( 11 novembre, 2013 )

Communiqué : Les militants d’AF en garde à vue.

lundi 11 novembre 2013 , par Garde Suisse

11 novembre, dans la matinée le président normal, qui confond d’ordinaire les deux guerres mondiales, s’était rendu place de l’Etoile pour un hommage aux morts de la grande guerre. Si le soldat inconnu est resté muet, les Parisiens présents bien vivants quant à eux ont conspué ce chef d’État qui n’aime pas la France, ni les Français.

 

70 interpellations dont une vingtaine de militants d’AF.

Les forces de l’ordre n’ont pas fait le détail et ont chargé la foule. De jeunes Français parmi lesquels des militants d’Action française, se sont interposés entre les manifestants et la police républicaine. Bilan : soixante dix interpellations dont une vingtaine de notre mouvement.

Nous appelons les patriotes français à réagir dès ce soir à 19 heures devant la plaque des étudiants du 11 novembre 1940 en haut des Champs-Élysées. Comme en 1940, pour le salut de la patrie, entrons en résistance, soyons solidaires de nos camarades.

Olivier Perceval, Secrétaire Général de l’Action française

( 7 novembre, 2013 )

220 000 avortements par an et cela ne leur suffit encore pas !

Communiqué de Choisir la vie :

« L’association CHOISIR LA VIE s’indigne et se scandalise après la remise du rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes sur l’avortement.

Après les attaques incessantes à l’enfant à naître telle que la promotion de l’avortement sur le nouveau site gouvernemental lancé par Najat Vallaud Belkacem il y a quelques semaines, destiné à contrer l’information véritablement juste et exhaustive des sites pro-vie sur la réalité et les conséquences de l’avortement, ce rapport est une déferlante d’atteintes massives à l’enfant à naître.

Ainsi, ce rapport entend :

- supprimer  purement et simplement du Code de la santé publique la mention explicite de la clause de conscience pour les médecins et les professionnels de santé.

- imposer la pratique de l’IVG à tous les établissements disposant d’un service de gynécologie et/ou de chirurgie

- imposer à  tous les établissements la pratique de l’IVG et ce jusqu’à 12 semaines de grossesse »

- élargir la pratique de l’IVG par aspiration sous anesthésie locale aux centres de santé,  centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF), et aux maisons médicales pluridisciplinaires.

Face à la détermination gouvernementale à supprimer toujours davantage de vies naissantes au travers de l’avortement, il est plus que jamais impérieux de montrer notre détermination  à promouvoir le respect de la vie et à exiger l’abrogation des lois sur l’avortement.

La Marche pour la Vie du 19 janvier 2014 à Paris sera l’occasion de dénoncer  ces atteintes incessantes à l’enfant  à naître et de  remettre le respect dû à l’embryon à l’ordre du jour des préoccupations de nos concitoyens.

Soyons nombreux  à faire entendre nos voix : l’IVG , ça suffit ! »

On ne le dira jamais assez : « l’IVG » est un assassinat, assassinat d’un petit enfant qui ne peut pas se défendre. C’est la pire des lâchetés que ce meurtre des innoncents et ceux qui s’en rendent coupable et nous pensons tout particulièrement aux politiques qui l’encouragent et aux médecins plus qu’aux femmes souvent elles aussi victimes, devront en répondre…

( 5 novembre, 2013 )

L’horloge de la cathédrale génait la prière des islamistes !…

 Tiré du blog « LA FAUTE A ROUSSEAU »

lyon horloge cathedrale.jpgUn lecteur nous rappelle un fait que nous n’avons pas évoqué, ici (nul n’est parfait, ni complet !…) : le samedi 23 mars derneir, vers 18 h 30, muni d’une barre de fer, un jeune iranien de 28 ans a fracassé l’horloge du XIVème siècle de la cathédrale Saint- Jean à Lyon.

Donnant de violents coups dans cette horloge astronomique, il a brisé plusieurs parties de l’œuvre d’art, qui ne fonctionnait plus le dimanche…

La raison ?

L’horloge « empêcherait les croyants musulmans de se concentrer sur leur prière. »
Le délinquant a été placé en garde à vue et, évidemment, remis en liberté.

Ben…voyons…

Imaginons la réaction des autorités politiques Françaises si un chrétien avait commis un acte équivalent dans une Mosquée, une Synagogue, un temple boudhiste ou… au siège d’Act’Up !

Pour quelques infos :  http://rhone-alpes.france3.fr/2013/03/25/lyon-l-horloge-de-la-cathedrale-saint-jean-degradee-222533.html

L’immigration est vraiment une chance pour la France !…

 
( 5 novembre, 2013 )

Hommage à Gérard de Villiers, ami de l’Action française

Hommage à Gérard de Villiers, ami de l’Action française dans actualités arton6605

Article tiré du site de l’Action Française

À travers ses romans, l’auteur des SAS développait des analyses géopolitiques. GÉRARD de Villiers s’est éteint la veille de la Toussaint. Il avait lui-même prévu l’annonce de sa propre mort, comme s’il s’agissait de l’un de ses héros…

 

Provocateur en public, mais d’une très grande courtoisie en privé, doué d’humour et de répartie, il fut plus qu’un romancier : un investigateur, fin analyste des situations et des personnages qu’il rencontrait, révélateur avant-gardiste d’événements géopolitiques. Passionné par les cultures et les civilisations, il sillonnait le globe en quête d’aventures, de conflits et d’intrigues.

Ses romans sont le fruit d’une imagination débordante et de fantasmes érotiques, mais également d’enquêtes qu’il réalisait sur le terrain, où il s’imprégnait des us et des coutumes locaux, de la psychologie des personnes qu’il rencontrait… Il analysait en profondeur les contextes politiques, avec le sens du détail, ce qui lui permettait d’anticiper certains événements. Cela alimentait les rumeurs à son sujet : certains ont fait de lui un agent des services secrets. A-t-il fait partie du SDEC (prédécesseur de la DGSE) ou lui a-t-il fourni des informations  ? Il laissait planer le doute à ce propos.

Mais une chose est sûre, il était une référence pour les experts de géopolitique. « L’élite française prétend ne pas le lire, mais ils le lisent tous  », souligna Hubert Vedrine.

Il y a une décennie, je l’ai rencontré avec un personnage qui a failli inspirer l’un de ses romans : Bob Denard. J’ai écouté leurs longues conversations, passionnantes et passionnées, m’évadant dans leurs aventures et leurs rêves… Plus tard, il m’a révélé sa passion pour le Liban qui aura inspiré une grande partie de ses romans. C’était l’occasion pour moi de comprendre, à travers ses aventures, pourquoi le pays du Cèdre avait été mis en feu. Il y était pendant la guerre, où il s’était rendu sur les champs de bataille auprès des différentes milices. L’ancien président libanais Amine Gemayel, fidèle lecteur de ses romans, avait une grande admiration pour son courage : « il ne craint ni les bombardements, ni la menace d’un enlèvement », me disait-il à son sujet. Son dernier périple en Afghanistan en témoigne.

Un romancier ami de l’Action française

Défenseur des identités nationales, Gérard de Villiers était un grand patriote, admirateur de Charles Maurras et de l’Action française. « De la même manière où je n’imagine pas les Afghans habillés en blue-jeans, buvant de la bière dans leur pays avec des cathédrales dans chaque ville et des églises dans chaque quartier, je n’imagine pas les Françaises voilées de la tête au pied et nos églises transformées en mosquées », m’a-t-il confié. En janvier dernier, il avait accepté notre invitation pour participer à un colloque sur la politique étrangère de la France. Il comptait intervenir au sujet de la Syrie, à laquelel était consacré son dernier roman, Sur le chemin de Damas. Mais, le matin du 19 janvier, Paris était recouvert de neige… Mon téléphone portable avait vibré dans ma poche alors que notre réunion prenait fin. C’était Gérard de Villiers en ligne : «  Je suis navré », me disait- il. « Explique la situation à tes amis. À l’Action française, les gens sont intelligents. Ils comprendront. Tu n’as qu’à organiser une nouvelle manifestation quand il fera beau. » Malheureusement, il ne sera plus parmi nous pour nous confier son message. Reposez en paix, Gérard de Villiers.

Élie Hatem

( 4 novembre, 2013 )

Otages : le billard à trois bandes de Iyad Ag Ghali

par Bernard Lugan

Fondateur du mouvement touareg islamiste Ansar Dine et responsable de la prise de Mopti (Konna) le 9 janvier 2013 et du raid sur Bamako qui déclencha l’Opération Serval, Iyad Ag Ghali, vient de réussir un coup de maître qui le replace au cœur du jeu politique malien.

 

En utilisant les otages, il a négocié un blanc-seing avec les Français, mais, surtout, débarrassé de ses encombrants alliés d’Aqmi par l’Opération Serval, il a réussi ce qu’il cherchait en vain à faire depuis le mois de janvier 2012, début de la guerre du Mali, à savoir être un interlocuteur « incontournable ».

Rappel historique : né dans la région de Kidal dans les années 1955, Iyad Ag Ghali est un Touareg de grande tente puisqu’il est de noble ascendance ifora. En 1990, il déclencha la grande révolte des Touareg du Mali qui se termina en 1992 par un accord au terme de négociations parrainées par l’Algérie et par la France. La paix revenue, il se lança dans les « affaires », c’est-à-dire dans tous les trafics à travers le Sahara et il devint ensuite l’interlocuteur de toutes les chancelleries à l’occasion des nombreux enlèvements de ressortissants européens qui eurent lieu dans la région.

En mai 2006, avec Ibrahim Ag Bahanga, à Kidal, il lança une rébellion qui se termina moins d’un mois plus tard à la suite d’accords signés à Alger le 4 juillet. Afin de l’éloigner du Mali, le président de l’époque, Amadou Toumani Touré, dit ATT, le nomma comme diplomate en Arabie saoudite. Il en fut rapidement rappelé, les autorités saoudiennes le soupçonnant d’activités illicites et lui reprochant un mode de vie peu conforme aux lois islamistes en vigueur dans le pays. Il s’installa alors à Bamako où il afficha une subite et radicale conversion à l’islam le plus rigoriste, ce qui surprit ses amis, ses goûts plus que connus pour les divers plaisirs de la vie n’étant pas un secret…Contrairement à ce qui est souvent dit, ce n’est pas en Arabie saoudite qu’il reçut l’ « illumination religieuse », mais à Bamako, auprès des islamistes locaux dont il entreprit de se faire des alliés. Ceux qui l’ont fréquenté avant cette « conversion » pensent qu’il fit là un choix peut-être d’abord politique. [...]

La suite sur Afrique Réelle

(NDLR : cet article a été écrit avant l’assassinat des deux journalistes français. L’analyse n’en est pas pour autant obsolète)

( 29 octobre, 2013 )

Les portiques de l’injustice fiscale en Bretagne.

Tiré du blog de Jean-Philippe CHAUVIN

 

Les cafés rennais résonnaient dimanche et encore ce lundi matin des échos de la colère des agriculteurs bretons et de la bataille autour du portique de Pont-de-Buis destiné au prélèvement automatique de la fameuse écotaxe : les télévisions d’information passaient en boucle les mêmes images des fumées, des bonnets rouges défiant les gardes casqués ou des manifestants blessés, à terre… Et cela discutait sec en lisant « Le journal du Dimanche » ou « Ouest-France-dimanche » qui faisaient chacun leur couverture sur « Les révoltés de l’écotaxe » ou « Vent de fronde en Bretagne ». Sur le comptoir d’un bistrot, comme une sorte d’intersigne, il y avait aussi le numéro « hors-série histoire » du magazine « Bretons » qui titrait, insolemment, « La Bretagne contre la Révolution ? », un chouan montant la garde en couverture…

 

Les portiques de l'injustice fiscale en Bretagne. dans actualités 079214be0c3bdfd4d437dff11f94255c

 Ce qui a mis le feu aux poudres en Bretagne, c’est cette taxe supplémentaire qui doit entrer en application au 1er janvier prochain, au moment même où la Bretagne affronte une de ses plus graves crises de l’emploi, entre les licenciements dans l’industrie automobile (usine PSA de Rennes-La Janais), dans celle des télécommunications (Alcatel-Lucent, là encore à Rennes mais aussi à Lannion), et, surtout, dans ce qui constitue encore l’un des principaux réservoirs de métiers et d’emplois de la province, le secteur agroalimentaire, avec la fermeture de nombreux abattoirs et d’entreprises de transformation de la viande et du poisson, en particulier dans le Finistère, là où la tension sociale est désormais la plus palpable et la plus explosive comme les jours derniers l’ont bien montré.

 Cette écotaxe est donc bien mal venue : ce n’est ni le moment ni le lieu, si l’on peut dire, de l’appliquer, alors que la Bretagne subit de plein fouet les effets délétères d’une mondialisation qui respecte si peu (voire pas du tout…) les règles d’équité économique, de justice sociale et de souci environnemental ! Quelques exemples de cette folle et terrible mondialisation sans freins ni entraves : la concurrence déloyale des abattoirs allemands qui exploitent une population d’ouvriers misérables venus de l’Europe orientale et centrale, certains d’entre eux étant payés moins de 400 euros mensuels (!), et cela dans la première puissance économique de l’Union européenne, au cœur de celle-ci, sans que cela émeuve beaucoup la Commission européenne ; les multiples violations par les grandes multinationales de l’agroalimentaire des milieux naturels (destruction des forêts brésilienne ou africaine pour produire de l’huile de palme ou des agrocarburants, saccage des littoraux ou des fonds marins pour en tirer à moindre frais le maximum de ressources monnayables, etc.) et l’indifférence totale de celles-ci pour le bien-être animal ou la diversité des espèces végétales, etc.

 Soyons clair : le système agroalimentaire dominant breton n’est pas exempt de reproches, loin de là, qui a, au nom de la modernisation (depuis les années 50-60 en particulier) et de la compétitivité, trop souvent pris les traits d’un productivisme agroindustriel polluant et de moins en moins « paysan »… Les mises en garde de quelques paysans traditionalistes de l’époque, comme ceux de la revue « Le Paysan biologiste », n’ont pas été entendues. D’ailleurs, comment auraient-elles pu l’être quand l’heure était dans les milieux économiques, les médias, mais aussi à travers les manuels scolaires de géographie par exemple, à vanter « l’adaptation de l’agriculture bretonne à la mondialisation », et se félicitant, au nom de la nécessaire modernité et « pour sortir de l’archaïsme » (termes mille fois entendus et lus depuis mes années de lycée et d’université), de la mise en place d’un système de production vu sous le seul angle économique et oublieux des conditions mêmes de production : il fallait produire, disait-on, coûte que coûte, pour exporter hors de Bretagne et « nourrir le pays », et les arguments développés par les milieux économiques dominants étaient les mêmes que ceux aujourd’hui utilisés pour pousser à la rapide modernisation des agricultures de l’Europe centrale et orientale, avec la bénédiction d’une Commission européenne là encore aveuglée par les seules finalités financières et économiques, mais aussi pour, dit-on, permettre le développement des pays d’Asie et d’Afrique ! Il suffit de parcourir la presse économique mais aussi et surtout les manuels de géographie de Seconde par exemple (les pages sur la question alimentaire…) pour s’en rendre compte ! Belle hypocrisie de ceux qui, de Paris ou de Bruxelles, des quartiers bobos ou des milieux « Verts », viennent désormais faire la leçon à des Bretons qui auraient, sans doute par facilité plus que par discernement, mais aussi souvent de bonne foi (qui n’est pas toujours la vérité…), adopté ce modèle agroindustriel hier vanté et aujourd’hui décrié en France mais toujours prôné pour les pays en développement, au nom de ce même « développement »…

Dans cette affaire, quoi qu’il en soit, les Bretons sont les principales victimes, certes parfois consentantes hier, mais aujourd’hui sacrifiées sur l’autel des grands principes et des petites vertus qui fondent la République centrale. Et, au lieu d’impulser en Bretagne (et ailleurs !) une politique nouvelle de redéploiement agricole plus respectueuse de l’environnement, la République fiscalise un peu plus une province fragilisée par la mondialisation et un secteur agricole menacé dans sa survie même : politique de Gribouille quand on pourrait espérer de l’Etat une véritable stratégie sur le long terme pour « réparer et préparer » ! Mais nous sommes en République, malheureusement, et le seul horizon semble être celui des élections : un horizon bien étroit, en somme, quand il faudrait regarder au loin, au-delà du calendrier électoral, et penser en terme de générations et de transmission…

Cette écotaxe, de plus, n’a rien de très écologiste : elle est d’abord une taxe qui profitera, entre autres, au consortium privé Ecomouv qui gère les fameux portiques et la perception de la taxe, consortium qui touchera, sur 1,2 milliard d’euros prévus par an, environ 250 millions (soit, pour l’ensemble de la France, plus de 8 fois ce qui sera prélevé par les portiques en Bretagne !). On aurait pu attendre, au moins, que la République évite de rétablir ce qui a, d’ailleurs, coûté si cher à la Monarchie d’Ancien Régime, c’est-à-dire le système des « fermiers généraux » chargés de récupérer taxes et impôts dans la royaume.

 De plus, cette taxe si mal nommée « éco » doit, paraît-il, financer des projets d’aménagements ferroviaires, en particulier de ferroutage, alors même que la SNCF, elle, semble négliger dans sa propre stratégie le secteur fret, et qu’elle ne prévoit pas vraiment de recréer des voies de chemin de fer là où elles seraient bienvenues et nécessaires pour le transport de marchandises agricoles à moindre coût environnemental… De qui se moque-t-on, alors ?

Doit-on rappeler, aussi, que cette écotaxe ne sera pas perçue là où elle aurait pu avoir le plus de sens et de rapport, c’est-à-dire sur les autoroutes, aujourd’hui privatisées (à déraison, d’ailleurs) ? Du coup, les multinationales du Transport routier comme de l’agroalimentaire seront indéniablement favorisées, favorisant en retour les principes si peu vertueux sur le plan écologique d’une mondialisation « carbonée » à grande échelle ! Où est l’écologie là-dedans ?

 La colère de la Bretagne, cette chouannerie agricole et industrielle, est donc plus que légitime : mais elle ne doit pas être qu’une colère, elle doit penser les sources de la crise et remonter à celles-ci, dans un exercice de « tradition critique », autant sur le plan économique, environnemental aussi, que politique… « Les Bretons contre la Révolution ? » : oui, deux siècles après, contre les conséquences de ses principes républicains, ceux d’un libéralisme économique mêlé de centralisme administratif et politique, et contre les attitudes d’un « pays légal et central », contre cette arrogance des maîtres de Bercy et des chantres d’une mondialisation qui pensent en chiffres et oublient les femmes et les hommes de chair et de sang !

 Il est encore des portiques de l’injustice fiscale à faire tomber…


destruction%20portique%20ecotaxe dans actualités

 


 

 

 

 

 

 

 

 

( 29 octobre, 2013 )

[Paris] 1er novembre : Hommage à nos morts

Action française

Lettre d’information du Centre royaliste d’Action française – 28 octobre 2013

le Centre Royaliste d’Action Française vous invite à participer le vendredi 1er novembre 2013 à 10 heures au cimetière de Vaugirard (320, rue Lecourbe – 75015 / Métro : Lourmel ou Convention) à la cérémonie du souvenir devant les tombes des morts de l’Action française, des Camelots du roi et de la Restauration Nationale.

 

( 24 octobre, 2013 )

« N’oubliez pas vos frères d’Orient qu’on assassine sur le parvis de leur église »

Nous avons lu sur l’excellent site « Le Salon Beige », ce texte de Monseigneur PODVIN, porte-parole de la conférence des évêques de France, qui ose dire la vérité sur la situation des Chrétiens en Syrie et dans le reste du Moyen-Orient qui est catastrophique. Nous le repreduisons ci-dessous :

« Vous qui venez de vivre une sympathique rentrée paroissiale, sous un été indien, n’oubliez pas vos frères d’Orient qu’on assassine sur le parvis de leur église.

Vous qui participez à des colloques sur les droits de l’homme, n’oubliez pas vos frères d’Orient qui n’ont guère le luxe de vivre ces « nuances » envers les dictateurs en place.

Vous qui chantez les béatitudes, apprenez que c’est un combat effroyable de résister aux corruptions d’une guerre civile. Vous qui aimez voyager, n’oubliez pas que vos frères chrétiens sont « chez eux » en Orient. Ils sont orientaux et disciples de Jésus, habitant le berceau historique de la même foi qui nous anime en Occident.

Vous que l’interculturalité passionne, n’attendez pas que la minorité chrétienne ait totalement disparu du Proche Orient, pour déplorer la régression de cette région.

Vous qui prônez le dialogue interreligieux, n’oubliez pas que rien de crédible ne se construit sans réciprocité. Vous qui êtes pleins d’assurance quant aux solutions diplomatiques et militaires concernant cette poudrière, consultez donc vos frères d’Orient. Ils vous diront ce qu’ils pensent, par exemple, de ce qui est advenu en Irak.

Vous qui pensez que les réseaux sociaux suffisent à construire un « printemps » politique, écoutez donc la sagesse de ces chrétiens « du parchemin », fils des Pères du désert.

 

Vous qui vous regardez fréquemment dans la glace, afin de savoir si vous êtes encore chrétien, savez-vous que c’est à Antioche, en cette région meurtrie, que vos aînés ont reçu pour la première fois le nom de chrétiens ?

Vous qui idéalisez la diaspora, croyez-vous sincèrement que vos frères dans la foi n’ont d’autre issue que l’exil ?

Vous qui avez quelque influence sur l’économie du monde, nous direz-vous à quel prix vous consentez perdre votre âme ? Vous qui voulez aider les chrétiens d’Orient, ne les transformez pas en « occidentaux » au risque de les exposer davantage.

Vous qui voyez l’Orient de loin, chaussez des lunettes, appréciant l’irremplaçable contribution des chrétiens à la société, à l’économie et la culture de leur peuple.

Vous qui regardez les images récentes de réfugiés syriens, n’oubliez jamais que nombre d’irakiens, kurdes, palestiniens, et tant d’autres, ne sont jamais rentrés chez eux, et sont des « réfugiés permanents ».

Vous qui projetez un séjour en Jordanie, savez-vous ce que subissent comme pression ces pays, derniers havres de la région ?

Vous qui, à juste titre, n’avez pas de mots assez forts pour dénoncer les exactions chimiques, entendez-vous les chrétiens d’Orient vous dire que la mort ajoutée à la mort ne donnerait pas la vie ?

Vous qui déplorez votre inculture religieuse, instruisez-vous très vite de ce que représente la mosaïque des appartenances religieuses en cette région. D’ici peu, ces familles prendront l’avion, dans le meilleur des cas. Elles prendront, hélas, la route bombardée dans le cas le plus prévisible.

Vous qui défendez les chrétiens d’Orient et d’Asie, ayez en très haute estime les musulmans qui sont à leurs côtés pour faire une chaîne humaine contre le terrorisme aveugle.

Vous qui détestez à juste titre qu’on violente un être humain au nom de Dieu, ne demandez pas à l’épicier de votre quartier de porter sur ses épaules tout l’intégrisme du monde.

Vous qui regardez dans le rétroviseur des siècles, le christianisme antique qui fut prospère, entendez-vous le Christ vous dire aujourd’hui « de ne pas craindre, petit troupeau » ?

Ne baissons pas les bras. Luttons contre l’amnésie qui ronge nos cœurs d’occidentaux résignés. L’étau dans lequel se trouvent nos frères d’Orient est étroit. Un oriental est quelqu’un qui se répète souvent dans sa poésie ou sa mélopée. Ne nous lassons pas de crier, sur toute agora, que l’avenir des chrétiens d’Orient est question de vie ! »

Le devoir de la France serait de soutenir ces Chrétiens comme elle l’a fait depuis Saint Louis. Hélas, la France n’est plus LA FRANCE et elle trahit ses amis avec un pouvoir désastreux et lamentable.

( 24 octobre, 2013 )

Le Téléthon soulève de graves problèmes

 Voici un texte important de Monseigneur Marc Aillet, que nous avons trouvé sur le blog « Riposte Catholique », que nous approuvons entièrement :

A l’approche de la 27ème édition du Téléthon, qui aura lieu le week-end des 6 et 7 décembre 2013, Mgr Marc Aillet donne la position de l’Eglise et met en garde les diocésains :

« Je tiens avant toute chose à saluer le dévouement des bénévoles engagés dans la préparation du téléthon et bien entendu, la grande générosité des Français qui par solidarité vis-à-vis des personnes atteintes de myopathie et leurs familles, participent chaque année à cette formidable campagne médiatique de collecte de fonds au profit de la recherche médicale et de la lutte contre les maladies génétiques.

Au cours des dernières années, l’Eglise catholique n’a cependant pas manqué d’exprimer, par la voix de plusieurs évêques ou de ses responsables, ses réserves et ses inquiétudes à propos du téléthon. C’est ainsi que le cardinal Ricard, alors président de la conférence des évêques de France, considérait dès le mois de décembre 2006, qu’il était « légitime qu’à l’occasion du téléthon, beaucoup de catholiques s’interrogent sur l’affectation de leurs dons », ou que le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, estimait il y a quelques années, qu’on ne saurait « signer des chèques en blanc » en faveur du téléthon. De même, un communiqué de presse du 2 décembre 2011 disponible sur le site du diocèse de Paris souligne qu’il est nécessaire de « s’engager résolument pour des recherches qui respectent pleinement la vie humaine ».

Nul ne peut en effet ignorer que les orientations et les choix de l’Association Française contre les Myopathies (AFM), qui est à l’origine du téléthon et qui l’organise chaque année, ne font pas l’unanimité et soulèvent de graves problèmes d’ordre éthique.

Première difficulté : certaines recherches financées par le Téléthon concernent l’utilisation de cellules souches embryonnaires qui se traduit nécessairement par la destruction d’embryons humains (1).

D’un point de vue strictement médical, l’utilisation de cellules souches embryonnaires est d’autant plus discutable que leur efficacité thérapeutique n’a jamais été démontrée, contrairement aux espoirs que font naître l’utilisation de cellules souches issues du sang de cordon ombilical, ou depuis deux ans, le recours aux cellules pluripotentes induites (dites cellules iPS) issues de la reprogrammation de cellules souches adultes (2).

Mais quoi qu’il en soit, la destruction d’embryons humains est éthiquement inacceptable. Certes, la loi française autorise aujourd’hui l’expérimentation sur les embryons humains, mais faut-il rappeler que le « légal » n’est pas nécessairement « moral » ? Pour sa part, l’Eglise catholique défend, comme elle l’a toujours fait, le respect de la vie humaine de la conception jusqu’à la mort naturelle, en insistant particulièrement sur le fait que l’embryon humain doit être considéré comme une personne humaine.

Seconde difficulté : le Téléthon revendique la mise en œuvre de pratiques d’inspiration eugéniste :

Le diagnostic prénatal est utilisé pour repérer les fœtus atteints de myopathie qu’une « interruption médicale de grossesse » permet ensuite d’éliminer. Dans le même esprit, la technique du « diagnostic pré-implantatoire » consiste à sélectionner puis à supprimer tous les embryons conçus in vitro porteurs de la myopathie. Ainsi, et comme le soulignait dès 2006 le spécialiste en éthique médicale qu’est Mgr Michel Aupetit, aujourd’hui évêque auxiliaire de Paris, dans une note publiée sur le site internet du diocèse de Paris, « les « bébéthons » qui sont présentés comme un grand succès thérapeutique ne sont pas le fruit d’une guérison due à la recherche sur le génome, comme on aurait pu l’espérer, mais le fruit d’une sélection embryonnaire. On pratique une fécondation in vitro de plusieurs embryons et on sélectionne l’embryon sain en éliminant les autres. Ce n’est donc pas un bébé « guéri » mais un bébé « survivant » ».

Troisième et dernière difficulté : les responsables du téléthon refusent obstinément la mise en place d’un système de fléchage des dons qui permettrait à de nombreux donateurs d’affecter leurs dons aux recherches de leur choix, en évitant de contribuer au financement de programmes impliquant l’utilisation et la destruction d’embryons.

Ce fléchage des dons et la transparence financière qui en découlerait sont pourtant réclamés depuis plusieurs années par un certain nombre de personnalités et d’associations ainsi que par plusieurs diocèses. Telles sont les considérations qu’après avoir consulté l’Académie diocésaine pour la Vie et les experts qui travaillent en lien avec elle, je souhaite porter à la connaissance des fidèles du diocèse.

Si l’Eglise est pleinement dans son rôle lorsqu’elle s’efforce d’éclairer ou d’alerter les consciences vis-à-vis de certaines dérives contraires au respect de la vie et de la dignité de la personne humaine, je ne peux pour ma part qu’inviter les personnes qui s’interrogent sur l’opportunité de soutenir ou non le téléthon, à faire preuve, en la matière, d’une grande prudence et d’un authentique discernement moral et spirituel.

+ Marc Aillet le 23 octobre 2013

1) L’AFM souligne que le financement de recherches entrainant la destruction d’embryons ne dépasse pas un ou deux millions d’euros par an (soit moins de 2% du total des fonds collectés par le téléthon) ; ces programmes n’en sont pas pour autant plus légitimes…

2) C’est pour cette découverte d’un intérêt scientifique considérable que le japonais Yamanaka a reçu, en 2012, le prix Nobel de médecine.

( 21 octobre, 2013 )

LA LYBIE aujourd’hui

 

 

Deux ans après le lynchage du colonel Kadhafi, la Libye n’existe plus.

 

lundi 21 octobre 2013 , par Garde Suisse

 

Deux ans après le lynchage du colonel Kadhafi (20 octobre 2011), la presse découvre que la Libye est en plein chaos. Il lui aura donc fallu 24 mois pour s’en apercevoir à travers une sanglante succession de massacres, d’attentats et de désordres divers…

 

 

 

Longtemps, journalistes, observateurs et « experts » ont voulu faire croire que, « libéré » du dictateur, le pays était sur la voie de la normalisation, que l’économie redémarrait avec la reprise des exportations de pétrole et de gaz et que des institutions démocratiques avaient été mises en place à la suite des élections législatives du 7 juillet 2012. Aveugles et sourds, ils s’enthousiasmèrent quand la « maturité » du corps électoral libyen permit la défaite des fondamentalistes islamistes et la victoire de l’Alliance des forces nationales (AFN) insolitement baptisée « libérale ». La Libye allait donc à son tour connaître la félicité démocratique… Ils n’avaient oublié qu’une chose : le pays n’existe plus…

Le colonel Kadhafi avait réussi, certes au prix d’une dictature, à imposer la stabilité intérieure à un ensemble naturellement éclaté. Lui parti, la Libye s’est fragmentée en cinq zones. Ce sont donc cinq stratégies différentes que nos impératifs sécuritaires nous imposent désormais de suivre car la conséquence de l’erreur historique, politique et stratégique que fut l’intervention militaire française en Libye a eu pour résultat la création d’un foyer de déstabilisation majeur en Méditerranée et dans toute la zone sahélo saharienne.

Pour recevoir par courriel l’intégralité de cette analyse, vous devez être abonné à l’Afrique Réelle.

Pour vous abonner : cliquer ici

 

 

 

1...525354555657
« Page Précédente  Page Suivante »
|