( 26 avril, 2017 )

IL FAUT BATTRE MACRON

Pour le deuxiēme tour des ėlections prėsidentielles, le choix est clair : d’un cotė le candidat de « la fortune anonyme et vagabonde », du mondialisme, de Mme Merkel, soit du chōmage, de la destruction de la France et des français. De l’autre une candidate qui, malgrė ses dėfauts (laïcisme, jacobinisme, en fait son rėpublicanisme) veut défendre la France et les Français. Il n’y a aucune hėsitation à avoir : il faut voter Marine Le Pen.

Il faudra aussi se souvenir des candidats aux ėlections lėgislatives qui auront appelé à voter Macron pour ne pas voter pour eux.

Union des Sections Royalistes Lorraines

( 15 avril, 2017 )

LA VENDEE EN LORRAINE

 

 

Ce fut tout d’abord à Nancy le 31 mars une remarquable conférence de Reynald Sécher devant une petite quarantaine de personnes dont plus de la moitié de jeunes étudiants. L’orateur, présenté par Philippe Schneider, démontra qu’il n’y avait bel et bien eu un génocide voulu et organisé par le pouvoir républicain en 1793/1794 dans ce qu’il est convenu d’appeler la « Vendée militaire ». La soirée se termina par un échange amical autour d’un buffet.

 

Le samedi 1er avril fut consacré au souvenir de Jean-Nicolas Stofflet dans son village natal de Bathelémont. Après une messe dite en l’église du village pour le repos de l’âme du général et des victimes de la guerre, il fut déposé une gerbe devant les plaques « Jean-Nicolas Stofflet » apposées sur l’église. Après être passé rue Jean-Nicolas Stofflet, une autre gerbe fut déposée devant le monument Stofflet qui se trouve à l’emplacement de la maison natale du général aujourd’hui détruite lors de la guerre.

Après le déjeuner, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées à la Mairie pour écouter les orateurs : Serge Husson, ma        ire de Bathelémont, descendant de la famille Stofflet, qui nous parla de la famille et du général. Reynald Secher qui décrit les causes et le déroulement de la guerre de Vendée en y montrant le rôle du général Stofflet. Il montra de nouveau en quoi il y eut génocide. Enfin, Marion Sigaut nous parla de la notion de populicide en s’appuyant aussi sur les massacres perpétrés par les républicains à Lyon.

Journée remarquablement organisée par Romuald Feuillé et Didier Bruno de « Vosges Royales ».

 

Reynald SECHER Editions

 

Tous ceux qui ont été présents à l’une ou l’autre de ces journées ont pu voir les réalisations de Reynald Secher aussi bien en bandes dessinées historiques, DVD, livres… C’est si bien qu’il arrive que des festivals de BD refusent sa présence, sans doute de peu de la…concurrence ( !), à moins qu’il ne s’agisse de pure sectarisme, ce qui ne serait pas étonnant…

Achetez chez lui pour avoir pour vous et vos enfants une vue objective de l’histoire à lire de manière agréable : www.reynald-secher-editions.com ou Reynald Secher Editions, 3 rue de Rennes, 35690, Acigné.

( 9 avril, 2017 )

Frexit !

Vous trouverez ci-dessous le texte d’un communiqué du CRAF que les Royalistes Lorrains approuvent totalement

Il n’y a pas de bonne république mais les patriotes n’ont pas le choix de l’abstention. L’intérêt national nous commande de faire barrage à ceux qui entendent poursuivre voire accentuer les politiques d’inspiration européiste qui ont détruit économiquement et socialement la France. L’Action française appelle à voter, au premier tour, pour un des quatre candidats – Asselineau, Dupont-Aignan, Le Pen ou Mélenchon – qui veulent dénoncer les traités européens.

Le 29 mars dernier, Theresa May a déclenché l’article 50 du traité de Lisbonne, qui prévoit un mécanisme de retrait volontaire et unilatéral d’un pays de l’Union européenne. Le processus est désormais engagé. Conformément à la volonté du peuple britannique, que le pays légal de Sa Gracieuse Majesté a décidé de respecter, le Royaume-Uni a retrouvé aujourd’hui le chemin de la liberté.

Certes, qu’il s’agisse de Schengen ou de l’euro, les Îles britanniques n’étaient pas aussi impliquées que la France, pays fondateur, dans l’Union. Il n’en est pas moins vrai que la décision prise par un pays membre de la quitter a été vécue comme un véritable traumatisme non seulement par l’oligarchie mais également par un bon nombre de citoyens des divers pays européens, sincèrement convaincus que l’Europe institutionnelle est l’horizon indépassable de chacun des États membres. Le projet européiste, inculqué dès l’école et martelé par les médias depuis plusieurs générations, est devenu pour beaucoup comme un réflexe conditionné, si bien que toute éventuelle sortie d’un État membre est ressentie comme un cataclysme. Et il est vrai qu’après le 9 novembre 1989, qui a vu la chute du mur de Berlin, le 23 juin 2016 est sans doute la date la plus importante des trente dernières années, puisqu’elle a vu un peuple libre tourner le dos au Léviathan bruxellois.

La France va, dans les cinq prochaines semaines, élire un nouveau chef de l’État. Onze candidats sont en lice. Nul besoin de revenir, dans ces lignes, sur ce que l’Action française pense d’une élection qui, censée rompre avec le régime des partis et les puissances d’argent en dotant la France d’un monarque électif, a laissé ces mêmes partis et ces mêmes puissances financières reprendre la main. Il n’y a pas de bonne république : l’actuelle campagne électorale, qui voit les égouts déborder, nous en fournit une nouvelle preuve.

Toutefois, les patriotes n’ont pas le choix de l’abstention. Car si l’élection d’aucun des onze candidats ne peut satisfaire le pays, puisque, plus encore que les hommes, ce sont les institutions qui sont en cause, en revanche, il n’est pas indifférent à l’intérêt national, qui est notre seul guide, que l’un soit élu plutôt qu’un autre. Le Bien commun de la nation commande tout d’abord de faire barrage au premier tour aux deux candidats qui entendent poursuivre, voire accentuer la politique conduite par François Hollande, sous le quinquennat duquel la cohésion du pays s’est gravement détériorée sur les plans économique et social : augmentation du chômage, poursuite de la désindustrialisation, destruction de l’agriculture, attaques contre la famille, immigration galopante, terrorisme, communautarisme exacerbé. Or Macron avec la bénédiction du Medef, Hamon avec celle des “quartiers” veulent encore aggraver une situation déjà explosive, tout en continuant d’aller chercher leurs ordres auprès de la chancelière berlinoise ou des commissaires bruxellois. Quant à François Fillon, les affaires qui le concernent ont éclaté trop opportunément pour qu’elles influent sur notre refus de cautionner un candidat dont le conservatisme apparent dissimule mal un vrai opportunisme. Outre ses palinodies en matière économique et sociale, son refus de rompre avec l’Europe institutionnelle lui interdira toute véritable réforme de salut public.

Parce que, selon le mot du duc d’Orléans devenu la devise de l’Action française, tout ce qui est national est nôtre, « Frexit ! » est le mot d’ordre qui doit présider au choix de tout patriote.

C’est pourquoi, considérant que seuls les peuples libres peuvent décider du sens qu’ils donnent à leur histoire, l’Action française appelle à voter, au premier tour, pour un des quatre candidats – Asselineau, Dupont-Aignan, Le Pen ou Mélenchon – qui se prononcent pour une dénonciation des traités européens existants, tout en privilégiant ceux qui envisagent clairement la sortie de l’Union européenne et le retour au franc.

Le Bureau politique de l’Action française se réunira après le premier tour pour se prononcer entre les deux finalistes.

L’Action française

( 7 avril, 2017 )

Paris, mardi 11 avril, Jean-Yves Le Gallou aux Mardis de Politique magazine, un rendez-vous à ne pas manquer …

Les mardis de Politique magazine

 

Conférence mardi 11 avril 2017

 

Les médias et l’élection présidentielle

par Jean-Yves Le Gallou,
Homme politique, haut fonctionnaire, président de Polémia.

Le conférencier dédicacera son ouvrage
La Tyrannie médiatique : les assassins de l’information (Via Romana)

Rendez-vous à partir de 19h00 – Conférence à 19h30 précises
Participation aux frais : 10 euros -  Etudiants et chômeurs : 5 euros

Salle Messiaen, 3 rue de la Trinité  Paris 9° - Métro La Trinité, Saint-Lazare

Renseignements : Politique magazine, 1, rue de Courcelles, Paris 8° – T. 01 42 57 43 22

( 25 mars, 2017 )

Journée STOFFLET à Bathelémont le 1er Avril

VOSGES ROYALES

LA LORRAINE ROYALISTE

L’association HISTOIRE et CULTURE

 

 

SAMEDI 1ER AVRIL

 

 

 

JOURNEE JEAN-NICOLAS STOFFLET

- Un lorrain devenu général de l’Armée Catholique et Royale -

COMMEMORATION – DEJEUNER-DEBAT CONFERENCE -DEDICACES

STAND LIBRAIRIE

à Bathelémont

 

Bathelémont est un petit village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Lunéville dans lequel naquit Nicolas Stofflet.

 

10 h 30 – Messe pour le repos de l’âme de Jean-Nicolas Stofflet et des victimes des guerres de Vendée.

11 h 15 – Fleurissement des plaques commémoratives du souvenir vendéen (éventuellement du  monument à l’emplacement du moulin natal)

12 h 00 – Ouverture de la librairie – visite du village et ses sites.

12 h15 – Déjeuner débat avec Reynald Secher, historien et écrivain sur le thème : la répression des guerres de Vendée

14 h 30 – Séance de dédicace

15 h 00 – Conférence de Serge Husson : Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine – Enfance jeunesse

15 h 30 – Conférence de Dominique Lambert de la Douasnerie : Jean-Nicolas Stofflet, Chef de paroisse et général vendéen.

16 h 45 – Conférence de Reynald Secher : Le génocide vendéen, Présentation des apports juridiques du récent ouvrage de Jacques Villemain.

18 h 00 – Librairie, dédicaces.

Compte tenu du nombre de places limitées aux conférences ; il est vivement recommandé de réserver rapidement en adressant un courriel à : lesvosgesroyales@gmail.com  Ou par téléphone au  03 29 30 18 46

 

 

Pour le déjeuner-débat (prix 22,50€) Réservation obligatoire. Nombre de places limité.

( 25 mars, 2017 )

Reynald SECHER à Nancy le 31 Mars

L’Association HISTOIRE ET CULTURE

 

Vous invite   à  une

Conférence-débat  Avec

 

Reynald SECHER

Historien – écrivain – éditeur

 

 

Sur le thème

 

Vendée : Guerre civile ou génocide ?

Vendredi 31 Mars 2017

Brasserie « LES DEUX PALMIERS »

64 rue Stanislas à Nancy

19 h : accueil

 

19 h 30 : conférence

 

21 h 00 : débat avec le conférencier autour d’un buffet froid.

 

Une participation aux frais sera demandée

( 19 mars, 2017 )

29 JANVIER A NANCY

 

La journée commença par la messe pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI en l’église – comble – de l’Immaculée Conception. Ce jour-là, c’était la messe de la Saint Sigisbert, roi d’Austrasie et patron de la ville de Nancy.

Ensuite, quelques dizaines de royalistes Lorrains se retrouvèrent à l’auberge de Maître Marcel pour la traditionnelle fête des Rois. Cette année, plusieurs élus nous firent l’amitié de nous rejoindre afin de nous rencontrer : Dominique Bilde, députée française au parlement européen, conseillère régionale. Thierry Gourlot, conseiller régional, conseiller municipal de Metz, président de l’Observatoire des patriotes lorrains, Jean-Michel Rossion, conseiller municipal de Metz.

Notre Directeur, Philippe SCHNEIDER, pris la parole en faisant remarquer que la nouvelle année se termine par « 17 », ce qui n’est pas très bon car il convient de se souvenir de 1517, la réforme luthérienne, 1717, naissance de la Franc maçonnerie, 1917, révolution bolchevique en Russie. Trois grandes catastrophes marquant les progrès de la révolution ! 2017 sera-t-elle dans cette funeste lignée ou au contraire marquera-t-elle le début d’une saine réaction, du renouveau de la France ? Nous devons y travailler. Un des moyens est de diffuser la presse royaliste : La Lorraine Royaliste, bien sûr, mais aussi Politique Magazine, La Nouvelle Revue Universelle, l’Action Française 2000.

Le professeur Jean-François Gicquel pris ensuite la parole pour évoquer l’état lamentable de notre patrimoine essentiellement royal et catholique. Il proposa plusieurs solutions pour y remédier. Vous trouverez le texte de son intervention dans notre prochain numéro. Puis ce fut notre ami Jean-Marie Cuny qui  nous parla du calendrier avec son humour habituel.

Vous trouverez le texte de son allocution ci-dessous.

Réforme du calendrier officiel

 

Tous les ans, notre estimé président-directeur-général de la Lorraine Royaliste me demande de tenir un discours lors de notre traditionnel repas de janvier. Cela me gêne un peu car je trouve que la formule s’apparente aux banquets républicains du style IIIe République… D’accord, on ne va quand même pas jusqu’à bouffer du curé et manger du boudin le vendredi-saint … La tradition du banquet perdure depuis un certain nombre d’années pour « choucrouter » en communion d’idéal pas très républicain. Il faut le dire !

Pardonnez-moi, mais cette année, je n’ai pas trouvé de sujets passionnants à vous présenter.

Vous êtes tous bien informés de la politique et des désordres du monde actuel. Vous connaissez l’histoire de notre pays, c’est-à-dire celle qui n’est pas enseignée à l’école laïcarde et républicaine, il est donc bien difficile d’évoquer ici un sujet original. J’ai alors décidé de vous parler simplement de la pluie et du beau temps ou plutôt, du temps qui passe au rythme des jours ponctués par le traditionnel calendrier desPTT (qui signifie : Poste-Télégraphe-Téléphone) …

A une époque pas très ancienne, au café proche de la grande poste de Nancy, on chahutait volontiers les facteurs, accoudés nombreux au comptoir de la brasserie « La Gauloise », entre la rue Saint Julien et la rue des Dominicains. Le lieu était nommé « l’annexe » de la grande poste par les postiers eux même. Bref, il y avait toujours un petit malin pour narguer nos préposés au courrier : PTT, disait l’intervenant au comptoir, ça veut dire : Petit Travail Tranquille !.. Pas du tout répondaient les postiers, ça veut dire : « Paye Ta Tournée »…

Bref, je vous dis ces gaudrioles manière d’entrer en matières, car mon sujet du jour, c’est le sérieux calendrier des PTT… Il parait que ce n’est plus les PTT, (on a supprimé le télégraphe depuis un certain temps). Aujourd’hui, c’est des PéTé qu’il s’agit, c’est moins élégant et peut prêter à des interprétations grotesques que je tiens à éviter ici, en notre bonne société réunie.

J’arrive à mon sujet du jour…

Je tiens donc à vous faire savoir que je suis fâché avec le calendrier, non pas parce qu’il m’a couté un billet de 10 euros donné à mon facteur, mais parce qu’il ne correspond pas à mes connaissances, mes idées et mes souhaits…

D’abord, je conteste le changement de millésime à la date du 1er janvier qui commence l’année en plein hiver, sans aucune base historique ou même zodiacale. Au temps des Romains, l’année nouvelle commençait en mars.

Sous le grand empereur Charlemagne, la nouvelle année débutait à Noël. On célébrait en même temps la naissance du p’tiotJésus et l’an nouveau.

Sous nos ducs de Lorraine, l’année démarrait de façon toute naturelle avec l’arrivée du printemps, précisément le 25 mars, jour de la fête de l’Annonciation, donc dans l’ordre ordinaire des saisons : printemps, été, automne, hiver…

Si je fais signer une pétition ici, parmi vous, ou même surinternénet comme c’est de mode, je pense qu’il me sera très difficile de faire changer la date actuelle choisie il y a déjà un certain nombre d’années. Quand même, je m’agace, je proteste, je râmine d’une saint Sylvestre à l’autre. Les dates des fêtes et des anniversaires républicains de mon calendrier des postes n’ont pas ma faveur et les fêtes proposées ne sont pas les miennes. De votre côté, bons citoyens que vous êtes, vous l’acceptez peut-être, puisque c’est officiel. Moi, rebelle par nature, j’ai rayé rageusement les dates commémoratives qui n’avaient pas ma faveur.

Sachez ici que j’ai établi un calendrier autrement plus sérieux, avec les dates anniversaires qui nous concernent. Déjà, nous avons récemment célébré l’anniversaire du 5 janvier, officiellement occulté qui changea pourtant la carte de l’Europe en 1477.

Aujourd’hui, nous évoquons la mort ignominieuse du bon roi Louis XVI, conduit à l’échafaud par la canaille révolutionnaire. Je voudrais que l’on commémore également tous les ans, le martyre et la mort honteuse de la reine Marie-Antoinette épouse du roi à la date du 16 octobre…

Bref, j’ai osé réformer l’éphéméride actuelle en établissant un calendrier des dates évocatrices pour nous au cours de l’année. Par exemple, après-demain, nous fêtons Saint Sigisbert, roi mérovingien d’Austrasie, patron de la ville de Nancy. Il n’est pourtant pas indiqué sur le calendrier des P & T. C’est un manque fâcheux.

Bref, tout cela pour vous dire que mon calendrier perpétuel réformé est en vente ici à notre table de presse. Il coûte dix euros qui seront entièrement versés à une œuvre identitaire utile (Mémoire des Lorrains et Pèlerins de Lorraine).

Merci de votre écoute patiente et attentive.

 

Jean-Marie Cuny

( 9 mars, 2017 )

Conférence le mardi 14 mars d’Olivier Pichon sur la crise de régime

 

Racoon logo

CONFERENCE

Mardi 14 mars 19h30

« Populisme » et crise de régime
par

Olivier Pichon,

agrégé de l’Université, journaliste, écrivain

Conférence le mardi 14 mars d'Olivier Pichon sur la crise de régime dans informations royalistes

Olivier Pichon

Rendez-vous à partir de 19h00

Conférence à 19h30 précises

Participation aux frais : 10 euros. Étudiants et chômeurs : 5 euros

Salle Messiaen

3, rue de la Trinité 75009 Paris

Métro: La Trinité, Saint-Lazare

Pour tout renseignement :

Politique magazine, 1, rue de Courcelles, 75008 Paris.

Tel. : 01 42 57 43 22

contact@politiquemagazine.fr

 dans informations royalistes

Olivier Pichon « Aujourd’hui tout opposant au système est, virtuellement, un iconoclaste qui brise les images sacrées de l’Etat distributeur de richesses, du multiculturalisme, de l’antiracisme et de l’amour universel de l’humanité. »

( 23 février, 2017 )

INVITATION [Provence] – ON S’INSCRIT SANS TARDER !

 

 

COLLOQUE D’ACTION FRANÇAISE

ELECTION PRESIDENTIELLE : LA DEFAITE DU PEUPLE ?

PROGRAMME / SAMEDI 4 MARS – 15 h 

Première table-ronde : Un contexte politique défavorable
animée par Charles de Meyer, assistant parlementaire de J. Bompard

LA DÉMOCRATIE AU DÉFI DES NOUVELLES INITIATIVES CITOYENNES
par Elie Davy, étudiant en journalisme et communication

LA GAUCHE CONTRE LE PEUPLE
par David L’Épée, rédacteur à Éléments

LA DROITE CONTRE LE PEUPLE
par Antoine de Crémiers, conférencier,

conseiller éditorial de La Nouvelle Revue Universelle

Deuxième table-ronde : Des fondements institutionnels viciés
animée par Philippe Mesnard,

rédacteur en chef de L’Action Française 2000

LES LIMITES DE LA Vème RÉPUBLIQUE
par Jean-Baptiste Collomb

Doctorant en droit constitutionnel et Chargé d’enseignement

LA SOUVERAINETÉ EN QUESTION
par Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine

et de de La Nouvelle Revue Universelle

RESTAURER LE POLITIQUE

FACE AUX IDEOLOGIES DE LA DECONSTRUCTION

par Rémi Soulié, essayiste et critique littéraire

Suivi d’un buffet dînatoire

SAMEDI 4 MARS, 15 H

NOTRE-DAME DU LIBAN,

5 avenue du Parc Borely, 13008 Marseille [Parking]

PAF • COLLOQUE & BUFFET DÎNATOIRE 20 €

10 € POUR LES ETUDIANTS

Inscriptions & renseignements : colloqueafprovence@gmail.com

Téléphone [renseignements] : 06 08 31 54 97

( 9 février, 2017 )

Paris, mardi 14 février, Jacques Sapir aux Mardis de Politique magazine, un rendez-vous à ne pas manquer ..

Les mardis de Politique magazine

 

Conférence

mardi 14 février 2017

 

L’euro, la France, l’Europe

 

par Jacques Sapir
directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Le conférencier dédicacera son ouvrage
Souveraineté, démocratie laïcité (éditions Michalon)

Rendez-vous à partir de 19h00 – Conférence à 19h30 précises
Participation aux frais : 10 euros  - Etudiants et chômeurs : 5 euros

Salle Messiaen
3, rue de la Trinité 75009 Paris  Métro: La Trinité, Saint-Lazare

Renseignements : Politique magazine, 1, rue de Courcelles, 75008 Paris
Tél. : 01 42 57 43 22

12345...7
Page Suivante »
|