il y a des imbéciles qui se convertissent à l’Islam !

Au pays de Lorraine, autrefois pays de la cervoise, on vénère saint Arnould, patron des brasseurs, mais l’église améliora surtout les vignobles tout au long des siècles. Toutes nos abbayes possédaient de bons cépages sur les côteaux les mieux orientés. Et, c’est chez nous, à Verdun précisément, que saint Airy au VIe siècle-comme le Christ à Cana- accompli le miracle du tonneau de vin intarissable…

 

Jean-Marie CUNY

12345...12
Page Suivante »
|