( 26 septembre, 2015 )

Islam en Russie, la politique souveraine de Poutine

Tribune de notre ami Olivier Perceval dans « boulevard Voltaire » à lire et diffuser.
Au risque de laisser se dresser presque une moitié du peuple contre l’autre, la Russie ne peut qu’envisager la cohabitation de l’orthodoxie avec l’islam.
Islam en Russie, la politique souveraine de Poutine dans Tribunes
Membre du comité directeur de l’Action Française

J’ai pu lire, sur Boulevard Voltaire, une contribution s’en prenant avec une rare acrimonie au président Poutine, au prétexte qu’il a permis la construction de la plus grande mosquée d’Europe à Moscou.

Ce texte montre, à l’évidence, que l’auteur de l’article ignore l’histoire de la Russie et le principe de réalité en matière de stratégie de gouvernement, tel qu’ont pu le pratiquer les Capétiens en France et les tsars en Russie.

Au risque de laisser se dresser presque une moitié du peuple contre l’autre, la Russie ne peut qu’envisager la cohabitation de l’orthodoxie avec l’islam. Car à la différence de la France qui est envahie par des Nord-Africains et des Subsahariens, c’est-à-dire des étrangers, les musulmans sont en Russie chez eux, et depuis très longtemps, dans une grande partie du pays. Ce ne sont pas des immigrés mais des Russes.

Cela implique que, très habilement, le président Poutine se fasse non seulement le leader de la chrétienté, mais aussi le chef des musulmans qui respectent la force. Ainsi a-t-il soumis la Tchétchénie en envoyant 80.000 hommes régler le problème à la « cosaque ». Il a ensuite, après le nettoyage, permis qu’un musulman fidèle et loyal envers lui prenne la tête de ce pays rattaché à la Fédération de Russie.

Ainsi, la mosquée au cœur de Moscou vient-elle sceller que l’islam a toute sa place dans la Fédération de Russie, pourvu qu’il reste fidèle à la patrie. Il me semble que, pour l’instant, ça marche plutôt bien.

Ramzan Kadyrov, l’actuel président de Tchétchénie, qui tient sans trembler, dans une main de fer, son pays (c’est le prix de la paix), a, du reste, répondu sans ambiguïté aux menaces de l’État islamique : « Je déclare en toute responsabilité que celui auquel est passé par la tête d’exprimer une menace contre la Russie et de prononcer le nom du président de notre pays, Vladimir Poutine, sera détruit là où il l’a fait. Nous n’allons pas attendre qu’il aille au-delà de la roue de l’avion. Il ira là où pourrissent ses frères, les terroristes Khattab, Abou Walid et d’autres messagers de l’Occident. »

Déterminé à se débarrasser de la menace du terrorisme et du wahhabisme, il ajoute : « C’est nous qui sommes sur le chemin d’Allah et de Son Prophète (la paix soit sur lui), c’est le chemin gazwa au nom d’Allah, le chemin de la destruction de ceux que le Messager (paix soit sur lui) a maudits. Nous les avons entièrement détruits en Tchétchénie, où leurs forces se comptaient en dizaines de milliers de personnes, et maintenant nous allons détruire ceux à qui viendra dans la tête de seulement loucher sur la Tchétchénie, qui est en Russie. »

En outre, le joueur d’échec Vladimir Poutine tire de cette position une légitimité plus grande pour intervenir en Méditerranée. Cela s’appelle faire de la politique et sortir du comportement épidermique et écervelé qui mène un certain nombre de nos compatriotes, dont le désir louable est certainement de bien faire.

Pas de commentaires à “ Islam en Russie, la politique souveraine de Poutine ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|