• Accueil
  • > Editoriaux de la Lorraine Royaliste
( 24 février, 2014 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER du numéro 305 de LA LORRAINE ROYALISTE

2014 est une nouvelle année, elle démarre en fanfare : le mois de janvier est un mois de protestations, de manifestations contre le gouvernement socialiste. Entre la marche pour la vie, la journée de colère, celle de la « manif pour tous », voici trois dimanches qui virent des centaines de milliers de Français se déplacer pour dire leur opposition totale à la volonté des socialo-écolo-marxistes de détruire la famille, assassiner les enfants et les malades ou supposés tels. Contrairement à ce qu’espérait le pouvoir, la saine réaction des Français ne faiblit pas, au contraire, elle s’installe dans la vie politique et, hors des catholiques, spécialement les jeunes très mobilisés, il y a de plus en plus de musulmans et, ça, cela fait peur à la clique qui nous gouverne car ce sont leurs électeurs qui se lèvent de plus en plus nombreux contre eux. C’est toute la politique, la stratégie mis au point par le « think tang » « Terra nova », le laboratoire d’idées ( !) socialiste qui est remise en cause. On sait que ce groupe, qui dirige littéralement toute la stratégie du parti socialiste depuis de nombreuses années a constaté que la population « ouvrière » a quitté ce parti et la gauche en général. Il a considéré qu’elle était perdue et donc que le « parti » devait trouver un autre électorat. Ce devait être, pour lui, d’un côté ce qu’il est convenu d’appeler les « bobos »  pour « Bourgeois-Bohème », c’est-à-dire tous les riches – très riches souvent – généralement instruits (dans le sens où ils ont suivi beaucoup d’études style ENA, Sciences-po, ingénieurs….) mais pas éduqués (ils ne connaissent généralement rien à la vie, à l’histoire, aux rapports humains…), menant une vie dite « moderne », c’est-à-dire dépravée, sans famille, considérant les enfants comme un objet parmi d’autres… D’un autre côté, les électeurs devaient venir des immigrés naturalisés, spécialement les musulmans. Or, l’amalgame entre les deux, qui réussit en 2012, ne peut pas tenir et nous le voyons aujourd’hui : les musulmans, dans leur immense majorité, ne veulent pas des réformes « sociétales » imposées par les « bobos », ils refusent le « mariage pour tous », les réformes sur la famille, la PMA ; la théorie du « genre » et autres absurdités que veulent nous imposer le pouvoir. Dans ce combat, qu’ils veulent mener avec vigueur, ils se rapprochent, instinctivement, des Catholiques et plus spécialement des « tradits » comme le disent plusieurs de leurs chefs de file, se méfiant de ceux qui peuvent être tentés de « négocier » comme cela a été fait pour l’école…

Cette théorie « du genre » qui « n’existe pas » selon Vincent Peillon ou Najat Vallaud-Belkacem qui devraient mieux se relire et regarder les circulaires qu’ils ont signées avant de dire n’importe quoi ! Le gouvernement n’a pas encore réussi à imposer la suppression des écrits qu’ils voudraient voir disparaître, comme « Big Brother ». Le pire est que la plus grande part des « journalistes » va dans le même sens parlant des « inventions » des « intégristes », comme s’ils voulaient à tout prix cacher la vérité. Pourtant, il serait simple à Peillon de couper court à cette crise, en supprimant les quelques 500 expérimentations en cour dans des écoles primaires, interdisant dans les écoles les livres tels que l’ABCD de l’égalité, papa porte une robe, chausser les lunettes du genre… et interdire l’intervention dans les écoles des mouvements LGBT ou de planning familial. La « rumeur » propagée entre autres par la courageuse Farida Belghoul s’arrêterait d’elle-même. Mais il ne s’agit pas d’une « rumeur » mais de faits réels propagés par ceux-là même qui la nie : les ministres de l’éducation et de la propagande (pardon, « porte parole du gouvernement ») en premier. Pour qu’ils se renient ainsi pour cacher leur sale besogne, il faut vraiment que les centaines de milliers de Français qui ont encore manifesté en ce mois de Janvier leur aient fait peur ! malgré la féroce répression et les provocations de Manuel Valls, dit « Manuel Gaz » et que leurs partisans s’essoufflent (Une centaine d’organisation de gauche a bien tenté une contre manifestation le 12 janvier mais elle a réuni moins de 200 personnes !).

Ce dernier, voyant la situation lui échapper, tente de créer un « écran de fumée » en mettant en avant « l’humoriste » Dieudonné. Les provocations de ce dernier vont dans le même sens et nous pouvons légitimement nous demander si les deux n’agissent pas en plein accord : l’un faisant de la publicité au deuxième qui, par ses actions, volontairement ou par bêtise, tente de discréditer une juste révolte du peuple français. C’est une méthode qui fut souvent utilisée par les gouvernements républicains !

L’échec de plus en plus flagrant du gouvernement également sur le plan économique n’arrange pas les choses. Comme tout lui échappe, il semble vouloir absolument détruire ce qui reste de la France le plus rapidement possible, en tout cas tant qu’il garde le pouvoir. Et il ne faut pas compter sur l’opposition « officielle » pour s’opposer réellement à cette chute et ceci dans tous les domaines : n’oublions pas que l’UMP et ses alliés veulent rester dans l’Euro et l’Union Européenne, condamnant donc notre économie à la faillite et qu’ils sont les premiers à avoir fait diffuser la « théorie du genre » dans les écoles, avec Luc Chatel, ministre de « l’Education » de Sarkozy, il est vrai seulement au lycée, mais c’était un début. Par ailleurs, le « parlement » européen a délibéré pour l’approuver sur cette théorie « qui n’existe pas » ! Constatant cela, certains voudraient se présenter et être élus, cela ne conduirait qu’à encore plus de divisions et le combat électoral n’a jamais réussi en France.

Et c’est là notre mission, la seule qui importe : faire comprendre aux Français qu’ils ne peuvent pas s’en sortir avec un système qui par définition est fait pour détruire notre pays, et ceci depuis la révolution dite française. Retrouver de saines bases, se remettre à travailler pour nos familles, notre pays, nos provinces, ce ne sera possible qu’avec notre famille royale à la tête de toutes nos familles de France avec leurs diversités, leurs problèmes, mais aussi leurs espoirs.

 

Allons, tous, en cette nouvelle année, venez travailler avec nous pour propager la solution du salut national qui ne peut se faire qu’avec la restauration de notre monarchie royale traditionnelle représentée par Monseigneur le Comte de Paris, duc de France et, après lui, par le Duc de Vendôme, le Prince Jean.

( 9 janvier, 2014 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER du numéro 304 de LA LORRAINE ROYALISTE

Voici une année terrible pour la France et les Français qui s’achève. Sombrant en économie, le chômage comme les déficits ou les disparitions d’entreprises augmentant gravement, le gouvernement ne sait que « taxer » plus les Français pour essayer de limiter les dérapages financiers, ce qui ne fait que les aggraver, trop d’impôts tuant l’impôt comme n’importe quel économiste sérieux – mais pas les « énarques » au pouvoir – le sait. Il ne peut cependant guère faire autrement aujourd’hui car il doit obéir aveuglément aux ordres venus de Bruxelles et de Berlin, « Europe supranationale » oblige ! Or, ces pouvoirs veulent la disparition de la France en tant que Nation, de peur qu’elle se réveille un jour, rejetant leur tutelle.

 

Comme Hollande veut faire semblant d’exister, de jouer un rôle, il intervient en Afrique militairement avec ce qui reste d’armée à la France qu’il contribue à désarmer totalement. Que l’on me comprenne bien : les interventions au Mali et en Centre Afrique sont nécessaires, nous avons même demandé dans nos colonnes cette dernière depuis plusieurs mois. Nous intervenons bien tardivement – de nombreux massacres ayant déjà eu lieu – et petitement : c’est 10.000 hommes qu’il aurait fallu envoyer. Seulement, voilà, nous ne les avons plus, la faute à Chirac, Sarkozy et Hollande qui ont fait la même politique de désarmement, de baisse des effectifs… Par ailleurs, dans cette partie de l’Afrique, nous payons la grave et criminelle faute de Sarkozy que fut son intervention en Lybie. Les morts d’immigrés dans la Méditerranée sont également en grande partie de sa faute car la Lybie de Kadhafi ne permettait pas leur passage et cela se savait. Mais bientôt, « grâce » à la nouvelle loi de programmation militaire, pourrons-nous encore envoyer un millier de soldats dans un pays d’Afrique avec 3 ou 4 avions et hélicoptères ? Cela va devenir problématique !

 

Plus d’indépendance économique, politique, plus d’armée, la France est en pleine décomposition. Mais il y a encore pire car ce sont vraiment la nature même du pays, sa mémoire, ses bases que l’on veut détruire pour créer un « nouveau français » inculte, sans passé donc sans avenir, à la manière de ce que Orwell imaginait dans « 1984 », qui serait parfaitement malléable à la propagande révolutionnaire et deviendrait un parfait « homo économicus » comme les aiment bien les financiers !

 

C’est la raison pour laquelle tout ce qui est naturel doit être combattu, les lois de vie qui ont permis longtemps la progression de nos sociétés, doivent être abrogées. Ainsi, le mariage devenu un simple contrat passé entre deux personnes (et pourquoi donc deux personnes !) sans lien avec la procréation. L’enfant devenu un objet comme un autre et nous passons facilement du droit des enfants à vivre au droit à l’enfant de groupes de personnes – couples ou non – d’avoir un enfant comme l’on voudrait un animal de compagnie ou un jouet. Pas étonnant dès lors que l’on s’en sépare quand il ne donne plus « satisfaction ».L’eugénisme, si « décrié » par le pouvoir est pourtant mis en place par eux et de manière plus systématique que dans l’Europe du Nord et en Allemagne avant la deuxième guerre mondiale mais de manière plus « feutrée » : on incite les gens à « avortuer » leurs enfants s’il est soupçonné d’avoir peut-être un risque d’être malade ou mal formé…  Tout cela est une des conséquences de la société libéralo-socialiste comme Mme Taubira veut l’instituer. De même pour les malades qu’il ne convient plus de soigner mais de « préparer » doucement à la mort que l’on donnera, comme disait déjà Adolph Hitler. J’exagère ? Non, Hélas : regardez les nouvelles dispositions favorisant le meurtre des enfants dit I.V.G., les lois sur  « l’euthanazie » qui se préparent… C’est peut-être ainsi que le Président Hollande veut rétablir notre économie en limitant les dépenses de la sécurité sociale et les pensions de retraite ! Ce serait bien à la manière des matérialistes qui nous gouvernent qu’ils se disent de « gauche » ou de « droite ».

 

Cependant, 2013 aura eu aussi un aspect positif par la mobilisation énorme de millions de Français commençant à se rendre compte des dérives, mobilisation inattendue et très spontanée entraînant par ce fait une mauvaise organisation et sans avoir de but précis sauf tenter d’empêcher un forfait majeur. Il n’est pas dit que cette mobilisation restera sans effet, on en a la preuve quand nous voyons qu’il n’y a plus un ministre ou un « président » qui ne peut sortir sans faire l’objet d’une présence de la « manif pour tous », bien réelle et bien connue malgré la censure des médias.

 

Il faut maintenant, et c’est notre rôle, montrer qu’il ne suffit pas de s’opposer aux lois scélérates, car cela ne sert à rien dans un régime qui impose cela par nature même. C’est le régime qu’il faut changer pour le remplacer par le seul qui, en France, peut sauver le pays et ses habitants, qui a fait ses preuves pendant 1.000 ans, celui du Roi. Mobilisons-nous en 2014 pour faire progresser cette idée de salut national, tout le reste est finalement secondaire.

( 16 décembre, 2013 )

Editorial de Philippe SCHNEIDER – numéro 303 de LA LORRAINE ROYALISTE


« Français, vous avez la mémoire courte » disait un grand Maréchal Français. C’est ce à quoi j’ai pensé lorsque j’ai assisté, comme tous nos concitoyens, à la grande campagne contre les « écoutes » faites par les Américains sur des Français. Car, enfin, nous avons eu exactement la même campagne en 1988 lorsque le journaliste écossais Duncan Campbell dévoilait l’existence du système d’écoute appelé « échelon ». Ce système commença à être étudié en 1943 et fut mis en place après le deuxième conflit mondial. Il regroupait les Etats-Unis et le Royaume Uni et permettait un usage plus restreint par l’Allemagne, la Turquie, la Norvège pour l’Europe. C’est un système d’écoutes très sophistiqué dont tout le monde, dans les milieux politiques et militaires, connaissait l’existence mais qui ne fut rendu public qu’en 1988. Il n’y a aujourd’hui rien de nouveau, sauf, évidemment, les progrès techniques qui permettent une écoute plus précise, voire plus ciblée. Et il faut espérer que la France « écoute », elle-aussi !

Alors, pourquoi ces « écoutes » ressortent aujourd’hui ? Reproduisant le « scandale » de 1988, comme si il avait été totalement « oublié », ce qui est vrai pour beaucoup de nos concitoyens mais qui ne devraient pas l’être par des politiciens et des journalistes qui se disent « professionnels » ! Alors, nous pouvons sérieusement nous poser la question : ce problème n’est-il pas seulement exposé pour « occuper » les esprits, détourner leurs attentions de problèmes bien plus concrets et qui pourraient les faire « mal » réagir ?

En fait, le gouvernement, mais « l’opposition officielle » non plus, ne sait pas comment résoudre les problèmes qui s’accumulent. Ils cherchent à occuper les esprits avec des problèmes accessoires ou qui n’existent pas, voire inventés ou sur lesquels nous ne pouvons rien. C’est le cas de ces « écoutes », dérivatif dé jà utilisé.

Un autre qui a déjà été largement utilisé, c’est le « racisme », non le vrai tel que l’a théorisé un « Voltaire », un « Gobineau » et mis en pratique, entre autres, par un « Hitler », mais celui inventé par des associations largement subventionnées par le gouvernement et visant à stigmatiser des organisations et des mouvements plus ou moins classés à « droite » de l’échiquier politique. Et nous ne pouvons que regretter que certains – à « droite » – peuvent donner prises, certainement pour se faire de la publicité, à cette propagande ! Les Français n’ont jamais été racistes et particulièrement ceux de la « droite traditionnelle catholique et royale », car c’est contraire à leurs principes. Tous les grands penseurs de cette tendance et je pense particulièrement à nos maîtres que sont Maurras et Daudet, pour ne parler que des principaux. C’est profondément une idée révolutionnaire mais la propagande gouvernementale veut faire croire le contraire avec l’aide de « mesdias » complices et mensongers la plupart du temps parce que les « journalistes » n’ont même pas étudié la question et se contentent de recopier ce que « tout le monde dit », ou n’ose pas aller contre la « tendance » de peur de perdre leur métier !

Et puis, il n’y a pas besoin « d’insulter » Madame Taubira, il suffit d’examiner sa politique, ses projets puant sa haine de la France et des Français pour la condamner.

 

Tous ces dérivatifs sont là pour occuper l’esprit des Français et tenter de leur faire oublier le reste : la faillite de la France, le chômage, la soumission de plus en plus manifeste du pouvoir à une direction internationale. Le président sait-il simplement ce qu’il fera le mois prochain, à part préparer sa campagne électorale de 2017 ? Il voit pourtant – à moins qu’il ne veuille pas voir les réalités – que les Français sont de plus en plus mécontents, qu’ils en ont assez de payer toujours plus pour un Etat qui leur donne de moins en moins, de voir les taxes existantes augmenter ou de nouvelles se créer, sans compter l’impôt sur le revenu qui n’arrête pas de progresser. Il n’est pas étonnant que les grandes manifestations, bretonnes d’abord mais qui se généralisent, aient commencé au lendemain de la réception des feuilles d’impôts.

Payer toujours plus pour des prestations toujours moindres, il y en a assez. Car enfin, cet Etat qui nous pressure donne à l’Europe, à des « associations » parasitaires formées par des stipendiés du régime, aux partis, aux syndicats (mais uniquement ceux reconnus par le pouvoir !), à une éducation dite nationale de plus en plus inefficace, des dépenses somptuaires pour les pseudo artistes et j’en passe mais est de plus en plus incapable d’assurer la sécurité des biens et des personnes, la justice, la défense nationale, une véritable politique étrangère… Bref, un Etat qui coûte de plus en plus cher mais qui assure de moins en moins son rôle.

Les Français commencent à appréhender le problème. A nous de montrer qu’il est inhérent au régime électoral tel qu’il est conçu aujourd’hui. Tant que le chef de l’Etat sera élu, il ne sera pas possible d’opérer ce redressement que tous appellent de leurs vœux. Hollande n’a qu’un seul objectif : 2017 et sa réélection. Peu importe les conditions et les conséquences. Que la France ait plus ou moins disparue dans le conglomérat européo-mondialiste, le nombre de chômeurs, de sans logis augmenté, ce n’est pas grave s’il est réélu. Et puis, si la spécificité française disparaît, cela n’en sera que mieux pour sa réélection car des Français de paille, sans connaissance historique, sans instruction, c’est beaucoup mieux pour voter socialiste !

La France veut vivre, elle doit vivre. Les Français se sentent, le veulent, instinctivement. A nous de leur montrer que non seulement c’est possible, mais souhaitable non seulement pour eux mais aussi, j’en ai la conviction, pour l’Europe (la vraie) et le monde. Pour cela, il faut rompre avec le système républicain qui nous asservit, qui nous enferme dans une véritable dictature de l’esprit que l’on appelle le « politiquement correct ». Pour retrouver une vraie liberté de vivre libre en France, de la conception à la mort naturelle, il faut retrouver un gouvernement libre dirigé par un chef de l’Etat libre, donc notre Roi.

En cette fin d’année, que nos lecteurs prennent la bonne résolution de vivre une année 2014 militante au sein de notre mouvement pour la France et le Roi.

 

En attendant, je vous souhaite à tous un bon et joyeux Noël en famille.

( 18 octobre, 2013 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER – Lorraine Royaliste n° 302

 

 

L’an dernier, entre les deux tours de l’élection présidentielle, j’ai rencontré un ami qui, surprise de ma part car il s’était montré très critique envers Nicolas Sarkozy, distribuait un tract en sa faveur. Très étonné, je lui en demandais la raison. Il me répondit : « parce que je pense que Hollande est encore plus bête (1) que Sarkozy » ! Finalement, après plus d’un an de pouvoir absolu – au mauvais sens du terme, pas en celui de la Monarchie auquel cas il veut dire « indépendant » – je finis par croire qu’il avait raison.

Il n’y a qu’à observer son attitude dans l’affaire « syrienne ». Il part en flèche – sans doute « poussé » par les « Qataris » auxquels il ne sait rien refuser ! – croyant être suivi par les Américains et d’autres européens. Ces derniers refusent toutes aides, les anglais en dernier. Quant aux Américains, ils pensent surtout, contrairement à nous, à leurs intérêts et ils font vite « machine arrière ». Hollande se retrouve tout seul en avant… Cette attitude pourrait se comprendre si la France avait les moyens de sa politique, c’est-à-dire, en pratique, que le Président pouvait, pour appuyer sa résolution, envoyer au large de la Syrie 2 porte-avions, 3 ou 4 porte-hélicoptères, une force de débarquement (en particulier pour protéger nos amis Libanais) et les forces maritimes en frégates et sous-marins nécessaires à leur protection. Malheureusement, nous n’avons plus rien de tel, l’armée française est dépourvue de tout moyen et François Hollande poursuit même en l’accentuant la politique de destruction de nos forces déjà largement entamée par les Présidents précédents. Ainsi, par ses rodomontades, non seulement il se ridiculise mais, plus grave, il ridiculise notre pays ! Les Américains apparaissent plus réfléchis quant aux Russes, ils sont les grands vainqueurs de l’opération, grâce à leur grand Président qui, lui, sait ce qu’il fait, connaît ses moyens, et agit en conséquence, ce qui est le propre d’un véritable homme politique.

En politique intérieure, il y a la « réforme » des retraites qui ne résout rien ne faisant que reporter d’un ou deux ans des échéances. C’est du « sous-Sarkozy » !

Mais qu’attendre d’un pouvoir qui en vient à demander l’accord des potentats de Bruxelles sur le budget de la France. Il est vrai qu’il en est maintenant fait obligation du fait du Traité de Lisbonne qui reprend le texte de la « constitution » européenne refusée par les Français. Là aussi, Hollande ne fait que suivre Sarkozy dans sa politique de destruction de notre pays. Et il veut aller encore plus loin dans l’intégration, dans la soumission à l’Allemagne qui a réélu triomphalement la chancelière du Reich. Comme il ne veut rien faire sinon poursuivre sa politique du « chien crevé au fil de l’eau », il parle, fait des discours, allant dans le sens de ce qu’elle veut. Il veut donner l’impression qu’il mène le jeu alors qu’il ne fait qu’obéir servilement. Mais là aussi, nous ne pouvons que constater qu’il ne fait qu’imiter le précédent président avec moins d’agitation, moins d’effet de gestes, moins de paroles !

 Il est vrai qu’il vient d’avoir son « heure de gloire » à Bamako où il s’est fait applaudir. Les quelques soldats qui nous restent ont réussi à repousser, sans doute provisoirement les « islamistes », ceux-là même que l’on a aidé en Lybie et que l’on aide ailleurs… En fait, rien n’est réglé dans ce pays toujours partagé entre « noirs » du sud  et « Touaregs et arabes » du nord. En plus, c’est un « islamiste » mais noir qui a été élu ( !) lors d’une élection avant tout « tribale » ! Le partage du pays existe toujours, source de conflits, et la guerre s’étend aux pays voisins, au Niger et surtout en Centre Afrique où de nombreux massacres ont lieu sans que nous voulions (il y a des troupes françaises sur place) les empêcher. Il est vrai que ce sont surtout des Chrétiens qui se font massacrer !

Pendant ce temps, les ministres se querellent pour des « broutilles » montrant par là l’amateurisme du gouvernement et surtout de ses chefs. Des affaires sont montées en épingles comme cette histoire de « Roms » que Manuel Valls voudrait expulser et Cécile Duflot garder ! Allons, soyons sérieux, il y a toujours eu des « gens de voyage » en France et leur nombre n’est pas si élevé et, au moins, ils sont généralement Chrétiens. N’oublions pas aussi que beaucoup sont venus en France après l’agression « otanienne » du Kosovo d’où ils furent chassés pas les kosovars. Ce « cinéma » n’a-t-il pas plutôt pour but de cacher les millions d’autres immigrés fraîchement accueillis et naturalisés et qui, à terme – et déjà -, peuvent poser beaucoup plus de problèmes d’intégration. S’il est de notre devoir d’accueillir et de soigner des gens en difficulté, comme l’a très bien dit notre Saint Père le Pape François, il faut aussi, comme il l’a dit en même temps, savoir protéger l’avenir de nos nations, leurs intégralités politiques et morales. Il y a là une politique intelligente à la fois ferme et humaine à mener, ce qui n’est pas possible dans un régime aussi soumis aux pressions diverses que notre république.

Car s’est bien là notre problème : nous avons un pouvoir instable, soumis aux pressions, dirigées non par les hommes politiques qui veulent le bien du pays mais par des politiciens qui ne veulent que leur réélection et peu leur importe l’avenir de la France et des Français. Et c’est bien pour cela que l’intégration européenne leur va bien : ils n’ont plus grand-chose à faire que suivre les instructions et faire du « cinéma » pour les électeurs  et tout cela en encaissant leurs très confortables salaires !

Il est vraiment temps d’en finir avec le régime qui détruit notre pays et ne sait faire que des assistés et des chômeurs. La France peut et doit retrouver sa grandeur, ses racines, son indépendance, sa puissance car ses moyens sont grands à condition que nous ayons du pouvoir politique pour les mettre en œuvre. Ce pouvoir doit être indépendant des groupes de pression, des partis politiques, des financiers internationaux, donc de l’élection. C’est celui de notre Roi. Rappelons pour terminer ces fortes paroles du Jean III qui datent du 30 janvier 1933 et qui, comme l’écrit François Marcillac dans l’éditorial de l’Action Française 2.000, n’ont pas pris une ride : « Je représente les principes qui rendront à l’Etat la plénitude de l’impartialité, de l’indépendance et de la stabilité. Français, ou l’autorité et les libertés de la monarchie, ou l’oppression de l’anarchie socialiste. Ces grandes vérités politiques ne dépendent ni de vous ni de moi. Lorsque j’en ai reçu la garde, avec la vie, pour les transmettre intactes à mon fils, j’ai hérité aussi du devoir de les rappeler à la nation française et, s’il plaît à Dieu, quand il le faudra, je les appliquerai au gouvernement du pays en utilisant le concours des Français de toutes origines et de toutes conditions librement organisés et représentés. »

Jean III est mort, mais Henri VII est là et Jean IV arrive.

(1)Ce n’est pas exactement ce mot là qu’il employa !

( 28 août, 2013 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER du numéro 301 de La Lorraine Royaliste

 

 

Après le numéro 300, l’aventure continue pour poursuivre le combat sur le modeste créneau que nous occupons par devoir et fidélité. Le présent comme l’avenir semble sombre, la France semble devoir disparaître et donc les Français, remplacés par des « habitants » du territoire, sans passé et donc sans avenir, des sortes de « zombis » parfaitement manipulables et manipulés par les groupes de pression pour le plus grand bien de la finance internationale, du moins à un terme qui ne paraît pas très long. Au moins, il y a des gens qui auront « fait du fric » !

Tout semblait bien parti pour eux : destruction finale de la famille, élimination du genre humain, l’homme n’étant plus qu’une matière comme une autre, ce qui résulte bien de la dernière loi autorisant l’expérimentation sur les embryons humains, Hollande réalisant le « rêve » hitlérien !

 

Et pourtant, véritable « miracle » politique, les Français se réveillent. Des millions d’entre eux se sont retrouvés sur la rue, des personnes n’ayant – pour la plupart – jamais manifesté. Non seulement ils marquent leur refus des lois contre nature que l’on veut leur imposer, mais ils montrent qu’il ne s’agit pas là d’une réaction instinctive sans avenir. Malgré le vote scandaleux de la loi, ils continuent à s’opposer, à manifester, par centaines de milliers, dans toute la France malgré une répression particulièrement active. Ce sont les veilleurs, debout ou assis, une présence continuelle et massive sur toutes les manifestations, spécialement dans le Tour de France. La télévision, la radio, la presse en générale ont beau « censurer » ces manifestations, l’information passe : on sait que la voiture du président de la république a dû passer entre deux rangées de manifestants de la « manif pour tous », que le drapeau de 600 m2 est édifié tous les jours (dont une fois par des jeunes Lorrains ), qu’aucun ministre ne peut plus se déplacer sans rencontrer des groupes qui lui font savoir leur attachement aux valeurs traditionnelles de la famille.

Rien ne sera « lâché » tant que notre gouvernement devenu illégitime (bien que légal) par ses lois contre nature ne sera pas revenu sur elles.

Il n’est pas jusqu’au 14 juillet, jour où le président fut hué et sifflé tout au long de sa descente des Champs Elysées. C’est lui et lui seul qui fut rejeté par la population. Par contre, nos valeureux militaires, ce qui reste de notre armée fut acclamé, comme il se doit. Pauvre armée sacrifiée par François Hollande comme elle le fut par Nicolas Sarkozy ou Jacques Chirac. Certes nous avons encore pu un peu briller au Mali avec quelques avions et une dizaine d’hélicoptères !! Comment ne pas voir aussi ce matériel terrestre qui accuse un âge certain (plus de quarante ans souvent), plus ou moins bien rafistolé pour « tenir ». Heureusement que les islamistes n’ont pas mis en face de nous une armée cohérente, se contentant la plupart du temps de mener un combat de retardement pour leur permettre de se replier en Lybie ou en Algérie ( ?), ce dernier pays menant une politique très trouble ! Comme toujours lorsque les armées sont très diminués, on met en avant les « forces spéciales », certes très utiles mais pour permettre aux forces conventionnelles de vaincre et d’occuper le terrain. Lorsque ces dernières n’existent plus, ce qui est le cas, nous pouvons admirer le travail de ces « forces spéciales » mais où est l’exploitation ? A part, bien sûr, l’exploitation par les politiciens… En fait, notre armée est maintenant incapable de défendre le pays et d’intervenir à l’extérieur seule (on l’a encore bien vu au Mali, malgré la faible intensité de cette opération), tout est insuffisant, aussi bien dans l’armée de terre que dans l’aviation ou la marine. Et quand nous avons un peu de matériel moderne, nous n’avons pas les moyens de l’entretenir et d’entraîner suffisamment nos soldats. Il est évident qu’un pays comme le nôtre, pour être crédible et efficace, soit avoir une défense représentant un minimum de 4% du PIB. De plus, ce n’est pas une dépense inutile sur le plan économique si nous achetons français car cela fait travailler nos entreprises et la recherche, ce qui manque cruellement à la France aujourd’hui.

 

Il est vrai que le Président nous promet (l’a-t-il lu dans le « marc  de café » ?) qu’il y allait avoir une « reprise économique » très bientôt. Non seulement, elle ne semble pas arriver mais c’est la contraire qui semble le plus probable : nous allons vers une aggravation de la crise, particulièrement en Europe à cause de l’Euro… Et puis, il y a la grave menace d’une crise secouant la Chine et sa « bulle » financière qui risque d’éclater entraînant une récession dans ce pays et se propageant au monde entier.

Rien n’est sûr, mais c’est probable. Mais, après tout, le Président ne prévoit qu’une très légère amélioration (en fait une diminution de la chute !) en fin d’année, ce qui est possible en « truquant » quelques statistiques, mais pas… ensuite !

 

Comme toujours en république, nos gouvernants ne voient qu’à court terme, au jour le jour. L’avenir est toujours sacrifié, comme dans la politique familiale : il s’agit d’assouvir des « plaisirs » immédiats en sacrifiant l’avenir qui passe par une protection de la famille traditionnelle et des enfants… Tant que nous ne retrouverons pas une famille à la tête des familles de France, notre famille royale, aucun redressement ne sera possible. Allons, au travail, montrons à tous les manifestants qui se sont retrouvés depuis plusieurs mois pour dire « non » à la destruction de la famille que rien ne sera jamais possible en France si elle reste en république.


 

 

( 28 juin, 2013 )

EDITORIAL DE LA LORRAINE ROYALISTE de MAI 2013

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER

 

 

Eh oui, vous avez bien lu en première page : nous en sommes au numéro 300 de notre modeste mensuel qui essaye de se maintenir malgré les difficultés financières – l’équilibre est difficile à tenir ! – politiques, personnelles : il n’est pas toujours facile de tenir les délais, faute de temps, et vous vous en rendez bien compte car il y a parfois (comme ce mois-ci) des retards ! J’en profite d’ailleurs pour faire appel aux bonnes volontés : envoyez-nous des projets d’articles (courts), des idées pour améliorer notre journal, etc. Enfin, nous avons malgré tout une certaine fierté d’avoir tenu plus de trente ans et continuer ainsi notre combat de salut public pour les Français, la France et donc l’avènement de notre Roi.

Car notre pays en a bien besoin. La décadence ne fait qu’empirer. Depuis trente trois ans, la descente s’est faite de plus en plus rapide sous la direction d’une suite de Présidents de plus en plus nuls, de plus en plus anti-français : il n’y a qu’à voir la succession de Chirac, Sarkozy et Hollande, on en viendrait presque à regretter François Mitterrand qui connaissait au moins la France, son histoire, sa culture, sa langue… ce qui n’est plus le cas avec les actuels.

Pauvre France qui a vu imposer finalement le « mariage pour tous » malgré des manifestations comme on en a jamais vues et à la suite de votes acquis d’avance à l’Assemblée dite nationale et arraché peut-être frauduleusement au Sénat (à mains levées et à deux voix de majorité), ce vote aurait pu être contesté mais la république ne le veut pas car il va « dans le sens de l’histoire », une histoire inventée par les révolutionnaires de tout temps pour plier les réalités, les vérités, à leurs fantasmes ! Que faire ? Continuer à manifester, certainement, comme le font courageusement et pacifiquement malgré la furieuse répression policière les « veilleurs ». Il ne faut pas baisser la garde ! Et, en attendant les temps joyeux où la France se redressera avec son Roi, il faut faire pression sur les élus et les candidats : en aucun cas ne voter aux élections ayant pouvoir de changer les lois françaises ou « européennes » pour un candidat n’ayant pas pris officiellement et par écrit l’engagement de faire abroger cette loi inique et non légitime même s’il elle est (hélas !) légale. Et ceci même au deuxième tour quand il y en a un. Les « mous » qui disaient être opposés à la loi mais qui ne veulent rien faire contre s’ils retrouvent la majorité doivent être « balayés ». Il n’est plus temps de se résigner à subir des lois iniques et contre nature au nom d’un soit disant « moindre mal ».

Il n’y a pas que cela, poursuivant la politique antifamiliale de ses prédécesseurs, François Hollande diminue des allocations familiales (1), veut diminuer les retraites aux femmes mères de famille nombreuse et fait propager la théorie diabolique du « genre » dans les écoles. « Famille, je vous haie » semble être devenu son idéologie principale avec celle de la disparition de la France, mais n’est-ce pas la même chose ?

Quel spectacle lamentable le président de la république a donné lors de sa conférence de presse et dans ses déclarations suivantes : il veut faire croire qu’il va « montrer la voie » en Europe en proposant une intégration plus poussée en premier des pays ayant adoptés l’Euro. En fait, il reprend presque mots pour mots les directives imposées par la Chancelière du Reich. Il se montre non un précurseur mais un petit suiveur obéissant servilement aux ordres d’Angela Merkel. Peut-il d’ailleurs faire autrement, lui qui a signé tous les traités nous liant à cette Union Européenne dominée par l’Allemagne ? Il avait pourtant dit dans sa campagne électorale qu’il ne le ferait pas, mais ce n’est qu’un politicien républicain qui ne veut que la disparition du pays, c’est pourquoi il poursuit la voie tracée par ses prédécesseurs dans la construction d’une Europe supra nationale qui ne peut que détruire la France. Combien ridicule il apparaît lorsqu’il fait semblant de se fâcher devant des directives européennes imposant des dispositions économiques et politiques à notre pays alors que c’est lui qui a signé les derniers traités qui permettent justement ces directives. Pense-t-il que les Français sont assez idiots pour le croire ? Mais peut-être est-ce vrai pour certains, trompés par les politiciens et les médias. Dans le même temps, mais c’est là aussi dans la continuité de la politique de ses prédécesseurs, il s’emploie à détruire ce qui nous reste de forces militaires.

Miner le pays de l’intérieur en détruisant ce qui est sa cellule de base, la famille, et de l’extérieur en le soumettant à une domination étrangère, supra nationale, tel est l’objectif de François Hollande qui est dans la continuité de ses prédécesseurs, eux-mêmes tout simplement héritiers de la révolution dite française qui vit le début de la destruction de notre pays pour le plus grand mal des Français.

Une saine réaction s’impose, celle qui a commencé spontanément dans la rue pour dire « non » à la loi contre nature du « mariage pour tous ». Il ne faut pas qu’elle soit dévoyée par des politiciens qui ne feront que suivre la même politique de la culture de mort. La France doit retrouver, pour aller de l’avant, pour le plus grand bien de la France et des Français, en toute indépendance nationale, ce qui ne veut pas dire – comme le disent les ignorants et les politiciens – replié sur soi et en autarcie, au contraire : c’est en étant soi-même que l’on peut le mieux coopérer en toute amitié avec les autres.

Pour cela, il faut évidemment ne pas avoir à la tête de l’Etat un pouvoir ne pensant qu’à profiter du système sans faire trop de vagues et tenir jusqu’aux prochaines élections. Il faut un pouvoir indépendant et quel est le plus sûr que celui qui a fait la France justement grâce à son indépendance, à sa justice, à sa continuité pendant près de mille ans ? « Les Rois ont fait la France, elle se défait sans Roi » chante-t-on dans « la Royale ». C’est une grande vérité. Alors, travaillons sans relâche à redonner à notre pays son pouvoir légitime.

 

(1)                 On veut diminuer les allocations familiales sous prétexte de déficit. Or, la branche familiale est bénéficiaire, elle se voit déficitaire uniquement parce qu’elle est ponctionnée au profit d’autres branches des caisses d’Allocations familiales.

( 6 mai, 2013 )

EDITORIAL de Philippe SCHNEIDER du numéro 299

 

 

 

Non, nous n’étions pas deux millions le 24 Mars dernier, sans doute plus d’un million quatre cent milles personnes, parmi lesquels nous pouvions voir le Prince Jean de France, c’est un minimum (1). Le préfet de police, aux ordres, trouve beaucoup moins mais confisque tous les moyens de vérification, en particulier les photos aériennes. La propagande gouvernementale joue à fond, c’est son rôle. Rôle aussi, plus sombre, mais bien dans la « tradition » républicaine, celui des provocations policières (voir les photos et films pris de policiers en civil provoquant des heurts et remettant ensuite leurs brassards « police ». Le Site « le salon beige », entre autres, a publié ces documents), et d’une répression sanglante et aveugle contre des familles assimilées à des « groupes extrémistes »  qui, à part une vingtaine de « jeunes » décervelés et sans doute manipulés, n’existe que dans l’esprit dérangé de « journalistes » et de « politiciens ».

Ce fut en fait un immense succès que n’avait absolument pas prévu le pouvoir. C’est la révolte spontanée des familles, des Français de toutes catégories qui trouvent que vraiment, là, « trop, c’est trop » et qui ont envie de le dire, de le crier. Ils en ont assez de ces « privilégiés », de ces « bobos » héritiers de mai 68 qui n’en finissent pas de détruire la société, de favoriser de petites minorités dépravées au mépris du souhait de l’immense majorité des Français. Ils en ont assez d’être pris pour un ensemble matériel interchangeable, ils se sentent, avec raison, comme des êtres humains. Mais, là, ils se heurtent non seulement aux gouvernants actuels, mais aussi à beaucoup qui se disent « de droite » pour des raisons électorales mais qui pensent la même chose, mais aussi et surtout aux grands groupes économiques et financiers qui ne veulent plus, comme le montre si bien Yvan Blot dans la « Nouvelle Revue Universelle » de personnes humaines qui réfléchissent, qui soient encrées dans leur nation, leurs traditions. Ils ne veulent que des « machines humaines », ignorantes, parfaitement interchangeables, maléables pour leurs plus grands profits. C’est tous les politiciens qui vont dans ce sens, ces « européistes », ces « mondialistes » qui veulent détruire les provinces, les nations, qui organisent l’enseignement avec la complicité des « profs » de gauche afin que nos enfants ne sachent pas qui ils sont ni d’où ils viennent.

Ils sont tous complices, ou presque et Hollande ne veut que précipiter le mouvement. Il le précipite d’autant plus qu’il s’aperçoit, sans doute à son grand étonnement (il doit déjà être de ceux qui n’ayant rien appris ne savent ni réfléchir, ni examiner une situation) que le peuple français veut tout simplement continuer à vivre libre dans son pays, dans ses provinces, dans ses familles dans le respect du passé et de la Religion.

Cela est incompatible avec la volonté des grands groupes financiers, des grandes entreprises internationales qui ne veulent plus de ces  « particularismes » qui les empêchent de manipuler les personnes pour leur plus grand profit. D’où la fausse « religion » mondialiste, européiste, athée car matérialiste suivit docilement en France dans le passé par Chirac, Sarkozy et aujourd’hui Hollande qui veut encore accentuer le mouvement pour le rendre « irréversible ». Pour donner le change, il parle de progrès là où il y a régression jusqu’à la barbarie la plus ignoble, rayant les progrès de plusieurs millénaires de civilisation. Certes, déjà, il y avait eu des rechutes comme dans l’empire romain : avortements, mariages « gays » et même avec des animaux étaient permis et ce fut la fin de l’empire. Mais notre monde se redressera et les progrès reprirent.

Il faudra bien que notre France se rende à l’évidence : aucun progrès ne peut avoir lieu si l’on ne respecte pas les lois fondamentales, naturelles, que nous enseigne aussi la religion catholique. Comme Sophocle le montrait : il y a des lois éternelles qu’il convient de respecter, ce que défend Antigone, et c’est ainsi qu’un pouvoir est légitime  même si le pouvoir légal, celui de Créon/Hollande est légal tout en en respectant pas les lois éternelles.

De plus, sans respect des lois naturelles, il ne peut même pas y avoir des améliorations matérielles, tout s’en suit. Non, Hollande et ses sbires ne feront pas régresser durablement le chômage qui ne fait que progresser (2), ne feront pas que la France se réindustrialise, ne donneront pas un avenir à notre jeunesse. Avec eux, mais ce n’est que la continuation de la politique précédente, la France est condamnée à disparaître et les Français avec mais pour le plus grand profit de quelques uns.

Que cette contestation juste qui se fait jour, cette révolte des Français, aboutisse. C’est à nous de lui montrer la seule solution possible pour que leurs vœux soient exaucés et les autres aussi : il faut rendre à la France son pouvoir légitime qui est la Monarchie Royale. Il faut en finir avec cette république qui ne fait que détruire notre pays depuis la révolution dite française.

En attendant, à toute élection, nos devons nous souvenir de tous ceux, de tous les partis, qui soutiennent le « mariage pour tous » et en aucun cas ne voter pour eux.

 

(1)                 Quel dommage de voir les jeunes filles déguisées en « Mariannes », ce symbole des meurtres, de la torture, de la terreur révolutionnaire.

(2)                 Une suggestion : Hollande devrait demander au Préfet de Paris de recompter les chômeurs, je suis sûr qu’il n’en trouverait guère plus de 500.000 !

( 5 juin, 2012 )

Editorial de la Lorraine royaliste de Philippe Schneider

Ainsi donc, François Hollande a été élu Président de la république, avec peu de voix d’avance sur le candidat sortant. Ce dernier avait pourtant fait de gros efforts pour se montrer « de droite », allant même jusqu’à parler de l’immigration, de la nécessité des frontières, de l’indépendance nationale… Bref, il promettait de faire s’il était élu à un deuxième mandat le contraire de ce qu’il avait fait lors du premier. Cela a pris chez certains mais d’autres ne l’ont pas cru, ce qui est bien compréhensible surtout après les déclarations de personnalités comme Nathalie Kiociusko-Morizet (Hollande lui doit certainement son élection.) On notera aussi la belle performance des « eurosceptiques » qui réalisent près de 20 % des voix malgré la tentation du « vote utile ».

François Hollande a voulu inaugurer son mandat en rendant hommage à deux personnalités historiques : Marie CURIE (la chercheuse ou la militante communiste ?) et Jules FERRY, l’homme qui institua un enseignement visant à endoctriner les enfants à une laïcité militante mais qui ne fit pas faire de progrès dans les connaissances, il fit même casser beaucoup d’écoles existantes car catholiques… C’est aussi un homme qui justifiait la colonisation par l’infériorité raciale des colonisés, contrairement, par exemple, aux missionnaires qui ne faisaient aucune différence. C’était un « raciste » qui serait condamné aujourd’hui… Mais que peut-on attendre d’autres d’hommes – et de femmes – issus de la promotion « Voltaire » (nom qu’ils avaient choisi) de l’ENA. En effet, Voltaire, qui gagna beaucoup d’argent dans le trafic des esclaves, ne considérait pas les noirs comme étant véritablement des hommes et méprisait les juifs. On est bien dans la même ligne qui aboutit aux révolutionnaires nazis ou communistes…

Cette élection va-t-elle changer beaucoup de choses ? Je ne crois pas, du moins en ce qui concerne la politique économique et la politique étrangère. Dans les deux cas, comme le nouveau Président veut rester dans l’Union Européenne et garder l’Euro, il est prisonnier de Berlin. D’ailleurs, symboliquement, le soir même de son intronisation, il se rendait à Berlin, comme s’il allait chercher ses ordres. Rien de changé, donc ! Certes, pour lui faire plaisir, Angela Merkel a parlé de « croissance », mais de « croissance » à l’Allemande, pas celle que voulait lancer François Hollande… Pour le reste, c’est un « nein » résolu qu’il a essuyé.

Pour le retrait de nos forces de l’Afghanistan, il en est de même : seuls quelques soldats seront retirés, la majorité restera encore au moins un an, c’est ce qui était prévu par le gouvernement précédent à quelques semaines près…

Ne pouvant rien faire mis à part quelques mesures symboliques en économie, il est à craindre de notre nouveau Président, pour « prouver » qu’il est de gauche, ne prenne des mesures « sociétales » désastreuses : élargissement du meurtre des enfants à naître, augmentation de la permissivité, surtout auprès des mineurs, mariage homosexuel…. Cela fera plaisir à quelques groupes de pression révolutionnaires et à l’Europe de Bruxelles mais fera beaucoup de mal à la France et aux Français. Oh, rien ne sera fait avant les élections législatives, pour ne pas faire peur aux Français, mais cela arrivera très vite ensuite, avec un nouveau gouvernement plus « à gauche » en cas de victoire.

Or, la gauche tient déjà beaucoup de pouvoirs en France : la majorité des grandes villes, des conseils généraux, la presque totalité des conseils régionaux, le Sénat et maintenant la Présidence. Il n’est vraiment pas souhaitable qu’elle ait aussi l’Assemblée Nationale.

Ainsi donc, nous n’avons pas le choix car, hélas, nous sommes en république : il faudra faire notre possible pour que la gauche dans son ensemble n’ait pas la majorité. En somme, au premier tour, voter pour ceux des candidats qui sont pour l’indépendance nationale, donc contre l’Euro et l’Union Européenne et encore pour eux s’ils sont au deuxième tour, autrement pour ceux qui sont le moins à « gauche ». L’idéal, à mon avis,  serait que ni la gauche, ni l’UMP n’ait la majorité mais qu’il y ait suffisamment d’élus « nationaux » qui puissent jouer les arbitres. Idéal, bien utopique dans notre régime, j’en conviens !

En tout cas, quoi qu’il arrive, notre combat de salut national doit continuer et s’amplifier, c’est ce qui compte. Et le magnifique « week-end » d’hommage à Jeanne d’Arc, la sainte de la patrie, organisé à Paris conjointement par la Restauration Nationale, le CRAF et l’association Jeanne d’Arc avec son colloque le samedi 12 mai et le grand défilé le dimanche 13 mai au matin ne peuvent que donner de l’espoir. Espoir qu’il faut concrétiser partout en France et spécialement en Lorraine en intensifiant notre implantation, notre militantisme, notre présence partout. C’est de l’avenir de la France et des Français qu’il s’agit.

Rejoignez-nous vite avant que la république ne finisse de détruire notre pays.

( 23 avril, 2012 )

Editorial de Philippe Schneider (numéro 291 de La Lorraine Royaliste)

Curieuse bataille électorale à laquelle nous assistons : les insultes volent, des accusations apparaissent, les propositions les plus folles ou inapplicables sont énoncées… chacun voulant faire des promesses pour essayer de récupérer quelques voix. Vous direz, c’est normal en période électorale, c’est vrai ! c’est aussi ce qui montre les limites de notre système politique.

Car, enfin, les candidats savent bien que 90 % des promesses qu’ils font ne pourront être tenues. Beaucoup d’électeurs aussi, d’ailleurs, qui assistent à la bataille comme s’il s’agissait d’un jeu finalement peu important car, de toutes façons – pensent-ils – rien ne changera. Et ils n’ont pas tort !

François Hollande veut renégocier le dernier et funeste traité européen nous enlevant encore un peu plus d’indépendance mais pas pour cela, simplement pour rajouter des articles sur la croissance et la politique sociale. L’Allemagne ne veut pas, donc cela ne se fera pas et notre candidat le sait très bien… De même chez Sarkozy qui annonce vouloir renégocier le vieux traité de Schengen. Bien entendu, il n’en a pas du tout l’intention (il ne l’a d’ailleurs pas fait depuis 5 ans). Il prend simplement peur que Marine Le Pen lui prenne trop de voix.

Tout n’est que de la tactique électorale. Il n’y a rien de vrai dans ce qu’ils disent, simplement parce qu’ils ne pourraient pas – même s’ils le voulaient – tenir leurs promesses électorales. Il en est de même pour Bayroux et même Mélanchon qui veut maintenant rester dans l’Union Européenne et garder l’Euro.

Pourquoi ne peuvent-ils rien faire ? Simplement parce qu’ils sont soumis aux directives européennes, à la loi de l’unanimité – et de plus en plus de la majorité, ce qui est encore plus dangereux – pour tout changement ou même adaptation. De plus, la pression de l’Allemagne et de ses affiliés est de plus en plus forte, du fait même de l’actuelle supériorité économique et politique.

Ils sont condamnés à faire la même politique à quelques nuances près et encore de moins en moins car l’Europe veut tout gérer. Ainsi, sur le plan des mœurs, il ne faut pas croire que Nicolas Sarkozy fera mieux que  Hollande : il devra obéir. Peut-être gagnerait-on avec lui quelques mois de répit… dans notre décadence. Et le Président actuel n’a pas  la ténacité et la volonté du premier ministre hongrois qui, cependant, devra sans doute lâcher du lest. Et encore, il est plus indépendant que nous, n’étant pas dans l’Union monétaire.

Pour moi, dans cette élection, le seul but serait de montrer que beaucoup de Français veulent redevenir indépendant, d’en terminer avec la monnaie unique qui nous mène à la ruine et de se retirer de l’Union Européenne. Si la France le faisait, cela ferait, on peut l’espérer, un choc salutaire car elle serait suivie par d’autres pays et l’on pourrait alors reconstruire sur des bases solides une alliance des pays européens. Donc voter pour un candidat prônant le retrait de la France déjà de l’Union monétaire européenne. Et le deuxième tour ne présentera aucun intérêt si nous avons réellement, comme il nous est « prédit » Nicolas Sarkozy et François Hollande au deuxième tour, ces deux faces de la même politique dictée de Berlin via Bruxelles.

Que l’on me comprenne bien, il ne s’agit aucunement de se faire d’illusions, le régime sait se défendre et sa politique néfaste se poursuivra. Mais il serait bon que beaucoup de Français montrent leur désaccord avec la politique menée.

Par ailleurs, contrairement à ce qui est dit partout ou presque, la crise économique que nous subissons et qui n’est que le résultat de notre crise politique et morale, comme l’a fort bien montré Hilaire de Crémiers lors de la conférence à Nancy, ne fait que commencer, le pire est certainement à venir. Il est donc probable – rien n’est sûr en prospective – que la politique menée actuellement par l’Union Européenne va totalement échouer avec une réelle possibilité d’éclatement de l’Union monétaire. Il faut donc s’y préparer.

Malheureusement, nos gouvernants – de la majorité comme de l’opposition officielle actuelle – ne voient, pour en sortir, que faire plus d’Europe comme si renforcer ce qui ne marche pas depuis 50 ans était la solution !!!

Retrouver l’indépendance de la France ne résoudra pas tous les problèmes, mais au moins cela permettra de ne plus dépendre de l’étranger pour notre vie. C’est une première étape mais elle ne résoudra rien si notre pays ne procède pas en même temps à un redressement politique, intellectuel et moral. Or, ce n’est pas possible dans notre régime politique. Il faut pour cela un réel pouvoir indépendant à la tête de notre pays, celui de notre Roi.

( 12 mars, 2012 )

Editorial de Philippe Schneider (numéro 290 de la Lorraine royaliste)

Contrairement à ce que j’osais espérer, sans vraiment y croire, il n’y a pas eu de « miracle » à Domrémy lors de la visite du Président Sarkozy : il n’a visiblement rien compris à la mission de Sainte Jeanne d’Arc…Et puis, il faut le dire, sauver la France n’est visiblement pas son problème !

Sa visite dans ce haut lieu de notre Lorraine est à placer dans le cadre de sa campagne électorale qu’il mène depuis plusieurs mois sans le déclarer (sans doute l’aura-t-il fait lorsque vous lirez ces lignes !) dans le but de se faire réélire, son seul objectif. Ses adversaires sont dans le même cas : ils veulent la place ou faire suffisamment de voix pour « peser » dans la composition de la prochaine assemblée ou du prochain gouvernement (Ah, être ministre… !). On l’a bien vu avec le lamentable ralliement de Madame Boutin qui fait semblant de croire que Sarkozy va défendre la famille traditionnelle, les principes chrétiens, c’est-à-dire le contraire de ce qu’il a fait pendant 5 ans. Là aussi, ne croyons pas à un « miracle », le principe même de notre république ne peut que conduire à la dégradation des bases traditionnelles de notre société et il continuera dans le même sens, quoi qu’il dise pour essayer de s’attirer quelques voix dites de « droite ».

Dans cette campagne qui démarre, nous avons un président qui assure qu’il va enfin faire ce pour quoi il s’est fait élire en 2007. S’il n’a rien fait depuis, c’est à cause de « la crise » qui a bon dos car je ne vois pas pourquoi elle nécessitait la politique « antifamiliale » menée en 5 ans pour ne prendre qu’un exemple.

D’autre part, il faut bien constater que notre économie se porte de plus en plus mal : dettes toujours plus importantes, chômage en hausse, désindustrialisation de plus en plus importante…La cause à la crise, dit-on, là aussi !

Nous ne pouvons évidemment pas nier l’existence d’une crise économique mondiale qui se propage d’autant plus facilement que nous n’avons plus de frontières. De plus, prisonnier de l’Union Européenne, de son idéologie ultra libérale et de notre monnaie unique, nous n’avons aucun moyen d’action efficace à notre disposition : nous ne pouvons ni établir des barrières douanières, ni dévaluer notre monnaie… Pour palier à cette impasse, l’idée d’une augmentation de la TVA pour diminuer les charges pesant sur nos entreprises a été relancée. Dans le cadre de l’Union Européenne, c’est en effet une des rares solutions possibles pour espérer diminuer un peu nos importations et rendre un peu plus productives nos entreprises. Il est cependant clair que cela n’aurait un effet que si cette augmentation était significative portant cette taxe à 25 %. Autrement, cela ne servira à rien. Quant à l’interdiction par traité d’un déficit (le code de « bonne conduite »), cela ne rime à rien : d’abord il existe déjà dans le funeste traité de Maastricht et ensuite, il est évident qu’il ne serait pas respecté en cas de crise grave…

Sarkozy n’a rien de sérieux à proposer sinon promettre de défendre certaines valeurs, celles-là même qu’il n’a pas respectées depuis 5 ans ! En face, François Hollande fait un catalogue de propositions très proches du Président actuel mais aggravant encore plus les charges des Français. En fait, et Bayrou est dans le même cas, ils sont tous prisonniers des traités européens et de l’Euro. Madame le Chancelier du Reich a beau venir soutenir le président actuel, elle s’entendrait très bien aussi avec les deux autres qui seraient obligés de la même manière à obéir à ses ordres ! Et plus nos difficultés augmenteront, plus nous devrons obéir jusqu’à se voir, comme la Grèce ou l’Italie, se voir imposer des chefs « aux ordres », des banquiers, ceux-là même qui sont en grande partie responsables de la crise !

Pour avoir une « France forte », il faut d’abord une France indépendante aussi bien sur les plans politiques qu’économiques, ce qu’elle n’est plus.

Il est temps de sortir de  ce cercle vicieux d’abord en quittant la monnaie unique, si possible de manière négocié, puis l’Union Européenne pour avoir enfin une politique indépendante. Je ne pense pas que cela soit possible dans notre régime tellement les groupes de pression financiers, économiques, idéologiques sont puissants. Il faut donc retrouver d’abord un véritable pouvoir indépendant de ces groupes autant que des partis, donc notre Roi. Il représente en effet le seul pouvoir politique indépendant apte à défendre les intérêts du pays et des Français et faire respecter la justice et la paix.

En attendant, il convient de ne pas voter pour ceux qui veulent poursuivre dans la politique suicidaire actuelle. Il n’est pas dans nos habitudes de soutenir tel ou tel candidat et nous ne changerons pas, nous tenons simplement à signaler qu’il y a des orientations anti françaises qu’il convient de combattre et elles sont largement partagées par les candidats du « système » !

 

 

 

 

 

123456
« Page Précédente
|