( 11 octobre, 2018 )

Editorial du n° 387 de LA LORRAINE ROYALISTE

 

Quelle rentrée ! Tout se passe comme si l’illusion macronienne s’était déjà dissipée. La cote de popularité de notre Président ressemble à celle de Hollande, ce qui est mauvais signe pour son avenir. Et ce n’est pas en insultant les Français qu’il va remonter la pente ! Il est vrai qu’il a accumulé les déconvenues. Il y eut d’abord l’affaire « Benella », son garde du corps qui semble avoir été beaucoup plus… tellement que le pouvoir ne semble pas apprécier que le Sénat enquête. Les ministres, les amis de Macron semblent tous se liguer pour faire pression, comme s’il y avait panique à bord. Y a-t-il vraiment quelque chose de « gros » à cacher ? Où agitent-ils cette affaire pour occuper politiques et journalistes et éviter ainsi qu’ils regardent ailleurs ? Par exemple du côté des ministres quelques peu soupçonnés « d’affairisme » ? Ou tout simplement cacher la calamiteuse politique gouvernementale ?

Le médiatique Nicolas Hulot a démissionné avec fracas. Ce n’est pas une perte réelle mais c’en est une sur le plan de la communication. Cet homme surtout connu pour avoir réussi à faire fortune avec l’écologisme n’a rien fait de sérieux. Comment, d’ailleurs, et avec lui tous les autres – ou presque – politiciens dit écologistes peuvent être pris au sérieux ? Comme l’a écrit très justement notre Saint Père le Pape François dans son encyclique Laudato Si sur l’environnement, la première chose qu’un véritable défenseur de la nature doit assurer, c’est celle de la vie des hommes de la conception à la mort naturelle. C’est le premier et primordial point d’un vrai respect de la nature. Le reste doit suivre… Or, nos écologistes sont pour l’avortement, souvent l’euthanasie, la PMA et la GPA (sauf José Bové qui a courageusement signalé que ce n’était pas naturel)… Ce sont donc de faux écologistes. Et puis, ne voyons-nous pas des pseudos défenseurs des oiseaux défendant les éoliennes qui les tuent par milliers ! Alors, qu’ils ne viennent pas nous donner des leçons ! Et pourtant, ils en donnent avec leurs amis de gauche : voyez comme ils tombent à « bras raccourcis » contre le docteur de Rochambeau, Président des gynécologues, qui ose dire qu’un médecin n’a pas à enlever la vie, ce qui n’est que la stricte vérité. Nous le soutenons bien entendu pour son courage face aux attaques qu’il doit subir.

Le Président veut rebondir et pour cela, il fait des discours présentant deux plans : pauvreté et santé. Il y a quelques bonnes idées dans ces « plans » mais il n’a pas réussi à sortir de sa pensée technocratique. Comme toujours en république – et cela s’est aggravé avec l’ENA ! -, le pouvoir donne des ordres qui doivent être suivis partout en France. La centralisation est extrême. Donc, cela ne peut que coûter cher sans résultat. Il faudrait laisser les Français, les communautés locales, les professions s’organiser, l’Etat n’intervenant que lorsqu’il y a conflit ou lacune, comme savait le faire la Monarchie royale française. C’est impossible en république dont le chef veut tout contrôler, d’où ses échecs continuels. Et puis, comment combattre réellement la pauvreté en continuant à détruire la famille ? C’est la décomposition de la cellule familiale qui est en grande partie cause de la pauvreté.

Les ignorants ou les menteurs parlent de « dérive monarchique » du pouvoir. C’est bien mal connaître notre histoire car la monarchie française laissait libre les Français de s’organiser. Ils confondent avec le pouvoir impérial de Napoléon qui n’était qu’une forme de république !

Notre pouvoir veut tout régenter en France mais s’occupe mal de ce qui devrait être ses priorités : les pouvoirs régaliens que sont essentiellement la Justice, les Affaires étrangères, l’armée, la monnaie… Il est vrai qu’il les a « délégués » pratiquement à l’Europe !

Il compte aussi beaucoup sur la campagne des élections européennes pour se refaire une santé. Il pense, ce qui est loin d’être sûr, que cela intéresse beaucoup les Français ! Il se veut le champion de l’intégration européenne (et de l’immigration) contre ce qu’il appelle « les populistes », en fait les patriotes qui existent de plus en plus sur notre continent. Ainsi il attaque violemment Victor Orban ou Matteo Salvini sans compter les dirigeants polonais, tchèques, slovaques, autrichiens…. qui osent défendre leurs pays. La condamnation par le parlement européen de la Hongrie est pour le moins scandaleuse et nous saluons ceux qui ont voté contre en particulier ceux qui, comme la Lorraine Nadine Morano,  ont eu le courage de s’opposer à leur parti. Le pari de Macron est loin d’être gagné bien qu’il aura les financiers, les médias et une grande partie de la classe politique avec lui.

Le président Macron poursuit en fait les politiques désastreuses de ses prédécesseurs. Il n’y a rien de nouveau car le régime est tel qu’il paralyserait même les meilleures volontés.

Philippe SCHNEIDER

 

Travaillons à changer ce régime, à rendre à la France son pouvoir naturel, celui qui peut permettre un redressement national tout en protégeant, en rendant plutôt, aux Français leurs libertés. Le mouvement royaliste d’Action Française vous propose de travailler à cela. Rejoignez-nous !

 

 

 

Pas de commentaires à “ Editorial du n° 387 de LA LORRAINE ROYALISTE ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|