• Accueil
  • > actualités
  • > Condamnation de Génération identitaire : et la Justice ne serait pas politisée en France…
( 2 septembre, 2019 )

Condamnation de Génération identitaire : et la Justice ne serait pas politisée en France…

 

Lu sur « Boulevard Voltaire ». Ajoutons que les courageux passants qui ont mis hors d’état de nuire le tueur afghan à Villeurbanne pourraient être poursuivis car ayant joué le rôle de la police ! On nage en plein délire dans notre « ripoublique » !

 

Nous vivons une époque épatante où celui qui viole la loi est privilégié par rapport à celui qui la défend. Le jugement que vient de délivrer le tribunal d’instance de Gap, signé par trois juges certainement les plus honnêtes, les plus intègres, les plus indépendants de la Justice française, est, à cet égard, tout à fait remarquable.

Romain Espino, Clément Galant et Damien Rieu, trois jeunes membres du mouvement Génération identitaire, ont donc été sévèrement condamnés pour « exercice d’activités dans des conditions de nature à créer une confusion avec une fonction publique ». Ils ont, en quelque sorte, voulu jouer aux gendarmes et aux voleurs au col de l’Echelle (Hautes-Alpes) en 2018* , ces derniers étant les migrants qui franchissent allègrement et illégalement nos frontières pour venir implorer de la France sa mansuétude financière. Et ça, la présidente du tribunal, ne l’a pas du tout apprécié. Que cette centaine de jeunes gens se soient autorisés à assurer (selon les termes du jugement) « surveillance, contrôle de la frontière et des zones frontalières, repérage, contrôle, contrôle d’identité et de la régularité de l’entrée sur le territoire de toute personne dans cette zone, sécurisation du territoire national, investigations et recherche de renseignements relatifs à la commission d’infraction dans le cadre d’enquête de police judiciaire »… Autant de tâches régaliennes qui incombent à la République et pas à ces petits extrémistes qui n’avaient aucun droit de vouloir faire appliquer la Loi.

Jugement hautement politique, bien sûr, car condamner Génération identitaire à 75.000 euros d’amende, c’est les amener à fermer tôt ou tard la boutique. Condamner ces trois jeunes à six mois ferme, 2.000 euros d’amende et cinq ans de privation de leurs droits civiques et familiaux, c’est, bien sûr, un chantage destiné à terroriser les membres du mouvement. C’est, en tout cas, ce qu’espère sans doute le pouvoir qui n’a aucune raison d’interdire ce mouvement non violent, ce à quoi Damien Rieu riposte par un tweet : « Cette décision politique est un honneur, une médaille, qui nous conforte dans notre combat pour la France. »

« Qui peut nier que la Justice soit complètement politisée en France ? » tweete un internaute. Comparaison est raison, lorsqu’on se rappelle que le paysan immigrationniste Cédric Herrou n’a été condamné, en appel, qu’à 4 mois avec sursis, avant que la Cour de cassation n’annule ce jugement. Un Herrou devenu le héros des mélenchonnistes pour avoir joué au passeur en aidant au moins 200 clandestins à franchir la frontière franco-italienne et à leur trouver un hébergement.

Mais alors, l’État va-t-il embastiller les mamans de Villeneuve-Saint-Georges qui, selon Valeurs actuelles, s’organisent tous les soirs, depuis le 20 août, jusqu’à 2 heures du matin, en gilet, non pas bleu comme le sont les blousons de Génération identitaire, ni jaune, mais orange. La « brigade des Daronnes » s’est, en effet, donné pour mission de lutter contre les violences, « là où l’État ne fait pas son travail ». Ces Daronnes n’avaient pas admis le meurtre d’un jeune homme de 23 ans par d’autres jeunes, le 9 août dernier. C’est exactement ce que voulaient faire, au printemps 2018, au-dessus de Briançon, cette centaine de blousons bleus : faire respecter la loi, une mission visiblement délaissée par le pouvoir macronien.

Lequel semble très heureux de la récente décision du Conseil constitutionnel qui, pour, en quelque sorte, remercier Cédric Herrou de sa générosité sans faille, consacrait, en décembre 2018, le principe de fraternité selon lequel doit être appliquée « la liberté d’aider autrui dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ».

Bienvenue à tous les migrants de la Terre…

Est-ce le moment de rappeler que la France a récemment été classée 37e sur 43 pays par la Commission européenne pour l’efficacité de sa justice ?

* Voir le reportage de Boulevard Voltaire réalisé en avril 2018.

Floris de Bonneville

 Journaliste

Pas de commentaires à “ Condamnation de Génération identitaire : et la Justice ne serait pas politisée en France… ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|