( 11 janvier, 2019 )

Le procès du rappeur Nick Conrad a eu lieu

 

Communiqué de l’AGRIF

 

Le procès du rappeur Nick Conrad a eu lieu ce 9 janvier 2019 à la suite de la diffusion de son clip abominable dans lequel il appelle à prendre les blancs et à tuer les enfants dans les couveuses.

A l’audience, Nick CONRAD a prétendu vouloir dénoncer le racisme … anti-noir dans une inversion de ce que les noirs avaient vécu : esclavage, lynchage et ségrégation !

Nos avocats, Jérôme Triomphe et David Dassa-Le Deist ont démonté cette défense. Ils ont  souligné qu’il ne s’agissait pas d’une dénonciation de l’esclavagisme, mais d’un texte d’un racisme inouï appelant aux pires abominations que pourraient perpétrer aujourd’hui contre les blancs des noirs, pourtant accueillis en Europe sans aucun procédé esclavagiste. Ils ont cité notamment plusieurs textes de même tabac de Nick Conrad, sous prétexte d’une vengeance soi-disant légitime, des noirs contre les blancs. Ils ont souligné, et ils ont été les seuls à le faire évidemment, que Nick CONRAD était le produit d’une incessante campagne de victimisation des noirs et de  culpabilisation de l’Occident.

Nick CONRAD s’est bien gardé de rappeler que les noirs n’ont pas été d’abord victimes de la traite par les blancs mais principalement de la traite arabo-musulmane et de roitelets africains vendant leurs frères de sang comme esclaves. Ils ont souligné que Nick CONRAD était l’héritier du suprémaciste noir et raciste anti-blanc Malcom X qu’il cite dans son clip, admirateur du sanguinaire Che Guevara. Ils ont souligné que Nick CONRAD était le fils idéologique d’Houria BOUTELDJA et de Saïd BOUAMAMA et de tous ceux qui opposent les « noirs, arabes et musulmans aux blancs » dans la lignée des auteurs de Nique la France que l’AGRIF a été la seule à combattre.

Pour la première fois de son histoire, la LICRA plaidait aux côtés de l’AGRIF. Il est vrai que, depuis quelques années, la LICRA a reconnu l’existence d’un racisme anti-blanc. La LICRA a pourtant prétendu avoir été la première à le combattre ! En revanche, nos avocats ont souligné l’absence criante de toutes les autres associations prétendument antiracistes et qui ne pratiquent en réalité qu’un antiracisme à sens unique. C’est l’avocat de la LICRA qui a expliqué que ces autres associations avaient décidé de ne pas venir…pour ne pas faire de publicité à Nick CONRAD. Voilà un beau prétexte alors que la publicité a été nationale et la condamnation pour une fois unanime.

Puis le Procureur s’est levé. Alors qu’il a cité deux fois la LICRA, il n’a pas eu un mot pour l’AGRIF, pas même de remerciement, alors que ce sont ses avocats qui ont permis de sauver ses poursuites : ce sont eux qui ont constaté que le procureur avait poursuivi pour une audience à laquelle la prescription aurait été acquise s’ils n’avaient pas fait délivrer une citation interrompant la prescription.

Sur le fond, le procureur a commencé par souligner que la peine demandée tiendrait compte du fait que Nick CONRAD et ses parents (qui disent avoir fait l’objet de menaces de mort à la suite de la provocation au meurtre des blancs par leur fils…) avaient… déjà payé. De fait, il a requis 5.000 € d’amende avec sursis, ce qui équivaut pratiquement à une absolution… à condition de ne pas recommencer !

S’il a stigmatisé la violence des propos, il a trouvé bien des excuses à Nick CONRAD allant même jusqu’à dire que « pendez les blancs était manifestement l’expression d’une vraie souffrance » chez Nick CONRAD !

Surtout, le procureur a dit que ce clip constituait une atteinte à la dignité humaine et une demande d’élimination de toute une population (pendez-les « tous ») mais on se demande bien de laquelle puisque, pas à un seul moment, il ne prononcera le mot de racisme anti-blanc.

Si finalement il a demandé la condamnation, c’est parce que sa dénonciation du racisme anti-noir ne pouvait pas être comprise, faute de distanciation dans son clip. Il n’a pas dit un mot sur les autres textes de haine anti-blancs du rappeur, pourtant rappelés par nos avocats.

Sans surprise, les avocats de Nick CONRAD ont demandé sa relaxe, en prétendant que la race des blancs n’existait pas (après avoir fait remarquer que Nick CONRAD était le seul noir de l’assemblée !) et en invoquant le caractère artistique de son œuvre…

La décision sera rendue le 19 mars.

L’Agrif – 70 boulevard Saint-Germain – 75005 Paris

( 12 décembre, 2018 )

Macron vers sa fin politique

 

Communiqué de l’AGRIF

 

Un certain malaise se dégageait hier au soir devant l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron.

Nous ne pouvions nous empêcher de penser à ces robots présentateurs d’émission fabriqués pour la télévision chinoise ou encore à la fixité flamboyante du regard des « accrocs » à la cocaïne. Rien de tel sans doute, et probablement plus le fait d’un regard trop nerveusement rivé sur le prompteur de lecture.

Mais manifestement l’homme est à bout de souffle . Embourbé dans ses obsessions idéologiques d’écololâtre euro-mondialiste et enfoncé dans ses multiples dénis de réalité.

Considérons-les successivement .

  • Sur son « mea culpa » ?

 Le débat moraliste sur la réalité de la sincérité de sa repentance n’a strictement aucun intérêt.

  • Sur les auteurs des violences ?

Rien pour rectifier le gros mensonge de la logomachie politico-policière sur la convergence dans la casse de « l’ultra-gauche » et de « l’ultra-droite ». Ces derniers seraient-ils des génies de l’invisibilité et de l’insaisissabilité ? En a-t-on interpellé beaucoup ou même quelques-uns brisant des vitrines, pillant et vidant des magasins ?

Pourquoi taire que les plus violents et les plus aguerris des émeutiers sont en effet de la faune de l’ultra-gauche, « antifas » et autres « black-bloc » ?

Pourquoi taire que les pillards venus des « quartiers » comme on dit, – mais de quels quartiers ?- n’ont généralement pas des accents (basque, bourguignon et autres) de la diversité culturelle française mais relèvent plutôt du modèle rapeux de racisme anti-blanc de Nick Conrad ?

Hélas, on sait où vont certains goûts « culturels » d’Emmanuel Macron.

  • Sur les mesures d’urgence économiques et sociales.

Mr Macron, certes dans la continuité des régimes précédents, n’a nullement remis en cause la politique d’un État qui, tel les deux médecins Diaforus campés par Molière dans « le malade imaginaire », ne cesse de pratiquer des saignées fiscales pour en réinjecter ensuite ailleurs une moindre quantité pour laisser finalement l’économie cadavérique.

Les mesures annoncées, comment les financera-t-on ?

Avec quelles économies par ailleurs ?

Et par exemple, pas un mot sur l’ultra-dispendieuse gabegie des « politiques de la ville », d’un coût faramineux pour l’État et les collectivités territoriales, avec leurs budgets engloutis dans les constants saccages des banlieues.

- En revanche, aucune annonce sur le retour à la nécessaire indexation des retraites sur l’inflation et, pas davantage, sur la non moins nécessaire fin du plafonnement des allocations familiales. Comme si ce n’étaient pas deux mesures fondamentales de justice sociale et de reconstruction sociale.

- On ne peut bien sûr qu’approuver le retour à la défiscalisation des heures supplémentaires et le refus du rétablissement de l’I.S.F, impôt en effet mythique pour la gauche mais bien plus coûteux qu’il ne rapporte.

Mais le maintien en l’état de l’I.S.F.I. (impôt sur la fortune immobilière) est si mal conçu qu’il est trop souvent une cause de ruine pour des propriétaires strictement sans revenus.

- Mais pourquoi donc aucune annonce pour la soumission des richissimes G.A.F.A. à la fiscalité nationale ?

Pourquoi ce refus de prélever sur la fortune anonyme et vagabonde ?

  • Sur les questions de l’immigration.

Alors que le même jour la France venait d’approuver à Marrakech le « pacte sur les migrations » de l’ONU, pas un mot sur cela d’Emmanuel Macron ! Pacte, dit-on, non contraignant mais pour le moins de forte pression incitative et très contestable notamment dans l’absence de référence à un principe de véritable réciprocité.

Finalement.

C’est un homme nullement convaincu à l’évidence de l’efficacité de ce qu’il a proposé hier aux Français en général et aux gilets jaunes en particulier qui s’est adressé à eux.

Écrira-t-il l’acte V de la tragédie « Les gilets jaunes » en annonçant la dissolution de la Chambre ou sa propre démission ?

On peut penser qu’il en serait soulagé.

L’AGRIF

70 boulevard Saint-Germain
75005 PARIS
01 40 46 96 31

( 5 décembre, 2018 )

27e Fête du livre, à Villepreux (78) – 9 Décembre 2018

 

 

À l’approche de Noël, comme chaque année, Renaissance Catholique réunit plus de 100 auteurs pour vous dédicacer leurs livres à Grand’Maisons (Villepreux, Yvelines – au nord de Versailles)

 Grand Messe chantée sur place à 10h30

Librairie générale, Librairie jeunesse, Livres d’occasion

Nouveautés de Renaissance Catholique et de l’Oeuvre Scolaire Saint Nicolas

 Stands de produits du terroir

Restauration, buvette

Garderie pour les petits enfants (à partir de 13 h)

NOUVEAUTÉ 2018 : Gagnez du temps ! Achetez vos livres en ligne (ici)  

Réservez également votre entrée en ligne (ici)

 

CONFÉRENCES

  • 14h30 : Eric ZEMMOUR, Destin Français. Quand l’Histoire se venge
  • 16h15 : François-Xavier BELLAMY, Demeure. Pour échapper à l’ère du mouvement perpétuel
  • 17h45 : Philippe DE VILLIERS, Le Mystère Clovis. Et c’est ainsi qu’est née la France

 

Se sont déjà annoncés :
Serge ABAD-GALLARDO, Joëlle d’ABBADIE, R.P. ARGOUARC’H, Eugénie BASTIE, Francine BAY, Gérard BEDEL, François-Xavier BELLAMY, abbé Hervé BENOIT, Armand BERART, François BERGER, François BERT, Stéphanie BIGNON, François BILLOT DE LOCHNER, Anne-Laure BLANC, Père L-M. de BLIGNIERES, Philippe BORNET, Isabelle BRANCOURT, Anne BRASSIÉ, Jean-Christophe BUISSON, Arnaud de CACQUERAY VALMENIER, Christophe CARICHON, Jean des CARS, Capitaine CAVAL, Inès de CHANTÉRAC, Hélène CHARRIER, Jean-François CHEMAIN, Jean-Luc CHERRIER, Gabrielle CLUZEL, Père Paul COCARD, Christian COMBAZ, Guillaume CUCHET, CUSTOS, David DA SILVA, Laurent DANDRIEU, Michel DE JAEGHERE, Jean-François DEBIOL, abbé Cyrille DÉBRIS, Jacques DEBS, Patrick DELON, Michael DOR, Dr Xavier DOR, Bertrand DUNOUAU, Apolline DUSSART, Michel FAUQUIER, Rémi FONTAINE, Jean-Dominique FORMET, François FOUCART, Bernard GANTOIS, Hélène GAUTHIER BASTIEN-THIRY, Françoise GONDRÉE, Jean-Paul GOUREVITCH, Camille GUELLEC d’ABOVILLE, Régis GUILLEM, Daniel HABREKORN, Jean-Louis HAROUEL, Pierre HILLARD, Armand ISNARD, Abbé Benoît KNITTEL, Pierre de LAUZUN, Jean-Yves LE GALLOU, Frédéric LE MOAL, Emmanuel LECLERCQ, Dominique LORMIER, Agnès LOZIER, Xavier MARTIN, Danielle MASSON, Roberto de MATTEI, Jean-Pierre MAUGENDRE, Paul-André MAUR, Jean-Pax MÉFRET, Agnès MILLET-TAUNAY, François de MONTMARIN, abbé Guy PAGÈS, Alain PASCAL, Martin PELTIER, Héléna PERROUD, Jean-Christian PETITFILS, Marie PHILIPPE, Olivier PIACENTINI, Philippe PICHOT-BRAVARD, Pierre-Antoine PLAQUEVENT, Philippe PRÉVOST, Grégor PUPPINCK, Michèle REBOUL, Thomas RENAUD, Pierre-Joseph RUBINO, Dominique SABOURDIN-PERRIN, Reynald SECHER, Jean SÉVILLIA, Jeanne SMITS, abbé Guillaume de TANOÜARN, Frère THIERRY, Jean-Michel THOUVENIN, Jacques TREMOLET DE VILLERS, Abbé Patrick TROADEC, Ingrid d’USSEL, Christian VANNESTE, Joachim VÉLIOCAS, Marie-Hélène VERDIER, Mauricette VIAL-ANDRU, Gabrielle VIALLA, Philippe de VILLIERS, Éric ZEMMOUR…

( 26 novembre, 2018 )

Castaner, Apathie, July, Retailleau, Darmanin et leurs propos sur les gilets jaunes sur les Champs Élysées : leurs commentaires révélateurs de leur nullité ou de leur délabrement mental !

 

Communiqué de l’AGRIF.

Nous ne pouvons que l’approuver, c’est tellement juste ! L.R.

 

  • Christophe Castaner, nouveau ministre de la transition macronique en remplacement de Gérard Collomb, bien soulagé, a fait remarquer sa grande compétence sinon de conteur, du moins de compteur, en annonçant le chiffre fabuleux de précision du nombre des manifestants « gilets jaunes » : « 106 301 », pas un de plus ! Cela lui vaut désormais d’être goguenardement désigné dans ses services comme « l’agent 106-301 » !

Outre cela, le ministre Castaner s’est ensuite signalé comme un grand stratège politique. Marine Le Pen l’aurait acheté, ce qui n’est pas le cas, qu’il n’aurait pas pu mieux faire pour lui servir la soupe par grosses louches en la désignant sans cesse comme la responsable de la sédition des gilets jaunes, transgressant – oh, les méchants, ! – l’interdit du préfet de police d’aller aux Champs…

Marine Le Pen ne pouvait rêver de meilleur agent politique pour la replacer au centre du débat politique.

  • Jean-Michel Apathie, sur une chaîne d’infos en continu, a pour sa part ému la France entière en exprimant avec une poignante émotion, au bord de la crise nerveuse – le pauvre – qu’il n’avait jamais vu une chose aussi inimaginable, aussi horrible sur les Champs Élysées que le spectacle de leur invasion par les gilets jaunes.

Avec ses trémolos d’indignation de grand démocrate angoissé, Apathie, pathétique, nous aurait presque persuadés que ce qui se déroulait était bien pire que la marche sur Rome de Benito Mussolini le 28 octobre 1922 ou le putsch de la Brasserie à Munich par Adolf Hitler le 9 novembre 1923, encore plus atroce sans doute que le défilé des troupes allemandes sur les Champs Élysées le 14 juin 1940.

Et Apathie s’emportait même contre Serge July qui, selon lui, ne prenait pas conscience du danger.

  • Serge July, l’ancien leader maoïste de Mai 68, fondateur dans la foulée du journal Libération, sortit pourtant de son calme pour dire sa colère devant ce que pareilles scènes d’anarchie au plus haut lieu des boutiques du luxe français allait coûter à l’image de marque de la France et à ses entreprises.

Néanmoins, en d’autres propos, cet expert en émeutes comparées notait qu’aucune vitrine n’avait été brisée, qu’aucun siège social ni aucune banque n’avaient été attaqués. Si bien que le propos de July semblait être révélateur des tensions dialectiques agitant son for intérieur.

D’un côté, peut-être trouvait-il avec une certaine nostalgie que ces gilets jaunes étaient des enfants de chœur en comparaison de ses émeutiers rouges à lui, au temps béni de sa jeunesse où ils flambaient les voitures par milliers, brisaient les vitrines par centaines et que de part et d’autre, forces de police et émeutiers enregistraient des centaines de blessés.

D’autre part, lui qui avait par la suite bénéficié du soutien de la banque Rothschild pour sauver « Libé », semblait rassuré.

  • Bruno Retailleau, un peu plus tard, devait quant à lui se signaler par ce mirobolant propos d’analyse de la politique de Macron, à la lumière de l’histoire : « Quand on se prend pour Louis XIV, on peut s’attendre à des frondes ! ». (sic !)

Retailleau n’a évidemment pas la culture politique de celui qu’il a jadis trahi, Philippe de Villiers. Ce dernier aurait pu le souffleter avec dédain en lui rappelant que c’est justement parce que Louis XIV avait connu, jeune enfant, les périls de la Fronde, qu’il ne voulut jamais risquer de les voir se renouveler et qu’il devant le Grand Roi.

Outre l’étalage de son ignorance historique, Retailleau a commis simultanément l’indécence de comparer Macron à Louis XIV. On peut certes méditer sur les défauts et les erreurs du Grand Roi, mais en comparaison, Macron n’est qu’un micron !

Dommage pour Retailleau qu’il ne sache pas plus intelligemment le cibler. Ce n’est pas Louis XIV qui se serait fait peindre avec son épouse la Reine, l’un et l’autre entourés de mignons arborant sur leur « tee-shirt » l’inscription « noir et pédé » !

  • Gérald Darmanin quant à lui, que nous nous épargnerons d’évoquer pour ne pas céder à la facilité, a déclaré que les gilets jaunes sur les Champs, c’était pour lui « un défilé de chemises brunes » (sic !). À ce niveau de débilité, en effet, mieux vaut ne pas commenter. Et c’est un ministre, ça !!!
( 16 novembre, 2018 )

Nomination de Jean-Marc Sauvé par Mgr Pontier : les évêques de France vont-ils réagir ?

 

Communiqué de l’AGRIF

 

Incapable de gérer elle-même le scandale des abus de prêtres homosexuels ou pédophiles, la conférence des évêques de France vient de créer une commission « indépendante »…

Il faut déjà être particulièrement naïf pour faire confiance dans la justice de son pays. Nos évêques vont en plus faire confiance à une justice parallèle qui va les juger, fût-ce simplement moralement. Car que sera le rôle de cette commission, sinon de dresser le catalogue désastreux des prédateurs, de leurs victimes et des silences hiérarchiques que nous ne sachions déjà ?

Quelles conclusions pourrait-elle tirer et règles mettre en place que l’Eglise ne puisse faire elle-même avec un peu de bon sens qui aura, certes, cruellement manqué à certains pendant tant d’années ?

Au-delà du masochisme auquel des années de repentance nous avait habitués, il s’agit là d’un aveu d’impuissance consternant face à quelques clercs indignes mais minoritaires que quelques pasteurs n’auront pas traités comme ils le devaient.

Mais le plus scandaleux est que, parmi plusieurs noms proposés par les évêques à Lourdes, Mgr Pontier a confié la présidence de cette commission à Jean-Marc Sauvé.

Il vient de prendre la présidence des orphelins d’Auteuil après avoir pris sa retraite de vice-président du Conseil d’Etat.

Peut-être a-t-il été choisi car se disant catholique pratiquant et parce qu’il aura fait deux ans de séminaire chez les Jésuites ?

Comme le petit père Combes finalement.

Car c’est lui qui a validé la décision de mort de Vincent Lambert décidée par le Dr Kariger, autre catholique pratiquant revendiqué.

En tant que Vice-Président du Conseil d’Etat, Jean-Marc Sauvé a solennellement prononcé le 24 juin 2014 la sentence de mort de Vincent Lambert, condamné à être privé d’alimentation et d’hydratation jusqu’à ce que mort s’ensuive. En contradiction directe avec l’enseignement de l’Eglise et la loi naturelle.

Et c’est pourtant Jean-Marc Sauvé, qui porte bien mal son nom, qui a été choisi.

J’avais faim et vous m’avez refusé à manger. J’avais soif et vous m’avez refusé à boire. 

Voici le nouvel Evangile que nous propose l’Eglise de France avec une telle nomination.

Il est encore temps pour les évêques de France d’avoir un sursaut d’honneur et de dignité en intervenant auprès de Mgr Pontier pour que ce M. Sauvé soit renvoyé à l’orphelinat d’Auteuil.

( 12 novembre, 2018 )

Dialectique macroniste du bien « progressiste » et du mal « populiste » : une débile manipulation idéologique !

 

Communiqué de l’AGRIF

 

Emmanuel Macron tente éperdument et dérisoirement de se voir reconnaître un rôle international de premier plan en vendant la camelote idéologique manichéenne d’un camp du bien pseudo « progressiste » opposé à un camp du mal « populiste ».

Moyennant quoi il pratique un affligeant déni de la réalité du monde.

Il ne dénonce pas en effet le plus effrayant des totalitarismes d’aujourd’hui, celui de la Chine communiste avec la divinisation de son chef Xi Jinping et la réalisation de son « meilleur des mondes » au niveau le plus élevé de la déshumanisation, véritable racisme antihumain.

Il ne dénonce pas l’impérialisme ottoman de la Turquie de M. Erdogan avec son très actif prosélytisme concurrentiel de ceux des autres puissances musulmanes pour la soumission du monde à la charia islamique avec ses intangibles prescriptions inhumaines, notamment les châtiments modélisés dans les Hadîths de la vie de Mahomet.

Il ne dénonce pas non plus le « meilleur des mondes » eurocratique dans l’inversion radicale des valeurs du Décalogue et dans la continuité réelle des pratiques nazies et communistes de l’eugénisme et des manipulations génétiques.

Le pseudo progressisme de M. Macron, c’est la cynique et déshumanisante déconstruction sociétale.

Son soi-disant patriotisme n’est qu’un artifice de discours alors qu’en réalité il pratique le plus parfait négationnisme des maux véritables qui menacent la paix civile en France et font toujours plus progresser le génocide français.

  • Macron ne brandit la fantasmagorique menace populiste qu’à des fins égoïstement électoralistes. Mais vouées à l’échec. Ce ne sont pas aujourd’hui la Hongrie, la Pologne, l’Autriche, l’Italie, la Tchéquie et autres États s’apprêtant à rejoindre cette alliance du refus de la tsunamigration qui menacent la paix de l’Europe.

C’est bien plus l’irresponsable gouvernement socialiste espagnol qui en ouvre les portes vers de probables voire d’inéluctables conflits ethno-communautaristes.

  • Macron est soit un ignorant, soit un pitoyable falsificateur de l’histoire lorsqu’il compare notre époque à celle des années 20 ou 30, au demeurant fort différentes.

On ne saurait en effet oublier combien les mauvais traités de Versailles et de Saint-Germain, simultanément aux abominations de la révolution bolchevique, ouvrirent la voie à Adolf Hitler et à la monstruosité nazie. Tout comme les formidables aberrations des politiques de la France et du Royaume-Uni, un Léon Blum en tête, niant le danger hitlérien, jetèrent Mussolini dans les bras d’Hitler.

  • Macron, à son rang, n’a ni le droit d’être ou un ignare ou un menteur.

    L’AGRIF

    70 boulevard Saint-Germain
    75005 PARIS
    01 40 46 96 31

( 7 novembre, 2018 )

L’insupportable déclaration du Premier Ministre Édouard Philippe à la gloire d’Hô Chi Minh.

L’insupportable déclaration du Premier Ministre Édouard Philippe à la gloire d’Hô Chi Minh. dans communiqués

Bernard Antony communique :

 
Dans son livre « Vietnam, le dossier noir du communisme », Michel Tauriac, le journaliste de France-Inter, d’une très grande probité, faisait naguère le bilan des répressions et exterminations de couches entières de la population perpétrées au Nord Vietnam par le Vietminh sous contrôle communiste de Hô Chi Minh.
Ce fut notamment le massacre, sur le modèle des exterminations soviétiques et maoïstes en URSS et en Chine, de 700 000 paysans du Nord.
Hô Chi Minh fut aussi le bourreau en chef du système des camps de la mort pour les combattants français prisonniers du Vietminh, tel le camp 113 du traître tortionnaire Boudarel, où l’on mourait dans les mêmes proportions qu’à Auschwitz. Souvenons-nous enfin des civils français épouvantablement massacrés par milliers, à Hanoï et ailleurs.
On aurait compris que le Premier Ministre Édouard Philippe aille au Vietnam et à Dien Bien Phu pour évoquer les sacrifices des soldats des deux camps. Mais à Hanoï, visitant le quartier général de Hô Chi Minh, il a déclaré ceci :
« À Hanoï, je suis heureux de célébrer l’amitié entre nos deux peuples et de rendre hommage au Président Hô Chi Minh, artisan de l’indépendance d’une grande et belle Nation. L’austérité sereine du bureau de Hô Chi Minh montre combien le travail et le calme, la détermination et la constance servent les projets des États ».
Cette glorification du bourreau de tant de nos compatriotes et alliés héroïques du peuple vietnamien est tout simplement abjecte.
Elle relève d’une impardonnable trahison mémorielle.
( 31 octobre, 2018 )

ASIA BIBI ACQUITTEE

 

 

ASIA BIBI ACQUITTEE dans communiqués
Bernard Antony communique:
Il faut rendre hommage au courage du juge musulman Saqib Nisar qui a prononcé le verdict d’acquittement par la Cour Suprême du Pakistan de toutes les accusations et diffamations déversées  contre la chrétienne Asia Bibi, simplement haïe parce que chrétienne et ayant entraîné sa détention dans de terribles conditions dix ans durant.
À Chrétienté-Solidarité, qui organisa à Paris le 23 octobre 2014 devant l’ambassade du Pakistan la plus grande manifestation en France pour réclamer la libération d’Asia Bibi, nous accueillons la nouvelle avec émotion.
Nous l’accueillons aussi avec angoisse, nous souvenant des assassinats par des islamistes fanatiques de magistrats et gouvernants intègres chrétiens ou musulmans.
En effet, selon son avocat, les formalités de la libération d’Asia Bibi, quoique suprême, devraient prendre plusieurs jours.
Puisse le ministère pakistanais de la justice mettre en œuvre les moyens de sa protection et de son exfiltration de sa prison et sans doute du pays.
( 29 octobre, 2018 )

PEUR SUR LA VILLE

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DES ELUS CNIP DE METZ

 

Une fois de plus, une fois de trop, une rixe violente a fait 3 blessés au centre-ville de Metz, ce dimanche au matin.
Il ne sert à rien de vouloir cacher la réalité comme on « cache la poussière sous le tapis; elle finit toujours par se rappeler à ceux qui faisaient semblant de ne pas la voir, par naïveté au mieux ou par idéologie…au pire ! Il est désormais temps de réagir, et nous ne  pouvons qu’approuver, même s’il y a mis du temps, l’exigence du maire à solliciter auprès de « qui de droit », pour sa ville, notre ville, des forces  supplémentaires de Police Nationale, notamment..la nuit. En outre, nous lui suggérons à nouveau, et-là, c’est de son ressort propre, d’instaurer rapidement un équipage de la Police Municipale en service de nuit, ceci toujours dans le cadre de leurs missions allouées, venant ainsi en appui de leurs collègues de la Police Nationale. De plus, une enquête aussi s’impose sur les établissements de nuit d’où proviennent ou gravitent autour, les individus et les bandes d’agresseurs. Tous les élus se doivent de mener ce combat, pour rétablir l’ordre et la tranquillité dans la ville.
Enfin, aucun élu, se prétendant vouloir être responsable et  solidaire de ses administrés, ne doit jamais oublier que pour ses derniers, la sécurité est la première des libertés, c’est aussi et avant tout notre vision première.
( 15 octobre, 2018 )

Le CNIP officiellement installé en Moselle

 

 

Communiqué du CNIP Moselle
Ce samedi 13 octobre, a vu le lancement de la fédération de Moselle du CNIP (Centre National des Indépendants et Paysans), en présence de son président National, M. Bruno North, de 6 conseillers régionaux du Grand-Est, de 5 conseillers municipaux mosellans et d’une  cinquantaine de personnes, adhérents et sympathisants. Le sénateur, Jean-Louis Masson, également présent, a non seulement  à apporté son amical soutien mais aussi   participé activement  aux travaux de cette assemblée. Le CNIP, qui incarne la « Droite des valeurs et du courage », libérale et conservatrice, apparait comme une réelle force en devenir. Ce parti  historique est associé au sein du collectif  des « Amoureux de la France », à « Debout La France » et au PCD (Parti Chrétien Démocrate); ceci , afin de soutenir et accompagner  Nicolas Dupont-Aignan aux élections européennes du printemps prochain. Le responsable CNIP pour le « Grand-Est », M. Thierry Gourlot, conseiller régional et conseiller municipal de Metz devient président de cette jeune fédération de Moselle et son vice-président est M. Jean Michel Rossion, lui même  conseiller municipal de Metz. Enfin, pour conforter cette structure et occuper le terrain, Un responsable devrait être prochainement désigné dans chacune  des circonscriptions du département 57. Aussi, dans le climat actuel de déliquescence de la vie politique actuelle, tant nationale que locale, Le CNIP entend désormais être un acteur engagé lors des futures élections européennes et municipales en portant, haut et fort, les couleurs  de la Droite qui ne renie aucune de ses convictions.
12345...27
Page Suivante »
|