( 30 septembre, 2019 )

Editorial du n° 356 de LA LORRAINE ROYALISTE

 

 

Dans le numéro 974 (Août 2019) du bimensuel « Monde et Vie » (1), l’abbé Guillaume de Tarnoüarn relève un propos significatif de la ministre Agnès Buzyn : « La GPA est aujourd’hui contraire à nos principes fondamentaux. ». Il remarque fort justement que le mot important dans cette phrase est « aujourd’hui » bien dans la logique révolutionnaire qui, en fait, ne reconnaît aucun principe fondamental car, qu’est-ce qu’un « principe fondamental » qui n’existait pas hier et qui, sans doute, n’existera pas demain ?

C’est ce qui nous différencie fondamentalement (sans jeu de mot) des « révolutionnaires », qu’ils soient libéraux, marxistes ou autres est que nous savons qu’il y a des principes fondamentaux immuables comme, par exemple, le respect de la vie, les lois de la nature, la famille traditionnelle, cellule de base de la société, etc. Ce qui est la base d’une véritable écologie.

Ce sont ces lois naturelles que les révolutionnaires ne respectent pas, ne veulent pas respecter, par principe car, pour eux, tout est évolutif. C’est la raison pour laquelle ils nous parlent toujours, entre autres, des « valeurs républicaines » sans jamais les définir et, pour cause, car elles peuvent changer en fonction des circonstances, de l’opinion du public ou plutôt de ce qu’on lui dit de penser en fonction des intérêts des grands groupes économico-financiers ou autres qui « pilotent » nos dirigeants politiques.

Or, que veulent-ils ? Des humains individualisés au maximum, sans attaches familiales, territoriales, historiques, religieuses (surtout catholiques). Ces encrages aident les hommes à réfléchir, à être responsables de leur vie, à s’organiser pour assurer leur avenir et celui de leurs familles. Or, ils veulent des hommes interchangeables, qu’ils puissent déplacer en fonction de leurs intérêts économiques et financiers. Ils doivent être de parfaits rouages de la machine économique comme le dénonce si bien Natacha Polony.  Si certains résistent, ils seront matés par une police et une justice qui obéira aux mêmes principes aux applaudissements de médias « aux ordres » car ils appartiennent à ces mêmes intérêts.

Tout va dans le même sens. Ainsi, sont supprimés des communes, des provinces au profit de regroupements totalement artificiels et même les nations qui doivent disparaître dans un conglomérat plus grand comme l’Union Européenne qui n’a aucune réalité historique ou politique, seulement économique car cela seul compte à leurs yeux. De même, à la base, les liens familiaux sont dénaturés, réduits à un simple contrat éphémère entre deux personnes (pourquoi 2, d’ailleurs, cela changera sans doute bientôt !) sans but précis car la filiation naturelle ou artificielle n’est bien évidemment plus le but de l’institution familiale, le dire sera sans doute bientôt interdit car considéré comme « homophobe » ! Quant au Catholicisme, il n’est plus considéré comme une vague « croyance » comme une autre, encore tolérée mais qui ne doit en aucun cas servir de base à une politique. D’ailleurs, les catholiques faisant de la politique sont priés de mettre leur « croyance » entre parenthèse, ce qu’ils font pour la plupart lâchement de peur de perdre leurs prébendes.  Et nous en voyons de nombreux qui disent – sérieusement ! – qu’il ne faut pas confondre sa foi avec la politique ! Tout le monde en connaît, de haut en bas, du simple militant au président de parti (comme Bayrou ) en passant par tous les élus… Nous pourrons observer ceux qui auront le courage de manifester le 6 octobre prochain.

Or, l’histoire nous le montre, de l’antiquité au monde moderne, tout pays ayant un système politique ne respectant pas les lois naturelles s’effondre tôt ou tard, entraînant la ruine des habitants et même souvent de ceux qui croyaient gagner beaucoup en les bafouant. Ce fut la raison de la chute de l’empire romain comme du communisme soviétique, prédit, pour cette raison dès le année 20 par l’A.F.

Nous  vivons de plus en plus dans un monde artificiel, sans attache, ne s’occupant que du court terme pour se faire plaisir et/ou en gagnant de l’argent. Que veut dire, par exemple, cette bourse sur évaluée dont les taux ne montent que grâce à la spéculation de plus en plus coupée de l’économie réelle ? Les investisseurs s’en rendent peut-être compte et il est probable que certains prévoient un grand « krak » boursier dans les années prochaines, raison pour laquelle ils acceptent de prêter aux Etats à des taux très bas et même souvent négatifs. Ainsi, ils perdront beaucoup moins lors du « krak » et regagneront en rachetant des entreprises en faillites du fait de la baisse des courts boursiers.

Va-t-on longtemps suivre cette voie suicidaire ?  Les politiques vont-ils se rendre compte de la catastrophe prochaine ? En fait, certains en sont conscients mais ne savent pas comment en sortir, pris dans un système républicain qui les dépasse.

Souvent, ce ne sont pas les hommes qui sont mauvais mais le système les tient. Il est mauvais par nature en France. Il faut absolument que nous sachions convaincre les Français mais aussi nos politiques que ce n’est qu’en retrouvant le système politique qui a créé notre pays que nous pourrons le sauver et tous les habitants avec, notre monarchie royale. Il pourra permettre que ce retissent les liens naturels entre les Français, liens familiaux, communaux, provinciaux, professionnels, économiques, religieux.

Philippe SCHNEIDER

 

(1)   15 rue d’Estrée, 75007, Paris. www.monde-vie.com

Pas de commentaires à “ Editorial du n° 356 de LA LORRAINE ROYALISTE ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|