( 17 avril, 2017 )

Une République insatisfaisante.

 

Lu sur le blog de Jean-Philippe CHAUVIN

 

Encore une semaine avant de connaître les noms des deux finalistes à la présidentielle du 7 mai prochain ! Dans cette campagne qui aurait pu être totalement passionnante si elle n’avait été la lutte des égotismes et la révélation de « tous » (n’exagérons rien !) les scandales de la République du moment et de ses prétendants, les petits candidats ont su, au moins médiatiquement, tirer leur épingle du jeu, et cela me laisse d’autant plus amer de l’absence d’un candidat susceptible d’avancer les idées d’une alternative royale à cette pauvre Cinquième République si mal servie par ses propres desservants habituels et ses chevaliers-servants présidentiels…

Mais cette campagne a aussi montré, a contrario, les avantages d’une vraie Monarchie royale qui échappe aux manœuvres politiciennes et aux incertitudes électorales, à l’inverse de cette monocratie présidentielle que MM. Mélenchon et Hamon, dans leur jeu de duettistes complémentaires, dénoncent à l’envi, dans la lignée d’un François Mitterrand, auteur du plus brillant des pamphlets (1) contre les institutions dont il allait, ensuite et le mois de mai 1981 venu, endosser la charge…

Une République insatisfaisante. dans actualités bistrotsdoisneau

En effet, comment se satisfaire d’une République qui livre la magistrature suprême de l’État à une telle querelle des ambitieux et en oublie trop souvent les grands enjeux politiques, diplomatiques, sociaux et environnementaux pour ne s’intéresser qu’aux défauts, non pas tant des programmes eux-mêmes que des candidats ou de leurs intentions supposées ? Comment aimer une République qui semble n’être plus qu’un gouvernorat au service d’une Union européenne, elle-même si peu sociale et trop peu politique pour être crédible aux yeux du monde comme de ceux de ses propres habitants ? Comment servir une République qui avoue constamment son impuissance (par manque de volonté ?) face aux puissances économiques et aux instances dites « européennes », préférant se réfugier derrière l’alibi d’une mondialisation « obligatoire » pour ne pas répondre aux inquiétudes (qualifiées de « populistes », « protectionnistes » ou « nationalistes », voire pire…) de populations déboussolées et, parfois (ceci expliquant aussi cela) déracinées ? Les derniers discours de l’actuel locataire de l’Élysée sont, à cet égard, particulièrement éclairants : la rhétorique qui mélange intentionnellement le protectionnisme économique et le nationalisme politique, sans beaucoup d’égard pour la nécessaire nuance et modération de langage en ces domaines, n’est pas seulement agaçante, elle est particulièrement malhonnête si l’on ne définit pas ce que l’on entend par protectionnisme et par nationalisme !

Comment se satisfaire d’une République qui, au soir du 7 mai et quand le vainqueur saluera ses partisans et commencera, si ce n’est déjà fait auparavant, à les trahir pour pouvoir présider, sera encore suspendue aux élections législatives suivantes et au risque d’une possible cohabitation, caricature de l’union nationale et désaveu permanent du Chef de l’État par le gouvernement, au risque d’affaiblir encore plus l’État et la nation au moment où la « décision politique » claire et nette est vitale pour affronter les défis d’un monde contemporain dangereux et d’un avenir incertain ? Comment se satisfaire d’une République qui risque bien, une fois de plus, de faire perdre cinq ans à la France et, pire encore, une grande part de sa crédibilité restante sur les plans européen et mondial ?

Décidément, la République n’est pas ce qui convient à la France, et j’en suis plus encore persuadé aujourd’hui qu’hier : il n’y a pas que l’histoire qui, d’une certaine manière, tranche en ce domaine. Il y a aussi cette actualité si malheureusement éclairante, de cette lumière blafarde qui annonce des petits matins sans joie mais pas sans peine…

Jean-Philippe CHAUVIN

Note : (1) : « Le coup d’État permanent », ouvrage paru en 1964.

( 17 avril, 2017 )

Et si c’était vrai ?

 

Lu sur « lafautearousseau » cette analyse comme toujours très juste de Louis-Joseph Delanglade

 

Philippe Val, dont on sait qu’il a exercé de hautes responsabilités à Charlie Hebdo (1992-2009) et à France Inter (2009-2014), vient de déclarer sur France 5, à propos du roman Soumission, que ce qui n’était que fiction voici deux ans est maintenant un commentaire de l’actualité. Sans doute fait-il référence à l’ambiance de violences généralisées dans laquelle nous vivons désormais, du fait de certains. Et, par là même fait-il écho à la définition réaliste de Stendhal pour lequel « un roman, c’est un miroir qu’on promène le long d’un chemin » (Le Rouge et le Noir). Mais, alors que certaine échéance s’approche, qu’en est-il de la chronique d’un cauchemar annoncé que constitue le roman d’anticipation de M. Houellebecq ? Son récit repose en effet sur un second quinquennat de M. Hollande, marqué par un délitement du pays qui favorise l’irrésistible montée en puissance d’un islamisme intérieur doux (« fraternité musulmane ») et l’élection en 2022 du candidat musulman, contre Mme Le Pen mais avec, comme il se doit, le soutien des autres grands partis et l’inévitable ralliement de M Bayrou : les « élites » se soumettent, la société est islamisée.

Si le renoncement de M. Hollande semble donner tort à l’écrivain, en fait le pire reste malheureusement possible. Le bon sens le plus élémentaire invite en effet à considérer que le candidat Macron n’est que l’avatar, même subliminal, de M. Hollande. Dans Un président ne devrait pas dire ça, M. Hollande déclare d’ailleurs explicitement : « Emmanuel Macron, c’est moi ! ». On peut lire par ailleurs (Boulevard Voltaire, 13 avril) le scénario tout à fait crédible proposé par M. Bernadac de la manipulation que constitue la « candidature de substitution » de M. Macron, lequel n’aurait été au départ que le « prête-nom » d’un M. Hollande bien incapable de se représenter. Le soutien en creux de M. Hollande et la distance affichée par M. Macron à l’égard de son mentor n’infirment nullement, bien au contraire, ce scénario.

Or, pour rester dans le cadre « islamique » du roman de M. Houellebecq, on ne peut qu’être inquiet des propos et des propositions de M. Macron dont on peut dire qu’ils ne feront que conforter dans sa conscience communautaire une partie grandissante de la population. D’abord bien évidemment parce que M. Macron ne remet pas en cause l’aspect purement quantitatif de la question musulmane en France : dans la droite ligne des dernières présidences, ce serait avec lui encore et toujours plus d’immigrés donc forcément, vu la provenance de ces derniers, encore et toujours plus de mahométans. Ensuite parce qu’il se veut un chaud partisan de la discrimination positive, laquelle consisterait à favoriser, au détriment des malheureux « Gaulois », la « diversité », c’est-à-dire pour l’essentiel des ressortissants français  issus de l’immigration, donc des musulmans.

On se souvient des drapeaux étrangers, drapeaux de pays musulmans bien entendu, brandis, place de la Bastille, par les partisans et électeurs de M. Hollande, après sa victoire de mai 2012. Cinq ans après, à trois semaines de l’élection présidentielle, M. Macron ne veut voir dans son public « marseillais » que des Algériens, des Tunisiens, des Comoriens, des Maliens, etc., c’est-à-dire en fait des musulmans, peut-être français, mais d’abord considérés dans leur identité originelle islamique. Pis : en déplacement à Alger, il n’a pas hésité à flatter bassement un pouvoir algérien qui hait la France et se réclame de l’islam, envoyant un signal catastrophique aux millions de bi-nationaux franco-algériens vivant de ce côté-ci de la méditerranée.

Alors, oui, si M. Macron devait être élu, ce serait pour le pire. On préférerait que le roman de M. Houellebecq restât ce qu’il devrait rester : une fiction.

Louis-Joseph Delanglade

( 15 avril, 2017 )

« The King »

 

 

Le King a-t-il sa place dans ce blog de la Lorraine Royaliste ? Grave question.

Le King, bien sûr, c’est le roi, donc parlons-en. A vrai dire, j’évoque ce personnage parce qu’il est récemment décédé.  Chuck Berry un des rois de cette musique qui a déferlée chez nous au début des années 1960. Je veux parler ici du « Rock-and-Roll ».

C’était au temps où l’armée américaine  était basée en partie en lorraine, depuis la Libération. Je travaillais alors au camp de T.D. qu’il fallait prononcer Ti-di (Toul-dépôt) en forêt de Haye, au mess des officiers américains. Chez eux, le chanteur alors à la mode était un Sudiste surnommé The King, Elvis Presley de son vrai nom. Je devais alors faire connaître ce chanteur aux jeunes Nancéiens de cette époque, puisque j’ai possédé ses disques.

A l’exemple de Saint-Germain-des-Prés avec ses caves où se produisaient les musiciens alors à la mode, tel le populaire Sydney Bechet, j’avais aménagé une vaste cave cours Léopold avec piste de danse. En ce lieu les disques du King Presley avaient remplacé Bechet (Les oignons. Petite Fleur…). Bref, le Rock-and-Roll était lancé à Nancy… Très peu de temps après, un ami Nancéien, Jean-Claude Berthon, lançait la toute première revue sur cette nouvelle musique et ses interprètes. Sous le titre de « Disco-Revue », ce magazine connu un immense succès national. Nous avons fait venir alors à Nancy des vedettes internationales du rock, tel Gene Vincent, puis des groupes Français débutants, comme Johnny Halliday, que j’avais connu à ses débuts à Bandol ou je travaillais à l’époque. Plusieurs groupes de ce style furent créés à Nancy. Mon frère, dit Mickey, était chanteur dans l’une de ces formations qui jouait alors le plus souvent sur scène dans la vaste salle du Lux, rue de Mon-désert. Un soir, où il était tête d’affiche, il se produisait au théâtre de Lunéville. La salle était pleine. Curieusement, parmi le public se trouvait un groupe de jeunes filles anglaises (d’échanges scolaires, il me semble). Bref, mon frère chanteur qui ne connaissait pas un mot d’Anglais à braillé dans le micro, couvert en partie par les guitares et la batterie, les airs à la mode du King Presley et Little Richard. Inutile de dire la confusion du frangin quand il a appris la présence des jeunes anglaises parmi le public ; sa prononciation en anglais n’était certes pas fameuse, mais les airs de l’époque étaient uniquement interprétés en cette langue.

Supplanté par la revue Salut les Copains, qui avait les formidables appuis d’Europe N°1, Jean-Claude Berton a sabordé Disco-Revue, pour devenir organisateur de concerts de rock et de folk. Puis, il est revenu à Nancy pour ouvrir une boutique de disques sur la place Thiers.

Ainsi, une mode chasse une autre. Le rock est aujourd’hui remplacé par le rap.  Johnny est devenu, tout comme moi, un vieux bonhomme !

(En ce temps-là, que je viens de survoler, j’étais jeune et beau… Désormais, je ne suis plus que beau !).

 

Jean-Marie Cuny

( 15 avril, 2017 )

Pour Patrick Buisson, Mélenchon est plus chrétien que Fillon !

 

Lu sur « boulevard Voltaire » cette tribune de Nicolas Gauthier très pertinente et qui doit nous faire réfléchir sur le positionnement réel de certains candidats…

 

À un peu plus d’une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, c’est le gag de ce vendredi.

 

À un peu plus d’une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, c’est le gag de ce vendredi : pour l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, auteur du magnifique essai La cause du peuple, François Fillon serait donc moins chrétien que Jean-Luc Mélenchon.

Gag, vraiment ? Pas forcément, même si cela risque de faire twister dans les sacristies vézigondines, les bénitiers rambolitains et les salons de thé versaillais. Comme souvent écrit en ces colonnes, tout trotskiste lambertiste qu’il fut, la Méluche a toujours eu l’âme patriote, d’où sa vieille amitié avec le Patrick Buisson en question et cet Éric Zemmour pas tout à fait inconnu de nos lecteurs.

Encore assez loin du trône et de l’autel, du sabre et du goupillon – il y a encore de la marge chez ce trublion, dont les vestes baroques valent bien celles d’un Fillon –, « Mélenchon hésite, même s’il a beaucoup évolué par rapport à 2012, où la fin de sa campagne s’était boboïsée. Il incarnait alors un vote d’humeur à la mode », Patrick Buisson dixit dans un entretien accordé au Point de ce jeudi dernier. Bref, il « retrouve des repères et une vision du monde antérieurs à ce moment où le PS a mis l’accent sur les problèmes sociétaux et abandonné les questions sociales », ajoute l’ancienne éminence grise de l’Élysée.

Là est tout le problème de cette gauche ayant trahi le peuple, tandis que la droite en faisait de même avec la nation, la première se ralliant au néo-libéralisme mondialisé tandis que la seconde faisait sienne la réification de l’humain, le tout communiant en un macronisme libéral-libertaire béat, tels qu’en témoignent les ralliements éminemment symboliques d’un Daniel Cohn-Bendit et d’un Alain Madelin.

Du coup, poursuit Patrick Buisson, « Mélenchon est avec Marine Le Pen le seul à véritablement parler de religion dans cette campagne ». Vraiment ?

Oui, à l’en croire : « Même s’il déclare “Foutez-nous la paix avec les églises !”, il adopte un discours qui emprunte des symboles à la spiritualité. À Marseille, il avait un rameau pour évoquer la Méditerranée. Un franc-maçon qui arbore des rameaux, le jour des Rameaux ! Il prend la posture des hussards noirs de la République qui combattaient l’Église facialement, mais partageaient la même morale civique que les curés. » On ne saurait mieux dire.

Et François Fillon, dans tout cela ? On notera tout d’abord que, du temps de l’UMP, quand Patrick Buisson fit gagner, en 2007, un Nicolas Sarkozy, à son corps probablement défendant, sur une ligne identitaire, manquant de remettre le couvert cinq ans plus tard, l’un des opposants les plus acharnés à ce semblant de ligne « nationale-catholique » n’était autre que ce même François Fillon

D’où le verdict sans appel de l’ancien faiseur de roi : « Mélenchon incarne un vote de classe, archaïque, qui plonge ses racines dans une spiritualité qu’il prétend combattre ? Si le christianisme est le refus de la domination absolue de la marchandise, c’est-à-dire ce que la Bible condamne comme le culte des idoles, Mélenchon est plus chrétien que Fillon lorsque celui-ci se rend à Las Vegas ou entend faire de la France une “smart nation”. »

De ce constat, froid et lucide, il n’y a pas une virgule à retrancher. Après, on pourra toujours railler l’Alliance bolivarienne de Jean-Luc Mélenchon et son admiration pour la figure du défunt président vénézuélien Hugo Chávez. Il n’empêche que la première, organisation informelle, entend réunir les dernières nations persistant à lutter contre ce mondialisme marchand, mortifère union entre Veau d’or et tour de Babel, tandis que le second appelait de ses vœux une sorte de « socialisme chrétien », en grand lecteur de Charles Péguy qu’il était.

L’occasion de méditer cette belle phrase de Charles Maurras : « Un socialisme libéré de l’élément démocratique et cosmopolite peut aller au nationalisme comme un gant bien fait à une belle main. »

Mais qui lit encore le vieux maître de Martigues ? Sûrement pas François Fillon, et encore moins l’un de ses porte-parole, NKM, dont le nom, en forme de logo, a tout d’une multinationale à capital anonyme.

Certains électeurs catholiques seraient bien inspirés d’y réfléchir à deux fois, eux qui confondent trop souvent tronc à l’église et corbeille à la Bourse.

Journaliste, écrivain
( 14 avril, 2017 )

La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce.

 

Lu sur le blog de « Jean-Philippe CHAUVIN » cette analyse très juste. La France, avec l’Union Européenne, va-t-elle être bientôt au niveau de la Grèce ?

 

Dans cette campagne présidentielle, il est beaucoup question d’Europe et de sa forme politique actuelle baptisée Union européenne : certains la dénoncent, d’autres, au contraire, l’annoncent comme la nouvelle Terre promise et veulent en renforcer les grands aspects, principalement dans le sens des signataires du Traité de Rome de 1957, c’est-à-dire dans le cadre d’une idéologie libre-échangiste et supranationale que dénonçait dès 1957 Pierre Mendès-France. Autant dire que les points de vue des candidats qui s’affrontent apparaissent, au final, très variés et, souvent même, antagonistes.

Mais, s’il est souvent question d’Europe, ne serait-il pas utile d’évoquer, au-delà du Brexit qui agite beaucoup les salles de rédaction et les états-majors des candidats, le cas de la Grèce et du traitement qui lui est actuellement infligé, dans une indifférence quasi-générale en Europe et parmi les opinions publiques d’un ensemble « Union européenne » qui se veut « cohérent » et, surtout sous la plume des éditorialistes europhiles, « solidaire » ?

Cela fait désormais plus de sept ans que la Grèce s’enfonce chaque jour un peu plus dans le marasme et la misère sociale, depuis qu’il a été démontré que ce pays avait, avec le soutien de la banque états-unienne Goldman Sachs, triché sur ses comptes pour intégrer la zone euro qui devait lui garantir, si l’on en croit les promesses faites depuis le traité de Maëstricht, sécurité financière et prospérité. Il suffit de relire les articles et les livres écrits à la veille de la décennie 2000 pour constater, au regard des réalités de 2017, que l’euro n’a évidemment pas tenu ses promesses, à part celle de pouvoir circuler avec la même monnaie dans près d’une vingtaine de pays de l’Union : maigre consolation pour les Hellènes que de voir la chouette d’Athéna sonner sur les comptoirs parisiens ou berlinois…

La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce. dans actualités crisegrecque

Vendredi dernier, le gouvernement de M. Tsipras, issu d’une Gauche qui a renoncé à sa radicalité présumée pour passer sous les fourches caudines des institutions financières et politiques de l’Union européenne et du FMI, a accepté une dixième ou douzième fois de rogner encore sur les retraites des vieux Grecs et de resserrer encore le licol fiscal sur des populations déjà largement désargentées : cela n’a pas fait les gros titres de la presse française. Qui, d’ailleurs, se préoccupe encore de Grecs dont le président de l’Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem déclarait il y a près d’un mois, avec cette morgue propre aux riches féodaux, qu’ils ne peuvent réclamer quelque solidarité que ce soit de l’Union quand ces Méditerranéens, forcément paresseux à le lire, ne pensent qu’aux femmes et à l’alcool ?

Qu’en pensent les quelques européistes qui manifestent aujourd’hui en France ou ailleurs pour dénoncer les atteintes à « leur » Europe ? Je me souviens d’avoir discuté à Saint-Germain-en-Laye et à Rennes avec quelques uns d’entre eux et d’avoir été gêné par leur totale méconnaissance de la situation grecque ou, dans d’autres cas, par leur argumentation et leur virulence contre des Grecs forcément coupables de l’endettement de leur pays : cet ensemble de postures m’a confirmé dans mon dégoût de cette « Europe légale » qui oublie ou méprise « l’Europe réelle » et les plus faibles de celle-ci.

Or, de nombreux électeurs ont peur d’un changement de l’orientation idéologique européenne, en particulier les plus « mondialisés » pour qui, déjà, l’Europe est trop petite et qui ne pensent plus qu’en termes de rendements et de profitabilité et non en termes d’histoire, de civilisation ou de justice sociale : comme si le monde n’était destiné à n’être plus qu’un vaste supermarché ouvert à tous les vents et dominé par les seuls critères économiques ! Cette conception étroite du monde comme de l’Europe n’est pas la mienne, loin de là.

Il me semble que le monde et l’Europe en particulier, puisque c’est d’elle dont il est question ici, ne peuvent se définir comme des ensembles économiques homogènes qui seraient obligatoirement ordonnés autour des idées de libre-échange et de libre-circulation « sans frontières ni classes », dans une logique où les lieux et les appartenances culturelles, historiques et sociales, laisseraient la place à un monde unique de consommateurs seulement différenciés par leur capacité financière de consommation. Bien au contraire, le monde et l’Europe sont des mosaïques composées de nations, de provinces, de communes, de métiers, de religions, de cultures, de paysages… qui ont trouvé (ou cherchent encore) leur équilibre et jouent, plus ou moins bien, une harmonie qu’il est parfois dangereux de vouloir remettre en cause pour des « principes » ou des utopies qui oublient la nécessaire humilité devant le réel, y compris pour le changer. Si l’imagination est un moteur de l’histoire qu’il ne faut surtout pas négliger, l’erreur consiste parfois à en oublier les limites et à vouloir imposer les rêves de certains sans considérer qu’ils peuvent devenir des cauchemars pour les autres… L’histoire est fort cruelle à cet égard.

 

achille-patrocle-fuseli dans actualités

Pour en revenir à l’Union européenne et à la Grèce, il est tout de même saisissant de constater que rien ne semble devoir émouvoir les Allemands et les Néerlandais (du moins leurs gouvernants), et que, sous la férule de ces europhiles revendiqués, un peuple entier paye les inconséquences de dirigeants grecs qui, eux, ont fait de l’Union européenne leur fond de commerce et leur alibi pour imposer à leurs concitoyens un traitement qui ignore même les besoins des malades et des plus pauvres, désormais seulement aidés par quelques associations et la puissante Église orthodoxe, « derniers recours » d’une population exsangue…

Où est donc la solidarité européenne que nous vantent à longueur de colonnes les europhiles urbains ? S’il y a un risque de conflit et de tensions au sein de l’Union européenne, il n’est pas d’abord, ni seulement, le fruit des poussées identitaires, aussi dangereuses puissent-elles être, mais bien plutôt de l’écrasement économique et social des peuples, et de leurs réactions, non de peur, mais de désespoir et de colère.

« Le pas des mendiants fera trembler le monde », disait Bernanos : aujourd’hui, c’est l’Union européenne qui engendre ces miséreux qui pourraient bien, un jour ou l’autre, risquer de renverser la table de la « mondialisation heureuse » et du « banquet des satisfaits »… Et ce sont les bulletins de vote qui, désormais, se transforment en pavés !

Jean-Philippe CHAUVIN

( 13 avril, 2017 )

Macron, héritier ridicule et scandaleux du tout aussi ridicule et scandaleux Eric Besson

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Mur-bleu gds.jpgQui a oublié l’effarante déclaration d’Éric Besson – ministre d’ouverture « de gauche » nommé avec six ou sept autres compères de la même gauche par un Sarkozy fraîchement élu – à propos du peuple français ? Voici : « la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage. »

Déclaration effarante, et scandaleuse, certes, mais, plus que tout peut-être, grotesque. Pour paraphraser Fouché, auteur du fameux « pire qu’un crime, c’est une faute », on aurait pu dire « plus qu’une provocation c’est une niaiserie » … Nous n’avions d’ailleurs pas manqué, sitôt prononcés, le 16 février 2010, de relever le crétinisme intrinsèque de ce propos insane.

Voilà qu’à Marseille, lors de sa grande réunion publique du samedi 1er avril, à Marseille, Macron a mis ses pas, en quelque sorte, dans ceux d’Éric Besson ; et a tenu à s’inscrire dans cette « grande » (!) tradition de la provocation, sorte de Jeux Olympiques de la stupidité.

Non seulement parce qu’il a cru devoir « faire peuple », faire « couleur locale » en lançant un grotesque et loufoque « On craint dégun !», se couvrant de ridicule. Mais surtout parce que, confondant, comme à son habitude, vocifération et éloquence (il ne se rend pas compte qu’il est burlesque, à se presque casser la voix, comme cela, à chaque fois ?) Macron a terminé son discours en signalant l’origine des citoyens présents dans la salle : Maliens, Sénégalais, Ivoiriens, Marocains, Tunisiens.., comme une grande célébration du « vivre-ensemble ». Du moins pour les étrangers ou « Français de plastique », car, des Français de souche, c’est-à-dire de nous, il n’a pas été question. Comme Eric Besson, monsieur Macron semble n’avoir que mépris pour « ces gens-là », dont il fait pourtant partie, comme lui ! Mais voilà, quand on préfère les étrangers aux habitants du pays, quand on pratique un tranquille « racisme inversé », on ne voit, dans une ville provençale du pays de France, que des « Maliens, Sénégalais, Ivoiriens, Marocains, Tunisiens… »;

Ce rendez-vous marseillais du candidat d’En Marche ! n’a d’ailleurs pas été un grand succès : comme à celui de la Réunion, beaucoup de personnes ont quitté le meeting bien avant son terme : «  C’est très ennuyeux « , disait l’un ; «  Je voudrais une vision pour le pays, quand même » , disait un autre ; un autre encore : «  Il ne va pas assez au fond des choses, il est trop superficiel »; les journalistes présents pour couvrir l’évènement, et qui ont organisé – surpris par cette désertion massive – un micro-trottoir pour ces déçus du macronisme réel, ont aussi entendu, et rapporté, des « il reste dans la banalité », «  sans idées concrètes », « c’est du vide, c’est du vent, il ne joue que sur les émotions », « il se met en valeur à travers un autre parti, c’est vraiment dommage. Ils n’ont que le mot FN à la bouche en fait »…

Mais surtout, le candidat affirme avoir réuni 6 000 personnes, alors que la salle – d’une capacité de 7 000 places – avait été coupée en deux par un rideau noir… Noir ? Espérons que c’est un présage, car, nous ne nous en cachons pas, si nous ne donnons pas de consigne de vote, nous prenons résolument parti contre Macron, comme, à l’époque de la primaire à droite, nous avions pris parti contre Juppé…

Macron, paraît-il, commence à baisser dans les sondages, et si cela devait continuer, nous dirions – comme Houellebecq parlant de la République – que nous n’aurions rien à regretter.

( 6 avril, 2017 )

A l’intention des français inquiets d’une sortie de l’Euro et qui n’ont aucune raison de l’être

Lu sur « le Réveil Français »

 

Vu sur : https://sansapriori.net/, écrit par : Jacques Sapir
Effaré par l’ampleur des méconnaissances, mais aussi parfois par la mauvaise foi, des journalistes et des hommes politiques qui s’expriment sur la question de la sortie de l’Euro, j’ai décidé de rassembler ici certaines des principales questions qui se posent.
On peut parfaitement comprendre que nos concitoyens se posent des questions sur une possible sortie de l’Euro et un retour au Franc, et ce d’autant plus que désormais 5 des candidats à l’élection présidentielle de mai 2017 (soit Asselineau, Cheminade, Dupont-Aignan, Le Pen et Mélenchon) en parlent.
A l’intention des français inquiets d’une sortie de l’Euro et qui n’ont aucune raison de l’être dans actualités Sapir-300x139
Ces questions sont légitimes.
Ce qui, par contre, ne l’est pas est le sentiment de panique que l’on cherche à produire dans l’opinion française sur ce sujet.
Il devrait être de la responsabilité des journalistes et des hommes politiques (du moins de certains) de ne pas chercher à indûment inquiéter les français.
Constatant que ce n’est pas le cas, que très souvent des propos contradictoires avec des textes officiels de l’Union européenne sont tenus, j’ai décidé à publier cette suite de questions-réponses pour éclairer le débat.
par Jacques Sapir · 24 mars 2017
Comment va se faire le passage de l’Euro au Franc ?
Rien de plus simple ;
l’ensemble des comptes et des contrats en France seront re-dénominés de l’euro au franc au taux de 1 pour 1.
Admettons qu’un foyer dispose
de 1200 euros sur son compte courant,
d’une assurance-vie de 50 000 euros,
qu’il paye un loyer de 800 euros,
et qu’il se soit endetté de 3000 euros pour acheter une voiture.
Du jour ou se fait la conversion,
il a 1200 « nouveaux » francs sur son compte courant,
50 000 francs sur son assurance-vie,
le loyer de son appartement est de 800 francs
et sa dette de 3000 francs.
Lors de la conversion, les règles s’appliqueront à tous les comptes, tous les contrats et toutes les dettes en France.
Seront appliquées les règles établies lors du passage du franc à l’euro
(sauf pour la valeur de la conversion », telles qu’elles sont précisées dans le règlement de l’Union européenne Règlement (CE) nº 1103/97 du Conseil du 17 juin 1997 fixant certaines dispositions relatives à l’introduction de l’euro[1], règlement qui précise à ses points n°8 et n°9 :
(8) considérant que l’introduction de l’euro constitue une modification de la loi monétaire de chacun des États membres participants; que la reconnaissance de la loi monétaire d’un État est un principe universellement reconnu; que la confirmation explicite du principe de continuité doit entraîner la reconnaissance de la continuité des contrats et autres instruments juridiques dans l’ordre juridique des pays tiers;
(9) considérant que le terme «contrat» utilisé dans la définition des instruments juridiques englobe tous les types de contrats, indépendamment de la manière dont ils ont été conclus;
L’épargnant français sera-t-il ruiné par le passage de l’Euro au Franc ?
Comme il a été expliqué plus haut, la totalité des comptes bancaires et des contrats d’assurances seront re-dénominés de l’euro vers le (nouveau) franc au taux de 1 pour 1.
Les valeurs mobilières verront, si elles sont cotées à la bourse de Paris, de même leur valeur automatiquement re-dénominée.
Pour les biens immobiliers, cela dépendra de l’évolution du marché de l’immobilier ; mais on peut penser que le passage de l’euro au franc aura tendance à faire monter les prix de l’immobilier.
D’une manière générale l’épargne ne sera pas touchée par cette re-dénomination.
Il faut, pour la suite voir dans quel pays elle sera utilisée, et cela implique de regarder l’impact de la sortie de l’euro sur le taux de change.
La sortie de l’Euro va-t-elle provoquer une explosion des dettes publiques ?
Les dettes négociables émises par le gouvernement français ont été émises à 97% en droit français.
Cela signifie que 97% des montants seront intégralement re-dénominés de l’euro au (nouveau) franc, et ce pour la même valeur.
Ceci correspond au principe de droit international qui s’appelle la « loi monétaire », principe reconnu par la totalité des tribunaux tant français qu’étrangers.
Je rappelle que ce principe fut explicitement mentionné dans le règlement nº 1103/97 du Conseil du 17 juin 1997, règlement cité plus haut, et qu’il fut utilisé sans problème lors de l’abandon du franc pour l’euro. L’euro s’était d’ailleurs fortement déprécié pendant les premières années (de 1999 à 2003). Il n’y a eu aucune protestation de détenteurs américains de la dette française (ou italienne, ou allemande).
C’est Nicolas Sarkozy qui, le premier, à parlé de cette « explosion de la dette » qu’une sortie de l’euro provoquerait, et sur ce point soit il ne connaissait pas la loi (étrange.. ?) soit il a menti.
Admettons que sur le stock des dettes existantes il ne se passe rien. Mais, l’État continuera d’émettre de la dette, ne serait-ce que pour payer une partie des dettes existantes. On estime à 200 milliards par an cette somme. Une sortie de l’euro ne provoquerait-elle pas une forte hausse des taus d’intérêts ?
Il est exact que le besoin d’endettement de la France est d’environ 200 milliards (« nouvelle » dette et « ancienne » dette cumulées).
Les opérateurs étrangers vont pénaliser la dette française par rapport à la dette allemande.
Mais ils le font déjà ! Il faut savoir que les taux auxquels la France emprunte sont plus élevés de 0,50% à 0,75% que ceux de l’Allemagne.
Cet écart pourrait-il augmenter ?
Pas de manière importante car le besoin des investisseurs de placer de l’argent est très important, et le volume des émissions de dettes allemandes sont réduits. La hausse des taux serait alors le produit d’une concurrence entre les taux français et les taux italiens ou espagnols. Et les investisseurs auraient plus confiance dans le Franc que dans la Lire…
Mais, ces 200 milliards peuvent être souscrits par des banques opérant en France (qu’elles soient françaises ou non) si on rétablit la loi rendant impératif à ces banques de détenir un certain pourcentage de leur bilan en dettes publiques françaises.
Ce mécanisme a existé et bien fonctionné, des années 1950 aux années 1980. Il permet au gouvernement de rediriger les investissements des banques françaises, mais aussi des banques étrangères opérant en France. Avec ce mécanisme, les taux n’augmenteraient pas plus que ce qu’autorise de fait le gouvernement.
Voilà pourquoi les annonces catastrophistes sur une « forte » hausse des taux sont irréalistes et irresponsables[2].
Qu’adviendra-t-il du taux de change du (nouveau) Franc une fois effectuée la sortie de l’Euro ?
Le (nouveau) Franc verra son taux de change fixé par les marchés, sous réserve de mesures conservatoires que le gouvernement pourrait (et devrait) prendre, comme un contrôle des capitaux. A la suite de nombreuses discussions avec des traders opérant sur les taux de change on peut faire le pronostic suivant :
Le taux de change du Franc par rapport à « l’euro-maintenu » (soit l’Allemagne, et les pays qui étaient dans la zone Mark, baisserait. Plus précisément, la sortie de la France de la zone Euro provoquerait un mouvement d’appréciation de l’euro-Mark, mouvement que l’on peut estimer entre 20% et 30%.
Le taux de change du Franc par rapport au Dollar des États-Unis (et à la « zone Dollar ») baisserait entre -5% et -10%. Rappelons que la « zone Dollar » inclut la Chine, la Corée du Sud et Taiwan.
Par rapport aux autres pays européens, dont on peut penser qu’ils imiteraient la France rapidement (dans un délai de 3 à 6 mois), comme l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal, le Franc s’apprécierait d’environ +3%-+5% par rapport à l’Italie et à l’Espagne, +10% par rapport au Portugal, +20%-+30% par rapport à la Grèce.
Une sortie de l’Euro, et la dissolution de fait de la zone Euro que cela entraînerait, conduirait à une redistribution des parités monétaires et non simplement une dévaluation du Franc. Rappelons que le gouvernement français pourrait contrôler ce processus par un mécanisme de contrôle sur les mouvements à court terme des capitaux.
Quelles seraient les conséquences pour le consommateur ? Ne verrait-on pas les prix augmenter subitement très fortement ?
Rappelons d’abord que dans le budget d’un ménage, une large part des dépenses se fait pour des produits ou des services fabriqués en France.
La part dans nos dépenses des produits importés est inférieure, en moyenne, à 40%.
Dans cette part, les prix des produits fabriqués en Allemagne augmenteraient fortement (+20% à +30%).
Les prix des produits issus de la Zone Dollar augmenteraient faiblement (+3% à +5%), les prix des produits importés d’Italie, d’Espagne, du Portugal ou de Grèce baisseraient.
Penons le cas du carburant.
Le pétrole est acheté en dollars, puis raffiné en France.
Mais, dans l’essence (ou le gazole) payé à la pompe, il faut savoir qu’il y a une très forte part d’impôts, de 60% à 75%.
Donc, la hausse à la pompe induite par la dépréciation du Franc par rapport au Dollar serait infime.
Mais, une dévaluation a toujours provoqué une hausse des prix ?
En fait, la situation actuelle est très différente de celle des années 1960 ou 1970.
Plus qu’une « dévaluation », la sortie de l’euro provoquerait un mouvement de redistribution des parités des diverses monnaies par rapport au Franc.
En cumulant les hypothèses les plus négatives, on arrive à une hausse de 3% des prix dans l’année qui suivrait cette sortie de l’euro.
Mais, il faut aussi tenir compte du surcroît d’activité qu’impliquerait cette sortie, surcroît qui se ferait sentir pendant au moins 3 ans, et qui entraînerait un retour à l’emploi de 1,5 millions à 2,5 millions de personnes. Ce retour à l’emploi permettrait de régler les déficits des comptes sociaux et de baisser les cotisations sociales, rendant du pouvoir d’achat aux salariés.
Mais, le contrôle des capitaux dont vous parlez, c’est une inquisition ! L’Etat va vouloir savoir combien on détient quand on partira à l’étranger ?[
Le contrôle des capitaux s’appliquera essentiellement aux entreprises financières qui veulent soit placer à court terme de l’argent en France soit en placer (toujours à court terme) à l’étranger.
Ces mouvements sont de la spéculation et celle-ci peut être dommageable pour l’économie.
Ce sont donc ces mouvements là que le gouvernement devra contrôler, par le biais d’une taxe payée (en partie) lors de l’opération et remboursable à partir d’un certain délai.
Les dépenses correspondant à des opérations commerciales, des investissements à long terme, en seraient exemptées.
Pour les particuliers (vous et moi…) une franchise de 15 000 euros existera sur les comptes. On ne demandera des documents (factures, notes d’hôtels) que si vos dépenses à l’étranger vont au-delà.
( 4 avril, 2017 )

Scandale ! Parlons-en !

 

Editorial du numéro d’Avril de POLITIQUE MAGAZINE

 

Jamais campagne électorale pour l’élection présidentielle n’aura plongé la France aussi bas. Les Français ont de quoi être écœurés. Il est vrai que la République a toujours fait bon ménage avec les scandales : son histoire depuis l’origine en est jalonnée.

Aussi nombreux que vite oubliés ! Qui se souvient encore du 6 février 1934 ? Le gouvernement de la République n’hésitait pas à faire tirer sur la foule qui s’était massée place de la Concorde en criant « à bas les voleurs » ! Aujourd’hui, dans ce qui reste du récit après la réécriture de l’histoire officielle, il n’est question que d’une tentative des « ligues » – factieuses et donc fascistes – de prendre le pouvoir.

Prétexte en fut pris pour les dissoudre. La République était sauvée, l’histoire magnifiée ! Plus de « chéquards » comme au bon vieux temps de Panama, effacées les magouilles crapuleuses, « suicidé » l’escroc corrupteur Stavisky ; quant au conseiller Prince, fort proprement écrasé par un train, il ne parlerait plus.

Modèle de toutes les « affaires » de la République, chef-d’œuvre d’exécution où les services de l’inspecteur Bonny, barbouze de la République et futur agent de la Gestapo, en connivence avec le Parquet, furent au niveau de l’exigence républicaine.

Dame, on ne badine pas avec la vertu ! Comme chacun l’a appris avec Montesquieu, elle est le ressort essentiel de la République. La République, qui ne se démonte jamais devant les scandales, s’effondrera six ans plus tard dans le plus grand désastre de l’histoire de France. Signe avant-coureur…

Toutes les républiques à travers le monde et à travers les temps furent, sont et seront, de fait, des oligarchies. C’est le plus incontestable des constats. La première duperie consiste à se servir de la notion abstraite de peuple pour en ravir la représentation et en capter ainsi la souveraineté. Au nom de quoi il est possible d’être les maîtres.

Et la corruption devient la règle du jeu de dupes. C’est tellement simple à comprendre. Faut-il s’étonner de ce que l’on apprend du scandale Odebrecht qui secoue l’Amérique du Sud ? Qui peut y échapper ? Ni les USA, ni la Chine, ni la Russie, ni les Républiques de l’est de l’Europe, ni l’Italie… La liste peut continuer. Où est la morale dans tout ça ? Et, franchement, à quoi sert de brandir la morale ?

Et la France ? « Exemplaire », « irréprochable », la République française ? Allons donc ! Ce qu’on appelle l’affaire Fillon ou l’affaire Le Pen, ce n’est rien, même si c’est distillé à longueur de jours. Nos démocrates patentés feraient mieux de relire leur histoire…

Le vrai scandale, ici, consiste dans l’instrumentalisation évidente desdites affaires : presse, police, justice, pouvoir politique en connivence totale ! Pas besoin de complot, ni même de cabinet noir. Tout est concerté en raison d’une complicité supérieure. Ce fut la pratique de tout le quinquennat d’Hollande comme le montre, d’ailleurs non exhaustivement, le livre qui vient de paraître Bienvenue Place Beauvau, écrit par des journalistes de gauche.
Le chef de l’État place ses affidés partout, autant qu’il peut aux postes-clefs.

Avant son départ, il les recase. Il ne se dévoue pas aux intérêts de la nation dont il s’amuse comme un adolescent attardé et dont il livre les secrets d’État, ainsi que l’a révélé Un président de devrait pas dire ça. Il ne s’occupe, en fait, que du pouvoir, la seule chose qui l’ait jamais intéressé. Le pouvoir, ses combines, ses avantages.

Il y a introduit ses hommes et femmes-liges, ses copains, ses maîtresses qui ont profité de toutes les largesses de l’État au plus haut sommet. Anathématisant dans ses discours de candidat les puissances d’argent, il s’en est servi surabondamment. Les Niel, les Pigasse, les Bergé, les Drahi, entre autres, ont acheté une grande partie de la presse et des médias, bien sûr de gauche, pour les mettre à son service ; maintenant ils veulent choisir son successeur en la personne de Macron. Toutes les « lois Hollande », toute sa politique trouvent là leur explication.

Au fait, qui était son trésorier de campagne en 2012 ? Encore un ami de promotion, Jean-Jacques Augier. Ce monsieur avait à l’époque deux comptes aux îles Caïmans. Pour quelles activités ? Aucune enquête n’a été menée ; Mediapart ne s’est pas penché sur le cas.

Et pour cause… Il était préférable de traiter le cas Cahuzac, plus avantageux aussi. L’affaire n’a pas été relayée. Politique magazine est le seul journal qui ait insisté sur cette formidable incongruité. Vous avez dit scandale ?

Hilaire de CREMIERS

( 4 avril, 2017 )

Le patriotisme selon saint Macron ou selon Charette ?

 

Lu sur « boulevard Voltaire »

 

Le discours d’Emmanuel Macron à Marseille restera dans les annales politiques comme une anthologie de médiocrité absolue.

 

Le discours d’Emmanuel Macron à Marseille restera dans les annales politiques comme une anthologie de médiocrité absolue. Où l’on voit que la bête de scène compte sur l’inaudibilité par des auditeurs admiratifs de ce bout-à-bout de mots magiques qui ont fait la force, jusqu’à présent, du candidat. Car, ne nous y trompons pas, Macron est un jeune homme intelligent et opportuniste qui n’a d’ambition que pour sa carrière. S’il est élu président de la République (le summum d’une vie pour le commun des mortels), dès la fin de son mandat, il reprendra du service auprès de ses obligés de la finance. Et ce langage indescriptible, où les mots savants se suivent dans un brouillamini savant, le sert auprès des plus faibles de nos concitoyens qui ne réalisent pas qu’ils sont l’objet d’une OPA qui va lui permettre d’atteindre son but, si on ne réussit pas à l’éliminer avant le 23 avril.

Prenons l’exemple d’une évocation du patriotisme en face d’une masse de Marseillais de toutes origines qu’il a savamment identifiés un à un : « Être patriote, ce n’est pas la gauche qui s’est rétrécie sur ses utopies. Être patriote, ce n’est pas la droite qui se perd dans ses avanies et l’esprit de revanche. Être patriote, ce n’est pas le FN, le repli et la haine qui conduira à la guerre civile. Être patriote, c’est vouloir une France forte, ouverte dans l’Europe et regardant le monde. »

Tout auditeur intelligent pourrait penser : mais ce gars-là se moque de nous ! Pour qui se prend-il ? Pour le Bon Dieu, pour le centre de la France, ni gauche, ni droite… Macron, c’est une succession d’utopies… de gauche essentiellement. Macron, c’est le communautarisme qui peut conduire à la guerre civile. Être patriote, c’est être Français. Point final. Ce n’est pas être Européen.

L’Europe n’a jamais été une patrie. Être patriote, c’est aimer d’abord sa famille, puis ses amis, puis ses voisins, puis son pays.

Mais être patriote, c’est surtout ce qu’en a écrit François Athanase Charette de La Contrie, ce héros vendéen cher à Philippe de Villiers et à nos cœurs. Une ode au patriotisme dont Macron n’aurait pas pu en écrire une ligne.

« Notre patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos mères ont aimé avant nous. Notre patrie, c’est notre foi, notre terre, notre roi. Leur patrie à eux (NDLR, les guillotineurs), qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ? Ils veulent détruire les coutumes, l’ordre, la tradition. Alors qu’est-ce que cette patrie narguante du passé, sans fidélité et sans amour. Cette patrie de billebaude et d’irreligion ? Beau discours, n’est-ce pas ? Pour eux la patrie semble n’être qu’une idée : pour nous, elle est une terre… Ils l’ont dans le cerveau, nous nous l’avons sous les pieds : c’est plus solide. Et il est vieux comme le diable leur monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder en l’absence de Dieu… Vieux comme le diable… On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions… Faut rire. Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, nous sommes une jeunesse. Messieurs, nous sommes la jeunesse de Dieu, la jeunesse de fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver, pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur… »

Charette, bien sûr, c’est l’anti-Macron absolu, celui qui a donné sa vie pour Dieu et son roi. Saint Macron est à mille lieues d’être patriote. Un gourou sans foi ni loi que nous avons trois semaines pour éloigner du second tour.

Alors, oui, en avant, marche !

JournalisteAncien directeur des rédactions de l’Agence Gamma
( 2 avril, 2017 )

Une pétition de militants pour neutraliser la fondation Lejeune

 

Lu sur « le salon beige »

 

Dans une tribune au « Monde », 146 scientifiques dénoncent les prises de position de la fondation Jérôme Lejeune contre les recherches destructrice d’embryons humains et contre l’avortement et appellent à supprimer son statut de d’utilité publique. Réponse de la Fondation :

Capture d’écran 2017-03-30 à 18.46.12« La fondation Jérôme Lejeune a été créée pour poursuivre après la mort du généticien Jérôme Lejeune ses travaux scientifiques médicaux et éthiques. Elle assume cette mission à travers ses actions statutaires connues depuis sa création :

  • une consultation médicale pluridisciplinaire de l’Institut Jérôme Lejeune qui compte aujourd’hui 8 500 patients déficients intellectuels (500 nouveaux patients/an).
  • la recherche sur les retards mentaux d’origine génétique dans une perspective thérapeutique grâce au financement ininterrompu d’équipes de l’INSERM, du CNRS ou d’autres laboratoires publics ou privés, français ou étrangers. Les premiers essais cliniques sont en cours.
  • la défense de la vie et de la dignité de l’être humain dans un contexte d’eugénisme où le marché est en connivence avec des progrès technoscientifiques visant à améliorer la procréation sélective.

Cette 3ème mission conduit la fondation à soumettre au juge administratif la question de la légalité de certaines décisions de l’Agence de la biomédecine (ABM) autorisant des travaux de recherche sur l’embryon. Sur plus de 200 décisions de l’ABM concernant l’embryon depuis 2004, la fondation a contesté la légalité de 39 d’entre elles. Le Conseil d’Etat a reconnu l’intérêt à agir de la fondation dans ce domaine.

Les pétitionnaires

La pétition est lancée par des personnalités qui contestent le refus de la fondation Jérôme Lejeune de subordonner la vie d’un nouvel être humain à la qualité de son génome et de donner à la médecine le pouvoir de déterminer la valeur des vies humaines. On y trouve des militants de la désobéissance à la loi. Ainsi le professeur René Frydman a emmené en 2016 un collectif de 130 médecins (comme Patricia Fauque) qui ont déclaré avoir bravé la loi en recourant à la PMA pour des couples homosexuels. Depuis, certains ont dénoncé une instrumentalisation.

La pétition rassemble aussi des scientifiques très impliqués dans la médecine de la reproduction, le recours aux CECOS et la recherche sur l’embryon humain. Aux scientifiques déjà cités s’associent Jean-Paul Renard, John de Vos, Bernard Jégou, Alfred Spira, Cécile Martinat et Marc Peschanski. Ce dernier est notamment l’auteur de la recherche embryonnaire dont l’autorisation a été jugée illégale par le Conseil d’Etat en 2014.

Jacques Milliez, pour sa part, dans son livre L’euthanasie du fœtus, compare l’avortement eugénique des enfants trisomiques à un « eugénisme génocidaire » et justifie un « ordre établi » qui s’imposerait aux parents concernés.

Israël Nisand reconnaît dans le Journal Vivre Ensemble de l’UNAPEI que « quand on choisit les enfants à naître, on est dans un programme eugénique » et ajoute « cela ne m’offense pas de l’accepter ».

Jean-Didier Vincent a déclaré au président de la fondation dans l’émission scientifique « La tête au carré » le 12 octobre 2012 : « Allez au fond de votre idéologie : vous êtes contre l’eugénisme qui élimine les trisomiques. C’est tout. C’est clair. Ne biaisez pas là-dessus ! » avant de conclure : « Pourquoi faut-il conserver les trisomiques qui sont quand même un poison dans une famille, il faut bien le dire ! ».

Quant à Yehezekel Ben Ari, il fait l’objet d’une procédure en diffamation après avoir comparé le président de la fondation Jérôme Lejeune au stalinien Lyssenko.

Les enjeux

La pétition a été lancée peu après la requête de la fondation contre une autorisation de l’ABM autorisant des travaux de recherche sur une nouvelle technique de FIV (FIV dite « à 3 parents » ou fabrication de « bébé OGM »), délivrée par l’ABM. Cette nouvelle technique comporte une phase de clonage (transfert de noyau), la création d’un embryon pour la recherche et une modification du génome de l’être humain ainsi fabriqué. Il est légitime de s’interroger sur cette triple violation de la loi de bioéthique et des normes internationales en vigueur.

Cette pétition manifeste une volonté de neutraliser la fondation Lejeune qui non seulement ne reçoit aucune subvention mais soutient une recherche publique (malheureusement déshéritée) au profit des déficients intellectuels à partir de fonds privés en provenance de petits donateurs.

Une question se pose : comment des scientifiques qui revendiquent volontiers des « illégalités fécondes » se permettent-ils de jeter en pâture médiatique une institution qui aurait le tort d’invoquer le secours de la loi pour défendre les plus fragiles contre l’eugénisme et le transhumanisme ? »

12345...49
Page Suivante »
|