( 20 juillet, 2021 )

Emmanuel Macron : un drôle de pèlerin

 

Lu sur « Boulevard Voltaire »

 

Dans certains milieux catholiques, on se plaît à souligner que le Président est le premier chef de l’État qui, non content de visiter Lourdes, sera entré dans l’enceinte du sanctuaire et aura donc vu la grotte de Massabielle.

On voit même, à cette occasion, demander des neuvaines pour sa conversion.

Cela, le lendemain du jour où il a obtenu aux forceps le vote d’une loi prétendue bioéthique qui contient les pires entorses non seulement à la morale chrétienne mais à un fonds anthropologique multimillénaire qu’il est habituel d’appeler la loi naturelle. Possibilité de fabriquer des enfants qui seront confiés à une ou deux femmes et qui, de manière délibérée, ne pourront jamais connaître leur père biologique, vivant ou mort, sans motif médical pour les couples homme-femme (tout cela avec remboursement à 100 % par la Sécurité sociale), autoconservation des gamètes sans motif médical, autorisation élargie de l’expérimentation sur les embryons, autorisation de créer des embryons transgéniques et des embryons-chimères animal-homme.

Cette loi inouïe n’a pu passer qu’en donnant le dernier mot à l’Assemblée nationale, en quoi le Président viole sa parole de construire autour d’elle un large consensus.

Il n’a, certes, pas soutenu une proposition ultra-féministe prévoyant l’extension à 14 semaines de l’avortement volontaire : la levée de boucliers des gynécologues a sans doute plus joué que des scrupules de conscience.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, la n’a pas attendu la pour être dans les usages de l’État français. Depuis que, peu après son baptême, Clovis s’abstint d’apparaître au synode des évêques de Gaule organisé par saint Rémi à Orléans, aucun roi de n’a paru à une assemblée des évêques de France, ni aucun président de la République, jusqu’à la honteuse cérémonie des Bernardins du 19 avril 2018 où , reçu par les évêques, leur expliqua clairement que, dans les questions dites bioéthiques il n’en ferait qu’à sa tête, leur concédant seulement le droit de « poser des interrogations » – pas même de donner leur avis. Ce qui ne les a pas empêchés (manipulés par qui ?) de le gratifier d’une standing ovation.

La laïcité, royale ou républicaine, n’a jamais eu pour premier but d’humilier le spirituel ni d’éloigner l’État de toute influence religieuse ou morale ; hors de certains excès, son sens fut d’abord de respecter une distance convenable entre les affaires de ce monde et la sphère du sacré, d’exprimer une certaine discrétion des hommes d’action aux prises avec ces réalités pas toutes reluisantes que sont les affaires politiques. Le général , autrement chrétien que Macron, si avare de gestes religieux en public, l’avait compris.

Ce n’est pas par mépris pour la Sainte Vierge que tant d’hommes d’État n’ont pas franchi, à titre public, les limites des sanctuaires, c’est au contraire par respect.

L’actuel Président, dans une démarche qui sent l’électoralisme à plein nez, au sortir d’une étape du tour de France, pièce de sa mécanique préélectorale, n’a pas hésité à poser ses doigts dans l’espace sacré. Il n’est pas sûr que cela lui porte chance.

Roland Hureaux

 Essayiste

Pas de commentaires à “ Emmanuel Macron : un drôle de pèlerin ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|