( 14 avril, 2017 )

Editorial du numéro 334 de LA LORRAINE ROYALISTE

 

 

Débats et discours, commentaires de politiciens ou de journalistes, la campagne électorale se poursuit. Nous nous apercevons que peu de candidats présentent de projets sérieux. Ils font plus de la communication que de la politique. A la suite des débats, nous pouvons peut-être apercevoir un projet un peu structuré, global, chez trois candidats : Jean-Luc Mélanchon, Marine Le Pen et Nicolas Dupont Aignan. D’autres présentent des techniques pour résoudre de leur point de vue quelques problèmes, c’est en particulier le cas de Benoît Hamon ou de François Fillon. Enfin, il y en a un qui parle pour faire plaisir à tout le monde, discours vides mais plaisant à écouter bien que souvent en mauvais français mais qui ne présente rien, c’est Emmanuel Macron. La seule chose que nous retenons de lui au détour de discours, d’expressions, c’est qu’il ignore complètement l’histoire, la géographie, la culture française et qu’il hait tout ce qui est français et ceux qui voudraient défendre le pays. Plus encore que ces impressions, il y a les personnages « nauséeux » – comme l’on dit souvent « à gauche » – qui l’entourent…

Il est certainement le candidat le plus dangereux pour l’avenir de la France et des Français, il se pourrait même que nous regrettions son maître, François Hollande, si par malheur il était élu président. Cet ignorant mais très sur de lui est capable de nous enlever encore plus de libertés, d’augmenter la « dictature » de la pensée unique, du « politiquement correct » dans la ligne de la scandaleuse loi sur le délit d’entraves à l’IVG avec l’appui de ses commanditaires banquiers, financiers, hommes d’affaires et tous ces partisans de la pseudo libéralisation des mœurs. Ils sont d’ailleurs souvent les deux à la fois.  Macron est un « libéral-libertaire » caricatural. Et puis, n’oublions pas son action comme ministre : Alstom démantelé, Areva, l’affaire SFR, mise en difficultés d’entreprises françaises…  C’est pour cela qu’il faut tout faire pour qu’il n’accède pas à la magistrature suprême. D’autant plus qu’il va dans le sens des « profiteurs » de la mondialisation avec l’appui de la direction de l’Union Européenne. Personne ne pourrait l’arrêter !

Ceci dit, lorsque nous examinons les autres candidats, ce n’est guère mieux : François Fillon semble plus « présentable », moins « décadent » mais il fait une place beaucoup trop importante à l’UDI souvent au détriment de catholiques et il laisse entendre qu’il nommerait François Baroin comme premier ministre. Ce personnage pourrait tout autant l’être d’Emmanuel Macron tant ils sont proches ! Et puis, il veut rester dans le cadre des traités de l’Union Européenne, ce qui condamne d’office toute sa volonté – s’il en a une – de restauration du pays. Il y a Marine Le Pen, affreusement laïciste – comme les autres -et jacobine mais qui, au moins, remet en cause le carcan européen, comme Nicolas Dupont Aignan ou François Asselineau. Ce dernier est sans doute la révélation du débat du 4 avril par sa connaissance des mauvais traités européens. Il a parfaitement démontré qu’un retrait ne serait pas préjudiciable à la France, au contraire. Macron et Fillon ont beau dire que cela serait une « catastrophe », cela ne fait pas sérieux. D’ailleurs, très nettement – en particulier Fillon – ils n’y croyaient pas. Ils disaient cela « pour le principe » et parce qu’ils ne veulent pas d’une indépendance nationale.

Pourtant, tous – ou presque – ces hommes politiques ne sont pas des « idiots », ils sont capables de faire quelque chose pour le pays. C’est le régime qui les pousse à n’être que des « compétiteurs », prêts à tout pour arriver, quitte à se mettre au service de puissances économiques et financières qui les aideront à atteindre leur but. Et c’est là que nous nous mettons à rêver à l’existence d’un arbitre qui serait au-dessus d’eux, indépendant donc non élu dont l’intérêt serait de garantir à court, moyen et long terme les intérêts de la France et des Français. Cet arbitre pourrait très bien utiliser tous ces hommes au service du pays et bien d’autres qui ont des capacités à servir. Servir, un mot qui n’est plus d’actualité aujourd’hui, ils pensent tous surtout à « se servir » !

Le régime qui permettait l’existence de cet arbitre, l’histoire nous le montre, a existé en France. Les politiciens veulent nous le cacher, raison sans doute pour laquelle ils ne veulent plus que l’histoire de France soit enseignée !  Ce régime, c’est la monarchie royale qui a fait la France, sut la moderniser, la faire progresser jusqu’à devenir un des pays les plus puissants du monde. Raison pour laquelle il faut nous mobiliser avant tout pour « royaliser » le pays. C’est ce que nous vous proposons. Nous vous attendons…

En attendant, il faudra sans doute voter. Au premier comme au second tour, soutenons des candidats qui prônent l’indépendance nationale et qui peuvent battre Macron, donc le retrait de l’Euro, de l’Union Européenne ou au moins la renégociation complète des traités pour permettre un retour à la souveraineté des pays européens tout en poursuivant des coopérations.

Philippe SCHNEIDER

Pas de commentaires à “ Editorial du numéro 334 de LA LORRAINE ROYALISTE ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|