( 22 août, 2016 )

FETE DE LA SAINT LOUIS A METZ

On nous communique cette invitation que nous relayons volontiers

 
Chers amis,

nous sommes heureux de vous inviter à fêter la Saint Louis, avec la paroisse tridentine de Metz, jeudi 25 août 2016, à Novéant-sur-Moselle.

18h30 : messe dans la forme extraordinaire à l’église Saint Genest.

20h : repas et chants (il s’agit d’un barbecue ouvert à tous, chaque participant amène simplement deux saucisses ou une salade ou une bouteille ou un dessert – merci de confirmer votre présence par un courriel :  franceroyalelorraine@gmail.com

( 22 août, 2016 )

La Préfecture de police sème-t-elle le chaos à Sainte Rita ?

Lu sur le « salon beige ». Il ne serait effectivement pas étonnant que ces « provocateurs » soient manipulés par la Préfecture de Police !

 

Vendredi, l’abbé de Tanoüarn a réagi à une courte vidéo montrant quelques personnes disant le chapelet à genoux, devant l’église Sainte-Rita. Tout à coup, un coup de poing part sur un homme de couleur, qui passe derrière eux.

« A part l’un d’entre eux, avec qui j’ai déjà eu fort à faire, je ne reconnais aucun des jeunes avec lesquels nous avons défendu Sainte-Rita par la non-violence. Ils font apparemment partie d’un groupe qui est étranger à Sainte-Rita mais profite de l’intervention scandaleuse des forces de l’ordre cet été, pour donner le spectacle de « catholiques radicalisés », comme l’indique leur propre vidéo. »

Aujourd’hui, une nouvelle provocation met la puce à l’oreille de l’abbé :

« Ce sont toujours les mêmes éléments de quelques groupuscules bien connus des forces de police qui, aujourd’hui posent en « défenseurs de Sainte Rita » devant un bidon de zyklon B et font circuler leur photo sur twitter. Il n’ont évidemment rien à voir avec la communauté de Sainte Rita mais comme je l’écrivais dans ma communication précédente, ce sont des « catholiques » radicalisés. Celui qui a frappé pendant la prière sort de prison. On voit bien d’ailleurs qu’il n’en est pas à son coup d’essai. Ces gens ne sont catholiques que de nom. Il faut qu’ils se convertissent. [...]

Ce qui est troublant c’est l’impunité dont ils jouissent, ils ne se cachent pas, ils ne cachent pas leur apologie du zyklon B et donc de l’antisémitisme le plus rabique. C’est étrange. Il y a des lois en France qui interdisent ce genre de gesticulation. Mais eux font cela sans se cacher, sans un masque ou une écharpe. Comme si ces provocateurs servaient à quelque chose. Comme si on leur donnait carte blanche. A quoi servent de telles photos associées à Sainte-Rita ? Elles servent le promoteur et son dessein de destruction bien sûr. Pourquoi circulent-elles librement ? Parce que la provocation qu’elles représentent permet d’en finir définitivement avec les défenseurs de Sainte-Rita. »

Par conséquent, l’abbé annonce que, malgré les deux cérémonies en plein air qui se sont parfaitement bien passées, devant 300 puis 500 personnes en plein mois d’août, la messe annoncée le 4 septembre ne pourra avoir lieu que si la Préfecture de police ramène le calme et empêche ces éléments étrangers à lacommunauté de créer le scandale.

« J’attends donc de pouvoir vous donner toutes les garanties nécessaires quant au bon ordre de manifestations ultérieures, qui devront être protégées par l’état de droit et non à la merci d’agitateurs, utilisés contre nous.« 

Pour le moment, les élus du quartier soutiennent l’action de l’abbé de Tanoüarn. Mais jusqu’à quand ? Les manipulations policières ont pour objectif de déconsidérer les militants d’une juste cause et et de les isoler et obligeant les soutiens à se désolidariser.

( 22 août, 2016 )

L’immigration en Europe est organisée par les États-Unis

Lu sur « Boulevard Voltaire » cet article qui éclaire le jeu des USA contre nous et la complicité du gouvernement dit Français

 

L’oligarchie américaine ne verrait pas d’un mauvais œil l’islamisation de l’Europe, qui permettrait d’en finir avec le catholicisme.

 

Au début du mois d’août, en catimini, une circulaire des ministères français de l’Intérieur et du Logement a pratiquement aboli la distinction entre immigration régulière et immigration illégale, permettant ainsi la régularisation massive des immigrés en situation irrégulière et facilitant, du même coup, l’arrivée torrentielle de nouveaux « migrants », auxquels on ne pourra désormais plus opposer le moindre obstacle administratif ou juridique.

Pourtant, de moins en moins de gens ignorent que l’invasion que nous subissons actuellement dans toute l’Europe est largement organisée par les USA, qui y voient un moyen « providentiel » de submerger le Vieux Continent, d’achever de dissoudre l’identité des nations qui le composent et de rendre celles-ci impuissantes à jamais en tant qu’États. Autant de gagné pour l’Empire !

Sait-on qu’il existe, à Genève, une agence intergouvernementale, l’International Organization for Migration (IOM), en grande partie financée par les Américains, dont une des principales missions est, précisément, d’accélérer la migration des populations africaines en direction de l’Europe ?

Le directeur général de cette organisation s’appelle William Lacy Swing. Il a 82 ans, c’est un diplomate chevronné, qui connaît parfaitement l’Afrique, où il a exercé de multiples fonctions.

Officiellement, l’organisation qu’il dirige depuis 2008 a pour mission de veiller à ce que les millions de « migrants » qui envahissent l’Europe soient bien accueillis. Il dispose, pour cela, d’une armée de 8.000 fonctionnaires (excusez du peu !) qui organisent, contrôlent et facilitent sur place le travail des « exportateurs » et des « importateurs ».

W.L. Swing travaille tellement bien et ses patrons sont tellement contents de lui que, malgré son âge, il a été reconduit pour cinq ans, en 2013, à la tête de ladite IOM.

Le 7 janvier 2015, reprenant les termes d’une interview qu’il venait de donner à CNN, il déclarait sur Facebook : « Migration is inevitable, necessary and desirable, so let’s change the narrative. » Or, c’est notamment pour que cette migration « inévitable, nécessaire et désirable » s’accélère, aux frontières de l’Europe, au Proche-Orient et dans toute l’Afrique — et qu’avec elle s’accélère aussi le remplacement de nos populations — que les USA ont décidé, comme on sait, de détruire, avec leurs alliés de l’OTAN, cinq pays arabes dont les dirigeants ne leur étaient pas assez soumis : Irak, Égypte, Tunisie, Libye et Syrie.

La destruction de la Libye était particulièrement importante et urgente, ce pays constituant, de par sa proximité avec l’Italie, le lieu de passage obligé vers l’Europe des masses en provenance de l’Afrique subsaharienne.

Quand on sait, d’autre part, que l’oligarchie américaine ne verrait pas d’un mauvais œil l’islamisation de l’Europe (elle permettrait, notamment, d’en finir avec l’influence du catholicisme), on comprend l’intérêt que représente, pour elle, la décision des autorités françaises d’ouvrir tout grand les vannes à l’invasion.
En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/raouldegerrx/limmigration-en-europe-est-organisee-par-les-etats-unis,277770#oXiGGovoY79GAseh.99

( 21 août, 2016 )

Geste stupide, publicité stupide : Sainte-Rita outragée

Voici une mise au point utile

Une vidéo court sur les réseaux, envoyée par les héros de cette sinistre affaire. J’en prend connaissance à l’instant. Une bande d’excités, qui n’ont rien de catholique et qui se prennent pour des soldats du Christ selon l’intitulé de leur propre film, exaltent leur “haut-fait” : au milieu d’une dizaine de chapelet, un coup de poing part sur un homme de couleur, qui passe derrière eux. On me dit qu’il aurait dérangé la prière ? Cela n’apparaît pas sur la vidéo. Et de toute façon, quel sens cela a-t-il ? De quelle prière cela relève-t-il ?

A part l’un d’entre eux, avec qui j’ai déjà eu fort à faire, je ne reconnais aucun des jeunes avec lesquels nous avons défendu Sainte-Rita par la non-violence. Ils font apparemment partie d’un groupe qui est étranger à Sainte-Rita mais profite de l’intervention scandaleuse des forces de l’ordre cet été, pour donner le spectacle de “catholiques radicalisés”, comme l’indique leur propre vidéo. Une fois de plus la violence légale, ordonnée de façon intempérante, a engendré une violence illégitime et outrageante pour le combat de Sainte-Rita. J’en suis sincèrement désolé et je revois les images de l’abbé Billot traîné par terre en aube par les CRS…

Sainte-Rita est en train de devenir un symbole national et international de la primauté du spirituel. Mais ce soir Sainte-Rita est outragée par quelques marginaux qui s’intitulent ses défenseurs et qui sont ses fossoyeurs.

Abbé Guillaume de Tanoüarn

( 21 août, 2016 )

Livres & Humeur • « Lettre à mon président qu’a pas d’bol »

 lu sur « lafautearousseau »

 

François Hollande aurait confié dans Conversations privées avec le président n’ « avoir pas eu de bol sur le chômage ». Eloïse Lenesley a écrit une lettre [20.08] à son « président qu’a pas d’bol ».

 

Cher Président qu’a pas d’bol,

Tous les médias et les méchants de droite ne font rien qu’à se moquer de toi depuis deux jours, mais moi, je te soutiens. Pourtant, c’est pas faute de leur avoir expliqué que « le monde, il n’est pas gentil », que « c’est pas facile » d’être président de la République, même quand on se donne un mal fou pour être normal et qu’on a une belle boîte à outils nickel chrome pour faire redémarrer la croissance et inverser cette satanée courbe du chômage.

Déjà, à peine t’avait-on intronisé à l’Élysée que ton avion s’était mangé la foudre sur l’aile gauche quand tu t’étais rendu à Berlin pour recevoir les directives de madame Merkel. Si ça, c’est pas un signe ! Ensuite, la moindre de tes apparitions publiques déchaîna une pluie battante. Puis les sifflets des électeurs abattus. Puis les deux. Avoue que t’as un peu abusé : le mantra du « ça va mieux », c’était pas une bonne idée. Tu devais bien te douter que l’alignement des planètes – une sacrée aubaine, pour le coup – n’allait pas durer indéfiniment ni te rapporter bézef.

Faut les comprendre aussi, les sans-dents. Vivre avec moins de 1000 euros par mois, t’imagines ? Dix fois moins que ton coiffeur ! Et ils sont 15% comme ça. Alors forcément, ils s’impatientent. Comme les 6 millions de chômeurs que tu devais sortir de la panade. La moitié touche que dalle, l’autre perçoit 1100 euros bruts en moyenne. Quand tu penses qu’il y a maintenant 1,2 million de chômeurs de longue durée (enfin, si on s’en tient à ceux qui sont toujours inscrits) et qu’ils ont au mieux une chance sur trois de retrouver un job ! Et je te parle même pas des séniors. Ceux-là, dès 45 balais, ils sont bons à jeter. La gérontophobie fait rage. Sauf en politique : regarde Juppé, qui va peut-être bientôt te piquer ta place. Mais je me fais pas trop de souci pour toi ; avec ton esprit de synthèse et ton naturel blagueur, tu arriveras à te recaser facilement.

Ton copain Macron aux vains plans s’est un peu vautré avec sa loi « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques ». Déjà, l’intitulé est pompeux, mais passons. Son impact est évalué à 0,05% d’apport au PIB et, pour l’instant, les résultats se font attendre, sauf du côté des autocars, qui ont créé… 1500 emplois. Avec les socialistes, fallait pas s’attendre à du supersonique non plus. Cela dit, t’as vu, Macron prétend maintenant qu’il n’est pas socialiste. Quel scoop ! Ça te rappelle pas la bourde de Jospin quand il avait sorti : « Mon projet n’est pas socialiste » ? On peut pas dire que la formule lui ait refilé la baraka. Tu as vu le rapport du Sénat, qui révèle que le CICE a surtout permis de maintenir 125 000 postes et d’éviter des défaillances de PME-TPE ? Claquer 20 milliards d’euros par an pour ça, admets que c’est pas donné.

Du coup, je conçois qu’en désespoir de cause, tu aies grugé un chouia pour déjouer ta poisse. Malin comme tu es, tu t’es dit que t’allais faire passer les chômeurs de la catégorie A vers la catégorie D, celle regroupant les inscrits en formation ou en stage, qui sont ainsi zappés des statistiques. Du pur génie ! Le problème, c’est qu’à pôle Emploi, en plus d’être incompétents et de nous coûter les yeux de la tête, ils sont pas très discrets : ils ont laissé traîner des instructions confidentielles de leur direction exigeant qu’un million de chômeurs (500 000 de plus que d’habitude) soient catapultés en formation d’ici à la fin de l’année ! Tu penses que le Canard Enchaîné leur est tombé dessus et a cuisiné les conseillers dans la foulée : « L’an dernier, au bout de six mois, on disait non à presque tout le monde, il n’y avait plus un rond pour financer les formations qui coûtent souvent cher. Maintenant, c’est tapis rouge, on dit oui à tout et sans trop de précautions, la scrupuleuse procédure de validation des stages est abandonnée », nous murmure-t-on. Ça la fout mal. Montant de l’addition : un milliard d’euros. Mais l’inversion de courbe artificielle n’a pas de prix. Avec les radiations à la pelle pour des motifs bizarroïdes ou pour « défaut d’actualisation », et tes 500 000 contrats aidés estimés à deux milliards d’euros, le subterfuge devrait opérer.

Les attentats et les grèves à répétition, c’était pas de bol non plus : ces galères-là ont le don de te plomber illico une croissance. Dommage, juste au moment où nous avions failli être convaincus que la reprise était enfin de retour, avec + 0,7% au premier trimestre 2016 – même si, entre nous, on sait bien qu’elle est due à la consommation d’énergie des ménages durant l’hiver et aux achats de matériel électronique compatible avec le nouveau standard de diffusion TV. Et voilà que les islamo-terroristes, les Nuit Debout et les casseurs « en marge » des manifestations cégétistes nous font fuir à toutes jambes les badauds et les touristes. Caramba, encore raté ! Croissance nulle au deuxième trimestre. Pas étonnant que tu aies rechigné pendant un an à déclarer l’état d’urgence, c’est très mauvais pour le business.

Déjà que la France n’avait pas une super bonne image depuis ton arrivée, avec toutes ces guérillas urbaines de-ci, de-là : saccage du Trocadéro par des racailles, brasier insurrectionnel par les gens du voyage à Moirans, mutinerie au centre de détention à Aiton, règlements de comptes entre bandes rivales démolissant la gare de Montargis, nuisances apocalyptiques des migrants à Calais ou ailleurs… Ça n’arrête pas. Non seulement tu n’arrives pas à juguler l’insécurité galopante ni à faire enfermer les djihadistes fichés S qui pullulent dans les cités, mais quand tu décides de faire preuve de mansuétude en graciant partiellement une femme battue qui a tué son mari, la justice refuse sa libération conditionnelle. Dans le genre traqué par la scoumoune, tu te poses là.

C’est pour ça qu’il vaudrait mieux que tu ne te représentes pas en 2017. T’as pas de bol et, en prime, tu portes la guigne à la France. Cinq ans de malheur, c’est amplement suffisant, surtout pour les précaires. Et les classes populaires. Et les classes moyennes. Et les chefs d’entreprise. En fait, pour tout le monde. Sauf peut-être les communautaristes et les fonctionnaires. Si tu renonçais à rempiler, ça ne manquerait pas de panache ; tu aurais la classe. Pense au plaisir que tu ferais aux Français et à Manuel Valls. Finies, les cotes de popularité calamiteuses. Comme Chirac, tu redeviendrais une coqueluche hexagonale en un rien de temps après avoir été vilipendé tout au long de ton mandat. Tu pourrais passer des heures chez ton coiffeur à te faire une petite coupe. Au bol. 

Eloïse Lenesley     

Eloïse Lenesley est journaliste. Elle collabore notamment à Causeur

( 20 août, 2016 )

le 20 août 1944 : ultime message du Maréchal Pétain aux Français.

 

lu sur le « salon beige »

 

Le 20 aout 1944, le Maréchal Pétain quitte Vichy pour l’Allemagne, sous escorte allemande. Hitler le fait capturer par les SS et déporter à Sigmaringen pour lui extorquer une Commission gouvernementale française pour la défense des intérêts nationaux que présiderait de Brinon.

« Au moment où ce message vous parviendra, je ne serai plus libre. Dans cette extrémité où je suis réduit, je n’ai rien à vous révéler qui ne soit la confirmation de tout ce qui, jusqu’ici a dicté ma conduite. Pendant plus de quatre ans, décidé à rester au milieu de vous, j’ai chaque jour cherché ce qui était le plus propre à servir les intérêts permanents de la France, mais sans compromis.

Je n’ai eu qu’un seul but : vous protéger du pire.

Tout ce qui a été fait par moi, tout ce que j’ai accepté, consenti, subi, que ce fût de gré ou de force, ne l’a été que pour votre sauvegarde. Si je ne pouvais plus être votre épée, j’au voulu être votre bouclier. C’est moi seul que la France jugera. »

Et voici ce qu’écrit l’amiral Paul Auphan, dans son Histoire élémentaire de Vichy, pp.359-362,

«À Vichy et jusqu’à son arrestation par les Allemands en août 1944, le maréchal Pétain ne m’a jamais donné l’impression d’être amoindri intellectuellement.

À mon avis, c’est plus tard, sous le poids écrasant d’une déportation en Allemagne, d’un ignoble procès fleuve qui aurait assommé n’importe qui d’autre que lui et d’une incarcération en France conçue comme une longue torture que cet homme de quatre-vingt-dix ans, bâti comme un chêne, a fini par perdre peu à peu la mémoire et, à certains moments, la raison. Du moins d’après ce qu’on en a dit, car personnellement je ne peux porter de jugement que sur ce qu’il était à Vichy, où, je le répète, il m’a paru jouir d’un équilibre de santé physique et mentale que beaucoup de chefs d’État d’aujourd’hui ou d’hier pourraient ou auraient pu lui envier.

Pour avoir pendant les quatre ans de la Grande Guerre franchi tous les échelons du grade d’officier général et conduit l’armée française à la victoire, il fallait des qualités d’intelligence, de caractère et de cœur qui n’étaient certainement pas communes. À Vichy ces qualités ne s’étaient pas obscurcies, mais seulement assagies et comme sublimées jusqu’à leur extrême simplicité : un bon sens militaire de commandement plein de bienveillance, imprégné de la vertu de prudence et ne retenant des choses que l’essentiel, sous une apparence insensible au torrent des événements. De tempérament secret, il comprenait les situations, mais ne s’attardait pas à expliquer ses décisions.

Évidemment la créativité intellectuelle n’était plus la même qu’autrefois en ce sens qu’il aimait qu’on lui propose des textes sur lesquels il travaillerait ensuite à loisir plutôt que d’accomplir lui-même l’épuisant travail d’accouchement cérébral ; la manière dont il en tirait parti et leur donnait sa marque personnelle montrait un esprit toujours en possession de ses moyens.

Évidemment encore, au bout d’une heure ou une heure et demie d’attention portée à des sujets difficiles, il donnait des signes de fatigue et avait besoin de changer d’occupation pour se détendre un moment l’esprit. C’est normal à quatre-vingt-cinq ans. Il suffisait à son entourage d’en tenir compte. […]

[Le Maréchal] était soutenu intérieurement et comme porté sur des ailes par l’amour de la France et des Français et par le sentiment qu’il avait d’être seul en mesure de les sortir à moindre frais de la défaite de 1940.

Cette hantise était la clef de sa politique. Elle explique tout. Comme tous les anciens combattants de 14-18 – que dis-je ? bien mieux qu’eux après Verdun – il était resté frappé d’épouvante par les pertes françaises. […] Une seconde saignée analogue l’eût peut être éliminée comme grande puissance. […]

Qu’on lui impose X ou Y comme ministre ou chef de gouvernement, qu’on renvoie de vieux amis fidèles ou fasse aux Allemands des concessions qui ne valaient pas qu’on risque la vie d’un homme, il en souffrait, certes, au fond de lui-même, mais n’en faisait pas un absolu du moment que l’ennemi en était apaisé pour un temps et que l’armistice continuait, permettant à la masse des Français de cheminer, sans trop de pertes, vers le bout du tunnel.»

( 20 août, 2016 )

La désinformation sur les conséquences du Brexit , ça suffit !

 

Lu sur « Boulevard Voltaire » cette analyse très juste sur la désinformation au sujet de l’économie du Royaume Uni

L’indice des ventes au détail de juillet en dit long : + 1.4% contre + 0.2% attendus.

Challenges est le nom d’un magazine économique – tendance libérale – qui se veut sérieux. Ces jours-ci, sur son site éponyme, on peut trouver un billet intitulé : « Brexit : les Britanniques commencent à payer la facture. »

Ah bon ? Et comment cela se fait-il, puisque l’article 50 du traité de Lisbonne n’a pas encore été activé ? Que nous dit ce billet ? La livre sterling baisse et les importations coûtent plus cher, et puis c’est tout. Voyons ce qu’il en est.

Premièrement, le Brexit, comme je viens de le suggérer, n’a pas encore eu lieu, donc dire que les Britanniques payent la facture du Brexit est faux. Ce qu’il y a, c’est une spéculation à la baisse de la livre. Or, d’un point de vue strictement économique, il n’y a aucune raison pour que la livre baisse ; au contraire, même, puisque le Royaume-Uni est le deuxième plus gros contributeur net au budget de l’Union européenne. Son commerce extérieur est-il menacé ? Pas le moins du monde puisqu’il est certain que le Royaume-Uni continuera de faire partie de l’OMC. Les banquiers vont-ils déserter la City ? Jamais, car ce sont l’Histoire et la langue qui ont fait de la City ce qu’elle est et non la participation du Royaume-Uni à l’Europe.

Cette spéculation à la baisse du sterling n’est rien d’autre que l’effet d’une prophétie autoréalisatrice : on vend la livre parce que quelqu’un a dit (difficile de savoir qui a été le premier, probablement un économiste de banque) que la livre devrait baisser et, par voie de conséquence, elle baisse. Pourquoi a-t-on dit que la livre allait baisser ? Chacun a sa théorie. La mienne est que l’on a voulu punir les Anglais et donner un avertissement aux futurs candidats à la « liberté ». Les acteurs du marché ont suivi comme des moutons de Panurge parce qu’il est politiquement incorrect de penser le contraire.

Deuxièmement, il est impossible que chez Challenges on ignore que la baisse du sterling a aussi eu pour effet immédiat de provoquer un boom des acheteurs étrangers à Londres, car l’information a été relayée par toutes les agences économiques spécialisées. Or, pas un mot là-dessus dans l’article en question, et c’est bien dommage car l’indice des ventes au détail de juillet publié ce jour en dit long : +1.4 % contre +0.2 % attendus.

Troisièmement, ne nous a-t-on pas longtemps bassiné que l’euro était trop cher, qu’il fallait qu’il baisse, etc. ? Ce qui est vrai pour la monnaie unique ne le serait pas pour la livre ?

Alors, Challenges, un magazine sérieux ? Moi je dis non, juste une feuille de chou pour colporter la bien-pensance et conforter les bobos dans leurs certitudes.
En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/christopheservan/la-desinformation-sur-les-consequences-du-brexit-ca-suffit,278177#pghheG7UHpZ04WrY.99

( 19 août, 2016 )

RENOVATION-EXTENSION DU MUSÉE LORRAIN Grave menace sur le cœur historique de Nancy

 

Notre ami Jean-Marie CUNY nous a transmis ce rapport que nous approuvons entièrement concernant le futur musée historique lorrain

 
Consécutivement à la résistance opposée par le Collectif Emmanuel Héré, à la pétition qui a recueilli quelque 2.400 signatures, et à l’expertise de l’INRAP (Institut national de Recherches Archéologiques Préventives), le Maire le Nancy et la Ministre de la Culture ont décidé de revoir le Projet.

Le Ministère a préconisé la conservation et la mise en valeur du mur aux pilastres (mur de Baligand, ingénieur du Roi), et pour ce faire la destruction des bâtiments de fond de cour, classés, comme le mur, Monuments Historiques ! La marie a demandé à l’architecte de remodeler le projet sur cette base, en ajoutant une seconde hypothèse : la conservation non seulement de ce mur, mais en plus de la Petite Ecurie de 1766.

 

La Ville a lancé le 18 juillet – et ce jusqu’au 18 septembre – une consultation sur son site internet :

http://www1.nancy.fr/culturelle/musees-et-galerie-poirel/musee-lorrain-palais-des-ducs-de-lorraine/projet -dextension-du-palais-des-ducs-de-lorraine/

 

Elle y propose deux variantes du projet initial, une variante A et une variante B. Prenez-en connaissance à la lumière des observations suivantes.

 

Dans l’un et l’autre cas, la barre en verre sérigraphié subsiste. Elle est seulement réduite en longueur.

 

Option A : la barre est calée en bordure de la rue Jacquot. Suivent un espace vide, puis la Petite Ecurie, affublée en son centre d’une excroissance en verre sérigraphié et, aux fenêtres, de panneaux en verre, également sérigraphié. La barre est décollée sur 3 mètres 50 du rue de Baligand, ce qui la fait empiéter sur le jardin de la même largeur.

 

Option B : La Petite Ecurie est rasée, la barre en verre est un retrait de la rue Jacquot, mais investit le site jusqu’au fond. Même recul de 3 mètres 50 par rapport au mur de Baligand et même empiétement sur le jardin.

 

Dans les deux projets le bâtiment nord disparaît, le jardin du Palais ducal est réduit à une dalle percée de puits d’éclairement en verre sérigraphié, et depuis le parc du Palais du Gouvernement, le mur aux pilastres se trouve couronné par la barre sérigraphiée.

 

Il est nécessaire de remarquer que les vues présentées par l’architecte sont erronées, car elles impliquent un important recul, qui n’existe pas dans la réalité.

Le photomontage produite par le Collectif Emmanuel Héré à par tir d’un mur sérigraphié réel est beaucoup plus fidèle à ce que sera le lieu une fois transformé.

 

Au total, côté Palais ducal, d’un site unitaire et continu de par les matériaux, les formes architecturales, les modénatures, dont le charme séduit tous les visiteurs, on fait un site hétéroclite formé de séquences totalement disparates.

 

Côté Palais du Gouvernement, par la présence de la barre sérigraphiée dépassant au-dessus du mur aux pilastres, on porte atteinte à la page terminale de la grand œuvre urbanistique et architecturale conçue par Emmanuel Héré et Stanislas Leszcynski, inscrite au Patrimoine Mondial.

 

Participez à la consultation.

Exprimez votre opposition à la variante A et à la variante B et demandez que soient sauvegardés, restaurés, améliorés, les bâtiments de fond de cour, classés Monuments Historiques.

 

Le sort du cœur historique de Nancy dépend de vous !

 

 

A NOTER :

 

Une alternative a été avancée par Françoise Hervé, adjointe au Maire de Nancy chargée du Patrimoine. Cette option, qui n’a malheureusement pas été intégrée à la consultation, a été rendue publique dans l’Est Républicain du 9 juillet 2016.

 

La voici :

 

La proposition repose sur une analyse précise des qualités et des défauts que présente le patrimoine existant. Elle consiste en :

 

-          La préservation et la mise en valeur du mur de Baligand, côté Palais du Gouvernement.

-          La restauration de la Petite Ecurie.

-          Le maintien du bâtiment nord, mais la suppression de son étage. Le bâtiment, daté des années 1855, était à l’origine une annexe de la gendarmerie, l’étage un grenier pourvu de petites ouvertures pour aérer le foin et de gerbières. Si le réaménagement effectué au 20ème siècle a procuré à l’ensemble, côté Palais ducal, un aspect pseudo 18ème, le premier étage ; en raison de son poids, a fissuré à l’arrière le mur de Baligand et constitue une barrière disgracieuse faisant obstacle à la vue du Palais ducal. Il est remplacé par une toiture à brisis analogue à celle de la Petite Ecurie.

-          La création d’une liaison vitrée articulant les deux bâtiments et ouvrant sur le parc du Palais du Gouvernement. Elle remplacerait une séquence sans aucun intérêt architectural. Ornée d’une porte cochère analogue aux deux portes cochères du mur de Baligand ou d’une grille, elle devient l’accès central, dans l’axe même de la Tour de l’Horloge, qu’elle permet de découvrir depuis l’est. Les portes anciennes, provenant de maisons de Nancy démolies, qui constituent un musée lapidaire à ciel ouvert, sont toutes préservées, de même que les attributs décoratifs qui ornent le jardin : sphinges, pots à feu 18ème. ;;

 

La présente alternative, la seule à respecter le patrimoine classé Monument historique, est parfaitement réalisable et moins coûteuse.

Dans le contexte général actuel où la rénovation des sites culturels majeurs consiste souvent en leur défiguration/banalisation à grands frais, cette alternative n’en serait que plus originale et ouvrirait peut-être une voie plus sage à d’autres agglomérations en plaçant vraiment l’innovation du côté de Nancy.

De plus, elle assure les même fonctions que les options A et B. elle ne préjuge pas de l’utilisation ou non du sous-sol du jardin du Palais ducal.

 

Si vous estimez qu’elle doit être retenue, indiquez-le dans votre vote, dans l’urne installée au Musée Lorrain ou sur le site internet ci-dessus indiqué.

( 19 août, 2016 )

Conséquences de la propagande ukrainienne sur la Crimée

 Lu sur « boulevard Voltaire »
 

Il y a une semaine, le gouvernement ukrainien a lancé des opérations de terrorisme sur le sol de la Crimée. Fort heureusement, ces attentats ont été déjoués par les services russes de sécurité.

Malheureusement, l’attaque de diversion effectuée à la frontière a causé la mort de deux soldats russes. Depuis, le président Porochenko a décidé de renforcer les moyens militaires dans cette région frontalière et les responsables ukrainiens se sont lavé les mains des actions terroristes en arguant qu’il s’agissait d’éléments non contrôlés.

Les membres du gouvernement ukrainien n’ont même pas la reconnaissance du ventre, ils désignent sans vergogne leurs extrémistes. Ils oublient qu’ils doivent leur place à ces mêmes extrémistes soutenus par les Occidentaux.

Le but de ces attaques était, tout comme en France, de fragiliser l’activité touristique. Pourtant, à entendre les médias occidentaux et ukrainiens, les touristes avaient déserté la région…

La vérité est que l’afflux de touristes a bien eu lieu et que les activités économiques, dont le tourisme, sont en hausse. La Crimée a renoué avec sa tradition d’accueil de visiteurs, leur offrant de nombreuses activités estivales jusqu’à l’organisation du traditionnel concours de beauté la veille de la Journée de la marine russe.

L’organisateur de cet événement, Youri Kondratiev, avait réussi une fois de plus à présenter, devant une nombreuse assistance, des jeunes filles venant certes de Russie, mais aussi d’Ukraine. Pendant qu’une charmante et intelligente demoiselle de Donetsk coiffait le diadème de perle de la mer Noire, nos médias coiffaient leurs œillères et ânonnaient les imprécations dictées par leurs maîtres.

Et c’est là que le bât blesse, car les autorités de Kiev font passer la Crimée pour un désert où les habitants se partagent à dix une vieille pomme de terre et que, devant une telle misère, l’Ukraine en devient un jardin des délices.

Le principal souci est que, parmi les touristes visitant la Crimée, il y a des vacanciers ukrainiens qui constatent les mensonges de l’appareil d’État. À leur retour dans leur pays, tous ces touristes vont dénoncer les mensonges de la propagande kiévienne. Monsieur Porochenko et ses soutiens occidentaux ne peuvent laisser se répandre, dans une Ukraine économiquement en phase terminale, de telles informations.

De même, la visite de la délégation d’élus français conduite par Thierry Mariani a permis de lever le voile sur une réalité bien plus souriante que celle qui nous est présentée par nos médias. Cela est la cause des courroux exprimés à Kiev et à Bruxelles. La seule vérité admissible, reprise en boucle par les médias, est le conte de fées de la démocratie apportée pour libérer le pays des griffes de la méchante Russie.

Nous voyons bien, là, la part de responsabilité des médias lorsqu’ils se font le relais d’une propagande. Par le déséquilibre informationnel, ils favorisent l’occultation des faits et poussent les autorités d’un pays vers des actions désespérées pour pouvoir continuer à mentir à leurs propres peuples.

Consultant en organisation d’entreprise

En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/ronaldzonca/consequences-de-la-propagande-ukrainienne-sur-la-crimee,277749#edHqhSVzrHbTOu5s.99

( 19 août, 2016 )

François Hollande reçu par le pape François : les colombes ne sont pas des pigeons

Voici une tribune très juste paru sur le blog « Aleteia »

La visite privée demandée au pape par le président de la République est une reconnaissance tardive du rôle institutionnel de l’Église dans la société française. Mais elle ne trompera personne.

 

Ses proches en conviennent : savoir ce que François Hollande a dans la tête et dans le cœur n’est donné… à personne. Dans quel dessein le président de la République a-t-il voulu rencontrer le pape François ce 17 août à 17h ? Quelle est la part de calcul politique et la part de reconnaissance (ce mot lui-même demandant à être décrypté) dans cette audience privée ? Faut-il s’en réjouir ou s’en défier ? Tentons de nous faire une opinion sur des bases factuelles.

« C’est toute la France qui est meurtrie »

Ce rendez-vous a été demandé par le président de la République à la suite de l’assassinat du père Jacques Hamel, le 26 juillet. Quelques heures après cet attentat, un communiqué de l’Élysée révélait que François Hollande avait téléphoné au pape pour lui faire part du « chagrin du peuple français après cet odieux assassinat », ajoutant que « lorsqu’un prêtre est attaqué, c’est toute la France qui est meurtrie ». Formuler un tel constat écorne le laïcisme épais dont le pouvoir socialiste a badigeonné ses interventions depuis plus de quatre ans. Le président, quoiqu’ancien élève des Lassaliens, les frères des Écoles chrétiennes, s’interdisait jusque-là toute allusion à Dieu, au christianisme et à la foi catholique. Pourquoi donc la France serait-elle particulièrement meurtrie par la sauvage agression d’un prêtre dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray, plus que par celle d’une des nombreuses victimes du terrorisme islamique ? On aimerait que le président nous l’explique (mais bien sûr, il se gardera de sortir d’une équivoque qu’il affectionne et qui lui sert de paratonnerre sur sa gauche).

Le pragmatisme, à un tel degré d’impopularité…

La façon dont le pape et les évêques français ont réagi à l’égorgement d’un prêtre devant l’autel où il célébrait la messe, aurait vivement impressionné le chef de l’État, le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur. Redoutant à juste titre que les terroristes ne parviennent à leur fin en allumant une guerre civile, François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont voulu montrer leur reconnaissance à une hiérarchie catholique unanime à ne pas jeter de l’huile sur le feu et sachant se faire entendre par les fidèles. Ce en quoi les uns et les autres n’ont fait qu’obéir au Christ qui commande non seulement de pardonner les offenses, mais de prier pour les ennemis et les persécuteurs.

La surprise de l’exécutif devant cette réaction montre que le logiciel gouvernemental n’avait pas intégré cette dimension mystique qui nourrit sans interruption l’héroïsme des martyrs depuis deux millénaires. Persuadé que l’Église est une institution du passé, en voie d’extinction, et affichant un agnosticisme militant au point de refuser d’entrer dans une église jusqu’à la cérémonie de Notre-Dame après la tragédie de Saint-Étienne-du-Rouvray, François Hollande a su faire preuve de pragmatisme. Mais il est tombé à un tel degré d’impopularité, qu’on ne voit pas quelle manœuvre, aussi habile soit-elle, le sauverait du naufrage…

« Prudents comme les serpents et candides comme les colombes »

« Il faut être volontairement poire », aimait à dire le père Finet, fondateur des Foyers de charité avec Marthe Robin. Les catholiques ont ordre d’être « bonnes poires », mais « volontairement », c’est-à-dire en toute lucidité : « Soyez donc prudents comme les serpents et candides comme les colombes » ordonne Jésus à ses disciples (Mt 10, 16). Soyons donc des colombes, mais pas des pigeons !

Sur cette ligne de crête, les jésuites, tout particulièrement, ne craignent pas de s’aventurer. François Hollande n’aura pu abuser le pape François au cours de cette rencontre qui survient après la loi sur le prétendu « mariage pour tous », l’affirmation du « droit » à l’avortement, les « avancées » sur l’euthanasie, les concessions à la GPA, et deux ans de conflit entre le Vatican et Paris sur la nomination de l’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège (dans cette affaire, l’Élysée a été contraint de plier en proposant un autre ambassadeur).

« Pour les Laïcs, la Famille et la Vie »

Selon l’Élysée, la rencontre de ce mercredi était marquée par le « resserrement des liens » alors que « sur les crises écologique ou migratoire comme sur le terrorisme, les positions se rejoignent ». Mais la création par le pape d’un nouveau dicastère « pour les Laïcs, la Famille et la Vie » dont le préfet, Mgr Kevin Farrell, a été nommé le jour même de cette rencontre, vient opportunément rappeler que pour l’Église catholique aucun compromis n’est envisageable s’agissant de ces fondamentaux que sont le respect de la vie, l’identité de l’homme et de la femme, le mariage et la famille. Ce qui n’interdit nullement, mais invite au contraire à prier ardemment pour le président de la République !

18 août 2016

12345...91
Page Suivante »
|