• Accueil
  • > actualités
  • > La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce.
( 14 avril, 2017 )

La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce.

 

Lu sur le blog de « Jean-Philippe CHAUVIN » cette analyse très juste. La France, avec l’Union Européenne, va-t-elle être bientôt au niveau de la Grèce ?

 

Dans cette campagne présidentielle, il est beaucoup question d’Europe et de sa forme politique actuelle baptisée Union européenne : certains la dénoncent, d’autres, au contraire, l’annoncent comme la nouvelle Terre promise et veulent en renforcer les grands aspects, principalement dans le sens des signataires du Traité de Rome de 1957, c’est-à-dire dans le cadre d’une idéologie libre-échangiste et supranationale que dénonçait dès 1957 Pierre Mendès-France. Autant dire que les points de vue des candidats qui s’affrontent apparaissent, au final, très variés et, souvent même, antagonistes.

Mais, s’il est souvent question d’Europe, ne serait-il pas utile d’évoquer, au-delà du Brexit qui agite beaucoup les salles de rédaction et les états-majors des candidats, le cas de la Grèce et du traitement qui lui est actuellement infligé, dans une indifférence quasi-générale en Europe et parmi les opinions publiques d’un ensemble « Union européenne » qui se veut « cohérent » et, surtout sous la plume des éditorialistes europhiles, « solidaire » ?

Cela fait désormais plus de sept ans que la Grèce s’enfonce chaque jour un peu plus dans le marasme et la misère sociale, depuis qu’il a été démontré que ce pays avait, avec le soutien de la banque états-unienne Goldman Sachs, triché sur ses comptes pour intégrer la zone euro qui devait lui garantir, si l’on en croit les promesses faites depuis le traité de Maëstricht, sécurité financière et prospérité. Il suffit de relire les articles et les livres écrits à la veille de la décennie 2000 pour constater, au regard des réalités de 2017, que l’euro n’a évidemment pas tenu ses promesses, à part celle de pouvoir circuler avec la même monnaie dans près d’une vingtaine de pays de l’Union : maigre consolation pour les Hellènes que de voir la chouette d’Athéna sonner sur les comptoirs parisiens ou berlinois…

La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce. dans actualités crisegrecque

Vendredi dernier, le gouvernement de M. Tsipras, issu d’une Gauche qui a renoncé à sa radicalité présumée pour passer sous les fourches caudines des institutions financières et politiques de l’Union européenne et du FMI, a accepté une dixième ou douzième fois de rogner encore sur les retraites des vieux Grecs et de resserrer encore le licol fiscal sur des populations déjà largement désargentées : cela n’a pas fait les gros titres de la presse française. Qui, d’ailleurs, se préoccupe encore de Grecs dont le président de l’Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem déclarait il y a près d’un mois, avec cette morgue propre aux riches féodaux, qu’ils ne peuvent réclamer quelque solidarité que ce soit de l’Union quand ces Méditerranéens, forcément paresseux à le lire, ne pensent qu’aux femmes et à l’alcool ?

Qu’en pensent les quelques européistes qui manifestent aujourd’hui en France ou ailleurs pour dénoncer les atteintes à « leur » Europe ? Je me souviens d’avoir discuté à Saint-Germain-en-Laye et à Rennes avec quelques uns d’entre eux et d’avoir été gêné par leur totale méconnaissance de la situation grecque ou, dans d’autres cas, par leur argumentation et leur virulence contre des Grecs forcément coupables de l’endettement de leur pays : cet ensemble de postures m’a confirmé dans mon dégoût de cette « Europe légale » qui oublie ou méprise « l’Europe réelle » et les plus faibles de celle-ci.

Or, de nombreux électeurs ont peur d’un changement de l’orientation idéologique européenne, en particulier les plus « mondialisés » pour qui, déjà, l’Europe est trop petite et qui ne pensent plus qu’en termes de rendements et de profitabilité et non en termes d’histoire, de civilisation ou de justice sociale : comme si le monde n’était destiné à n’être plus qu’un vaste supermarché ouvert à tous les vents et dominé par les seuls critères économiques ! Cette conception étroite du monde comme de l’Europe n’est pas la mienne, loin de là.

Il me semble que le monde et l’Europe en particulier, puisque c’est d’elle dont il est question ici, ne peuvent se définir comme des ensembles économiques homogènes qui seraient obligatoirement ordonnés autour des idées de libre-échange et de libre-circulation « sans frontières ni classes », dans une logique où les lieux et les appartenances culturelles, historiques et sociales, laisseraient la place à un monde unique de consommateurs seulement différenciés par leur capacité financière de consommation. Bien au contraire, le monde et l’Europe sont des mosaïques composées de nations, de provinces, de communes, de métiers, de religions, de cultures, de paysages… qui ont trouvé (ou cherchent encore) leur équilibre et jouent, plus ou moins bien, une harmonie qu’il est parfois dangereux de vouloir remettre en cause pour des « principes » ou des utopies qui oublient la nécessaire humilité devant le réel, y compris pour le changer. Si l’imagination est un moteur de l’histoire qu’il ne faut surtout pas négliger, l’erreur consiste parfois à en oublier les limites et à vouloir imposer les rêves de certains sans considérer qu’ils peuvent devenir des cauchemars pour les autres… L’histoire est fort cruelle à cet égard.

 

achille-patrocle-fuseli dans actualités

Pour en revenir à l’Union européenne et à la Grèce, il est tout de même saisissant de constater que rien ne semble devoir émouvoir les Allemands et les Néerlandais (du moins leurs gouvernants), et que, sous la férule de ces europhiles revendiqués, un peuple entier paye les inconséquences de dirigeants grecs qui, eux, ont fait de l’Union européenne leur fond de commerce et leur alibi pour imposer à leurs concitoyens un traitement qui ignore même les besoins des malades et des plus pauvres, désormais seulement aidés par quelques associations et la puissante Église orthodoxe, « derniers recours » d’une population exsangue…

Où est donc la solidarité européenne que nous vantent à longueur de colonnes les europhiles urbains ? S’il y a un risque de conflit et de tensions au sein de l’Union européenne, il n’est pas d’abord, ni seulement, le fruit des poussées identitaires, aussi dangereuses puissent-elles être, mais bien plutôt de l’écrasement économique et social des peuples, et de leurs réactions, non de peur, mais de désespoir et de colère.

« Le pas des mendiants fera trembler le monde », disait Bernanos : aujourd’hui, c’est l’Union européenne qui engendre ces miséreux qui pourraient bien, un jour ou l’autre, risquer de renverser la table de la « mondialisation heureuse » et du « banquet des satisfaits »… Et ce sont les bulletins de vote qui, désormais, se transforment en pavés !

Jean-Philippe CHAUVIN

Pas de commentaires à “ La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce. ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|