( 21 juillet, 2017 )

Editorial du n° 336 de LA LORRAINE ROYALISTE

 

JUPITER ou LUCIFER ?

 

Comme s’était hélas prévisible, le Président Macron a eu la majorité avec son seul parti, sans même avoir besoin de l’appui du Modem qui fait néanmoins un bon « score ». Beaucoup de nouveaux députés, une grande partie d’entre eux étant des militants socialistes « reconvertis » ( ?). Depuis de nombreuses années, en fait depuis la présidence de Giscard, il existe un vieux rêve de réunir tous ceux qui ont un même but : la construction européenne au détriment de l’indépendance nationale avec le libéralisme économique total favorisant ainsi les multinationales et d’un autre côté – mais cela va ensemble – une libéralisation des mœurs visant à la destruction de la cellule familiale traditionnelle. Longtemps, cela a été deux « grands » partis officiellement opposés mais qui, en pratique, menaient la même politique (UMP/LR-PS) et Emmanuel Macron a réussi à les « fusionner » en un grand parti avec des « satellites » comme le « Modem » et les individus de « droite » ou de « gauche » qui voudraient bien goûter aussi des fastes du pouvoir…

Pour l’instant, le président fait illusion auprès de la population en promettant des jours meilleurs dans l’avenir sans précision. Ill promet vaguement des baisses d’impôts tout en augmentant les taxes comme la CSG ou celles sur l’environnement annoncées par Nicolas Hulot ! En fait, il poursuit la même politique que ces prédécesseurs !

En puis, il « fait le ménage » pour assurer sa domination : Il a fait en sorte que Beyroux – sans qui, sans doute, il n’aurait pas été présent au seconde tour des présidentielles – démissionne sur une simple accusation relayée par la presse. Il est grave qu’une simple accusation – et cela peut arriver à tout le monde, pas seulement les « politiques » – entraine l’élimination de personnes. Seule une condamnation devrait être prise en compte, même une « mise en examen »  - souvent suivie d’un non-lieu – ne suffit pas. Il est trop simple de se servir d’une accusation pour « éliminer » un concurrent ou un « ami » qui pourrait vous faire de l’ombre. Or, il semble bien que la victoire d’Emmanuel Macron soit essentiellement due à des « manœuvres » de ce genre. Cela n’est pas nouveau mais semble s’aggraver.

Emmanuel Macron a maintenant tous les pouvoirs et il compte bien les assumer. Nous pouvons voir que tous ceux qui s’opposent un peu à lui – même le chef d’Etat Major de l’armée – sont priés d’obéir au doigt et à l’œil. Il ne tolère pas quelques critiques que ce soit et il semble que des journalistes (Natacha Polony entre autres) en fassent les frais. Est-ce un ordre, une suggestion, du chef de l’Etat ou est-ce simplement ses amis propriétaires de médias veulent lui faire plaisir ? Nul de le sait mais les résultats sont là !

Il est bien sur trop tôt pour tirer un bilan des premières semaines de son pouvoir. Nous pouvons cependant en tirer quelques leçons. Tout d’abord, pour être objectif, remarquons qu’il semble mieux se débrouiller sur le plan international que ses prédécesseurs. Il est vrai que ce n’est pas difficile ! Il paraît aussi avoir une vue plus objective et prudente de la situation au proche et moyen orient ainsi que dans ses relations avec la Russie et l’Amérique mis à part quelques « coups de menton » assez mal venus, mais il faut espérer que ce n’est que pour « la galerie ». Enfin, si l’on en croit son ministre, sa politique de l’enseignement pourrait revenir sur certaines aberrations récentes.

Sur le plan européen, là comme ses prédécesseurs et peut-être en pire, il se couche devant Angela Merkel, la précédent même dans ses désirs d’immigration incontrôlée – allant jusqu’à se faire le porte parole de la chancelière du Reich pour condamner les pays d’Europe de l’Est qui refusent d’être envahis –, propose une intégration plus poussée de nos économies, etc.

Bien entendu, pour mieux s’intégrer à l’Europe, il est prêt à sacrifier notre armée – vers la construction d’une pseudo armée européenne – et les protections dont peuvent bénéficier nos travailleurs. Il faut sans doute améliorer notre droit du travail et surtout le simplifier mais pas laisser les salariés sans protection face surtout – mais pas seulement – aux multinationales.

Et puis, sur le plan de la vie en société, le pire arrive : il est sur le point de permettre la P.M.A. pour tous et la GPA suivra. La gestation pour autrui, ce nouveau trafic d’être humain, l’est déjà pour les enfants achetés à l’étranger ! Et ce ne sera pas la peine de manifester uniquement contre cela car c’est la suite du scandaleux mariage pour tous qu’il faudrait d’abord remettre en cause.

Un pays se détruit par sa base : la famille en premier car sans famille stable, pas de descendance, pas d’enracinement, pas de culture stable et vivante. C’est par elle que nous donnons la vie et le droit à la vie est le premier droit de l’homme, cette vie qui doit être protégée de la conception à la mort naturelle. C’est le premier devoir d’un Etat digne de ce nom, c’est ce qui fait sa légitimité. J’insiste, pour nous un Etat qui ne fait pas respecter ce droit n’est pas légitime même s’il est légal.

Or, dans notre monde que le président Macron personnifie jusqu’à la caricature, seule l’économie compte et le court terme. Or, les enfants coûtent chers comme les malades, ils se sont pas « rentables » pour les financiers internationaux, nos véritables dirigeants. D’où ces lois favorisant déjà l’avortement, puis le mariage pour tous, l’euthanasie qui arrive petit à petit… Et puis, pour tous ceux qui veulent encore un enfant, il y aura la PMA ou la GPA ! C’est vrai que cela peut, à court terme, améliorer notre économie mais sans avenir, un peu comme l’Allemagne, pays en voie de disparition si elle continue sur la même voie. Et, comme il manque des bras, on fait venir des immigrés dans l’idée de les faire travailler à notre service. Cependant cette vague d’immigrés détruira à terme notre culture, nos styles de vie, nos enracinement, ce qui ne sera que bon pour l’économie internationale qui ne veut que des « consommateurs » et des « producteurs » mais pas des hommes libres.

Les Français commencent à ce rendre compte de ce phénomène mais pas encore assez !

Notre Président, pour l’instant, a encore l’appui d’une grande partie bien que minoritaire de la population. Il sait, reconnaissons le, lui parler, il est un bon acteur. On le surnomme, Jupiter mais ne serait-ce pas plutôt « Lucifer », ce diable qui sait séduire pour conduire une personne, un pays à sa perte.

Car, s’il poursuit sa politique comme il a commencé, c’est bien à la perte de notre pays qu’il nous conduit en accélérant la politique de ses prédécesseurs : disparition du pays dans un conglomérat mondialiste et des Français par acculturation et immigration massive.

Nous devons le dire aux Français en leur montrant qu’une autre solution existe que ce régime républicain qui nous mène à la ruine car c’est le régime qui est responsable. Après tout, Emmanuel Macron pourrait peut-être être un bon ministre d’un Roi. Le problème est qu’il manque le Roi. Travaillons à le faire revenir.

Philippe SCHNEIDER

Pas de commentaires à “ Editorial du n° 336 de LA LORRAINE ROYALISTE ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|