( 7 décembre, 2016 )

« Sausage party », film d’appel raciste au viol : l’AGRIF poursuit !

 

Communiqué de l’AGRIF

 

Le film « Sausage party » dans lequel évoluent des personnages sous forme d’aliments « humanisés » n’est pas seulement dans le registre du conformiste triptyque : dérision, décréation, déjection.

D’une part, avec son abjecte scène finale de partouze intersexuelle, il devrait tomber sous le coup de l’article 227-24 du code pénal interdisant de diffuser des spectacles pornographiques susceptibles d’être vus par des mineurs.

À l’évidence hélas, les pouvoirs publics ne se soucient plus de cela alors que dans n’importe quel état civilisé, le procureur engagerait lui-même des poursuites.

L’AGRIF approuve bien sûr l’association « Promouvoir » et l’association « Juristes pour l’enfance » qui engagent les actions qui s’imposent pour protéger les mineurs de cette corruption.

Mais dans ce film sont aussi explicitement proférés d’ignobles propos racistes et sexistes d’incitation au viol d’une « sale blanche ». L’AGRIF intente sans plus attendre l’action en justice qui s’impose.

 

Bernard Antony


adhesion
Adhésion : 15 euros
de soutien : 30 euros
Bienfaiteur : 100 euros
Abonnement à La Griffe : 10 euros
- 70 boulevard Saint-Germain – 75005 Paris

 

( 5 décembre, 2016 )

Au Domaine Royal de Dreux, samedi 10 décembre, réunion et conférence autour des Princes

 

 

 

3970853321.3.jpgA l’issue de l’Assemblée Générale de l’Association Gens de France, qui se tiendra au Domaine Royal de Dreux, samedi 10 décembre, une conférence et un goûter convivial seront ouverts aux personnes qui souhaiteront y participer et s’y seront inscrites.

L’après-midi débutera à 15 heures autour du Duc et de la Duchesse de Vendôme.

Programme :

A 15 heures : Conférence : « Le Sacre » par M. Pierre de Meuse, Professeur à l’Institut Catholique de Toulouse

A 16 heures : Goûter et thé convivial

Les participants pourront alors converser avec les Princes, les membres du bureau de l’association Gens de France et avec les autres membres dans une atmosphère amicale.

A 19 heures, un magnifique feu d’artifice sera tiré depuis le Domaine Royal, en l’honneur des 500 ans du beffroi, et illuminera la ville de Dreux.

Ainsi sera clôturée cet après-midi autour des Princes, à Dreux.  •

Renseignements et inscriptions

Téléphone : 06 08 31 54 97

Participation : 35 € – Couples : 50 € – Etudiants ou personnes en difficulté : 10 €

Règlements : par chèque à l’ordre de Gens de France à adresser à : Gens de France, Domaine Royal, 2 square d’Aumale 28 100 Dreux

( 5 décembre, 2016 )

Un symbole fort : une nouvelle croix à deux pas de la Tour Eiffel, et l’aurore qui éclipse le crépuscule

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

Nous craignons, pour notre part, que quelque soit le nouveau président élu en 2017, la France n’est toujours pas de politique étrangère. Nous sommes, hélas, en république !

 

grain de sel.jpgLa construction, au pied de la Tour-Eiffel, de la cathédrale de la Sainte Trinité de Paris, avait été décidée en 2007 entre Nicolas Sarkozy et Vladimir Poutine. C’était la fin d’un assez mauvais feuilleton sur l’utilisation qui serait faite de ce terrain : certains avaient même proposé d’y édifier une mosquée ! En ce lieu hautement symbolique de notre ville capitale, on nous permettra de nous réjouir de voir surgir de terre plutôt la croix des racines chrétiennes de l’Europe que le croissant d’une religion qui a agressé et envahi par deux fois cette même Europe, en 711 par l’Espagne, et en 1492 par Constantinople. Et qui lui fait la guerre aujourd’hui de la façon que l’on sait…

Coiffée de ses cinq bulbes dorés, la cathédrale a donc été consacrée hier, dimanche 4 décembre, par le Patriarche Cyrille seizième patriarche de Moscou et de toute la Russie, depuis le 27 janvier 2009. Mais sans Vladimir Poutine ni François Hollande, ni d’ailleurs aucun représentant de haut rang de l’Etat français, ce qui n’honore pas notre pays, et n’est pas à la hauteur de l’évènement : si la Russie avait envoyé son ministre de la Culture, Vladimlir Medinski, et son ambassadeur, Alexandre Orlov, le semble-gouvernement français n’était représentée que par un simple secrétaire d’État (Jean-Marie Le Guen) ! A gouvernement misérable, attitudes misérables…

Et pourtant, malgré ces mesquines contingences d’un Pays légal et d’un semble gouvernement à bout de souffle, la consécration de ce dimanche est des plus importantes, d’abord en ce qu’elle est, mais aussi en ce qu’elle annonce :

- En ce qu’elle est, d’abord, puisque – on vient de le voir – malgré l’opposition farouche de certains, dont l’ancien maire de Paris, le non regretté Bertrand Delanoë, d’autres projets farfelus auraient pu voir le jour en ce lieu prestigieux. C’est finalement la Croix qui l’a emporté, et un symbole fort de notre proximité avec notre allié naturel, la Russie.

- Et aussi en ce qu’elle annonce, sur la Russie, justement : quel que soit le vainqueur de la prochaine élection présidentielle – Marine Le Pen ou François Fillon – il rétablira des relations normales et assainies avec la Russie, qui est, redisons-le, notre partenaire et allié naturel dans une Eurasie triplement indispensable :

• pour faire contrepoids aux géants comme la Chine ou les Etats-Unis, dans les domaines économiques, politiques, diplomatiques…;

• pour mener et gagner la guerre contre le terrorisme islamiste de Daech et Compagnie, non seulement en Irak, en Syrie, en Libye, mais aussi, et en un sens surtout, en Europe et ici, chez nous;

• enfin, pour renforcer le ressourcement spirituel des peuples d’Europe; pour que, réunis et rapprochés à nouveau autours de leurs racines communes, les frères européens redécouvrent les intuitions de leurs origines, comme le répétait saint Jean-Paul II; ou qu’ils retrouvent, comme le disait Jean-François Mattéi, clôturant son magistral Le regard vide par cette citation du Phylèbe, de Platon, « le chemin qui conduit chez nous ».

Ainsi va se clôre, dans quelques mois à peine, une funeste période, qui n’aurait jamais dû être ouverte, et qui ne le fut que par le seul aveuglement idéologique et la faiblesse intellectuelle du semble-gouvernement Hollande, au mépris des considérations de bon sens les plus élémentaires et des intérêts nationaux français les plus évidents. Les stupides « sanctions » économiques soi-disant infligées à la Russie, et qui nous pénalisent bien plus qu’elle, seront levées; et dans tous les domaines, les relations redeviendront normales, et il faut espérer que l’on tournera définitivement la page de l’épisode tragico-ubuesque des Mistral, qui a sérieusement nui à notre crédibilité.

A ce moment-là, soit Poutine viendra à Paris, soit le nouveau Chef de l’Etat français ira à Moscou : et la poignée de main au sommet qui n’a pas eu lieu ce dimanche sera, ce jour-là, celle de la réconciliation.

Et le crépuscule de notre pauvre diplomatie actuelle aura définitivement laissé la place à l’aurore d’une politique nouvelle et fructueuse, sur ce point précis de la Russie…

( 5 décembre, 2016 )

Les affinités de M. Ayrault

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

La victoire des troupes syriennes contre les insurgés islamistes d’Alep est désormais plus que probable. La presse n’en finit pas de nous conter le martyre et l’agonie de la ville insurgée, pour mieux critiquer le régime prétendument « barbare » de M. Assad. Cette instrumentalisation de la situation déplorable de la population repose d’abord sur une sorte de déni : toute guerre, a fortiori une guerre civile, génère forcément sont lot d’horreurs et de massacres. Il est de plus évident que l’engagement purement idéologique des pays occidentaux hostiles à M. Assad a favorisé une rébellion islamiste armée et solidement équipée par les puissances sunnites du Golfe, causant ainsi le malheur des populations civiles : il faut être bien naïf en effet pour croire que les soldats loyalistes n’ont en face d’eux, depuis plus de quatre ans, qu’une population désarmée et protégée par quelques volontaires.

Naïf et pleurnichard, c’est bien l’image que donne de lui notre ministre des Affaires étrangères, M. Ayrault. En accord avec son prédécesseur, M. Fabius, et surtout avec le chef de l’Etat, M. Hollande, il mène dans le dossier syrien une politique, ou plutôt une absence de politique, dont la France risque de payer longtemps les conséquences. Nos « humanistes », se défiant du bon sens pragmatique le plus élémentaire, oubliant ainsi qu’un pays a d’abord des intérêts avant d’avoir des amis, ont poursuivi la politique initiée par MM. Sarkozy et Juppé, à la grande satisfaction de quelques intellectuels de gauche, laquelle se réduit à des formules médiatiques (« M. Assad est le problème, il n’est pas la solution ») ou à des demandes insensées (« M. Assad doit comparaître devant le Tribunal pénal international »). Leur faute à tous est d’avoir pu penser que quelques lamentations humanitaires et autres voeux pieux dans l’air du temps pouvaient suffire : faute de stratégie et de vision d’ensemble, aucun n’a jamais indiqué ce que devrait et pourrait être la politique de la France au Proche-Orient.

La France fut un temps « puissance mandataire » en Syrie et cela lui a valu de pouvoir continuer à « exister » pendant plusieurs décennies dans la région. Depuis quelques années, nous y avons, comme des imbéciles à la remorque des « printemps arabes », brandi l‘étendard du droit-de-l’hommisme. Aujourd’hui même, M. Ayrault annonce réunir « le 10 décembre prochain à Paris les pays européens, arabes et les Etats-Unis, qui soutiennent une solution politique en Syrie et qui refusent cette logique de guerre totale ». On peut déjà penser qu’il ne sortira pas grand chose de cette conférence anti-Assad. En revanche, devenue sous la houlette de M. Ayrault, « puissance affinitaire », la France est menacée aujourd’hui de relégation diplomatique. En effet, il aura bonne mine, M. Ayrault, lorsque, la guerre civile quasiment terminée, se réunira sans doute une conférence autrement sérieuse, avec Damas et ses alliés, Téhéran et surtout Moscou : la France y sera-t-elle seulement conviée ? Si ce n’était pas le cas, cela entérinerait sa rétrogradation diplomatique et serait à porter au passif, déjà bien lourd par ailleurs, du quinquennat de M. Hollande

Louis-Joseph Delanglade

( 1 décembre, 2016 )

Abomination totalitaire socialiste : le soi-disant délit d’entrave numérique à l’avortement !

 

 

Bernard Antony communique :

 

Les porte-parole et soutiens du gouvernement socialiste sur ce seul point où ils réalisent leur unité usent du procédé habituel des dictateurs totalitaires, nazis, communistes ou islamiques : ils osent marteler sur tous les médias que ce n’est pas l’information qu’ils veulent museler mais les « fausses informations » qu’ils veulent interdire !

On est vraiment là dans une cynique tartufferie d’État, on est vraiment dans le règne du « Big Brother » célèbre du roman « 1984 » de Georges Orwell. Car c’est exactement du contraire qu’il s’agit !

Ce sont en effet les prosélytes de l’avortement sans limite, désormais érigé en un intouchable tabou, en valeur fondamentale de « civilisation », qui font massivement dégouliner leur désinformation.

Leur première abomination consiste en l’interdiction de l’information fondamentale du fait que l’IVG est plus exactement une IVV : interruption volontaire de vie.

Selon le moment dans la grossesse de son exécution, l’IVV consiste en l’élimination d’un embryon ou ensuite d’un fœtus, et enfin d’un bébé : dans tous ces cas, l’information vraie est qu’il s’agit de la suppression d’un être humain en développement.

Voilà la réalité, voilà la vérité irréfutable que nul ne saurait nier avant tout débat sur les applications légales de l’avortement.

Ce que veulent en fait interdire les fanatiques abortophiles Laurence Rossignol et Marisol Touraine ou encore Bruno Le Roux, le président du groupe parlementaire socialiste, c’est la possibilité d’un temps de réflexion, d’une recherche de conseil pour la femme en détresse ne se résolvant pas sans hésitation à supprimer l’être qu’elle a conçu avec son mari, son amant ou son « partenaire ». Pour ces ministres et politiciens, toute IVV est une victoire idéologique.

Il s’agit là de quelque chose de fascinant : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité on veut imposer une interdiction étatique d’écoute d’arguments plaidant le laisser-vivre pour un être humain en développement.

On mesure aujourd’hui l’étendue du mensonge d’État.

Hier, la loi Giscard-Chirac-Veil de 1975 fut présentée lors de sa promulgation comme un texte motivé par la recherche d’un moindre mal. En fait, elle consista aussitôt en un appui à la banalisation de l’avortement. Aujourd’hui l’avortement est devenu le tabou des tabous.

On mesure ainsi combien le combat pour la défense de la vie innocente est simultanément un combat pour la vérité et pour la liberté.

C’est le combat pour une civilisation de la vie dont il s’agit, face à la barbarie triomphante de la culture de mort, la barbarie nihiliste du racisme antihumain.

( 1 décembre, 2016 )

Libérer l’intelligence

 

 

2771589182.jpgBrexit, Trump, Fillon, et demain quoi ? Les présidentielles ? Les instituts de sondages, les commentateurs de presse, de radio et de télévision ne voient jamais rien venir. Aussi doctement ils se sont trompés, aussi doctement ils se justifient. Questions de méthode, disent les uns ; électorat volatil, ajoutent les autres. Coupure entre les peuples et « les élites » politico-médiatiques, précisent les plus audacieux ; et ils ont évidemment raison.

Toutefois, ce n’est jamais que de l’ordre du constat. Il restera ensuite aux mêmes – est-il utile de donner des noms, tant ce sont toujours les mêmes qui pérorent sentencieusement ? – à juger que lesdits peuples n’ont rien compris : l’appellation de « populisme » suffira à désigner globalement le monstre d’ignorance et d’erreur dont les soubresauts ont faussé les mesures de leur juste balance.

Mais c’est là tout simplement « stigmatiser ». Pour des professionnels de « l’antistigmatisation », il devrait y avoir matière à réflexion. Eh bien, non ! « Populisme » désigne, « populisme » condamne. Le mot suffit. Il couvre toute la réalité. L’investigation a tôt fait d’y déceler les relents « les plus nauséabonds » : la droite toujours extrême, le traditionalisme toujours obtus, la xénophobie toujours présente, le racisme toujours caché, le catholicisme toujours réactionnaire, enfin le petit Blanc toujours bête et méchant qui ne comprend rien aux vastes conceptions planétaires de ceux qui savent, dirigent, commandent et commentent. Cette litanie indéfiniment répétitive est reprise en boucle par la grande majorité des médias.

Et c’est là le vrai problème. C’est cette quasi unanimité qui est effrayante, proprement orwellienne. Est-il même encore permis de se poser les questions de fond ? Comment et pourquoi les mêmes présentations, les mêmes explications, les mêmes jugements s’étalent-ils sur toutes les ondes, sur toutes les colonnes de journaux, sur tous les supports numériques homologués ?

Qui manipule, qui désinforme, comme disait Volkoff ? Jean Sévillia a parfaitement expliqué dans son œuvre magistrale Écrits historiques de combat (Perrin) ces opérations de manipulation mentale : l’Occident prétendument libre, la France singulièrement, est victime sans le savoir d’un « terrorisme intellectuel » – le mot est précisément choisi – pour justifier un « politiquement » et, plus encore, un « moralement correct ». Chacun est sommé de penser comme il convient.

Tout modèle de « gouvernance » politique, économique, morale, donc toute « alternance » au pouvoir n’est envisageable que dans ce cadre : c’est l’échelle de « valeurs ». Le mot est dans toutes les bouches.

Et les médias ? Aude Lancelin, la journaliste de gauche de l’Obs et de Marianne, dévoile le faux mystère – que tout le monde connaît – dans son livre-témoignage Le Monde libre (éd. Les Liens qui libèrent). Il n’y a, pour ainsi dire, plus de presse libre, vraiment libre. L’argent tient tout. Le gros argent, celui qui par nature est en connivence avec l’État. Et les journalistes d’État sont au diapason. Pas de carrière sans soumission. à quelques exceptions de talent près.

L’opinion se fabrique, puisque tout se vend et s’achète. Banquiers, marchands, marchands de télécom en particulier pour la presse de gauche, capitalistes de tous poils sont les maîtres de la presse, des « valeurs » et de « l’opinion ». Le cynisme est la règle. Aude Lancelin en a fait l’amère expérience.

Dans L’avenir de l’Intelligence, Charles Maurras en 1905 écrivait « Ces charlatans… font les dignes et les libres, alors qu’ils ont le mors en bouche et le harnais au dos. Ils nient la servitude pour en encaisser les profits, de la même manière qu’ils poussent aux révolutions pour émarger à la Caisse du Capital ».

Rien a changé sinon en pire. L’intelligence est serve. Il faut la libérer. Politique magazine est libre. Tous ses lecteurs le savent. Le dossier de ce numéro qui porte sur le phénomène Donald Trump, le prouve une fois de plus.

Alors encore un mot, chers Amis lecteurs ou abonnés : donnez-nous les moyens de notre liberté. Vous savez ce qu’il faut faire. Vous avez reçu un courrier à cet effet ou vous trouverez en page 5 de votre exemplaire la formule simple qui vous y convie à l’occasion de ce Noël qui vient. Merci. 

_UNE_N°157-Site1.jpg

Editorial du numéro de décembre 2016 de Politique magazine : à commander ici !

( 30 novembre, 2016 )

Yannick Moreau à la tribune de l’Assemblée : « Reconnaissez les crimes de la Terreur de 1793 contre la Vendée ! »

 

Vous trouverez ci-dessous un extrait de l’intervention du député Yannick Moreau à la Tribune de l’Assemblée Nationale. Il n’y a rien à y rajouter tellement elle est juste. Le gouvernement va-t-il répondre à cette demande de reconnaissance qui serait bien indispensable pour lui qui ne parle que de « morale » en politique.

 

 

« […] mes chers collègues, foi de Vendéen, quitte à faire de la repentance, pourquoi ne pas commencer par l’abrogation des lois de la Terreur contre la Vendée, et la reconnaissance de ses crimes ? Vous voulez faire de la morale. Soit, mais alors, commencez donc par abroger les lois de la Terreur ! Reconnaissez l’abjection de l’écrasement de la révolte des Canuts Lyonnais, et plus encore, des crimes commis contre les enfants, les femmes et les hommes de Vendée !

Vendéen, homme de l’Ouest, je sais y compris dans la tradition orale de ma mémoire familiale, ce que furent les persécutions des simples gens qui refusaient le centralisme jacobin, la “levée en masse” de la conscription militaire, et l’interdiction de leur expression religieuse. Le 26 juillet 1793, à la Convention nationale, BARERE réclame la destruction et l’extermination de la Vendée. Savez-vous mes chers collègues que c’est une Loi, la loi du 1er août 1793, votée par la Convention nationale, qui prescrivait l’extermination des hommes, la déportation des femmes et des enfants, et la destruction du territoire de la Vendée ? Savez-vous qu’une deuxième Loi, celle du 1er octobre 1794, vint renforcer l’horreur indicible ?

Le massacre des Lucs-sur-Boulogne qui fit 564 morts, enfermés dans une église qui sera incendiée, en est le tragique symbole. Parmi les victimes, 110 enfants de moins de sept ans. La plus jeune, Louise MINAUD, n’avait que 15 jours. Savez-vous que c’est ce même pouvoir de la Terreur qui ordonnera la mise en oeuvre des noyades collectives dans la Loire, rebaptisée “la grande baignoire nationale” ? Des mariages dits “républicains” voulus par Jean-Baptiste CARRIER, où un homme et une femme étaient enchaînés, nus, avant d’être noyés. Selon Reynald SECHER, 4.800 personnes en furent victimes à l’automne 1793. Comment oublier les tristement célèbres “colonnes infernales” du général TURREAU,dont le nom est encore aujourd’hui gravé sur l’Arc de Triomphe. Ces atrocités coûtent la vie à des dizaines de milliers de personnes. Savez-vous que c’est en Vendée que les premiers essais d’extermination industrielle furent menés ? A Noirmoutier, des camps d’extermination ont été établis. Partout en Vendée des fours à pain sont utilisés comme fours crématoires pour brûler vifs les habitants. La peau des Vendéens sert à l’élaboration de sacs ou de pantalons pour les gendarmes. La peau humaine selon le Conventionnel SAINT JUST était d’une “consistance et d’une bonté supérieure à celle du chamois” et “celle des sujets féminins plus souple mais moins solide”.

Reconnaissez donc les horreurs de la Terreur, comme la loi du 10 juin 1794, qui succède à la terrible Loi des suspects, votée le 17 septembre 1793. Avec elle, le Tribunal Révolutionnaire élimine toute garantie de défense pour les accusés. Il n’y avait désormais ni interrogatoire avant l’audience, ni avocat, ni audition facultative des témoins. Le Tribunal révolutionnaire n’a le choix qu’entre l’acquittement et la mort. Pierre CHAUNU n’a pas hésité à parler de génocide franco-français dans l’avant-propos du livre de Reynald SECHER, tant la barbarie a été organisée minutieusement et systématiquement par le Comité de Salut Public. Cette lettre du général Westermann, surnommé « le boucher des Vendéens », qu’il écrivit au Comité de salut public, en témoigne :

« Il n’y a plus de Vendée, citoyens républicains. Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les marais et les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m’aviez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les sabots des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé. »

Les moyens d’extermination des Vendéens mis en œuvre par le Comité de Salut Public et la Convention sont la matrice de ceux des régimes totalitaires du XXe siècle. Voilà un sujet qui mériterait une reconnaissance nationale. Car si “la Vendée pardonne, elle n’oublie pas”.

Voyez comme il est difficile de définir quelles commémorations doivent faire l’objet d’un devoir de mémoire. »

( 29 novembre, 2016 )

Rencontre : Quand l’Histoire de France transcende la vie politicienne …

 

Lu sur « lafautearousseau »

 

3578948983.jpgLa rencontre qu’illustre cette photographie date de 2008 et se situe à Québec où le prince Jean de France s’était rendu pour le 400e anniversaire de la fondation de la ville, comme descendant des rois de France.

Le Prince y avait rencontré l’ensemble de la délégation française présente aux cérémonies. En particulier, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Jean-Paul Huchon alors président du Conseil Régional d’Ile de France, Bernard Accoyer, président de l’Assemblée Nationale et Ségolène Royal. Mais aussi François Fillon, premier ministre,  qui lui a présenté les personnes qui l’accompagnaient.

Il faut dire que lors de ces rencontres, c’est vers le Prince que convergent les regards et le mouvement de tous ceux qui veulent venir le saluer.

Ainsi, l’Histoire de France transcende toujours la vie politicienne, à plus forte raison en la présence du Prince qui l’incarne plus et mieux que tout autre.

Les choses ne nous semblent guère changées aujourd’hui que François Fillon brigue la présidence de la République, lui qui constatait il n’y a pas si longtemps « toute l’ambigüité d’un pays qui a guillotiné un roi et qui n’a qu’une envie : le remettre sur le trône  » [Entretien au JDD  en septembre 2015]. Nous lui laissons la responsabilité de son propos.  LFAR

( 29 novembre, 2016 )

Régime des partis : Le sens du vote Fillon

 

 

 

Le vote Fillon a rallié toute une France que tout le système politico-médiatique voudrait ne plus voir apparaître. Il est le signal d’une dynamique nouvelle. Toute la question est de savoir si elle pourra aboutir.

 

 

La droite catholique a voté. Tout le monde en convient. C’est le signe le plus clair des primaires de la droite. Suivant la rumeur qui s’amplifia soudain dans le corps électoral, selon aussi les consignes données sur les réseaux sociaux et sous des instigations qui se devinent, elle s’est portée sur François Fillon.

Il s’agissait de faire barrage à Alain Juppé et à Nicolas Sarkozy : le vote utile, comme on dit toujours. Tout aussi bien ces voix auraient pu se porter sur Jean-Frédéric Poisson, quant aux convictions profondes. Il était le seul « affiché » catholique ; le mécanisme institutionnel est tel qu’il rend impossible un vote franc et massif de conviction. Les électeurs en sont réduits à faire un choix « contre ».

Mais il est certain que derrière un tel vote, il y a un choix « pour ». « Pour » l’ordre, « pour » une restauration de l’autorité et des libertés, « pour » la vie, « pour » les familles, « pour » un redressement. Et ce vote « pour » a fait peur aux tenants du système, mot simple mais qui n’est équivoque pour personne.

La pression dès la fin du premier tour a recommencé à s’exercer. Après le second tour il est à prévoir que ce sera pire et plus sournois. François Fillon est sommé à chaque instant, qu’il le veuille ou non, de s’expliquer sur l’avortement, sur les droits de la femme, sur ses liens supposés avec la droite catholique, voire avec l’extrême droite, sur son amitié avec Poutine, sur son libéralisme qualifié de radical.

On feint de croire Fillon en rupture avec le système. Il a beau dire que ce n’est pas le cas, confirmer qu’il a voté toutes les lois sur l’avortement, celles qui vont le plus loin, ajouter qu’il n’est pas question pour lui de remettre en cause la loi Taubira, préciser qu’il ne touchera pas à l’organisation sociale, il est soupçonné d’intentions perverses par tous les défenseurs patentés des « valeurs républicaines ».

L’ignoble chantage

Les chiens aboient et vont aboyer encore plus fort. Il devra de plus en plus attester publiquement de sa soumission aux normes de la classe politique et médiatique. Lui sera refusée même la réserve la plus intime sur ses convictions les plus personnelles, philosophiques comme il dit, ou religieuses. à ce prix il sera le candidat de toute la droite ou prétendue droite et du centre. Es-tu « catho » ou non ? Es-tu « républicain » ou non ?

Telle est encore aujourd’hui la vraie question. C’est intéressant de le noter. En dépit de tous les ralliements cléricaux à la République. Nos institutions n’en sortent pas et c’est la raison, la seule et vraie raison, pour laquelle Juppé était placé en tête dans les prévisions du premier tour.

Tout le monde le pensait tant c’était l’homme des appareils et des habitudes du système. Les pronostics ont été déjoués, manifestation une fois de plus éclatante de l’appel profond d’une France humiliée et outragée vers l’homme d’État attendu pour une vraie rupture et qui, lui, ne décevrait pas. Tel est le sens du vote Fillon. Qui ne le sait, mais qui ose le dire ? Lui-même, cerné qu’il va être, que peut-il faire ? Faire était le titre de son opuscule de campagne.

Soit ! Mais faire quoi au juste ? S’il doit d’abord adhérer à toutes les inepties qui font le contrat social de la politicaillerie au pouvoir et s’abaisser devant les criailleries des médias, s’il ne peut réclamer une vraie politique familiale, réanimer une morale publique, dire « non » à l’Europe de Maastricht et de Lisbonne, renouer avec notre histoire nationale ? N’a-t-il pas déjà trop acquiescé ? Un chef de l’État doit, d’abord, être libre. C’est la première chose qu’il eût fallu déclarer à la primaire. Au lieu de discuter sur l’âge auquel un enfant doit être orienté. De minimis non curat praetor.

Ce que vit la France est typique. Tout est fait pour que Fillon ne soit un « dur » qu’en apparence. L’idée est de faire en sorte qu’il soit trop lié au système pour se permettre de rompre avec lui. Or, les primaires ont révélé une France en réalité très « à droite » selon les classifications habituelles des analystes politiques, c’est-à-dire de plus en plus soucieuse de son identité historique, attachée à ses familles, alors que tout est entrepris pour les démolir, inquiète pour son patrimoine, pour ses villages, sa ruralité, ses industries, pour la convivialité de ses villes, pour sa défense et sa sécurité, cherchant un avenir dans un ordre retrouvé.

Fillon a donné l’impression de partager ses manières de voir et de sentir. Il a rallié naturellement toute cette France qui croit encore en la France. Mais c’est cette France que tout le système politico-médiatique ne veut plus voir apparaître ; il la pensait morte et enterrée. Elle ne l’est pas ; elle ne l’est jamais.

C’est un très bon signe. Fillon devrait normalement en faire partie, ne serait-ce que par ses attaches familiales. Le vote en sa faveur n’est dû qu’à ce sentiment. La contrainte du mécanisme institutionnel risque de tout fausser. Déjà, sur le plan public – et pour avoir la paix –, il a remisé tout ce qui aurait pu le distinguer fondamentalement des autres.

La croisée des chemins

Il a si bien compris, senti même l’impasse où le mènent de telles élections, trop partisanes pour lui donner les coudées franches, qu’il se contente d’axer sa volonté de réforme essentiellement sur l’économie. Alors qu’un Trump a réussi à obtenir une liberté d’action, Fillon sait très bien comment et pourquoi il sera contrecarré. Il connaîtra très vite les limites de sa stratégie : tous ses projets seront bloqués, aussi bien à la base qu’au sommet, du côté européen comme du côté prétenduement social français.

D’autant plus qu’il est maintenant probable qu’il sera le candidat républicain face à Marine Le Pen et qu’après avoir droitisé son discours, il sera obligé de le gauchir. D’où, pour se distinguer et pour tenter de se libérer, sa volonté de procéder par ordonnances sur ses priorités. Imagine-t-on les difficultés qu’il va rencontrer ?

Un État en faillite, des administrations qui n’obéissent plus, une Europe qui lui mettra des bâtons dans les roues, un esprit public qui se salira et qui ne correspondra plus à l’élan patriotique et pur qui l’a soutenu aux primaires, l’immigration sauvage, le terrorisme islamique et, pire que tout, un monde politicien et médiatique assoiffé de pouvoir et de vengeance.

« La France est poignarde », disait Maurice Barrès. Ce qui veut tout dire, surtout aujourd’hui. Guillaume Bernard dans son livre La guerre à droite aura bien lieu (Desclée de Brouwer), montre parfaitement ce qu’il appelle « le mouvement dextrogyre », c’est-à-dire ce besoin d’ordre, de sécurité, d’autorité, qui repousse maintenant vers la gauche les idées et les mouvements politiques dont l’inspiration puise encore aux sources des vieilles idéologies du xixe et du xxe siècles.

Robert Ménard, le maire de Béziers qui, lui, n’a peur de rien, dans son Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir (Pierre-Guilaume de Roux) explicite en termes simples et clairs les mesures sages qui s’imposent de toute évidence aujourd’hui, en réduisant les fausses objections à ce qu’elles sont en réalité : des « mots » qui permettent à des politiciens, à des journalistes, à des fonctionnaires sans responsabilité réelle, de faire semblant d’exister. Fillon ou pas Fillon, le jour viendra du choix crucial : « pour » ou « contre » la France. 

Politique magazine – Consulter … S’abonner …

( 28 novembre, 2016 )

Pourquoi Fillon ?

 

Lu sur le blog de « Gérard Leclerc » cette analyse qui nous paraît très juste

 

 

Préalablement à tout jugement politique ou idéologique, on peut avancer que nous ne nous sommes pas ennuyés durant cette primaire de la droite. Non qu’elle ait donné lieu à divertissement, au sens où Pascal l’entendait. Nous ne nous sommes pas ennuyés, parce qu’il s’est passé des choses imprévues et propres à faire réfléchir. Puisque toutes les prévisions se sont trouvées démenties et parce que les nouveaux rapports de force qui se sont révélés sont des plus significatifs. La victoire considérable qu’a obtenue François Fillon apparaît d’autant plus remarquable qu’Alain Juppé se présentait comme l’homme du rassemblement, le plus susceptible de réunir sur son nom les sensibilités les plus diverses.

François Fillon en face de lui était présenté comme le porte-parole d’une droite dure. Ce qualificatif peut être mal reçu, mais le fait est que l’électorat de droite a préféré désigner celui qui incarnait ce qu’on appelle ses valeurs, allant à l’encontre d’une certaine culture progressiste. Cela s’est notamment manifesté sur le terrain scolaire et universitaire lorsqu’il s’est attaqué aux pédagogistes forcenés et à la déconstruction de l’histoire de France. Peut-être parfois à son corps défendant, Alain Juppé apparaissait comme plus proche de la thématique de la gauche progressiste.

Nous aurons évidemment le loisir d’analyser le plus profondément possible la signification de ce mouvement d’opinion. Mais il n’est pas possible d’ignorer le déchaînement de nos confrères de Libération sur le retour des catholiques en politique, avec un titre surréaliste à la une « Au secours, Jésus revient ! ». On ne peut certes pas ignorer un certain retour, notamment des jeunes générations catholiques, surtout celles qui ont participé à La Manif pour tous, sur le terrain civique et militant. Mais il ne faut pas perdre son calme. Ce qui est sûr, c’est que la France a profondément changé ces dernières années et que l’on n’a pas fini d’en mesurer les conséquences.

Gérard Leclerc

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 28 novembre 2016.

12345...107
Page Suivante »
|