( 20 juillet, 2019 )

US GO Home ! Stop aux OPA américaines sur nos fleurons !

 

 

US GO Home !   Stop aux OPA américaines sur nos fleurons ! dans informations royalistes

Les militants toulousains d’Action française se sont rendus à l’usine Latécoère pour dénoncer la prédation américaine qui menace nos intérêts et nos emplois.

 

 L’équipementier Latécoère est devenu la proie des financiers américains. Le 28 juin 2019, un fond d’investissement états-unien a annoncé sa volonté de posséder majoritairement Latécoère par une offre publique d’achat. Cette société qui fournit d’autres industriels français de pointe comme Airbus ou Dassault pourrait bientôt passer sous contrôle étranger !

 

( 12 juillet, 2019 )

VINCENT LAMBERT EST MORT LA REPUBLIQUE C’EST CREON

 

 

Communiqué de LA RESTAURATION NATIONALE, Centre Royaliste d’Action Française

 

C’est fini. Vincent Lambert est mort, et toute notre société a honte – ou devrait avoir honte.
Elle devrait avoir honte car il y a eu un acharnement procédurier inexplicable sinon par la volonté de faire un exemple. Oui, en France, depuis plusieurs années, on a décidé que Vincent Lambert devait être l’exemple de la miséricorde républicaine. C’est-à-dire qu’on a expliqué qu’il était un légume, qu’on l’a privé des soins auxquels il avait droit, qu’on a persécuté et diffamé ses parents et, enfin, qu’on l’a tué.

➡ Voilà qu’on touche enfin du doigt la réalité de l’euthanasie : des médecins, des experts et des juges ont décidé qu’un malade devait mourir après avoir été traité comme un chien, enfermé dans sa chambre comme aucun prisonnier n’est détenu en France, parce que ce malade, pour eux, n’avait plus de dignité – alors que ce sont eux qui l’ont déclaré et rendu indigne des soins qu’on distribue aux autres malades dans son cas, indigne d’être transféré dans un service de soins palliatifs où il aurait pu mourir vraiment accompagné. Des médecins jugent désormais que droguer, affamer et assoiffer un homme, c’est soutenir la dignité des bien portants, au nom du Progrès.

La France a donc donné le spectacle d’un appareil d’État, justice, santé, administrations et police (car on mobilisa les policiers pour bien s’assurer que le condamné serait exécuté), tout entier tourné vers un but : faire mourir l’innocent, le proclamer, et insulter ses défenseurs.

⚠ Quant aux Français dont on nous dit que leur soutien à l’euthanasie est de plus en plus affirmé, ont-ils réfléchi qu’ils étaient eux aussi, pour beaucoup, des faibles et des incapables aux yeux du pouvoir – dont les soutiens n’hésitaient pas à les insulter et même à demander qu’on leur tire dessus ? Se rendent-ils compte que répondre “oui” à un sondage conduit parfois à des lois qui les conduiront à la mort ?

Voilà donc où en est rendue la France : à affirmer que l’assassinat est bon, à affirmer que la dignité ne réside que dans la capacité, à affirmer que la puissance publique a pour mission d’éliminer les faibles. Vertigineux progrès.

Comme tant d’autres Français, l’Action Française regarde ce lit vide. Elle mesure combien la suppression d’un compatriote en raison d’un accident dont il ne se remit pas complétement est le signe d’une victoire de la barbarie sur la raison, de l’idéologie sur la politique naturelle.
Ce lit vide est une fosse béante dans laquelle la start-up nation est prête à faire basculer tous ceux qu’elle réprouve, handicapés, déments séniles ou simplement gens usés par la vie, comme en Belgique. La politique répond parfois à des lois : quand une idéologie tue l’Homme, elle ne cesse de tuer ses semblables. Aux mêmes causes, les mêmes effets.

L’Action française présume que la représentation nationale brandira demain le cadavre de Vincent Lambert pour justifier sa légalisation de l’euthanasie. La République, c’est Créon. Et Créon, c’est la mort.

 

( 25 juin, 2019 )

Communiqué de VOSGES ROYALES

 
 

Chers amis,

 

Pour faire écho aux élections européennes, le thème de notre prochaine réunion sera :

 

L’idée royale :

 

quels moyens possibles pour faire avancer la cause royale dans les Vosges

 

Toutes vos idées seront les bienvenues

 

 

Nous vous recevrons lundi 1 juillet 2019 salle Barbelouze 88130 Golbey à19h00

Venez nombreux

 

Avec nos amitiés royalistes les meilleures

 

Le bureau

 

 

( 8 juin, 2019 )

Paris le 11 juin, Jean Sévillia aux Mardis de Politique magazine, une conférence à ne pas manquer !

 

AVT_Jean-Sevillia_5145.jpg
Rendez-vous à partir de 19 h 00
Conférence à 19 h 30 précises
PAF : 10 € -  Etudiants et chômeurs : 5 €
Salle Messiaen, 3 rue de la Trinité  Paris 9° 
Métro La Trinité, Saint-Lazare
sans-titre pm.png
Politique magazine, 1 rue de Courcelles Paris 8°
T. 01 42 57 43 22
( 16 mai, 2019 )

L’injonction de Jeanne après la victoire de Patay, en route pour Reims : « maintenant partons » !

 

 

Discours prononcé devant la statue de Jeanne d’Arc place des Pyramides à Paris, dimanche 12 mai, à l’issue du Cortège Traditionnel de Jeanne d’Arc. Henri Bec est président de la Restauration Nationale Action française.

 

 

 

3627674999.jpg1429 – 2019 : Il y a 590 ans la petite bergère de Domrémy, écoutant Sainte Catherine, Sainte Marguerite et l’archange Saint Michel écrivait aux Anglais : « je suis envoyée par Dieu, le Roi du ciel, pour vous bouter hors de toute la France ».

 

Oui, la France était alors à la merci de l’ennemi héréditaire aidé par la fourberie des chefs bourguignons, parce que l’étranger a toujours été prêt à s’approprier le royaume des lys avec le renfort des ennemis de l’intérieur. La situation du dauphin Charles était désespérée, entouré de quelques fidèles ou de conseillers qui ne manquaient pas de se quereller. La France était sur le point de sombrer.

 

Contournant tous les obstacles, religieux, politiques et militaires mis sur sa route, Jeanne se rend d’abord à Bourges reconnaître le futur roi, prend la tête de son armée, délivre Orléans, et conduit le dauphin au sacre de Reims.

 

Et la belle dynastie capétienne allait régner encore 360 ans, faisant de ce pays un modèle d’équilibre, de sagesse et de paix, sous la même constitution établie au cours des siècles avec patience et intelligence. L’autorité indépendante du haut avait permis l’exercice de toutes les vraies libertés en bas et l’explosion du génie français, synthèse unique de la sagesse grecque, de la rigueur romaine et de la beauté catholique.

 

Qu’est devenu ce beau royaume de France ? Après cinq républiques, vingt-deux textes constitutionnels plus savants et inefficaces les uns que les autres, de présidents de droite en présidents de gauche, en passant comme aujourd’hui par un président déconnecté des réalités, englué et piégé dans les nuées abstraites de ses illusions européennes et mondialistes, le pays s’enfonce, comme au XVe siècle, dans un déclin qu’une classe politique lâche et pleutre se plait à ignorer.

 

La maîtrise des pouvoirs régaliens fondamentaux, justice, diplomatie, sécurité, monnaie a été honteusement abandonnée à de puissantes et maléfiques forces apatrides. Les prosélytes du vivre ensemble, de la démocratie universelle et autres « valeurs de la République » ne se livrent à rien d’autre qu’à la liquidation de nos forces vives entre les mains de la fortune anonyme et vagabonde et de dangereux envahisseurs que seule une cécité volontaire empêche de voir,  collaborateurs félons et parjures d’ennemis pourtant parfaitement identifiés.

 

L’ennemi est en effet à nos portes, pire il est déjà dans nos murs. « L’islam, cette religion monstrueuse, disait déjà le grand Bossuet, a pour toute raison ou ignorance, pour toute persuasion que la violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers ».

 

L’histoire nous apprend que les migrations de masse ont toujours été plus dangereuses que les conquêtes militaires. Cette occupation progressive que nous subissons dans le plus grand et mortifère silence, est même présentée comme « une chance pour la France ». C’est là comme ailleurs la subversion généralisée de la réalité, des jugements de simple bon sens et des saines notions de politique naturelle. Le mal est devenu le bien, le laid a remplacé le beau, l’erreur s’est substituée au vrai.

 

La nation protectrice se dissout dans un mondialisme mercantile et dans une Europe sous direction allemande. Notre colloque d’hier en a apporté une nouvelle et claire démonstration.

 

Et ce n’est pas aujourd’hui dans l’Église, dont le pasteur se livre à de dangereuses déclarations et à de regrettables manœuvres, que nous pouvons trouver un réconfort à nos angoisses. Espérons, de ce côté là aussi, des jours meilleurs.

 

Alors reprenons encore et toujours la leçon de Jeanne, dont Maurras disait qu’elle était « le chef d’œuvre de l’intelligence limpide ».

 

Beaucoup ont voulu et veulent toujours se l’approprier en oubliant, volontairement ou pas, sa leçon essentielle. Génie militaire certes mais aussi et peut-être avant tout, génie politique. Après avoir délivré Orléans, pressée par ses compagnons de partir conquérir la Normandie et la flotte anglaise, Jeanne refusa. Écoutant la consigne des anges, elle avait compris qu’il était d’abord nécessaire de rétablir l’ordre politique, de retrouver l’institution naturelle et légitime avant de se lancer dans d’aléatoires aventures militaires : d’abord le roi. La marque essentielle de son œuvre politique fut de reconnaître, affirmer, annoncer et consacrer le Roi légitime.

 

Jeanne d’Arc illustre la grande leçon que notre maître n’a cessé de professer : politique d’abord. Qui le dit à part nous ?

 

À ce peuple de France, à ce pays réel image des multiples fractures de la société qui erre sur nos ronds-points depuis des mois, sans savoir d’où il vient sans savoir où il va, abandonné par une oligarchie apatride et maléfique, sans projet politique ordonné, nous lui disons que nous avons et l’explication et la solution. La représentation de nos instances élues n’est plus crédible, l’autorité du sommet de l’État est désormais une pure illusion. La France n’est plus ni gouvernée ni administrée. La question politique est plus que jamais posée.

 

Et c’est pourquoi, tout naturellement à ce stade de mon propos je me permets en notre nom à tous d’adresser un message d’amitié au prince Jean mais surtout un message d’espoir à celui qu’il est désormais, Mgr le comte de Paris, héritier de notre dynastie nationale, lui redisant que les royalistes de l’Action française restent toujours à son service pour l’accompagner dans la mission de salut public dont il est investi. « Le solide honneur de la France, disait Maurras, est de se prévaloir de la plus belle des races de rois. »

 

Notre Action française, la plus ancienne école politique du pays parce qu’elle ne règle pas son existence et son action sur des compétiteurs de circonstances, sur des voyous de passage pour reprendre l’expression de Léon Daudet, est désormais en ordre de marche. Notre magnifique défilé d’aujourd’hui, nos bannières, nos chants sont la marque de notre dynamisme et de notre résolution, notre unité retrouvée le signe de notre détermination.

 

Mes chers amis, faisons nôtre l’injonction que Jeanne adressait à ses compagnons après la victoire de Patay, en route pour Reims : « maintenant partons ».

 

Oui, partons nous aussi vers Reims, accompagnés par la cohorte de nos prestigieux prédécesseurs, vous les plus anciens qui êtes toujours là parce que l’espoir politique ne vous a jamais abandonné et vous, les nouvelles générations qui allez prendre la relève, vous à qui plus spécialement je veux rappeler en ce jour de mémoire la leçon de Maurras :

« Jeune Français vive la France, mais pour que vive la France, jeune Français, vive le roi ».

Henri BEC

( 10 mai, 2019 )

11 et 12 MAI à PARIS

 

Colloque : Vers la désunion européenne ?

11 MAI 2019 – 14 h

327 rue de Charenton, 75012, Paris, métro Charenton

La montée des populismes, formule préférée des éditorialistes en mal d’analyses subtiles, cache des réalités très différentes mais qui convergent. Les Européens veulent moins d’Union européenne et plus de nations européennes. Moins de discours moralisants, plus d’actions efficaces. Moins de sentiments, plus de puissance. Moins de proclamations, plus de preuves. L’influence de la Chine, les relations avec les États-Unis, la question de l’immigration, la politique de l’Allemagne, autant de sujets où l’Union européenne, balbutie, se montre incapable de décider, fait la preuve de son impuissance et donc de son incompétence.

Peut-elle se contenter de détester les expressions populaires, de disqualifier les gouvernements illibéraux, de traiter tous ses opposants comme la France traite ses Gilets jaunes ? Et ne pourrait-elle pas courir le risque du concert des nations européennes plutôt que de courir le risque de la désunion ?

Programme

L’Europe comme elle ne va pas

Table ronde animée par Philippe Mesnard

Comment un projet fédéraliste d’union économique s’est-il transformé :

  • en une structure technocratique hors de contrôle
  • en un espace économique sous influence américaine
  • en un ensemble économique sans puissance
  • en institutions législatives et judiciaires qui nient les souverainetés nationales

Six minutes pour convaincre

 

Quatre jeunes français engagés prennent la parole !

  • Pour une politique spatiale européenne
  • Comment construire une contre-puissance européenne
  • Cultures européennes et christianisme
  • Le poison des droits de l’homme

Le retour du peuple français

Entretien mené par Philippe Mesnard

Demain, quelle Europe ?

Table ronde animée par Philippe Mesnard

Si l’UE présente de graves insuffisances, faut-il abandonner toute idée d’union européenne ? Mais alors sur quelle base la créer ? Vers quoi ? Avec qui ?

Grand Banquet

Librairie de Flore

Sur présentation de votre carte d’adhérent 2019, le stand de la Librairie de Flore vous proposera une réduction de 10% pour tous vos achats.

Pour bénéficier des meilleurs tarifs, pensez à adhérer immédiatement !

Le Bien Commun

Un stand du Bien Commun vous présentera les six numéros publiés depuis sa création et vous proposera de vous y abonner.

À découvrir : le nouveau mensuel de l’Action française

Tarifs

Pour assister au colloque :

  • adhérents : 10 euros
  • non adhérents : 12 euros

Pour assister au colloque et au banquet qui suivra :

  • adhérents : 25 euros
  • non adhérents : 30 euros

Pour vous associer au développement de la Restauration nationale, vous pouvez choisir le tarif « soutien » : il vous donne la possibilité de déterminer vous-même le montant de votre participation.

Défilé traditionnel

de JEANNE D’ARC

 

DIMANCHE 12 MAI 2019

 

Rendez-vous 10 h place d’Opéra, 8° arrondissement

 

Discours d’Henri BEC, Président de la RESTAURATION NATIONALE

 

( 9 mai, 2019 )

Communiqué de « VOSGES ROYALES »

Chers amis,

 

Les Vosges royales vous invitent à nous réunir nombreux pour rendre

Hommage à Sainte Jeanne d’Arc

devant sa statue à Epinal en la place éponyme

le lundi 20 mai 2019 à 18h00

 

A la suite de ce rassemblement, nous vous convions à nous retrouver

pour une conférence-débat à 19h00 en la salle Barbelouze de Golbey

consacré aux enjeux des élections européenne du 26 mai prochain

et aux propositions de l’Alliance Royale

 

Il va sans dire que cette conférence, comme toutes nos réunions,

est largement ouverte à tous publics, n’hésitez pas à amener vos amis et connaissances

 

Avec nos amitiés royalistes les meilleures

 

Le Bureau

( 24 avril, 2019 )

Communiqué de VOSGES ROYALES

 

 

Vosges royales

La prochaine réunion aura lieu le

Lundi 29 avril 2019 à 19h00

salle Barbelouze (face à l’hôtel de ville) à  Golbey.

Le thème retenu pour cette soirée sera

Les corporations

Après une différenciation des corporatismes allemands, italiens, espagnols et portugais, nous aborderons l’intérêt que représenteraient les règles corporatives dans notre monde actuel.

En espérant que le thème retenu retiendra toute votre attention, et que vous viendrez nombreux,

Nous vous adressons nos amitiés royalistes les meilleures.

 

( 19 avril, 2019 )

« Une espérance pour la France: La Monarchie », préfacé par le prince Jean de France

 

Lu sur « lafautearousseau »

« L’État souverain, l’État créateur … »  

Vous aimez profondément votre pays et vous vous inquiétez pour  son avenir ? Vous êtes déçu par la démocratie à la française ? Vous êtes atterré par la médiocrité du personnel politique aux affaires et dans l’opposition ? Vous estimez que les partis politiques accaparent le pouvoir sans pour autant représenter les intérêts des citoyens ?

Si la réponse est « oui » à au moins une de ces questions, je vous suggère la lecture d’un petit ouvrage revigorant réalisé par un groupe du cercle Vauban, intitulé « Une espérance pour la France: la monarchie ».

Il peut paraître extravagant de vanter, 226 ans après la mort de Louis XVI, 171 ans après la chute de Louis-Philippe, un tel système politique, auquel sont encore associés, dans l’esprit de beaucoup, les idées d’arbitraire, d’archaïsme, de privilèges, et d’abus de toutes sortes. C’est oublier qu’une part importante des pays européens concilient démocratie, libertés publiques  et monarchie, et que ces nations se montrent très attachées à leur famille régnante. C’est oublier également un peu vite que la monarchie française a conduit notre patrie au premier rang des nations, au long de quinze siècles de stabilité dynastique. La conjoncture nationale incertaine, trouble et dangereuse qui s’impose à nous révèle impitoyablement non seulement la médiocrité des hommes, mais aussi et surtout les failles énormes d’un système politique à bout de souffle, et par conséquent l’urgence brûlante d’un véritable changement de nos institutions.

da3ca4c7a93851635e093f5d42b6ce9c-plaquettemonarchie.jpg

Les rédacteurs de « Une espérance pour la France », au fil d’un travail précis et argumenté, proposent une réflexion en profondeur sur les besoins réels des français en matière de gouvernement, de libertés publiques, de prise en compte des grands défis contemporains dans le respect affirmé de notre identité et de notre indépendance : c’est ainsi par exemple que sont abordées les questions relatives à l’endettement national, la souveraineté, la restauration économique, les valeurs fondatrices de la nation, le patrimoine national, le problème des institutions européennes…Rien n’est esquivé, et la démarche reste toujours empreinte à la fois de lucidité et d’optimisme, car les rédacteurs sont guidés par l’attachement au réel, aux antipodes de toute idéologie. En effet, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, cette démarche est une réponse remarquable de bon sens et de sérénité à l’athéisme d’État qui prévaut toujours chez nous, et aux mythes de l’illusion démocratique, que sont, comme l’a écrit Denis Sureau, l’État souverain, l’État créateur, l’État rédempteur.  

UNE ESPÉRANCE POUR LA FRANCE : LA MONARCHIE

Éd. REGALIA, 2013, 120 pages, 6 €
Commandes à
LIBRAIRIE DE FLORE
10, rue croix-des-petits-champs 75001 Paris
Highlights info row image  09 83 42 38 16
( 18 avril, 2019 )

PRIÈRE DE CHARLES MAURRAS POUR NOTRE-DAME

Lu sur « lafautearousseau »

« Savez-vous ce qu’est devenue
La mystique rose au cœur pur
Qui, neige et feu, sous de longs voiles
Qu’auréolèrent sept étoiles,
Emparadisa Terre et Mer
Et, du péché libératrice,
De la douleur consolatrice
Eut pitié même de l’Enfer ?

Dites-nous : la Vierge Marie
Ne règne plus dans votre ciel
Et votre terre défleurie,
Désert de cendres et de sel,
Ne mène plus l’ogive en flamme
S’ouvrir aux pieds de Notre Dame,
Jurer l’amour entre ses mains
Et lui chanter : — Ô belle, ô claire,
Dans la maison d’un même Père
Abritez nos cœurs pèlerins ! » 

 maurras-Mistral.jpg

Charles Maurras

12345...16
Page Suivante »
|