( 25 décembre, 2015 )

Incroyable ! La Commission européenne demande au parlement élu d’un pays membre souverain de suspendre le vote d’une loi sur sa cour constitutionnelle

lu sur le blog « Nouvelles de France »

Incroyable ? Non, c’est dans la logique de la dictature que tente d’imposer l’Union Européenne au nom de l’idéologie mondialiste et libérale.

Philippe SCHNEIDER

EURSSL’arrogance et le toupet des eurocrates semblent ne plus avoir de limites comme cela a déjà été démontré si souvent et si bruyamment avec la Hongrie. Maintenant, c’est la Pologne qui fait les frais des ambitions des commissaires européens et de certains gauchistes du Parlement européen qui ont du mal à accepter le choix souverain des électeurs polonais le 25 octobre dernier.

Le Parlement polonais débattait cette semaine d’un amendement (voté hier) à la loi sur sa cour constitutionnelle qui avait été traficotée en juin dernier par la majorité précédente afin de lui permettre de remplacer à l’avance 5 juges (sur 15) dont le mandat arrivait à expiration en novembre et décembre (et qui auraient donc dû être nommés par le parlement issu des élections du 25 octobre, voir l’explication ici). Les élites de Bruxelles et Strasbourg n’avaient rien trouvé à redire de ces arrangements des amis de l’actuel président du Conseil européen Donald Tusk avec la constitution polonaise, mais les voilà qui s’inquiètent tout à coup de ce PiS désormais au pouvoir qui, non content d’avoir annulé la nomination des 5 juges se permet, en vertu du pouvoir conféré par sa majorité absolue obtenue dans des élections libres et démocratiques, d’amender à son tour la loi polonaise qui régit le fonctionnement de la Cour constitutionnelle.

Après le président du Parlement européen Martin Schulz qui avait parlé d’un « coup d’Etat » en cours en Pologne, voici que le social-démocrate hollandais Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission et « commissaire européen chargé de l’Amélioration de la législation, des Relations inter-institutionnelles, de l’État de droit et de la Charte des droits fondamentaux » a demandé à la Pologne, dans une lettre au ministre des Affaires étrangères et au ministre de la  Justice, de suspendre son processus législatif et de lui fournir des explications !

Le ministre de la Justice polonais Zbigniew Ziobro lui a répondu que la Pologne était un pays souverain qui décidait lui-même de la forme et du fonctionnement de ses organes constitutionnels et qu’il ne voyait aucune raison de permettre à une institution extérieure d’exercer une influence sur la forme que doivent prendre ces organes.

 

Source : le site d’information polonais Niezalezna.pl

( 24 décembre, 2015 )

Le Réveil Français aurait il quelque chose à voir avec le Réveil de la Force ?

Voici un très bon article d’Olivier DEJOUY paru sur le blog « Le Réveil Français »

 

Jedi

Ceux qui, à la droite des « Républicains » se présentent comme les tenants de la « France forte », pourraient répondre par l’affirmative à cette question hautement politique.
Il est vrai que si l’on observe la situation de la France aujourd’hui, et plus singulièrement ceux qui en son sein se déclarent patriotes, c’est-à-dire au service de cette France aimée, ils on en effet quelque chose de comparable aux rebelles de « Stars Wars » qui luttent contre l’Empire.
Le Réveil Français n’est pas un parti, ni même un mouvement. Il se donne la mission d’alimenter par la réflexion, les stratégies de gouvernements futurs quand « l’Empire » sera vaincu. De nourrir en construisant des hypothèses concrètes et tenant compte de la conjoncture réelle, un vrai projet politique applicable en s’appuyant sur les expertises que nous sollicitons dans tous les domaines relevant principalement des compétences régaliennes de l’Etat.
En deux mots, un pouvoir essentiellement financier, international, oligarchique et d’une puissance incroyable, représente le côté obscur de la force et transforme les peuples riches de leurs particularismes en sociétés anonymes et cosmopolites asservies par la consommation, les sens et l’ambition matérielle, en faisant disparaître ceux qui résistent par la puissance militaire et financière. A cet égard on peut comparer la FED à l’Etoile noire avec son vaisseau interstellaire Goldman Sax. Un autre vaisseau de l’Empire, entièrement téléguidé, croise dans nos contrées pour soi-disant assurer notre sécurité, mais en réalité pour mieux contrôler les nations désarmées donc dépendantes : L’OTAN.
Les vieilles nations, ayant quelques restes de personnalité et de fierté, ne supportent pas, du moins dans les profondeurs de leurs peuples insoumis, d’être sous la coupe des agents de l’Empire, comme le gouverneur Hollande et son porte flingue Valls en France.
Les rebelles ont effectué dans notre pays une belle démonstration de force aux élections régionales, même si ça ne s’est pas soldé par une victoire concrète et que les forteresses édifiées par l’ennemi ont tenu au prix des pires compromissions.
Il reste que cet épisode a permis de clarifier les positionnements définitifs des uns et des autres. Tous les traitres au service de l’Empire qui faisaient semblant de se chicaner auparavant se sont coalisés contre les défenseurs uniques des intérêts de la France. Les masques sont tombés et ne doutons pas que cela stimulera dans notre jeunesse inventive et courageuse l’éclosion d’une nouvelle race de chevaliers Jedi que l’ont a vu la première fois s’exprimer dans le cadre de la « Manif pour tous » et que l’on voit encore émerger ici ou là.
Il serait vain et même imbécile de baisser les bras aujourd’hui, quand on voit qu’une majorité des jeunes français de moins de trente ans se trouvent du côté des rebelles. Il n’y a aucune raison, malgré les agitations politiciennes qui tendent à nous faire croire à l’occasion de quelques inaugurations symboliques de chrysanthèmes que tout va changer, pour que les agents de l’Empire reviennent spontanément vers une France qu’ils méprisent et font semblant d’aimer en période électorale .Nous assistons à un réel Réveil des français qui ne pourra que s’amplifier avec le temps. Les ennemis, ceux qui sont du côté obscur, en sont bien conscients et se préparent d’ores et déjà aux prochaines échéances. C’est le ras le bol des français qu’ils disent, nous comprenons leurs souffrances ajoutent-ils. Mais en réalité ils savent que plus qu’un ras le bol, c’est d’une prise de conscience qu’il s’agit, d’un réveil, comme si les piqures médiatiques, les ondes abrutissantes distillés par les services de propagandes de l’empire, n’avaient plus d’effets sur les peuples, comme si une « mithridatisation » imprévue avait rendu les drogues et poisons inopérants. Les français se réveillent, pour l’instant ils brandissent l’épée, demain ils frapperont. Que la France soit avec eux…
OD
( 17 décembre, 2015 )

Un coin de voile levé sur le dernier tabou : le planning familial Commentaire U

Un seul mot d’ordre règne depuis près de soixante ans dans la classe politique unanime : le planning, on n’y touche pas.

 

Vu sur : Boulevard Voltaire, écrit par : Jean-Marie Le Méné
Les questions de contraception, d’IVG et de sexualité ont brièvement émergé pour la première fois en France dans la campagne des régionales. Depuis toujours, les différents aventuriers qui tentent d’interroger de manière critique les évolutions de société ou de « mettre le respect de la vie humaine au cœur de la politique » sont éconduits sans ménagements par un gardien du temple à la fois connu et méconnu, mais sourcilleux : le planning familial. Qui s’y frotte s’y pique.
Le planning, c’est la loi et les prophètes de la sphère intime. Souvent l’initiateur de réformes hardies avant d’en être lui-même le plus farouche propagandiste, le planning en est surtout le bénéficiaire puisqu’il en vit. Mais un seul mot d’ordre règne depuis près de soixante ans dans la classe politique unanime : le planning, on n’y touche pas, le planning protège la liberté des femmes, c’est le dernier tabou.
Or, une candidate a osé émettre l’opinion que les subventions du planning de la région PACA pourraient ne pas être maintenues à leur niveau actuel. C’est historique. Immédiatement, le ciel lui est tombé sur la tête. Et pourtant qu’en est-il exactement ? N’a-t-on pas le droit de savoir ?
Il suffit de se pencher sur une seule association du Planning familial de la région PACA, celle des Bouches du Rhône, pour être convaincu que quelques questions ne sont pas illégitimes. Sur un total de ressources de 1.354.301 € en 2014, cette association a reçu près de 90 % de subventions publiques en provenance de l’État (ARS, DDCS, FNPEIS, DRDFE, FDVA, INPES, CPCAM, CUCS), du Conseil général, du Conseil régional et des communes. On apprend, en outre, que « des financements exceptionnels ont été accordés afin d’éviter des licenciements et une cessation de paiements ». Mais les charges continuent à augmenter. Et on lit que l’équipe du planning de ce département compte 30 salariés dont une troupe de théâtre de 15 comédiens…
Il y a plus grave. Sur le site de l’association figure un soutien explicite aux femmes voulant avorter mais qui ont dépassé le délai légal de 12 semaines de grossesse. Il est précisé que ces femmes ont encore la possibilité de se rendre dans un autre pays d’Europe où la législation est différente et les délais plus longs, comme l’Espagne, l’Angleterre ou les Pays-Bas, voire les États-Unis (où la réputation du Planned Parenthood n’est plus à faire, avec le scandale de la vente d’organes issus d’avortements). Et ce n’est pas assez, il faut aussi leur donner des moyens financiers. En conséquence, le planning sollicite des dons et délivre même des reçus fiscaux pour soutenir un acte qui est illégal. Car, en France, au-delà de la douzième semaine de grossesse, l’IVG est interdite et le médecin qui la pratiquerait s’expose à des sanctions pénales (jusqu’à 5 ans de prison), civiles et administratives. Dès lors, le financement public, direct ou par déduction fiscale, de l’IVG hors délai s’apparente fort à un détournement de fonds publics.
Multipliez ces constats par soixante-quinze associations pour avoir une idée de ce que représente le planning à l’échelle nationale : un mouvement qui traite de façon militante dans les écoles, les collèges, les lycées, les universités, etc. non seulement de la contraception et de l’avortement, mais aussi de la bioéthique, de l’homosexualité, du sida, de la laïcité, du féminisme, du genre et des migrants…
Voir Les Républicains s’approprier ce militantisme d’extrême gauche, fossoyeur de toute reconstruction de la société sur ses fondamentaux, balaye les illusions qu’on peut avoir sur ce parti.
Voir une classe politique quasi unanime faire de l’immoralité un argument électoral pour battre une candidate de 26 ans qui cherche à dissiper le mensonge a quelque chose de crépusculaire.
Voir cette jeune femme se battre seule contre des barbons évoque l’épisode de « Suzanne et les vieillards » qui, rappelons-le, se termine par la condamnation des vieillards.
On peut se réjouir qu’un coin du voile ait été levé sur le dernier tabou par la représentante d’une génération qui survivra aux barbons.
Jean-Marie Le Méné
( 15 décembre, 2015 )

Commentaire à chaud, des résultats du scrutin régional.

Article pris sur le  « Réveil Français »

resultats-des-regionales

Plutôt que de s’abîmer dans l’analyse exhaustive des résultats de dimanche, il me parait plus intéressant de prendre un peu de recul et notamment d’observer les comportements des uns et des autres sur les plateaux télés le soir du scrutin.
Contrairement aux habitudes, personne n’a crié victoire trop fort, ni les uns à gauche, ni les autres à droite de ce grand parti libéral « RPS ».
Car sur un point, Marine Lepen a tord. Le FN n’est pas le premier parti de France, du moins pas encore. Le premier parti, c’est ce grand tout libéro-socialiste apatride et oligarchique, qui a finalement gagné les élections.
La mobilisation obtenue par l’appel du « Muezzine » des partis de gouvernement, en agitant le chiffon rouge , en répandant la terreur du retour « aux heures les plus sombres de notre Histoire », a décidé le troupeau des individualistes consommateurs a aller voter au second tour pour se dire que même si on déteste ou considère avec indifférence ceux qui se transmettent alternativement le pouvoir depuis quarante ans, on ne va pas prendre le risque d’un retour du « fascisme » et accessoirement se donner bonne conscience pour avoir sauvé la République.
Hollande qui aime en faire la distribution, devrait donner à ces électeurs méritants, la Légion d’Honneur. Légion d’Honneur que mon père ayant gagné sur le champs de bataille en 44 va d’ailleurs être amené sous peu à jeter à la poubelle, comme une breloque de super marché.
Mais si les vainqueurs du 2eme tour ne sautaient pas de joie, dimanche soir, ce n’est pas par dignité, quoi qu’ils en disent eux-mêmes et les médias qui leurs servent la soupe. Pourquoi seraient ils soudainement dignes, alors qu’ils ne l’ont pas été durant la campagne même qui vient de s’achever, et qu’ils ne l’ont jamais été auparavant ?
Non certes, mais ils sont conscient que devant la pression croissante d’une population exaspérée, ils ont offert à la fois aux français un spectacle pitoyable de « sauve qui peut » et augmenté d’un seul coup le degré de frustration des sept millions d’électeurs qui se sont vu refuser la victoire, non pas parce que leurs propositions étaient contestées, mais tout simplement parce que les états majors parisiens en avaient décidé ainsi. Nous n’avons plus vu une campagne régionale, mais une campagne contre le Front National, non pour ce qu’il est vraiment, mais pour ce qu’il représente en termes de fantasme collectif.
Car on a vu se mobiliser toutes les instances de ce pays, syndicats, patronat, artistes, et même l’Eglise qui officiellement ne s’est pas prononcée, estimant, après étude approfondie du programme FN, qu’il n’était pas pire en matière de contravention aux principes chrétiens que les autres partis, mais a laissé lâchement s’exprimer quelques représentants de l’Episcopat forts de leur autorité.
Le combat contre le FN dès lors, n’est plus politique mais moral. Cela devient un devoir et il n’y a plus de dialogue possible. Seulement voilà, ils sont maintenant sept millions à s’exprimer et si Valls dans un accès de fièvre a parlé de guerre civile, ce qui lui fut amèrement reproché, ce n’est pas un hasard. Cet authentique apprenti dictateur y croit. Il n’y a qu’à voir comment il utilise sa police en cette période d’état d’urgence où l’on est censé lutter contre le terrorisme. Ca perquisitionne à tout va , aussi bien chez les cathos que les écolos, tous probablement liés à Daesh.
La manière dont il a réprimé la Manif pour tous, devrait quand même rester dans les mémoires et nous n’étions pas en état d’urgence. Rappelons-nous comme il aurait voulu que ça se finisse, à force de provocations policières, en insurrection pour pouvoir écraser dans l’œuf cette résistance pacifique. Il ne rêve que ça, la guerre civile permet de flinguer sans sommation, et c’est tellement mieux ainsi.
Voilà pourquoi cette allure grave et gênée. Car c’est un peu gros tout de même, malgré cette victoire qui sent le montage, et qui interdit une fois de plus à des millions d’électeurs d’accéder à une parcelle de pouvoir, il convient de garder à l’esprit qu’il n’y a pas beaucoup d’issues possibles pour ceux qui prétendent avoir entendu, bien compris, et qui promettent une fois de plus le changement.
Il y aura quelques tempêtes dans des verres d’eau, qui feront grand bruit, mais des montagnes qui accoucheront d’une souris. Une partie de la droite forte glissera imperceptiblement vers l’océan bleu Marine et peut-être que contre toute attente nous nous retrouverons en 2017 devant un duel Hollande /Lepen au deuxième tour. Car la gauche ne manquera pas de faire valoir son sens sacré du républicanisme après avoir engrangé les bénéfices de son sacrifice dans les deux régions outrageusement dominées par le FN. Il faut savoir sacrifier quelques pions pour vaincre la Dame.
D’autant que les primaires à droite risquent de ne pas être une partie de plaisir, Sarkozy ne fait pas encore le plein, Juppé est embusqué et attend son heure, tandis que Lemaire s’agite dans les médias.
La droite se trouve dans une situation qui n’est pas nouvelle, mais devient plus périlleuse aujourd’hui, obligée qu’elle est de faire le grand écart entre l’union avec les centristes pour qu’ils ne soient pas tentés de regarder vers le gauche et répondre aux attentes exprimées par le vote « populiste » du premier et deuxième tour des régionales, qui représente quand même au plan national 30% des électeurs.
La gauche quant à elle doit faire face à des contradictions qui seront difficiles à gérer pendant la campagne présidentielle de 2017. Ne parlons pas du bilan du quinquennat, ne soyons pas cruels. Mais quand on entend les ténors, dont le premier ministre, saluer le retour au patriotisme, dans une conception, il est vrai, assez confuse de républicanisme moralisateur, et en même temps promouvoir un cosmopolitisme croissant et un abandon de souveraineté récurant dans une Union Européenne elle-même noyée dans le village capitaliste mondial, là aussi le grand écart risquera de se traduire un jour par un accident électoral.

Olivier Dejouy

 

( 9 décembre, 2015 )

Régionales : un premier tour dévastateur

Une excellente analyse dans Politique magazine. En forme de tour d’horizon

 

Avis aux retardataires : sortez les petits-fours et installez-vous confortablement devant vos téléviseurs. Le spectacle offert par la politique française, à l’issue du premier tour des élections régionales, est à ne manquer sous aucun prétexte dès lors que l’on est amateur du genre. A gauche et à droite, la panique se généralise. Du grand cinéma ! Les acteurs jouent parfaitement leur rôle. L’heure est aux calculs, aux petits arrangements, aux tractations… Avec un objectif clair : « faire barrage au Front national ». A gauche, ceux qui sont arrivés troisième sont invités à se retirer – sauf en Alsace, où le candidat résiste. A droite, les candidats se maintiennent en prônant un « ni-ni » qui ne leur coûte rien. Une posture d’intransigeance à peu de frais… qui ne trompe plus personne.

Au PS, les dégâts sont lourds. La nouvelle popularité de François Hollande, qui a connu un fort regain après les attentats du 13 novembre, n’a pas suffi à créer une dynamique favorable. De toute façon, personne ne s’étonne plus que les élections intermédiaires soient remportées par un parti de l’opposition. C’est une habitude française. Mais cette fois, ce ne sont pas les Républicains qui en profitent mais le Front national : et même si le parti de Marine Le Pen ne remporte qu’une seule région – il pourrait raisonnablement en enlever trois -, il serait le grand vainqueur de cette élection. Ceux qui expliquaient que les sondages qui montraient sa spectaculaire progression étaient gonflés artificiellement pour mobiliser les autres électeurs se retrouvent bien sots depuis hier. La présence du FN au second tour de la prochaine présidentielle passe de l’hypothèse à la quasi-certitude. Les chroniqueurs politiques, comme Thierry Arnaud, l’ont acté.

Pour l’ex-UMP, en revanche, il sera difficile de triompher dimanche 13 décembre : les victoires qu’il obtiendra ne le seront pas à la régulière. Il lui faudra en effet compter sur les voix de gauche pour espérer l’emporter. Une pensée, au passage, pour les socialistes qui devront glisser, la mort dans l’âme, un bulletin « Estrosi » dans les urnes… Quel sens du sacrifice et du devoir républicains ! Un élu PS du troisième arrondissement de Marseille, interrogé sur BFM-TV, confessait s’y résoudre avec abnégation. Une perspective qui, visiblement, avait empêché le pauvre hère de trouver le sommeil.

Cruelle désillusion, aussi, pour Nicolas Sarkozy. Que les Républicains ne virent pas en tête au premier tour pourrait lui coûter cher en terme de légitimité à être candidat à la présidentielle de 2017. Sur les plateaux de télévision, les chroniqueurs politiques annoncent déjà avec gourmandise les règlements de comptes à venir au sein de la « droite de gouvernement ». C’est simple : à l’unité feinte des ténors de l’ex-UMP cette semaine succédera, le lendemain même du second tour, une mise à mort de l’ancien président qui sera alors accusé de tous les maux. Déjà, quelques voix dissidentes se font entendre : celles de Nathalie Kosciusko-Morizet ou de Jean-Pierre Raffarin, en désaccord avec le « ni-ni » prôné par le parti.

Mais ce sont tous nos politiciens qui semblent avoir perdu le nord face à cette nouvelle donne électorale. En être réduit à proposer, comme l’a fait Julien Dray chez Jean-Jacques Bourdin (BFM-TV), une « alliance arc-en-ciel des partis progressistes » et appeler à la fondation d’un nouveau Conseil national de la résistance, montre dans quelle impasse les partis traditionnels se trouvent. Même une Ruth Elkrief, éditorialiste particulièrement modérée de la même chaîne, expliquait ce matin que « le système est à bout de souffle ». Que trouveront-ils à dire, dimanche prochain ? 

( 5 décembre, 2015 )

SOCIETE • En Roumanie, train royal & grandes foules : La France est une exception européenne …

lu sur le site « lafautearousseau »

(Copyright photos : blog du prince Radu de Roumanie)

 

Les photos parlent d’elles-mêmes : les haltes du train royal lors de la Fête nationale roumaine, ont attiré les grandes foules pour saluer la princesse Margareta, le prince Radu et la princesse Marie. Le roi Michel (94 ans) qui vit désormais en Suisse, est aujourd’hui une personnalité très respectée dans son pays.

Mais la Roumanie n’est pas une exception en Europe. C’est bien la France qui en est une. Les familles anciennement régnantes sont honorées, fêtées, associées es qualités à la vie nationale, chez tous nos voisins européens. Dans bien des  cas, elles ont un statut officiel ou quasi officiel, elles remplissent une fonction utile à leur pays, elles ont au moins la jouissance d’une ou plusieurs résidences officielles … Les plus hautes autorités politiques se joignent souvent à elles lors d’événement familiaux. Portugal, Italie, Autriche, Serbie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, d’autres encore, sont dans ce cas. Dans certains pays, cela peut concerner plusieurs familles anciennement régnantes, comme en Allemagne ou en Italie. Quant à la Russie, elle réserve les plus grands égards aux descendants des Romanov.

Tous ces Etats n’ont pas rompu avec leur histoire; ils n’ont pas renié leur passé, ni leur identité. C’est pourquoi les familles qui les ont fondés, les ont dirigés y ont une place reconnue. Et leur cohésion, leur fierté nationale, leur tradition, s’en trouvent renforcées pour le présent et l’avenir.

La France fait exception parce que la doxa officielle impose l’idée qu’elle se réduit à la République et qu’elle commence avec elle. C’est à dire avec la Révolution et toutes ses suites. Cette culture de l’oubli et de la négation est naturellement un facteur important d’affaiblissement du sentiment national. A l’inverse de nombreux Français, la France officielle – sauf exceptions heureuses, toujours limitées - ignore à peu près complètement les descendants actuels de notre dynastie nationale.

Et c’est aussi une des raisons pour lesquelles la République française ne peut pas être considérée comme un régime ordinaire, semblable à ses homologues européens, ni pleinement légitime. Lafautearousseau 

 

91.jpg

Photos reprises du site Noblesse et royautés.

( 5 décembre, 2015 )

L’Europe prend elle le chemin de la Birmanie ?

vu sue « boulevard Voltaire »
L’État d’urgence, même s’il se justifie pour réprimer efficacement l’islamisme radical, ne doit pas être le prétexte pour restreindre les libertés publiques.

Il y a longtemps que les avocats praticiens du droit de la presse et défenseurs des libertés publiques savent que la France est un pays de liberté surveillée. La mascarade que fut l’esprit du 11 janvier, loin d’être un vent de liberté fut un prétexte pour le Préfet de Police pour interdire, quelques jours après avoir autorisé l’une des plus grandes manifestations à risque avec 47 chefs d’Etat, un rassemblement de l’association résistance républicaine qui entendait dénoncer pacifiquement l’islam radical.

L’État d’urgence, même s’il se justifie pour réprimer efficacement l’islamisme radical, ne doit pas être le prétexte pour restreindre les libertés publiques. On notera soit dit en passant que des terroristes pourtant connus de tous les services secrets du monde ont pu impunément  faire des allers retours entre la France, la Belgique et la Syrie pour s’y livrer au carnage que l’on sait.

Or quelques signes objectifs et concrets permettent aux avocats qui sont à l’avant-garde des libertés d’être plus qu’inquiets. Pour des personnes qui n’ont que le mot PASDAMALGAME à la bouche, un maître mot devrait guider les bonnes manières des services de justice et de renseignement : DISCERNEMENT. Or depuis la fusion des RG et de la DST, le renseignement humain impliquant un tel discernement a été négligé au profit de la technologie et de fichiers informatiques.

Si parmi ces fiches S figurent incontestablement des individus dangereux, on compte aussi de simples sympathisants identitaires suspects d’avoir une fois dans leur vie participé à une manif autorisée ou brandi une simple banderole. De même un certain nombre de sympathisants écologistes ou alter mondialistes ayant pris part à des manifs anti-OGM. Pas de quoi justifier une surveillance particulière au détriment de celle des 4000 à 5000 djiahdistes présents sur notre territoire et présentant une dangerosité réelle sachant qu’il faut une dizaine de personnes pour filer efficacement un individu.

Parlons des perquisitions administratives pendant l’État d’urgence : elles ne sont absolument pas soumises au contrôle du juge judiciaire.
Or à quelques kilomètres de Bordeaux il y a quelques jours c’est l’exploitation d’un couple de maraîchers bio, qui a reçu la visite de dix gendarmes pour effectuer une perquisition administrative. Les gendarmes évoquent alors la COP21 et une manifestation à laquelle les deux maraîchers auraient participé il y a trois ans. « Distribution de tracts au péage de Mussidan contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ça vous dit quelque chose ? » aurait demandé l’un des gendarmes au couple un peu sonné.

Le dernier point est sans doute l’un des plus graves car il concerne la fermeture de sites. Plusieurs responsables de blogs ou de sites non conformistes se sont vus fermer leur site sans préavis ni explication. Et de nombreux d’entre eux font l’objet de véritables détournements de   procédures à l’initiative du parquet pour recel de cadavres pour avoir osé montrer des photos de décapitations djihadistes, non pour en faire l’apologie mais pour les dénoncer. Alors que le drame d’Aylan a été utilisé jusqu’à la nausée par les média.

Or, voici maintenant qu’un projet européen baptisé PHEME est sur le point de voir le jour. L’union européenne finance le plus grand  logiciel de censure du monde qui officiellement,  est destiné à remonter à la source de toute information transitant sur Twitter pour en juger de la fiabilité. Mais nul n’est besoin d’être grand clerc pour imaginer quel usage pourra être fait d’un tel instrument dans des situations d’urgence.

En Birmanie, pendant les troubles étudiants, le pouvoir de Rangoon avait fermé il y a quelques années l’accès à internet. L’Europe n’est pas loin d’en prendre le chemin…

( 4 décembre, 2015 )

Pourquoi il faut refuser de donner des subventions aux plannings familiaux

 

lu sur « Le Salon Beige »

Article transmis par Benjamin Leduc (PCD) :

Le planning familial, branche française de « Planned Parenthood » se retrouve au cœur de la campagne électorale depuis que Marion Maréchal-Le Pen s’est prononcé pour l’arrêt de son financement public. Cet organisme, au sujet duquel des pétitions circulent pour demander l’arrêt de ses interventions en classe est soutenu par la « Ministresse » Najat Vallaud-Belkacem qui le considère comme important pour les « droits fondamentaux des femmes ».

Voici quelques éléments au niveau mondial des agissements du Planning Familial en vertu des droits fondamentaux des femmes :

  • Participation aux avortements sur la base du sexe de l’enfant à naître [Source]
  • Participation aux avortements forcés dans le cadre de la politique de l’enfant unique en Chine [Source]
  • Pratique des stérilisations forcées dans des conditions déplorables pouvant entraîner la mort [Source]
  • Trafic d’organes embryonnaires, en arrangeant la date de l’avortement pour avoir des organes de l’âge demandé [Source]
  • Education sexuelle dès 5 ans [Source]
  • Avortements sur des mineures à la demande du violeur pour dissimuler le crime sans le dénoncer à la police [Source]
  • Mise en œuvre de politiques coercitives de limitation du nombre d’enfants en Asie du sud-est [Source]

Il est dommage qu’une personne comme Najat Vallaud-Belkacem qui semble si intéressée par le droit des femmes ignore à quel organisme elle accorde son soutien, puisqu’il est nuisible aux droits des femmes à travers le monde. De plus, elle semble ignorer que la fondatrice du Planning Familial, Margaret Sanger, proche du Ku Klux Klan, avait fondé cet organisme dans le but d’utiliser l’avortement afin d’éradiquer la race noire aux Etats-Unis. Pour reprendre ses mots :

« Le contrôle des naissances permettra d’obtenir une race plus pure« 

ou encore

« Nous ne voulons pas que le monde réalise que nous voulons exterminer la population nègre« .

Une telle vision est-elle vraiment compatible avec ce vivre-ensemble qu’on nous impose ?

A lire aussi, cette enquête réalisée par L’Homme Nouveau.

( 3 décembre, 2015 )

« Nous disposons d’images représentant des contrats pétroliers entre la Turquie et Daech »

Lu sur « LE SALON BEIGE » cette intervention très intéressante venant d’un opposant modéré au pouvoir syrien

Le major-général au service de renseignement de l’Armée syrienne libre, Hosam Al-Awak, déclare à l’agence Sputnik :

M« Depuis le début de la crise syrienne en 2011, la Turquie continue à soutenir par tous les moyens les islamistes radicaux et djihadistes syriens dans leur lutte contre les groupes modérés ».

« Nous disposons d’images représentant des contrats pétroliers entre la Turquie et Daech (…), ainsi que de photos représentant des véhicules blindés de marque Toyota achetés par la société qatarie Al-Ghanem, dont les djihadistes se servent pour transporter leurs leaders à travers la Syrie« .

« Nous avons constaté que la Turquie avait soutenu des factions islamistes radicales avant même l’émergence de l’Etat islamique en tant que tel. (…) Et c’est la montagne Qorsayah, située à la frontière syrienne, qui leur servait de tête de pont ».

« Les services de renseignement turcs utilisaient régulièrement les contrats en question à différentes fins. A titre d’exemple, pour s’approprier des usines et laboratoires d’Alep dans le but d’en tirer profit pour les entreprises turques situées dans la région, les djihadistes leur accordant des facilités importantes ».

« Les Frères Musulmans de Syrie, couvrant cette activité, coopéraient avec lesdites organisations afin d’éliminer l’Armée syrienne libre, ainsi que d’autres groupes modérés« .

« Voilà où en sont les choses. (…) Nous avons tenu pour responsable le chef du renseignement turc Hakan Baydan. (…) En dépit des preuves étayées que nous avons avancées, le président turc Erdogan continue à soutenir l’extrémisme, les islamistes radicaux et les organisations terroristes ».

« Nous estimons que la Russie est un allié par excellence. Face à la crise syrienne, les Russes pourraient sans aucun doute coopérer avec toutes les factions modérées, y compris l’Armée syrienne libre ».

( 3 décembre, 2015 )

Notre-Dame nous sauvera de la barbarie

Notre-Dame nous sauvera de la barbarie dans actualités

Lu sur « LE SALON BEIGE »

Suite de la neuvaine à l’Immaculée conception, pour la France, avec l’abbé Loiseau :

L« Traumatisés par les attentats du 13 novembre, beaucoup de Français mesurent aujourd’hui la gravité de la situation : les attentats peuvent se reproduire n’importe où et n’importe quand… Il n’est plus possible d’ignorer les causes de cette barbarie. C’est cette question qu’il nous faut nous poser : pour ces terroristes la cause était-elle sociale, politique ou s’agissait-il d’une idéologie religieuse ?

L’enseignement qu’ils ont reçu des fanatiques prend la sourate 9,31 au pied de la lettre : « Les juifs disent :Uzayr (sans doute Esdras) est fils d’Allah et les chrétiens disent : Le Christ est fils d’Allah.

Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux.

Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils de la vérité ? » ou encore la sourate 5,17 : « Certes sont mécréants ceux qui disent : Allah, c’est le Messie, fils de Marie ! ». C’est cette doctrine que les terroristes ont voulu appliquer. Il s’agissait pour eux de tuer le maximum de personnes refusant la révélation d’Allah.

Un grand nombre de musulmans refusent cette interprétation mais sont démunis pour répondre aux islamistes. Il faut savoir que le communiqué de l’État Islamique identifie la France aux Croisés. Luc Ferry, peu suspect d’une vision intégriste, a rappelé que ces terroristes se sont attaqués à la France fille aînée de l’Église ! Cela nous paraît aberrant que les victimes des attentats soient vus comme des croisés, mais dans la pensée des terroristes islamistes notre nation devenue hédoniste et matérialiste est corrompue par le christianisme. La haine de la France est d’abord la haine de la foi chrétienne.

L’enjeu est donc spirituel. Ni les services de police, ni l’armée n’arriveront à maîtriser la violence islamiste à eux seuls. Si plusieurs actions politiques, sociales et militaires doivent être menées, elles risquent hélas d’être insuffisantes. Le drame que nous avons vécu et que nous continuerons de vivre ne peut être dépassé que par un renouveau spirituel de notre pays.

En effet, l’Islam refuse les trois principaux mystères de la Foi chrétienne : la Trinité qui pour eux est une forme de polythéisme, l’Incarnation qui est de l’associationnisme (Dieu est associé à une réalité humaine) et la Rédemption puisque Jésus n’a pas été crucifié (c’est un sosie qui le fut à sa place).

La perception de la révélation chez la pensée islamique apparaît alors comme un refus du Dieu Amour, Père et Sauveur, c’est-à-dire l’essence de notre foi catholique. Jean-Paul II dans son livre Entrez dans l’Espérance expliquait que l’Islam est le refus de toute dimension sotériologique (la théologie du Salut).

Notre réponse doit d’abord être spirituelle. Il nous revient de vivre profondément des mystères de notre foi pour nous ancrer dans notre espérance du Salut. Face à la barbarie, nous avons le devoir de vivre davantage l’intériorité et de la piété. Ou en sommes-nous dans notre vie d’oraison ? Dans la pratique des sacrements ? Dans notre connaissance de l’Écriture et de la Tradition ? Dans le rayonnement de notre famille et dans l’élan missionnaire ?

Face au défi qui nous attend, la tiédeur n’est plus possible. C’est dans l’espérance du triomphe du Cœur Immaculé que nous devons nous mettre à la tâche. Puisque Notre-Dame a touché le cœur de tant de musulmans et à l’approche du Jubilé de la Miséricorde, lançons une grande campagne de prières pour demander à notre Mère que nos frères musulmans découvrent eux-aussi le visage de la Miséricorde Divine, c’est-à-dire Notre Seigneur Jésus Christ, crucifié et ressuscité, l’Alpha et l’Oméga de l’histoire humaine.

La charité qui doit nous animer envers les musulmans nous invite au respect de tout ce qui demeure vrai en eux, au dialogue et enfin à l’annonce de la Bonne Nouvelle. »

1...5354555657...74
« Page Précédente  Page Suivante »
|