( 12 janvier, 2018 )

Le LIBAN en crise ?

 

Depuis quelques années, particulièrement depuis l’élection du général Aoun comme Président, nous assistions à une réelle bien qu’insuffisante, progression de la situation du pays. Certes, les problèmes restent : présence trop importante d’immigrés, les Palestiniens depuis des dizaines d’année, des Syriens depuis la guerre qui secoue ce pays. On notera cependant un commencement de retour chez eux de ces derniers, maintenant que le pays ait été libéré en grande partie de la présence des groupes armés islamistes. Enfin, il ya la présence du Hezbollah toujours armés, il faudra bien que cela cesse un jour. Néanmoins, l’économie va  mieux et l’armée, bien que sous équipée et manquant d’hommes, a su montrer son efficacité en 2017 en balayant les forces de l’Etat Islamique…

Mais cela ne semble pas plaire à l’Arabie Saoudite qui a tenté de faire démissionner le premier ministre Saad Hariri. Il est vrai que ce dernier a une double nationalité Saoudienne et Libanaise et que la gestion de ses sociétés n’est pas « très claire », c’est le moins que l’on puisse dire. Le Président Macron a réussi à le faire « délivrer » selon la presse. Si cela est vrai, c’est une bonne chose. Il a pu reprendre son poste à Beyrouth. Est-ce pourtant un premier ministre souhaitable pour nos amis Libanais ? Au Président Aoun de le dire. De toute façon, ce n’est pas à l’Arabie Saoudite de diriger le pays…

Les Libanais souffrent encore, il y a encore beaucoup de progrès à faire. Aidons nous amis Libanais comme la France et tous les Français doivent le faire.

Philippe SCHNEIDER

 

Pour aider nos amis libanais, faites des dons au Comité Lorrain de Solidarité Franco-libanais, B.P. 60107, 54304, Lunéville Cedex

Et pour les Chrétiens qui souffrent dans tout le Moyen Orient : SOS Chrétiens d’Orient, 16 avenue Trudaine, 75009, Paris. www.soschretiensdorient

( 12 janvier, 2018 )

Communiqué de l’AGRIF

 

 

L’AGRIF et Bernard Antony annoncent que le Président du tribunal administratif de Paris a fixé une audience pour statuer en référé sur la demande qu’ils ont engagée aux fins d’interdiction de l’exposition révisionniste et négationniste « Che Guevara à Paris » présentant cet assassin sanguinaire sous un jour romantique dans les locaux de l’hôtel de Ville de Paris et avec la promotion d’Anne Hidalgo, maire de Paris.

L’audience, qui est publique, aura lieu le lundi 22 janvier 2018 à 10h au tribunal administratif  7 rue de Jouy  75004  Paris.

( 9 janvier, 2018 )

21 JANVIER 2018 A NANCY

 

Messe pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI

Dimanche 21 Janvier 2018

10 h 30

Eglise Marie-Immaculée

33 avenue du général Leclerc à Nancy

 

 

Fête des Rois de l’U.S.R.L.

Et de La LORRAINE ROYALISTE

 

 

Dimanche 21 Janvier

A partir de 12 h 30

Repas suivi de la galette traditionnelle

 

Auberge de « Maître Marcel »

Angle Routes de Martinvaux et Maron – Chaligny

(Attention à l’adresse)

Allocutions

 

Jean-Marie CUNY

Jean-François GICQUEL

Philippe SCHNEIDER

Prix comprenant un apéritif, le plat principal, la galette et une boisson :

25 € par personne avec Choucroute comme plat principal (option 1)

25 € par personne avec bœuf bourguignon (option 2)

10 € pour les enfants (nuggets, galette, une boisson)

Inscrivez-vous dès maintenant en renvoyant le coupon ci-dessous à La Lorraine Royaliste, 284 avenue de la Libération, 54000, Nancy ou par courriel à lalorraineroyaliste@yahoo.fr ou téléphonez au 06 65 64 72 17.

Inscription impérativement pour le 14 Janvier au plus tard.

________________________________________________________________________________________________

 

M. Mme Mlle ……………………………………………………………….

Adresse : ……………………………………………………………………

Téléphone : ………………………………….. Courriel : ……………………………..

S’inscrit au repas du 21Janvier (………. Personnes dont ….. option 1 et …… option 2 et …. Enfants et verse la somme de …….. € (chèque au nom de la L.R.)

(Si aucun choix n’est indiqué, il vous sera servi une choucroute)

Ne peut venir mais verse …….. € en don à La Lorraine Royaliste

( 9 janvier, 2018 )

Les obsèques du prince François de France à la chapelle royale de Dreux

 

Lu sur le blog « la Couronne »

 

Samedi 6 janvier, la Famille royale de France et les amis du prince François de France se sont réunis à la chapelle royale Saint-Louis, pour rendre un dernier hommage à l’héritier de la couronne de France. À 14 h 30 précises, le prince Jean de France et le père Jean-Marie Lioult, accueillent le Chef de la Maison royale de France et son épouse Madame la comtesse de Paris. Après avoir accueilli Stéphane Bern,  Monseigneur le Dauphin de France est ensuite entré dans la chapelle royale pour assister à la messe de requiem officiée par l’abbé Jean-Marie Lioult.

Les obsèques du prince François de France à la chapelle royale de Dreux dans Princes obsequedefrancoisdefrance2

Le Comte de Paris et son épouse s’installent à la droite du cercueil tandis que Madame la Duchesse de Montpensier et sa fille la Princesse Blanche de France sont assises à la gauche du cercueil. Au premier rang, s’installe la Princesse Marie de France, Princesse Gundakar de Liechtenstein et ses frères, le Prince Jean de France, duc de Vendôme et le Prince Eudes de France, duc d’Angoulême avec leurs conjoints et leurs enfants. Plusieurs membres de la famille de France avaient fait le déplacement, on reconnaissait notamment le Duc d’Orléans, le Duc de Chartres et le Comte d’Eu, le Comte et la Comtesse d’Évreux, le Duc d’Anjou, la Princesse Chantal de France ainsi que de nombreux cousins du Prince défunt.

 

obsequedefrancoisdefrance3 dans Princes

Le début de la messe fut particulièrement émouvant avec des témoignages poignants d’amis et d’éducateurs du Prince François qui vivaient avec lui dans un foyer de l’Arche à Paris. Après ces témoignages à la fois bouleversants et vivants, le Duc de Vendôme a fait la lecture de la première lettre de Saint Jean et le Duc d’Angoulême a poursuivi la lecture. Le père Jean-Marie Lioult, curé de Dreux, a évoqué la vie du Prince François et notamment son baptême qui fut célébré dans cette même chapelle. Le Prince Eudes, sa fille la Princesse Thérèse d’Orléans, les enfants de la Princesse Marie, ainsi que la Princesse Marguerite ; qui était la filleule du Prince François ; ont lu des prières.

 

obsequedefrancoisdefrance5

Après la messe de Requiem, le Comte de Paris, la Duchesse de Montpensier, la Famille de France, les amis et les invités suivirent le cercueil du Prince dans la descente au caveau en entonnant avec ferveur l’Ave Maria des Saints et des Anges. La famille et chacun des participants à cette longue procession ont béni le cercueil du Prince François, situé dans la crypte à la gauche de son grand-père le défunt Comte de Paris décédé en 1999.

obsequedefrancoisdefrance4

À la fin des cérémonies, le Chef de la Famille royale de France, Monseigneur le comte de Paris, s’est retiré afin de laisser la Duchesse de Montpensier et ses enfants recevoir les condoléances de l’assistance.

Lors de ces obsèques très émouvantes, étaient également présent plusieurs membres du Gotha : la Princesse Maria Pia d’Italie, le Duc Eberhardt de Wurtemberg, la Princesse Nesrine Toussoun, la Princesse Philipp de Liechtenstein, l’archiduc Michael d’Autriche, le comte et la comtesse Mériadec de Rohan-Chabot, le duc de Capoue  le Comte et la Comtesse Jean d’Haussonville, ainsi que le Comte et la Comtesse de Bourbon-Busset, aîné des Capétiens.

( 5 janvier, 2018 )

La chaîne radio RTL a commis un affront envers la Famille Royale !

 

« Tweet » du blog « la Couronne ». Il est évident que de tels propos doivent être condamnés. En dehors de la Famille de France, ce sont tous les handicapés qui se sont sentis insultés par ce « pauvre type ».

L.R.

 

 

La chaîne radio RTL a commis un affront envers la Famille Royale ! dans actualités ruquiercemoquedefranois

Habitué de l’émission radio « Les Grosses têtes » sur RTL, j’ai eu la malchance ce matin de l’écouter en replay sur YouTube. Cette émission, présentée par Laurent Ruquier du lundi au vendredi à partir de 16h00, consiste à répondre à des questions de culture générales (trouver l’auteur d’une citation, ou autre, en rapport avec l’actualité).

Lors de l’émission du 2 Janvier, Laurent Ruquier a fait mention du décès de S.A.R. le Prince François de France, comte de Clermont, décédé dans la nuit du 30 au 31 Décembre dernier. Tout le monde le sait, Mgr le comte de Clermont était déficient mental dû à la toxoplasmose contractée par la duchesse de Montpensier pendant sa grossesse.

Or, la façon dont a été traité le décès de ce Fils de France est proprement scandaleux et honteux. Moqueries sur le handicap du Prince, changement de voix de la part d’Elie Semoun pour faire passer les handicapés mentaux comme des personnes ne sachant pas s’exprimer correctement…

Derrière le décès du Prince François, il ne faut pas oublier qu’il y a une famille, en l’occurrence, la première famille de France, notre Famille Royale, qui est en deuil, et à ses côtés, l’ensemble des monarchistes français qui n’ont pu être qu’agréablement surpris par l’écho qu’a trouvé la mort du Prince François (repris dans Le Figaro, Paris Match, Le Point, L’Echo républicain, etc.)

Aussi, afin que cet affront ne reste pas impuni, et que les handicapés soient mieux traités à la radio que comme ce genre de caricatures dites dans RTL, nous exigeons de la part de la chaîne radio des excuses publiques envers la Famille Royale. Et aussi, toutes personnes qui après l’écoute de ce replay (lien de dessous) se sent outré par ce genre de comportement, nous l’invitons à signaler la chaîne radio auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel afin que la chaîne soit sanctionnée.

Replay de l’émission du 2 Janvier : https://www.youtube.com/watch?v=tH3-QK8ze_U (à partir de 39m40s).

Lien pour signaler au CSA : http://www.csa.fr/Services-en-ligne/Alerter-le-CSA-sur-un-programme

( 4 janvier, 2018 )

La provocation négationniste de madame Hidalgo à la gloire du criminel Ernesto Guevara : procédure engagée.

 

Communiqué de l’AGRIF

 

Avec l’argent des contribuables parisiens, madame Hidalgo a organisé sans vergogne une exposition à la gloire de l’impitoyable massacreur communiste Che Guevara, campé par elle, dans un délire de révisionnisme négationniste, dans une posture de héros romantique.

Faut-il rappeler qu’Ernesto Guevara, dit le Che, fut à Cuba un impitoyable massacreur castriste, y compris de gens de son camp, honni même des autres leaders révolutionnaires pour sa cruauté?

Fidel Castro en fit son ministre de la « justice » chargé non seulement des exterminations des réputés « contre-révolutionnaires » mais aussi des révolutionnaires refusant l’orientation de leur combat vers la soumission à l’Union soviétique.

Che Guevara fut l’organisateur sadique de centaines d’exécutions, notamment au Palais des sports de La Havane et dans les prisons de Santa Clara et de la Cabana, qui était sa « Loubianka » à lui.

Alors qu’il devenait un admirateur de Mao-Tse-Toung, le plus grand criminel de l’histoire, responsable de quelque soixante millions de massacrés, Fidel Castro préféra s’en débarrasser, pour ne pas déplaire aux soviétiques, en le conviant à aller appliquer en Afrique les méthodes maoïstes.

Guevara y subit un échec cruel alimentant chez lui, selon d’irréfutables témoignages, un dépit véritablement raciste contre les Africains. Il crut alors possible d’aller plutôt révolutionner l’Amérique du sud. Là s’acheva sa course d’idéologue mégalomane.

L’exposition prévue, pour des mois, organisée par la camarade-maire Anne Hidalgo, encore une fois scandaleusement négationniste de la réalité du sanguinaire personnage lénino-maoïste et raciste que fut Ernesto Guevara, est évidemment scandaleuse.

En considérant la sensibilité des milliers de rescapés des régimes communistes dans la région parisienne, cette exposition constitue un grave trouble à l’ordre public. Le communisme, toujours et partout, par sa « racisation » des classes à anéantir, a constitué un absolu racisme. Sa glorification constitue une lourde atteinte à l’identité culturelle de la France.

Aussi l’AGRIF a-t-elle décidé d’engager en urgence une procédure de référé pour qu’il soit mis fin à cette exposition d’apologie d’un criminel, initiative à l’évidence attentatoire à l’ordre public.

Bernard Antony

La Lorraine Royaliste approuve totalement les termes de ce communiqué

( 3 janvier, 2018 )

Bonne et heureuse année 2018

 

 

LA LORRAINE ROYALISTE

Présente à tous ses amis ses meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2018,

que nous assistions cette année au début de redressement de notre Lorraine et de notre France,

que les Royalistes soient de plus en plus nombreux et actifs, seule solution pour que ce redressement se réalise

( 1 janvier, 2018 )

S.A.R. le prince François de France est décédé le 30 décembre 2017

 

COMMUNIQUÉ DE MONSEIGNEUR LE COMTE DE PARIS

Monseigneur le Comte de Paris, Madame la Duchesse de Montpensier, leurs enfants les Princesses Marie et Blanche, les princes Jean, Dauphin de France, et le Prince Eudes ainsi que leurs Familles, ont accompagné par leur présence et par leurs prières le Prince François de France qui s’est éteint paisiblement en cette nuit du 30 décembre 2017.

*Monseigneur le comte de Paris, de jure Henri VII de France

S.A.R. le prince François de France est décédé le 30 décembre 2017 dans Princes

Les Royalistes Lorraines présentent à la Famille de France toutes leurs plus sincères condoléances.

( 27 décembre, 2017 )

Stupéfiant !

 

Editorial de L’Action Française 2000 du 21 décembre 2017

 

On savait Emmanuel Macron disciple du philosophe Paul Ricœur. On ignorait qu’il était, en même temps, adepte de l’école péripatéticienne.

Aristote déambulait en dissertant avec ses disciples dans les allées du Lycée  ; notre président déambule dans les couloirs de l’Élysée, entouré de caméras, pour répondre aux questions complaisantes d’un journaliste de la télévision d’État, le tout enregistré le mardi pour être diffusé le dimanche suivant. On n’est jamais trop prudent  ! En marche… vers feu l’ORTF  ? Il ne s’agit que d’une anecdote, mais elle en dit long sur cet art de la communication qui, inauguré sous Giscard, a remplacé la parole régalienne. Certes, il n’y a rien à retenir de ce vrai-faux entretien déambulatoire. Sinon qu’il faudra encore attendre deux ans pour espérer voir la courbe du chômage s’inverser – Hollande, sors de ce corps  ! Qu’il est temps de rattraper notre retard en matière d’énergies renouvelables et qu’on peut compter sur lui pour voir partout surgir de terre des éoliennes défigurant le paysage. Qu’ayant fait le don de sa personne à la France, il fait «  le maximum pour [nous] protéger, pour éviter que les conflits n’adviennent, pour préparer [notre] avenir commun, pour préparer le meilleur futur  ». Ou encore, «  que d’ici mi, fin-février, on aura gagné la guerre en Syrie  » – Bachar el-Assad et Vladimir Poutine ont été soulagés de l’apprendre.

Le culte du Moi

Pourquoi cet entretien maintenant  ? Alors que jamais la France n’a été aussi inégalitaire, comme l’a montré une passionnante enquête récemment publiée dans Le Monde, l’exécutif est en hausse dans les sondages, dans une période calme, c’est vrai, de discussion budgétaire, dont les décisions, bientôt définitivement votées, n’ont évidemment pas encore pu faire sentir leurs effets, surtout sur les classes moyennes. Macron joue sur le front international, plus consensuel car plus éloigné des Français, tandis que le Gouvernement fait dans la com’  : envers la «  France périphérique  », en se déplaçant à Cahors, économique et identitaire, en annonçant durcir la lutte contre les faux réfugiés. Peut-être Macron a-t-il jugé nécessaire, à la veille de nouvelles réformes, de focaliser les caméras sur sa personne, dans un exercice sidérant de culte du Moi. Apprentissage, formation professionnelle et assurance chômage, asile et immigration, réforme des institutions, sans oublier les dossiers néo-calédonien et corse, la décision sur Notre-Dame-des-Landes ou la rupture démagogique avec un consensus vieux de quarante-cinq ans sur le 90 km/h sur route  : Macron veut continuer d’aller vite en 2018 et a besoin pour cela de saturer l’espace pour apparaître comme le deus ex machina des maux de la France. Ce que confirme encore cet anniversaire fêté à Chambord, le château construit par François Ier, le «  prince architecte  », après la victoire de Marignan. Ne cessant de singer la fonction royale, dans l’espoir que les Français soient dupes, et déjà maître des horloges, Macron se pense aussi en nouvel architecte de la France. Voire en sauveur de la planète au moment où nous sommes, paraît-il, en train de perdre la lutte contre le réchauffement climatique, comme Superman l’a seriné lors du raout écologique et financier international («  One Planet Summit  » dans le texte) qu’il avait réuni à Paris la semaine dernière.

Car la France ou les affaires internationales ne sont jamais, pour lui, que l’occasion de parler de lui-même. Le propos le plus révélateur de son entretien sur France 2, d’un point de vue clinique s’entend, a été  : «  [Les Français] ont décidé en mai dernier d’élire un président de trente-neuf ans qui sortait de nulle part. La France a stupéfait [sic] l’Europe et le monde par son choix.  » Macron serait donc, de son propre aveu, une personnalité stupéfiante. Quant à «  sortir de nulle part  », à moins que l’Inspection des finances, la banque Rotschild, le secrétariat général de la Présidence de la République ou le ministère de l’Économie ne soient «  nulle part  », Macron, peut, en effet apparaître comme un homme neuf  ! Au sens non pas romain de l’homo novus, bien qu’il le soit en un certain sens, mais plus prosaïque de celui qui n’aurait aucune responsabilité dans les politiques conduites avant son arrivée. Ce qui est évidemment un mensonge. Deux exemples parmi tant d’autres  : outre le bradage de notre industrie – secrétaire général puis ministre de l’Économie, il a livré la branche énergie d’Alstom aux Américains, avant de livrer, devenu président de la République, sa branche transports aux Allemands –, il était au secrétariat général de la Présidence, chargé, qui plus est, des questions fiscales, quand a été concocté ce «  scandale d’État  » (dixit son successeur Bruno Le Maire à Bercy) qu’est la taxe sur les dividendes des grandes entreprises, mise en oeuvre sous Hollande et déclarée inconstitutionnelle  ; facture pour l’État  : 10 milliards d’euros. Une enquête interne l’a évidemment blanchi.

La recette autrichienne

Alors, stupéfiant, Macron  ? En tout cas moins modeste qu’un jeune chancelier autrichien, le plus jeune dirigeant du monde, pour le coup – il a trente et un ans – qui, sans penser avoir stupéfié le monde, lui, réussit en quelques semaines ce que Merkel, avec toute son expérience, ne réussit plus en Allemagne  : former une coalition. Il est vrai que c’est avec les populistes du FPÖ, qui ont obtenu pour la première fois trois ministères régaliens – Intérieur, Défense et Affaires étrangères –, alors que l’Autriche présidera le Conseil de l’Union européenne au second semestre 2018. Paris, avec sa morgue habituelle – Macron avait déjà donné des leçons à la Pologne –, compte sur le respect des sacro-saintes «  valeurs européennes  » par l’Autriche. Loiseau, la ministre de l’Europe, y sera même «  très attentive  ».

Occasion de nous interroger sur les grandes manœuvres qui agitent la “droite” française au lendemain de la victoire de Wauquiez, que Macron a particulièrement ciblé, lors de son soliloque déambulatoire, car il sait que la vraie menace pourrait venir du retour d’une droite de conviction, dont Wauquiez semble, à tort ou à raison, l’incarnation. Seul un avenir, qu’on peut supposer proche, car Wauquiez aura bientôt à prendre des décisions tranchantes en matière de positionnement idéologique, nous dira si le costume n’est pas trop grand pour cet ancien bébé Barrot, que sa large victoire à la tête de son parti avec un taux de participation honorable devrait inciter à jouer la carte d’une droite qui n’a plus peur de son ombre et ne cherche plus, inlassablement, son droit moral à l’existence dans le jugement léonin d’une gauche dont l’empire idéologique commence, seulement, à s’effriter après avoir failli sur les plans où elle était la plus attendue, économique et social. Mais renverser plusieurs décennies de honte de soi ne sera pas aisé. Si nous assistons, comme le montre le succès d’un récent dictionnaire, à un retour du conservatisme, le caractère ambigu d’un tel phénomène n’est pas sans interroger. La victoire de Macron au printemps dernier en est le signe  : s’il s’est fait élire au nom d’un progressisme assurément ringard, c’est qu’il a su instrumentaliser le besoin de dégagisme en assimilant le personnel politique sortant, dont il fait pourtant partie, à un passé politicien lui-même identifié au conservatisme, au profit d’une société civile qui n’est qu’un slogan. Lorsque la bulle Macron éclatera, seule une droite inflexible sur la question migratoire, tournée vers la question sociale, intransigeante sur le respect de l’identité nationale et de notre souveraineté et ouvertement décomplexée en termes d’alliances pourra susciter quelque espoir. Ce fut en tout cas la recette autrichienne.   

François Marcilhac

( 26 décembre, 2017 )

Ukraine : encore une fois, l’Élysée se trompe

 

Lu sur « boulevard Voltaire »

La France empêche par son manque d’intelligence que soit mis fin à la guerre en Europe.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont estimé, samedi 23 décembre 2017, qu’il n’y a « pas d’autre solution qu’un règlement exclusivement pacifique du conflit » en Ukraine. Sans proposer les principes essentiels qui devraient être respectés par les parties pour parvenir à un tel règlement. Autrement dit, du verbiage ? Pas complètement, cependant. Les non-dits étant, ici, plus importants que les mots, surtout creux.

En effet, la situation est toujours très grave en Ukraine, où une guerre classique avec un front et des canonnades non seulement continue, martyrisant les civils ukrainiens russophones (plus de 10.000 morts), mais encore s’accroît : bombardements des villes par les forces ukrainiennes et rodomontades guerrières du pouvoir kievien, amenant des démentis de Washington quant à des livraisons d’armes américaines.

L’Union européenne s’est contentée de prolonger cette semaine, pour six mois, les lourdes sanctions économiques décrétées contre la Russie qui avaient été décidées à l’été 2014, au plus fort de la crise ukrainienne, quelques mois après l’annexion de la Crimée par la Russie et le début de la guerre civile dans l’Est (sanctions qui affectent les agriculteurs français). Bruxelles restant dans son coma diplomatique, ce sont les gouvernements français et allemand qui reprennent leurs prérogatives.

Toutefois, à nouveau et comme d’habitude, l’Élysée se trompe d’analyse sur le fond de la question et de la stratégie, en suivant l’Allemagne et en contrariant la Russie, en exprimant « son soutien au plein respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine ».

Sanctions, déni des réalités militaires et humaines, couverture d’un régime kievien extrémiste, totalitaire et corrompu : la France empêche, par son manque d’intelligence, que soit mis fin à la guerre en Europe. Et elle est aussi sortie du jeu en Syrie.

La Russie ne rendra jamais la Crimée, historiquement, affectivement, culturellement et stratégiquement russe, et un référendum a confirmé ce rattachement. Nous avons x fois indiqué quels devraient être les axes d’un plan de paix juste et durable : unité de l’Ukraine (y compris l’est), fédéralisation dans le respect des minorités et des langues nationales (surtout à l’est et à l’ouest), neutralité militaire, désarmement de toute la zone (et dénucléarisation de l’Europe centrale), coopération économique et culturelle égale de l’Ukraine avec la Russie et des Européens. Tant que l’Élysée s’entêtera à ne pas comprendre cela et tentera d’humilier le président russe (et, donc, le peuple russe qui le suit), la paix ne se fera pas. C’est déplorable.

Avocat, universitaire, essayiste
1...34567...147
« Page Précédente  Page Suivante »
|