• Accueil
  • > Non classé
  • > La repentance, ou la caractéristique constante de l’anti-France
( 19 octobre, 2012 )

La repentance, ou la caractéristique constante de l’anti-France

François Hollande vient de reconnaître la répression « sanglante » du 17 octobre 1961 en Algérie, faisant acte de repentance, et souhaitant s’excuser pour l’histoire de France, qui décidemment n’en finit pas de déranger ces mondialistes. Il n’est pas de bon ton de dire, que cela se justifie quelque peu, au vu de ce qui se faisait dans le camp du FLN, et que en temps de guerre civile, l’autorité a des droits qu’elle n’a pas en temps normal : l’ordre public le justifie. Quant à la véracité historique de ces « faits », on se reportera volontiers aux récents articles de Bernard Lugan(1).

Aussitôt les chantres de l’Anti-France se sont réjouis.  L’association semi-étrangère étudiante qu’est l’UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) a ainsi publié un communiqué qui salue « la reconnaissance officielle des crimes du 17 octobre 1961 par l’Elysée », « un drame » qui « entache aujourd’hui la mémoire individuelle et collective française ». L’UEJF qui soutient ouvertement toute la politique d’Israël et y organise chaque année des camps d’été ferait mieux de condamner ce qui passe aujourd’hui dans ce pays qu’ils semblent plus aimer que la France, plutôt que de cracher sur l’histoire de France. Ils n’ont pas de leçon à donner.

Alors que la gauche se plaisait à dire que Nicolas Sarkozy mettait en lumière des boucs-émissaires (les roms, les étrangers) et posait les fausses questions (identité nationale)- cela est discutable sur la forme ; sur le fond, les résultats de l’ancien président n’indiquent aucunement une résolution de ces questions- le président Hollande ne fait guère mieux. Il préfère en effet parler d’euthanasie, de mariage « pour tous » (beau néologisme largement repris par les médias soumis) et maintenant de repentance. Toujours cette lutte contre l’ordre traditionnel et contre notre pays.

Cette repentance s’applique toujours aux mêmes : aux autres. Ce qu’il faut retenir : la France est un pays mauvais, qui dans l’histoire a fait beaucoup de mal. Conclusion : surtout plus jamais la France, et gare au nationalisme.

La repentance n’est pas, comme le prétendent ses défenseurs, une meilleure vision de l’histoire, plus objective, mais bien l’inverse. En se repentant, l’on s’interdit de regarder l’histoire objectivement, en y apportant un sentimentalisme dépressif, révélateur d’un gouvernement et d’un régime qui se sentent mal dans « leur » pays. En insultant la France, l’objectif implicite est simple : nous amener avec eux dans la haine de la France.

Cette repentance est la partie visible de l’instrumentalisation de l’histoire qui vire au bourrage de crâne plus ou moins conscient. Ce détournement de l’histoire a des conséquences dramatiques pour l’avenir : en effet, comme le dit la célèbre formule, c’est en sachant d’où l’on vient, que l’on sait où l’on va. Et cela correspond magnifiquement à l’empirisme organisateur maurrassien, qui s’inspire de l’expérience historique pour construire l’avenir.

En détruisant l’histoire, on tue l’avenir de la France. Comment faire aimer notre pays aux jeunes générations, et plus encore aux populations immigrées, si le Chef de l’Etat s’excuse de son Histoire.

Il est grand temps que la France relève la tête. L’histoire de France n’est jamais honteuse, l’histoire ne peut être honteuse. L’histoire est histoire, elle est neutre, fruit de l’action des hommes. Il ne s’agit pas de juger l’histoire, cela ne sert à rien. Il faut objectivement analyser ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. Or  mettre en jeu les sentiments avec la repentance, ou pire interdire de regarder certains pans de l’histoire avec des lois mémorielles empêche ce travail salutaire.

Le régime actuel toujours plus anti-français s’annonce d’autant plus antinational avec cette instrumentalisation mesquine de l’histoire. Cela n’empêchera jamais ceux qui ont des yeux de s’en servir et de voir, que ce qui a fait la France, c’est la Monarchie capétienne durant huit siècles, et que ce qui l’a détruit c’est cette République qui est honteuse de notre pays. Tous ceux qui ne supportent plus cette haine de notre Histoire savent désormais vers où regarder.

 

VR


(1) http://bernardlugan.blogspot.fr/2012/10/apres-lesclavage-le-17-octobre-1961-la.html

Pas de commentaires à “ La repentance, ou la caractéristique constante de l’anti-France ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|