( 27 juin, 2013 )

MOBILISATION D’URGENCE POUR LES ENFANTS A NAITRE

Téléchargez les images - 0
Mobilisation d’urgence avant le 11 juillet
Chers amis,

La nouvelle est tombée cette semaine : la levée de l’interdiction de recherche sur l’embryon humain sera débattue le jeudi 11 juillet prochain à l’Assemblée nationale.

Il s’agirait d’un bouleversement majeur, imposé sans consultation des Français, alors que notre législation prévoit des états généraux avant toute réforme significative de notre loi bioéthique.

En Europe, la mobilisation s’accentue pour protéger l’embryon. En quelques semaines, 600.000 européens, dont plus de 40.000 Français, ont déjà signé l’initiative citoyenne One of us (Un de nous) qui demande l’arrêt des financements des programmes conduisant à la destruction d’embryons humains.

Mobilisons-nous !

OBJECTIF : au moins 60.000 signatures d’ici le 11 juillet
pour les faire valoir auprès des députés français

avant le débat parlementaire

 
Signez et faites signer
Téléchargez les images - 1


Toutes les informations utiles sur le site www.undenous.fr : des conseils pour signer, des arguments, des articles d’actualité…

Téléchargez les images - 2
( 27 juin, 2013 )

Procès du Dr Dor : l’affaire du terroriste aux chaussons

Communiqué de Laissez-les-vivre SOS futures mères :

« Le Docteur Xavier DOR, président de SOS Tout-Petits, a comparu hier, 26 juin 2013 à la 31° chambre correctionnelle du TGI de Paris dans l’affaire dite des petits chaussons. Le Dr DOR était défendu par l’un de ses fidèles avocats depuis plus de vingt ans, Maître Rosny MINVIELLE de LATAILLADE. D’emblée, l’avocat d’une des parties civiles a déclaré que le fait de montrer des petits chaussons de nouveau-né à une femme enceinte constituait « un acte d’une violence inouïe ». Le président de chambre est très peu intervenu : il s’agissait pourtant, selon sa propre déclaration liminaire de sa toute dernière affaire avant son départ en retraite prévu fin juin. L’affaire a été prise vers 14 heures et s’est achevée à 18 heures. Le parquet a requis un mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende. Selon l’usage, l’affaire a été mise en délibéré jusqu’au 16 septembre, un délai classique compte-tenu des vacances judiciaires. »

( 29 mai, 2013 )

LES EXACTIONS POLICIERES

 

communiqué du CRAF sur les exactions de la police socialiste

LES EXACTIONS POLICIERES dans communiqués arton5849-18d52

Photos des exactions commises sur l’ordre de Manuel Valls et communiqué de l’Action française

mercredi 29 mai 2013 , par Garde Suisse

Et le lendemain, Hollande célébrait la Résistance aux côtés de Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin… en ordonnant des interpellations arbitraires !

Après la matraque, les rafles.

 

Chaque année l’Action française rend hommage aux étudiants patriotes qui ont bravé l’interdit de l’occupant allemand, le 11 novembre 1940. C’est toujours avec une certaine émotion que nous imaginons ces étudiants et lycéens, mains nues devant l’envahisseur nazi. Bon nombre d’entre eux étaient d’Action française, et nous avons encore des aînés chez nous pour témoigner de ce premier acte historique de résistance à l’occupant.

tir_de_flash_ball_2-2-2 dans communiqués

tir_de_flash_balln_1

hematome Tir de Flashball

Dimanche soir, le 26 mai, c’était aussi et surtout des étudiants et lycéens qui faisaient face aux forces du régime. On est libre de ne pas me croire, mais j’affirme qu’il y a eu plus de blessés le 26 mai 2013 que le 11 novembre 1940.

Valls a lâché les chiens (policiers) sur les Français, comme jadis le gouverneur teuton du « Groß Paris ».

arrestation_de_primeur_le_provencal Arrestation d’un manifestant

L’Action française toujours consciente des risques que faisaient courir aux manifestants les grossières provocations policières, a ciblé (avec quelque succès) dans les échauffourées des Invalides, les policiers en civil qui tantôt faisaient mine d’agresser les CRS et tantôt mettaient prestement leurs brassards en sortant les matraques télescopiques pour exfiltrer avec une rare violence des manifestants un peu isolés.

Bilan : 17 interpellations et mises en garde à vue dans les seuls rangs de l’Action française et plusieurs blessés notamment par « flash ball » dont deux grièvement, poignets cassés et côtes fêlées, encore hospitalisés à l’heure où j’écris.

Cela continue, hier, lundi 27 mai 2013, à Buffon des manifestants qui voulaient pacifiquement interpeller Hollande …venu célébrer la Résistance, un comble !, se sont fait embarquer manu militari par des CRS au seul motif qu’ils portaient sur eux le polo de La Manif Pour Tous. Parmi eux, beaucoup de mères de famille.

Les Kapos de la « Reich-publique » s’affolent, frappent, traquent, raflent.

Le pouvoir rend fou, et, avec leur police, ses détenteurs se croient tout permis. Nos enfants dans les crèches et dans les écoles sont réellement en danger de viol idéologique, demandez à Bertinoti, Vallaud-Belkacem et Peillon, ce qu’ils en disent.

A la violence aveugle d’un pouvoir sectaire aux abois, nous répondrons avec la force tranquille d’un peuple en marche, sûr de la victoire finale.

Olivier Perceval, secrétaire général de l’Action Française

Pour couvrir les frais de justices nombreux, vous pouvez dès à présent envoyer vos réglements au CRAF, 10, rue Croix-des-petits-Champs, 75001 Paris.

( 24 mai, 2013 )

PIQURE DE SCORPIONNE DE FRIGIDE BARJOT

 

voici un communique de Bernard Antony, Président de l’ AGRIF que nous approuvons entièrement

 
Le vendredi 24 mai 2013

 

Au nom de l’AGRIF et des associations amies

Bernard Antony communique :

 

Nous serons à la Manif pour tous. Nous ne serons pas avec Frigide Barjot que les autres dirigeants bien ternes n’ont pas voulu, ou pu, ou su contrôler. Elle détourne l’objet de la Manif pour tous dans l’ahurissant mélange de ses phobies d’homolâtrie et de ses connivences avec les islamistes.

Nous ne serons évidemment pas avec des « groupuscules extrémistes ». Elle a apporté beaucoup d’eau à leur moulin par ses aberrations. Elle en instrumentalise les enjeux pour s’exhiber encore médiatiquement et se jette dans les bras protecteurs de Manuel Valls.

C’est une indécente piqûre de scorpionne pour tuer une immense réaction dont elle voulait faire sa propriété.

Nous serons à Paris en cette fin de printemps bien peu prometteur mais ayant décidé d’être coûte que coûte avec la grande masse de nos compatriotes indignés.

Nous prierons aux messes du matin pour la France humiliée et trahie. Nous utiliserons la journée pour parler aux autres manifestants, pour leur dire que rien ne pourra être reconstruit sans l’émergence d’un grand mouvement politique défendant les valeurs du Décalogue et de l’âme chrétienne de la France.

( 21 mai, 2013 )

Conseil constitutionnel : communiqué de l’Action française

 

Nous avons perdu une bataille… Du reste il ne pouvait en être autrement. Les obstacles juridiques et administratifs devaient sauter un à un sous la volonté farouche d’un pouvoir illégitime et abusif qui n’est pas aux commandes du pays pour le sortir de la crise, mais pour mettre en application une idéologie prométhéenne, contre nature, comme jadis Lyssenko sous Staline voulait mettre au pas les chromosomes réactionnaires.

Le mariage homosexuel est un nouveau pas vers un totalitarisme qui considère que rien, pas même la nature, est au-dessus de l’État républicain. Ainsi attendons-nous peut-être un jour à voir remise en cause la loi de la gravité universelle ou celle de la poussée d’Archimède. Plus sérieusement, cela devrait nous inquiéter sur les projets en préparation concernant notamment les manipulations génétiques. Un verrou essentiel ayant sauté sur un principe essentiel de la nature humaine, la voie est libre à présent. Nous aurons droit notamment à la Gestation pour autrui et dans notre société mercantile tout le « kit » qui va avec.

Interrogeons nous aussi sur la toute puissance d’un pouvoir extrêmement minoritaire qui sait son temps compté en cette période de crise, (même pas sûr que notre président normal aille jusqu’au bout de son mandat) et qui est conscient, dans sa soumission servile aux oligarchies bruxelloise et mondialistes libérales-libertaires, que de leur donner cet os « sociétal » à ronger, lui obtiendra des délais supplémentaires pour contraindre la France à des restrictions plus draconiennes, pour payer la dette publique.

Nous avons donc perdu une bataille, mais c’est une victoire à la Pyrrhus du gouvernement, dont l’effet pourrait être plus dévastateur pour son propre camp. Le peuple s’est reconnu, est conscient de sa force et a compris qu’en face, ce n’est pas à un adversaire politique qu’il a à faire, mais à un ennemi sans concession. Dès lors les choses deviennent simples, qu’on ne nous parle plus de pseudo débat démocratique, mais de lutte radicale.

Cette prise de conscience par des Français de plus en plus nombreux de la nécessité de remettre en cause un système entier qui tente de nous faire disparaître parce que nous sommes différents et attachés à nos racines et à nos libertés touche de nombreux courants à droite comme à gauche. C’est une bonne nouvelle. Le rapport de force est en train de se renverser, d’un côté la droite des valeurs et la gauche du travail, qu’on appellera le pays réel, de l’autre les médias, le pouvoir politique et de petits lobbys minoritaires, le tout au service de « l’Empire », qu’on appellera le pays légal.

Nous n’avons pas perdu la guerre qui ne fait que commencer. La grande manif du 26 mai pourrait marquer une étape nouvelle pour le printemps français qui réveille chaque jour notre pays trop longtemps assoupi. L’Action française sera toujours aux côtés des Français dans ce combat.

On ne lâche rien…

Olivier Perceval, Secrétaire Général de l’Action française

L’Union des Sections Royalistes Lorraines approuve totalement ce communiqué

( 14 mai, 2013 )

La police ridiculisée d’un gouvernement ridicule : Hollande démission !

Communiqué de 

infolettre haut 

 

 La police ridiculisée d'un gouvernement ridicule : Hollande démission ! dans communiqués c6db11a71571f6269d8aa754fc40212f_lthumb400x280

 Tous les Français ont pu constater hier au soir sur toutes les chaînes de télévision l’ampleur de l’abjection et du ridicule caractérisant le gouvernement de Mr Hollande, de son ministre de l’Intérieur, de sa ministre de la Justice et aussi la posture grotesque du préfet de police de Paris.

Il est évidemment plus facile d’utiliser les CRS et gardes-mobiles et des hordes de flics en civil pour réprimer les manifestants pacifiques de la Manif pour tous, y compris en aspergeant de gaz lacrymogène dangereux des femmes et des enfants. Mais ces dernier, aux yeux de la bande des sans-culottes qui prétendent nous gouverner, étaient, il vrai, coupables de crimes tels que de tenir quelques petits fanions ou drapeaux au bout de dérisoires lattes de bois.

Ces manifestants n’ont jamais rien cassé, jamais brisé de vitrines, jamais incendié de voitures. Ils ont été par centaines malmenés, appréhendés, gardés à vue, et même, pour certains de surcroît, emprisonnés deux jours durant sans l’ombre d’un motif.

Et l’on a même vu aussi de misérables exécutants d’ordres indignes, caparaçonnés de partout, matraquer avec délectation des mères de famille.

Hier au soir, c’était une toute autre affaire ! Pour célébrer la victoire d’un club de sport jadis parisien acheté par l’État islamiste du Qatar, la faune des racailles avait tenu à être de la fête, selon leurs us et coutumes ! Et alors, après des heures de casse et de feux de joie, selon le goût de ces voyous, les vaillantes cohortes de la République de Hollande, Valls et Taubira, quoique au nombre de 800, n’ont pu procéder qu’à 21 interpellations !

Il est vrai que ces jeunes gens encagoulés n’étaient pas des « fachos » coupables de faits de défense réactionnaire de la famille aussi graves que de pousser des landaus avec de petits français dedans. On a d’ailleurs vu et entendu longuement hier au soir le distingué vice-président de SOS Racisme chargé du sport, l’inénarrable Hermann Ebongue, avec sa coiffure « afro » si artistiquement tressée, manifester dans son langage embarrassé sa compréhension pour la cause des « ultras» et aussi toute sa reconnaissance pour le Qatar  (Bizarre, vous avez dit bizarre ?).

La vérité, c’est que pour Hermann Ebongue et son association si richement subventionnée, pas plus que pour dame Taubira, il n’y a lieu de s’inquiéter des déferlements d’une barbarie pourtant à l’évidence suscitée par le plus total mépris raciste pour la France et les Français.

L’AGRIF, bien sûr, demande la révocation du préfet de police de Paris, et aussi, pour leur échec sans cesse amplifié, des ministres de l’Intérieur et de la Justice. Mais la décision la plus nécessaire, sans attendre qu’elle soit rendue inéluctable, ce serait celle que Mr François Hollande devrait prendre dans l’intérêt de la France et son propre intérêt : sa démission.

 

Bernard Antony

( 6 mai, 2013 )

Tous à Jeanne d’Arc

SAMEDI 11 MAI

midi

 

Dépôt d’une gerbe devant la statue de Sainte Jeanne d’Arc

Rue Lafayette à NANCY

 

 

DOMREMY-VAUCOULEURS

 

Pèlerinage traditionnel

organisé par

Jean-Marie CUNY

 

11 – 12 Mai 2013

 

Samedi 11mai

 

-          19 h : Rendez-vous au bivouac sur le plateau de Notre-Dame de Beauregard au-dessus de Maxey sur Meuse (carte Michelin n° 62, pli 3) – Repas tiré des sacs.

-          20 h 30 : Veillée générale animée par les Guides et Scouts des IIème et IIIème Nancy Europa-Scouts

-          21 h 30 : Complies.

-          22 h : Veillée / commémoration historique.

-          24 h : Extinction des feux.

 

Dimanche 12 mai

 

-          8 h 30 : Rendez-vous devant la maison natale de Jeanne d’Arc

-          9 h 30 : Etape à Notre-Dame de Bermont, puis chemin vers Goussaincourt, Montbras, Taillancourt…

-          12 h : Champougny : Messe selon le rite extraordinaire en l’église paroissiale. Repas tiré des sacs.

-          14 h 30 : Nouveau départ vers Sepvigny-Vieux, Astre, Châlaines, Vaucouleurs.

-          17 h :  Arrivée à Vaucouleurs .

 

 

PARIS, JEANNE D’ARC 2013 !

 

 

Comme l’année dernière, les manifestations en hommage à Jeanne d’Arc sont organisées en commun par la Restauration Nationale et le Centre  Royaliste d’Action française. Elles comprendront:

* le samedi 11 mai 2013 :

de 14h à 18h., à la Maison des Mines, 27, rue Saint-Jacques, 75005 Paris, un colloque sur le thème: « Pour un printemps français : légalité et légitimité, quand la loi détruit la famille, la société, la nation… » ( Métro: RER Port-Royal). Sous la présidence de François Marcilhac, directeur éditorial de « l’Action française 2000″, et autour de Bernard Pascaud, Président de la Restauration Nationale, Stéphane Blanchonnet, président du Comité directeur de l’Action  française, Maitre Trémolet de Villers, avocat et écrivain, Christian Franchet d’Espérey, rédacteur en chef de la nouvelle Revue Universelle, Alain de Benoist, écrivain, Antoine Desonay, secrétaire général des étudiants d’A.F., et d’autres personnalités.

* le même samedi 11 mai :

à 20h. pour ceux qui le désirent, diner amical au Restaurant l’Escarmouche, 40, rue de la Montagne Sainte-Geneviève, 75005 Paris. Inscription préalable obligatoire à la Restauration Nationale, 7, rue Constance, 75018 Paris. Tel : 01.44.92.82.82. Courriel: restauration.nationale@wanadoo.fr (Tarif: 35 euros par personne, 60 euros pour les couples, 16 euros pour les étudiants).

* le dimanche 12 mai 2013 :

Cortège traditionnel en hommage à la Sainte de la Patrie. Rendez-vous à 9h30 devant l’Opéra de Paris. Départ du cortège à 10h. Dépôt de gerbes devant la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides. Allocution de Bernard Pascaud, président de la Restauration Nationale. Venez nombreux et en famille !  

 

 

( 23 avril, 2013 )

En défense des « nationaux », n’en déplaise à Frigide…

 

 

Il fut un temps, pas si éloigné de cela, pour un combat aussi important que celui qui est mené actuellement, où un certain nombre de citoyens, souvent catholiques, souvent « nationaux » se sentaient un peu seuls. Pas un évêque pour dénoncer le crime de l’avortement, ou alors avec de telles précautions de langage que le message était pour le moins amorti.

En ce temps-là, on nous chassait de devant les églises lorsque l’on distribuait des tracts. Nous n’étions pas fréquentables et les bons chrétiens se pinçaient le nez quand on voulait les sensibiliser à la question. Mais les catholiques militants dans ce combat appréciaient souvent notre engagement à leurs côtés.

Alors, que s’est-il passé avec le mariage gay ? Ce coup-ci, une fois n’est pas coutume, l’Église a froncé les sourcils, il n’en fallait pas plus pour voir descendre dans la rue des centaines de milliers de jeunes.

Nous ne pouvons que nous réjouir d’observer cette jeunesse décomplexée, déferler pacifiquement et fermement dans toutes les grandes agglomérations, malgré le comportement de la police et des médias, qui parlent sans cesse de violence, alors que les images montrent à l’évidence que la violence est surtout policière.

Tout le monde se défie des « extrêmes » : le gouvernement et les médias, bien sûr, qui imposent cette rhétorique pour mieux justifier la répression policière.

Mais la passionaria de la « Manif pour tous » elle-même en surajoute pour demander la mise en prison des provocateurs. Pense-t-elle aux policiers en civil mêlés à la foule en disant ça ?

Non, elle désigne la poignée d’identitaires et de « nationaux » qui participent aux manifs et qui taquinent, il est vrai, les forces de l’ordre, ce qui ressemble plus à des chahuts d’étudiants qu’à la réminiscence des heures les plus sombres de notre histoire. Pas une seule ITT dans les forces de l’ordre à ma connaissance, pas d’armes employées, si ce n’est quelques canettes vides.

Combien « d’extrémistes » ont été victimes des interpellations musclées ? Était-ce ces jeunes filles que l’on a essayé d’humilier à l’abri des regards derrière les murs sombres d’un commissariat ?

Le plus souvent, ce sont des jeunes au comportement « pacifique et transgressif », pour reprendre la formule de Béatrice Bourges.

Que ce combat pour la sauvegarde de la famille soit celui des « nationaux » ne devrait étonner personne, puisqu’ils sont quasiment les seuls à sonner le tocsin dans l’indifférence générale depuis des années, sous les insultes et les quolibets des « bien-pensants ». Que Frigide Barjot sache quand même, plutôt que de demander à Valls de les envoyer en taule, qu’elle est elle-même homophobe et fasciste aux yeux de ceux qui ont le pouvoir ou contrôlent les moyens d’information.

Et ce n’est pas parce qu’elle tapera sur ces résistants de la première heure et qui vont certes plus loin qu’elle dans la dénonciation d’un système mercantiliste, matérialiste et corrompu, qu’elle obtiendra la reconnaissance et l’absolution des lobbies gay. Même pas en rêve…

Olivier Perceval, le 23 avril 2013

Secrétaire général de l’Action Française.

( 27 mars, 2013 )

Communiqué de presse de la Fondation Lejeune

« Recherche sur l’embryon humain à l’Assemblée Nationale : « Pour être en règle, changeons la règle ».

A deux jours du passage en séance publique à l’Assemblée Nationale de la proposition de loi visant la levée de l’interdiction de la recherche sur l’embryon humain, la Fondation Jérôme Lejeune dénonce la motivation réelle des partisans du texte : continuer à s’affranchir du respect de la loi.

En Commission des Affaires Sociales mercredi dernier (voir communiqué ici) et dès les débats au Sénat en décembre, l’argument de « l’insécurité juridique » était brandi par les relais politiques de certains chercheurs qui utilisent l’embryon humain, se présentant comme des victimes des recours engagés en justice par la Fondation Jérôme Lejeune contre des protocoles de recherche illégaux.

LES FAITS -  La loi interdit la recherche sur l’embryon humain en France. Elle tolère que des dérogations soient accordées selon deux critères principaux (charge à celui qui déroge d’en apporter la preuve) :

  • les progrès thérapeutiques  doivent être majeurs
  • les travaux ne peuvent pas être menés sans utiliser l’embryon humain

Or, dès 2006, la Fondation Jérôme Lejeune a constaté que certaines dérogations étaient accordées par l’Agence de la Biomédecine (ABM) sans que ces conditions ne soient remplies.  La Fondation Jérôme Lejeune a donc contesté en justice plusieurs décisions illégales. Le 10 mai 2012, la Cour Administrative d’Appel a donné raison à la Fondation Jérôme Lejeune sur un premier recours, dix restant en attente de jugement. Pour ce premier recours, il était possible de ne pas utiliser l’embryon humain dans les travaux de recherche en cause. Les cellules reprogrammées (iPS), découvertes par le prix Nobel Yamanaka,  permettaient d’arriver au même résultat.  La Fondation en a apporté la preuve scientifique. Constat validé par la Cour d’Appel.

LE COMBLE – A l’évidence, ceux qui contreviennent à la loi sont dans une situation d’illégalité, d’où « l’insécurité juridique » dont ils se plaignent ! Mais les recours déposés contre certaines décisions d’autorisation de l’ABM ne sauraient justifier un changement de la loi actuelle, sauf à considérer qu’il suffit de changer la règle pour être en règle. Qu’est-ce qu’une République où l’on modifie la loi par convenance, convenance de certains chercheurs pour échapper à la justice ou convenance de certains laboratoires pharmaceutiques nullement gênés par la marchandisation de l’humain ?

La Fondation Jérôme Lejeune en appelle à la responsabilité politique de ceux qui sont sur le point de légiférer sur cet enjeu : la loi de bioéthique française ne peut être bouleversée pour satisfaire un ultra-libéralisme et un libertarisme incompréhensibles dans une République qui se veut irréprochable. Dans bio-éthique, il y a aussi éthique, c’est-à-dire primauté de l’humain sur la technique. Tel était le sens de l’interdit, même assorti de dérogations. L’inversion de cette hiérarchie des valeurs ne sera pas sans conséquence ».

Rejoignez les 48 000 personnes qui ont déjà signé la pétition en ligne « Vous trouvez ça normal ? » pour maintenir l’interdiction de la recherche sur l’embryon humain en France.

Objectif : 50 000 signatures avant le passage à l’Assemblée demain, jeudi 28 !

Un lien, un clic, une seconde !

1...2829303132
« Page Précédente
|