( 24 août, 2017 )

Réfléchir, écrire, agir… pour le Roi !

 

 

Lu sur le blog de « Jean-Philippe CHAUVIN »

 

 

Le temps des vacances scolaires n’est pas encore fini mais, déjà, la rentrée politique s’amorce, et c’est aussi vrai pour mon compte, après un été d’écoute, de lecture, de réflexion mais aussi d’écriture et de terrain, en particulier en Bretagne, de Lancieux à Etel, en passant par Rennes, Dinan et Auray entre autres. Si un dos souffrant m’a empêché de coller autant d’affiches que les étés précédents, mon royalisme n’en est pas moins renforcé par les témoignages recueillis et les observations faites durant mes pérégrinations armoricaines, et la pratique régulière d’un « empirisme organisateur » qui n’est pas inutile pour saisir les causes derrière les faits et pour proposer de concrètes solutions aux problèmes contemporains.

Comme chaque année et tant que le bon Dieu me laissera l’occasion de pouvoir lire, réfléchir et écrire, je continuerai à entretenir ce site par quelques articles qui n’engageront que moi-même, militant royaliste assumé et professeur engagé, dans la tradition (critique, et cela dans tous les sens du terme, fidèle en cela à Maurras) des Camelots du Roi. Si l’actualité me fournira sans aucun doute un carburant abondant, je poursuivrai aussi certaines études ébauchées ici, comme celles sur la Question scolaire ou la mondialisation, et j’approfondirai, en commentaire des événements qui ne manqueront pas en ces domaines, ma conception du royalisme social et de l’écologisme intégral, sans négliger les questions institutionnelles et les problématiques régionales et en particulier, bretonnes.

Réfléchir, écrire, agir... pour le Roi ! dans actualités vente sorbonne

L’année politique et sociale qui ouvre peu à peu ses portes n’est pas une année électorale (à part les sénatoriales de septembre), certes, mais elle n’en reste pas moins importante et réduire la politique à de simples enjeux électoraux serait, d’ailleurs, une erreur, voire une faute : le royaliste que je suis, candidat permanent et jamais élu, n’a pas de « carrière » à faire, ni parlementaire ni politicienne. Le débat politique mérite l’attention et nécessite, en son au-delà, de l’action, qu’il ne s’agit pas de confondre avec l’activisme, plus souvent stérile qu’efficace car il oublie d’inscrire l’action dans la durée et la possibilité effective ; il ne doit pas mener non plus, dans un pur réflexe intellectualiste, à l’inaction ou au retrait dans un ermitage théorique ignoré de tous et, en définitive, totalement vain car absent de la scène politique et invisible de nos concitoyens.

Si, comme le chantaient les royalistes de l’Action Française jadis, « notre force est d’avoir raison », la faiblesse de ceux-ci a trop souvent été de se contenter de cette certitude sans la faire concrètement partager par une part suffisante de l’opinion ni advenir politiquement… De plus, les raisons d’hier ne sont pas forcément celles d’aujourd’hui, et il serait suicidaire de ne pas s’en rendre compte : mais évitons l’erreur de vouloir « nous adapter » à tout prix à cette société-là, et travaillons plutôt à en changer les paradigmes et à convaincre nos concitoyens de cette véritable « révolution rédemptrice », de ce retournement nécessaire qui ne doit pas être que sémantique ou théorique mais concret et pratique.

S’adapter à la société de consommation et à la « République républicaniste » (qui n’est pas exactement la Res Publica antique, ni la République gaullienne en tant que telle), c’est trop souvent s’abandonner à un certain confort pratique mais s’ôter les moyens de changer les choses en les pensant différemment. Quand j’inscris sur une affiche : « L’imagination au pouvoir », ce vieux slogan qui n’est pas exactement soixante-huitard dès que l’on y réfléchit bien, je rappelle par là qu’il s’agit d’imaginer autre chose que ce qui existe pour l’heure ou qui domine le moment historique contemporain, et qu’il est possible de fonder autrement la politique et les institutions, au-delà de la fatalité présente de ce qui est nommé, souvent mal et parfois hors de propos et de raison, « Démocratie » avec une majuscule mais sans recul..

lys racines dans actualités

Si l’on veut vraiment une démocratie active, appropriée aux enjeux contemporains et renouant avec la nécessaire subsidiarité, inséparable de la proximité, une démocratie d’exercice de ces multiples formes de « pays réel » trop souvent négligées ou marginalisées par la centralisation parisienne ou bruxelloise, c’est bien la Monarchie royale, sociale et fédérative, qu’il faut instaurer au faîte de l’État. Cette « imagination » n’est pas une utopie, mais, d’une certaine manière, un véritable « retour au réel », contre le « Semble-État » actuel, déjà dénoncé par Pierre Boutang dans les années 1970.

 

 

Voici du travail pour cette année, et pour les suivantes…

 

Pas de commentaires à “ Réfléchir, écrire, agir… pour le Roi ! ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|