( 21 février, 2018 )

La marchandisation du Panthéon

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

 

En deux mots.jpg

Les médias ont annoncé ces jours-ci que Simone Veil entrera au Panthéon le 1er juillet. Ils n’ont pas dit qu’elle y côtoiera un nombre impressionnant de grands hommes qui furent notoirement et parfois furieusement antisémites dont le plus illustre et l’un des plus radicaux fut Voltaire. Encore que l’Encyclopédie et en général les Lumières sur ce sujet devenu ultra-sensible, ne seront pas en reste. Si l’on considère séparément l’antisémitisme aujourd’hui le plus réel, le plus actif et le plus virulent, celui des banlieues, étranger à notre tradition, les Lumières et l’Encyclopédie sont en effet la source de l’antisémitisme moderne.

Leurs grands hommes qui reposent au Panthéon sur la montagne Sainte-Geneviève, seront-ils radiés de la liste des personnalités objets des diverses célébrations ou commémorations nationales ? Exclus des illustres que l’on se doit d’honorer ? Cela ferait beaucoup de monde et s’étendrait aux Invalides, jusqu’au tombeau de Napoléon.

Quand le Panthéon, sous la Restauration, devint ce qu’il devait être à l’origine, que la Révolution avait empêché, c’est à dire une église, l’on demanda à Louis XVIII ce qu’il convenait de faire de Voltaire, qui moquait le catholicisme. Fallait-il l’extraire du monument ? Le roi, plus sage et moins sectaire que nos modernes censeurs, répondit à peu près ceci : « il entendra les messes de tous les jours ; ce sera pour lui une punition suffisante ». Il resta au Panthéon. Autres temps, autres mœurs. La République, les modernes, sont devenus nettement plus intolérants.

Autre information diffusée par les médias : un appel d’offres a été lancé pour l’organisation de l’événement. La chose eût-elle été faite ou publiée du temps d’André Malraux ou même du facétieux Jack Lang ? La République doit-elle sous-traiter à une entreprise l’organisation de ses cérémonies solennelles ?

Nous vivons une époque moderne, le progrès fait rage, tout s’achète et tout se vend. La marchandisation du Panthéon, du moins des célébrations qu’on y organise, doit être un de ces signes à quoi se reconnaît l’accélération de nos décadences.

Pas de commentaires à “ La marchandisation du Panthéon ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|