( 16 novembre, 2013 )

Quand Minute fait de « l’humour »

Vous trouverez ci-dessous un article d’Olivier Perceval paru sur le site de l’Action française que nous approuvons entièrement :

On a connu cet hebdo plus inspiré en d’autres temps. Il n’est pas question pour nous de nous joindre au cortège des pleureuses appointées et des ligues de vertu qui demandent le lynchage séance tenante des coupables. Mais il n’était pas besoin d’être devin pour prophétiser ce qui allait arriver.

D’abord, je pense (et j’espère) que la rédaction de Minute partage le point de vue selon lequel les débordements racistes les plus primaires autour de la personne du garde des sceaux ne peuvent ni moralement, ni politiquement être justifiables ni être acceptés par aucun Français sain de corps et d’esprit.

Si en effet on souhaite combattre un personnage politique, pourquoi faire porter le poids de ses péchés à toute une communauté qui n’en peut mais, et dont une grande partie partage nos valeurs les plus profondes ?

Je crois, en revanche, que la rédaction de Minute, comme beaucoup de Français a été à juste titre agacée par une histoire montée en épingle d’une gamine mal élevée disant des insanités devant des adultes passifs et une caméra. Cela a permis de tenter un détournement de l’attention de nos compatriotes en grogne contre le gouvernement, et les media serviles s’en sont donné à cœur joie en montrant leur savoir faire dans ce domaine.

L’hebdo controversé aurait voulu rebondir par un trait d’humour « au deuxième degré » sur cette absurdité, car effectivement le ministre a bien profité de cette victimisation, s’attirant la sympathie de presque toutes les tendances représentées à l’Assemblée Nationale. Tel est le mode de communication du gouvernement et de ses satellites, la seule chose qui leur réussisse encore…

En commettant cette Une, la rédaction de Minute n’a fait qu’amplifier un phénomène de compassion, braises sur lesquelles les apparatchiks soufflaient péniblement et qui ont soudain été rallumées par un grand vent venu du large : notre garde des sceaux exécré s’en est bien entendu trouvé magnifiquement grandi.

Cela étant, du point de vue commercial, la pub générée par ce scandale de basse cours a dû être profitable au périodique. Etait-ce le but recherché ?

Olivier Perceval

Pas de commentaires à “ Quand Minute fait de « l’humour » ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|