( 27 juillet, 2015 )

Robert Ménard : « La gauche vit dans le cauchemar de la parole libérée »

Tiré du site « lafautearousseau »

 

Robert Ménard a le double mérite de revendiquer la liberté de pensée – liberté aujourd’hui menacée – et de penser juste, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Il constate, ici, ce processus de perte de l’hégémonie intellectuelle et culturelle de la gauche française, que nous avons souvent évoqué nous-mêmes. Processus qui est encore loin d’être achevé comme Eric Zemmour le  signale à juste titre. Mais processus qui semble désormais inexorable.  LFAR

Robert Ménard, « l’affaire de la crèche de Béziers » revient sur le devant de la scène. La justice qui vous avait donné une première fois raison en référé vient à nouveau de débouter la Ligue des droits de l’homme, sur le fond, cette fois. C’est une grande victoire pour vous ?

Oui, une grande victoire, mais aussi une joie immense, et d’autant plus forte que nous redoutions un jugement défavorable. En effet, le rapporteur public avait donné raison à la Ligue des droits de l’homme et, très généralement, le tribunal suit ses recommandations.

Les motivations du jugement sont particulièrement réjouissantes. D’abord, le tribunal admet qu’il n’est pas nécessaire de justifier d’une tradition locale pour mettre en place une crèche. Ensuite, il reconnaît que son installation en mairie, à partir du moment où elle s’inscrit dans un camp culturel, ne contrevient pas à l’article 28 de la loi de 1905. Le tribunal affirme aussi que la commune avait parfaitement le droit d’acheter des santons, qu’il ne s’agissait nullement du financement d’un projet cultuel. Bref, sur l’essentiel, le tribunal nous a suivi ou, plutôt, a refusé de suivre une argumentation sectaire qui tient davantage de la bigoterie laïque que de la défense de la laïcité.

En tout état de cause, et même si la Ligue des droits de l’homme se pourvoit en appel, il y aura une crèche en mairie de Béziers à Noël 2015. Du reste, si le jugement nous avait été défavorable, nous aurions trouvé le moyen légal d’en installer une…

C’est, si je ne me trompe pas, la cinquième fois que la Ligue des droits de l’homme fait chou blanc avec vous… 

Oui, la Ligue ne se lasse pas de recevoir des fessées judiciaires. Elle a, à ce jour, outre le jugement dont nous venons de parler, perdu quatre référés. Nous menons donc 5 à zéro. De façon générale, la Ligue tente de faire annuler toutes nos décisions, que ce soit sur le conditionnement des aides sociales facultatives, l’interdiction des mineurs déambulant la nuit sans leurs parents, etc.

Cet acharnement s’inscrit dans une volonté de harcèlement. La Ligue n’est que le bras (faiblement) armé sur le plan judiciaire d’un mouvement plus large rassemblant des partis et des syndicats de gauche. Rassemblés récemment dans le Var, ils en ont fait l’aveu public : déposer systématiquement des plaintes ou des recours contre les municipalités FN ou, comme dans le cas de Béziers, soutenues par le FN.

Il s’agit d’une instrumentalisation de la justice qui, d’une certaine manière, rejoint la volonté de la gauche de criminaliser les propos ou les actes de tous ceux qui ne pensent pas comme elle.

Mais, pour vos adversaires, le principal n’est-il pas d’avoir remporté la première manche médiatique, la deuxième manche – judiciaire, la plus importante pourtant – ne faisant l’objet d’aucun écho, ou presque, dans la presse ? 

Je ne suis pas certain que nos adversaires aient gagné même cette première manche. À chaque fois, ils ont attaqué sur des sujets où, désormais, la majorité des Français est en accord avec nous. Au fond, la gauche n’est plus que sur la défensive. La réactionnaire, c’est elle. La conservatrice, qui essaye de conserver les « acquis » de Mai 68, c’est elle. Elle a peur de la révolution qui vient. La gauche vit dans le cauchemar de la parole libérée, de l’action libératrice, du retour de la vitalité et de la volonté. Alors, dans ce contexte qui apparaîtra ô combien historique aux historiens de l’avenir, qu’importe la Ligue des droits de l’homme, plus que centenaire, qu’importent les petites machinations médiatiques ! 

 

Robert Ménard 

Maire de Béziers

Ancien journaliste, fondateur de Reporters sans frontières et de Boulevard Voltaire

Propos recueillis par Gabrielle Cluzel

( 24 juillet, 2015 )

Face à la crise agricole.

Pris sur l’excellent blog de Jean-Philippe SCHAUVIN

 

Le monde agricole est à nouveau en crise : en fait, il n’a jamais cessé de l’être depuis ces dernières décennies, et la baisse régulière, dramatique en fait mais révélatrice, du nombre d’exploitations agricoles en France (comme en Europe), en administre la preuve la plus visible tout comme la disparition de la présence paysanne dans les campagnes, de plus en plus désertifiées dans celles qui, néanmoins, gardent une vocation d’abord agricole. En même temps, le chômage qui touche les zones rurales entraîne le départ des populations les plus jeunes vers les villes ou leurs périphéries, ce qui accentue encore ce mouvement de désertification.

Aujourd’hui, c’est la question des prix de la viande et du lait qui jette les éleveurs dans la rue, ou plutôt sur les routes. Mais, au-delà, c’est ce sombre désespoir et cette peur de mourir qui animent la colère des éleveurs, victimes d’un système absurde et mortifère pour les plus faibles, ce système agroalimentaire mondialisé et libéralisé qui privilégie l’argent et la manipulation des cours et des prix plutôt que le labeur et la peine des hommes : est-il normal que des agriculteurs qui travaillent parfois plus de 70 heures par semaine soient réduits à mendier des subventions et ne puissent pas vivre des produits de leur ferme ?

Surprise par la vivacité d’un mouvement qui embrase tout l’Ouest et bien au-delà, le gouvernement de la République cherche d’abord à éteindre l’incendie mais il avoue vite son impuissance devant des règles économiques qui le dépassent et dont il ne peut pas se déprendre, prisonnier d’une Union européenne trop libérale pour être favorable aux travailleurs de la ferme et d’une société de consommation qui privilégie toujours le bas coût et le court terme à la qualité, autant des produits que de la vie des campagnes et de ses bras. La grande distribution n’a guère de sentiment quand il s’agit de faire des affaires (à quelques exceptions près, certains directeurs de magasins privilégiant des produits locaux et des producteurs proches), et elle favorise des méthodes de production indignes de notre civilisation et du nécessaire respect autant de la nature que des hommes !

 

Face à la crise agricole. dans actualités tracteur

Quand j’entends un éditorialiste télévisuel déclarer qu’il faut « moderniser l’agriculture française », je bondis ! Car, après tout, n’est-ce pas ce que l’on a fait depuis les années 1950, pour le meilleur mais aussi (et au final, surtout…) pour le pire ? Et il faudrait continuer sur cette voie d’une agriculture qui, désormais, sacrifie les agriculteurs aux profits de quelques grandes sociétés, et qui ne voit la nature que comme une source de revenus financiers alors qu’elle est d’abord nourricière, vivante mais aussi fragile et digne d’être respectée, aimée et non violée !

 

 

Alors, quelles solutions à la crise actuelle ? Certes, des mesures conjoncturelles sont nécessaires, tout d’abord, pour éviter le drame d’une faillite massive d’exploitations agricoles en France et, à terme, le déclassement de l’agriculture française : des aides financières, des hausses de prix agricoles et des remises de dettes et de charges, entre autres. Mais il faut surtout repenser rapidement et sûrement l’agriculture en France, pour éviter d’autres crises et redonner à ce secteur du souffle tout en le pérennisant : un néocolbertisme agricole est possible en France, pratiqué par un État qui doit permettre aux agriculteurs de vivre de leur métier tout en produisant en quantité et de bonne qualité pour de multiples marchés et, d’abord, ceux qui concernent les consommateurs français eux-mêmes. Favoriser au maximum les circuits courts ; aider les producteurs à diversifier leurs sources de revenus en privilégiant, au-delà de leurs grandes spécialités, des formes de polycultures locales ainsi que l’agroforesterie ; mettre en place, avec les producteurs locaux, de véritables aires de production autour des villes, aires qui fournissent les commerces de bouche locaux (y compris de la grande distribution, avec obligation pour celle-ci d’acheter une part significative de la production agricole locale à de bons prix) ; pratiquer une politique de « redéploiement rural » pour accompagner un mouvement plus général de revitalisation agricole et villageoise… Voilà quelques propositions, et c’est une liste bien incomplète assurément (ce ne sont pas les idées qui manquent !), mais rien ne peut se faire de concret et de durable sans une politique d’État qui rappelle celle de Sully quand, au sortir des guerres de religion, il fallait reconstruire l’agriculture en France. Une politique sur le long terme, audacieuse et ferme face aux grands acteurs financiers de la mondialisation, aux multinationales de l’agroalimentaire et aux pressions des partisans d’un Libre marché globalisé qui n’est rien d’autre qu’un vaste champ de bataille de tous contre tous… Un État qui soit actif sans être intrusif, qui soit ferme sans être dictatorial, qui soit fédéral sans être dispersé…

 

vache%20fleur%20de%20lise dans actualités

Il ne s’agit pas de faire de l’étatisme (qui serait aussi dévastateur et vain que le libéralisme sans limites) mais de promouvoir, de soutenir, d’arbitrer, de protéger l’agriculture française et ses acteurs, tout en leur laissant « libre voie » pour s’organiser eux-mêmes pour mieux s’intégrer (et, cette fois, dans de bonnes et justes conditions) aux circuits économiques contemporains sans en être les esclaves ou les victimes.

La République a toujours été ambiguë avec le monde paysan : les amis de Jules Ferry employaient un terme d’origine coloniale, la « cambrousse » pour désigner la campagne, tout en faisant les yeux doux aux agriculteurs électeurs pour gagner les élections… Aujourd’hui, cette même République ne sait comment résoudre la « question agricole », par fatalisme, acceptation totale du libéralisme, ou simple impuissance politique. Là encore, la République n’est pas la mieux placée pour préserver l’agriculture française tout en la rendant à ses fonctions et ses qualités premières : une monarchie qui romprait avec les féodalités financières et l’esprit d’abandon, qui retrouverait le souffle et la pratique d’un Sully et valoriserait l’agriculture « à taille humaine » sans négliger les enjeux de l’économie, serait plus efficace que cette République aux abois qui ne sait que faire des agriculteurs…

( 17 juillet, 2015 )

Emmanuel Macron, plus royaliste que socialiste

Tiré du site « la restauration nationale »

Emmanuel Macron, plus royaliste que socialiste dans actualités 1426003527

Ce qui manque à la France ? Un roi ! C’est ce qu’affirme le ministre de l’Économie de Manuel Valls dans un entretien paru le 8 juillet.

On le savait banquier d’affaires, à la fortune faite au cœur des fusions-acquisitions de la banque Rothschild. On l’a découvert philosophe, « rééduqué » par Paul Ricoeur. Dans une interview à paraître le 8 juillet dans le journal hebdomadaire Le Point mais déjà consultable sur son site internet, voilà qu’on découvre le jeune et sémillant ministre de l’Économie de François Hollande… royaliste ! Selon lui, d’ailleurs, le peuple français n’a pas vraiment voulu décapiter Louis XVI.

La démocratie décevante ?

Comment la réflexion philosophique peut-elle nourrir, étayer l’action politique ? Tel est l’axe central de cet entretien exclusif avec Emmanuel Macron. On y apprend notamment que c’est en rédigeant un travail sur Machiavel, sous la direction d’Étienne Balibar, que le jeune prodige a abandonné la métaphysique pour la philosophie politique. Mais, plus loin dans ce même entretien, ses propos, repris sur le site Liberté Politique, sont sans équivoque. « La démocratie est-elle forcément déceptive ? » lui est-il demandé. « Il nous manque un roi », répond clairement le ministre… de la République. Attention, Monsieur le Ministre : remettre en cause la forme actuelle du régime en France fait justement partie des nouveaux critères de surveillance et de mise sur écoutes déterminés dans la dernière loi renseignement !

Un siège vide depuis Napoléon et de Gaulle

« La démocratie comporte toujours une forme d’incomplétude, car elle ne se suffit pas à elle-même », répond en effet Emmanuel Macron. « Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort. La Terreur a creusé un vide émotionnel, imaginaire, collectif : le roi n’est plus là ! On a essayé ensuite de réinvestir ce vide, d’y placer d’autres figures : ce sont les moments napoléonien et gaulliste, notamment. Le reste du temps, la démocratie française ne remplit pas l’espace. On le voit bien avec l’interrogation permanente sur la figure présidentielle, qui vaut depuis le départ du général de Gaulle. Après lui, la normalisation de la figure présidentielle a réinstallé un siège vide au cœur de la vie politique. Pourtant, ce qu’on attend du président de la République, c’est qu’il occupe cette fonction. Tout s’est construit sur ce malentendu. » François Hollande appréciera sûrement le raisonnement.

( 16 juillet, 2015 )

L’ÉCHEC DES GOUVERNANTS par HILAIRE DE CRÉMIERS

Les tours de passe-passe ne prennent plus.

 

H D C - Copie.jpgLe feuilleton grec risque de s’achever en drame et chacun sait qu’une tragédie grecque est d’allure cosmique et de sens universel. Encore faut-il en comprendre la portée !

L’affaire grecque est le caillou dans la chaussure de l’Europe. Il lui blesse le pied depuis des années. C’était un petit caillou, croyait-on; de peu d’importance, ajoutait-on. La blessure ulcérée est devenue énorme et, maintenant, le caillou sorti ou pas sorti – il sortira évidemment et il faudra même qu’il sorte -, la plaie envenimée risque de gangrener toutes les parties basses et faibles de l’organisme européen. L’affaire est très mal partie parce que, dès le début, elle était très mal engagée. Les conséquences sont imprévisibles dans leur totalité. C’était, pourtant, cette possibilité de détérioration et cette imprévisibilité même des suites qu’il fallait précisément prévoir.

Les dirigeants français comme les dirigeants européens n’ont rien su voir ni prévoir. Les discours tenus, il n’y a pas encore un mois, étaient d’une affligeante nullité. Personne ne reviendra dessus, ce qui serait pourtant le plus sûr, le plus juste et le plus terrible des jugements. Ni Sapin, ni Moscovici, ni Hollande, ni Juncker ne supporterait un tel examen critique. Tout ce monde-là s’est trompé et lourdement trompé. Leurs prédécesseurs pareillement.

Parce qu’ils se sont toujours sortis des échéances précédentes, mais en aggravant à chaque fois les échéances suivantes, ils s’imaginaient et s’imaginent encore – même aujourd’hui – qu’il y aura des solutions et la crédulité publique se satisfait de cette facile persuasion.

Comme il est écrit dans ces colonnes régulièrement et depuis presque huit ans, l’astuce maléfique de part et d’autre des partenaires européens a été d’entretenir une subtile et constante confusion entre liquidité et solvabilité. Chacun y avait avantage. Il était si facile de dire et de se dire qu’il suffisait d’approvisionner en liquidités pour que les problèmes soient résolus, ce qui permettait, en outre et en compensation, aux bailleurs de liquidités d’exiger des réformes structurelles de toutes sortes dans le cadre d’un technocratisme libéral qui est le fin mot de la doctrine bruxelloise et, de plus, surtout dans les débuts, d’obtenir des retours fort avantageux sur investissernents ou sur prêts, en tout cas pour les malins.

Un tel système ne pouvait fonctionner qu’un temps. C’est que la réalité grecque se ramenait, en fait, à une question de solvabilité et, comme toujours en pareil cas, l’insolvabilité, quand elle est niée. ne cesse de s’accroître et, même en supprimant une partie considérable des dettes, l’échéance fatale survient inéluctablement et brusquement avec des chiffres démesurément grossis. Qu’on veuille bien se souvenir des chiffres d’il y a seulement quatre ans ! La machinerie européenne, à en croire les financiers de l’époque, n’aurait dû en faire qu’une bouchée !

CONSÉQUENCES INCALCULABLES

Aujourd’hui les créances sur la dette grecque sont tout simplement irrécouvrables. Les Grecs le savent et ils veulent se donner les moyens de l’annuler – ou équivalemment de la reporter indéfiniment -, politiquement par un référendum, économiquement par un chantage sur l’économie européenne, financièrement par une pression sur la zone euro qui pourrait aller jusqu’à l’explosion. Les mois qui suivent seront décisifs, que la Grèce sorte de la zone euro ou même qu’elle prétende y rester d’une manière ou d’une autre. Dans le premier cas elle provoque un choc sur le système des dettes dont nul ne peut appréhender les séismes consécutifs, dans le second cas, elle continue de plomber le même système et sans fin. Tout cela est évidemment absurde. Et signale amplement l’échec d’une politique insensée et de toute une doctrine qui sert de justification à l’élite dirigeante européiste depuis trente ans. La catastrophe sera à l’échelle de l’illusion qui a été savamment entretenue.

Il ne sert à rien de stigmatiser Tsipras : ses prédécesseurs, socialistes ou conservateurs, ont créé avec la complicité des eurocrates, la situation qu’il tente éperdument de dénouer comme un politicien qu’il est. Dire que la Grèce remontait la pente au prétexte que les circuits financiers avaient été allégés, relève de la supercherie. Car les chiffres sont implacables. L’euro n’était tout simplement pas une monnaie faite pour la Grèce. Et, d’ailleurs, la situation sera identique bientôt dans le reste de l’Europe, malgré les efforts demandés aux peuples.

Se gargariser avec des déficits primaires dont on dit qu’ils sont réduits ou supprimés, ne transforme pas le poids réel de la dette, ni n’évite l’écrasement des économies. Les comptables de Bruxelles en sont au trafic de bilans. Ou, comme nos politiques et nos financiers, aux assurances verbales. C’est toujours du genre bien connu : « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ». Ni l’Italie ni la France ne sont en état de supporter un choc sur leur dette souveraine. Surtout si la spéculation s’y met. La vérité est que leur dette, comme celle de la Grèce, n’a plus de prise sur la réalité. Les astuces de Mario Draghi ne changent pas les données fondamentales : les liquidités déversées par milliards ne servent pas concrètement à l’économie, malgré tout ce qui se dit, et n’améliorent pas la solvabilité d’un pays quand il est devenu en fait totalement insolvable. La dette française, comme celle de beaucoup d’autres pays, mais elle plus que les autres, est insoutenable : c’est du simple bon sens. Elle ne se réduit pas, elle se prolonge, s’installe dans la durée, s’alourdit et se refinance… jusqu’à quand.

PÉRILS POUR LA FRANCE

Il n’y a que François Hollande et son creux de Sapin pour croire et faire croire que l’économie française redémarre et, en plus, dit-il ingénument, grâce à lui ! Les chiffres d’activité passagère ne signifient rien. Ce qui est certain, c’est l’effondrement de pans entiers de l’économie nationale et la disparition incessante de postes d’emplois dans la vie des entreprises. Les gens avertis savent, en outre, que les sanctions stupidement prises par l’Europe contre la Russie pour complaire aux Américains, vont coûter plus cher aux Européens qu’aux Russes. Les exportations en sont frappées. Malgré le mépris évident des États-Unis pour l’Europe – l’affaire des écoutes n’en est qu’un détail mais qui l’illustre parfaitement -, le traité transatlantique, qui les avantage de toutes les façons, sera accepté comme tous les précédents par nos dirigeants sans culture et sans honneur.

Alors que le malaise français se ressent à tous les niveaux, dans les villes, chez les commerçants et les artisans, dans le fond des campagnes, dans toutes les entreprises petites, moyennes et grandes dont quelques-unes sont littéralement bradées, alors que les familles sont atteintes jusque dans leurs enfants livrés aux diktats imbéciles d’un gouvernement sans âme, ni foi, ni loi et que l’Académie française se voit dans l’obligation – rarissime – de rappeler à l’ordre, alors surtout que les risques intérieurs se conjuguent aux risques extérieurs que plus personne ne peut raisonnablement évaluer et que, pendant ce temps, pourtant, l’intérêt du chef de l’État comme de toute la classe politique se porte essentiellement sur les futures élections dont, évidemment, la présidentielle, la guerre civile commence chez nous. La première décapitation a eu lieu, sous les yeux effarés des Français. L’islamisme profite de la dislocation sociale de notre pays. Qui en est responsable ? Quelle politique intérieure, quelle politique extérieure ont abouti à ce résultat ? Le pape François a raison de souligner la responsabilité écrasante des dirigeants occidentaux qui, ne travaillant jamais que pour leurs intérêts et leurs ambitions, ont tout simplement oublié le bien commun. À quand de vrais chefs ? • 

Politique magazine

( 13 juillet, 2015 )

Puisque l’inculture règne aux plus hauts niveaux de l’Etat, apprenons à notre président de l’Assemblée nationale – qui l’ignore ! – qui était Olympe de Gouges

Tiré du site « lafautearousseau »

Bonnet_d_ane.png

 

Il est bien triste pour la France de Montaigne et de Guillaume Budé, de Voltaire et de Verlaine, de Molière, Racine, Pascal et tant et tant d’autres… de constater l’inculture proprement effrayante de celles et ceux qui nous gouvernent.

Lors de la remise des derniers Prix Nobel, on apprenait que la Ministre de la Culture (!) Fleur Pellerin… n’avait pas le temps de lire !
Puis, plus grave, on eut droit à l’énormité de Manuel Valls, promu premier ministre, et remerciant la République d’avoir nommé un « venu d’ailleurs » à un si haut poste : on ne l’avait pas loupé, et on lui avait rappelé – ou, plutôt, appris… – que plusieurs siècles avant lui un certain Giulio Mazarini avait été durant de très longues années le premier ministre de la France (c’est lui qui signa les Traités de Westphalie, « chef d’oeuvre absolu » pour Jacques Bainviile, mais Valls connaît-il Bainville ? C’est, au moins, douteux…); ou qu’un certain Maurice de Saxe avait été le maître des armées françaises, par la volonté de Louis XV; ou, encore plus fort, que la royauté avait donné la totalité du pouvoir, sur la totalité du territoire national, à six femmes, dont quatre d’origine étrangères : chose que, bien évidemment, la république idéologique, le Système, n’a jamais fait… : qui est champion du « féminisme » et de la promotion de la femme, de la parité, du « non sexisme », de la « non discrimination » et tant d’autres choses dont se gargarisent les ignares qui nous gouvernent ? Ceux qui veulent retrouver tout ceci, et tout ce que nous disions encore à ce Manuel Valls si ignorant et si prétentieux peuvent se reporter, dans notre Catégorie Actualité Europe, à notre du 27 mai 2014 : Retour sur son passage à Barcelone : erreurs en série et ignorance crasse pour super Manu
Mais, aujourd’hui, ce n’est ni la ministre de l’inculture, ni le premier ministre ignorant qui se font remarquer : c’est – tout de même !… – le président de l’Assemblée nationale. Eh, oui, à lui aussi il faudra offrir pour la saint Claude (horresco referens, ô sainte laïcité !…) un exemplaire de l’Histoire pour les nuls.
Si, au moins, il s’était contenté d’être nul, comme ça, presque en cachette, pourrait-on dire : ce ne serait pas brillant, pour un personnage occupant un si haut poste, mais bon…
Mais non ! Claude Bartolone ressemble au personnage du sketche de Raymond Devos : « quand je n’ai rien à dire, je veux que cela se sache… je n’ai rien à dire, donc parlons-en… » Bartolone ignore, mais il veut que tout le monde le sache, qu’il ignore; il veut que tout le monde soit au courant : eh bien, c’est fait. Il vient de se couvrir de ridicule en cherchant à placer le buste d’Olympe de Gouges dans la salle des Quatre colonnes de l’Assemblée, au motif qu’elle était « militante féministe de la Révolution française » !
Alors, là, plus nul que ça, tu meurs !
Allez, un peu de retour au réel, et à l’Histoire vraie : nos ministres et gouvernants en ont un urgentissime besoin…

 

olympe de gouges.JPG

   « Olympe de Gouges », qui illustre le naufrage des Lumières dans la Terreur, n’a jamais existé, du moins pour l’état civil…

…Son vrai nom est Marie Gouzes. Royaliste, comme tout le monde (il n’y avait pas dix républicains en France, selon le mot de Saint Just, mais bien plutôt « vingt-six millions de royalistes », selon l’heureuse expression d’Alain Decaux), elle adopta l’enthousiasme des idées nouvelles au moment où, pour tout le monde, cette révolution semblait n’être que l’évolution nécessaire dont avait rêvé, par exemple, un Mirabeau.

Mais assez vite, par la suite, révoltée et effrayée par les horreurs dont Marat, Danton, Robespierre et consorts se rendirent coupables, et lucide sur les conséquences de ce qui ne pouvait plus que déboucher sur le Totalitarisme, Marie/Olympe redevint la royaliste qu’elle avait été.

Elle eut le courage, la noblesse de coeur et la grandeur d’âme de défendre Louis XVI et de rédiger des pamphlets contre Marat et Robespierre. Elle demanda à défendre Louis XVI et à être son avocate lors de son pseudo-procès stalinien, joué d’avance. Mais les conventionnels lui interdirent d’aider concrètement Malesherbes à défendre le Roi, au cours de ce « procès » bidon.

Un tel courage ne pouvait bien sûr pas rester impuni : Robespierre la fit guillotiner le 3 novembre 1793, trois semaines après Marie Antoinette, à qui elle avait crânement adressé le préambule de sa « Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne ».

 

olumpe de gouges 1.jpg
Gravure d’époque

          

Il est attesté qu’elle monta à l’échafaud en faisant preuve d’un grand courage et d’une grande sérénité, illustrant le naufrage des Lumières dans la Terreur…

Joli, non, de considérer « notre » Marie Gouzes/Olympe de Gouges comme une « militante de la révolution française » ?

Même avec un taux de près de 90% de réussite au bac, il n’est pas sûr que, s’il le passait, Bartolone l’aurait, aujourd’hui !…

 

TERREUR 6.jpgGravure royaliste de l’époque contre Robespierre : « Ci-gît toute la France ». Comme il n’est pas sûr que nos gouvernants ignares la connaissent, dédions-leur la fameuse épitaphe apocryphe sur Robespierre  : « Passant, ne pleure pas sur mon sort / Si je vivais tu serais mort ! »
( 4 juillet, 2015 )

Une grave régression des droits de l’enfant

Communiqué des juristes pour l’enfance :

« La Cour de cassation vient d’autoriser la transcription de l’acte de naissance de l’enfant né d’une GPA à l’étranger dès lors que l’acte désigne comme parents le père biologique et la mère porteuse, autrement dit les parents biologiques.

En autorisant la transcription de l’acte de naissance d’un enfant acheté à sa mère biologique en Russie, la Cour de cassation valide en France une pratique obscurantiste.

Cette décision constitue une régression majeure des droits de l’homme et des droits de l’enfant. Il a fallu des années pour faire reconnaître que l’enfant est un sujet de droit, non un objet, pour en arriver à la consécration d’un contrat qui fait de lui un objet de propriété. La GPA est une pratique obscurantiste, et cette décision met un coup d’arrêt aux progrès en matière de droit des enfants.

Les juges n’ont pas réglé un problème rencontré par les enfants, qui ont un statut, une filiation, une nationalité, une vocation successorale etc. Ils ont consacré une avancée majeure de la GPA en France, au mépris de la loi française. Au-delà de la question de la GPA, cette décision est très préoccupante pour notre démocratie puisque les lois applicables ne sont plus respectées par les juges qui créent désormais eux-mêmes de nouvelles normes.

Maintenant que la Justice a démissionné, l’intervention du Législateur devient indispensable et urgente car la Cour de Cassation autorise de fait la GPA. Le législateur doit intervenir au plus vite pour sanctionner le recours par des Français à la GPA, que ce soit en France, comme c’est déjà le cas, mais aussi à l’étranger, faits qui relèvent aujourd’hui d’une impunité judiciaire inexplicable.

Le conseil constitutionnel avait indiqué, en validant la loi sur le mariage des personnes de même sexe, qu’il appartiendrait au juge de priver d’effet et de réprimer le recours aux mères porteuses à l’étranger ; les juges n’ont respecté ni la loi française, ni la décision du conseil constitutionnel, ce qui est très préoccupant pour notre système judiciaire français. »

Une grave régression des droits de l’enfant dans actualités

( 2 juillet, 2015 )

Nuit, Silence et Amulettes… par Champsaur

Tiré du site « lafautearousseau »

A Fort Meade, au plus près des oreilles de la NSA

 

Etonnements, indignations, imprécations, tartufferie et cris d’orfraies ont suivi les pseudo « révélations » de Libération et Médiapart, Edwy Plenel et Laurent Joffrin réunis. Et dans cette affaire, tout est posture et gesticulation. Les grandes oreilles ne se sont pas ouvertes d’hier, pour les besoins de la communication et de la réclame des protagonistes.

Le jeudi 14 novembre 2013, nous avions publié dans Lafautearousseau une note fort intéressante signée Champsaur et qui avait pour titre : « Nuit, Silence et Amulettes…  ».

L’actualité nous y ramène. Extraite des riches archives de notre site, cette étude nous paraît tout aussi pertinente qu’elle l’était il y a deux ans. LFAR 

 

L’auteur a passé une quinzaine d’années dans les Services Spéciaux français, dans des activités opérationnelles, SDECE nom changé en DGSE. C’est donc perplexes et éberlués que nous sommes nombreux à avoir observé le déluge sur des activités de la NSA, sigle ne signifiant nullement Nuit, Silence et Amulettes, mais National Security Agency.

 

Ce département de la communauté du renseignement américain est très connu des professionnels ainsi que de la littérature spécialisée, ce qui représente au niveau international beaucoup de monde. Même s’il ne l’est pas du grand public …

 

Et donc cette vague d’étonnements, de surprises feintes, d’indignations théâtrales, d’affabulations accusatrices ont certes occupé des pages et des heures de média, mais sans que l’on perçoive le but de cette agitation, qui de toute évidence ne modifiera pas l’utilisation intensive de moyens techniques sophistiqués pour la promotion des intérêts des États Unis d’Amérique.

http://www.liberation.fr/monde/2013/06/26/a-fort-meade-au-plus-pres-des-oreilles-de-la-nsa_914019

 

Les Services Spéciaux ont toujours cajolé des devises ronflantes. La DGSE affiche un Nox generat lumen, ou Ad augusta per angusta. La NSA américaine « They serve in silence ».

Il est très cocasse de lire ou d’écouter des anciens des Services français, ayant vaguement tenu des postes de responsabilités, venir doctement offrir des explications, alors qu’ils furent plutôt inexistants lorsqu’ils étaient en fonction…

Un peu de vocabulaire

Une série de synonymes : codage et code secret, chiffrement et chiffre, encryptement, cryptologie, les mêmes mots pour désigner l’action rendant illisible un message. Une fonction d’un service d’écoute est de « décrypter » le signal intercepté. C’est donc la course entre l’épée et le bouclier. Il est important de souligner que la France possède depuis l’origine de cette fonction (vers 1900) les meilleurs spécialistes des codes secrets, spécifiquement en la personne des mathématiciens des laboratoires de mathématiques de Normale Sup et de l’X, tel Jacques Stern.

 

Jacques Stern

 

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/947.htm

 

Classifié : c’est la mention attribuée à une information qui décide de son niveau de confidentialité et du droit à son accès, protégé par la Loi. Les échelles de classification sont variables selon les pays. Peu d’industries en sont pourvues.

Les natures du signal à transmettre, il n’y en a que trois : voix, texte ou image.

Les supports : il n’y en a que deux, le fil (aujourd’hui la fibre optique), et les ondes, transitant majoritairement par satellites.

Il n’y a que trois manières de récupérer du renseignement, ce que Richard Nixon appelait les Arts de la nuit :

  Par source humaine (donc un agent qui trahit; un de nos maîtres nous enseignait que recruter un agent, c’est fabriquer un traitre);

  Par intrusion clandestine dans des locaux;

•  Enfin par moyens techniques, autrement appelés interceptions.

En dernière analyse, il n’y en a pas d’autres.

Un peu d’histoire

La NSA américaine fut créée formellement en Novembre 1952, en agrégeant plusieurs services d’écoutes qui fonctionnaient depuis l’entrée en guerre des États-Unis.

(Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/National_Security_Agency)

 

Avec le Projet Manhattan (fabrication de l’arme atomique), la nécessité apparut de renforcer la protection du secret contre l’espionnage soviétique dès le début des recherches (1942). Un des résultats le plus connu fut l’arrestation et l’exécution des espions soviétiques Julius et Ethel Rosenberg (photo), les États Unis préférant essuyer une violente campagne des relais de Moscou plutôt que de dévoiler la source de leurs informations (en l’espèce les interceptions radio).

Notons que la NSA n’a jamais réellement caché la puissance de ses moyens et son efficacité. L’action la plus spectaculaire vers le public ayant été en Juillet 1995 la déclassification de quelques archives (autour de 2.900 télégrammes soviétiques du KGB vers des illégaux aux USA, une goutte d’eau) de l’opération Venona, avec parfois des pseudonymes transparents (confirmation que Pierre COT était un agent soviétique), et d’autres conservant leur mystère (un ou une collaboratrice immédiate de De Gaulle à Alger en 1943, source soviétique, et identité connue des seuls Américains).

(Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Venona)

Au cours des cinquante dernières années la proportion de renseignements obtenus par moyen techniques a considérablement augmenté, représentant par exemple 90% de la production de la DGSE. La raison en est la facilité, moins dangereux que les deux autres procédés. De surcroit intercepter des ondes ne relève pas de l’atteinte à la vie privée. D’où la considérable montée en puissance de la NSA. Qui se chiffre par son budget. On répertorie seize services de renseignement américains pour un budget de 53 milliards $ (soit presqu’exactement la totalité du budget de la défense français; à noter que l’activiste américain Steve Aftergood avance le montant de 75 milliards $ …). Dans cette enveloppe la NSA pèse 11 milliards $, ce qui est absolument considérable (soulignons la disproportion avec le budget total de la DGSE soit 780 millions $, plus 73 millions $ de fonds spéciaux)

La France est suspendue aux Services américains pour son propre renseignement, autant qu’elle est une cible.

La lutte contre le terrorisme avancé par Washington, est un prétexte éventé depuis longtemps. Les quelques affaires dites françaises, proposées au public par nos Services dans ce domaine (DCRI) viennent de chez eux. Nous savons depuis bien longtemps que la mission de la NSA est le renseignement politique et économique dans le seul intérêt des États Unis d’Amérique, avec une surveillance tout azimut. En Mars 2000 le patron de la CIA, James Woosley (photo), déclarait dans le Wall Street Journal que le renseignement américain espionnait tous les concurrents pour des raisons économiques.

Une bonne synthèse du bond technologique accompli ces dernières années par la NSA est toute entière dans la revue « Wired » de Mars 2012, détaillant la construction d’un gigantesque centre de stockage et de traitement dans l’Utah :

http://www.wired.com/threatlevel/2012/03/ff_nsadatacenter/all/ 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Utah_Data_Center

 

Il faut être très clair qu’il n’y a aucune possibilité de légiférer pour contrôler cette activité qui n’empiète qu’à la marge sur la vie privée. Un appel via un téléphone portable suit un circuit très complexe dont une branche est par nature en transmission radio, donc ouvertement accessible.

Cette montée en puissance considérable de la NSA va de pair avec le développement des « data centers » où la France et l’Europe ont un retard dommageable, voire auront d’énormes difficultés à en retrouver la maitrise, si jamais…

 

La réponse de la France à cette situation est médiocre et relève du coup de menton. Ce fut à partir de 2003 une agitation pusillanime autour du concept foireux de « l’intelligence économique », et du « patriotisme économique », beaucoup de salive, beaucoup de papiers, beaucoup de temps perdu. Alors que les Américains ont créé les structures simples pour distribuer au mieux le produit du renseignement industriel et commercial vers leur tissu économique, la France n’a cessé de se pénaliser en s’interdisant de fournir la maigre moisson de ses Services à ses entreprises. Les plus acharnés à organiser cette frontière sectaire entre l’activité économique privée et l’État, n’ont pas eu la décence de se taire depuis que les media glosent abondamment sur les activités de la NSA. Sans le talent de John Le Carré.

Les cris de chat huant poussés par certaines autorités de la France peuvent laisser penser que les fonctionnaires ne lisent pas les journaux ! Alors qu’est public le budget de la défense américain qui est égal à la somme des budgets de la défense de tous les autres pays du monde.

Rien n’est confidentiel dans ce qui est écrit ici et la littérature professionnelle à la disposition du public est particulièrement copieuse.

( 2 juillet, 2015 )

Les habits neufs du Président Juncker … vus par Régis de Castelnau dans Causeur

Texte et commentaires pris sur le site « lafautearousseau »

 

Nous sommes d’accord avec l’analyse qui suit. Nous entendrons par démocratique ce qui tient au sentiment profond des peuples et à la souveraineté des Etats. Et non pas ce qui tient de la démocratie idéologique à la française, au régime des partis, à la tyrannie de la doxa politico-médiatique, au Système LFAR

 

J’ai appris qu’on surnommait « Juncker the drunker » le Président de la Commission Européenne. Surnom que sa jovialité active à base, d’embrassades, de claques affectueuses, et de mimiques intempestives semblent justifier. Il paraît que Tsipras avait prévenu François Hollande et Angela Merkel avant l’annonce du référendum. Mais pas Jean-Claude Juncker, « qui plongé dans un profond sommeil n’avait pas décroché ». En pleine montée de la tension dans la crise grecque, le président de la commission, probablement autour de 3 g, ronflait comme un sonneur. Finalement réveillé, il est arrivé tard pour exprimer chagrin et déception. Son vin gai est devenu triste.

Il est vrai que l’Union Européenne semble assez dévêtue, et le Président de la Commission avec. Jérôme Leroy a exprimé la surprise que l’on pouvait ressentir devant la violence des réactions du mainstream face à une démarche de simple bon sens démocratique. Celle d’un Premier ministre grec ayant reçu un mandat et souhaitant le faire revalider par son peuple. Et pour aussi sortir de l’ambiguïté et de la contradiction qui consiste, ce qui n’est pas nouveau concernant la Grèce, à vouloir le beurre et l’argent du beurre. Rester dans l’Europe et dans l’euro, et ne pas rembourser tout ou partie de la dette.

Mais les profiteurs s’inquiètent et jappent. Le retour de la politique et du fonctionnement démocratique par la fenêtre, ça provoque des courants d’air. Et ils ont peur de prendre froid. Cette brave Madame Lagarde, dont on apprend qu’elle a corrigé et raturé au stylo rouge les propositions grecques, ce qui en dit long sur son sens des convenances, n’a rien trouvé de mieux que de proférer cette énormité : « le référendum est illégal ». Pardon Madame? Contraire au droit européen? Ce dernier n’a rien à voir là-dedans, il s’agit d’une négociation entre un groupe informel (l’Eurogroupe) et le gouvernement d’un État pour tenter de trouver des solutions à une crise d’endettement. Cette négociation n’obéit à aucune règle juridique particulière que la Grèce aurait violée. Voulez-vous dire alors que le référendum serait illégal en droit interne grec ? Cette consultation ne concerne que les Grecs. De quoi vous mêlez-vous? Vous pouvez considérer qu’elle est inopportune, déloyale ou immorale, mais pourquoi proférer cette insanité ?

Parlons justement un peu de droit. Économistes,  financiers, politologues monopolisent le débat, ce qui est bien normal. Les juristes sont très discrets. C’est dommage, car en se référant au droit, on peut peut-être un peu approcher la réponse à la vraie question: « Quelle partie est-elle en train de se jouer ? »

La Grèce est en état « de cessation des paiements ». Son niveau d’endettement est tel qu’elle ne peut plus faire face. Lorsque quelqu’un se trouve dans cette situation, il est soumis à des procédures fondées sur des règles et des principes stricts. Dont l’objectif prioritaire est de le sauver. L’ensemble des dettes sont gelées jusqu’à la mise en place « d’un plan de redressement », permettant l’apurement d’une partie du passif et la poursuite de l’activité. Ce qui veut dire que les créanciers vont se manger des pertes. Et pour eux ce sera ça ou rien. Pour la période d’observation jusqu’à l’adoption du plan de redressement, les dirigeants sont flanqués de mandataires qui les surveillent et assument une partie de leurs responsabilités.

La notion de « période suspecte », permet de fixer la date de l’état de cessation de paiement. En remontant assez loin dans le temps. En conséquence, tout ce qui a été payé par la structure en difficulté pendant cette période doit lui être remboursé et « rapporté à la masse des créanciers ». Si ces règles étaient appliquées à la Grèce, cela pourrait créer quelques situations amusantes. Et en particulier jeter un éclairage sur la magouille Trichet/DSK de 2011. Alors que la Grèce était déjà manifestement insolvable, le FMI en violation de ses statuts lui a prêté  l’argent qui a servi à rembourser les banques françaises et allemandes lourdement exposées. Prêter de l’argent à une entreprise en difficulté porte un nom : « le soutien abusif ». En conséquence, la responsabilité des prêteurs est lourdement engagée. Usant d’un mauvais jeu de mots, on peut dire que DSK s’il n’a, bien sûr jamais été proxénète, est quand même « un souteneur… abusif ». Dont la responsabilité devrait être engagée.

Car, et c’est une autre des caractéristiques des procédures de faillite, on recherche les responsabilités. Celles des créanciers, celles des dirigeants dans la déconfiture. Banqueroute, faillite frauduleuse sont des délits dont la sanction permet d’appeler les auteurs en comblement du passif. En ce qui concerne la Grèce, non seulement il n’y a aucun moyen juridique de revenir sur le passé, mais il est quasiment interdit d’en parler. Qui a fait entrer la Grèce dans l’euro où elle n’avait rien à faire ? Qui a prêté, qui a dépensé ? No comment.

Ces principes juridiques et toutes ces procédures ne sont pas réservés aux seules entités privées. En France par exemple, les collectivités territoriales qui pourtant s’administrent librement en application de la Constitution ne peuvent pas fonctionner avec des budgets en déséquilibre. Si c’est le cas, le préfet, assisté par la Chambre Régionale des Comptes prend la main sur la compétence financière. Fixe les recettes (impôts et taxes) et engage les dépenses. Cette souveraineté limitée fonctionne jusqu’au retour à l’équilibre. Cela peut être ainsi parce que la France est un État unifié, ce que l’UE n’est en aucun cas. Ni de près ni de loin. Et c’est là que réside le nœud du problème.

J’avais dit dans ces colonnes ou se situait à mon sens la contradiction. Qui vient de se révéler brutalement dans toute sa nudité. Pas parce que le méchant Juncker et ses comparses eurocrates refusent le référendum. Mais parce que l’UE NE PEUT PAS l’accepter.  L’UE n’est pas un organisme démocratique. Elle n’est pas anti-démocratique, mais a-démocratique. Conçue comme telle par ses fondateurs et leurs continuateurs. Précisément, par méfiance vis-à-vis des peuples, pour faire échapper toute une série de questions à la délibération démocratique. La démocratie, c’est la moitié des voix plus une qui gouverne. Pour que la moitié moins une accepte, il faut qu’elle sache qu’elle pourra défaire ce que la majorité précédente a fait si elle même arrive au pouvoir. Dans l’UE, l’essentiel de ce qui devrait en relever est ossifié dans des traités à valeur constitutionnelle non modifiables. Circulez, il n’y a plus rien à débattre.

Sur le plan de la théorie constitutionnelle, c’est un drôle de monstre juridique quand même. Ni un État unifié, voire fédéral, ni une fédération ou un simple groupe d’États. Au-delà de la puissance de sa bureaucratie, l’Union n’est pas non plus une tyrannie, le prétendre au-delà de l’effet de tribune, ne serait pas très sérieux. On parle beaucoup du mandat démocratique dont disposerait Tsipras, beaucoup moins de celui, tout aussi démocratique dont dispose Merkel. Et on voit là, le retour du politique, où chacun défend fort normalement les intérêts de son pays. Sauf qu’il y a un rapport de force est que c’est l’Allemagne qui domine. Par sa puissance économique obtenue essentiellement par l’euro qui n’est qu’un Mark étendu.

Mais alors les rêveurs vont nous poser la question, comment faire pour que l’Europe puisse être démocratique. Et redevenir un idéal pour les peuples ? Malheureusement…

L’Europe des 28 constitue-t-elle l’espace pertinent de la délibération démocratique, une nation européenne avec un peuple européen ? Non. Une culture, une histoire, une civilisation, oui. Pas une nation. J’obéis aux normes que produit mon pays, parce que je n’ai pas le choix. Dans les rapports entre Etats, ce n’est pas la même chose. En dernière instance, les États-nations font ce qu’ils veulent, et les pouvoirs de Bruxelles n’existeront que tant que les nations qui composent l’Union le décideront.

Écoutons Charles de Gaulle que l’on interrogeait à propos du silence du traité de Rome sur la possibilité de sortie d’un pays : « C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : “Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! ” Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça. » (1).

On a qualifié de « moment gaullien » le choix par le Premier ministre grec du référendum. Que dire du choix conscient d’une éventuelle sortie de la zone euro et même de l’Union. On comprend que Juncker puisse se sentir trahi par Tsipras qui, jouant le rôle du petit garçon dans le conte d’Andersen, vient de lui dire qu’il était tout nu. 

 

1. C’était de Gaulle d’Alain Peyrefitte – Tome II.

* Photo : Virginia Mayo/AP/SIPA. AP21758038_000002.

Régis de Castelnau – Causeur

( 9 juin, 2015 )

un grand bravo à Luc FERRY

( 24 mai, 2015 )

A DREUX, Nous fêtons les 50 ans du Prince Jean

24 Mai 2015, à l’invitation de la duchesse de Vendôme, l’on fêtera à Dreux

les 50 ans du prince Jean de France … Tous nos voeux et nos pensées les

accompagnent

A DREUX, Nous fêtons les 50 ans du Prince Jean dans actualités 1755282441
L’héritier de la Maison royale de France, Monseigneur le prince Jean de France, duc de Vendôme, a fêté mardi dernier son cinquantième anniversaire. Né le 19 mai 1965, le prince célébre son cinquantième anniversaire ce dimanche lors d’une réception offerte par son épouse Madame la duchesse de Vendôme au Domaine Royal de Dreux.

Après une messe célébrée en l’église Saint-Pierre de Dreux, un déjeuner sera servi au Domaine Royal. Les nombreux invités de Madame la duchesse de Vendôme seront ensuite conviés à la visite du beffroi et de la ville de Dreux avant de rejoindre le Domaine royal pour une collation.

Tous nos voeux et nos pensées accompagnent le Prince, la Princesse et leurs enfants. 

Source : la-couronne

La lorraine Royaliste souhaite un bon anniversaire au Prince jean

1...107108109110111...123
« Page Précédente  Page Suivante »
|