( 17 janvier, 2018 )

Adieu l’ami

 

Mercredi 6 décembre, au matin de la Saint-Nicolas, le téléphone sonne avant le lever du jour pour m’annoncer la nouvelle : Johnny est mort cette nuit !.. Comme on sait que j’étais bien ami avec ce chanteur au temps de sa jeunesse (et de la mienne) et qu’il est notoirement connu que je ne possède ni radio ni télévision, c’est donc le téléphone arabe (pardonnez-moi la formule) qui a fonctionné. Johnny Halliday est décédé et il fallait que j’en sois rapidement informé… C’était donc mercredi, mon jour de sortie à la ville. Je revenais d’une émission de télévision où j’ai parlé de Saint Nicolas et où tout le monde parlait de Johnny qui avait brusquement quitté ce monde (Jean d’Ormesson venait également de décéder, mais pourtant personne n’en parlait).

Bref, c’est vrai, j’ai bien connu Jean-Philippe Smet à l’époque où son manager qui portait le nom d’artiste de Lee Hallyday tentait d’imposer le nom de Johnny Hallyday, « le chanteur à tout casser » titraient alors les journaux. C’était au début des années 1960. Jean-Philippe, dit Johnny logeait alors à l’hôtel-restaurant où je travaillais à Bandol dans le Var. Nous avions bien sympathisé et il m’a alors demandé de venir le soutenir dans ses premiers concerts au casino de Bandol, tous les soirs de la saison. Les clients du casino étaient un peu déroutés du style du chanteur et de ses chansons accompagnées de trois médiocres musiciens.  Avec deux ou trois complices, Je devais marquer mon enthousiasme et applaudir vivement chaque chanson pour entraîner le public.

Johnny venait tout juste de sortir son premier disque 45 tours. Le titre principal était « Laisse les filles » l’accompagnement était très modeste et le jeune nouveau chanteur s’accompagnait lui-même à la guitare qu’il portait comme un combattant, montant àl’assaut avec sa mitraillette. Avec un déhanchement étudié, il lançait dans le micro : « Laisse les filles tu as bien l’temps d’avoir des milliers d’embêtements ; woui, laisse donc un peu les filles… »  Facile à dire ! (à chanter, je ne sais pas !). Si la première année les filles étaient indifférentes, la saison suivante, Johnny était devenu une vedette adulée.  Lorsque nous allions prendre un diabolo-menthe à la terrasse d’une brasserie, les demoiselles en vacances se retournaient disant : « C’est lui, c’est Johnny ! » et le chanteur adulé de ces demoiselles signait alors ses premiers autographes.

Son deuxième disque, titré « Souvenirs-souvenirs » devait connaître un énorme succès. Pour son premier grand récital à l’Olympia, Johnny m’avait demandé de venir l’encourager à Paris. Un ami de mon âge devait me conduire en voiture. Tout allait bien, en roulant vers la capitale, on chantait à tue-tête les succès de Johnny, quand les gendarmes de la route ont arrêté le véhicule et demandé les papiers au chauffeurconduisant la voiture de son papa. Hélas, le gaillard ne possédait pas le permis de conduire. On s’est donc retrouvé arrêté en cellule à la gendarmerie en attendant que la maréchaussée se charge d’éclaircir l’affaire… Mes parents, forts courroucés sont venu me rechercher. L’aventure « Johnny à l’Olympia » se terminait pour moi plutôt lamentablement. Dans la suite des temps, on a fait venir Johnny pour se produire à Nancy dans la grande salle du Rio, aujourd’hui disparu… Mais ceci est une autre histoire.

Voilà donc mes souvenirs concernant les tout débuts de Johnny Hallyday. La suite est très connue du public…

 

Jean-Marie Cuny

( 17 janvier, 2018 )

Editorial du numéro 340 de LA LORRAINE ROYALISTE

 

A l’heure où j’écris ces lignes, l’année 2017 se termine. Cette année fut terrible pour la France qui n’en finit plus de baisser dans tous les domaines. Depuis son élection, le président Macron fait illusion grâce à sa tenue, plus digne que celle de ses prédécesseurs – il est vrai que cela n’était pas difficile ! – mais aussi par sa manière de présenter les évènements, ses projets, ses actions aux Français. Il donne l’impression d’agir et de préparer des « jours meilleurs ». Pourtant, si nous regardons de prêt, il n’en est rien :

-          En politique étrangère, il veut faire illusion en s’agitant beaucoup (il commence à faire penser à Sarkozy !), faisant de « grandes déclarations » comme sur la Syrie cherchant à cacher par là notre manque de moyens : ce n’est pas quelques avions sous commandement américains qui changent la donne. Et quelle leçon veut-il donner à Bachar el-Assad alors qu’il vient de faire « ami-ami » avec Abdelaziz Bouteflika ? Dans sa tournée en Afrique – malgré quelques paroles intéressantes devant les étudiants de Ouagadougou –, il n’a pas pu s’empêcher de « cracher » sur la France en parlant de « crimes de la colonisation » (1) et disant que la France n’a plus de politique africaine. Nous pouvons alors nous demander ce qu’il faisait là ! La France, plus que beaucoup d’autres pays, se doit d’avoir une « politique africaine » d’amitié et de coopération, principalement envers les pays francophones. Mais nous voyons là aussi que le Président considère que la France, s’est finie ! Ajoutons qu’il fut d’une impolitesse rare envers le Président Burkinabé -  Roch Marc Christian Kaborqui – qui, plus intelligent que lui, fit mine de ne pas en être vexé !

-          En économie, nous assistons à un léger mieux sur le plan de la croissance, grâce à une légère amélioration de l’économie mondiale. Elle est portée essentiellement par la consommation, ce qui entraîne un déficit accru de notre balance commerciale et donc de nos dettes envers l’étranger. Notre industrie n’a en effet plus la possibilité de répondre à la demande. Elle est « délocalisée », vendue à des capitaux étrangers, dépecée… Un exemple emblématique fut le groupe Alstom démantelée et vendue par morceau, le dernier à l’Allemagne ! Nous voyons même nos terres agricoles vendues à des groupes Chinois ! Comment espérer se redresser dans ce cadre ? Surtout que nos dettes augmentent et que les taux d’intérêts risquent de repartir à la hausse. Et puis, il y a cette continuelle hausse des bourses ne correspondant à l’état réel des économies et qui fait craindre un « krak » brutal et sévère.

-          Le Président veut faire de l’écologie le « phare » de sa politique. Il a convoqué des dirigeants de la planète à Paris pour en parler. Beaucoup de paroles mais rien de sérieux. D’ailleurs, il est à remarquer que l’on veut bien défigurer nos paysages, notre territoire avec plein d’éoliennes, supprimer les énergies « fossiles » (2)… mais que il n’est jamais parlé dans ces réunions de ce qui est un des principaux pollueurs : le transport. Avec ses camions, ses grands navires transportant dans le monde entier des produits pouvant être construit sur place, c’est le plus grand pollueur. Mais le remettre en cause, c’est mettre en cause le libre échange et la finance internationale qui y gagne beaucoup. Donc, il n’en est jamais parlé !

-          La Défense : il en parle beaucoup, va voir nos soldats… mais rien de sérieux dans le budget pour donner à notre armée les moyens d’agir, de défendre notre Pays et ses intérêts. La mini augmentation de 2018 est un leurre car elle est déjà « mangée » par les dépenses des « OPEX », les retards du budget 2017 et, sans doute, son nouvel avion pour se promener …! Et puis, il ne pense en fait que de liquider notre défense pour l’intégrer dans une « armée européenne » !

Le Président Macron brasse du vent et les quelques mini réformes qu’il fait ne sont réalisées que pour mieux intégrer la France dans un ensemble mondialiste.

Hilaire de Crémiers, dans l’éditorial du dernier numéro de « Politique Magazine » résume très bien l’ambition d’Emmanuel Macron : « Mais ce qu’il voit, ce n’est pas la France, ce n’est plus la France en tant que telle ; c’est un rêve, son rêve, tel qu’il l’a forgé à l’écoute de ses professeurs, de ses inspirateurs et de ses instigateurs : la construction d’une Europe fédérale totalement intégrée qui aurait, de plus, dans son esprit, l’avantage de résoudre le problème français, car la France est pour lui un problème. Il n’en a pris la direction que pour la conduire vers l’Europe du seul salut. Il croit en sa mission : cette certitude ressort de tous ses discours. Son action n’est dictée que par cette conception qui est une sorte de foi laïque. Il n’envisage de règlement des difficultés que dans cette configuration. Il le dit à toutes occasions, en toutes circonstances, comme ce numéro de Politique magazine le montre encore. En cela il est le parfait  élève de toute la génération précédente dont il prend la suite. Sauf que lui, il croit : il y croit et il se croit. Il se sert de sa foi comme d’un tremplin.

Il ne refaçonne le système que pour réussir dans son entreprise. Comprenons bien : il ne renie nullement le système ; il le transforme pour en améliorer l’efficacité à son service et pour son plan ; il joue des partis, bien sûr, en installant le sien qui doit absorber les autres ou les annihiler. Son intention est de renouveler au niveau européen ce qu’il considère comme son succès français. Demain Macron, chef charismatique d’abord, puis président d’une nouvelle Europe : oui,  tel est le rêve ! »

Rêve pour le plus grand malheur de la France et des Français. Rêve qui a peu de chances de se réaliser car nos assistons partout dans le monde, Europe comprise, au réveil des Nations or, pour que ce réalise ce « rêve », il faut que les Nations disparaissent, ce qu’il veut réaliser d’abord par la France.

Contrairement à ce que pensent beaucoup, la France ne pourra être sauvé en gardant ce régime qui la détruit par nature, même avec un « bon » Président. Il lui faut renouer avec son régime naturel, qui l’a fondé, créé grâce à une politique continue et patient de plusieurs siècles. Renouons avec la Monarchie Royale pour sauver la France. A nous d’y travailler.

Philippe SCHNEIDER

 

(1)     Même s’il y a eu des imperfections, dus essentiellement à notre régime républicain et laïciste, la colonisation eut beaucoup de bienfaits. Par contre, la décolonisation, très mal réalisée, fut pour beaucoup un « crime » que les populations africaines payent aujourd’hui et nous aussi par l’émigration.

(2)     Nous avons stupidement pris l’engagement de ne plus faire de recherches alors que nous pouvons récupérer du gaz entre autres dans les anciennes mines, ce qui nous éviterait les importations. C’est un crime contre le pays.

( 15 janvier, 2018 )

Légitime satisfaction pour l’AGRIF : la Cour d’appel de Lyon condamne « Nique la France »

 

Communiqué de l’AGRIF

 

C’est une heureuse décision rendant justice à l’AGRIF que vient de rendre ce vendredi 12 janvier 2018 la Cour d’appel de Lyon. Elle a en effet condamné les injures racistes anti-françaises perpétrées dans une production rapeuse sous le même titre que le livre « Nique la France », ayant pour auteur le dénommé Saïd Zouggagh, plainte dont elle avait été déboutée par la Cour d’appel de Paris.

Mais la Cour de cassation, ayant cassé cet appel d’une manière très sévère sur le fond, avait ordonné que le procès soit déporté devant la Cour d’appel de Lyon. Cette dernière a jugé que les propos poursuivis étaient de nature à mériter une condamnation, certes à la peine symbolique d’un euro de dommages et intérêts, mais condamnation explicite et significative assortie de l’injonction de verser 3000 € à l’AGRIF pour ses frais de procédure et d’avocat.

Cette satisfaction judiciaire marque le combat mené par l’AGRIF face à l’entreprise de haine contre la France, les Français et les blancs, inspiré par madame Houria Bouteldja, porte-parole du PIR ( Parti des Indigènes de la République). Ce parti, fer de lance de toute une mouvance tenant des discours de guerre civile, a tenté à ses débuts de s’avancer sous le couvert de l’idéologie de l’antiracisme.

Mais nous en avons démonté la dialectique de camouflage, mettant en évidence le fait que, selon notre expression, l’antiracisme est en fait « un racisme en sens contraire ».

L’AGRIF défend, quelle que soit soient leur race, ou leur religion, tous les Français injuriés ou agressés pour le seul fait d’être français. Elle défend notamment les chrétiens, quelle que soit leur origine, discriminés ou persécutés pour le seul fait d’être chrétien.

L’arrêt de la Cour d’appel de Lyon manifeste combien est nécessaire le combat de l’AGRIF contre le racisme de l’islamo-gauchisme.

 

( 13 janvier, 2018 )

Hommage au roi Louis XVI en présence des Princes de la Maison royale de France

 

 

Cette année, les monarchistes français commémorent le 225ème anniversaire de la mort du roi Louis XVI. La Messe célébrée à la demande de l’Oeillet Blanc pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, aura lieu à Paris en présence du chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris, le samedi 20 janvier 2018 à 11h, face au Louvre, en l’église de Saint-Germain-l’Auxerrois, paroisse des rois de France.

Pour faire de ce jour de deuil, un jour d’espérance pour tous les peuples de France, soyez tous présent autour

des Princes de la Maison royale de France.

 

« VIVE LA FRANCE, VIVENT NOS PRINCES »

( 13 janvier, 2018 )

Monseigneur le Comte de Paris a saisi le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel

 

 

Dans le Figaro d’aujourd’hui (1), le journal parle de l’indignation de Monseigneur le comte de Paris, suite aux propos et aux moqueries indignes tenus le 2 janvier dernier, dans l’émission de Ruquier sur RTL à propos de l’handicape mental du Prince François de France décédé deux jours auparavant, Mgr le Comte de Paris a saisi le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, au nom de tous les enfants handicapés, pour atteinte à la dignité humaine.

À ce jour, le CSA a réagi en suspendant la vidéo de l’émission suite aux plaintes de nombreux auditeurs et de monarchistes outrés

(1) 13 Janvier 2018

( 12 janvier, 2018 )

MESSES POUR LOUIS XVI en LORRAINE (hors Nancy)

 

 

EPINAL – Vendredi 19 Janvier 2018 -18 h 30

Eglise Saint Antoine, rue Armand colle, Epinal

A la suite de cette messe

VOSGES ROYALES

Vous invite à une conférence de Romuald Feuille

« De l’équilibrage des droits en France Royale »

Salle Barbelouze

Place Jean Alemani à Golbey

METZ – Dimanche 21 Janvier 2018 – 9 h

Eglise de l’Immaculée Conception

47 rue des 3 Evêchés, Metz

( 12 janvier, 2018 )

Le LIBAN en crise ?

 

Depuis quelques années, particulièrement depuis l’élection du général Aoun comme Président, nous assistions à une réelle bien qu’insuffisante, progression de la situation du pays. Certes, les problèmes restent : présence trop importante d’immigrés, les Palestiniens depuis des dizaines d’année, des Syriens depuis la guerre qui secoue ce pays. On notera cependant un commencement de retour chez eux de ces derniers, maintenant que le pays ait été libéré en grande partie de la présence des groupes armés islamistes. Enfin, il ya la présence du Hezbollah toujours armés, il faudra bien que cela cesse un jour. Néanmoins, l’économie va  mieux et l’armée, bien que sous équipée et manquant d’hommes, a su montrer son efficacité en 2017 en balayant les forces de l’Etat Islamique…

Mais cela ne semble pas plaire à l’Arabie Saoudite qui a tenté de faire démissionner le premier ministre Saad Hariri. Il est vrai que ce dernier a une double nationalité Saoudienne et Libanaise et que la gestion de ses sociétés n’est pas « très claire », c’est le moins que l’on puisse dire. Le Président Macron a réussi à le faire « délivrer » selon la presse. Si cela est vrai, c’est une bonne chose. Il a pu reprendre son poste à Beyrouth. Est-ce pourtant un premier ministre souhaitable pour nos amis Libanais ? Au Président Aoun de le dire. De toute façon, ce n’est pas à l’Arabie Saoudite de diriger le pays…

Les Libanais souffrent encore, il y a encore beaucoup de progrès à faire. Aidons nous amis Libanais comme la France et tous les Français doivent le faire.

Philippe SCHNEIDER

 

Pour aider nos amis libanais, faites des dons au Comité Lorrain de Solidarité Franco-libanais, B.P. 60107, 54304, Lunéville Cedex

Et pour les Chrétiens qui souffrent dans tout le Moyen Orient : SOS Chrétiens d’Orient, 16 avenue Trudaine, 75009, Paris. www.soschretiensdorient

( 12 janvier, 2018 )

Communiqué de l’AGRIF

 

 

L’AGRIF et Bernard Antony annoncent que le Président du tribunal administratif de Paris a fixé une audience pour statuer en référé sur la demande qu’ils ont engagée aux fins d’interdiction de l’exposition révisionniste et négationniste « Che Guevara à Paris » présentant cet assassin sanguinaire sous un jour romantique dans les locaux de l’hôtel de Ville de Paris et avec la promotion d’Anne Hidalgo, maire de Paris.

L’audience, qui est publique, aura lieu le lundi 22 janvier 2018 à 10h au tribunal administratif  7 rue de Jouy  75004  Paris.

( 9 janvier, 2018 )

21 JANVIER 2018 A NANCY

 

Messe pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI

Dimanche 21 Janvier 2018

10 h 30

Eglise Marie-Immaculée

33 avenue du général Leclerc à Nancy

 

 

Fête des Rois de l’U.S.R.L.

Et de La LORRAINE ROYALISTE

 

 

Dimanche 21 Janvier

A partir de 12 h 30

Repas suivi de la galette traditionnelle

 

Auberge de « Maître Marcel »

Angle Routes de Martinvaux et Maron – Chaligny

(Attention à l’adresse)

Allocutions

 

Jean-Marie CUNY

Jean-François GICQUEL

Philippe SCHNEIDER

Prix comprenant un apéritif, le plat principal, la galette et une boisson :

25 € par personne avec Choucroute comme plat principal (option 1)

25 € par personne avec bœuf bourguignon (option 2)

10 € pour les enfants (nuggets, galette, une boisson)

Inscrivez-vous dès maintenant en renvoyant le coupon ci-dessous à La Lorraine Royaliste, 284 avenue de la Libération, 54000, Nancy ou par courriel à lalorraineroyaliste@yahoo.fr ou téléphonez au 06 65 64 72 17.

Inscription impérativement pour le 14 Janvier au plus tard.

________________________________________________________________________________________________

 

M. Mme Mlle ……………………………………………………………….

Adresse : ……………………………………………………………………

Téléphone : ………………………………….. Courriel : ……………………………..

S’inscrit au repas du 21Janvier (………. Personnes dont ….. option 1 et …… option 2 et …. Enfants et verse la somme de …….. € (chèque au nom de la L.R.)

(Si aucun choix n’est indiqué, il vous sera servi une choucroute)

Ne peut venir mais verse …….. € en don à La Lorraine Royaliste

( 9 janvier, 2018 )

Les obsèques du prince François de France à la chapelle royale de Dreux

 

Lu sur le blog « la Couronne »

 

Samedi 6 janvier, la Famille royale de France et les amis du prince François de France se sont réunis à la chapelle royale Saint-Louis, pour rendre un dernier hommage à l’héritier de la couronne de France. À 14 h 30 précises, le prince Jean de France et le père Jean-Marie Lioult, accueillent le Chef de la Maison royale de France et son épouse Madame la comtesse de Paris. Après avoir accueilli Stéphane Bern,  Monseigneur le Dauphin de France est ensuite entré dans la chapelle royale pour assister à la messe de requiem officiée par l’abbé Jean-Marie Lioult.

Les obsèques du prince François de France à la chapelle royale de Dreux dans Princes obsequedefrancoisdefrance2

Le Comte de Paris et son épouse s’installent à la droite du cercueil tandis que Madame la Duchesse de Montpensier et sa fille la Princesse Blanche de France sont assises à la gauche du cercueil. Au premier rang, s’installe la Princesse Marie de France, Princesse Gundakar de Liechtenstein et ses frères, le Prince Jean de France, duc de Vendôme et le Prince Eudes de France, duc d’Angoulême avec leurs conjoints et leurs enfants. Plusieurs membres de la famille de France avaient fait le déplacement, on reconnaissait notamment le Duc d’Orléans, le Duc de Chartres et le Comte d’Eu, le Comte et la Comtesse d’Évreux, le Duc d’Anjou, la Princesse Chantal de France ainsi que de nombreux cousins du Prince défunt.

 

obsequedefrancoisdefrance3 dans Princes

Le début de la messe fut particulièrement émouvant avec des témoignages poignants d’amis et d’éducateurs du Prince François qui vivaient avec lui dans un foyer de l’Arche à Paris. Après ces témoignages à la fois bouleversants et vivants, le Duc de Vendôme a fait la lecture de la première lettre de Saint Jean et le Duc d’Angoulême a poursuivi la lecture. Le père Jean-Marie Lioult, curé de Dreux, a évoqué la vie du Prince François et notamment son baptême qui fut célébré dans cette même chapelle. Le Prince Eudes, sa fille la Princesse Thérèse d’Orléans, les enfants de la Princesse Marie, ainsi que la Princesse Marguerite ; qui était la filleule du Prince François ; ont lu des prières.

 

obsequedefrancoisdefrance5

Après la messe de Requiem, le Comte de Paris, la Duchesse de Montpensier, la Famille de France, les amis et les invités suivirent le cercueil du Prince dans la descente au caveau en entonnant avec ferveur l’Ave Maria des Saints et des Anges. La famille et chacun des participants à cette longue procession ont béni le cercueil du Prince François, situé dans la crypte à la gauche de son grand-père le défunt Comte de Paris décédé en 1999.

obsequedefrancoisdefrance4

À la fin des cérémonies, le Chef de la Famille royale de France, Monseigneur le comte de Paris, s’est retiré afin de laisser la Duchesse de Montpensier et ses enfants recevoir les condoléances de l’assistance.

Lors de ces obsèques très émouvantes, étaient également présent plusieurs membres du Gotha : la Princesse Maria Pia d’Italie, le Duc Eberhardt de Wurtemberg, la Princesse Nesrine Toussoun, la Princesse Philipp de Liechtenstein, l’archiduc Michael d’Autriche, le comte et la comtesse Mériadec de Rohan-Chabot, le duc de Capoue  le Comte et la Comtesse Jean d’Haussonville, ainsi que le Comte et la Comtesse de Bourbon-Busset, aîné des Capétiens.

12345...143
Page Suivante »
|