( 22 octobre, 2012 )

OYE, OYE, bonnes gens!

Voilà bien longtemps que je n’ai point exprimé ma colère en ces colonnes.

Et de vociférer à l’encontre de ces « géotrupes » qui vivent dans la bouse et s’en nourrissent ; de ces « guignols » à la solde du « grafron » européen ;

Ils me les brisent, sérieusement, menues.

Un vrai con ne doute de rien et ose tout ; Michel AUDIARD, qui en connaissait un rayon sur le sujet, ne me contredirait pas. Il cultive son ignorance en oubliant le passé.

Dans « tournez manège », beaucoup de politiques politiciens décrocheraient le pompon formaté en bonnet d’âne. Ils devraient être punis en les éparpillant aux quatre coins de la classe, façon « pussle » (n’était-ce pas un certain Jules, de la troisième répugnante, qui avait institué le port du bonnet pour les cancres, et leur mise au coin ?)

Qu’ils arrêtent de fumer la moquette, qu’ils sortent leur poubelle, le soir au clair de lune, ils verraient du monde.

Et d’en venir à la phobie, concernant le tabac, délirante, comme toujours, d’une minorité. La sempiternelle augmentation des prix de l’herbe à fumer renflouera une partie du déficit – de même pour les carburants, la CSG et sûrement la TVA.

Ces « illuminés » (n’ont pas tous les étages allumés) se réfèrent à la réglementation de certains pays en affirmant que cela fonctionne (c’est à constater !). Donc, les emballages seront neutres, couleur blanche  pas tant que cela puisque apparaîtront d’horribles images (c’est déjà le cas), des mises en garde (idem) et un tout petit logo de la marque.

Le plus absurde : la suppression du linéaire de présentation des produits. Comment un buraliste va-t-il s’organiser ?

L’avenir est proche où il sera interdit de fumer dans la rue, voire, peut-être, chez soi. Un de ceux-là serait capable de légiférer pour imposer la pose de détecteurs de fumée, reliés à un central qui verbaliserait.

Alors, « voyons… voir » ; il y aurait 18 millions de fumeur de « nicot », environ ! Sans oublier le manque à gagner, des 200 décès journalier. Les calculs seraient ardus, et puis… ce ne sont que des chiffres ! Bah ! s’il se plante, il ira au coin avec le beau bonnet, où, peut-être éparpillé.

Tout de même ! c’est sans compter sur la « RALERIE » récurrente des Français et le « système D », nous avons une réputation à défendre, morbleu !

Ces fêlés de la calebasse useraient mieux leur énergie en se battant contre le fléau qu’est la drogue. A ce propos, je cite : « la drogue est en train d’envahir le continent, de briser notre économie, de casser le pacte républicain, de tuer une partie de notre jeunesse. »

Les dires d’une personne qui « s’attaque » au problème, diffusé par les médias

Ho, l’ Manu ! t’es vraiment mal rencardé, l’ bouffon ! Il ne connaît pas les « années folles ». Après la grande boucherie de 14-18, la classe dorée, en manque de sensation et par désoeuvrement consommait à tire larigot lors de leur « teuf » d’enfer.

Suite à la seconde, l’addiction se démocratise, pour atteindre le « Nirvana » dans les années 60 (les soixante huitards attardés peuvent le confirmer, mais ce ne serait pas politiquement correct).

Actuellement, le monstre tentaculaire est redoutable, voire pire.

Ho, l’ Manu !

Les « fourmis » consomment, regarde donc, comme ils se sapent au volant de leurs grosses cylindrées. Quant aux grandes pointures, c’est le blanchissement et l’investissement.

Qu’est-ce c’est que çà ! le pacte républicain par rapport à ce monumental défi ?

Quand même, un fait incontournable : la jeunesse – pas seulement – paie un lourd tribut.

Ho, l’ Manu !

Les « aficionados » qui veulent légiférer à l’exemple des Néerlandais : pour ou contre ? (ces derniers n’ont en rien réglés le problème, au contraire !)

De récentes études démontrent que les drogues « douces » sont perverses, la déchéance du cerveau est plus longue.

Les « dures », c’est plus court ; plus encore avec les « nouveautés » de ces dernières années (crack, extasy, et. purement synthétique). Un anesthésiant pour cheval est aussi à la mode. Certains accros s’injectent des produits de substitution, pris en charge par la « sécu », pas mal, non ?

Et  j’en passe, j’en passe.

Chers Amis, ne voyez en rien une apologie du nicot, avec tout le respect pour les autres, je fume du bon tabac qui est dans ma tabatière.

Rester un HOMME LIBRE est un combat qui en vaut la peine.

 

VIVE LE ROI !

DOM

Pas de commentaires à “ OYE, OYE, bonnes gens! ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|